Pourquoi les conseillers en gestion de patrimoine et épargnants ne sont ils pas toujours en osmose sur les conseils théoriques d’une bonne gestion de patrimoine ?

Combien de conseils en gestion de patrimoine ne comprennent ils pas pourquoi certains de leurs clients refusent d’investir davantage sur les marchés financiers ? Pourquoi refusent t’ils l’espoir d’un enrichissement supérieur ?

Pourquoi les épargnants s’obstinent à laisser leur épargne sur le fonds euros alors même que des rendements nettement meilleurs pourraient facilement obtenus avec une prise de risque maîtrisée ?

Pourquoi tant de chefs d’entreprise laissent des liquidités trop abondantes sur leur compte courant ou sur des livrets mal rémunérés ?

Pourquoi tant de conseils en gestion de patrimoine ne parviennent ils pas à convaincre leurs clients à prendre davantage de risques pour s’enrichir davantage ?

 

 

Épargnants et conseils en gestion de patrimoine ne sont pas d’accord et ne partagent pas une même vision de la gestion de leur patrimoine.

Le conseil en gestion de patrimoine convaincu par de nombreuses années d’étude et une forme de « jalousie » ou « espoir vain » à devenir un jour aussi riche que son client, travaillera pour conseiller son client en fonction de sa propre manière de gérer son patrimoine. « A votre place ; dans votre situation ; … je ferai ci ou ça ».

Le conseil en gestion de patrimoine parfois convaincu que la gestion de patrimoine est une matière noble et dominante tentera d’imposer son analyse juridique, fiscale et financière qui impactera le mode de vie de son client. Il s’agit là d’une erreur manifeste.

La gestion de votre patrimoine n’est pas une matière noble qui vous permettra de devenir riche. La gestion de votre patrimoine est au service de vos projets de vie, de votre capacité à créer de la valeur, de votre situation familiale, …

Bref, gérer son patrimoine n’est pas un objectif en soi… ce n’est qu’une conséquence qui devra s’adapter à chacun. 

C’est la raison pour laquelle, il n’existe pas de gestion de patrimoine typique, d’allocation parfaite, de diversification optimale entre immobilier, liquidité et marchés financiers, … La grande majorité des décisions patrimoniales sont prises sans fondements rationnels et sont simplement les conséquences des choix de vie de la personne.

Le conseil en gestion de patrimoine doit il être avant tout un excellent psychologue ?

 

 

Incompréhension naturelle entre un conseil en gestion de patrimoine et son client…

Un chef d’entreprise en réussite dont la fortune est celle de son entreprise n’aura probablement que faire de placer 50 000€ ou 100 000€ laissés négligemment sur son compte courant ? Pour quoi faire ? Pour échanger liquidité et liberté d’utiliser ses sommes contre un espoir de rendement de 5% maximum ? Que représente l’espoir de gagner 5000€ / an pour une personne qui en gagne 500 000€ ?

Pourquoi perdre de l’énergie et du temps à optimiser la gestion de son patrimoine et rechercher à s’enrichir encore et encore alors même que le temps passer à optimiser son patrimoine serait un temps qui ne serait pas passé à créer de le véritable enrichissement, liés à l’exercice de son activité professionnelle ?

Lorsque l’on passe son temps à travailler et son énergie et à créer de la valeur professionnelle, n’est il pas compréhensible de se comporter comme un véritable fainéant lorsqu’il s’agit de gérer son patrimoine ?

Celui qui recherche le toujours plus dans son activité professionnelle, peut il rechercher la non optimisation dans sa vie personnelle ?

 

Bien évidemment, ces attitudes patrimoniales non optimales seront une source d’incompréhension pour le petit épargnant ou le conseil en gestion de patrimoine qui rêve un jour de devenir aussi riche que son client et qui ne vit que dans cette perspective, mais c’est là la vraie vie !

La grande majorité des conseils en gestion de patrimoine sont des hommes et des femmes d’argent qui vivent pour devenir riche… alors que la grande majorité des épargnants sont de vrais gens qui ont de véritables objectifs de vie dans lequel l’argent est important mais pas prioritaire. 

C’est un peu caricatural… mais tellement vrai ! il vous suffira d’en juger vous même par l’importance des signes extérieurs de richesse de nous les conseils en gestion de patrimoine 😉

Combien de conseils en gestion de patrimoine ont ils des voitures plus grosses et ostentatoires que leurs clients dont la richesse est pourtant plus grande ? L’objectif de vie n’est souvent pas le même entre l’homme ou la femme d’argent qu’est le conseil en gestion de patrimoine et leurs clients qui ont compris que le patrimoine et sa gestion n’était pas un objectif, mais seulement une conséquence.

 

 

Le patrimoine et sa gestion n’était pas un objectif, mais seulement une conséquence des choix de vie de chacun.

C’est alors qu’il convient de rétablir la vérité : Une bonne gestion de votre patrimoine ne vous permettra pas de devenir riche. Si tel était le cas, les conseillers en gestion de patrimoine seraient tous très riche et garderaient leurs bons conseils pour eux !

Le patrimoine ne peut être une stratégie, ce n’est qu’une conséquence. La conséquence de choix de vie, de décisions, de choix familiaux, de prises de risques entrepreneuriaux, de sacrifices, de chance, …

Il vous faudra trouver d’autres moyens pour devenir riche car il serait vain d’écouter votre conseil en gestion de patrimoine ! Il n’est pas capable de tels conseils. Le conseil en gestion de patrimoine vous donne des clefs de réflexion ; à vous d’utiliser ses connaissances pour entreprendre et créer de la valeur.

Pour devenir riche, il faut s’investir, travailler, faire des choix qui s’avéreront rentables, comprendre les mutations de la société pour anticiper les bons choix de demain, réfléchir, comprendre…

Bref, il faut devenir entrepreneur de votre patrimoine tel que nous vous le présentons depuis des années maintenant ! (cf « Pour devenir riche, il ne faut pas épargner, il faut investir !« ).

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des taux toujours historiquement bas. 

Trouvez les banques qui n’ont pas encore augmenté leur taux immobilier depuis le début de l’année ! Pour connaître ces banques : comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Cliquez ici pour comparer plus de 100 banques et trouver le meilleur taux

Ces autres articles devraient vous intéresser :


16 Comments

  1. wanapatri says:

    G= L’objectif de vie n’est souvent pas le même entre l’homme ou la femme d’argent qu’est le conseil en gestion de patrimoine et leurs clients qui ont compris que le patrimoine et sa gestion n’était pas un objectif, mais seulement une conséquence.

    Les clients ont il tous compris cela ?

    Gu= Bien évidemment, ces attitudes patrimoniales non optimales seront une source d’incompréhension pour le petit épargnant ou le conseil en gestion de patrimoine qui rêve un jour de devenir aussi riche que son client et qui ne vit que dans cette perspective, mais c’est là la vraie vie !

    Non optimales, mais sans tracas…effectivement laisser traîner 50 ou 100 k€ ou plus…pour gagner peu et avec du travail, quand on a une VRAIE vie à côté, et UNE Activité prenante et rémunératrice, c’est logique.

    Les flux d’entrée (pour des patrons entrepreneurs), en ces temps de petit rendement, deviennent la véritable source de revenus et de possible accroissement du patrimoine, certainement pas la gestion d’ un patrimoine comme seule activité ( au demeurant pas très passionnante), vu la punition terrible que subit actuellement l’ épargne.

  2. Miss P says:

    J’ai vu trop de personnes, se gâcher leur vie et celles des autres, car elles étaient esclaves de leur patrimoine. Je veille pour ma part à ce que mon patrimoine reste à mon service et à celui des autres : tant pis, si je gagne moins, ne gère pas de manière optimale…

  3. Regard très intéressant sur votre profession et la notion de « richesse » et de ses objectifs

  4. Riche c’est a partir de combien ?

  5. Cédric says:

    Je regrette mais comme très souvent, vous faites de vos opinions une généralité et présentez les choses sous un angle biaisé.

    Permettez moi de vous recommander un peu plus d’humilité, d’autant que manifestement votre expérience des métiers de la gestion de patrimoine semble encore faible.

    Cordialement,

    Cédric

    • Cédric,
      Ne soyez pas enfantin, ce ne sont pas des opinions, mais des questions ouvertes, par conséquent votre réponse à ce sujet, (qu’on ne lit pas ici) vaudra autant qu’une autre, et construira un feedback collectif.

      Rien de plus

      Rien de moins

    • Oui, vous avez raison, c’est mon opinion.

      Quel est la votre ? Il s’agit là de l’ouverture d’un débat, d’une réflexion… J’aime lire les analyses divergentes pour permettre à chacun de se construire une idée.

      • Cédric (l'autre !) says:

        Juste pour préciser qu’il y a donc un autre Cédric que moi, ce qui en soi n’a rien d’extraordinaire, mais que je ne souhaite pas que, par confusion, on me prête des propos que je ne me serais pas permis de tenir 😉 (et que je ne partage pas nécessairement au demeurant : comment reprocher à Guillaume son engagement alors que cela contribue indéniablement à la qualité de son blog et qu’il s’agit là d’une qualité parfois trop absente du métier ?)

  6. Excellente réflexion

    En effet, le psychologique est essentiel en la matière, et les passivités s’expliquent bien souvent aussi par des conduites compensatoires de l’hyper activité pro.

    Nous sommes ici dans l’archaïque, sans faire de freudisme de comptoir, ce qui explique bien des résistances aberrantes; songez d’ailleurs aussi aux comportements d’anticipation patrimoniale(ou souvent, pas) face à la mort

    L’argent ne fait pas le bonheur, même s’il y contribue fortement

  7. Ce genre d’article devrait au minimum ne pas être constellé de fautes de syntaxe et d’orthographe. Ça lui enleve une grande partie de sa crédibilité.

  8. Nous sommes bien d’accord, Guillaume est souvent fâché avec les participes passés, mais en quoi la forme somme toute correcte malgré tout, entache t elle le fond dont, vous, vous ne dites rien???

    Le syndrome français de la critique non constructive a encore frappé, sous des pseudos et avatars apparemment différents….

  9. wanapatri says:

    Complètement d’ accord avec Swen !
    Il n’ y a que des opinions ou presque. La subjectivité.
    Pour le coup, cet article me parle pleinement. Cela fait presque dix ans que je suis dans cette problématique et commence à en sortir. cet article vient à point nommé.

    La volonté bien française, hélas, de prétendre à l’ OBJECTIVITE de la science (en sciences humaines) a conduit aux excès de Descartes, à la révolution et à ses excès, et aux totalitarismes qui en ont suivi. Les soviets comme les khmers se gargarisaient de la révolution française et de ses violences.

    Messieurs les contradicteurs, qu’avez vous à apporter de constructif ?
    PS: je suis d’accord que parfois la syntaxe me semble tout droit sortie d’un traducteur automatique, mais j’ apprécie le fonds , et cette forme parfois difficile à lire ne m’ empêche pas d’ apprécier l’ ensemble !!
    Je n’ aime pas les procès sur la forme quand on n’ a rien à dire sur le fonds, ou que l’ on n’est pas d’ accord sans dire pourquoi ( mauvaise foi !)

  10. D’accord avec Guillaume. Un CGP ne fait pas gagner d’argent au client. C’est le client qui gagne de l’argent (ou l’argent du client qui lui fait gagner de l’argent).
    Le CGP gère, conseil, optimise, fluidifie, prévoit, organise, planifie (et c’est déjà bien) mais ne fait pas « gagner » d’argent.
    Rien qu’avec cela, le métier de CGP apporte une forte valeur ajoutée au client. C’est cela qui est gratifiant pour le CGP et qui merite rémunération (reste le débat sur les modalités de rémunérations des CGP, commission sur produit ou honoraires sur conseil)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*