Une affaire que l’on croyait enterrée vient de ressortir sous l’impulsion de l’AUREP. On ne peut que les féliciter de cette initiative.

Un des époux marié sous le régime de la communauté souscrit, seul, un contrat d’assurance vie avec des fonds de la communauté. le bénéficiaire de ce contrat est l’enfant unique du couple.

Ce souscripteur de contrat d’assurance vie devient veuf ou veuve.

La question est : que faire du contrat d’assurance vie ouvert au nom du conjoint survivant :

1- Les fonds appartenait à la communauté des époux, le contrat fait partie, pour moitié, de la succession. L’enfant doit donc recevoir sa part sur le contrat (Peut être simplement de la Nue propriété d’ailleurs)

2- Le contrat d’assurance vie appartient au conjoint survivant, l’assurance vie est considérée comme un bien propre, et la succession ne porte pas sur ce dernier.

quelle solution choisir ? On comprendra évidemment l’intérêt fiscal apparent pour les enfants de considérer le contrat comme un bien propre …
Mais au delà de ces apparences, de nombreuses difficultés peuvent apparaitre …

A Suivre dans les détails la prochaine fois …

LBDP




2 Comments

  1. Je voudrai savoir si la réponse Baque est rétroactive?
    Maman étant décédée en 2005 et Papa en 2013.

  2. Bonjour, je voudrai savoir si la réponse Baque est rétroactive?
    Maman est décédée en 2005 et Papa en 2013, j’ ai une sœur qui nous met en justice

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.