Nous vivons une époque formidable.

Quel que soit le résultat des élections présidentielle dont la longue campagne est le reflet parfait de la mutation de la société, nous entrons dans une nouvelle ère, une ère qui bouleverse 30 années d’une société (et donc d’une gestion de votre patrimoine) guidé par la théorie financière, la recherche d’une mondialisation sans limite des échanges des capitaux, personnes et marchandises, l’optimisation, …

Demain, et quel que soit le candidat finalement élu, la richesse incroyable de cette campagne présidentielle pourrait laisser des traces indélébiles dans nos pratiques, analyses, projection, et donc dans la gestion de votre patrimoine.

Il est évident que cet article n’est que ma lecture personnelle des mutations que nous vivons, elle n’est pas parfaite et ne doit pas correspondre à tous, chacun doit être capable de réaliser sa propre lecture, critiquer ma vision, l’améliorer, l’augmenter de son expérience, la détruire, car au final, dans une société en mutation, nous ne pouvons qu’apporter des hypothèses sur ce qui en sortira.

L’important n’est pas tant le résultat que le chemin !

 

Trois mots /expressions me semble symboliser l’époque que nous traversons :

Remise en cause du modèle. Tous s’affirment comme candidat « anti-système », tous veulent nettoyer un modèle économique périmé, incapable de s’adapter aux nouvelles attentes et besoins des nouvelles générations ;

 

Transparence et probité. Remise en cause de la corruption directe ou indirecte trop longtemps considérée comme le privilège de certaine de nos pays latins ; La transparence, c’est tendre vers l’alignement d’intérêts entre deux parties, c’est la probité, l’intérêt collectif et surtout la lutte contre toutes les stratégies qui autorisent certains par l’utilisation habile de la loi de s’en détourner de son objectif originel ;

 

Retour sur l’humain et la valeur ajoutée. La remise en cause des excès du capitalisme qui est au cœur des mutations sociétales en cours, c’est assurer un meilleur partage de la valeur ajoutée. Dans un monde ou les capitaux sont abondants (et perdent donc leur valeur relative selon les mécanismes naturels d’offres et de demandes), le travail, la capacité à apporter de la valeur ajoutée retrouve sa suprématie et doivent être mieux valorisés.

 

La gestion de votre patrimoine qui n’est au final que la traduction de l’évolution de la société doit parfaitement refléter cette mutation en cours.  Nous ne parlons pas de théorie financière, pas de rendement à court terme, pas de spéculation, mais de tendance de très long terme et de mutation profonde de la manière dont vous devez appréhender l’utilisation de votre argent et vos investissements.

Il m’apparaît fondamental de comprendre ces mutations pour réussir la gestion future de votre patrimoine.

 

 

Remise en cause du modèle : Peut-il y avoir reconstruction sans destruction préalable ?

Peut on espérer changer de modèle de société, remodeler en profondeur la gestion de votre patrimoine sans détruire préalablement le modèle antérieur.

La mutation en cours engendrera un cataclysme, une destruction du modèle actuel. Cela me semble inévitable à long terme et il faut l’intégrer dès aujourd’hui. Mais attention, s’il s’agit d’un cataclysme pour les dominants du modèle actuel, il s’agit en réalité d’une opportunité pour les constructeurs du nouveau modèle. La révolution Française devait être vue comme un cataclysme pour la bourgeoisie, mais comme une opportunité pour tous les non dominant du modèle antérieur ? Ne croyez-vous pas ?

La remise en cause du modèle devrait donc passer par la remise en cause de nos certitudes. Considérez que rien n’est impossible, et même que tout ce qui apparaît comme impossible et inimaginable pourrait lentement devenir comme imaginable, puis possible, puis envisageable, puis réaliste, puis comme la réalité… Essayez de vous remémorer le cheminement intellectuel autour de la fin de l’euro. Affirmée comme inimaginable, il y a trois ans, seuls 4 candidats sur 11 à l’élection présidentielle y sont aujourd’hui favorables. Plus rien n’est impossible !

Les exemples sont nombreux et il faut l’intégrer et le comprendre, sans pour autant céder à la panique et au catastrophisme. On pourrait citer : La solidité du fonds euros de votre contrat d’assurance vie, les prix de l’immobilier, la valeur de la monnaie « Euro », la solidité des théories financières de gestion de portefeuille qui fondent aujourd’hui les modèles de gestion financière dominants, la question de la diversification nécessaire des portefeuilles, …

 

Dès lors que plus rien n’est impossible, tout devient possible. Vous devez saisir cette opportunité dans la construction de votre patrimoine.

Cessez d’écouter les apôtres de la théorie financière ou des acteurs qui ont fait fortune sur ces théories passées, faites confiance à votre expérience et votre lecture de la société pour vous investir dans la gestion de votre patrimoine en suivant vos valeurs et vos priorités.

Dans une époque où tout est remis en cause, vous en savez autant que tous les autres… et même plus car votre raisonnement n’êtes pas pollué par des théories qui ne seront plus d’actualité demain.

 

 

La transparence, c’est l’exigence d’honnêteté et tendre vers l’alignement d’intérêt entre deux parties. Homme politique et citoyen ; Conseil en gestion de patrimoine et client… même combat.

La transparence, dans tous les domaines, a pour objectif final l’alignement des intérêts entre deux parties prenantes. Entre l’homme politique et le citoyen, entre le conseil en gestion de patrimoine et son client, … La transparence est le passage obligatoire pour retrouver la confiance.

Au-delà de la désintermédiation rendue possible grâce aux outils numériques, la transparence devient une exigence prioritaire pour tous.

C’est là une mutation importante pour la gestion de votre patrimoine. La transparence, c’est la seule solution qui vous permettra de juger de l’indépendance (à défaut de la pertinence) des conseils de votre intermédiaire ou conseiller.

Pour savoir, si votre conseiller en gestion de patrimoine vous apporte un conseil ou est susceptible de conflit d’intérêt en ayant d’autres sources de revenus dans le conseil qu’il vous apporte, vous devez exiger la transparence.

La transparence, c’est connaître son mode de rémunération, c’est essayer de comprendre ce qu’il a à gagner à vous conseiller tel ou tel support d’investissement ou vous apporter tel ou tel conseil.

Exiger la transparence, c’est exiger une rémunération exclusive aux honoraires de conseil !

Acceptez-vous qu’un député soit rémunéré par une société alors qu’il est chargé de rédiger un texte de loi qui pourrait aller à l’encontre des intérêts de cette même société ?

Acceptez-vous que votre conseil en gestion de patrimoine soit payé par un promoteur pour vendre un bien immobilier alors qu’il se présente à vous comme un conseiller ?

 

La campagne présidentielle devrait accélérer la moralisation de la société. Les pratiques tolérées hier, ne le seront pas demain.

La transparence, c’est tendre vers l’alignement des intérêts entre les parties, c’est la seule manière d’éviter les conflits d’intérêt et donc améliorer la qualité du service rendu.

 

Mais attention, la transparence, c’est aussi la recherche de l’honnêteté et de la probité.

C’est une société qui lutte contre les contribuables habiles qui utilise trop bien la loi pour la détourner de son esprit originel. C’est la lutte contre l’abus de droit.

Une société qui tend vers plus de transparence et de probité, c’est une société qui exècre la fraude fiscal et l’hyper optimisation qui est trop souvent une utilisation trop habile des lois contre son esprit originel et l’intérêt collectif qui à prédominé lors de la rédaction du texte.

Par exemple, quel avenir pour tous ces débats d’experts autour de la holding animatrice, dont on sait tous l’utilisation excessive et abusive ; Ces stratégies contraire à l’esprit originel du texte n’ont aucun avenir patrimonial.

 

 

Retour sur l’humain et la valeur ajoutée : Dans une société ou le capital est abondant, l’argent n’a plus de valeur et la valeur ajoutée doit retrouver sa suprématie.

La mutation que nous vivons n’est-elle pas une crise du capitalisme ? Dans un monde ou le capital est abondant, la création monétaire excessive, quelle est la valeur de la monnaie ? Comment rémunérer le capital dont nous avons en excès ?

L’hyperinflation monétaire détruit la valeur du capital et de la monnaie. Ce n’est pas la valeur de votre maison qui a augmentée, mais la valeur de la monnaie dans laquelle elle est exprimée qui se détruit… C’est ça la conséquence de l’hyper-inflation monétaire.

La crise du capital, c’est le nécessaire rééquilibrage du partage de la valeur ajoutée entre travail et capital. L’abondance de capital détruit la valeur et la rémunération de ce dernier. A l’opposé, la capacité à générer de la valeur ajoutée, proportionnellement plus rare au regard de l’importance de l’excès de capital, doit être valorisé.

Prenons quelques exemples pour comprendre le propos.

 

La valeur d’un bien immobilier est-elle dans la quantité de monnaie nécessaire à son acquisition, ou dans l’amélioration de l’usage apportée par son propriétaire ? Dans un monde ou la monnaie perd de sa valeur, l’amélioration de l’usage est évidemment la clef de réflexion essentielle. Améliorer l’usage, c’est rénover l’immeuble pour le rendre conforme à la demande du locataire, c’est y exercer une activité commerciale de location meublée pour augmenter les revenus grâce à une valeur ajoutée apportée par le propriétaire (accueil, tourisme, petit déjeuner, service de ménage, …).

La valeur de l’immeuble n’est pas dans le bâti, mais dans l’usage, c’est-à-dire dans la valeur ajoutée par le propriétaire.

 

Demain, le pouvoir des actionnaires lors du vote des distributions de dividendes sera-il toujours aussi important. Le capital abondant, mal utilisé, n’est-il pas facilement substituable et donc moins rémunéré ?

Par contre, la valeur ajoutée des salariés est une chose par nature limitée qui pourrait davantage profiter de la richesse créée ? On justifie souvent le dividende par la rémunération de l’apport en capital nécessaire à toute activité ? Mais dans un monde ou le capital est abondant, les dividendes ne doivent-ils pas baisser sur la seule application des mécanismes d’offre et demande ? Dans un monde numérique ou le capital est abondant, qui crée est le plus rare, le capital ou la valeur ajoutée ?

 

Fiscalement, faut-il taxer le capital ou le travail ? Puisque le capital est abondant et le travail plus rare, ne faut-il pas privilégier la taxation du capital et au contraire alléger la fiscalité sur le travail ? (ce qui n’interdit pas les réflexions sur la priorité donnée à la réduction des dépenses pour réduire l’impôt total payé par tous et notamment les futures générations).

 

C’est quoi adapter la gestion de son patrimoine ?

Puisque personne n’est capable de comprendre la valeur réelle de son patrimoine, vous devez concentrer votre analyse sur votre capacité à apporter de la valeur ajoutée, à créer de la valeur et de l’usage pour espérer traverser la mutation en cours sans perdre l’essentiel -et l’essentiel n’est pas toujours financier, il peut être familial / social (Résidence principale / résidence secondaire, sont typiquement des investissements non financiers dont vous devez quantifier la valeur au regard de vos projets de vie).

La notion de valeur ne doit pas se limiter par la seule capacité à générer un revenu financier élevé dans le temps, la valeur peut aussi s’entendre dans la participation à la construction d’entreprise dont les objectifs vous semble conforme à vos valeurs et aux mutations de la sociétés grâce aux crowdfunding par exemple.

La valeur écologique n’est elle pas non plus une valeur importante… Peut on quantifier l’intérêt d’installer des panneaux photovoltaique au seul rendement financier au regard des conditions actuelles. Qu’en sera il dans 15 ans ? La rentabilité écologique ne va t’elle pas prendre une valeur exponentielle ?

 

 

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois de Juin 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Cliquez ici pour comparer plus de 100 banques et trouver le meilleur taux

Ces autres articles devraient vous intéresser :


14 Comments

  1. « Exiger la transparence, c’est exiger une rémunération exclusive aux honoraires de conseil ! » Avez-vous déjà vu de nombreux clients potentiels prêts à visiter un bien immobilier et payer l’agent sans qu’il y ait vente? Ce modèle n’est pas prêt à être adopté en France. Dommage, car l’agent se rémunère ensuite sur une vente avec des honoraires, justifiés, qui couvrent tous les frais des précédentes visites. Avec un taux decommission qui pourrait être divisé par 5 si tous ses conseils précédents avaient été rémunérés.

    • Oui, vous avez raison, cette exigence d’honoraire concerne les conseillers. Un vendeur se rémunère comme il veut mais ne doit pas dire qu’il conseille lorsqu’il réalise un acte de vente.

      Un agent immobilier est un vendeur qui doit comprendre le besoin de son prospect pour lui trouver le bien adéquat… mais c’est un vendeur, pas un conseiller.

      N’êtes vous pas d’accord ?

  2. Excellente prise de recul! Bravo!

  3. Fredy Gosse says:

    Ouais. Recul recul…. je viens de lire le programme de Mélenchon …..,c est faire du neuf avec du vieux
    Vous. Voulez faire des pronostics avec ce genre de projet?

    • Pourquoi parlez vous d’un candidat en particulier ? Je crois cette analyse valable pour tous les candidats, y compris les candidats au programme crédible et compatible avec la société actuelle

  4. J’avoue que j’ai du mal à vous suivre. Si la gestion efficace d’un patrimoine doit prendre en compte l’excès de capital disponible, pourquoi les entreprises en développement en manque t-elles autant ? A combien chiffrez vous ce capital en excès ?
    Vous avez écrit : « La mutation que nous vivons n’est-elle pas une crise du capitalisme ? Dans un monde ou le capital est abondant, la création monétaire excessive, quelle est la valeur de la monnaie ? Comment rémunérer le capital dont nous avons en excès ? »

    La mutation que nous vivons n’est pas une crise du capitalisme, car dans son acceptation économique le capitalisme est la propriété des moyens de production. Ensuite, ce n’est pas parce que les banques centrales (BC) font n’importe quoi en matière de prix de l’argent, j’entends par là les taux d’intérêts qui encore une fois au sens économique ne sont que le prix du temps, celui-ci aujourd’hui ne vaudrait plus rien ? Là il y une crise, mais ce n’est pas celle du capitalisme. Le capital a toujours été rare (sens économique), vous confondez capital et taux d’intérêt. Quelle est la valeur de la monnaie, je vous répondrai la même que les poids et mesures, à partir du moment ou vous modifiez le nombre de centimètres dans un mètre il vous faut plus ou moins de centimètres, mais vous arrivez toujours à mesurer dans une unité qui a changé (ce qui n’aurait pas dû se produire)
    Pour la rémunération du capital, je crois qu’au travers de votre blog vous raisonnez trop en termes d’instruments financiers : produits bancaires, contrat d’assurance vie en euros etc. et peu ou pas en investisseur, c’est-à-dire accompagnateur de projet(s) d’investissement(s)
    Pour finir la mutation que nous vivons doit être une nouvelle révolution technologique due à l’informatique, la robotique, le numérique, le web qui nous amène à ce que d’aucun nomme la robolution. C’est là que se situe la « révolution » ou « mutation » et vous allez voir que le capital va accompagner admirablement celle-ci.

    • « Si la gestion efficace d’un patrimoine doit prendre en compte l’excès de capital disponible, pourquoi les entreprises en développement en manque t-elles autant ? »…

      Qui manque de capital ? Pouvez vous me démontrer ce manquement ? Ne croyez vous pas qu’il s’agit d’une légende urbaine ?

      Regardez par exemple la faible developpement du crowdlending ou crowdfunding qui peine à trouver des entreprises à financer… malgré des épargnants investisseurs abondants.

    • « La mutation que nous vivons n’est pas une crise du capitalisme, car dans son acceptation économique le capitalisme est la propriété des moyens de production. », oui, mais il faut de l’argent, c’est à dire du capital pour acheter ces moyens de production.

      Ainsi, lorsque l’argent abonde partout tel qu’actuellement, il est facile de substituer un investisseur par un autre … et donc le capital perd de sa valeur devant l’abondance. N’êtes vous pas d’accord ?

      • Fredy Gosse says:

        m’enfin ce n’est pas de l ‘argent qui inonde le marché et détruit le prix c’est de la fausse monnaie

        • Cette « abondance » dont vous parlez ne fait que qu’augmenter le prix des biens et des services et des moyens de production, la modification de la quantité de monnaie n’a jamais d’autre conséquence. « L’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire en ce sens qu’elle est et qu’elle ne peut être générée que par une augmentation de la quantité de monnaie plus rapide que celle de la production », écrit-il en 1970.

          • fredy .gosse says:

            et oui pendant la république de Weimar 1 dollar a eu pour Valeur 1700 milliards de marks .Pas facile pour acheter une baguette
            et dire qu’une partie importante de la jeunesse veut voter pour Melechon …..ou Lepen et un des conseillers de Macron fut conseiller de Maduro parait il…

  5. Fredy Gosse says:

    Pourquoi poser ce genre de questions quand 2 programmes de 2 favoris auront pour effet de faire disparaître le capital….. les emprunts russe en 1915 c’était du béton et le petrole du Venezuela hein…..😭 Mais il faut connaître la fin de l histoire ……..

  6. Fredy Gosse says:

    https://www.contrepoints.org/2017/04/14/286724-presidentielle-marches-sinquietent-le-pen-melenchon?utm_source=Newsletter+Contrepoints&utm_campaign=eaefeef2f6-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_865f2d37b0-eaefeef2f6-113746145&mc_cid=eaefeef2f6&mc_eid=aa405518eb

    intéressant mais une fois la lecture terminée si la peste ou le choléra triomphe et comment le savoir ,que fait on?avant c’est trop tôt après c’est trop tard :on tire à la courte paille ?

  7. Parlant de desintermédiation et de mutations technologiques, je recommande les monnaies digitales (crypto-currencies), avoir 1 bitcoin (dès fois qu’il atteigne un jour 1 million de dollars) mais surtout des Litecoins (plus performants et en phase de revalorisation, voir « litecoin + segwit ») et ma recommandation personnelle, le Dash (Digital Cash, ancien Dark Coin) lequel va bientôt bénéficier d’une interface intuitive type Paypal et qui autorise des transactions complexes (smart contracts) entièrement cryptées et intraçables (contrairement au Bitcoin)… pour finir notez que le Bitcoin sera un moyen de paiement légal au Japon cet été 2017 et que la Russie envisage son utilisation officielle dès 2018…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*