Les versements en unités de compte atteignent des records en Décembre 2019 …

Les compagnies d’assurance-vie seraient elles en train de réussir leur pari de la conversion des épargnants aux unités de compte ? En tout cas, les derniers chiffres publiés par la fédération française d’assurance semblent confirmer cette idée :

En décembre 2019, les versements sur les unités de compte atteignent des records à 4.8 milliards d’euros sur un total de versement de 11.8 milliards d’euros. Le taux d’unité de compte sur les versements atteint 41% en décembre 2019, contre à peine 27% pour toute l’année 2019 tout comme pour les années 2018 et 2017 !

 

Le graphique d’évolution du taux d’unité de compte sur les versements en assurance vie est sans appel : Il se passe quelques chose !

 

.. et ce n’est pas nécessairement une bonne nouvelle pour les épargnants qui investissent toujours au mauvais moment !

Il faut dire que la pression commerciale est forte et la destruction orchestrée des fonds euros par l’annonce d’une baisse excessive des taux de rendement doit pouvoir expliquer ce regain d’intérêt soudain pour les unités de compte (cf »Assurance vie : La destruction du fonds euros est elle une stratégie commerciale ou un vrai risque »).

Depuis le dernier trimestre de l’année 2019, la très grande majorité des compagnies d’assurance vie interdisent même l’accès au fonds euros pour les épargnants qui n’accepteraient pas d’investir en unité de compte ! Il faut croire que cette prise d’otage fonctionne ! Les épargnants cèdent aux beaux discours commerciaux et se mettent, tout d’un coup, à trouver de l’intérêt à la spéculation sur les marchés financiers.

La stratégie commerciale des compagnies d’assurance vie fonctionne à merveille ! Les épargnants cèdent aux sirènes des unités de compte ! (Alors même que les indices boursiers sont au plus haut). 

On ne peut être qu’interrogatif sur cette vision à court terme des compagnies d’assurance-vie. Ne sont elles pas en train de détruire la confiance des épargnants qui comprendront leur erreur lorsque la volatilité naturelle des marchés financiers sera à l’origine d’une baisse importante de la valeur de leur épargne ? (cf »Assurance vie : avec 2.96% de frais de gestion, investir en unité de compte est rarement rentable »).

Il faut avouer qu’après une année 2019 marquée par une hausse de 26% de l’indice CAC40, il est facile de vendre la performance passée. Les épargnants devraient pourtant savoir qu’ils sont toujours à contre temps et qu’ils spéculent toujours au mauvais moment ! Ce biais comportemental est tellement frappant qu’il devient à lui seul un signe de vente !

Les épargnants spéculent sur les marchés financiers après la hausse (c’est à dire avant la baisse) et retirent leur argent après la baisse (c’est à dire avant la hausse). L’ACPR exprime ce paradoxe pudiquement dans un document d’analyse en ces mots : « Les placements représentatifs des supports en UC étant pour partie investis sur des actions fluctuant en fonction de l’évolution des marchés, on observe une certaine influence des indices boursiers (CAC 40 par exemple) sur la part des UC dans la collecte brute ainsi que sur le sens des arbitrages. »

 

Cet engouement soudain des épargnants pour les marchés financiers est il le signe qu’il est temps d’en sortir ?

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes à 1 heure pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 89€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 350€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 


17 Comments

  1. C’Est généralement un des signes. Mais le vrai signe sera les élections US. Jusqu’à cette échéance, Donald veille au grain 😀

  2. Pour un investisseur paresseux (stratégie Buy and Hold sur 8 ans ou plus), entrer maintenant n’est pas stupide si l’alternative est de tout garder en bons du Trésor euros.
    Ce qui est clairement idiot est de basculer sur un fond en UC avec l’espoir d’en sortir gagnant dans un an pour se payer une belle voiture électrique 🙂

  3. Dans les UC on retrouve les SCPI, SCI, OPCI, fonds obligataires, fonds patrimoniaux, fonds immobiliers… qui sont tous peu sensibles à un véritable crash.

  4. Merci pour l’article qui m’inspire plusieurs réflexions
    1- si les montants investis augmentent, c’est que les contraintes en % d’UC existaient dès début 2019
    2- personne ne sait quand c’est le bon moment pour investir
    3- les AV comportent des poches moins risquées comme le dite PADOU (SCI …) mais également des fonds moins sensibles aux variations
    4- L’ AV reste un très bon outil permettant des arbitrages, y compris vers des fonds bear en cas de baisse des marchés.
    Après oui, forcément, il y aura des moments de baisse et de la rancoeur, sachant que les versements vers les UC deviennent une contrainte ET qu’arbitrer au bon moment est très difficile

    • Alain Labenne says:

      Très bon outil pour arbitrage ?
      J’ai des doutes : beaucoup de fonds sont valorisés hebdomadairement, il faut présenter son ordre de vente sans savoir le cours qui sera pratiqué. Et 6 jours, c’est long, lors d’un crack boursier.
      Quoi qu’il en soit, j’ai une allergie profonde aux fonds en unité de compte.
      Pour cause d’opacité, et pour cause de rémunération excessive des gérants.
      Je vais donc réactiver un vieux compte-titre, et comme je suis fainéant je vais y mettre quelques trackers américains et européens, plus une petite pincée de valeurs réputées pour le sérieux de leur management, caractérisé par un long palmarès de rendement stable. Si j’en trouve.

      • Bonjour Alain,
        Ce qui compte c est le rendement des fonds comparé aux frais de l’assureur. Exemple mon fonds global technologie de chez fidelity m a rapporté 32% sur un peu moins d un an pour 0,6% de frais prélevés par l assureur. Côté arbitrage c est 24 h pour le contrat digital vie… Sans faire de pub. Enfin, avant le compte titre pensez au PEA qui autorise des tas de trackers..

  5. Pas D’accord Padou ! Ne dite pas n’importe quoi : en cas de krach obligataire tous les UC que vous citez s’ecrouleront.
    Et oui s’est un signe un autre est qd l’euphorie est là comme en 2000 sur le Nasdaq ou actuellement sur le private equity ou le High yield , nulle ne sait le.jour ni leur car la.psychologie des intervenants reclame un facteur causal …

  6. Riche&Célèbre says:

    L’orientation grandissante vers les U.C. ne poserait pas de problème si elle résultait d’un choix libre des souscripteurs. Mais il y a fort à parier que, dans une majorité de cas, c’est, comme toujours, le fruit d’une retape commerciale agressive et d’arguments biaisés.

  7. Bonjour

    Suivre

  8. Finalement, pourquoi s’inquiéter, nous vivons dans le monde merveilleux de l’argent gratuit en quantité illimitée, ce qui rend les crises, les cycles économiques et les krachs impossibles dans l’immédiat…. 😉

  9. Bonjour, il va y avoir des réveils malheureux. La réélection de Trump peut donner du répit avec les accords Chinois.
    L’application complète du brexit, peut aussi aider les marchés.

    Mais les commerciaux bancaires n’ont pas d’état d’âme. De plus, souvent il n’y connaissent pas grand chose. .

    Perso, je pense arbitrer mais vers quoi…That is the question? ???

  10. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Il fallait rentrer en Unités de comptes avant pour éviter un comportement moutonnier (qui va s’amplifier).
    Mais, si je devais rentrer en UC maintenant, il y a trois choix possibles :

    Y aller très progressivement sur 2 ans.

    Ou alors pour les plus audacieux tout tout de suite,

    Ou autre solution attendre la baisse qui devrait se logiquement se produire après une forte hausse cette année avant l’élection US.

    Mais cette dernière option est exposée au risque d’une hausse ininterrompue des marchés, due aux conditions actuelles des taux zéro.
    Par ailleurs la reprise attendue de la guerre commerciale après la réélection de Trump, n’est peut être pas si certaine ; les chinois semblent avoir pris la mesure de ce que pourrait leur coûter une récession y compris politiquement sur le plan intérieur.

    Je rappellerai que l’on ne peut évaluer aisément la valeur d’un actif quand le temps ne coute rien.

    Pour le moment cet élément n’est pas encore pris en compte par les investisseurs, parce que il n’y a aucune références passées.
    Seuls les professionnels le touchent du doigt avec prudence.

    Ce risque d’attendre correspond à la possibilité d’un consensus sur la réévaluation des PER des actions.

  11. Bonjour ce titre est en retard de huit jours , ceux qui on basculé en UC il y a Huit jours ou plus doivent déchanter aujourd’hui et peut être demain………selon ce viel adage : acheter au son du canon et vendre au son du clairon et bien d’actualité.C’est surement le moment de rentrer progressivement des UC

Répondre à alain Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine