Le fonds euros dérange les compagnies d’assurance vie ! Elles doivent trouver le moyen de décourager les épargnants d’y épargner. Après l’intervention du vice président de l’ACPR la semaine dernière qui appelait les compagnies d’assurance vie à renoncer au fonds euros (cf »Vous ne pouvez plus douter ! Votre épargne en assurance-vie est en danger à cause des taux d’intérêt négatifs ! »), voici cette semaine le président de Generali qui annonce des mesures fortes pour décourager les épargnants de laisser leur argent sur le fonds euros et de continuer d’y verser de l’argent.

Le propos du président de Generali est limpide et ne laisse plus aucun doute : « Le modèle de la sécurité absolue, de la liquidité permanente, de la garantie totale et à tout instant du capital, qui est finalement une réplication du modèle du Livret A, est à bout de souffle. Le monde du fonds euros roi est terminé ! »

Il est urgent de relire ce que nous écrivions hier: « Assurance vie : Quelle alternative au fonds euros ? Faut-il investir dans l’immobilier ou dans les entreprises ? ».

A l’occasion d’une interview au journal les Echos, le président de Generali annonce :

 

  • L’arrêt de commercialisation de deux fonds euros « France2 » et « Euro Innovalia » (Cette annonce est importante, car Euro Innovalia est un fonds euros nouvelle génération dont le rendement 2018 est de 2.40% qui faisait la une des classements des meilleurs fonds euros, notamment commercialisé sur internet).

 

  • Une très forte baisse du rendement des fonds euros en 2019. Le président de Generali annonce vouloire baisser « très significativement » le rendement du fonds euros car « Jusqu’à présent, le marché baissait par des petites marches de 10 ou 20 points de base. Nous irons bien au-delà. C’est une question de responsabilité et de pédagogie vis-à-vis de nos clients. Les points de repère ont radicalement changé. Nous ne voulons pas donner l’illusion qu’il serait encore possible de servir un rendement à 1,50 % pour un contrat en fonds euros alors que le taux sans risque est négatif  » ; Il est à noter que cette baisse des rendements est un vol manifeste de la part de la compagnie d’assurance vie ! En effet, le fonds euros continue de délivrer un rendement relativement satisfaisant, Generali va donc ponctionner le rendement pour faire des réserves et probablement accélérer les transferts de plus-value latente vers l’Euro-croissance !

 

  • Une contrainte d’investissement de 60% en unité de compte pour pouvoir épargner sur le fonds euros du contrat d’assurance vie ; 

 

  • Une contrainte de frais d’entrée élevés pour les versements sur le fonds euros.

 

 

Une prise en otage des épargnants qui devront accepter des rendements médiocres ou une prise de risque excessive pour continuer à bénéficier des avantages fiscaux de l’assurance vie

Cette compagnie d’assurance vie annonce clairement travailler contre ses épargnants afin de protéger son modèle économique et sa solvabilité ! Les épargnants vont être spoliés et pris en otage par les compagnies d’assurance vie qui utilisent l’argument de l’antériorité fiscale du contrat d’assurance vie et les avantages fiscaux pour espérer maintenir leurs marges et leur rentabilité !

Accélérer la baisse des rendements du fonds euros ; obliger les épargnants à spéculer en unité de compte alors même qu’ils ne veulent pas prendre de risque ; spolier massivement les fonds euros pour forcer les épargnants à placer leur épargne sur l’Euro-croissance … sont autant de mesures qui obligent les épargnants à revoir leur stratégie d’épargne en assurance vie.

Les compagnies d’assurance vie jouent leur survie sur le dos des épargnants ! La baisse des rendements des fonds euros est normal et logique dans un monde de taux bas, mais l’attitude des compagnies d’assurance vie est méprisable ! Elles jouent un jeu dangereux à vouloir accélérer l’effondrement des rendements du fonds euros pour sauver leurs bénéfices.

 

C’est la panique chez les compagnies d’assurance vie !

 

A suivre …

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


66 Comments

  1. J’ai un vieux fond Générali en Euros, datant de 96 (Capital Euro Epargne Bourse). A la souscription, ce fond affichait une rémunération plancher de 3,5%. Vu les taux de l’époque, je ne pensais absolument pas que ce serait utile un jour, mais aujourd’hui j’en profite depuis plusieurs années et ne touche surtout pas à ce contrat.
    Mais pour combien de temps encore? Je m’attends à ce qu’ils trouvent un moyen de clore ces contrats qui leur coûtent cher.

  2. Le monder change et la survie des banques se fera toujours sur le dos des épargnants.

  3. Gageons que Generali ouvre la voie et sera suivi…

    • Humm, vous êtes provocateur. Ne croyez vous pas que cela va remettre en cause l’intérêt de l’assurance vie ?

      • Non pas et si je voulais être plutôt optimiste, je dirais que ça va peut-être davantage orienter l’épargne vers l’économie réelle au travers des fonds action. Il faut le souhaiter en tous cas.

        • Pas certain qu’un drogué à l’assurance vie fonds Euros aille se perdre dans les actions.

          • Les ‘drogués’, les passifs et tous ceux qui ne sont pas capables de faire preuve de capacités d’adaptation dans leurs investissements ont du soucis à se faire. Tant pis pour eux. Et puis il n’y a aucune honte à laisser ses économies sur un livret A ou un compte courant. C’est juste financièrement inefficace, mais on peut très bien vivre avec; la très grande majorité de la population le fait bien. Et c’est plutôt heureux pour nous. Vous vous imaginez si tout le monde cherchait à optimiser son patrimoine comme la plupart des lecteurs de ce forum ? La bataille serait rude…

      • Depuis quelques temps, je privilégie les fonds cantonnés. Qu’en pensez-vous ?

        • fonds qui peuvent se voir – plus que les actifs généraux – interdit de nouvelles souscriptions et d’arbitrages selon l’humeur des assureurs. Ils ne sont pas non plus protégés en cas de défaillance des assureurs. Sinon en attendant, c’est une bonne idée..

      • Est-ce que l’assurance-vie en Fonds Euros n’est pas une solution « trop facile » pour avoir du rendement sans reelle prise de risque (et en plus avec des avantages fiscaux)?

        J’aime la metaphore de la baignoire. Les assureurs retirent de l’eau chaude (les placements surs d’il y a 10ans qui rapportaient du 4%) pour mettre de l’eau froide (les taux negatifs que nous connaissons actuellement. De ce fait, la temperature du bain se refroidit bien vite. Et on voit bien que l’an prochain ce sera encore plus froid dans cette baignoire.
        Les assureurs veulent anticiper ce bain extremement froid qui arrive et qui ne plaira ni aux epargnants, ni aux assureurs. Ils poussent donc les epargnants a ne pas investir en Fonds en Euros afin de ne pas faire rentrer de grosses quantites d’eau froide.

        Le risque principal du transfert vers les unites de comptes est un gonflement virtuel de la valeur des actions (decorrele de la reelle creation de richesse et donc de rendement). Ce qui mene a plus long terme a un eclatement d’une bulle… Ou crise de regulation du marche.

        • Oui. Les taux négatifs ou quasi-nuls du marché obligataire entraînent un report massif des investisseurs vers les marchés action et, surtout, sur l’immobilier. La bulle du marché immobilier, et notamment de l’immobilier d’habitation, est encore supérieure à celle de la plupart des marchés actions…

      • Je trouve réellement consternant qu’un CGP laisse entendre que le seul intérêt de l’assurance-vie réside dans le fond euro…

        • Ce n’est pas ce que je dis, je dis seulement que c’est l’atout principal que les épargnants y voient 😉

          • Ah. Si c’est ce que ‘les épargnants voient’, alors… C’est bizarre, moi, j’ai l’impression qu’ils voient aussi et surtout la souplesse des versements et les possibilités d’investissement très larges propre à cette enveloppe, la variété des modalités de sortie du capital – le mode très avantageux d’imposition des retraits partiels après 8 ans (au prorata du rapport intérêts / versements), ou en rente viagère très peu fiscalisée -, la possibilité d’avoir des avances à taux extrêmement faible et sans aucune formalité, et bien sûr accessoirement les avantages successoraux…
            Mais je dois bien sûr me tromper ;-).

            • Ce commentaire edt tellement plus pro que cet article qui ne vise qu’a ratissé de nouveaux clients en appuyant justement sur le parametre de la rémunération….

            • Je pense que pour la plupart des gens qui ont investi dans l’AV dans les années 90 sur les conseils de leur assureur ou de leur banquier, il s’agissait juste d’un livret A amélioré.

              Les notions que vous évoquez sont bien sûr très importantes, mais l’essentiel, pour le client lambda, c’était une rémunération garantiebsue un placement « sur ». Ma mémoire me joue des tours mais je crois me souvenir qu’à cette époque on pouvait avoir du 8%.

        • Petite question pratique, une personne de 80 ans pourra t-elle encore souscrire un contrat d’assurance vie ou de capitalisation?

          • Petite question pratique : quel placement pour un épargnant qui demande un placement sans risque ? (comme le font 90% des épargnants, et comme ils le feront encore demain)

            • Le meilleur placement sans risque est d’investir dans le bonheur de ses proches…

              Au niveau financier :
              Fonds Euros de l’assurance-Vie – Livret A – LDD – PEL – Livret B et autres livrets –> Point commun : Remuneration sera en-dessous de 1% mais ce qui est normal. Pas de risque = Pas de rendement

              Rappelons – le rendement est la remuneration de la prise de risque.

              • Je pense que vous avez fait le tour. Il n’y a aucune honte à ne pas vouloir prendre de risque avec ses economies. Le seul sacrifice à consentir est de ne pas s’enrichir (voire de perdre un tout petit peu).
                ‘Back to normal’: pas d’enrichissement potentiel sans un minimum de travail (qui ne se résume pas à manier le pinceau ou poser du BA13 🙂 !) et de prise de risque. NB: risque signifiant que oui, la perspective de perdre de l’argent durement gagné est réelle, pas uniquement une perspective théorique.

                • charlotte2 says:

                  D’accord avec POLARIS, mais je trouve ce revirement particulièrement sévère car durant des années les assureurs ont accumulé des gains sur le fonds en Euros ( car l’épargnant n’a eu qu’une partie des rendements des obligations ) et quand les temps deviennent « durs » ce sera sur l’épargnant que l’assureur va baser sa rentabilité ( diminué certes , mais gageons que l’assureur saura se verser un solde positif ).

                  • La plupart des assureurs sont aussi des entreprises cotees en Bourse qui versent des dividendes aux actionnaires (actionnaires qui prennent un risque de voir la valeur de leurs actions fluctuer mais aussi la valeur des dividendes evoluer a la hausse comme a la baisse). Ces actionnaires comptent sur les dirigeants de l’entreprise pour continuer a creer de la richesse en toutes circonstances.
                    Les assureurs doivent donc trouver la juste balance entre baisser les taux de remuneration des fonds Euros (quitte a perdre des clients actuels et donc perdre de la collecte mais en sachant aussi qu’ils perdent de potentiels nouveaux entrants) et baisser la rentabilite de l’entreprise (dont leurs remunerations personnelles depend). Cette baisse de rentabilite baissant aussi la valeur de leurs actions car les grands patrons touchent en general des volumes d’actions consequents.

            • Le placement sans risque n’existe pas, cette une fiction de vendeurs de contrats et de CIF sans aucune notion de la volatilité, de la sensibilité et du risque monétaire pour plaire à certains clients

            • Riche&Célèbre says:

              En vrac, un bon lit pour un bon sommeil, une voiture fiable, sécurisante et économique. Pour ceux qui ont des enfants encore jeunes, la meilleure formation professionnelle en rapport avec leurs goûts et leurs capacités. Quelques livres de philosophie (avec la liseuse électronique qui va avec) pour s’aider à penser en homme libre. Et peut-être, pour les CGP, une toge couleur fluo et une séance chez le coiffeur pour une tonsure impeccable, tant il est vrai qu’il va falloir redéfinir et élargir les notions de patrimoine, d’investissement, d’enrichissement…

          • Puisque les CGPi’s ne vous répondent pas, la réponse est OUI, il n’y a aucun texte qui s’y oppose seulement quelques précautions à prendre qui vont se rappeler aux conseillers en ligne

      • L’avenir est au PEA.

        • Oui, enveloppe indispensable. Frais ridiculement bas sur internet. Mais univers d’investissement limité – uniquement actions, pas de REIT/SIIC, et limitée à l’Europe -. A compléter avec d’autres dispositif et enveloppes pour accroître les univers d’investissement (géographique et sectoriel). Avec le PFU et la hausse de la CSG, le CTO est redevenu fiscalement assez compétitif, notamment pour les foncières…

          • Pas mal d’ ETF sur le PEA, de quoi mettre en oeuvre une stratégie passive plutôt sympa en complément d’autre chose.

            Perso j’ai aussi de la SCPI sur l’assurance vie, ça marche bien.

          • C’est bien de prendre des actions européennes alors que les prix sont faux…
            Investissez en Asie ou en Amérique du Nord (même si l’état du dollar laisse à désirer).

            • Les ETF dans le PEA qui couvre tout le globle : WORLD, EMERGEANT, SMALL CAP EUR, BGI CAP EUROPE, ASIE, JAPON, …

              Les seules que je n’ai pas sont les EUROPE justement, j’ai juste des titres en direct sur le CAC.

              NB : Je n’y connais rien pour info donc je crois que je serai l’un des premiers à tout perdre, mais une perte … diversifiée 😉

  4. Depuis quelques temps, je privilégie les fonds cantonnés. Qu’en pensez-vous ?

  5. La taxation des dépôts sur compte courant+ baisse du rendement du fonds en euros conduira à une allocation vers les actions et l’immobilier. D’où une hausse de ces actifs. Et le soutien à l’économie réelle.
    Pourquoi pas ?
    Il suffit de privilégier les règles de bases comme d’habitude.
    L’emplacement pour un bien immobilier.
    La solidité des entreprises dans lesquelles on investi.

  6. Les vieux PEL coutent beaucoup plus cher. Le mien en brut rapporte 2,50 % et j’en ai trois ( un à moi, un à ma femme et un reçu en succession.)

  7. Le beurre et l’argent du beurre ! Voilà ce que veulent les compagnies d’assurance-vie.
    Car finalement, les frais de gestion étaient bien la contrepartie du fonds en euros. Je ne parle même pas des frais d’entrée, pour les contrats qui en ont encore, à hauteur d’une année de rendement voire bcp plus. Comme s’il fallait payer pour avoir le droit de rentrer dans un supermarché pour y faire ses courses.
    Quant aux unités de compte, mis à part l’avantage succesoral, quel intérêt de payer là encore des frais de gestion (assez élevés) alors que sur un PEA récent sur internet il n’y a plus de droit de garde ? Tout ça pour accèder à des fonds plein de frais eux-mêmes ?
    Je comprends les compagnies qui veulent préserver leurs bénéfices et donc les dividendes de leurs actionnaires, mais avec si peu d’intérêt pour l’épargnant on peut déjà imaginer un avenir très sombre pour elles, qui n’ont fait que vivre sur la fiscalité et la baisse des taux leur laissant des actifs anciens rentables mais qui s’éteignent comme ces compagnies ds qq années.

    • Comme tout le monde car les stratèges que vous lisez répètent ce qu’on leur dit dans les salles de « formation » de vente et les grandes messes.
      Les produits gratuits n’existant pas dans une économie saine, votre querelle est vaine mais j’ai connu des pseudo CGP qui en vendaient (produits sans frais) et qui en vivaient ce qui ne manque pas de sel, c’est bien sûr étonnant mais porte un autre qualificatif

  8. A ce jour les compagnies d’assurance craignent pour la viabilité de leur modèle. En effet , dés que les taux vont remonter de 25 ou 50 points de base , les obligations achetées actuellement par les compagnies vont décoter très fortement et la valorisation du fond en euros itou. Les assureurs craignent alors des retraits massifs des investisseurs pour d’autres supports , ce qui créerait une réaction en chaine.
    D’où leur souhait de faire arrêter à présent les versements sur les fonds euros. Oui mais les assureurs sont de gros investisseurs institutionnels qui achètent de la dette dont celle d’Etat . Et si ce « tuyau » s’arrête qui va acheter de la dette à 0 ou 0,1% actuellement ? Réponse : les compagnies d’assurance mais au travers de fonds UC obligataires et là le risque sera supporté par les clients au lieu des assureurs . J’en reviens à mon idée exprimée dans ce blog qu’il faut inciter les épargnants à faire des retraits , par une fiscalité très allégée , pour les réinjecter dans qui dans l’économie réelle. Mais ça c’est aux pouvoirs publiques de légiférer.

  9. Voici quelques extraits de la lettre envoyée par Hugues Aubry (Membre du Comité exécutif de Generali France) et Olivier Samain (Directeur Partenariats et opérations CGPI) :

    « Nous connaissons aujourd’hui un environnement de taux d’intérêt négatifs que nous pensons durable. Sans remettre aucunement en cause l’intérêt de l’assurance Vie, ce phénomène ne permettra plus à l’investissement en fonds euros de tenir à l’avenir sa promesse d’offrir simultanément garantie de capital, performance et liquidité journalière.

    (…) Nous travaillons à combiner différentes options de gestion financière, à développer de nouveaux types de supports capables d’assurer protection et performance en s’adaptant à la réalité des conditions de marché (produits immobiliers, fonds de private equity, mandats de produits structurés…). Dans cette approche patrimoniale, nous donnerons toute sa place au support Euro Croissance.

    (…) Nous devons, ensemble, accepter de mettre en place des mesures plus contraignantes, en matière de souscription ou de conditions d’entrée sur nos fonds euros existants. C’est avant tout l’intérêt de nos assurés, afin d’offrir à l’épargne constituée et déjà investie le meilleur niveau de protection dans le temps; et parce que nous nous devons de tenir dans le temps les engagements pris envers les assurés, les taux de participation aux bénéfices de nos fonds euros baisseront significativement cette année.

    Cette évolution fondamentale du modèle de l’assurance Vie, cette nouvelle proposition de valeur, la diversification de notre offre et les mesures fortes que nous vous présentons signent notre position de leader et de responsabilité vis-à-vis de vous, de l’ensemble de nos CGP, de vos clients et de nos assurés. Nous vivons un moment clé, où nous avons devant nous une opportunité unique de nous transformer pour protéger l’épargne de vos clients et ainsi préparer l’avenir avec comme objectif de rester le partenaire privilégié de votre développement. »

  10. Bonjour

    Suivre le débat

  11. Au risque de surprendre,
    Je ne vend jamais un placement assurance vie sur de la rémunération….
    Tellement plus a offrir !!!!

    • Le tellement plus c’est?

      • Choix d un beneficiaire (proteger un conjoint,contourner le code civil,financer une succession)
        Garantir un emprunt
        Financer un projet futur
        Proteger des associés…
        Etc

        • Oui en termes d’objectifs c’est pas mal. Mais dites moi, si par exemple je prend une contre garantie de passif, que la clause de garantie de passif entre en jeu et que mon contrat perd 30%, vous êtes sûr que le rendement n’entre toujours pas en ligne de compte?

  12. Les perdants seront toujours les mêmes
    Banques et assurances font la loi ils changent les règles quand cela les arrange
    Nous les petits seront toujours les otages de la finance à qui faire confiance
    Le monde capitaliste est ‘il en phase terminale

  13. Les assureurs vont perdre leurs rôles premier: protéger et transmettre un capital garanti à pour l’assuré ou les bénéficiaires !

  14. Maitre Folasse says:

    Quel effondrement? 0% de 0% ça fait 0% normalement… Rien de nouveau sous le soleil pour qui sait ouvrir les yeux. Quant aux épargnants Français j’aimerais savoir de qui vous parlez: des millions d’épargnants qui ont 500€ sur un contrat ce qui ne va pasles faire boiter ou des milliers d’épargnants français qui ont plusieurs centaines de milliers d’euros voire millions ce qui ne devrait également pas les faire boiter si tant est qu’ils n’ont pas tous leurs oeufs dans le même panier. Au regard de l’appétence pour l’immobilier des Français il y a fort à parier que le panier est somme toute diversifié à minima.
    Bof bof le catastrophisme lowcost… vous baissez GF depuis qq articles.

  15. ADRIEN MICHEL says:

    Generali a une conception étrange des intérets de ses clients. A titre d’exemple il n’y a pratiquement aucun ETF dans ses contrats, alors que la performance des ETF est supérieure , dans 90 % des cas, à celle des OPCVM lourdement chargés en frais ( retrocédés à Generali et/ou aux CGP ?)

    Par contre beaucoup de bla bla sur la finance responsable, faute de performance.

  16. Riche&Célèbre says:

    Les fonds euros restant ouverts aux versements pour un temps vraisemblablement compté, il est peut -être opportun de faire un versement, avec deux certitudes : il n’y aura plus de rémunération positive, mais pas non plus de rémunération négative, puisque, pour le moment la garantie du capital à 100% existe sur ce versement. Alors que les comptes courants risquent de se voir appliquer un taux négatif. Dans un monde financier qui fonctionne désormais à l’envers, l’épargnant, faute de s’enrichir, en est réduit à faire le choix du moins pire.

  17. Riche&Célèbre says:

    Generali va pratiquer cette spoliation légalement, en mettant en réserve le peu de performance que leur fonds génère encore. Le problème, c’est qu’il faut attendre 8 ans si on veut revoir la rémunération ainsi différée, et comme l’assureur va, au moment de restituer les réserves, « rouler » chaque année le système en réinjectant d’un côté et remettant en réserve de l’autre, il faudra une vingtaine d’années sans faire de retraits, si on veut revoir ses intérêts. Le temps que les titres en portefeuille ne produisant vraiment plus rien, il devienne impossible de constituer de nouvelles réserves. Le taux annuel sera alors sincère… mais nul.

  18. Bruno bertez ce matin :

    Message important aux lecteurs épargnants.

    Je constate par les contacts avec les banques et avec leurs clients qu’il y a une grande opération en cours. Elle consiste à dire au client ce que vous avez ne rapporte rien, je vous propose quelque chose qui rapporte un peu plus.

    Les banques essaient de convertir des produits anciens sans risques en capital en produits nouveaux ou différents qui comportent des risques.

    C’est une instruction gouvernementale, européenne et mondiale que celle qui consiste à diriger les épargnants vers les produits ou il y a du risque. Le risque n’est plus un risque c’est une certitude de perte. Voila ce qu’il faut que vous compreniez. Le risque il est déja là, il est enraciné dans la situation et dans les produits. Tout comme est acquise la chute future de la Bourse.

    Mefiez voud tout y compris des fonds SCPI , ce n’est pas de l’immobiler , non la pierre-papier ce n’est pas de l’immobilier, c’est du papier, ce sont des contrats. Et puis tout ce qui est non coté est surévalué, peu liquide et subit des commissions en chaine masquées par les revalorisations bidons.

    Il s ‘agit de rendre l’épargne biodégradable c’est dire de se donner la faculté de la détruire.

    La crise c’est du fixe sur du variable donc il faut transformer tout c e qui est fixe en variable , variable cela signifie destructible.

    Vos produits anciens sont à capital garantis , ils ne sont « pas solubles dans les crises », cela gêne considérablement les autorités qui savent qu’un jour ou l’autre la crise viendra et qu’il faudra que le maximum d ‘épargne soit engouffré.

    Donc ils construisent un entonnoir. D’un coté ils détruisent tous les rendements à capital garanti et de l’autre ils canalisent vers ces produits dont le capital cesse d’être garanti.

    Ils essaient même de vous faire convertir vos livrets. Ah les braves gens!

    C’est volontaire et cela prépare les solutions futures à la crise, solutions à leur avantage bien sur.

    Résistez gardez vos produits anciens , perdez une fois pour toute l’illusion du rendement, restez en capital garanti, ne cédez pas au chant des sirenes pour quelques misérables miettes empoisonnées..

    Dans un monde qui s’appauvrit, dans un monde conçu pour la destruction il est impossible de s’enrichir honnêtement.

    Le monde s’appauvrit parce qu’il émet plus de dettes, plus de promesses qu’il ne crée de richesses.

    Ceux qui s’enrichissent sont soit des voyous, des profiteurs proches de l’état, soit des joueurs dont les gains ne sont que temporaires.

    No place to hide ; nulle part ou se cacher, gardez cela en tête.

    • Je partage totalement cette vision à quelques bémols en ajoutant aux voyous et copains :
      – les flux des banques centrales profitent actuellement aux fonds d’investissement
      – les entrepreneurs malins
      Les autres, allez vivre à la campagne !

  19. Crédit Mutuel Arkéa contrainte de recapitaliser sa filiale d’assurance-vie.

    Le groupe bancaire breton a dû récemment injecter 540 millions d’euros dans Suravenir, dans un contexte de taux négatif très défavorable aux assureurs-vie.

Répondre à Riche&Célèbre Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.