Depuis presque un an, l’épargne s’accumule entre les mains de ceux d’entre nous qui avons la chance de ne pas être touchés par les conséquences financières de la crise du Covid-19.

Les retraités, les fonctionnaires, les télétravailleurs des secteurs non concernés par la crise, … Nous sommes nombreux à continuer de travailler, parfois même beaucoup plus grâce aux gains de productivité importants rendus possibles par le télétravail et les nouvelles habitudes de vie, et donc à continuer d’être rémunérés alors même qu’il nous est quasi-impossible de dépenser.

Au final, l’argent s’accumule sur les comptes chèques de ceux qui ont cette chance de ne pas être touchés, mais également pour ceux qui, concernés par l’arrêt de leur secteur d’activité, sont payés par la collectivité grâce au chômage partiel et aux différentes aides.

Le « quoiqu’il en coûte » est en partie sur les comptes courant des Français.

Selon une étude de la société d’assurance-crédit française, Euler Hermes, l’épargne accumulée en Europe a atteint 450 milliards d’euros en fin d’année et probablement 200 milliards de plus à la fin du premier semestre 2021 quand, enfin, nous pourrons retrouver un mode de vie quasi normale.

Pourtant, force est de constater que les épargnants n’ont pas utilisé cette épargne abondante pour effectuer des versements sur les contrats d’assurance-vie. Le dernier rapport de la Fédération Française des Assurances fait état d’une collecte nette de -+ 1 milliards sur le mois de Mars 2021, soit presque deux fois moins que pour le même mars 2019.

Comment interpréter cette mauvaise collecte de l’assurance-vie depuis mars 2020 alors que l’épargne est abondante ?

Le sujet est important. Deux analyses sont envisageables :

1 – L’assurance-vie n’attire plus les épargnants ; les rendements trop faibles du fonds euros et l’exigence d’une part toujours plus importante en unité de compte découragent les épargnants ;

2 – Les épargnants sont figés par la crise sanitaire et n’arrivent pas à prendre des décisions d’investissement à long terme. L’épargne abondante depuis mars 2020 est avant tout une épargne de précaution qui attend la fin de la crise sanitaire pour s’investir, pour être dépensée et tout simplement pour être utilisée. Pour le moment, les épargnants accumulent et attendent que la crise sanitaire soit derrière nous pour décider de ce qu’il feront de cet argent.

Et vous, que faites vous de cette épargne qui s’accumule depuis 1 an ?

ps : N’oubliez pas de cliquer sur « valider mon vote » pour enregistrer votre choix.

Et vous, que faites vous de cette épargne qui s'accumule depuis 1 an ?
Et vous, que faites vous de cette épargne qui s'accumule depuis 1 an ?

A suivre.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livres et formations 
Investir dans l'immobilier
Optimiser sa Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Epargne et placement 
Assurance-vie
Plan Epargne Retraite (PER)
SCPI
Groupement forestier & viticole
Immobilier locatif 
Chasseur en investissement immobilier locatif
Crédit immobilier
Assurance emprunteur
Expert-comptable Location meublée et SCI

29 commentaires