Cela fait maintenant plusieurs années que nous vous mettons en garde contre les risques cachés de l’assurance-vie investi en fonds euros. Dans son rapport annuel 2014 publié hier, l’Autorité de Contrôle Prudentiel des Risques (ACPR), confirme notre analyse et préconise, encore, aux compagnies d’assurance-vie de baisser le rendement futur des fonds euros.

Cette analyse, Christian NOYER, président de l’ACPR, gouverneur de la Banque de France, l’avait déjà communiquée aux compagnies d’assurance vie. Nous l’avions commentée dans cet article « Assurance vie : Une baisse « significative » des rendements à partir de 2015« . La précipitation à la baisse des taux d’intérêt observée sur le marché depuis le début de l’année 2015 renforce encore ce discours et les mots du gouverneur de la Banque de France deviennent plus précis.

La baisse des rendements des fonds euros n’est plus seulement la réponse à un contexte financier particulier, cela devient une question de survie pour les compagnies d’assurance-vie.

Dans son analyse, Christian NOYER et l’ACPR reprennent, mot pour mot, l’analyse que nous vous proposons depuis 2011 « Assurance vie, les risques importants qui vous obligent à changer votre manière d’investir ! » :

 

« Pour les assureurs, le maintien de taux bas entraîne une baisse progressive et durable du rendement des actifs.

Ce phénomène est particulièrement pénalisant pour les assureurs vie qui détiennent des actifs de maturité longue et font face à une collecte qui reste dynamique.

Une remontée rapide des taux d’intérêt les exposerait, en effet, à une dépréciation de la valeur de leurs actifs à taux fixe et à un risque important de décollecte qui, s’il doit les conduire à céder des actifs en moins-values latentes, pourrait également générer des pertes.

Par ailleurs, la baisse continue du rendement de leurs principaux actifs, obligataires, notamment, pourrait pousser certains assureurs à se tourner vers des actifs présentant des rendements plus élevés (search for yield) mais également un risque de défaut plus important – que la compression des spreads favorisée par une demande accrue des investisseurs estompe largement.

Dans ce contexte, le président de l’ACPR, gouverneur de la Banque de France, a appelé les assureurs vie à limiter les revalorisations annuelles des montants garantis dans leurs contrats afin de ne pas fragiliser leur situation financière. »

Source : Extrait du rapport 2014 de l’ACPR

 

Le sujet est important et (enfin) les mots sont posés : La faiblesse des rendements actuels des taux d’intérêt est problématique pour les compagnies d’assurance-vie et pourrait même remettre en cause leur solvabilité, notamment en cas de remontée violente des taux d’intérêt.

Vous comprenez alors mieux nos craintes lors du mini crash obligataire du mois dernier (cf « Un krach obligataire en préparation ? Violente hausse de l’OAT et des taux longs. » et surtout « Pourquoi la hausse des taux d’intérêt est dangereuse pour votre patrimoine ?« ).

 

A suivre …

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial

 

Nouveau ! L’assistance et le bilan Retraite – Une service innovant pour vous répondre à toutes vos questions « retraite » et calculer le montant de votre futur retraite et bénéficier des conseils de nos experts qui vous permettront d’éviter les mauvaises surprises et les erreurs dans le calcul de votre pension ! – Toutes nos réponses à vos problématiques « retraite » pour 69€ TTC –

 

Découvrir notre offre de bilan retraite

 

– La gestion conseillée – Ne soyez plus seul avec vos placements financiers – Vous souhaitez bénéficier de conseils INDEPENDANTS pour valoriser au mieux vos placements financiers ? Découvrez la gestion conseillée. L’analyse de vos placements et nos conseils pour sélectionner les placements financiers adaptés à votre besoin pour 119€ TTC !

 

Découvrir notre offre de gestion conseillée


28 Comments

  1. Quitter les fonds en euros pourquoi pas ? mais quelle est l’alternative quand on arrive à la retraite et que l’on souhaite un placement peu risqué qui assure un rendement minimum pour les 25 années à venir ?

    • BIDAULT R says:

      Mathe, je pense que votre problématique dépasse le simple volet assurance vie.
      A mon sens la solution se trouve dans la diversification de vos actifs en général.
      Éventuellement, penchez-vous sur les produits structurés et les parts de SCPI ; Soit via votre contrat d’assurance vie s’il le permet ou en direct.
      Le fonds euro n’a pas d’avenir..

      A étudier vos espérances de rendement, votre aversion au risque et le désir de disponibilité de vos actifs..

      Le mieux est de faire un point avec votre gestionnaire de patrimoine ! 🙂

      • Pour info je suis investi à hauteur de 35% en fd euros, 35% immo locatif et résidentiel, 30% en actions cotées et non cotées, ma diversification est faite mais je souhaite la modifier pour tenir compte de ces nouveaux paramètres.

        • BIDAULT R says:

          Effectivement la diversification est bien présente 🙂 , toutefois compte tenu de l’approche de la retraite, la déontologie incite à revoir la sécurité.. Pour revenir sur les fds€ certains ont une gestion active avec un dominante immobilière.. plus performants.
          Bon courage 😀 !

    • les nouveaux contrats comprenant des fonds Euro Croissance répondent parfaitement à cette problématique d’un placement peu risqué qui assure un rendement minimum pour une durée longue. Alternative au fonds en euro ? en quelque sorte oui ! car le capital est garanti !

  2. Patrick D says:

    En effet, le problème n’est pas le niveau du rendement mais la sécurité. Il suffirait qu’une alternative existe avec une sécurité totale des fonds investis et un rendement légèrement supérieur à celui des assurances-vie pour que les fonds placés en AV diminuent.
    Tant que cette alternative n’existe pas, les AV continueront à grossir.
    La tactique actuelle de Mr NOYER est donc mauvaise. Il va lui falloir faire deux choses : preuve d’imagination et ne pas prendre les épargnants pour des imbéciles.

  3. Fredy Gosse says:

    il n’y a pas d’alternative sinon ça se saurait.
    il parait qu’on pourrait faire du 9% brut avec de l’immobilier :Moi je n’y arrive pas .Je dois être atteint du principe de Peter ou alors je vis dans une mauvaise région-:)

  4. jean claude says:

    Vous pouvez essayer de diversifier dans des hotels ou Ehpad . Le probléme est que c’était tres bien il y a 5 ou 6 ans ,
    et maintenant c’est devenu a la mode , il faut trier les bonnes offres avec un exploitant sérieux , et qui ne prennent pas toute la marge . On peut espérer du 8% brut , ca se paie environ 8 fois l’ebitda . Attention aux affaires surendettées ( soustraire alors la dette dans la valo) , mais verifier si le business plan est raisonnable dans ses hyptheses . Levier possibles par renovation sur emprunt a faible taux . Montage en demembrement pour preparer la succession . Evidemment c’est plus complexe que acheter du fonds euro !
    on n’a rien sans rien ! et ca a titre de diversification

  5. Cet article explique d’ailleurs pourquoi les compagnies d’assurance vie sont condamnés à innover. Le nouveau contrat d’assurance vie Euro-croissance n’est plus une option, c’est peut être LA solution…

    Reste à convaincre les épargnants… (mais qui n’auront bientôt plus le choix)

    • Fredy Gosse says:

      c’est sûr qu’entrer en bourse aujourd’hui avec des valeurs totalement décorréler de la réalité et suivant seulement les décisions des banques centrales ça donne envie/Après tout c’est jouer à pile ou face

      • Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dis…. Vous me lisez quotidiennement :)… Voici une lecture très intéressante qui va dans votre sens : « Dans le « régime de liquidité », puisque les prix de tous les actifs financiers bougent simultanément, il n’y a pas de possibilité de diversification, de couverture » http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=85213

        Bonne lecture,

        • Fredy Gosse says:

          ben oui , Guillaume,mais si on est scotché sur un fonds en euro quand peut on changer de monture en période de liquidité artificielle ? et seconde question qui peut dire quand cela va s’arrêter? dans 6 mois dans 6ans ? tant que la fameuse reprise ne montre pas son nez? si c’est comme au Japon…

    • Le nouveau contrat d’assurance vie Euro-croissance est composé à 80% d’obligations environ, compte tenu du niveau actuel des taux je ne suis pas convaincu que ce soit le bon choix et la différence par rapport aux fond euros risque d’être bien maigre. D’autre part si vous sortez avant 8 ans vous n’êtes même pas sur de retrouver votre capital initial ; de plus pour un retraité il est important de pouvoir disposer de son épargne à tout moment.

    • je vous rejoins totalement sur votre propos.

      • ROLAND GARNIER says:

        Et moi donc !…
        Le nouveau contrat d’assurance vie Euro-croissance ne me dit rien pour le moment, j’essaierai probablement en des temps plus favorables (baisse de la bourse)

  6. Merci à tous pour vos précieux conseils , gérer un patrimoine est devenu plus complexe en l’absence de produits miracles comme ont pu l’être ou sembler l’être les fonds en euros(idéal pour la retraite). Je vais me creuser la tête et fouiller un peu pour trouver ma solution.

  7. szboda says:

    Jean Claude dit :
    « Levier possibles par renovation sur emprunt a faible taux . Montage en demembrement pour preparer la succession . Evidemment c’est plus complexe que acheter du fonds euro ! »

    Et oui, plus complexe…

    Pour rester dans l’assurance vie,
    et garder ses avantages successoraux, l’option de passer à ces nouveaux fonds euro croissance est comme le rabâche Guillaume une « solution aisée »…un produit « sans soucis ».

    Il me semble que mathe invoque des éléments contradictoires
    La question est : soit on prépare sa retraite, alors on a le temps et on se moque que l’ argent soit bloqué huit ans.
    Soit on est en retraite, et la logique de garder pendant 25 ans n’a plus de sens.
    La sortie reste quand même possible sous forme de rente, ou en cas de coup dur, et précisément pour compléter une penson trop faible…

    • je suis à 2 ans de la retraite et mon but est de compléter une maigre retraite par les revenus de mon épargne et si possible laisser un capital à mes enfants . « 25 ans » c’est à peu près l’espérance de vie à 60 ans.

  8. jean claude says:

    Les fonds euro croissance , hum ! ..?? qui sait comment ca va se comporter ??? S’embarquer dans la durée sans savoir ou ca va aller , alors que ceux qui gouvernent ne savent pas ou ils vont a un horizon de quelques mois . …
    Si ca n’évolue pas bien , quel est le choix ? se couper un bras de suite ou les 2 plus tard !

  9. Pour donner mon grain de sel
    – qu’un placement ne rapporte pas plus que l’augmentation de la richesse mondiale ne me choque pas, bien au contraire
    – placer ses économies dans une banque ou un organisme financier tient aujourd’hui de la roulette russe
    – on peut encore, et c’est heureux, gagner de l’argent en investissant dans une entreprise mais effectivement, avec l’âge qui tourne, c’est de plus en plus difficile d’y mettre de l’huile de coude. Pour les jeunes, il y a des opportunités.
    – je ne vois toujours pas les possibilités de l’euro-croissance, l’avenir m’expliquera

  10. Fredy Gosse says:

    SZOBDA a dit la sortie reste possible sous forme de rente ???garantie par qui dans l’hypothèse d’un krach obligataire mettant à mal les assurances ?
    Guillaume adit que bientôt les épargnants n’auront plus le choix?? avez vous des tuyaux sur une mauvaise action en cours de préparation par l’aile gauche du PS

  11. « Reste à convaincre les épargnants… (mais qui n’auront bientôt plus le choix) »
    SVP Guillaume pouvez vous être plus explicite ????

    • Ces risques sur les fonds euros, leur très maigre rémunération avenir et la pression commerciale des assureurs, poussera les épargnants à quitter le fonds euros pour l’euro-croissance

      • jean claude says:

        Guillaume ,
        Vous nous présentez la un choix par la négative  » allez vers l’euro croissance car les fonds euros n’ont plus d’avenir » . Je souhaiterai que vous argumentiez par la voie positive  » allez vers l’euro croissance compte tenu du contexte actuel pour les avantages suivants … » .

  12. Fredy Gosse says:

    c’est surtout un message des assureurs que vous nous transmettez -:)
    sortez de nos garanties conventionnelles sinon vous allez tout perdre.Il est temps que VOUS ,vous preniez le risque à notre place.NON?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.