Comparateur des meilleurs taux de crédit immobilier actuellement. Le barème Avril 2017 :

Mise à jour : 27/03/2017

Durée du crédit immobilier – Avril 2017 Taux Excellent Taux Très bon Taux Bon Taux Standard
7 ans 0.45% 0.70% 1.06% 1.10%
10 ans 0.60% 0.92% 1.20% 1.25%
12 ans 0.74% 1.08% 1.35% 1.45%
15 ans 0.90% 1.20% 1.45% 1.55%
20 ans 1.10% 1.36% 1.67% 1.75%
25 ans 1.25% 1.72% 1.90% 1.95%
30 ans 1.94% 2.35% 2.60% 2.85%

PS : Il s’agit d’un barème moyen constaté sur les dossiers en cours de négociation. Pour connaître le meilleur taux pour votre projet immobilier (fonction de votre lieu de résidence, de votre banque, de votre âge, apport personnel …) et ne pas vous contenter du barème général  ci dessus, vous pouvez utiliser notre comparateur personnalisé : comparateur de meilleur taux immobilier).

 

 

En ce début du mois d’Avril 2017, les taux de crédit immobilier devraient poursuivre leur hausse, lentement mais surement pour tous et surtout pour les dossiers les moins bons

Les taux de crédit immobilier montent, c’est maintenant un fait incontestable ! La hausse paraît relativement faible pour le moment mais attention aux effets statistiques liées au moyenne.

Les emprunteurs aux meilleurs dossiers profitent d’une hausse nettement plus modérée que pour les emprunteurs aux dossiers plus standard.

 

 

Les emprunteurs aux meilleurs dossiers profitent d’une hausse modérée des taux de crédit immobilier … alors que les emprunteurs aux dossiers standards pourraient subir des hausses plus fortes.

Demain, alors que le marché de l’immobilier semble retrouvé un dynamisme inespéré, voir même une euphorie peu rassurante, les banques pourraient bien être tentées de sélectionner encore davantage les dossiers de financement selon la qualité du dossier emprunteur.

Le prix de l’argent et surtout la marge d’intérêt des banques, c’est à dire le taux d’intérêt, est fixé par confrontation de l’offre et de la demande de crédit. Lorsque la demande augmentent, les banques peuvent asseyer d’augmenter leur marge et donc les taux d’intérêt. C’est le phénomène auquel nous pourrions assister dans les prochaines semaines.

Un banquier n’est un commerçant dont le cœur du métier est la vente d’argent.

Le coût de cet argent, c’est le taux d’intérêt. C’est alors que lorsque l’offre est supérieure à la demande, c’est à dire, lorsque le marché de l’immobilier n’est pas dynamique, la concurrence entre les banques est très forte et les taux ont tendance à baisser.

A contrario, lorsque le marché de l’immobilier est dynamique, la demande (= le nombre de candidat au crédit immobilier) est plus importante et tout naturellement, les banques (=offre de crédit) cherchent à imposer leurs conditions et veulent reconstituer leurs marges.

La concurrence est toujours très forte sur les dossiers les plus qualitatifs qui se verront proposer des taux toujours très faibles alors que les dossiers moins attrayants (pour les banques) seront moins recherchés et se verront proposer des taux nettement moins favorables. 

 

 

Mais une tendance à la hausse des taux de crédit immobilier qui pourrait accélérer sur la seconde partie de l’année 2017. Il faut en profiter sans céder à l’euphorie…

Au delà de ces considérations liées aux pratiques commerciales des banques, il ne faut pas nier la tendance certaine de l’augmentation des taux d’intérêt des crédits immobiliers. Nous ne sommes qu’au début, au frémissement, d’une hausse des taux de crédit immobilier qui pourrait prendre une plus grande ampleur à partir de la seconde moitié de l’année 2017 et plus précisément en 2018.

Sur le dernier quadrimestre 2017, et avec une mouvement en accélération en 2018, la banque centrale européenne devrait progressivement laisser se propager l’idée d’une politique monétaire moins agressive et d’une augmentation des taux d’intérêt au gré de la solidité de la croissance économique et de l’inflation.

Imaginez, la situation totalement inédite du moment : Vous pouvez emprunter de l’argent sur 20 ans à un taux proche de 1.50% en moyenne alors que l’inflation s’annonce également proche de 1.50% en 2017.

En d’autres mots, avec un taux de crédit immobilier inférieur ou égal au taux d’inflation, emprunter ne coûte rien à long terme ! Cette situation n’est pas durable, il faut en profiter, sans céder à l’euphorie constitutive d’une nouvelle bulle ! (cf « Faut il se précipiter pour investir avant la possible hausse des taux d’intérêt ? » et « Une bulle immobilière à Paris et grandes agglomérations et un marché sain ailleurs ?« ).

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois de Juin 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Cliquez ici pour comparer plus de 100 banques et trouver le meilleur taux

Ces autres articles devraient vous intéresser :


10 Comments

  1. Taux constaté

    Je suis assez surpris par les taux annoncés dans ce tableau.
    Avec la chance d’avoir un excellent dossier (profil, garanties, taux d’emprunt,….), j’ai obtenu 1.02% sur 15 ans (via Bousorama banque) alors que la quinzaine de banques contactées, tout en exigeant évidemment la domiciliation des revenus et des comptes courants, s’étalaient entre 1.25 et 1.35%
    Cdt

    • Je suis donc loin d’avoir touché les 0.9%…

    • Merci pour ce retour. Pouvez vous nous présenter davantage votre projet et les élements de votre dossier ?

      – Montant, durée, objet, apport, contrepartie commerciale pour la banque

      – Revenus, taux d’endettement, …

      Je vais analyser votre dossier et regarder.

  2. Ps: mon dossier est vieux de quelques jours !

  3. Bonjour Guillaume

    Le cahier des charges est le suivant:
    – Résidence secondaire
    – Budget complet = 1174K€ (inclus droits d’enregistrement & notaire)
    Apport 694K€
    Emprunt 480K€ sur 15 ans
    Profil: 52 ans, cadre entreprise privé, épouse travailleur indépendante
    Revenus annuels foyer 190 K€ nets (dont 40K€ fonciers)
    Patrimoine 4M€
    Taux d’endettement (avec cet emprunt) = 28%

    Toutes les banques « traditionnelles » contactées (SG/CA/BNP/CE/BPOP/CIC…) demandaient domiciliation revenus + tous comptes et épargne courante (Livrets, LDD..)
    Boursorama ne me demande que l’ouverture d’un compte pour y faire transiter le remboursement mensuel (3060€ HA)

    cdt, Bernard

    • Bonjour,

      Vous avez effectivement un très bon dossier en apparence mais un dossier qui n’interesse pas les banques (ou du moins pas avec un taux compétitif).

      Si vous avez un profil d’endettement très favorable et au risque très faible… la banque ne va rien gagner avec vous ! Vous proposez un crédit sec, sans contrepartie, sans domiciliation, sans épargne, sans fonctionnement de compte, sans assurance … bref, … sans rien.

      Dans l’esprit de la banque, sa seule source future de pnb (produit net bancaire) est dans la marge d’intérêt c’est à dire dans le taux d’intérêt quelle vous propose. Les taux proposés ne m’étonne pas du tout.

      Vous auriez accompagné votre demande de crédit d’un engagement d’une promesse (tenue ou pas …) à domicilier de l’épargne, ouvrir un compte de fonctionnement, souscrire une assurance vie, une assurance habitation, voiture… les taux auraient été nettement meilleur.

      Bref, malgré vos revenus et la sécurité de votre profil emprunteur, faire un crédit sec n’intéresse pas la banque. Quitte à octroyer un crédit à marge faible autant privilégier les clients qui apporteront un PNB certain.

      Voilà le raisonnement de la banque et la raison pour laquelle le taux n’est pas excellent malgré vos revenus et profils. Boursorama est en conquête sur un nouveau marché pour eux, ils abandonnent la marge à court terme pour dvper le crédit immobilier… vous en avez profité et c’est très bien.

      Que pensez vous de ce raisonnement ? Comprenez vous mieux le comportement des banques ?

  4. Bonsoir Guillaume,
    Tout à fait raccord avec vous ! Certaines ont été assez transparentes sur ces arguments, mais in fine, le gain eut été assez dérisoire si j’avais poussé la vice à leur donner une carotte pour faire baisser le taux (quelques milliers d’€ tout au plus sur un budget K + intérêts de 515K€
    Cependant, j’ai déjà trop de comptes (plusieurs AV par personne, CAPI, LA, LDD) et ne connais aucune banque grand public offrant un pdt financier compétitif (coûts, offre…)
    Avec du recul, les meilleurs taux sont donc réservés à ceux qui offrent à l’établissement prêteur les meilleurs perspectives de gain, ce qui est logique. En revanche, l’emprunteur perdra (voir nettement plus sur la durée) en couts directs et coûts d’opportunité ce qu’il aura gagné en taux…
    Dieu merci, je pense que les Fintechs vont faire le ménage 🙂
    cdt, Bernard

    •  » je pense que les Fintechs vont faire le ménage » ==> Oui, vous avez raison, les fintech attaquent le modèle économique des banques et grignotent des parts de marché sur les activités périphérique fortement contributives en terme de PNB.

      Demain, les banques ne devront elles pas se concentrer sur leur métier coeur pour générer du Pnb ? C’est à dire augmenter les taux des crédits immobiliers pour rester rentable ?

      Oui, les fintechs vont grignoter les marges des banques… mais les banques ne se laisseront pas faire et devront répercuter ces manques à gagner (au moins dans un premier temps). Par exemple, le récent amendement Bourquin et la libre résiliation de l’assurance emprunteur pourrait avoir des conséquences sur les stratégies commerciales des banques au regard de leur politique de taux d’intérêt.

  5. Cecile L says:

    Bonjour.
    Pour ma part, je suis assez etonnee par les chiffres.

    Le meilleur taux sur 12 ans est a 0,74 % ( nous avons obtenu 0,78 % donc on est dans le vrai).
    Par contre ce taux sur les dossiers excellent n a pas du tout augmente depuis la fameuse remontee des taux d interets (cf les articles depuis novembre 2016).. Encore une fois, les banques augmentent elles leurs taux uniquement que sur les dossiers moyens / standards, voir a risques ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*