Cela fait des mois que nous l’écrivons : Les assureurs vont dans le mur s’ils persistent à « tuer » le fonds euros sans proposer une solution alternative attrayante pour les épargnants ». 
La récente décollecte constatée en Octobre 2016 pourrait bien signer le début du déclin de l’assurance vie, et ce ne sera pas de la faute de la loi SAPIN 2, mais bien des compagnies d’assurance vie qui abandonnent les fondamentaux de leur métier pour prioriser leurs marges et leurs bénéfices futurs.

Le fonds euros, un déclin anticipé depuis de très nombreuses années…

Le déclin du fonds euros ne date pas d’hier, nous l’anticipons depuis de très nombreuses années. Dès 2010/2011, nous vous mettions en garde contre les risques de faillite lors d’une éventuelle remontée des taux d’intérêt. Pourtant au lieu de mettre à profit ces 6 années pour engager la mutation de l’assurance vie et l’adapter aux véritables enjeux, les compagnies d’assurance vie ont poursuivi leur stratégie initiée 30 ans auparavant entre combat commercial pour proposer des rendements toujours plus élevés sur le fonds euros malgré un contexte non opportun et volonté de « forcer » les épargnants à investir en unités de compte malgré une aversion forte.
Ne revenons pas sur les fondements de ce déclin du fonds Euros, cela fait 6 ans que notre discours est constant sur le sujet, mois après mois, années après années. Quelques exemples pour les lecteurs récents :

 
 

Mais les assureurs ne veulent pas construire l’assurance vie post « fonds euros » et préfère privilégier leurs marges en « forçant » les épargnants vers les unités de comptes et la bourse.

Mais alors puisque tout le monde à connaissance de la faillite annoncée des fonds euros, pourquoi cette puissante industrie n’engage t’elle pas sa mutation pour trouver une alternative au fonds euros ?
Pourquoi les compagnies d’assurance vie s’obstinent t’elles à « forcer » les épargnants à investir dans les unités de compte malgré leur aversion certaine ! L’assurance vie, c’est aujourd’hui -+ 83% en fonds euros et -+ 17% en unité de compte.
Et les unités de compte sont composées à hauteur de -+ 40% de produits structurés puis de SCPI, c’est à dire de produit financier vendus comme étant soit sans risque, soit à risque limité (alors que ce n’est pas le cas).  Bref, les compagnies d’assurance vie souhaitent forcer les épargnants à investir en bourse et sur les marchés financiers mais cela ne fonctionne pas !
 
Les épargnants ne veulent pas prendre de risque ! et c’est d’ailleurs le fondement du succès de l’assurance vie ! 
Les épargnants aime l’assurance vie principalement pour la capacité de délégation du risque ! Un contrat d’assurance vie dans lequel la compagnie ne gère pas le risque (via des investissements massifs en unité de compte) n’intéresse pas les épargnants. 
 
Nous entrons depuis quelques mois dans une nouvelle phase stratégique des compagnies d’assurance vie : Quelques compagnies d’assurance vie interdisent purement et simplement un investissement à 100% en fonds euros et obligent les épargnants à répartir leur épargne sur les marchés financiers, parfois même jusqu’à 30% comme nous vous le présentions dans cet article « Des compagnies d’assurance vie interdisent d’investir en fonds euros ! Faut il céder au chantage ?« .  Ces pratiques sont scandaleuses et accéléreront le déclin des fonds euros et des compagnies d’assurance vie incapables de privilégier l’intérêt des épargnants.
 
Le placement idéal pour l’épargnant, c’est un placement qui permet :

  • De réaliser un investissement de long terme pour satisfaire des projets de long terme car l’épargnant sait que le court terme ne pourra permettre un rendement attrayant (et c’est tout le problème actuel du fonds euros) ;
  • De bénéficier d’une garantie de capital ; Les épargnants ne veulent pas devoir gérer leur patrimoine face à la volatilité des marchés financiers. Cette capacité à gérer le risque, c’est justement le métier de la compagnie d’assurance vie ;
  • De bénéficier d’un rendement élevé, du moins supérieur à l’inflation et au rendement de l’épargne sans risque et régulier. 

 
Bref, les épargnants recherchent un placement dont les fondamentaux seraient très proche du support Euro-croissance mais les compagnies refusent de modifier leur stratégie commerciale et préfèrent vendre des unités de compte tellement plus rémunératrices (cf »Les compagnies d’assurance vie n’aiment pas l’euro-croissance et préfèrent les unités de compte !« ).  C’est dommage, car cette obstination à ne pas écouter les épargnants et mettre la priorité sur les marges bénéficiaires des assureurs déclenchera le déclin accéléré de l’assurance vie…
J’ai la conviction que les choses devront bouger en 2017. L’assurance vie est systémique et le financement de la croissance Française passera par une meilleure utilisation de l’épargne de Français!
Les compagnies d’assurance vie et le nouveau gouvernement devra trouver une solution pour accélérer la mutation de l’assurance vie. S’agira t’il d’améliorer l’Euro-croissance ? De concentrer les avantages fiscaux de l’assurance vie sur l’Euro-croissance ? (cf »Plaidoyer pour une nouvelle fiscalité de l’assurance vie au profit de l’épargne de long terme et du capital productif)
 
 
A suivre…
 
 

Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livres & formations 
Investir dans l'immobilier
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Optimiser sa Succession
Epargne et placement 
Plan Epargne Retraite (PER)
SCPI
Groupement forestier & viticole
Assurance-vie
Immobilier locatif 
Assurance emprunteur
Crédit immobilier
Expert-comptable Location meublée et SCI

6 commentaires

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :