Le programme d’Emmanuel MACRON se précise de jour en jour. Hier, nous apprenions que le candidat à l’élection présidentielle avait pour ambition de réformer l’ISF pour le transformer à impôt sur la rente immobilière.

Nous avions alors déduit un abus de language qui permettait de simplifier la compréhension globale de la réforme envisagée. C’était faire offense à la rigueur du candidat qui confirme ce jour le nom de ce nouvel impôt sur le capital. Ce sera l‘Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI).

Il pourrait donc bien s’agir d’une réforme en profondeur de l’ISF et non simplement l’ajout de quelques nouvelles exceptions qui concerneraient les biens productifs comme les actions ou certains investissements tel que nous l’avions anticipé dans cet article « Macron : « Je transforme l’ISF en un impôt sur la rente immobilière ». »

Une telle appellation laisse à penser que l’IFI sera bel et bien un impôt sur la fortune immobilière (IFI) et donc que les placements, liquidités, actions, assurance vie et tout autres investissements seront exonérés car non concernés. Seul le patrimoine immobilier serait taxable à l’IFI.

Hier, Emmanuel MACRON confirmait le principe de abattement de la résidence principale.

Faut il y voir l’influence de M PISANI-FERRY qui vient d’intégrer l’équipe de M MACRON et rendu célèbre pour la défense de l’imposition du loyer implicite ? (cf »Ouf ! Il n’y aura pas de taxe sur les loyers fictifs de la résidence principale des propriétaires.« )

Le seuil pour payer l’IFI (Impôt sur le Fortune Immobilière) serait maintenu à 1 300 000€ de patrimoine immobilier (après abattement de 30% sur la résidence principale). 

 

A suivre
ifi-impot-fortune-immobiliere

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des taux toujours historiquement bas. 

Trouvez les banques qui n’ont pas encore augmenté leur taux immobilier depuis le début de l’année ! Pour connaître ces banques : comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Cliquez ici pour comparer plus de 100 banques et trouver le meilleur taux

Ces autres articles devraient vous intéresser :


101 Comments

  1. Bernadote says:

    Encore une fois, on modifie en cours de route la règle fiscale. Si l’ISF devient un IFI, cela augure encore de belles bagarres en perspective pour savoir qui est quoi Si  » les placements, liquidités, actions, et tout autres investissements seront exonérés car non concernés », quid par exemple des activités de trading dont on nous rebat les oreilles en ce moment, car c’est un » investissement », bien que très particulier, dès lors qu’il est confié à une société ad hoc qui pratique l’Asset Management pour le compte de ses clients ( La société investie les capitaux sur des paires de devises, des indices boursiers, des matières premières, des actions, etc…).
    En fait si IFI, il y a, je pense très sincèrement qu’il faut comprendre, qu’en creux, il se profile une fiscalisation des loyers implicites. Certe, on ne l’appellera pas comme cela, mais faites confiance aux élites technocratiques pour vous reprendre de la main gauche ce qu’ils vous vous accordé de la main droite.

  2. Il est troublant de constater que seul Macron n’est pas entré en campagne avec un programme ficelé.
    Il semble distiller ses mesures au fur et à mesure de l’évolution de la campagne présidentielle et de ses rebondissements.
    Qui a dit opportuniste et démagogue ???

    • Si seulement le programme était ficelé !…
      et si seulement le candidat disposait d’une légitimité (par l’expérience par exemple) !
      Imaginez un Trump (actuellement 100% novice en politique) avec 35 ans de moins !!…

  3. J’ai compris que cet impôt s’impliquerait aux biens immobiliers qui ne sont pas mis en location, selon le bfm business

    • Patrick D says:

      Cela m’étonnerait même si c’est le seul moyen de relancer le logement (Si est appliquée en complément une forte diminution des délais d’expulsion).

  4. Il me parait clair que Macron voudrait supprimer cet impôt mais il veut aussi être élu par la gauche et par la droite alors j’ai l’impression que cet impôt va être vidé de son contenu .
    Je pense que tous les heureux donateurs qui financent sa campagne doivent faire pression dans ce sens et à priori ce ne sont pas les « sans dent ».

  5. Bon Blaireau says:

    Si l’on croit le candidat on garde l’ISF mais on supprime une partie de son assiette. L’inconnue serait alors le tarif des taux appliqués sur les seuls biens immobiliers. Il est peu probable que le montant soit majoré pour compenser cette perte, imaginons dès lors que l’ISF au mieux sera taxé de la même façon mais avec une assiette plus restreinte.

    Cela appelle quatre conséquences :
    – le peuple est content du maintien de ce symbole.
    – les redevables voient leur imposition se réduire. Difficile pour eux de s’en plaindre (en tout cas mal venu et maladroit).
    – l’administration perd un de ses axes de contrôle favori : l’exonération pour biens professionnels. Cela simplifie donc grandement cet impôt et de ce fait la relation avec les contribuables.
    – Les investisseurs auront le choix entre investir dans la pierre avec taxation à la taxe foncière + IFI + revenus fonciers + prélèvements sociaux, ou dans des actions et obligations c’est à dire pour financer l’économie réelle. J’ose penser qu’un produit d’épargne serait même utile afin de permettre d’orienter les choix des redevables.

    C’est une proposition à la fois étrange et intéressante. Néanmoins une perte nette est à anticiper, mais par quoi ? Affaire à suivre.

    •  » imaginons dès lors que l’ISF au mieux sera taxé de la même façon mais avec une assiette plus restreinte. ». c’est ce que j’ai compris.

      Ne s’agit t’il pas simplement d’instaurer la taxe sur les loyers implicites pour les patrimoines immobilier > 1 300 000€. Les débats vont commencer à être intéressant.

  6. A priori cela ne concernerait pas l’immobilier locatif , dans ces condition ce sera un impôt très parisien.

    • quelles sont vos sources ? Si seul l’immobilier non locatif est concerné (résidence principale, résidence secondaire), plus personne ou presque ne paye cet impôt. Cela me semble étonnant.

      • « Oxana
        2 février 2017 at 15:07
        J’ai compris que cet impôt s’impliquerait aux biens immobiliers qui ne sont pas mis en location, selon le bfm business »

  7. Fredy Gosse says:

    bref on parle pour rien dire puisque ce programme est totalement en pointillé ….et en cas d’élection sujet à toutes sortes de variations permettant aux généreux soutiens de sortir leurs épingles du jeu fiscal….quand on pense que Fillon va être sorti du jeu pour une broutille variant de 500000 à 800000 brut sur 10 ans à comparer à 6 milliards de budget de l’institution sur la même période et que ce qu’on lui reproche est dupliqué à très grand échelle ( y compris les maitresses :les amants ,et les services aux amis) non seulement à l’échelon national mais aussi local,on ne peut penser que la démocratie c’est vraiment cause toujours … Génial je suis un grand démocrate -:)
    .

    • sylvestre says:

      Pour les frais de bouches Chirac a été condamné en son temps.Le nouveau parquet anti corruption ne semble pas contrairement à Fillon s’empresser pour diligenter une enquête sur Macron sur ce thème.
      2 poids 2 mesures
      De toute façon Fillon est hors jeu et la France quel que soit l’heureux élu va droit dans le mur, IFI ou pas

      • Fredy Gosse says:

        Chirac surtout fait payer Juppé et d’autres pour ses emplois fictifs à la mairie de Paris ,j’ai oublié dans les emplois complaisance toutes les entreprise publiques offices de HLM ;comités d’entreprises para publics etc…

        • Il est évident qu’une large partie de la classe politique est concernée par des pratiques similaires, mais que seuls les gêneurs sont pointés par la presse qui effectue la sélection demandée en haut lieu ! ici, la justice était dans les starting blocks pour prendre la relève du canard, etc

    • Combien a coûté le coiffeur de Mr Hollande pendant 5 ans?
      La somme dites mensuellement, comparée à 500000 euros annoncés, globalement, pour Mr FILLON, paraît dérisoire.
      Mais amusez vous à faire le total sur 5 ans et vous serez surpris de voir qui aura dépensé le plus
      Tout est d’une question de présentation.
      Mais nos chères médias cherche le buzz. Ils feraient de s’inquiéter de l’enquête qui vient de paraitre concernant l’opinion des Français à leur égard

      • Bon Blaireau says:

        Vous comparez un emploi effectivement réalisé avec un emploi (présumé) fictif. Peu importe donc les montants.

        • comme vous dites « présumé » et pour l’instant rien que présumé.
          J’aimerais que l’ensemble des assistants parlementaires soient contrôlés pour s’assurer que certains n’ont pas un emploi présumé fictif
          Peut être serions nous surpris et peut être que le feuilleton Fillon s’arrêterait , comme par hasard, brusquement..
          Dans les 2 cas se pose non pas un problème de droit mais un problème de de morale

          • Bon Blaireau says:

            Je ne le pense pas : dans le premier cas (le coiffeur) il y a quelqu’un qui est payé 5 000 € pour réaliser un travail qui nécessite une disponibilité sans limite et une obligation de résultat réelle. Son salaire ne me choque donc pas, affirmer le contraire serait considérer que « coiffeur » est un sous-métier. Ce n’est donc ni immoral ni illégal.

            Votre proposition est intéressante. J’ai moi même des amis attachés qui souhaiteraient que certains « collègues » soient contrôlés afin de faire tomber également les employeurs.
            Donc au contraire l’affaire FILLON ne s’interromprait pas (surtout depuis hier soir), mais la boite de Pandore serait ouverte et plusieurs hommes politiques sauteraient quelque soit leur bord.
            Ce sujet est à la fois immoral et illégal.

            • désolé mais le salaire du coiffeur de Hollande est de 9895 euros mensuel.
              Ce montant a été confirmé par Stéphane Le Foll , porte parole du gouvernement, le 13 juillet 2016, donc pratiquement le double des 5000 euros que vous mentionnez .
              Ce que je dis c’est que pour Fillon on donne une somme de 500000 euros qui comparée au revenu du coiffeur de Mr Hollande sur cinq ans est inférieure
              puisque 9895 X 60 mois =593700 euros.
              Tout est une question de présentation des chiffres.
              Le coiffeur de Mr Hollande travaille personne le conteste .
              Pour ce qui est de Mme Pénélope Fillon rien à ce jour prouve que ce soit un emploi fictif à moins que vous ayez à votre niveau des informations à ce sujet.
              Pour ce qui me concerne je n’ai jamais considéré le métier de coiffeur comme un « sous métier », surtout à ce salaire mais à ce stade l’enquête je ne peux pas affirmer que Mme Fillon avait un sous emploi voire pas d’emploi.

  8. Bernadote says:

    Bon, maintenant un peu de politique fiction. Imaginons Macron au pouvoir avec son IFI. S’il y a mise en place de la politique susurrée par Pisanni-Ferry ( et croyez-moi cela le sera), on fera en sorte qu’il devienne plus interressant pour vous d’opter pour le statut de locataire, même de votre résidence principale. Mais locataire de qui ? Dans la mesure où cet immobilier produira du profit(votre loyer), il deviendra alors très rentable à des consortiums immobiliers de devenir propriétaire de votre bien, qui deviendra de facto, un bien professionnel pour ce dit consortium, donc une immobilisation comptable dont la fraction amortissable annuellement viendra en diminution du résultat fiscal. Pour peu que ce consortium ait un holding de tête, par exemple, logé au Luxembourg, parce que la fiscalité y est plus clémente, il y aura là une belle optimisation fiscale et c’est là que les « copains » de Macron seront servis !

  9. Bon Blaireau says:

    C’est en effet de la fiction qui souffre d’un écueil : vous auriez raison si toutes les résidences principales faisaient plus de 1,3M d’€.

    Or actuellement l’ISF ne concerne qu’environ 300 000 foyers. Et si on les exonère les biens meubles tout en conservant le seuil de 1,3M, alors on peut estimer que le nombre de redevables se situera entre 100 000 et 150 000 foyers.

    Cela ne concerne que très peu de monde et je ne suis donc pas convaincu que nous ayons intérêt à ne plus être propriétaire de notre résidence principale.

    • Je partage totalement votre point de vu.Les résidences principales représentent pour 4.230 milliards d’euros pour tous les propriétaires donc y compris ceux non imposables à l’ISF. La taxe foncière est beaucoup plus rentable que l’ISF et à assiette plus large
      Il y a beaucoup de fantasmes sur ce blog sans faire l’analyse des données actuelles

  10. Les taxes d’habitation pour 2016 ont été de 91,839 milliards d’euros, les taxes foncières bâti et non bâti 88,48 milliards et pour la part départementale 85,609 milliards. Le patrimoine immobilier est évalué à 7.288 milliards, donc la fiscalité actuelle est de 3,65 % englobant la taxe d’habitation et sans 174,17 milliards ou encore 2,39 %. L’ISF pour sa tranche marginale n’est qu’à 1,5%
    Je ne vois pas sur quelle expansion de l’IFI vous phosphorez
    source: documents budgétaire assemblée nationale

    Pour Bernadote-la fin de votre fiction s’arrête à l’article 990 D du Code général des Impôt. Les sociétés, organismes et autres personnes morales (trusts par exemple), quel que soit leur statut, qui sont propriétaires d’immeubles en France sont passibles d’une taxe annuelle de 3 % calculée sur la valeur vénale réelle de l’immeuble. Les personnes morales soumises à la taxe de 3 % doivent souscrire en double exemplaire une déclaration des immeubles détenus en France – l’imprimé n° 2746 (cerfa n° 11109*11 ou n°50503#11), accompagnée du paiement de la taxe, avant le 16 mai de chaque année.

    • Patrick D says:

      Beaucoup de personnes bénéficient du dégrèvement ou de l’exonération des taxes foncières et d’habitation. Si nous sommes au même pourcentage que ceux qui payent l’IRPP, soit 50 %, votre résultat sur la fiscalité actuelle ne doit pas être doublé ?

      • Peut-être mais je n’ai pas recherché cette statistique que vous pourriez peut-être effectuer pour enrichir nos échanges

        • Patrick D says:

          Sont exonérées de taxes foncières et d’habitation, sous conditions de ressources, toutes les personnes invalides, handicapées, de plus de 60 ans (75 pour la TF). Plus les abbatements pour les plus de 65 ans ou par les conseils municipaux.

          Cela commence à faire du monde.

  11. Le projet semble ne pas dire s’il s’agit de patrimoine immobilier privé uniquement.
    Car si le patrimoine immobilier professionnel était taxé, bonjour la différence !…

    • Ne sont pas soumis à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) les biens nécessaires à une activité professionnelle, s’ils ont un lien direct avec l’exploitation et sont utilisés effectivement et exclusivement pour les besoins d’une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale. Mais cette exonération est soumise à des conditions qui doivent être remplies au 1er janvier de l’année d’imposition.
      Code général des impôts : articles 885 N à 885 R
      Bofip-impôts n°BOI-PAT-ISF-30-30 (biens professionnels exonérés d’ISF)

      • C’est clair
        Merci Goufio.
        Je pensais aux SCPI.
        Elles ne sont pas concernées…à ce jour…
        Mais si j’ai bien compris elles supportent d’autres taxes qui elles aussi se retrouveront à terme dans le collimateur de nos exécrables et irresponsables « gestionnaires » publics.

  12. Fredy Gosse says:

    oui c’est avec cette disposition que Bayrou n’a pas payé l’ISF il est éleveur de chevaux ou fermier et pas homme politique .surprenant ..

    • Bon Blaireau says:

      Je n’ai pas eu accès au dossier de M. BAYROU, je ne peux ainsi confirmer ou infirmer cet élément.
      Cependant c’est effectivement un très bon exemple permettant de démontrer qu’il est déjà très facile de ne pas payer l’ISF. Ce n’est pas un impôt très lourd finalement, c’est donc une excellente idée de le maintenir.

  13. Bon Blaireau says:

    Les politiciens ne sont pas ceux qui maîtrisent le mieux les règles fiscales, bien au contraire.
    Pour les autres il suffit de prendre un conseil et de bénéficier des bienfaits du plafonnement (entre autres).

    • Patrick D says:

      Là vous parlez de tous les riches qui ont sortis leur fortune de France. Moi je ne suis pas éleveur de chevaux, je paye l’ISF et cela me gonfle.

  14. Bon Blaireau says:

    Les « riches » qui ont quitté la France ne sont pas redevables de l’ISF.
    D’ailleurs en parlant de « riches » vous faites partie des 300 000 foyers les plus « riches » de notre pays. Sincères félicitations pour votre réussite, je vous envie de payer l’ISF.

    • je pense que les gens qui ne le paient pas ou qui paient un isf symbolique ne comprennent pas vraiment le pb.
      Qd votre isf est équivalent a 2 fois votre IRPP et que vous vous demandez chaque année ce que vous allez bien pouvoir vendre comme actif pour le payer ou quelle contorsion de patrimoine vous allez encore inventer pour l’éviter ça devient très très pénible.

      • Bernadote says:

        Tout à fait d’accord avec vous

      • Bon Blaireau says:

        Je pense que ceux qui ne paient pas un ISF symbolique sont en mesure d’acquitter cet impôt. Le législateur leur a offert suffisamment d’ingénieries fiscales pour limiter la note. Si vous ne souhaitez pas les utiliser cela vous regarde.

        Et je le redis : j’échange ma situation contre la vôtre quand vous le voulez car cela semble tellement pénible d’être taxé sur son patrimoine qui semble plus que symbolique.

        • Cet impôt existe encore parce qu’il y a en France 70% de gens qui pensent comme vous.

          Si vous voulez payer cet impôt il vous faudra juste travailler beaucoup toute une vie et prendre beaucoup de risques, il n’est peut être pas trop tard pour vous .
          Alors courage, lancez vous ! prenez des risques, hypothéquez votre maison et foncez ! et surtout ne restez pas sur ce sentiment de frustration.

        • Patrick D says:

          Pour compléter le commentaire de mathe, je vous conseille de ne pas vous lancer n’importe où. Par exemple à Paris (Rendement de 5 %), quand vous aurez atteint un bon niveau, vous paierez sur vos revenus :
          45 % d’IRPP + 15,5 % de CSG + 20 % d’ISF + 10 % de Taxes Foncières + 7 % de frais de gestion d’agence.
          Il vous reste 2,5 % pour payer les travaux de remises aux normes + les travaux classiques + la vacance (Au moins pendant les travaux).
          Brefs, vous avez beau être riche en biens immobiliers, vous devrez plus payer que ce que vous gagnerez. Et le plafonnement n’y changera pas grand chose.
          Alors : vous trouvez toujours cela génial de payer l’ISF ?

          Mais vous dites qu’il y a des « ingénieries fiscales » pour éviter de payer l’ISF. A quoi vous pensez : acheter des parts dans le cinéma où l’argent est perdu ? Des immeubles ou du voltaïque dans les iles ? Quelle rigolade.
          Les gens qui payent l’ISF sont constamment contrôlés et ceux qui fraudent sont rattrapés. Il n’y a aucune des petites magouilles auxquelles vous pourriez penser qui ne finissent pas en gros gain pour l’état.

          Mais je vous propose de commencer par retrousser vos manches et saisir votre courage pour gagner de l’argent et finir par payer l’ISF. Quand vous en serez là et que vous verrez ce qui vous reste, nous verrons si vous n’avez pas changer d’avis.

          • Pas très encourageant pour investir en France !…
            Comme dit plus haut et comme pensé par une large majorité de français, nos fonctionnaires auront toujours le dernier mot, et placeront la dernière loi pour se gaver au détriment de ceux qui auront bien voulu suivre les conseils de Mathe : « Alors courage, lancez vous ! prenez des risques, hypothéquez votre maison et foncez ! et surtout ne restez pas sur ce sentiment de frustration ».
            Bref, nos politiciens nous proposent de passer d’une frustration à une autre.
            La seule façon pour eux d’ignorer la signification du mot frustration !…
            Comment voulez vous concilier l’esprit de la fonction publique avec l’esprit de l’entreprise. Avec un tel dialogue de sourds le syndrome grec se rapproche à grands pas…

          • ROLANGD GARNIER says:

            @mathe et @Patrick D
            Oh ! que je suis d’accord av vous
            Pour nos politiques et âmes bien pensantes,une seule idée fixe : ponctionner les revenus fonciers (si je comprends bien désignés comme non productifs – enfin à voir le programme définitif -) et rentes de tous poils
            OK on raye de la carte cette vilaine caste, on se dirige vers + de justice, + de partage et on laisse la place à quoi, à qui ?
            Qui se pensera légitime ds cette idéologie… le droit au mérite, un monde associatif dénué du sens du profit, ou ceux qui par exemple penseront mériter des honoraires exorbitants pas tjrs justifiés ?

            • Fredy Gosse says:

              un monde associatif dénué du sens du profit?????merci de m’avoir fait rire.Non il faut créer un Homme nouveau ..par le conditionnement et la perte du raisonnement personnel ce qui est en cours et dans le futur faudra bien reconditionner les réfractaires… dans des camps spécialisés
              , notre futur orwellien a déjà commencé

            • Patrick D says:

              D’après mon fils, la seule solution serait de mettre en place un dictateur éclairé. Dans mon cas, je ne pense pas que cela ferait beaucoup de changements.

  15. Fredy Gosse says:

    La république des tous pareils est majoritaire….que globalement le pays y perde des recettes et des emplois aucune importance….

    • En URSS, seuls les membres du parti avaient le droit ( et ils l’utilisaient bien) d’avoir une tête qui dépasse.
      Nous avons la propension en France de naviguer sur le même paradigme.

  16. Polaris_31 says:

    Les propositions d’E. Macron sont finalement originales, voire assez décapantes, et constituent donc une vraie bouffée d’air frais dans ce vieux pays. En tout cas, on sort des propositions navrantes et mille fois débattues de la droite et de la gauche – défiscaliser massivement et sans distinction d’un côté, surfiscaliser massivement et sans distinction de l’autre -.

  17. Bernadote says:

    Il est normal que le maintien de l’ISF ou de l’IFI remporte l’adhésion des Français. Ils ne sont qu’une très petite minorité à le payer.
    Simplement, je persiste à penser que cet impôt est contre productif, et s’il faut investir à fond perdu dans des FIP ou SOFICA pour l’effacer en partie, on voit bien les limites du dispositif.

    • Il y a 340.000 contribuables ISF pour 37,4 millions de contribuables soit 0, 001 %. Il est doux de prendre sa part d’un impôt qu’on ne paie pas. – Vilfredo Pareto
      « D’après tous les principes de la morale la plus universelle, le fait d’exiger de certains citoyens un impôt qui ne soit pas pensé et calculé comme le paiement de services rendus par l’État – le fait, donc, de prendre à certains hommes le fruit de leur travail et de leur propriété sans contrepartie – s’appelle un vol. (…) L’impôt fondé sur le principe de la justice sociale et de la réduction des inégalités donne lieu aux spoliations les plus injustes. » – Philippe Nemo

      • Bernadote says:

        @goufio: Lorsque j’écris « il est normal » comprenez que je « déplore » le maintien de cet impôt et que son acceptation provient du fait que la grande majorité des contribuables ne le paie pas. Alors SVP ne me faites pas ce procès qui consisterait à me cantonner dans le clan de ceux qui seraient favorables à la spoliation des autres…(que je sois redevable ou non de cet impôt).
        Sauf à ce que je n’ai pas compris le sens de votre citation…

  18. Il y eu les 30 glorieuses et les français avec, assez bon vivant, « relativement contents »…de presque tout… Depuis Mai 1981, la France est devenue le pays Anti-Riches par excellence (encore une exception française). Depuis les riches sont punis, chassés, traqués (de bas en haut) depuis lors, et le resterons. C’est ainsi que notre société a éduquée nos enfants et nos jeunes entre les années 80 et fin 90. Depuis cette culture de masse intergénérationnelle a gravée dans sa mémoire collective la « haine du riche » qui doit payer pour tous. Pourquoi et comment attendre du changement ? D’ailleurs nos jeunes politiques du moment tel Macron et les autres, sont ces jeunes qui hier étaient désignés de Génération Mitterrand. Une histoire de continuité…Sans probable réel changement…••••••• Problème de mentalité française et de sa masse collective (une autre dernière exception française bien moins connue et non avouée).

    • Vous avez raison dans ce pays c’est sur le dos de la pauvreté que l’on cultive certains politiciens.
      Si vous êtes aisé voire riche vous êtes montré du doigt comme si vous aviez commis un crime et là on vous ponctionne au maximum sans regarder les sacrifices que vous avez pus faire pour avoir une situation de qualité ou ce que vous avez fait pour contribuer au bon fonctionnement de notre société.
      Dès ce moment là vous avez une meute de rapaces près à vous dépecer.

  19. Regardez plutôt le programme de Hamon qui est bien parti pour être au second tour contre MLP.
    Les populistes font déjà 60 % des voix, selon les sondages.
    Planquez vos economies ou partez à l’etranger.
    Rappellez vous les images de Gréce oû l’on voyait des petits vieux pleurer devant les distributeurs de banque fermés.

    • Et rappelez vous aussi que la fonction publique grecque associée à ses politiciens ont créé la faillite des finances publiques, mais qu ils ont été pris à leur propre piège, car plus personne ne pouvait supporter la gabegie ainsi engendrée en pure responsabilite.
      Ce syndrome serait reproduit à l identique dans une configuration de gauche au pouvoir pour 5 années de plus.

  20. Il faut Hamon à la France qui est frustrée du marxisme-léninisme-trotskisme-maoisme-castrisme-jimongunisme-guevarisme enfin tout ce que les autres ont foiré mais que l’on va réussir bien évidemment
    Moi le l’aime bien le rêveur vapoteur sur le veston à gauche là où il devrait y avoir un coeur…

    • Patrick D says:

      J’ai fais un petit calcul sur le programme de Mr Hamon :
      _ Il y a au dernier recensement 67 millions de français.
      _ Il veut donner 750 € chaque mois à tous les français, ce qui fait 603 milliards
      _ Il veut faire payer cette dépense par les entreprises
      _ Les entreprises ont payé à l’état français, en 2015 : 33,1 milliards d’impôt à la France
      _ Mr Hamon va donc augmenter l’impôt sur les sociétés de 603 milliards, il va donc le multiplier par 18,2 plus ce qu’elles payent déjà. L’impôt va donc être multiplié par 19,2 !
      _ Cela veut dire que les entreprises vont payer beaucoup plus que leur bénéfice en impôt sur … les bénéfices.
      _ Les entreprises dont les bénéfices sont inférieurs à 75.000 € sont à 15 % . Elles vont passer à 288 % de leurs bénéfices
      _ Les entreprises dont les bénéfices sont supérieurs à 75.000 € sont à 33 % . Elles vont passer à 633 % de leurs bénéfices

      Voila c’est dis. Il y a de grandes chances que les français élisent Mr Hamon car la majorité sont habitués à suivre ceux qui disent qu’ils vont raser gratis. Il suffit de voir l’exemple des 35 heures payées 39.

      Le pari qui m’amuserait, c’est sur le temps que va mettre la France à faire faillite. Sachant que les marchés vont se retourner immédiatement après l’élection et que les taux de la dette vont augmenter aussi de suite, cela devrait être assez rapide.
      En fait, la France pourrait faire faillite si Mr Hamon gagne … même s’il ne met pas son revenu universel en place par manque de temps ou par reculade, mais juste parce qu’il fera suffisamment peur !

      • Ne vous inquiétez pas il ne sera pas élu.
        d’ici la présidentielle tout rentrera dans l’ordre et les Français choisirons le candidat qui par son programme redressera notre pays.
        Entre une gauche communiste, une socialiste dure, un socialiste molle à la Hollande, une droite nationale socialiste et une droite ferme le choix sera fait sans aucune hésitation
        Je ne pense pas que les Français soient stupides

      • Un pays ne fait jamais faillite surtout lorsque sa population dispose d’une épargne de 13.000 milliards, par contre les taux d’intérêts pourraient rapidement monter et contraindre Bruxelles à prendre des dispositions drastiques sur la France. La réalité comme pour F Hollande (son ennemi c’est la finance-discours du Bourget- mais son conseiller était Emmanuel macron qui devient son ministre des finances…) rattraperait l’étudiant-attardé de l’UNEF et le rêve ferait pshitt

        • Patrick D says:

          Avec les français, il faut s’attendre au pire comme au meilleur. Ce n’est pas différent pour les élections. Nous verrons bien.

          Concernant les 13.000 milliards d’épargne, il faudra combien de temps pour qu’ils passent la frontière ?

        • A goufio
          L épargne des français n est pas celle de l Etat !
          Dans votre réponse nous comprenons que la gabegie de nos gouvernants est ainsi garantie par les économies des citoyens !
          Appartenez vous a cette nouvelle sous pensée ambiante ?
          L augmentation des taux et la non croissance endémique de la France precipiteront la faillite dont parlait Fillon.

          • Je n’ai pas écrit ce que vous avez relaté, ce serait un peu stupide ne trouvez-vous pas ? J’ai seulement écrit que la solvabilité d’un état se mesurait à l’importance de l’épargne de ses citoyens que l’impôt pouvait contraindre/prélever. C’est ainsi que vous avez raison en ce qui concerne la gabegie de l’état qui est garantie par l’épargne de ses citoyens.
            Relater, exposer des faits n’implique pas de soumission à quelque pensée qui soit.
            Mais je constate que vous aimez bien le mot faillite. La faillite c’est le dépôt de bilan et l’arrêt d’activité. Vous voyez bien qu’un pays ne cesse pas d’exister au simple fait d’avoir des problèmes de gestion financière, regardez l’Argentine et la Grèce…

            • exact toutefois c’est par l’impôt que le remboursement peut se faire ou par une réforme drastique.
              Difficile de dire qu’un état fait faillite mais selon les décisions que les dirigeants prennent ce sont ces habitants qui courent vers la faillite.
              Que reste t il à l’état ensuite?
              dans le chiffre annoncé de 13000 milliards, s’il est exact, il serait intéressant ce de quoi il est composé. Si c’est de l’immobilier, cette somme a vite fait de s’écrouler, quant aux placements je ne suis pas certain qu’ils gardent la même valeur

              • Je vous remercie de votre élégance quant à « le chiffre annoncé..s’il est exact ». Il vous est possible de vous renseigner aussi. Cf; le site de l’INSEE enquêtes du patrimoine et sur celui de la Banque de France, que vous fréquentez avec assiduité apparemment ! Vous y découvririez aussi la répartition si cela avait un inérêt pour notre discussion
                Il s’agit de gage pour le paiement de l’impôt; le créancier se fiant à la solvabilité du patrimoine du débiteur que je sache

                • Le problème des quidam qui apportent une solvabilité à l’Etat, c’est qu’en cas de fort déséquilibre entre le perçu et le distribué, le quidam y laisserait des plumes, et lui le premier avant que tout le monde soit concerné.
                  C’est déjà le cas avec le coût de la dette qui reste sans doute le premier poste pour ceux qui payent l’impôt sur le revenu, sans compter les très régulières augmentations des ponctions obligatoires; la pente est forte mais le précipice n’est maintenant pas loin avec l’extraordinaire plombage de nos institutions super privilégiées (retraites des fonctionnaires, etc), la retraite des seniors, etc et surtout l’augmentation des taux qui arrive (des US) couplée avec un PIB en permanente décrépitude !…

                  • Je ne comprends l’emploi du conditionnel, il est certain que c’est le quidam qui paie. Qui voulez que ce soit d’autre ?
                    Pour la dette si vous pouviez dire vrai, ce serait rassurant. Sauf que ceux qui nous endettent s’en contrefoutre car il n’y connaissent rien. Posez donc la question à votre député, rien que pour vous rendre compte de sa réponse. A M Estrosi ce serait parvait, nous l’appelons le « motodidacte »

                    • Le déséquilibre actuel apparaît encore comme soutenable; il pourrait devenir cataclysmique; voudriez vous dire qu’il le deviendra (conjugué au futur) ?
                      Sur la dette, je ne suis pas loin de la vérité (c’était celle qui était mentionnée sur notre feuille d’impots avant son occultation depuis la dernière présidence socialiste de FH), dans tous les cas, ce n’est pas une bonne nouvelle et je ne comprends pas en quoi cela pourrait vous rassurer…
                      Je pense effectivement que la plupart des députés ignorent les mécanismes de l’économie en général et n’évaluent pas correctement la situation financière de la France (les socialistes s’en contrefxxtent par définition)? Pour élargir votre vision, je peux aussi vous dire pour les avoir fréquentés pendant plusieurs décennies, que les agents de la fonction publique considèrent sans sourciller que « la France est riche » (il faut comprendre « les autres sont suffisamment riches » !), et puis il est tellement doux de penser que l’Etat est un pourvoyeur à l’infini de tous vos besoins pécuniaires …!!! retenez que le logiciel de base du fonctionnaire bien formaté est bien celui qui consiste à penser que son Employeur sera le dernier à faire faillite, ça donne une certaine mentalité … et un certain esprit de manipulation du « quidam ».

  21. Fredy Gosse says:

    « l’Etat est la plus grand fiction par laquelle chacun s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde…. »
    l’Etat paiera ben voyons ….
    le marxisme culturellement par l’Education Nationale a gagné.. alors que ce n’est pas la solution c’est le problème

  22. @Angil- La dette publique de la France c’est 2.187 milliards d’euros à l’heure où nous échangeons sur ce site. L’Etat historiquement ne rembourse jamais sa dette (le principal) seulement les intérêts (charge de la dette), c’est en cela que c’est rassurant. Le problème est que la dette est « roulée » c’est à dire que l’état emprunte in fine et à chaque fois qu’un emprunt arrive à échéance il est aussitôt renouvelé, mais au taux du moment. La durée moyenne de la dette est de 7 ans 196 jours ce qui veut dire que le stock total de la dette aura été renouvelé à des taux nouveaux d’ici à 7 ans.

  23. Mais comme comme chaque année il faut emprunter des sommes déjà insoutenables (cad l’équivalent du déficit budgétaire qui augmente sans répit), et que les intérêts deviendront de plus en plus lourds, l’avenir à moyen terme fait plus que s’assombrir; situation irresponsable vis à vis de nos enfants et après.
    A mon avis la charge de la dette comprend le capital emprunté : par exemple si la France emprunte 10 milliards d’Euros au Qatar pour payer la retraite des fonctionnaires, avec un taux de 1,5 %, je ne pense pas que le créancier se satisfasse du seul paiement des intérêts…
    En est il de même avec la BCE sachant que les chiffres sont purement fictifs (création monétaire) ?
    A mon avis c’est pareil au final, car si la France dépensait 100 milliards empruntés en ne remboursant que les intérêts, faudrait m’expliquer cette extraordinaire mécanique financière à laquelle nul ne peut addhérer !

    • Evidemment vous partez de loin. Il faut vous mettre aux finances publiques , commencer donc par allez sur le site de l’Agence France Trésor vous y apprendrez beaucoup http://www.aft.gouv.fr/
      Vous pouvez aussi consulter les normes de Bâle sur le site de la Banque des Réglements Internationaux
      Bon courage

      • L’ AFT expose des renégociations de contrats d’emprunts (et certainement des baisses de taux), ce qui est parfaitement compréhensible, mais rien à voir avec un non remboursement du capital.
        Le non remboursement des dettes est évoqué par certains politiciens illuminés, et ça fait partie des intoxes ambiantes…
        Faut il être dément du moins irresponsable pour imaginer un créancier accepter de ne pas être remboursé de son prêt …
        La Grèce par exemple croit au non paiement des dettes, parce que la commission européenne s’accorde le droit politique de faire payer les pigeons comme vous et moi.
        Nous sommes vraiment dans un paradigme où le responsable devient arbitrairement et dogmatiquement redevable envers l’irresponsable, modèle soutenu par des politiciens ou technocrates qui font l’intermédiation. Modèle de base de la gauche et autres illuminés fort nombreux (qui s’intéressent à chasser le pigeon bisounours ou à puiser dans les bonnes volontés laborieuses … et ignorantes, sinon résignées)

        • Il ne faut pas être dément comme vous l’écrivez mais seulement connaître le principe de fonctionnement, le refuser ne l’empêche pas.
          Vous pourriez tout simplement consulter le budget prévisionnel 2017 voté par l’Assemblée nationale pour constater dans les dépenses que la charge de la dette est de 41,8 milliards, si vous ramenez ce chiffre à la dette total de 2,186 milliards vous obtenez un taux de 1,91% ce qui exclue tout remboursement en capital. Ayant fait des études en finances publiques, ce que je vous explique est la réalité. Encore une fois vous pouvez la nier, mais vous n’avancer pas

  24. Fredy Gosse says:

    Pour vous remonter le moral
    http://www.time-is-money.biz/

    aucune importance parait il , à l’échéance on ne rembourse pas on réemprunte :Hollande a eu un bol extraordinaire ( les socialiste comme Jospin aussi) quand il réemprunte ,il trouve des prêteurs moins chers … ça ne va pas durer. surtout si un socialiste dur ou un national socialiste arrive au pouvoir…
    Donc on a une dette frôlant les100% du PIB , la bonne politique parait il serait de passer au moins à 5 ou 6% de déficit au lieu de 3% alors que ce chiffre est stupide et ne correspond à rien ,créé et arrêté sur un coin de table du temps de Fabius :Depuis combien de temps avons nous atteint 3% de développement du PIB annuel?
    bref mécaniquement la dette augmente et son renouvellement aussi..question y’a t il une limite à la folie,

  25. La bonne politique serait d’avoir un déficit en % sous la croissance en % cela serait correct.

  26. Pour un bon père de famille emprunter pour payer ses échéances est suicidaire, même à taux 0 %.
    Si vous dites vrai, l’avenir n’est pas sombre, il est noir de chez noir.
    Ceux qui font de l’intox pour négliger le problème de la dette, sont des illuminés, et bizarrement le déni est d’autant plus fort que vous vous déplacez vers la gauche (pour Mélenchon, la dette ça le fait beaucoup rire ! … il est donc prêt à tout pour passer à 6 % et vous vendre un maximum de cadeaux électoraux, et surtout de nous faire son intox avec la plus grande décontraction …)

  27. Fredy Gosse says:

    Bien sûr que c’est vrai :les chiffres partout le confirment et la politique des candidats c’est la relance par la dette ( y compris Macron avec Pisani Ferry ). Reste Fillon mais au rythme de la campagne en cours et l’incapacité des Français à comprendre ce qui se passe ,quelque soient ses défauts ( pas plus grands que ceux des autres politiques), on a plus de malchances de retrouver des illusionnistes au Pouvoir

  28. les dettes sont des problèmes. Elles plombent financièrement les pays.
    Plaçons nous du coté des créanciers.
    Ont ils intérêt à ce qu’elles soient remboursées? Il est évident que non.
    Imaginons un instant que l »ensemble des dettes publiques soient remboursées: que feraient les créanciers avec tout cet argent?
    Je pense qu’ils se trouveraient dans une situation préoccupante car obligés de taper dans ce matelas d’argent pour payer ceux qui ontplacé des fonds chez eux et perçoivent le fruit de ces placements
    Ils préfèrent cent fois profiter du produit de la dette ce qui leur permet de faire grossir leur capital et prêter encore plus, en pratiquant des taux plus ou moins élevés en fonction de l’évolution de la solvabilité prévisible d’un pays.
    D’ailleurs ont voit bien la différence des taux entre l’Allemagne et la France.
    Moins un pays aura besoin d’argent plus on lui offrira de l’argent à taux bas et inversement.
    Moins vous êtes solvable, plus on vous étouffe (voir la Grèce)
    Certains candidats annoncent que l’on ne a remboursera pas.
    Ce type d’annonce est dangereuse et s’ils arrivaient au pouvoir cela ne ferait qu’aggraver la situation.
    D’ailleurs l’arrivée éventuelle de Le Pen et la Chute de Fillon dans les sondages ont fait grimpé les taux.
    La dette, oui pour des investissements, non pour payer les frais de fonctionnement comme c’est le cas aujourd’hui où l’on emprunte dès novembre pour payer entre autres les emplois publics. Ce qui n’est en aucun une attaque contre les fonctionnaires mais un constat.

    • Je constate malheureusement que vous n’avez pas le bon fonctionnement de la dette. La dette privée (entreprises et particuliers) est de la dette bancaire de 2e rang (type SG, BNP etc.), celle dont nous débattons est la dette des états ecelle-ci est financée par l’épargne, le meilleur exemple est le fonds en euros des compagnies d’assurance vie. Les règlements et traités interdisent aux banques centrales de prêter aux états. Les créanciers étant des personnes physiques ou des organismes ou institutions représentant leur épargne, celle-ci serait orientée différemment. cet effet d’éviction comme on le nomme en économie cesserait au grand profit de l’épargne d’investissement et de la création de richesse plutôt que de financer que des dépenses sociales par l’état

      • Vous avez mal interprété mes propos. Je n’ai jamais parlé de prêts effectués par des banques centrales.Il est possible que je me sois mal exprimé
        j’ai aussi dit oui à la dette pour des investissements ce qui sous entend pour la création de richesse, non pour payer des frais de fonctionnement.
        Ne disons? nous pas la même chose mais de façon différente?

  29. Fredy Gosse says:

    aujourd’hui vu les hélicoptère monétaires en fonction :USA Chine Japon Europe , l’argent est rémunéré à taux zéro ou presque les banques et les assurances ont un problème comment se rémunérer POUR REMUNERER LEURS CLIENTS avec profit .Cependant comme tous les prêteurs le risque est ne pas être remboursé et donc quand le banquiers pensent qu’ils seront remboursés ils prêtent pour pas cher, pas pour le profit , pour cela , ils ont les traders et les produits tellement compliqués que la direction fait confiance aux grosse têtes qui les fabriquent ( la preuve avec les supprimes lire the big short)
    conclusion si un pays inquiète on lui prête avec parcimonie conditions et taux élevés, finie la liberté, ce qui n’est pas compris en France ni par les politiques,ni l’éducation nationale ni le Français moyen…. ( normal on lui a expliqué tout de travers depuis tout petit )
    dans le cas contraire , les illusionnistes et joueurs de pipeau n’auraient pas autant de succès

    • C’est difficile de vous suivre, tout est zig zag.
      L’hélicoptère money est une expression spécifique aux USA où la FED organisme détenu par 12 banques régionales elles mêmes détenues par des banques privées telles JP Morgan ? Goldman Sachs, etc émet ex nihilo des emprunt achetés par le Trésor US pour financer le déficit budgétaire US. En Chine, c’est la Bank of China qui finance les territoires qui eux me^mes financent toute sorte d’investissements : infrastructures et usines dont la rentabilité ne serait pas forcément l’objet… En Europe, il n’y a pas d’hélicoptère money, puisque la BCE achète sur le marché secondaire des dettes souveraines ou d’entreprises pour alléger leurs bilans.
      Les taux bas comme nous les observons est une mauvaise décision puisqu’il ne permettent pas d’allouer à bon escient les investissements qualitatifs, ils posent des difficultés aux organismes chargés de gérer l’épargne qui tend vers des taux zéro, cela pour forcer les populations à consommer et selon la théorie keynésienne relancer la croissance, sauf que cela ne marche pas et n’a d’ailleurs jamais marché. Devant l’absence d’alternative, l’épargne va là où elle est le plus en sécurité car un état est plus sécuritaire qu’une entreprise ou qu’un particulier.
      Si nous sommes en période déflationniste car les prix baissant, le cash ou l’équivalent enrichit son détenteur.
      Pour les traders, leur activité sert surtout à couvrir les risques de tous les marchés, il faut arrêter de croire que les films sont la réalité. J’avais lu le livre Big Short, je n’ai malheureusement rien appris mais je me suis diverti.
      Pour gagner des sous, certains utilisent leur cerveau, d’autres leurs jambes comme les sportifs, les mannequins leur plastique, … et pour une paire de mollets énergiques, certains gagnent beaucoup plus! Les traders n’ont rien à voir avec la crise, ce n’est pas le trader qui crée le produit boursier et en l’occurrence les créances pourries des banques ou pays qui prêtent ou empruntent à taux variable. Le trader n’est que le pion de celui qui prend la décision d’investir, en gros c’est le vendeur qui récolte les miettes sur de grosses grosses opérations en bourse, ce qui fait beaucoup de miettes pour certains.
      Que ce soit aux USA, en Angleterre ou en France, les Politiques ont fait miroiter depuis les années 60 à leurs concitoyens que tout individu a le DROIT, un droit immuable et inaliénable, à l’accession à la propriété, et plus généralement à la consommation à outrance. C’est la plus grande farce jamais promulguée au rang d’institution supranationale ! Pour pouvoir consommer, il faut en avoir les moyens. Il faut pouvoir payer cash. Nos hommes et femmes politiques l’ont « oublié » (pour pouvoir être réélus ou simplement parce qu’ils sont trop endoctrinés eux-mêmes pour se rendre compte de l’illusoire sur lequel ce « droit » repose :
      La crise provenait de l’activité de prêt et non de trading
      Pour les subprimes lisez les lois américaines comme McFadden Act de février 1927, Federal Deposit Insurance Corporation 1933, Glass Steagall Act de 1933 , Riegle-Neal Interstate Banking et Branching Efficiency Act 1994, et Community Reinvestment Act (CRA) de 1977 et 1993
      Pour la Grèce, le brillant résultat est atteint après deux restructurations de dette et trois plans d’aide de 110 milliards, 237 milliards puis 86 milliards pour le plan actuellement en cours. Un total de 333 milliards. Par comparaison, le PIB de la Grèce est de l’ordre de 180 milliards. Par charité, je m’abstiens de tout commentaire sur les capacités de gestion comptable de la Commission européenne.
      La Grèce emprunte aux mêmes conditions que l’Allemagne à quelques pouièmes près.
      Pour l’éducation économique des Français je vous rejoins, mais il n’y a pas qu’en France, je dirais la même chose de nos élus. Voyez par exemple, mon maire se félicite d’avoir obtenu une subvention de l’Etat pour un tunnel dans sa commune et que cela ne coûtera rien aux administrés. Lorsque je lui ai fait la remarque que même administré local je n’en était pas moins contribuable national, sa réponse a été que je l’ennuyais car j’avais réponse à tout. Non je suis simplement une logique qui dépense et qui paie, enfin c’est simple Et pourquoi l’élu a un tel pouvoir de dépense sans discernement et sans sanction autre que l’élection?

  30. Fredy Gosse says:

    merci de votre réponse très interessante d’un technicien bancaire
    je vais essayer de vous expliquer mes ZIG et mes ZAG
    d’abord ‘hélicoptère monétaire ,j’emploie cette expressions d' »une manière plus générique même si la votre est plus exacte et plus précise: j’entends cette expression dans mon langage courant comme la créations moyens de paiement ex nihilo par volonté politique..et dans ce sens que ce soit des sommes bancaires prêtées abusivement à des clients sans ressources mais garanties par Freddy Mac et l’autre organisme similaire dont le nom m’échappe (, cette garantie permis la création de produits bancaire notés Triple A par les agences de notation qui avaient apparemment avaient des intérêts contradictoires car aussi rémunérés par les mêmes banques) et ensuite leurs finaciarisations ou que ce soit des prêts d’ Etat pour faire ce que veut l’Etat(Chine villes entières vides )nous arrivons à la même notion l’argent qui fut un moyen génial de payer des équivalents de richesse à sa création est devenu pour trop de gens la richesse elle même.D’ou des discours keynésiens universels ( ce matin du r Atlantico mr Goetzmann est venu nous réciter sa leçon tri – hebdomadaire)
    Pour la BCE j’ai un doute sur votre affirmation .Officiellement la BCE ne rachète pas de créances pourries mais comme se plaint régulièrement le ministre allemand des finances , dans le faits c’est différent…..quand la BCE pour alléger les bilans comme vous le dites ,rachète de la dette européenne , forcément elle rachète un gros paquet de créances pourries ….au passage (saut à considérer que jamais un pays fera faillite nonobstant l’argentine , le Venezuela etc..) j’ai d’ailleurs une question que je me suis posée sans y trouver de réponse
    Supposons que face à la montée des populismes et du retour en force des nationalismes l’UE explose :que devient la BCE?et comment ces dettes que l’on ne remboursent jamais impactent l’économie réelle la micro …économie?

    Sur les traders je partage votre opinion , ils ne fabriquent pas de produits mais des catastrophes….
    A ce propos la vente à terme existe depuis longtemps car les fabricants de produits de transformation ont besoin de savoir à l’avance le coût de leurs fourniture ,d’autant plus vrai ,que lorsqu’ils passent par la Grande Distribution, ils doivent donner les prix un an à l’avance. Puisque vous semblez être un spécialiste,à encore ,pouvez vous m’expliquer en quoi des milliards de transactions sur ,par exemple du blé ,sont utiles aux fermiers et aux minotiers? on m’a dit pour assurer la liquidité? vraiment des transactions à la nano seconde ? mais comment faisait il avant l’ordinateur?moi, benoîtement , je vois des intermédiaires qui ne prendront jamais livraison de la marchandise mais qui spéculent pour le bien ou le mal de leurs employeurs et qui de toutes façons ne le font pas gratuitement donc génèrent des coûts que l’on trouvera dans l’assiette du consommateur

    Sur les taux d’intérêts européens , le ver est dans le fruit dés l’origine t..il y avait des règles de discipline budgétaire , dés le départ personne les a respectées .La Grèce c’est une monstruosité de duplicité de nos dirigeants , en toute connaissance de cause , avec des trémolos dans la voix , la Grèce, le berceau de la démocratie se devait d’adhérer …. on a vu et ce n’est pas fini..
    A ce jour perdus dans le trou de Penelope ,les français n’entendent plus rien sur l’UE et pourtant tout se joue là
    Nos super technocrates n’ont pas compris le sens de la réunification de la Gross Deutschland en 89 et apparemment pour certains, impossible de leur faire admettre….
    La France( enfin nos politiques) vit dans un rêve éveillé…elle va convaincre l’Allemagne de suivre notre modèle…
    vu les résultats économiques des 2 bord du Rhin avec la même monnaie n’importe quel individu même très bas du plafond peut comprendre que cette opinion ne peut que déclencher qu’ un immense éclat de rire à Berlin
    NEIN .. »séfou qui defait copier Gross Deutschland.. » … nous en sommes là .;On peut invoquer les pères, les créateurs ,les temps ont changé nous sommes à la croisée des chemins..
    Enfin j’ai partagé la même incrédulité du maire quand il est venu nous vendre l’inter communalisé,merveilleux a t il dit c’est gratuit l’Etat nous aider…quand j’ai fait remarquer qu l’Etat c’était nous et que notre IRPP ou tout autre impôt national augmenterait,il a dit que je faisais partie des pessimistes.. quand j’ai demandé si on allait regrouper les services de nos communes sans recrutement pour faire des économies ..là j’ai senti un gros malaise ;nous ne recruterons que strict nécessaire…
    Des années plus tard le superflu est devenu la définition du nécessaire :étonnant n’est ce pas.dans le faits l’ inter communalisé permet à chaque commune de dépenser plus en faisant payer ses rêves dépensiers par les autres communes :comme chaque commune fait pareil…………… bonjour les dégâts

    les administré sont heureux il y a pleins d’équipements nouveaux mais quand ils reçoivent la feuille d’impôts ils fulminent et que font leurs élus ?ils disent c’est la faute de l’Etat.. et nos concitoyens abrutis de propagande Etatique disent…. des sous des sous.

  31. Où habitez-vous ? par simple curiosité, c’est intéressant cette proximité de vues
    J’habite Dijon pour mon cas

  32. Cela vient juste de tomber dans ma boîte:
    10 février 2017

    Avec la publication du dernier bilan trimestriel de la Banque de France sur l’épargne des ménages, on apprend que les sommes laissées sur les comptes courants non rémunérés des particuliers atteignent désormais 415 milliards d’euros.
    C’est un fait, la baisse de rémunération qui a frappé les différents placements ces dernières années a fortement démotivé les épargnants. Mais leur réticence à investir tient peut-être aussi à l’accumulation de scandales et de révélations concernant les différentes manipulations, voire les malversations, dont se sont rendues complices (à défaut d’être coupables) la quasi totalité des banques. Difficile aujourd’hui de confier son argent à des institutions qui font régulièrement la une des journaux en raison des risques inconsidérés qu’elles font courir aux épargnants. Sans compter celles qui les dépouillent littéralement et délibérément. Enfin, 2017 marque une nouvelle année de hausse des tarifs bancaires sans que pour autant les usagers aient le sentiment d’en avoir pour leur argent.

  33. Fredy Gosse says:

    j’habite Fontainebleau

  34. On est loin de l’IFI, mais on se cultive. Merci aux contributeurs !
    En fait pas si loin, car on a de plus en plus besoin de comprendre notre matraquage fiscal, en parallèle avec l’appauvrissement général.
    Et plus on comprend, plus on est désemparés…
    (et par ailleurs, ne pas se rebeller laisse la voie ouverte aux matraqueurs…! … le cercle vicieux est fort bien enclenché, mais le vice a ses limites,… contrairement à la vertu …!)
    C’est quand même pratique les « pauvres » ou les « consommateurs acculturés » qui ont autre chose à penser que chercher à comprendre l’origine de leurs soucis (aujourd’hui, c’est plus compliqué…!).
    Je crois que c’est Mauriac qui a dit que le parti socialiste aime tellement les pauvres qu’il se sent obligé d’en créer toujours plus…
    Je comprends aussi pourquoi la classe moyenne est (plus ou moins consciemment) dans le collimateur de nos politiciens aux commandes.
    L’africanisation (la tiers mondialisation ne comprenant que des très riches et des très pauvres) est bel et bien « en marche » depuis 1981…

  35. En cherchant à vérifier l’origine de ma citation ci-dessus, je ne résiste pas à vous faire partager la page de wikipédia qui explique 99% de nos problèmes en France. A mon humble avis bien sur !…
    En bon échange de services rendus !!!…

    https://www.wikiberal.org/wiki/Citations_sur_le_socialisme

  36. « La vraie richesse est dans l’abondance des choses utiles propres à satisfaire nos besoins et nos goûts, vous comprendrez comme possible la prospérité simultanée. Le numéraire ne sert qu’à faciliter la transmission d’une main à l’autre de ces choses utiles…s’il y avait à la disposition de tous les Français une fois plus de toutes ces choses utiles, la France serait le double plus riche, bien que la quantité de numéraire restât la même; mais il n’en serait pas ainsi s’il y avait le double de numéraire, la masse des choses utiles n’augmentant pas. » – Frédéric Bastiat

  37. Citation de Jean-Paul II (encyclique Centesimus Annus, 1er mai 1991)
    Le socialisme, c’est toujours l’histoire d’une spoliation méthodique exercée aux dépens du peuple. Les unes après les autres, les catégories sociales et professionnelles se font arracher progressivement leur bien. Puisque les besoins sont sans limite, la spoliation l’est aussi. Elle ne cesse qu’avec le dépouillement complet des victimes. Malheureusement pour l’oligarchie au pouvoir, les dites victimes viennent ensuite grossir la masse des assistés, ce qui oblige à de nouvelles spoliations exercées contre des catégories de moins en moins aisées. Quand il n’y a plus de gens à dépouiller, le socialisme redistributeur cesse et se fait violent afin d’étouffer le mécontentement général.

  38. Je ne savais pas que j’avais des vues communes avec cette dame !

    – Margaret Thatcher :
    Je n’ai jamais oublié que l’objectif inavoué du socialisme – municipal ou national – était d’accroître la dépendance. La pauvreté n’était pas seulement le sol nourricier du socialisme : elle en était l’effet délibérément recherché.
    – Margaret Thatcher
    L’homme supérieur demande tout à lui-même ; l’homme vulgaire demande tout aux autres.

    • Margaret Thatcher a aussi dit : »Le socialisme ne dure que jusqu’à ce que se termine l’argent des autres-

      H.L. Mencken : »Le socialiste est comme un homme souffrant du désir inconditionnel de croire en ce qui n’est pas vrai.  »

      Dr. Thomas Sowell : « Le socialisme a un historique d’échecs tellement évident que seul un intellectuel peut l’ignorer ou ne pas en tenir compte  »

      Puisque c’est la saison électorale

  39. Notre fameux joueur d’échecs semble connaître la France !! :

    « Dans la pratique, le socialisme corrompt non seulement l’économie, mais l’esprit humain lui-même, et érode l’ambition et la réussite qui ont rendu possible le capitalisme moderne et sorti des milliards de personnes de la pauvreté. Parler de socialisme est un énorme luxe, un luxe payé par les succès du capitalisme. L’inégalité des revenus est un gros problème, c’est certain. Mais l’idée que la solution est davantage d’État, de régulation, de dette, et moins de risque, est dangereusement absurde.
    Garry Kasparov (01/03/2016) »

  40. Fredy Gosse says:

    Allez la dernière pour ce soir
    Coluche- les socialiste ont eu tort de venir au Pouvoir,ils auraient du faire comme Dieu ne jamais se montrer pour qu’on continue d’ y croire…
    ou Madelin
    n’attendez pas la solution de vos problèmes des politiques puisque ce sont eux les causes de vos problèmes
    bonsoir

  41. Fredy Gosse says:

    incroyable le père Noel en Février

  42. Pour l’instant c’est pas gagné:
    « Mi-juin, ceux qui ont rempli leurs déclarations d’ISF pour 2017 espéraient sans doute que ce soit la dernière. Mais l’avenir de cette réforme forcément polémique paraît bien flou aujourd’hui. Emmanuel Macron avait promis durant la campagne de recentrer l’impôt sur la fortune sur les actifs immobiliers. Ce nouvel « impôt sur la fortune immobilière » (IFI) doit conserver le barème et les taux de l’actuel ISF, mais toutes les valeurs mobilières, y compris l’assurance-vie, sortiraient de l’assiette d’imposition. Forcément, cela aurait un coût pour les finances publiques, estimé à au moins 2 milliards d’euros. Si bien qu’à Bercy, on se dit peu pressé de conclure en 2018 une réforme jugée moins prioritaire et qui pourrait attendre 2019. La perspective inquiète les milieux patronaux : ces derniers considèrent que le début du quinquennat constitue la seule fenêtre politique pour s’attaquer à l’ISF.

    La même incertitude pèse sur l’autre réforme promise sur la fiscalité du capital, le prélèvement forfaitaire unique de 30 % sur les revenus du capital (prélèvements sociaux compris). Le scénario le plus probable pour l’instant est que cette « flat tax » ne soit mise en place qu’en 2019. Couplé à l’augmentation de la CSG, ce report implique une hausse temporaire de la fiscalité du capital, alors que la France affiche déjà un niveau d’imposition particulièrement élevé par rapport à ses voisins. Plusieurs problèmes sont encore à régler, comme la fiscalité de l’assurance-vie et celle des plus-values lors de la revente d’une start-up »

    En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/030420359783-fiscalite-les-reformes-qui-vont-etre-menees-en-2018-et-celles-qui-vont-etre-remises-a-plus-tard-2099144.php#LCRdarkcl9xa10lw.99

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*