Dans le prolongement de notre stratégie globale de placement et d’investissement 2017 publié dans les premiers jours du mois de Janvier sous le titre « Quelle stratégie d’investissement et de placement pour 2017 ?« , analysons ensemble la mise à jour au regard des événements du premier semestre de l’année.

En un mot, rien ne change ! Nous maintenons la navigation entre :

Taux d’intérêt réel négatif qui grignote la valeur de l’épargne placée sur des supports sans risque ;

Taux de crédit immobilier extrêmement bas (et qui baissent même un peu en ce début Juin – Meilleur taux immobilier Juin 2017 : Des baisses pour relancer le marché du crédit au ralenti ? -) qui encourage l’entrepreneur patrimonial à investir pour profiter des taux bas pour s’enrichir et valoriser son patrimoine ;

Et surtout bulle spéculative globale qui pousse la valeur de tous les actifs à un plus haut historique. 

L’épargnant devra alors être d’une vigilance extrême et ne surtout pas prendre de décision d’investissement ou de placement par défaut ! C’est le risque principal de la situation actuelle : Ne pas investir pas conviction mais par défaut. 

 

Vous ne devez pas : 

Investir sur les marchés financiers action parce que le rendement du fonds euros devient trop faible et ne permet plus d’espérer une valorisation suffisante de votre épargne ;cf  « N’écoutez pas votre banquier ! Ne faites pas un transfert FOURGOUS pour diversifier votre assurance vie ! » ;

Investir dans l’immobilier parce que les taux d’intérêt des crédits immobiliers sont bas et baissent à court terme alors même que tous anticipent une probable hausse des taux de crédit dans les prochains mois ; cf « Faut il profiter des taux immobiliers bas et acheter cher ou attendre la hausse des taux d’intérêt et la baisse des prix ?« .

 

Et au contraire, vous devez :

Investir dans le capital d’une entreprise en achetant des actions pour un investissement de très long terme parce que vous jugez l’opportunité d’investir pour profiter de la capacité bénéficiaire future de cette entreprise ;

Spéculer sur les marchés financiers et plaçant votre argent en unité de compte de votre assurance vie ou PEA parce que, conscient que la bourse n’est qu’une succession de cycles de hausse et de cycles de baisse, vous considérez que nous sommes dans un cycle bas… veille d’une hausse sur les marchés (ps : Comme vous le savez, ce n’est pas notre analyse : « En bourse il faut acheter quand on vous incite à la prudence et vendre lorsque l’on cherche à vous rassurer« ) ;

Investir dans un bien immobilier parce que vous considérez que l’usage que vous lui conférerez vous permettra d’en tirer une jouissance ou un revenu pérenne dans le temps ; cf « Réussir son investissement immobilier en 2017, c’est gérer l’obsolescence immobilière.« 

Ne rien faire et vous contenter du rendement médiocre du fonds euros de votre assurance vie si vous ne parvenez pas à trouver un placement ou un investissement qui satisfait ses critères. 

Vous avez toujours le choix ! Ne céder pas à la pression des éléments ou de votre banquier ! Néanmoins, vous devez avoir conscience que vos choix peuvent être coûteux à court terme, mais n’est ce pas la seule solution pour envisager un enrichissement à long terme ? Vous devez être à contre-courant de la pensée générale pour espérer réussir vos investissements !

Investir au bon moment (ou au moins pire) est relativement simple : Il ne faut jamais acheter un bien ou un actif financier (action, obligation) alors que son prix est manifestement à son plus haut historique et que la dynamique du marché démontre manifestement une sorte d’euphorie. 

A défaut d’être capable de connaître la valeur future de votre investissement par nature aléatoire, un bon investissement se fait à l’achat ! Cette précaution est valable pour tous les actifs :

Pourquoi se précipiter à investir sur le marché action alors qu’il affiche une hausse de près de 35% février 2016 ?

Pourquoi se précipiter à investir dans un bien immobilier situé, par exemple à Paris ou Bordeaux, deux villes dont les prix explosent et affichent une hausse supérieure à 30% depuis 2011 (contre une moyenne nationale à -10%) – cf « Une bulle immobilière à Paris et grandes agglomérations et un marché sain ailleurs ? » ;

… Vous devez être à contre-courant et acheter quand on vous incite à la prudence et vendre lorsque l’on cherche à vous rassurer.

 

 

Synthèse : Quelle stratégie d’investissement en 2017 ? Mise à jour au 01/06/2017

Pour faire simple, et sans paraphraser notre article principal publié en Janvier 2017 :

 

Les marchés actions et notamment le CAC40 sont manifestement en haut de cycle.

Il est prudent de sécuriser progressivement votre exposition et d’attendre sereinement la prochain consolidation ; La hausse peut encore se poursuivre pour quelques mois… mais attention, la spéculation ne profite que rarement aux particuliers ;

 

 

Le marché immobilier sort de sa léthargie et de 8 années de consolidation. Il existe de très belles opportunités !

Le marché immobilier se redresse et une hausse des prix se dessine sur fonds de taux de crédit immobilier très faibles. Il est encore tant de s’y intéresser… mais cette opportunité se réduit au gré de la hausse des prix et des taux d’intérêt- Ce pourrait ne pas durer éternellement comme nous vous l’expliquons dans cet article « Immobilier, c’est le moment d’investir … mais peut être plus pour longtemps !« .

Néanmoins, tous les marchés ne se sont pas assainis depuis 2011. Par exemple, Paris, Bordeaux, Toulouse… et autres très grandes métropoles de l’ouest et sud Ouest affichent des prix non raisonnables qui doivent freiner les ardeurs. 

Profiter des taux bas pour investir dans un marché immobilier sain a beaucoup de sens actuellement ! Profiter des taux bas pour investir dans un marché immobilier en surchauffe n’a aucun intérêt.

 

 

La mutation du marché immobilier et l’accélération de l’obsolescence immobilière devraient modifier en profondeur la demande et donc le marché immobilier.

Vous devez sérieusement envisager de vendre vos bien immobiliers trop anciens et amortis pour mieux investir dans l’immobilier neuf ou assimilé.

A ce titre, profiter de la loi PINEL peut être intéressant (à condition de maîtriser le prix de revient ou de construction en se faisant construire sa maison par exemple : « Se construire sa Loi PINEL : Défiscaliser en faisant construire ou agrandir un immeuble.

 

 

L’épargnant qui ne voudra ni investir, ni spéculer, mais qui souhaite conserver de la souplesse et de la disponibilité de son épargne devra se contenter du fonds euros de son contrat d’assurance vie.

Il subira les taux d’intérêt réel négatif, verra la valeur réelle de son patrimoine baissée du fait d’une inflation supérieur au rendement de son contrat … mais devra s’en contenter faute de mieux. C’est la lente euthanasie du rentier par les taux d’intérêt réels négatifs : « Assurance vie : Des rendements proche de zéro en 2017 et même négatifs en 2018 ? »

 

 

L’épargnant qui ne veut pas prendre de risque à long terme pourra envisager l’arbitrage d’une partie de son fonds euros vers le nouveau contrat Eurocroissance.

Le contrat Eurocroissance, c’est le renouveau du fonds euros, un placement à capital garanti totale à échéance et partiel à tout moment (cf « Eurocroissance : Comment évolue la valeur de rachat et le rendement de l’assurance vie Eurocroissance ?« ).

 

 

 

Et vous, comment allez vous investir en ce second semestre 2017 ?

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des taux toujours historiquement bas. 

Trouvez les banques qui n’ont pas encore augmenté leur taux immobilier depuis le début de l’année ! Pour connaître ces banques : comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer comme nous vous l’expliquons dans notre article sur les meilleurs taux immobilier pour septembre 2017

Cliquez ici pour comparer plus de 100 banques et trouver le meilleur taux

Ces autres articles devraient vous intéresser :


14 Comments

  1. ROLAND GARNIER says:

    « Le contrat Eurocroissance, c’est le renouveau du fonds euros, un placement à capital garanti totale à échéance et partiel à tout moment »
    Oui et en cas de décès du souscripteur avant les 8 ans ?

  2. ROLAND GARNIER says:

    @GUILLAUME
    Tout d’abord, merci de m’avoir répondu
    Ensuite, je ne connaissais pas cette contre assurance, mais peut-être à tord il me semblait évident que si décès avant les 8 ans, le capital revenait au héritiers pour sa valeur au jour du décès (soit amputé éventuellement de moins valu – et c’est là que le bât blesse…..)
    Donc qu’apporte cette contre assurance ? Et quel est ce minimum « avec la somme des capitaux versés » ?

    • C’est une garantie plancher qui assure aux héritiers de recevoir au moins le montant du capital versé par le souscripteur si la valeur de rachat devait être inférieur (en cas de krack par exemple)

      • ROLAND GARNIER says:

        @Guillaume
        Merci pour l’info
        J’ai des AV souscrites avant 96 en mono support et en effet on me propose de convertir une partie en EUROCROISSANCE, et j’avoue que je bloque…

  3. PierreV says:

    Et surtout, ne pas oublier lorsqu’on prends des décisions d’investissement: diversifier:
    – Assurance vie
    – PERP
    – Immobilier locatif (LMNP plutôt que du Pinel)
    – PEA
    Le panachage des solutions dépendant de ses objectifs et de la phase à laquelle on est

    • « – Immobilier locatif (LMNP plutôt que du Pinel) ». Pourquoi préférez vous le LMNP au Pinel ?

      • PierreV says:

        Plusieurs raisons:
        – Le Pinel ce n’est qu’une réduction d’impôts liée à l’investissement. Si bien géré, on se retrouve à payer impôts sur les revenus fonciers & CSG au bout de 6 à 7 ans. Ce qui n’est pas le cas du LMNP classique, qui permet de ne pas payer d’impôts pendant quasiment 15 ans, voire plus si financé par emprunt.
        – Avec le Pinel, on a un risque locatif, car on loue à un particulier. Il y a des assurances, mais elles ne sont jamais satisfaisantes. Avec le LMNP, on loue à un institutionnel. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de risque locatif (il est d’une différente nature), mais je pense moindre.
        – Combiner un LMNP classique avec un LMNP Censi Bouvard permet d’avoir le meilleur des 2 mondes: la réduction d’impôts comme avec le Pinel, et pas d’impôts à payer pendant longtemps…

        • Anthony says:

          Bonjour
          Oui d’accord avec vous !!
          Pourquoi dites vous qu’avec le LMNP, vous louez à un institutionnel ? C’est bien dans le cadre d’un Censi Bouvard non ?

  4. Badtimes says:

    Bonjour,
    Une petite remarque sur votre conseil: » vendre son immobiliers ancien pour racheter du PINEL ou autre »
    1) qu’appeler-vous ancien : avant les années 2000, 1990, 1980?
    2) dans les nouvelles constructions aujourd’hui la plupart du temps 20 à 25% des logements sont des logements sociaux avec certaines conséquences sur l’environnement de vie collective non négligeable.
    Conclusion: ne vaut-il pas mieux investir dans la rénovation de l’ancien non impacte par ces quotas plutôt que dans l’achat du nouveau qui deviendra difficile à louer à terme(je parle en connaissance de cause)?
    Qu’en pensez-vous,

  5. Anthony says:

    Guillaume, merci pour vos articles, je suis nouveau sur le blog mais je suis fan !!
    Je ne comprends pas bien votre article.
    Vous dites que nous ne devons pas : « Investir dans l’immobilier parce que les taux d’intérêt des crédits immobiliers sont bas »
    Et que nous devons au contraire : « Investir dans un bien immobilier parce que vous considérez que l’usage que vous lui conférerez vous permettra d’en tirer une jouissance ou un revenu pérenne dans le temps »

    Ok mais si on ne cherche pas « une jouissance ou un revenu » immédiat mais plutôt à LT (20 ans), nous devons investir, nous sommes d’accord non ?

    Me concernant, pour l’instant j’ai 4 biens mais je souhaite me diversifier. C’est galère !! donc je ne fais rien, j’attends ! Mais Investir dans le capital d’une entreprise en achetant des actions pour un investissement de très long terme me semble être la meilleure option. Les assurances vies étant en train de pleurer !!

  6. il y a les partisans du « ce n’est pas le moment d’investir dans la pierre »

    et les adeptes du « c’est toujours le moment d’investir dans la pierre »

    Perso je suis passé dans le deuxième camp. Les histoires de taux etc c’est secondaire. Il y a et aura toujours des opportunités mais il faut s’adapter aux conditions du moment

  7. Bien souvent, nous ne réalisons pas les risques qui sont présents autour d’un investissement. Merci de les mettre en lumière, je suis sûr que cela aide beaucoup de personnes qui s’intéressent au placement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*