Vous êtes de plus en plus nombreux à ne pas savoir quoi faire de votre épargne.
Pendant toute votre vie, vous avez épargné, vous avez consommé avec modération en prévision d’une pension retraite que l’on vous annonçait très faible ; Pendant toute votre vie, vous avez capitalisé pour ne pas être dépendant de vos enfants lorsque vous serez en retraite.
Aujourd’hui, vous avez entre 55 ans et 70 ans, vous êtes riche d’une épargne abondante et d’un patrimoine immobilier dont la valeur a fortement augmenté, et vous n’êtes plus inquiet pour votre train de vie à la retraite.
Bref, vous êtes serein, et vous vous dites que finalement, vous avez plutôt bien géré votre vie financière et patrimoniale. Entre votre pension retraite qui représente 40% à 50% de votre dernier salaire et qui permet de financer la vie du quotidien, votre résidence principale qui est payée, vos revenus locatifs qui complètent votre trésorerie mensuelle pour davantage d’aisance financière et cet argent qui s’accumule dans vos contrats d’assurance-vie, vous êtes à l’abri du besoin et pouvez envisager sereinement vos 30 à 40 prochaines années.
Néanmoins, vous êtes chagriné par la médiocrité des rendements de l’argent épargnée sur vos contrats d’assurance-vie. Depuis 30 ans que vous épargnez, vous vous êtes contenté d’un fonds euros dont le rendement n’avait cesse de chuter, mais là, le rendement devient tellement faible que vous ressentez le besoin d’agir si vous ne voulez pas avoir le sentiment de vous appauvrir.
L’épargne accumulée sur le fonds euros de votre contrat d’assurance-vie représente le fruit d’une vie de travail. Mais avec la faiblesse des rendements, vous avez de plus en plus le sentiment que cette épargne dort, qu’elle ne sert à rien … et surtout que sa valeur relative ne cesse de baisser.
Aujourd’hui, vous avez 500 000€ sur vos contrats d’assurance-vie. Cela représente une somme honorable, mais qu’en sera t’il après 30 ans de rendements médiocre ? Que vaudront mes 500 000€ dans 30 ans alors que l’inflation et la croissance du niveau de richesse nationale auront progressivement réduit la valeur relative de cet argent ?
Plus le temps passe, plus vous vous rendez compte que cette situation n’est pas tenable. Vous devez agir pour protéger la valeur de votre épargne, et ne pouvez plus vous contenter d’attendre et de « regarder » passivement cet argent qui dort.
 

Mais que faire ? Comment investir votre épargne pour espérer un meilleur rendement ?

Depuis de longs mois, votre banquier vous tanne pour que vous sortiez du fonds euros de votre assurance-vie et que vous alliez spéculer sur les marchés actions.
Heureusement, au regard de la crise que vous vivons, vous avez résisté et n’êtes pas tombé dans son piège ! (cf »Assurance-vie : Le scandale des unités de compte vendues aux épargnants juste avant la baisse de la bourse »).
Que faire ? Votre vie est sereine, votre cadre de vie et votre train de vie sont sécurisés, vous n’avez plus envie de vous embêter à investir pour gagner toujours plus alors même que vous estimez en avoir assez ; Vous avez envie de profiter après une vie d’épargne et de préparation de cette fameuse retraite dont vous jouissez maintenant.
Et si, au lieu de toujours chercher ce placement miracle qui vous permettra de valoriser votre patrimoine sans risque et surtout sans tracas, vous transmettiez une partie de cette épargne dont vous n’avez pas besoin à vos enfants ?
Vous devez vous rendre à l’évidence, ce placement miracle n’existe pas ! L’épargne ne rapporte plus rien ; Pour obtenir un meilleur rendement, vous devez investir votre argent dans l’économie réelle, c’est à dire dans le capital des entreprises ou dans l’immobilier ! Pour obtenir un meilleur rendement, vous devez abandonner l’idée d’une épargne rémunérée et accepter l’idée d’investir dans un actif d’usage dont l’exploitation, directe ou indirecte, permettra de générer un revenu pérenne à long terme.
A long terme, c’est l’investissement dans un actif d’usage qui permet de générer du rendement et de la valeur. Malheureusement, investir, c’est accepter l’aléa. L’aléa d’un revenu qui pourrait ne pas être perenne ou dont la valeur pourrait chuter au gré d’une économie réelle peu dynamique.
Investir dans l’économie réelle, c’est accepter de voir la valeur de son investissement varié à court terme au gré de la conjoncture.
Vous êtes convaincu par ces discours et ce bon sens de la nécessité d’investir. Vous savez que vous devez investir pour améliorer le rendement de votre épargne. Mais, vous n’avez pas l’envie. Vous avez 65 ans, et avez autre chose à faire que de toujours courir pour obtenir toujours plus. Vous avez envie d’une vie plus simple.
Bref, il est temps pour vous de passer la main. Car si vous n’avez plus l’énergie pour investir, plus l’envie de vous embêter avec ces choses là, vos enfants pourraient eux avoir le dynamisme requis pour valoriser votre patrimoine.
Vous devez probablement réfléchir à réaliser une donation à vos enfants. Ils auront plein d’idées pour investir votre épargne. Ils pourront :

  • Rembourser leur crédit immobilier ou acheter leur résidence principale ;
  • Faire des travaux dans leur résidence principale et donc la valoriser ;
  • Acheter une résidence secondaire ;
  • Faire des travaux dans leur résidence principale et donc la valoriser ;
  • Faire un investissement immobilier locatif ;
  • Investir dans le capital d’une entreprise qu’ils sont en train de créer ou dans laquelle ils veulent avoir une participation de long terme ;
  • Financer l’étude de leurs enfants (investir dans la formation et la compétence est un investissement dont le rendement est inestimable) ;

 
ps : En même temps que la donation d’une partie de votre épargne en assurance-vie, vous pourrez offrir à vos enfants cet excellent livre « Investir dans l’immobilier » ce qui leur permettra de se former et de comprendre les opportunités de l’investissement immobilier 😉
 
Les idées ne manqueront pas. Ils investiront votre argent et utiliseront votre épargne pour créer bien plus de valeur que les rendements médiocres que l’on vous promet pour votre assurance-vie.
Néanmoins, un prérequis indispensable, vous devrez leur faire confiance ! (cf »Succession : Quand faire une donation à ses enfants ? Quelles conditions pour ne pas regretter ? »).
Fiscalement, chaque parent peut donner à chacun de ses enfants jusqu’à 131865€ tous les 15 ans en franchise totale de droits de succession et de frais de notaire !
Vous devez y réfléchir et rassurez vous, il vous en restera assez pour payer l’éventuelle maison de retraite (cf »Combien coûte la dépendance en maison de retraite, EHPAD ou à domicile ? Aurez vous assez de patrimoine ? »).
 

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

35 commentaires