Et si gérer son patrimoine pouvait être modélisé par les mathématiques ?

Lorsque l’on écoute les nouveaux entrepreneurs de la gestion de patrimoine, il serait très facile de remplacer les conseillers en gestion de patrimoine par des intelligences artificielles, le big data ou encore des robots. A croire que les services marketing de ces fameuses startup aiment à utiliser des mots complexes pour faire intelligent.

En d’autres mots, l’ambition est énorme et c’est fantastique pour les épargnants : Modéliser le conseil patrimonial pour le rendre simple et accessible à tous. L’ambition est de devenir un véritable coach patrimonial, comme s’il était possible de remplacer un conseiller en gestion de patrimoine par une formule mathématique.

Modéliser, c’est traduire le code civil, le code général des impôts, les théories financières de gestion de portefeuille en formule mathématique qui permettra à chacun de réaliser des simulations et des projections sans jamais avoir ouvert un code civil ou un code général des impôts.

Si le projet est interessant, vous avouerez qu’il n’y a là rien d’exceptionnel et de nouveau.

Tous les bons conseillers en gestion de patrimoine possèdent déjà ces outils.  Il suffit de quelques bases sur Excel pour construire des outils très performants. Il ne s’agit en réalité que de mettre à disposition du grand public des outils qui étaient jusqu’à maintenant réservés aux professionnels de la gestion de patrimoine. 

C’est d’ailleurs ce que nous vous proposons depuis 2012 (bien avant la mode des fintechs)  avec notre application mon-patrimoine. Dans cette application Mon-patrimoine, nous proposons, gratuitement, à chacun de réaliser son bilan patrimonial et surtout d’utiliser nombres de nos simulateurs patrimoniaux (droit de succession, PINEL, LMNP, usufruit économique, crédit immobilier, Assurance vie, … Nous avons au total plus de 30 simulateurs …).

Si cette application est évidemment très intéressante puisqu’elle met sur un pied d’égalité les outils à disposition du conseil et du client, elle ne pourra jamais remplacer l’expertise d’un conseiller en gestion de patrimoine, et ce n’est pas l’objectif. 

L’objectif est simple (et c’est d’ailleurs l’objectif global du site) ; Il s’agit de redonner de l’autonomie aux épargnants investisseur et les faire monter en compétence pour permettre aux conseils en gestion de patrimoine d’apporter sa véritable et seule valeur ajoutée : Le conseil.

 

Malheureusement, gérer son patrimoine ce n’est pas savoir manipuler une super calculette…

Il est dommage de réduire la compétence du conseil en gestion de patrimoine à l’enregistrement de données dans un simulateur ou une super calculette. Tout le monde peut rentrer des chiffres dans une machine, imprimer un rapport de 250 pages pour affirmer : « Monsieur DUPONT, vous aurez XXXX€ de droit de succession à payer, la calculette à dit qu’il fallait souscrire un contrat d’assurance vie ».

Tout le monde peut faire ce genre de conseil, il n’y a aucune valeur ajoutée et ça ne sert à rien.

 

Gérer son patrimoine, c’est avant tout organiser son patrimoine pour le mettre au service de ses projets de vie.

Réduire les droits de succession, c’est important pour la calculette et pour la théorie de la gestion de patrimoine, mais est ce vraiment l’objectif de la famille et les projets de vie de chacun.

Croire qu’il est possible de modéliser le conseil en gestion de patrimoine, c’est croire que le conseil est le même pour tous et c’est surtout oublier que les relations familiales sont au cœur des décisions patrimoniales :

Quel contrat de mariage pour protéger le conjoint et limiter les intentions peu chaleureuses d’un enfant du premier lit qui ne s’est jamais remit du divorce de son parent ?

Et cet enfant qui n’a manifestement pas la maturité pour recevoir une donation, est ce bien raisonnable de lui faire une donation ?

Comment rédiger la clause bénéficiaire du contrat d’assurance vie pour avantager un enfant qui n’a pas la chance de ses frères et sœurs parce qu’il n’a pas fait d’études ?

… des exemples comme ceux là sont légions et surtout concernent toutes les familles.

 

Les outils mathématiques permettent de chiffrer les décisions, souvent non rationnelles, prises par les personnes selon leur projet de vie. C’est alors qu’il convient de s’interroger sur la valeur ajoutée. La valeur ajoutée est elle dans le chiffrage des décisions ou dans l’accompagnement et le conseil qui permettront de prendre la bonne décision. 

Le chiffrage patrimonial autorisé par ces supers calculettes telles que notre application mon-patrimoine sont très utiles mais n’apportent qu’une valeur ajoutée réduite.

 

L’homme (conseiller ou épargnant) reste le seul capable de décisions irrationnelles (ou du moins de décisions rationnelles déterminées par des événements sociaux non rationnels).

C’est la véritable valeur ajoutée d’un conseil en gestion de patrimoine, qu’il soit indépendant, notaire, avocat, banquier…

 

 

Le conseil en investissement immobilier ou financier peut il être réduit à une pseudo intelligence artificielle ?

Est le moment d’investir dans l’immobilier ? Une machine est elle capable de répondre à une question à laquelle personne n’a de réponse ? Cela fait plus de 8 ans que nous discutons, échangeons autour du marché de l’immobilier et de l’évolution des prix… sans connaître LA réponse.

Dans un tel contexte, comment une formule mathématique construit par un développeur informatique (un humain) pourrait connaître la réponse.

Est ce la formule mathématique qui trouve la réponse ou l’homme qui écrit la formule mathématique qui construit la réponse en fonction de son analyse personnelle (et humaine) ? Dans un tel contexte, n’y aurait il pas autant de réponse que de formule mathématique ?

Dans un tel contexte, comment une formule mathématique pourrait remplacer un conseiller en gestion de patrimoine humain ? Puisqu’il n’existe pas de réponse … il n’est donc pas possible de réaliser un conseil mathématique qui par nature doit être le même pour tous. Si la formule mathématique affirme que c’est le moment d’investir, ce doit être le moment d’investir pour tout le monde.

 

Le raisonnement est exactement le même pour le conseil en investissement financier.

Oui, il est possible de construire une formule mathématique qui permettra de réaliser une allocation d’actif en fonction de certains signaux économiques, mais cette formule n’est que le résultat de l’analyse d’un humain qui modélise SON raisonnement intellectuel.

Ce n’est donc pas une machine qui fait un conseil, mais un homme qui automatise son analyse.

Il y a donc potentiellement autant de réponse que de conseillers financiers, qu’ils soient humains ou digitaux. Au final, l’homme est au cœur du conseil et de la valeur ajoutée.  Le digital n’est que le moyen pour améliorer la qualité objective du conseil (big data et puissance de calcul) et de prodiguer le conseil (communication via les réseaux numérique et réplication automatique du conseil via les outils informatiques).

 

L’intelligence artificielle n’existe pas… Elle n’est que la traduction mathématique de l’intelligence de l’homme qui l’a créée.

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des taux toujours historiquement bas. 

Trouvez les banques qui n’ont pas encore augmenté leur taux immobilier depuis le début de l’année ! Pour connaître ces banques : comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer comme nous vous l’expliquons dans notre article sur les meilleurs taux immobilier pour septembre 2017

Cliquez ici pour comparer plus de 100 banques et trouver le meilleur taux

Ces autres articles devraient vous intéresser :


20 Comments

  1. Non et voir le film ex machina si l’on est persuadé de l’inverse. (Fiction)
    Quand je fais du conseil et que je bois un café avec mon client, c’est irrrrrremplacable 🙂 aucun robot ne connaitra ce plaisir 😉

  2. Bien vu…
    Effectivement, l’éternelle question est toujours « qu’est-ce que le conseil ? ». Et beaucoup de « conseillers » se contentent de balancer un vague chiffrage pour montrer au client que son intérêt est bien de souscrire le produit que propose sa compagnie…
    Ceux-là seront effectivement « dégommés » par une super calculette.

    Mais, comme dit Option Plus Conseil, prendre le temps de s’asseoir, boire un café ou autre avec la personne que nous rencontrons permet d’appréhender beaucoup d’éléments subjectifs… qui ont un impact fondamental sur la réalité du conseil à prodiguer.

    Et c’est là aussi toute la limite de la volonté de la règlementation standardisée !

  3. Robert Botisson says:

    Bonjour,
    Connaissant bien l’univers de la gestion de patrimoine, et le pratiquant en tant que professionnel au quotidien, je suis en désaccord avec votre point de vu.

    Avant d’être gestionnaire de patrimoine, j’ai eu une autre carrière, j’ai été informaticien.

    Votre article est intéressant, mais méconnait la réalité de ce qu’est l’intelligence artificiel. Il ne s’agit justement pas d’une « traduction mathématique de l’intelligence de l’homme qui l’a créé ».

    Plusieurs points pour expliquer cela :
    -> Une intelligence artificielle aujourd’hui n’est plus développé (ou de moins en moins) par des humains, mais par d’autres intelligences artificielles moins compétentes que ce qu’elles développent
    -> Une intelligence artificielle n’est pas un « programme » basique (comme Big Expert !), mais bien un outil qui apprend de l’expérience (et qui va faire plus d’expérience en 1 an que tous les hommes de la terre en 1 million d’années) et qui peut traiter quasi-instantanément un nombre de paramètres inimaginable à l’être humain; c’est encore un outil capable de trouver des relations entre des données là où aucun humain ne pourra le faire.

    Cela signifie qu’au début de la mise en place d’une intelligence artificielle, cette dernière ne sera pas très compétente. Mais à force de voir tous les jours des montages patrimoniaux très différents, plus ou moins optimisés, etc, en très peu de temps elle sera bien meilleure qu’aucun être humain ne le sera jamais.

    La compréhension du code civile, fiscal etc. des intelligences artificielles sera largement supérieur au meilleur des juristes. L’anticipation des conjonctures économiques également. Et plus la machine aura d’expérience, moins elle se trompera.

    Il est même à parier qu’elle modélisera par l’expérience les évolutions de sociétés (révolutions, etc…).

    La seule chose qu’elle ne fera jamais, c’est avoir de l’empathie, et en effet boire un café avec le client.

    Bien à vous,
    Robert

    • F. Charpentier says:

      Bonjour,

      Tout a fait d’accord avec vous Robert.
      Il ne sert à rien de faire l’autruche, l’Intelligence Artificielle va se répandre massivement dans les 10 prochaines années et il n’y a aucune raison que la gestion de patrimoine, dont les choix reposent sur l’analyse des données, n’y échappe.
      Tout le monde voit les progrès de l’IA dans le domaine des voitures autonomes, est ce qu’il est plus difficile de faire un conseil en gestion de patrimoine que d’avoir un système automatique pour piloter une voiture en toute sécurité ???
      Si Guillaume le permet je vous invite à regarder cette vidéo de la présentation de Laurent Alexandre au Sénat en janvier https://www.youtube.com/watch?v=rJowm24piM4, en toute objectivité et sans politique aucune cela devrait terminer de vous convaincre.

      Bien à vous tous,
      Florent

      • Le code de la route, c’est un norme, un respect universel… il est facile de modéliser le code de la route un panneau = stop ; une ligne blanche = interdiction de doubler ect…

        Dans les métiers de la gestion de patrimoine, cette normalisation du process n’est pas possible… ou du moins à une situation, la liste des réponses est incroyablement longues, tellement longue que personne n’est jamais d’accord sur la meilleure solution à appliquer.

        Croyez vous vraiment qu’un algorithme demain sera capable de vous dire si c’est le moment d’investir dans l’immobilier ? Et croyez vous que toutes le formules mathématiques auront le même conseil ?

        Une formule mathématique ne peut pas apporter une réponse là ou il n’y a pas de réponse … mais des hypothèses, des réflexions, une valeur ajoutée d’un investisseur qui transformera un champ de pomme de terre en mine d’or…

        • F. Charpentier says:

          Comme vous le constatez sans doute tous les jours, conduire n’est pas seulement un respect du code de la route mais la prise en compte d’innombrables paramètres externes, les autres automobiliste et cyclomotoristes, les vélos les piétons et toutes situations encore plus aléatoire.
          Il ne faut pas confondre IA et algorithme qui sont deux chose différentes comme l’expliquait très bien Robert, l’IA se base sur des quantités importantes de données qu’elle analyse en une fraction de seconde là ou il faudrait plusieurs mois (voire années) à un humain, et elle identifie des corrélations insoupçonnées. Une intelligence artificielle utilise l’historique des données et l’exploite par rapport aux phénomènes qui se sont réellement produits, elle détermine des scénarii possibles et leur taux de confiance de réalisation , elle tient compte de ses décisions passées pour améliorer ses décisions futures. Bref tout comme un être humain fait en acquérant de l’expérience, sauf qu’elle le fait 1000 fois, 100 000 fois ou 100 000 000 de fois plus vite. Elle ne sera pas plus faillible qu’un humain.
          Il ne sert à rien de lutter contre l’évolution (je ne dit pas progrès volontairement car est ce que l’IA est un progrès pour la majeure partie de l’humanité ???) mais il faut s’adapter, ce que notre espèce a toujours su faire depuis l’origine.

    • La question du droit est une question centrale et hautement philosophique. Le droit, c’est une loi, des règles mais surtout le cadre de l’organisation de la vie de la cité.

      Le droit n’est pas fixé, il évolue et avance, recule au gré de l’évolution de la société, des mœurs. L’homme construit le droit en fonction de considération irrationnelle lié à l’évolution de la vie en société. Appliquer le droit est facile, mais cela ne fait pas un bon avocat… comprendre la vie en société est nettement plus délicat, hors on ne peut être un excellent juriste si on ne comprend pas l’environnement sociétal du moment.

  4. il n’est qu’à voir ce qui se passe en bourse avec la prise de pouvoir des robots et du trading haute fréquence.
    Les traders sont déjà remplacés par des algorithmes
    Pour le conseil en gestion de patrimoine cela a également commencé par les outils de la GPAO(Gestion Patrimoine Assisté par Ordinateur)
    Pour un public averti nul doute que l’IA va s’imposer dans un proche avenir et que la profession devra évoluer pour ne pas disparaitre
    Pour un non initié le conseiller restera de mon point de vue toujours nécessaire compte tenu de la complexité croissante de la législation française et européenne

    • Une question, c’est quoi la GPAO (Gestion Patrimoine Assisté par Ordinateur) ?

      Quel type de réponse et à quelle type de question attendez vous d’un conseiller et d’une machine ?

      • jean claude says:

        Guillaume la GPAO c’est tout simplement ce que vous faites actuellement: »Tous les bons conseillers en gestion de patrimoine possèdent déjà ces outils. Il suffit de quelques bases sur Excel pour construire des outils très performants. Il ne s’agit en réalité que de mettre à disposition du grand public des outils qui étaient jusqu’à maintenant réservés aux professionnels de la gestion de patrimoine.

        C’est d’ailleurs ce que nous vous proposons depuis 2012 (bien avant la mode des fintechs) avec notre application mon-patrimoine. Dans cette application Mon-patrimoine, nous proposons, gratuitement, à chacun de réaliser son bilan patrimonial et surtout d’utiliser nombres de nos simulateurs patrimoniaux (droit de succession, PINEL, LMNP, usufruit économique, crédit immobilier, Assurance vie, … Nous avons au total plus de 30 simulateurs …) ».
        j’ai peut être inventé ce terme par analogie à ce qui se fait dans l’industrie:
        -la CAO/conception assistée par ordinateur ce qui entre parenthèses a entrainé dans les bureaux d’études la disparition des dessinateurs et des calculateurs
        -la GPAO, Un logiciel de Gestion de la production assistée par ordinateur, c’est un programme modulaire de gestion de production permettant de gérer l’ensemble des activités, liées à la production, d’une entreprise industrielle : Gestion des stocks et des achats ,Gestion de commandes ,Gestion des process ..ect

        ce que j’attendrais d’une IA c’est d’avoir un assistant numérique disponible 24H sur 24 et répondant à toutes mes questions de placements ,fiscalité ,d’optimisation , à partir de bases de métadonnées réactualisées en permanence en fonction de l’expérience acquise avec les analyses de risques encourus et ceci indépendamment des banquiers , des assureurs et autres fournisseurs de produits financiers afin d’éviter tout risque de manipulation Cette base serait non seulement française ,européenne mais aussi mondiale .

        Enfin a propos de votre tasse de café, l’IA fait chaque jour des progrès à pas de géant et je suis convaincu qu’à partir du traitement de la voix et de l’image elle sera dans un proche futur (moins de 10ans)aussi capable d’analyser l’émotionnel.Peut être plus,plus tard mais là on arrive dans le domaine de la science fiction (prise de pouvoir de CARL 500 « Cerveau Analytique de Recherche et de Liaison » dans le film 2001 odyssée de l’espace)

        • « ce que j’attendrais d’une IA c’est d’avoir un assistant numérique disponible 24H sur 24 et répondant à toutes mes questions de placements ,fiscalité ,d’optimisation , à partir de bases de métadonnées réactualisées en permanence en fonction de l’expérience acquise avec les analyses de risques encourus et ceci indépendamment des banquiers , des assureurs et autres fournisseurs de produits financiers afin d’éviter tout risque de manipulation Cette base serait non seulement française ,européenne mais aussi mondiale . ».

          Mais de manière concrète quelle question urgente auriez vous à poser le dimanche soir à 22H (et qui ne puisse attendre le lundi 8H) ?

          Plus sérieusement, votre propos est très intéressant, mais j’ai du mal à identifier les questions que vous pourriez attendre ? Quelle serait la valeur ajoutée d’une telle IA par rapport à l’homme. J’ai besoin d’exemple concret pour comprendre.

          « afin d’éviter tout risque de manipulation Cette base serait non seulement française ,européenne mais aussi mondiale . » ==> Mais ça l’homme peut le faire, il suffit de le payer pour vous conseiller et non le rémunérer par rétrocession ? Non, n’êtes vous pas d’accord ?

          Excusez moi d’être insistant à comprendre, mais votre commentaire / analyse est très interessant.

          Merci

          • jean claude says:

            Effectivement cherchons à être concret avec un exemple fictif et avec un peu d’imagination:
            Dimanche 23 avril 2016 à 22H le résultat imprévisible du 1er tour des présidentielles nous offre un second tour avec le couple Hamont /Le Pen.
            Autant vous dire qu ‘à 23H les marchés vont commencer à paniquer à Tokio notamment sur la dette française et sur l’euro;
            Que faire immédiatement de mon argent disponible sur mon compte bancaire et que j’aurais judicieusement au vu des sondages retiré de mon assurance vie la semaine précédente pour le transférer éventuellement vers l’étranger
            -soit dans un pays sûr financièrement dans l’UE hors euro type Suède ,Norvège ou Suisse
            -soit dans un pays hors euro type USA
            en optimisant les taux de change,les meilleurs taux d’intéret ,la fiscalité

            Quelles options possibles si je reste résident français ou devient par exemple résident portugais ,voire espagnol tout en tenant compte des règles spécifique de transmission propres à chacun de ces pays et de la fiscalité IR,Impots sur le patrimoine etc
            Je parts le 24 avril à 8h du matin en voyage et ne serait plus joignable et je ne veux surtout pas attendre un contrôle des changes éventuel ou un blocage des comptes bancaires et assurance vie dans la semaine du 26 avril…..au 7mai puis une spoliation ultérieure et je veux par un clic transférer cette somme sur un compte bancaire à l’étranger

            Vous pourrez toujours me répondre qu’un conseiller contacté préalablement aurait pu me répondre ce qui est vrai en général quand on est sur place ce qui n’est pas fréquent pour les retraités!.
            Mais c’est justement quand la crise intervient brutalement qu ‘il faut agir extrêmement rapidement(voir Chypre)

            Par ailleurs, ayant une épouse étrangère européenne, je peux vous signaler que sur la place de Paris et a fortiori ailleurs, tres peu de conseillers et de notaires peuvent me répondre tres précisément sur l’optimisation de la fiscalité,de la transmission des patrimoines pour des personnes résidentes ou non à l étranger ayant par exemple un contrat de mariage en communauté universelle( inconnu à l’étranger) et c’est dans des cas complexes de ce type que l’IA pourrait à mon avis s’avérer utile avec des alertes et réactualisations permanentes de votre dossier (comme vous le faite dans vos blogs) suite à des modifications des règles et lois fiscales françaises ,européennes et mondiales car le nombre de mariages mixtes en France s’accroit fortement (12%)ainsi qu’en Europe d’ailleurs

            êmement

  5. Bonjour,

    Je suis bien d’accord avec Florent et Robert. Se croire supérieur à l’IA est prétentieux, Guillaume. Nous n’en sommes qu’au démarrage et pourtant des outils comme WATSON développé par IBM auront vite fait de remplacer les CIF, CGPI banquiers et assureurs. Cf la loi de Moore que nombre de scientifiques remettent en cause depuis 40 ans mais qui jusqu’à présent s’est toujours vérifiée… Les capacités des ordinateurs doublent tous les deux ans. Et que dire de l’avènement prochain des ordinateurs quantiques..
    Axel

    • Je suis prétentieux alors et croix à la supériorité de l’homme. Je crois qu’il est interessant de fantasmer, mais restons tout de même terre à terre.

      Prenons un exemple, la disparition du métier de CIF et d’allocataire d’actif car une formule mathématique supérieure à l’intelligence humaine sauré déterminer les bons investissements et les mauvais.

      Toutes les IA devront donc avoir le même conseil, et donc conseillerons la même chose : Acheter total, vendez air liquide, vendez les actions européennes… Et c’est donc la mort du marché (et oui, un marché dans lequel il n’y a que des vendeurs … ou que des acheteurs n’est pas un marché … et l’échec du conseil. 😉

      • jean claude says:

        juste pour se détendre, souvenons nous à wall street qu’en 2013 et avant,les singes lanceurs de fléchettes et gestionnaires de fonds ont réalisé de meilleures performances que les indices pondérés par capitalisation »,
        De toute façon aujourd’hui les robots ont déja pris le pouvoir avec bien sur les risques que vous évoquez d’effondrement instantanés des marchés et d’explosion de bulles spéculatives.
        Le petit porteur n’a plus qu’à sortir son mouchoir.

  6. Bonjour
    Très intéressant comme débat. N’oublions pas non plus que le conseiller humain permet aussi de lever au cours de sa relation avec le client de lever les besoins non exprimés… s’ajoute à cela la protection des données, et j’imagine que certaine personne ne souhaite pas tout divulguer à une IA..

  7. Guillaume FLEURENT says:

    Bonjour, article vraiment intéressant…

    Néanmoins, je ne suis pas convaincu par l’idée de remplacement.

    Les startups, principalement aux Etats Unis, se sont intéressées à la gestion d’actifs et non aux problématiques les plus complexes.

    Je pense qu’il est illusoire en effet de penser que les robo-advisors pourront, même dans les 10 ans à venir, résoudre des solutions si complexes de part l’évolution juridique, fiscale, successorale et surtout de part les volontés humaines.

    Pour des solutions « simples » l’apport de l’IA est excellent, et permet surtout de faire évoluer la profession dans son environnement : À l’heure du digital, tout le monde souhaite la rapidité pour des choses qu’on pense devoir être réglées rapidement; Cette phrase est d’autant plus applicable avec le mot « simplicité ».

    Vous avez bien fait de placer un « ou pas » dans votre titre, c’est ici que l’article prend tout son intérêt mais il ne faut pas parler de remplacement, simplement d’évolution.
    Le Robo-advisor de demain pourra toujours aller plus loin dans de l’allocation d’actif, pourra toujours évoluer afin d’éviter les biais que nous connaissons, pourra toujours proposer des contrats d’épargne, d’assurance etc…

    Néanmoins le robo-advisor de demain ne pourra pas nous proposer une interface de gestion de notre société civile, pour ensuite préparer un apport de titre à une holding afin de bénéficier du report pour enfin préparer la donation de ces mêmes titres afin de purger la plus value sur notre tête… Tout en pensant à digitaliser la comptabilité afin de minimiser la valeur des parts etc… Une problématique qui en regroupe des centaines d’autres…

    Bref, d’accord avec vous, sauf sur certains points ou vous semblez comparer « l’IA » à de simples formules…
    La vitesse n’est pas la seule chose reconnue à l’IA… Les développements extérieurs sont aussi considérables.. Marie Quantier base son modèle d’allocation et de gestion sur une redéfinition de la notion risque par exemple.. Une initiative, un pari, qui amène à réfléchir sur la pertinence des questionnaires / profils… Ici il y a une réelle valeur ajoutée.

    • Oui, je suis pleinement d’accord avec votre analyse. Mariequantier apporte effectivement une analyse très intéressante et leur technologie apparaît comme très puissante. La question de la redéfinition de la notion de risque avec la calcul d’un niveau de perte maximal est un apport intéressant autorisé par la technologie et la puissante de calcul. Pour autant, derrière les calculs, il y a l’intelligence d’un Humain qui choisit de fixer ce nouveau mode de raisonnement.

      C’est un bon exemple de l’intelligence artificielle telle que je l’imagine. La puissance mathématique au service de l’intelligence de l’Homme qui la construit.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*