En avril 2019, l’encours total des contrats d’assurance vie atteint 1745 milliards d’euros, en progression de 2.50% sur une année glissante. Sur ce seul mois d’Avril 2019, les épargnants ont versé 12.9 milliards d’euros, dont 23% en unité de compte (3 milliards) et 77% en fonds euros.

Non seulement les épargnants continuent d’épargner en Assurance vie, mais surtout, ils le font sur le fonds euros malgré les risques de rendements réels très faibles et même négatifs. En 2018, le rendement moyen des fonds euros des contrats d’assurance vie s’affiche à 1.80% brut, soit 1.49% net de prélèvements sociaux alors même que l’inflation en 2018 était de 1.80%. Le rendement réel (taux net de prélèvements sociaux – inflation) est donc négatif.

Pour l’année 2019, mais aussi pour les prochaines années, cette tendance au rendement réel négatif devrait se confirmer. Le fonds euros est majoritairement composé d’obligations dont le rendement trop faible détruit inexorablement les perspectives de rendement à moyen terme.

Au moment, ou j’écris ces lignes, le taux d’emprunt de l’état Français représenté par l’indice TEC10 est de 0.27%. Avec de tels rendements obligataires, les rendements des fonds euros ne peuvent plus être attrayants.

« Investir dans l’immobilier » Découvrez la nouvelle version enrichie de notre bestseller ! Investir dans l’immobilier, LE livre qu’il faut avoir lu avant d’investir dans l’immobilier !
 
375 pages de conseils, de stratégies, d’analyses juridiques, économiques et fiscales pour vous aider à investir de manière rentable dans l’immobilier !
 

Découvrir le livre et les avis des lecteurs

Pourtant, malgré ces perspectives peu encourageantes, les épargnants continuent d’y épargner massivement faute d’alternative crédible.

 

Les rendements réels négatifs ou l’euthanasie tranquille des épargnants qui s’appauvrissent lentement, mais surement…

Le taux d’intérêt est le loyer de l’argent. Ainsi, lorsque la quantité d’argent est abondante du fait de politique monétaire particulièrement accommodante, sa rémunération est naturellement faible. Voilà expliqué de manière excessivement simpliste, la raison pour laquelle l’épargne ne rapporte plus rien … et ne devrait pas rapporter davantage tant que la politique monétaire sera aussi accommodante, et elle risque de l’être pour une très longue période encore.

Les épargnants sont donc les victimes de cette politique monétaire pratiquée par les banques centrales. Les taux d’intérêt négatifs détruisent la valeur de la monnaie… et donc la valeur relative de l’épargne (cf »Êtes vous prêt pour la destruction de la monnaie et de l’épargne ?« ). Lentement, mais surement, la valeur de l’épargne s’érode du fait d’un rendement net inférieur à l’inflation.

Conscient de cette destruction programmée, les épargnants devraient fuir l’épargne et s’investir dans la gestion de leur patrimoine en utilisant cet argent pour investir dans un « actif » financier ou immobilier capable de générer des revenus pérennes à long terme. L’épargne est probablement une erreur collective ;

 

Il ne faut pas confondre « épargne » et « investissement ».

L’épargne est une accumulation d’argent réalisée au gré de ces surplus de revenus. L’épargne n’est qu’une accumulation de monnaie dans l’attente d’être consommée ou investie. Épargner, ce n’est pas investir. Épargner en assurance vie, ce n’est pas investir !

La hausse de l’inflation est l’ennemi de l’épargnant ! (cf »La révolution du développement durable est inflationniste et pourrait inverser le sens des valeurs. »).

Vous devriez donc vous saisir de votre épargne, de cet argent inutilisé que vous avez accumulé sur le fonds euros de votre assurance vie, sur votre PEL, votre livret A ou encore votre compte chèque pour investir, c’est à dire acheter un « actif » dont l’exploitation vous permettra de générer de la valeur et donc un revenu pérenne.



A long terme, c’est la seule manière de s’enrichir ! Il faut investir et surtout s’investir dans la gestion de son patrimoine (cf »Pour ne pas subir les taux d’intérêt négatifs, il faut s’endetter et investir…« , un article rédigé fin 2016 dont la conclusion se confirme mois après mois).

 

 

La faiblesse durable du rendement de l’épargne oblige les épargnants à revoir la gestion de leur patrimoine.

Cette perspective durable d’une épargne lentement, mais surement, détruite par les taux d’intérêt réels négatifs doit obliger les épargnants revoir la gestion de leur patrimoine. Les épargnants ne doivent plus épargner ! L’épargne est une erreur ! (cf »L’épargne est une erreur, débarrassez vous en avant qu’il ne soit trop tard ! »).

Les épargnants ne peuvent plus se contenter de ne rien faire pour espérer s’enrichir. Dorénavant, l’épargne est source d’appauvrissement.

Il apparaît néanmoins important de conserver un volant de trésorerie ou d’épargne de réserve / de précaution dont l’utilité unique est d’assumer un coup dur ou une dépense programmée dans le futur proche. Mais au delà de cette épargne de précaution indispensable sur laquelle il est acceptable d’envisager une valeur relative dégradée, vous devez investir.

Investir, c’est devenir entrepreneur de votre patrimoine pour devenir propriétaire d’un actif dont l’exploitation sera source d’un revenu pérenne. Il pourra s’agir d’acheter un bien immobilier dont l’exploitation, mais aussi la rénovation, l’amélioration permettra de générer un revenu de qualité, mais aussi d’acheter n’importe quel autre actif dont l’exploitation sera source de valeur.

Prenons un exemple totalement inédit pour vous aider à mieux comprendre ce que signifie « investir » : Pourquoi pas acheter un échafaudage (j’ai actuellement besoin d’un échafaudage pour refaire mes peintures 😉 ou tout autre matériel qui coûte cher, mais dont vous n’avez qu’un besoin très occasionnel et le mettre en location via leboncoin et le rentabiliser ? N’est ce pas une manière de se générer un revenu pérenne ? N’est ce pas ça aussi investir ?

 

Investir, c’est aussi devenir actionnaire d’une entreprise dont l’objet est d’exploiter un actif et de générer un bénéfice ? Investir dans le capital d’une entreprise capable de générer de la valeur à long terme, c’est aussi investir.

Mais attention, il ne faut pas confondre « Investissement » et spéculation. L’investissement est effectué à très long terme et se fonde sur la capacité de l’entreprise à générer du bénéfice sur la durée de l’investissement … alors que la spéculation est à court terme et se fonde sur les excès d’un marché, trop optimiste ou trop pessimiste.

 

A suivre …

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.
 

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques



Posez vos questions et obtenez nos réponses

19 Comments

  1. Philippe says:

    Merci pour cette sympathique piqûre de rappel. Mais combien de personnes souvent à plus de 50 ans auront assez d’audace pour « investir », travailler au développement de leur patrimoine. Beaucoup espèrent vivre tranquillement après des années de travail sans imaginer perdre plus en se remettant aux mains d’intermédiaires financiers. On est resté en France accroché à l’utopie de la vie de rentier si bien racontée par nos écrivains du 19ème siècle.

    • Quand on est plus capable de gérer, il faut passer la main à la génération suivante qui elle ne sera pas fatiguée…

      • Michel 2 says:

        Vous verrez quand vous serez plus vieux, votre raisonnement changera complètement

      • Bon courage pour faire passer ce message Guillaume, le francais est rentier dans l’ame plutot perdre un bras que perdre un sou

    • adnstep says:

      Ce n’est pas tant l’utopie de la vie de rentier que la « complexité » des mécanismes à mettre en œuvre qui rebute les plus âgés, qui n’aspirent effectivement qu’à une fin de vie tranquille.

      Mais je parle là des septuagénaires et au-delà.

      A 50 ans, je me sens tout à fait jeune et prêt à entamer une seconde partie de vie me permettant d’accorder plus de temps à mes « investissements ». Reste à trouver le bon investissement…

      Guillaume, louer votre échafaudage sur lbc est très sympa, mais si ça devient « professionnel », est-ce encore rentable ?

      • 😉 Vous l’avez il ne s’agit que d’un exemple qui doit permettre d’ouvrir le champ des possibles sur la définition de l’investissement. Investir, c’est acheter un actif d’usage qui pourra générer un flux futurs satisfaisant.

        La location est imposable dans la catégorie des BIC éventuellement micro BIC avec franchise de cotisation sociale sous 5000€ de recette annuelle. Le statut auto-entrepreneur avec ses 25% des prélèvements fiscaux et sociaux pourrait être adapté si on voulait prolonger l’exemple.

  2. Arretez de répeter betement ce qu’on veux bien vous dire ; creusez le sujet svp

    Pour les assurances vie, les assureurs en ont sous le coude et ont gardé en moyenne 0.5 point sur

    Je vous laisse acheter votre échafaudage et vous prendre la tete à tenter de le louer avec tous les risques possible et dans 5 ans vous nous direz combien vous avez perdu…

    • Merci pour ce commentaire qui met l’accent sur un point important : Sans emmerde, pas de rendement !

      Il n’y a pas de secret, investir c’est du boulot !

      • Michel 2 says:

        C’est du boulot et … savoir gérer les risques, tout comme votre échafaudage lorsqu’il « défaillira » et sera responsable d’un accident mortel

  3. adnstep says:

    Suravenir (pub) : 2.8%

    Frais d’entrée sur AV par internet : 0
    Frais de gestion sur fonds euros : 0
    Frais de gestion sur UC : 0.60 à 0.80 selon les courtiers.
    30 a 40% d’UC.

    Et fiscalité « douce ».

    Rendement net de la location nue ?
    Fiscalité ?
    Risque ?

  4. Bonjour,
    Vous avez raison, je suis tous vos articles et vos réflexions qui m’ont toujours bien aidée.
    Investir dans un immeuble en rénovation, avec travaux et louer meublé en colocation est-ce une bonne orientation ?

  5. Laurent says:

    Le meilleur placement aujourd’hui c’est le « black ».
    Compte tenu des différentes impositions / fiscalités de placement immobilier, mobilier ou autre, il faut oublier.

    Alors Bien entendu, difficile lorsqu’on est salarié.
    Plus aisé pour les artisans / commerçants, qui d’ailleurs , au millieu des Années 2000 était la CSP qui disposait de la capacité d’investissement plus forte que les Cadres supérieurs ou professions libérales. Allez savoir pourquoi ? ….. ????

    D’où la nécessité pour chacun d’être auto entrepreneur, Et donc de bénéficier de revenus défiscalises.

    • Michel 2 says:

      Seulement, avec ce p….n de Sapin (ministre de Flamby) qui a fait installer de nouvelles caisses enregistreuses réputées inviolables, ça va être dur le black pour une majorité de commerçants. Reste les artisans, de plus en plus surveillés, jusque sur leur téléphone portable.
      Plus sérieusement, Novapierre Allemagne va émettre de nouvelles SCPI, qui pour rappel ont fait du 4.5% net d’impôts (Allemands = crédit Français). A souscrire avant le 1er juillet.

  6. adnstep says:

    D’après vous, comment les dealers et autres traficants import export blanchissent-ils leur argent ?

    Allez, je vous donne un indice : ça commence par immo et ça finit par bilier.

    Et après on s’étonne que les prix montent :-)..

    • Laurent says:

      Et dans les biens acquis, ils logent leurs pxxtes en location meublée, qui rapportent pour achat de nouveaux biens.
      Et les locations sont defiscalisees ce qui permet à l’état de financer cette activité illicite

  7. Damien says:

    Le vrai sujet est celui de la prise de risques.

    • Michel says:

      Comme à votre habitude Damien, vous avez la phrase (ou le mot) juste, celle ou celui qui résume bien la chose ! Merci de votre justesse d’analyse, toujours (ou presque) très intéressante

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.