Alors que la bourse et plus particulièrement l’indice CAC40 vient de toucher un plus haut de 9 ans pour retrouver ces sommets de 2008, vous êtes nombreux à vous interroger sur l’opportunité ou non de sécuriser vos investissements en bourse.

En effet, ne dit on pas qu’il faut « vendre au son du clairon et acheter au son du canon ». N’est il pas de meilleur période pour vendre que l’atteinte d’un plus haut historique ? Ne faut il pas vendre lorsque les marchés sont au plus haut ?

C’est alors, que le spéculateur boursier, conscient que les marchés ne sont qu’une succession de cycles de hausse, puis de cycles de baisse, aura à cœur de sécuriser son investissement, pour atteindre sereinement le prochain cycle de baisse. 

 

Je vous laisse chercher ou nous en sommes dans la psychologie des investisseurs.

psycho-investisseur

 

Les cours ne sont probablement pas au plus haut, ils peuvent peut être encore afficher quelques belles performances spéculatives, ou pas, mais le potentiel de hausse est il suffisant par rapport au potentiel de baisse ? Car n’oubliez jamais que la bourse n’est qu’une succession de hausses, puis de baisses. Après la hausse, vient la baisse, c’est binaire, inéluctable et seulement une question de temps. 

Le spéculateur boursier qui aura un goût prononcé pour le jeu aimera toucher l’espoir de vendre au plus haut (et il y arrivera peut être ou pas).

Le spéculateur bon père de famille gardera en tête qu’un tiens vaut mieux que deux tu l’auras et préférera sécuriser ses positions spéculatives pour progressivement sécuriser son portefeuille. Il aura d’ailleurs commencé à le sécuriser progressivement depuis quelques semaines au gré des hausses successives enregistrées depuis le début de l’année. 

 

cac40-plus-haut-de-2008

 

Et le CAC40 Gr, c’est à dire le CAC40 dividendes réinvestis, est encore plus haut et dépasse très largement ses plus hauts historiques (et non seulement les plus hauts de 2008).

 

cac40-gr-plus-haut-historique

 

 

Alors ? On vend au son du clairon et achetons au con du canon ?

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des taux toujours historiquement bas. 

Trouvez les banques qui n’ont pas encore augmenté leur taux immobilier depuis le début de l’année ! Pour connaître ces banques : comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Cliquez ici pour comparer plus de 100 banques et trouver le meilleur taux

Ces autres articles devraient vous intéresser :


16 Comments

  1. Buy the rumors, sell the news … !

    j’ai vendu toutes mes positions spéculatives
    et alléger mes long terme par la vente de call

    Bonne chance !

  2. Nostradamus says:

    Bonjour,

    Le plus haut du CAC était dans les années 2000 avec ~ 6500 points

    Le plus haut du CAC était dans les années 2008 avec ~ 6000 points

    Le plus haut du CAC est dans les années 2017 avec ~ 5500 points (avant fin Juin)

    Le plus haut du CAC sera dans les années 2025 avec ~ 5000 points

    Croyez ma prédiction, ainsi va la bourse !

  3. La bourse s’avère un peu plus subtile que de regarder une courbe très long terme et se demander si on est en haut ou en bas….

    Certes, depuis 2009, la reprise a été longue et impressionnante, mais le nombre de critères à prendre en compte pour apprécier la cherté du marché est significatif:

    – fondamentaux des rendements
    – perspectives économiques
    – taux d’intérêt
    – psychologie des investisseurs
    – objectifs personnels (rapport au risque, à la volatilité….)

    Je ne pense pas qu’on puisse malheureusement traiter du sujet en si peu….

    • Ce qui est subtile, c’est connaître la valeur intrinsèque d’une entreprise au regard des critères que vous venez de déterminer. L’investisseur de long terme devra s’y attacher pour investir dans l’entreprise dont le modèle économique sera le plus pérenne dans le scénario choisit.

      Néanmoins, si la bourse reflète la valeur des entreprises à long terme, à court terme, il ne s’agit que de spéculation autour de cette valeur. On s’éloigne de la valeur fondamentale à la hausse ou la baisse.

      N’êtes vous pas d’accord avec cette idée ?

      • Oui Guillaume, là je vous rejoins !
        Mais ce dernier propos s’éloigne de celui de votre billet. La bourse, reflète toute économie ouverte, à savoir l’équilibre à l’instant T entre offre et demande.
        Ni plus ni moins.
        De là à sous entendre – mais j’ai peut être mal compris ? – qu’ayant bcp cru récemment, elle allait probablement rebaisser prochainement, il y a un gouffre !
        Certains lisent dans les cours actuels une bulle, d’autres la naissance d’une nouvelle phase bull (sans « e ») – ou haussière pour les non initiés.
        On se rappèlera que ces dernières naissent en général dans le scepticisme général. Pour qu’il y ait hausse, il faut des vendeurs !
        Je fais partie de ceux qui pensent que les marchés Européens, surtout du Sud (Italie, Espagne, Grèce en particulier) ont une belle année 2017 devant eux.
        Et que la France devrait bien s’en sortir aussi !
        Cdt, Bernard

  4. Titre : Faut il sécuriser vos positions spéculatives ?

    Alors quelle est votre réponse ??

    • Je ne sais pas. La spéculation est un jeu, un art de la divination dans lequel tout le monde à raison à un moment et tord à un autre.

      Une seule certitude : La bourse, c’est un enchaînement de cycle de hausse, puis de baisse, puis de hausses… autour d’une valeur fondamentale liée à la capacité des entreprises à générer des bénéfices. Lorsque les cours sont au plus haut, ils peuvent continuer de croître, mais le potentiel de hausse devient de plus en plus faible alors que la potentiel de baisse s’accroît.

      Ainsi, au delà de l’analyse fondamentale de l’état de l’économie, je crois qu’après une période de hausse forte, la baisse est permise. Il ne m’apparaît pas totalement incohérent pour le spéculateur de réduire son exposition en attendant le retournement du cycle.

      Est ce que le cycle de hausse se poursuivra encore pendant 2 mois, 2 ans, +2%, +20%… Aucune idée, une seule certitude : après la hausse vient la baisse !

      • courseauxcliks says:

        apres la pluie, le beau temps et l’eau ca mouille….

        titre aguicheur ou l’on s’attend à une réponse
        et bien même pas, vous n’en savez rien.

        reprenez vous !!

        • Non, à la vérité, s’il est possible d’émettre des avis et analyse sur le niveau à long terme, de réfléchir sur le niveau optimal des cours, PERSONNE n’est capable d’affirmer et lire l’avenir dans un monde spéculatif. Par nature, la spéculation est imprévisible ! PERSONNE, AUCUNE SCIENCE n’est capable de comprendre l’évolution future. Il n’y a qu’à lire les reporting des gérants de portefeuille… ils n’anticipent que très rarement l’évolution des marchés.

          Pour mémoire, 90% des OPCVM ont une performance inférieure à leur indice de référence (CAC40) sur 10 ans.

          Admettre mon incompétence à vous dire si les marchés seront à 6000 points en 2018 ou à 3500 points est au contraire une preuve d’humilité indispensable. Comme je vous l’écris, au niveau actuel, il ne me semble pas opportun d’investir et il faut progressivement sécuriser.

          • Le 01/04/1999, le CAC40 était à 4229 points.

            le 02/01/2001, c’est à dire moins de deux ans après, le même CAC40 était à 5798 points.

            le 02/04/2003, toujours le même indice CAC40 affichait péniblement 2743 points.

            Est ce qu’il fallait investir en 1999 ? Aurai je déjà écris que les indices étaient trop chers et qu’il fallait sécuriser ? Probablement… le court terme me donnait tort, mais 4 années plus tard la conclusion est différente.

            Nous pourrions être dans une période assez comparable à cette période antérieure. Serions nous en 1999 ? Serions nous à la veille d’une magnifique bulle spéculative est construction ? c’est possible et c’est un scénario très sérieux à envisager (taux trop bas, politique monétaire trop expansionniste, …), mais attention, lorsque le marché se retournera … Tout est une question de temps et de croyance dans la capacité à sécuriser avant le prochain cycle de baisse.

            • NB: N’oubliez pas le rendement, qui sur une très longue période, représente un bon 1/3 de la performance boursière.
              Le CAC ne les capitalise pas, ce qui fausse largement la lecture des perfs du marché.
              LE CAC GR, qui lui les intègre, est à son plus haut historique.

          • Je vous rejoins Guillaume, et votre raisonnement, sous la pluie de la Cote dite d’Azur.

            Malheureusement la Bourse c’est la boule de cristal.

            Primitivement c’était l’image de l’Économie Réelle, aujourd’hui c’est le casino et la spéculation générée par le trading haute fréquence (80% des transactions?)

            Il faut éradiquer la Spéculation.
            Ce n’est pas le genre de notre futur président inféodé à la Finance pure et dure. Les Français sont des veaux, ou plutôt des moutons, j’aime bien le mouton …..

            La solution passe par la fiscalité, Une Tobin modifiée Ankou taxant inversement proportionnellement à la durée de détention de l’action. En fait comme l’Immobilier. Simple!

            La Finance, toujours la Finance. L’Europe met en place la suppression du liquide, ça va dans le même sens.

            L’Homme devrait être au centre des préoccupations, ça se fera obligatoirement, un jour. Mais je ne le verrai pas, ou d’ailleurs ……….

  5. Effectivement , la bourse n’est que successions de hausses et de baisses.

    Mais en bourse, on peut jouer la hausse comme on peut jouer la baisse…. Il suffit d’être dans le bon tempo, actif et agile pour ainsi gagner bien plus souvent dans tous les cycles…

    • « Mais en bourse, on peut jouer la hausse comme on peut jouer la baisse…. »
      La Bourse un jeu?
      Le casino?
      Je croyais naïvement que c’était pour alimenter l’Économie Réelle! 🙂

      • Au début oui : les fonds récoltés lors des introductions et augmentations de capital vont bien dans les entreprises concernées. Donc à priori l’économie réelle

        C’est après que la spéculation se met « En marche »… 🙂

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*