Mine de rien, le CAC40 poursuit sa hausse ! Rien ne semble l’arrêter et chacun cherche à trouver des excuses pour expliquer cette hausse inespérée. Et, nous avons là un indice fort qui devrait suffire pour décliner toutes les propositions actuelles d’investissement sur les marchés financiers.

Depuis le 01/01/2017, la hausse du CAC40, hors dividende, s’inscrit à +11.05% au moment ou je rédige ces quelques lignes. Nous ne sommes plus qu’à 700 points des plus hauts de 2008 !

 

Serions nous au début de la construction d’une bulle spéculative ?

Lorsque les cours étaient à 4300 point, tous affirmaient que les marchés actions sont justement valorisé. Maintenant, après 1000 points de hausse, nombreux sont ceux qui essaie de d’expliquer les raisons nouvelles de cette hausse.

Qu’il est difficile pour l’épargnant de prendre une bonne décision, mais n’est il pas trop tard ? 

Une très forte hausse de +35% depuis Février 2016 ;

Une conjoncture économique qui semble manifestement meilleure ;

Un conjoncture politique qui apparaît favorable ;

Mais les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel ! N’oubliez JAMAIS « En bourse il faut acheter quand on vous incite à la prudence et vendre lorsque l’on cherche à vous rassurer »

tvc_1494ba008eb6707eefc7d8d153574ec5-1

 

Bien évidemment, j’en sais rien ! Je n’ai aucune idée de la valeur future des marchés, mais l’expérience et cette manière pour les commentateurs de trouver des explications rationnelles à une hausse irrationnelles ne me laisse pas serein. (cf »Le CAC40 retrouve ses sommets de 2008. Faut il sécuriser vos positions spéculatives ?« ).

 

J’ai comme l’impression d’être en 2005/2006 ou 1999, c’est à dire à la veille ou même au début ou milieu d’une forte hausse irrationnelle, à la veille ou même au début ou milieu d’une bulle, d’une euphorie sur les Bourses qui finira par coûter très cher pour les épargnants candides qui se laisseront berner par ce mirage de l’argent facile. 

 

Alors on fait quoi ?

 

ps : ceux qui ont suivi notre conseil en Juin 2016, on investit alors que le CAC40 était proche de 4000 points. (cf »Acheter au son du canon, vendre au son du clairon ? Faut il profiter de la crise du BREXIT pour investir ?)

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basFaire vite ! Les taux immobilier sont encore très bas, mais la hausse commence et pourrait s’accélérer. 

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux

Ces autres articles devraient vous intéresser :


7 Comments

  1. delisle says:

    le seul objectif valable en gestion du patrimoine est de ne consommer que les intérêts des intérêts

  2. goufio says:

    en 1999, le CAC 40 était à 5958.32 et a fait + 51.10 % de performances sur l’année, à 5395 points, il y a encore de la marge après 18 ans !

  3. NOSTRADAMUS says:

    Rappelez vous mes prédictions !

    Nostradamus
    25 avril 2017 at 09:15

    Bonjour,

    Le plus haut du CAC était dans les années 2000 avec ~ 6500 points

    Le plus haut du CAC était dans les années 2008 avec ~ 6000 points

    Le plus haut du CAC est dans les années 2017 avec ~ 5500 points (avant fin Juin)

    Le plus haut du CAC sera dans les années 2025 avec ~ 5000 points

    Croyez ma prédiction, ainsi va la bourse !

  4. Vincent says:

    Petite question d’un béotien en sciences économiques.

    La comparaison des courbes du CAC 40 ou du S&P 500 se fait en corrigeant l’inflation entre 2008 et 2017 si je ne fais pas erreur. Mais il ne s’agit que de « l’inflation dans la sphère économique » qui ne mesure que la perte du pouvoir d’achat du panier moyen d’un ménage.

    Mais quand est-il d’une correction de « l’inflation dans la sphère financière » ? En 2011, j’ai entendu que les différents QE allaient provoquer une hyperinflation en faisant tourner la planche à billet. Mais apparemment la transmission de cette politique monétaire accommodante dans la sphère économique a été médiocre…

    D’où mon interprétation que l’argent injecté est resté dans la sphère financière qui a subit une forte « inflation » qui aurait touché le panier moyen des investisseurs.

    Et je ne suis pas sûr que la comparaison des courbes entre 2008 et 2017 corrigée simplement de l’inflation économique soit suffisante…

    PS : je ne sais pas s’il existe un indice « d’inflation » dans la sphère financière.

    • Merci pour cette analyse très intéressante. Cette inflation « financière » ou plus globalement des actifs ne peut être représentée. Néanmoins, cette idée qui veut que les QE sont à l’origine de la valorisation excessive des actifs (immobilier, obligation, action) et surtout la fin des QE et le début de la normalisation des politiques monétaires pourrait avoir pour l’effet inverse.

      Hausse des liquidités = hausse de la valeur des actifs
      Baisse des liquidités = Baisse de la valeur des actifs. (Nous entrons dans cette phase qui se matérialise par la hausse des taux d’intérêt depuis 6 mois).

      Il doit être possible de comprendre la survalorisation des marchés par rapport à une constante que sont leur capacité bénéficiaire doit pouvoir être lu au travers du PER. IL est au moment ou j’écris ces lignes à 18.80

      Voici l’évolution du PER SHILLER sur le marché américain S&P 500 :

  5. VOici le PER median des 5000 entreprises au niveau mondial

  6. goufio says:

    Vincent- la création monétaire n’a jamais eu d’influence sur la sphère économique et plus précisément sur la croissance du PIB, sinon il suffit d’imprimer de la monnaie et plus besoin de créer des produits et services, mais à quoi servirait cette monnaie sans rien à échanger ? Seule donc la création de produits et services sert la croissance, l’inflation monétaire comme son nom l’indique ne sert qu’à changer le prix de la monnaie, c’est comme si l’on changeait l’unité des poids et mesures, on pèserait et/ou mesurerait dans d’autres unités. Cela ne vient à l’idée de peu de personnes mêmes d’économistes que l’on voit et entend à la TV (vu à la TV), ce qui est sidérant !
    Donc pour votre réponse l’inflation des prix des actifs s’est bien opérée mais elle se corrigera soit par l’augmentation des résultats des entreprises composant les indices soit par une consolidation des marchés s’il y a eu des excès. Les marchés déterminent bien les prix des actifs qui s’y échangent. Maintenant les mesures des prix sur les marchés avec ou sans inflation sont données avec l’IPC, mais est-ce bien utile pour un particulier ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*