Face à l’avenir incertain du fonds euros, les compagnies d’assurance vie sont unanimes : Il faut forcer les épargnants à prendre des risques et diversifier leur épargne sur les marchés financiers grâce aux unités de compte.

Cette stratégie commerciale est vouée à l’échec en l’état car un épargnant qui ne souhaite pas prendre de risque ne sera pas intéressé par un rendement supérieur s’il doit abandonner la garantie sur son capital. Cela fait bientôt 25 ans que les assureurs essaient de vous vendre des unités de compte, sans jamais réussir.

La baisse des rendements du fonds euros ne doit pas être l’occasion de céder !

Pour autant, il n’est pas question de nier le problème du rendement de votre épargne. Si le fonds euros n’existe plus, ou du moins n’est plus une solution viable à long terme, il convient de trouver d’autres alternatives et surtout de proposer des solutions efficaces pour ACCOMPAGNER les épargnants de long terme pour une meilleure rémunération de leur épargne. 

Dans le prolongement de notre stratégie d’investissement pour 2017 ,  l’épargnant qui souhaiterait placer son épargne sur les marchés financier devra s’y investir pleinement pour éviter les conséquences catastrophiques de la bourse casino. Investir sur les marchés financiers sans une solution pour gérer les risques serait une catastrophe (et c’est pourtant ce que propose aujourd’hui les compagnies d’assurance vie comme nous vous le présentons dans cet article « Le déclin de l’assurance vie est en marche et c’est de la faute des assureurs !« ).

Le secret d’une bonne exposition aux marchés financiers réside dans la gestion des risques ! (et ça, les compagnies d’assurance vie ne le proposent pas encore lorsqu’elles forcent les épargnants à placer leur argent sur les marchés financiers)

Et n’écoutez surtout pas votre conseiller en assurance vie lorsqu’il vous affirme qu’il vous accompagnera dans la gestion de votre portefeuille sur les marchés financiers ! Ce n’est pas vrai sauf si vous le payez pour cela via une gestion conseillée ou pilotée… (personne ne fait un travail s’il n’est pas rémunéré pour. Par contre, l’utilisation de cet argument commercial est très courant lorsqu’il s’agit d’aider l’épargnant à prendre la décision d’investir)

 

repartition-fonds-euros-uc-sur-encours

 

 

La gestion pilotée, la gestion sous mandat, la gestion conseillée, une nouvelle offre commerciale pour accompagner les épargnants dans la diversification de leur épargne.

C’est alors que devant le constat de l’échec de la distribution des unités de comptes, les compagnies d’assurance vie doivent innover et trouver de nouvelles solutions pour aider les épargnants à gérer leur investissements en unités de compte. Parce que vendre des unités de compte, sans accompagner l’épargnant dans la gestion financière est l’assurance d’un échec et d’un client « dégoûté » lors de la prochaine crise (car il y a toujours une prochaine crise…).

De nouveaux termes (ou le renouveau de vieux terme) apparaissent comme « gestion pilotée », « gestion conseillée », « gestion sous mandat », … A chaque fois, l’idée est la même :

Trouver des solutions pour accompagner l’épargnant et ne pas le laisser seul face à ces investissements sur les marchés financiers :

Dans une gestion sous mandat, gestion pilotée, roboadvisor, une société de gestion gère l’exposition sur les marchés financiers en application d’un mandat donné par l’épargnant (PS : Pour faire de la gestion pour compte de tiers, il faut être société de gestion.

Un conseil en investissement financier ne peut pas gérer votre épargne, mais seulement vous donner des conseils que vous suivrez ou pas). La question du mandat d’arbitrage est problématique et pose de sérieuse question. En effet, certains considèrent que faire de la gestion pour compte de tiers (= gestion sous mandat) dans une enveloppe assurance vie n’est pas exclusive de la société de gestion et peut être réalisée par n’importe qui (c’est le mandat d’arbitrage = gestion sous mandat dans un contrat d’assurance vie).

Chacun devra analyser les performances passées de son interlocuteur, comprendre son état d’esprit, comparer les coûts et surtout connaître son modèle économique pour comprendre ses motivations à bien vous conseiller. 

Une gestion sous mandat gratuite ou une gestion conseillée gratuite ou peu onéreuse est rémunérée par des commissions dont le montant est fonction des investissements réalisés. On peut alors légitimement douter de la qualité des conseils lorsque les intérêts de l’épargnant et du conseilleur seront divergents.

Mais attention aux mandats fourre tout. Lorsque l’épargnant confie un mandat de gestion à un gestionnaire, le contenu du mandat est primordial. Parfois, la gestion sous mandat consiste à investir et copier la performance d’un indice tel que le CAC40. Ce genre de mandat de gestion de portefeuille ne présente pas grand intérêt pour l’épargnant qui devra préférer un simple OPCVM ou encore mieux un trackers (c’est à dire un fonds indiciel sans frais de gestion).

Le gestionnaire de portefeuille doit s’engager dans une gestion des risques ! Une gestion flexible et diversifiée est indispensable.  (mais rares sont les sociétés de gestion qui proposent ce genre de mandat de gestion)

Dans une gestion conseillée, le conseil en investissement financier (CIF) est rémunéré pour vous apporter un conseil sur la composition de votre portefeuille en fonction de sa lecture des marchés financiers. Vous êtes libre de suivre ou non ses conseils. La gestion conseillée s’adresse à l’épargnant qui souhait s’investir personnellement dans la compréhension de ses investissements, mais qui a besoin d’un guide pour l’accompagner et lui donner quelques clefs de lecture.

 

Votre gestion pilotée ou gestion conseillée doit être flexible, diversifiée et capable de s’adapter à l’évolution de la conjoncture.

Une gestion par profil (prudent, équilibre ou dynamique) qui ne serait pas capable de s’adapter à l’évolution de la conjoncture ou encore une gestion indiciel ne présente aucun intérêt. Vous avez besoin d’être accompagné dans votre exposition sur les marchés financiers, votre accompagnateur doit être capable d’adapter la composition de votre portefeuille à la conjoncture, c’est à dire augmenter la part de l’exposition aux marchés actions en phase de conjoncture favorable mais aussi, être capable de s’écarter totalement des marchés si votre accompagnateur estime les marchés actions survalorisés. 

Bref, votre conseil, qu’il s’agisse d’une société de gestion ou d’un conseil en investissement financier doit être capable de vous proposer une gestion flexible et diversifiée sur toutes les classes d’actif. Fuyez les sociétés qui vous proposent une gestion profilées de type (prudent, équilibre ou diversifié). Vous avez besoin d’un gestionnaire capable d’une gestion dynamique de votre exposition aux marchés. 

 

 

L’euro-croissance, une sorte de gestion pilotée de très long terme avec garantie du capital

Enfin, pour l’épargnant qui ne trouve pas son bonheur dans les offres de gestion sous mandat, gestion conseillée ou gestion pilotée pourra s’orienter vers le support Euro-croissance de son contrat d’assurance vie.

Le support Euro-croissance est un nouveau support de votre contrat d’assurance vie qui devrait, à terme, remplacer le fonds euros de votre contrat d’assurance vie. Le support euro-croissance propose donc :

Un capital garanti. La garantie est exprimée au terme d’une période de X années, contractuellement fixée entre le souscripteur et la compagnie d’assurance vie ;

Un capital disponible à tout moment, mais dont la valeur est fonction des marchés financiers ;

Une épargne de long terme gérée par la société de gestion de la compagnie d’assurance vie qui réalisera des placements de long terme pour rémunérer une épargne de long terme ;

Une épargne qui pourra être investie sur les marchés financiers, mais aussi dans le non côté via des prêts aux PME, prise de participation dans des sociétés non cotés ou encore de l’immobilier en direct ;

Une délégation du risque à la compagnie d’assurance vie qui assume le risque et la gestion. L’épargnant n’a aucun rôle à part constater la performance annuelle de son support. 

Au global, le fonds euro-croissance est une sorte de gestion pilotée de long terme avec capital garanti. Il s’agit d’une excellente solution pour l’épargnant de long terme qui ne souhaite pas s’intéresser à la gestion de son épargne et accepte un rendement modéré (mais tout de même représentatif de la durée du placement contrairement au fonds euros) du fait de l’absence de risque.

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des taux toujours historiquement bas. 

Trouvez les banques qui n’ont pas encore augmenté leur taux immobilier depuis le début de l’année ! Pour connaître ces banques : comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Cliquez ici pour comparer plus de 100 banques et trouver le meilleur taux

Ces autres articles devraient vous intéresser :


8 Comments

  1. Fredy Gosse says:

    je croyais que les assurance vie obligatoirement allaient faire faillite?

    • Le fonds euros est un produit dont l’espérance de vie est limitée ;

      Il faut donc trouver une alternative intéressante au fonds euros ;

      L’euro-croissance est une alternative séduisante mais les assureurs ne s’engagent pas dans cette voie;
      Les unités de comptes telles que vendues actuellement ne sont pas une alternative attrayante car les épargnants, incapables de gérer se feront rincer lors de la prochaine crise ;

      En dehors de l’assurance vie euro-croissance, être conseillé sur les marchés financiers pour se construire un portefeuille flexible et capable d’être adapté à la conjoncture me semble être une option attrayante.

      Car au final, la réflexion nous permet de comprendre les risques… et le pragmatisme nous oblige à mettre en oeuvre des stratégies efficaces au regard de ces risques identifiés. N’êtes vous pas d’accord. Je ne crois pas dire autre chose depuis toujours.

  2. Fredy Gosse says:

    j’aime bien vous taquiner

  3. Sont-ils mignons…… :=))

    Mieux vaut attendre un bon rinçage avant de rentrer sur les actions, en tout cas.

    • Nous sommes d’accord. Mais c’est la raison pour laquelle une bonne gestion conseillée ou pilotée doit être en mesure de vous expliquer les risques et de justifier un positionnement de repli ou d’attente sur d’autres supports qui réagirons mieux.

      et, si cette consolidation ne trouvait plus de justification… être capable de le dire et de réorienter progressivement les conseils pour assurer un rendement régulier du portefeuille.

  4. Votre gestion pilotée ou gestion conseillée doit être flexible, diversifiée et capable de s’adapter à l’évolution de la conjoncture???????
    quelle AV en propose ???

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*