Dans votre programme que nous avons analysé attentivement, vous semblez mettre en avant une distinction entre le capital productif, indispensable à l’économie et le capital non productif dont l’efficacité pour le financement de l’économie serait faible.

 

Nous retrouvons la genèse de cette idée fondatrice dans la livre révolution sous ces quelques lignes :

« Alors mettons la lumière sur toutes les réussites Françaises, qu’elles soient entrepreneuriales, intellectuelles, sportives ou culturelles. Pour que cet entrepreneuriat réussisse et se développe en France, je souhaite deux choses simples. D’abord, une fiscalité qui récompense la prise de risques, l’enrichissement par le talent, le travail et l’innovation plutôt que la rente et l’investissement immobilier. »

 

Malheureusement, les premières annonces sont décevantes et ne confirment pas la pertinence de l’analyse initiale :

Il semble exagéré de considérer tous les investissements financiers comme étant productifs et utiles pour la croissance et le financement de l’économie ;

Il semble faux de considérer systématiquement l’investissement immobilier comme non productif et donc inutile pour la croissance.

 

 

Distinguer le capital productif et le capital non productif doit être approfondie… mais pourquoi considérer l’immobilier d’investissement comme capital non productif ?

Cette distinction entre capital productif et capital non productif, nous la retrouvons principalement dans votre projet de réforme de l’ISF par l’instauration de l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière), mais aussi dans l’application d’un taux d’imposition forfaitaire de 30% (impôt sur le revenu + CSG/CSRDS compris) à tous les revenus du capital sauf les revenus fonciers.

En effet, il nous apparaît étonnant d’engager une grande réforme de la fiscalité du capital pour encourager l’investissement et améliorer le financement de l’économie en excluant l’immobilier et notamment l’immobilier d’investissement dont les retombées pour l’intérêt général ne doivent pas minorées. 

Il y a quelques jours, nous avons initié une pétition nationale pour vous demander de revoir votre position sur l’imposition des revenus fonciers (cf « Pétition : Baisser l’impôt sur le revenu foncier pour mettre fin à la crise du logement !« ).  Dans le cadre de la grande réforme des revenus fonciers, le taux d’imposition forfaitaire de 30% ne doit il pas également s’appliquer aux revenus fonciers ?

Aujourd’hui, nous insistons à nouveau sur cette idée de considérer l’immobilier d’investissement comme relevant du capital productif utile pour la croissance. Il nous apparaît indispensable d’exonérer l’investissement en immobilier locatif de l’IFI (Impôt Fortune Immobilière). Si votre logique fiscale consiste à exonérer d’IFI tous les biens utile pour la croissance économique et la France, l’immobilier locatif doit naturellement être exonéré.

 

De surcroît, considérer l’investissement sur les marchés financiers, comme de facto favorable au financement de l’économie et à la croissance économique n’est il pas exagéré ? Considérer la détention d’actions et surtout de spéculer à court terme autour de la valeur de ces dernières est il utile pour la croissance et l’économie ?

En quoi la détention d’actions Américaines ou Japonnaises serait il plus productive pour la France que l’investissement immobilier en France ? Cette mesure à considérer les actions comme du capital productif n’est il pas le summum du cynisme capitaliste qui consiste à faire croire que les salariés pourraient être les gagnants de leur propre exploitation ? 

 

 

Seule une part faible de l’épargne des Français participe au financement de la croissance et de l’investissement.

Dans une récente étude dont nous avons fait la synthèse dans cet article « Assurance vie, PEA, PEE : Conditionner les avantages fiscaux à l’investissement de long terme dans l’économie ?« , France Stratégies insiste sur la faible participation de l’épargne des Français au financement de l’économie.

 

repartition-epargne-des-francais

 

 

En précisant que « seule une part faible de l’épargne des ménages se dirige vers les investissements les plus porteurs de croissance, comme le financement des entreprises jeunes et innovantes.  »

 

La détention de titres de dette par les ménages génère un flux annuel de financements dans l’économie par deux canaux :

la part de l’épargne nouvelle qui chaque année est affectée à l’octroi de prêts ou à l’achat de dette obligataire, et la part du stock de dettes arrivant à échéance chaque année qui, remboursée par les agents économiques débiteurs, est réinvestie.

De l’ordre de 300 milliards d’euros d’octroi de nouveaux crédits auraient ainsi été générés en 2013.

50 % ont financé les entreprises, 38 % l’État et le reste les ménages eux-mêmes. Sur la part destinée aux entreprises, les grands groupes en ont capté les deux tiers, principalement par le biais d’émissions obligataires, d’une maturité moyenne d’environ huit ans. Les PME en ont capté le quart, sous la forme de crédits et d’obligations.

Le reste finance les entreprises non-résidentes. 

Sur la part des crédits destinée aux ménages, la grande majorité (près de 80 %) correspond à des emprunts immobiliers, dont la moitié équivaut à de la formation brute de capital fixe, à travers la réalisation de travaux ou l’acquisition de logements neufs (= 9.6 milliards d’euros).

 

cheminement-epargne-en-france

 

 

Les marchés financiers ne permettent plus de financer les entreprises

Dans une récente publication intitulée « Le rôle des marchés financiers pour financer les entreprises« , Patrick ARTUS et Natixis, concluent que les marchés financiers ne financent plus les entreprises mais servent à :

 – Assurer le financement des Etats ;

– Valoriser les entreprises ;

– Valoriser le risque ;

– Permettre les échanges d’actifs financiers entre épargnants.

 

Ne pouvons nous pas remettre en question l’utilité pour la croissance, l’économie et l’intérêt général après de telle conclusion ? 

Aujourd’hui, les entreprises utilisent de moins en moins les marchés financiers pour financer leurs investissement. Elles n’utilisent pourtant pas davantage le financement bancaire. En réalité, les entreprises autofinancent de plus en plus leurs investissements.

« Nous pensons que joue un rôle central la hausse du taux d’autofinancement des entreprises (du ratio entre cash flows et investissement, graphique 4), qu’on peut rapprocher de l’évolution du partage des revenus (graphiques 5a/b/c/d), avec la flexibilisation des marchés du travail. Le partage des revenus se déforme au détriment des salariés aux EtatsUnis, dans la zone euro, au Japon, mais pas en France ».

 

partage-valeur-ajoutee

 

 

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des taux toujours historiquement bas. 

Trouvez les banques qui n’ont pas encore augmenté leur taux immobilier depuis le début de l’année ! Pour connaître ces banques : comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Cliquez ici pour comparer plus de 100 banques et trouver le meilleur taux

Ces autres articles devraient vous intéresser :


45 Comments

  1. C’est le sujet ! Il ne s’agit pas d’inventer des fausses excuses qui expliqueraient pourquoi M Macron veut casser l’immobilier, mais plutôt s’interroger sur cette mise en avant de l’investissement financier.

    Pourquoi considérer l’investissement financier comme utile et favorable à la croissance et à l’économie ?

    Avant hier, dans cet article « La dynamique du marché immobilier semble cassée depuis début Avril 2017. La cause aux fakes news ? – http://www.leblogpatrimoine.com/immobilier/la-dynamique-du-marche-immobilier-semble-cassee-depuis-debut-avril-2017-la-cause-aux-fakes-news.html – , je vous faisais part de mon étonnement devant le défaitisme des investisseurs immobiliers alors qu’aucune mauvaise nouvelle ne semble être dans le programme de Macron.

    Je confirme totalement le propos.

    Aujourd’hui, je m’interroge sur cette mise en avant de l’investissement financier pour ces vertus plus grandes.

  2. Et pourquoi l’immobilier détenu par des Scpi ou Opci serait favorisé sur la détention directe? EN quoi ce mode de détention est il plus utile à l’économie?

      • OPCI/SCPI =
        Là est la vraie question, et comptez sur le lobbying pour faire le distinguo, ou au moins un plafond exonéré !!!

      • S’ils confirment les Scpi et Opci seront exonérés, cela signifiera la mort des cabinets de gestion immobilière non affiliés aux grands groupes, une dégradation de la qualité de gestion des appartements et des immeubles. S’ils vont au bout de ce projet, souhaitons qu’ils nous permettent de mutualiser les patrimoines immobilier sous des formes pas trop lourdes à gérer.

    • C’est exact!

      Notre président, quoi qu’il dise, favoriserait plutôt le placement (SCPI et autres) et non l’Investissement.

      En fait, c’est un vrai Capitaliste, inféodé au System, et son défenseur. Il est surprenant que les Français suivent cette voie centrée sur la Finance.

  3. les placements en bourse pour les non initiés que nous sont dangereux.
    Rappelez vous Eurotunnel et ceux qui y croyaient. Ils ont vu leur capital s’écrouler.
    Vous placez 1000 euros en actions. L’action s’écroule à 10 euros vous perdez 90 euros, pourtant les 1000 euros ont profité à quelqu’un.
    En immobilier vous avez du palpable, vous voyez votre bien, vous savez qu’il est à vous. Le capital fluctue mais peu importe c’est le revenu qui vous intéresse.
    Quand on fait un placement en immobilier c’est sur le long terme. Finalement on rentre toujours dans son investissement.
    Mieux vaut gérer son argent seul que de le faire gérer par les autres parce qu’ils ne gèrent que leurs intérêts et en aucun cas les vôtres .
    La bourses, les placements financiers ptudence

    • Doomay says:

      Merci, comme vous avez raison

    • Miss P says:

      Attention : l’immobilier, c’est comme les actions. On peut perdre très gros dans de l’immobilier, surtout si l’on n’y connaît pas grand chose et qu’on se laisse séduire par certains vendeurs (ou par « un coup de coeur ! »). En effet, certains biens peuvent être de « fausses bonnes affaires » : logements vendus sur plans et jamais terminés, appartements dans des résidences services qui font faillites parce que construites trop cher, au mauvais endroit, bâtiments présentant de gros problèmes (ou dans des lieux inondables) et qui finissent en démolition (à vos frais), sur un terrain parfois devenu inconstructible à cause des dangers de l’endroit…

      • Vous avez raison comme dans tout placement il faut être prudent.
        Pour l’immobilier vous avez lez moyens de vérifier en lisant les procès, verbaux des assemblées générales, en allant en mairie vérifier s’il n’y a pas de risque d’expropriation dans le quartier. en allant en préfecture pour vérifier le plan des risques naturels.
        C’est d’ailleurs pour effectuer toutes ces démarches que la loi SRU vous donne le droit à un délai pour vous rétracter.
        Quant au neuf ce n’est pas un investissement très intéressant du fait que les prix son trop élevé , le délai pour pouvoir louer est trop long du fait du temps nécessaire à la construction (2 à 3 ans tout en payant l’acquisition sans loyer). La défiscalisation fiscale n’est pas un avantage mais une contrainte (9 à 12 ans c’est long).
        Maintenant si on fait de l’immobilier derrière son clavier, bien sur il y a des risques c’est ce qui se passe avec les placements financiers. Les placements se font via un écran interposé . Il n’ y a rien de palpable, ce n’est que du virtuel dont vous ne maitrisez rien.
        Dans l’immobilier ce sont les ^propriétaires qui décident et le syndic qui applique les décisions et s’il ne les respecte pas, on le vire et il peut perdre sa carte professionnelle.
        Rien est parfait mais il est quand même préférable de pouvoir maitriser son patrimoine soi même.

  4. fredy Gosse says:

    en quoi le day trading est utile l’économie?on me répond d’habitude ça sert à assurer la liquidité..ah oui ? pourtant la bourse n’a pas commencé après l’ordinateur.

    la bourse ne finance pas l’économie , elle permet aux plus initiés à faire des profits

    • D’où ma proposition de taxe Tobin améliorée Ankou

      Avec Macron, le système boursier va se renforcer.

      • Heureusement. Macron propose de rééquilibrer un excès d’épargne vers un déficit d’investissement. Pour celà il faut que l’épargne se transforme en capital et puisse absorber les pertes comme engranger les profits.

  5. dupont says:

    il est normal pour un ex cadre supérieur de banque d’aimer la finance et non le placement sans risque.
    maintenant est ce meilleur pour l’économie de mettre son épargne à la bourse, c’est à voir.

    doit on pénaliser les épargnants qui n’ont pas la fibre aventurière ? après tout c’est leur choix et il vaut bien celui des banquiers

    par ailleurs, le bâtiment était ( avant la directive détachement ) un des seuls secteurs de l’économie non délocalisable.

  6. Gilles says:

    question philosophique:

    J’ai la chance d’avoir reçu en héritage un maison qui rapporte 15000 euros par an pour une valeur de 250000 euros.

    j’ai des travaux à faire dans la maison…

    à l’heure actuelle je suis assujetti à l’isf toute augmentation de mon patrimoine immobilié est lourdement taxé.

    avec l’ifi mes placements n’étant plus imposés à l’isf j’ai de la marge pour arriver au plafonds de 1 300 000 pour mes bien immobiliés.

    dans la vie je peux soit:
    – continuer comme ca, la maison étend payé, j’ai peux de risques et beaucoup de bénéfice
    – la revendre et avoir de le capital placé avec un peu plus de risques
    – la revendre à une sci, placer l’argent de la vente, et rembourser l’emprunts de la sci.

    moi je vois les idées de Macron plutôt comme la troisième solution.

    Dans un cas je suis rentier, dans le deuxième cas j’investi sur les marchés ce qui est plus risqué, dans le troisième je suis entrepreneur de mon patrimoine… et il est plus rentable d’être entrepreneur que d’être rentier ?

  7. J’ai peut etre une vision simpliste des choses mais je crois que le seul but de cette opération était de supprimer l’ISF, le reste n’est que de l’habillage.
    On distinguera maintenant le riche utile pour l’économie et le riche rentier propriétaire qu’il faudra sanctionner.
    Tout ça c’est du pipo car les gens qui ont financé la campagne de Macron ne sont pas de dangereux extrémistes de gauche.
    Il fallait faire la peau a l’ISF et c’est tout , pour moi le reste c’est de l’écume.

  8. Patrick D says:

    Je crois aussi que le but de Mr Macron est de supprimer l’ISF, en laissant pour la forme et ses amis à gauche, la taxation sur les propriétaires. Pour autant, je crois que les bailleurs, propriétaires et investisseurs immobiliers peuvent avoir des doutes sur l’amour que leur porte Mr Macron :
    _ Ils restent les seuls à payer l’ISF
    _ Mr Macron les a taxé de rentiers et a clairement signifié que cette frange de la population était plus, pour lui, des parasites que des « utiles ».
    _ Il va retirer de la taxe d’habitation 80 % des français et l’état compensera auprès des collectivités. Cela n’engendrera pas une hausse de la taxe foncière. Mais ca, ce sont des promesses irréalisables. Alors il va bien supprimer 80 % des TH mais je peux vous garantir que ceux qui resteront à payer l’impôt en paieront encore plus.
    Bref, nous sommes en face d’un nouveau délire politique dont la phase dépense va s’appliquer rapidement et la phase paiement va nous revenir dans la g…

  9. avant on disait « quand le bâtiment va tout va »
    aujourd’hui on veut que ce soit la finance qui marche.
    Pourtant Hollande avait dit en 2012 « mon ennemi c’est la finance ».
    La première chose qu’il a fait c’est de prendre comme conseiller un banquier d’affaires et le nommer ensuite ministre .
    Il est maintenant Président.
    C’est à rien n’y comprendre dans les Français sauf qu’ils aiment être cocufiés en permanence.
    Et pour les législatives ils vont lui donner une majorité en disant « il faut bien lui laisser sa chance ».
    A la finale ils se feront encore avoir tout simplement parce qu’ils ne lisent pas les programmes mais qu’ils sont plus dans le casting.
    Je n’ai jamais su si le général de Gaulle avait dit: » les Français sont dévots ou des veaux » mais j’ai une petite idée la dessus

  10. 1-qu’est ce qu’il croit beaucoup se sont fait plumer en bourse; ils n’y reviendront jamais ayant compris la mafia qui y sévit.
    2-comme on m’a dit les lobbying ne veulent plus de proprios bailleurs(c’est pour cela qu’on a une super taxation et des lois qui dorlotent les locataires)…
    3-allez expliquer à des gens qui n’ont jamais toucher un outils de leur vie ce qu’est le travail (de la productivité) en retapant une maison….

  11. Nicolas says:

    Un rentier investit x millions, on lui livre de la pierre et il espère que pendant 20, 30, 40 ans ou plus on va lui donner de l’argent qui lui a été gagné par du travail. Alors que ces x millions peuvent être utilisés pour plusieurs projets pendant la même période et chaque projet fournit du travail.
    Je ne vois pas en quoi l’immobilier est bon pour la croissance. Une fois une immeuble construit, c ‘est beaucoup de capitaux immobilisés non productifs. L’immobilier (la location) ne crée pas d’emploi, la construction oui et pour moi ce sont 2 activités différentes.
    En plus à lire ce blog, on pourrait croire que c’est sans risque. Des revenus sans risque, sans travail et sans rien créer non plus. Ca c’est du capitalisme conservateur le plus pur.

    • Miss P says:

      Si vous aviez l’expérience d’un propriétaire bailleur, vous ne pourriez pas écrire cela. Pour votre culture générale :

      1. Pour acheter des logements pour plusieurs millions de manière à en tirer des revenus suffisants pour ne pas avoir besoin d’exercer une autre activité professionnelle autre que leur gestion, à moins d’avoir hérité d’une grosse fortune ou d’avoir gagné à l’euromillions, il faut des montages financiers plus ou moins complexes, démarcher des banques, être parfaitement informé de la fiscalité et de la législation de l’immobilier du moment (qui change fréquemment…) (en général, il faut consulter des spécialistes, tant le sujet est complexe…). Il faut aussi trouver des investissements adéquats (le meilleur côtoyant le pire) et répartir les risques… Cette première étape, vous prendra des mois, voire des années… (au passage, l’immobilier est beaucoup plus risqué que ce que laisse entendre certains commentateurs du site…).
      2. Une fois les biens ou le terrain constructible acheté vient toute la phase : construction/rénovation… Vous voilà reparti pour démarcher des architectes, des artisans, obtenir des devis, assurer le suivi du chantier tout en faisant aussi parfois une partie du travail, faute de liquidité pour tout payer… bien entendu, tout en faisant des calculs de rentabilité et en vous documentant abondamment pour ne pas vous retrouver plumé…
      3. Après vient la phase commercialisation, via une agence, ou pour une meilleure rentabilité, via vous-mêmes (là aussi, sauf dans des zones tendus, cela se fait rarement en claquant des doigts…) et vous aurez une multitude de diagnostic à fournir, des bails à adapter… Quand vous aurez des locataires, vous aurez à gérer le quotidien (les quittances, les petits travaux, les demandes d’attestation d’assurance (et le locataire qui ne vous l’envoie qu’au bout de X rappels), les demandes d’attestation d’entretien annuel de la chaudière ou de la cheminée…) et toutes sortes d’aléas : panne de la chaudière en plein hiver avec recherche urgente d’un chauffagiste, impayés et leurs longues et complexes procédures, locataires qui troublent la tranquillité du voisinage… sans compter les changements de locataires et les évolutions de la législation, de la fiscalité, du marché à suivre de près…
      4. Les bâtiments vieillissant et le marché immobilier évoluant, il vous faudra aussi prévoir de gros travaux de rénovations lors d’un changement de locataire (par exemple), avec toute la planification que cela nécessite pour limiter la vacance du logement et les calculs pour que cela reste rentable ou bien il faudra envisager des ventes pour investir ailleurs…
      5. Les capitaux immobilisés sont productifs : ils permettent à des personnes (qui pour diverses raisons ne veulent pas ou ne peuvent pas devenir propriétaire) de se loger et, si le propriétaire est quelqu’un de soucieux du bien de ses concitoyens, en offrant des logements présentant un bon rapport qualité/prix.

      Désolée, je ne connais pas de propriétaires bailleurs qui espèrent gagner de l’argent pendant 40 ans, sans rien faire et ceux qui s’y risquent ont de la chance s’ils ne finissent pas ruinés…

      • investisseur lambda says:

        Oh oui ! Très bien dit ! C’est bien CELA la vie de la plupart des investisseurs immobiliers ! On a du pain sur la planche ! C’est trop facile de s’attaquer aux investisseurs immobiliers, car justement, leur investissement n’est pas très mobile, donc ils ne peuvent pas changer de cap facilement. Et en France, où on est supposé avoir honte d’avoir ou de vouloir gagner de l’argent, les propriétaires ont du mal à se défendre devant l’opinion publique.
        Si l’on veut combattre le phénomène  » rentier qui a hérité et qui ne fout rien  » plutôt s’attaquer à la fiscalité de succession !

    • aujourd’hui le seul moyen,pour faire des achats, qui satisfasse tout c’est l’argent. Quant vous achetez x euros une voiture vous avez en retour un tas de ferraille qui à terme ne vaut plus rien et c’est aussi de l’argent immobilisé. Tout achat que vous ferez se terminera en argent immobilisé.
      L’argent , même si on qualifie son placement de produit financier, n’est pas un produit. C’est le seul moyen de faire du troc
      C’est x millions comme vous dites on été utile à l’économie, du vendeur de terrain,en passant par le notaire, l’architecte, tout les corps de métiers, l’état, les communes, les artisans locaux pour l’entretien.
      Toute ces personnes emplois des gens.
      Quand le bâtiment va tout va

    • fredy Gosse says:

      re2 @Nicolas

      avez vous réfléchi aux différentes situations
      1/ vous êtes jeune ,vous avez une opportunité le credit est à taux faible ,s’il augmente ce sera tout bénéfice pour vous(sauf credit à taux variable) ,vous pouvez donc investir dans plusieurs biens ( attention au choix c’est plus facile à écrire qu’à pratiquer) et à terme vous vous retrouverez avec plusieurs biens entièrement payés,en vous souhaitent que la vie durant,ne vous joue pas un sale tour vous empêchant de mener à bon terme votre projet
      donc selon vous vous êtes utile à la société ,vous êtes un investisseur ….un jour vos prêts sont remboursés que faites vous? vous faites le vilain capitaliste qui encaisse la tire lire? ou vous revendez pour refaire un tour pourquoi pas (attention quand même le passé ne préjuge pas de l’avenir)
      disons que vous le faites,c’est vrai un investisseur ça investi..pourquoi pas. la bonne question est pourquoi? si vous le faites c’est qu’à priori vous avez une autre source de revenus pour pouvoir vous loger ,manger ,boire ,dormir et aussi prendre quelques vacances.N’empêche qu’in fine si béni des dieux vous avez mené votre second projet vous voila septuagénaire( je sais quand on est jeune ça parait loin)
      et propriétaire de biens que des jeunes » cons » vous envie… (vous êtes devenus un vieux con à votre tour)
      2/ Nous voila à la seconde hypothèse
      que vous vous soyez arrêtes après 20 ans ou 40 ans vous voila doté d’un patrimoine immobilier qui attire le fisc comme le miel attire les mouches ….
      comme vous êtes septuagénaire, forcément vous voila à la retraite de votre ancien ancien job(celui qui vous a fait vivre) et donc forcément vos revenus ont diminué de beaucoup, alors brusquement vous vous dites soit je vais percevoir un complément de revenus pendant que je suis encore capable d’en profiter et je vais prendre mes dispositions pour ne pas être à la charge de mes enfants( s’il y en a) ou de la communauté ,mais il faut que le fisc me laisse quelque chose, je n’ai pas pris tous ce risques toute ma vie pour rien ou alors je vais me barrer …
      j’espère que vous réfléchirez à tout cela:soit les citoyens se prennent en charge soit c’est l’Etat qui intervient .Dans ce cas plus il intervient plus il vous piquera vos sous….d’ou la réflexion de certains soyons tous à la charge de l’Etat oubliant que l’Etat est une simple fiction …..soit cet Etat gère correctement le pays et l’activité économique permet de payer son poids financier ,soit nous avons de démagogues,des cyniques , des amateurs( à leurs défenses c’est nous qui les élisons ) et dans ce cas
      nous paieront maintenant ou plus tard en laissant la dette à nos successeurs………….

  12. fredy Gosse says:

    @Nicolas
    je vous répondrais comme la soubrette de Molière et « s’il me plait à moi d’être battue »
    C’est fou ce qu’il y’a comme gens dans notre pays pour qui la notion de Liberté individuelle n »existe pas.et qui sont d’accord avec la contrainte Etatique s’il celle ci va dans leur vision du monde.

    • Oui, c’est vrai

      C’était une erreur que Sarkozy s’implique pour sauver une société privée aux frais du contribuable ……
      En laissant faire la libre entreprise, on aurait vu des restructurations et autres réorganisations stratégiques favorables aux Français

      Seule chose que j’ai notée, là où je proposais de diviser par 2 le nombre de dépités et de sénateurs, Macron propose de les réduire d’un tiers.
      Ce n’est pas assez ambitieux

      Autre paramètre, peu connu, il ne faut pas oublier les Collectivités Locales extrêmement dispendieuses, qui prennent une importance de plus en plus grande dans la part étatique au sens général

  13. Nicolas un locataire jaloux ?

  14. Patrick D says:

    A Nicolas. Vous dites : « Un rentier investit x millions, on lui livre de la pierre » et vous imaginez une personne qui gagne beaucoup d’argent à ne rien faire. Vous avez tout faux et je vous le prouve par un petit calcul des taxes que ce « rentier » va payer sur ses bénéfices en France :
    _ IRPP : 45 %
    _ CSG : 15,5 %
    _ Taxes foncières : 12 %
    _ ISF ( = 1 % du capital qui rapporte du 5 % ) : 20 %
    _ Remise aux normes et travaux d’entretien et de réparation : 5 %
    _ Agence pour la gestion : 5 %
    Total des frais et taxes : ….102,5 % !

    Ce rentier au revenus mirifiques va donc s’appauvrir tous les ans sans rien gagner pour avoir le privilège de faire travailler les entreprises françaises.

    Alors ne dites pas de bêtises. Si un rentier a des millions à investir dans la pierre, il le fera partout, sauf en France.

  15. en marche encore et pour toujours hors de France?

  16. à DUBAI un locataire paye un an de loyer avant de rentrer dans le logement !!!!!!!

  17. Bonjour à tous,

    Médiapart publie ce jour un article qui va dans le même sens que cette tribune : https://www.mediapart.fr/journal/france/280517/quoi-servira-la-flat-tax-de-macron-sur-les-revenus-du-capital

  18. Zorglub says:

    Meme avis que PatrickD,

    102,5% c’est pas mal surtout quand on sait que plus d’un francais sur 2 paie 0€ sur le revenu; pour lui c’est total free: l’école, la santé, les routes, la sécurité, la défense, les allocs…0,00€…on appelle ça la justice soit 0% pour les uns et 100% pour les autres. Ca c’est cool;)

    La hausse de la csg prévue par en marche ar, c’est 1,7% en plus des 15,5% soit17,2% actuels.
    Ajoutons à cela : la loi Allur et le bail à 32 pages, les zones tendues, la loi d’encadrement des loyers, l’irl au point mort depuis 3 ans, les charges et les impôts qui augmentent sans arrêt, l’isf à 100% pour les particuliers; le peut être ou pas loyer fictif… bref j’en oublie …en tout cas ce qui me concerne, je vais vraiment me détourner de l’immobilier français et pour de bon.
    Mais désilé pour macron, ce ne sera en aucun cas pour placer dans les actions de toutes façon, mais plutôt de l’immobilier dans un pays voisin.
    Et pour me marrer je reviendrai pour voter socialiste…comme mr noah et bien d’autres.

  19. chatelain says:

    La reponse est simple. Il cherche à sortir le pays d’une bulle immobiliere qui amene le pays au bord du gouffre.

    Une generation a accumule de l’immobilier à bas prix et en possede la majorite, avec des plus values fantastiques pour un risque mesure.

    Les generations plus jeunes n’ont plus de perspective, notamment immobiliere car l’achat est devenu pour beaucoup impossible.

    Cela est un danger pour tout pays si ces classes jeunes ne peuvent plus se projeter et Macron cherche à corriger cela.

    Desole mais l’etat tape la ou il a contribue largement à un desequilibre (mecanisme d’APL et autres aides). La periode doree est terminee, retour à la realite.

    • Bonsoir,
      Pour mémoire dans les années 80 les taux d’intérêts de l’immobilier avoisinait les 11%, alors l’immobilier a bas prix faut pas pousser.

      • chatelain says:

        et l’inflation etait a combien? les prix par rapport aux salaires? les perspectives de croissance et de croissance de salaire?

        les annees 80 etaient largement plus positives pour l’achat que maintenant, c’est incontestable.

        • Fredy Gosse says:

          c’était tellement positif qu’ayant du vendre ,en partie, en 1995 , en francs constants j’ ai perdu de l’argent …..
          A partir de la fin des années 90 et mis à part une faible baisse courte après les subprimes l' »immobilier a grimpé grimpé.. peut il grimper jusqu’au ciel? ( remarques valables en RP et coins privilégiés en France)
          le prix vont dépendre de prochaines décisions politiques comme d’habitude

  20. le gouvernement cherche à éviter une reprise de la hausse de l’immo pour éviter une dégration du pouvoir d’achat???

    Rediriger l’épargne vers le financement des entreprises peut permettre de doper la croissance et d’améliorer la situation de le France et des Français in fine. Pas bête. ON verra bien les résultats de cette politique.

    • Je souhaite qu’elle fonctionne, mais ne pense pas qu’elle va réussir.

      Ne faudrait-il pas, au lieu de taxer l’immobilier, diminuer drastiquement les aides à la pierre?

      Le gain pour l’État devrait être important.

  21. Papigilles says:

    Pourquoi faire un distinguo entre les différents investissements. Tout argent épargné sert à investir et faire tourner la machine.Il est donc créateur d’activité,d’emploi,et de profit.

  22. Bonsoir

    J’ai lu partiellement les commentaires: maisbonne réponse de freddy à nicolas . et c’est aussi vrai pour la réponse de bob: On reste dormir pendant que le voisin passe ses week end à manipuler des parpaings, et ensuite on le jalouse!! il faut parfois de l’huile de coude,

    Bonne soirée

  23. Guillaume il y a des mots interdits qui empêchent de poster????

    Concernant un certain cabinet du 75018…..

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*