C’est désormais un classique alors que la bourse atteint un plus haut historique et que le fonds euros de votre contrat d’assurance vie confirme son lent mais certain épilogue.

Le discours des vendeurs de contrats d’assurance vie consiste alors à vous expliquer que le meilleur placement pour lutter contre la baisse des rendements du fonds euros est la diversification de votre contrat d’assurance vie sur les marchés financiers.

« Investir dans l’immobilier » : Notre nouveau LIVRE et une FORMATION pour réussir votre investissement immobilier

J’ai écrit ce livre, non pas comme un livre, mais comme un outil qui doit vous permettre de vous former avant d’investir. Il est le résultat de 18 mois de travail de rédaction, mais surtout plus de 10 ans d’expérience, de conseils et de formations prodiguées auprès de professionnels de la gestion de patrimoine, notaire, expert-comptable ou d’étudiants.

Ce livre doit vous donner les moyens réussir votre investissement immobilier et ce, quelque soit votre niveau de connaissance et votre expérience dans l’investissement immobilier. 

 

En bonus, les acheteurs du livre ont accès à une formation « Investir dans l’immobilier » pour une maîtrise parfaite de l’investissement immobilier.
 

Découvrir le livre

Vous n’avez pas le choix, vous devez quitter le fonds euros au rendement insatisfaisant si vous voulez valoriser votre patrimoine ! Le discours est rodé, les objectifs commerciaux sont maximums, les performances passées et le bon comportement des marchés confirme la nécessité d’avoir été investi depuis 2009, à long terme, la bourse c’est le meilleur rendement, le fonds euros ne permet plus de suffisamment rémunérer votre épargne, et blablabla, et blablala … ect…

Nous constatons, depuis quelques mois, un retour des transferts FOURGOUS pour forcer les épargnants à sortir du fonds euros et investir sur les marchés financiers. La dernière fois, c’était en 2007, juste avant la crise de 2008 !

Le transfert FOURGOUS est un dispositif fiscal qui autorise la transformation, sans perte de l’antériorité fiscale, d’un contrat d’assurance vie mono-support uniquement investi en fonds euros vers un contrat multi-support. Pour conserver l’antériorité fiscale, l’épargnant devra investir sur les marchés actions dans une proportion proche de 20%.

 

Nous connaissons par cœur ce discours offensif de fin de cycle des commerciaux qui veulent à tout prix faire investir leur client sur les marchés financiers. Les marchés sont au plus haut, les néophytes pensent toujours que les arbres montent jusqu’au ciel… c’est le moment parfait pour tondre les moutons ! 

 

Malheureusement, l’épilogue est toujours le même … les épargnants vont perdre ! et les vendeurs poursuivent avec leur discours inusable…  Bref, n’écoutez pas votre banquier qui déguise son acte de vente dans un pseudo conseil !

Croyez vous vraiment qu’il faille investir sur les marchés financiers lorsque la bourse vient de dépasser son plus haut historique ! Ayons un peu de bon sens !

 

Demain, lorsque la bourse aura baissé pour une raison que nous ignorons tous pour le moment (c’est le principe, nous ne connaissons jamais à l’avance l’élément déclencheur d’une forte baisse des bourses), les épargnants seront rincés jusqu’à affirmer qu’ils ne se feront plus avoir ! … jusqu’à la prochaine promesse de l’argent facile… Et le banquier de nous expliquer, une énième fois, qu’en bourse on ne perd pas tant qu’on a pas vendu …

Mais sachez tout de même que celui qui investit sur les niveaux actuels à très peu de chance de réaliser un placement rentable à long terme ! Il est indispensable de maîtriser son prix de revient et d’investir en bas de cycle et jamais en haut de cycle ! 

 

 

Retour sur la pertinence de nos conseils depuis 2015 … Le moment de vérité ?!

La dernière fois que nous vous avons mis en garde contre ce discours commercial dangereux, c’était en Mars 2015, alors que le CAC40 touchait déjà un plus haut historique dans cet article de Mars 2015 « Le CAC40 à son plus haut historique… Et maintenant ?« . A l’époque, nous vous incitions à sécuriser vos positions.

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois de Novembre 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux

 

Entre Avril 2015 et Juin 2016, le CAC40  a perdu 21% pour le grand malheur des épargnants qui ont écouté ce discours commercial déguisé en conseil. Mais ne vous en faites pas, c’est à chaque fois la même chose : L’investisseur est son propre ennemi, il investit constamment à contre temps

 

Au début du mois de février 2016, alors que le CAC40 touchait un point bas proche de 4000 points, nous vous conseillons d’augmenter vos investissements sur le marché action dans cet article « Bourse, et si le moment était venu d’acheter au son du canon, vendre au son du clairon…« . Chance ou hasard, la bourse à réalisé une performance de +35% entre Février 2016 et maintenant.

 

Depuis quelques semaines, nous vous appelons à la prudence et vous suggérons de sécuriser vos placements en bourse dans quelques articles « Le CAC40 retrouve ses sommets de 2008. Faut il sécuriser vos positions spéculatives ? » ou encore « En bourse il faut acheter quand on vous incite à la prudence et vendre lorsque l’on cherche à vous rassurer« . 

L’avenir nous dira la pertinence ou non de ces conseils ! A titre personnel, je sécurise régulièrement depuis le début de l’année comme je vous le présente de manière implicite dans cet article de décembre 2016 « Bourse : Quelles perspectives pour 2017 ? » alors que le CAC40 tourne autour des 5000 points.

Mais attention, pas de triomphalisme ou de confiance, personne ne peut dominer la spéculation et le hasard qu’est devenu la bourse !

 

 

Avez vous été démarché par votre banquier pour réaliser un transfert FOURGOUS ou diversifier vers les unités de compte ? Quels ont été ses arguments ?

Un jour, nos amis les banquiers et compagnies d’assurance comprendront qu’ils sont en train de tuer la poule aux œufs d’OR qu’est l’assurance vie. Ils devraient peut être accepter de moindre marge pour une meilleure satisfaction client ?!

D’après vous, pourquoi personne ne veut mettre en avant l’Eurocroissance (cf »Gestion conseillée, pilotée ou Euro-croissance ? Comment être (bien) accompagné sur les marchés financiers ?« )

Ces autres articles devraient vous intéresser :


35 Comments

  1. Comme vous le savez, je n’ai strictement rien contre mes amis les banquiers, ils font ce qu’ils peuvent pour satisfaire les objectifs commerciaux de leur employeur en essayant de conseiller au mieux leur client !

    Mais, ils n’ont pas le choix ! C’est ça ou le placard ;(-

    Le métier de banquier est devenu un métier schizophrène !

    • Bonjour,

      Merci Guillaume pour « vos amis les banquiers  » ! Certains gardent néanmoins leurs convictions en conseillant à leurs clients d’investir sur les marchés financiers par versements réguliers pour lisser le risque (vous l’avez d’ailleurs évoqué ). A long terme, la plus value est indiscutable.

  2. SEGOURA FREDERIC says:

    1- L’histoire montre au contraire que le market timing importe peu pour celui qui investit sur le long terme.
    2- En haut du marché… quel marché ? Le Brésil est bas, il y a de la croissance en Inde, le pétrole est loin de ses plus haut, etc.

    Ce qui est plus dommage par rapport à ce titre d’article racoleur c’est que vous ne parlez pas des autres conséquences d’un transfert Fourgous comme la perte dans certains contrats d’une souscription (contrat individuel) au profit d’une adhésion (contrat collectif) ou de certains taux minimum garantit.

    Bref, on dirait un article de presse grand public pour faire de l’audimat.

    • « 1- L’histoire montre au contraire que le market timing importe peu pour celui qui investit sur le long terme. » Euh… Etes vous sérieux ?

      • SEGOURA FREDERIC says:

        Quelqu’un qui a 30 ans et qui économise pour sa retraite, a, environ, 50 ans devant lui sinon plus, d’investissement.
        Regardez un graphique d’indice mondial (NR) sur les 50 dernières années et dites moi si la date d’investissement est importante. Evidemment, si vous regarder un graphique « long terme » sur 3 ans…
        Sur 10 ans, regardez le CAC 40 NR juste avant la chute de 2008. 10 ans étant le plus petit long terme possible et au pire moment. Donc, oui, je suis sérieux. Et vous ?

        • « Sur 10 ans, regardez le CAC 40 NR juste avant la chute de 2008. 10 ans étant le plus petit long terme possible et au pire moment. Donc, oui, je suis sérieux. Et vous ? ».

          Celui qui est rentré sur les marchés en 2000 ou 2007 doit vous remercier 😉 Il est toujours préférable de rentrer en bas de cycle. Il me semblé difficile d’affirmer le contraire.

          • SEGOURA FREDERIC says:

            Il y a, à tout instant, des secteurs qui montent. Cela me semble difficile d’affirmer le contraire. Si votre horizon se limite au CAC 40 ou si votre analyse se limite à dire qu’il vaut mieux investir avant une remontée, effectivement, nous ne sommes pas du même milieu.

            • Effectivement, l’article n’évoque que la situation des marchés actions et plus particulièrement CAC40 comme vous l’avez très certainement remarqué par votre lecture.

              Vos conseils portent ils vers une diversification sur d’autres actifs ? émergents ? SCPI ? Immobilier ?

              Je me mouille en donnant mon opinion. Il est trop facile de critiquer sans jouer le jeu à votre tour.

      • Rémy Bonal says:

        Ce que M. Segoura exprime, c’est qu’investir en haut de cycle n’est pas l’élément le plus déterminant lorsque l’on parle d’investissement à long terme, et ma modeste expérience va dans son sens.
        J’ai pu voir des contrats souscrit en 2007 en UC, et leurs performances sont bonnes (capital plus que doublé, net de frais). C’est un recul minimal pour une observation de long terme, et les dates sont particulièrement défavorables (2008, 2011).

        Cela dit il est bien sur préférable d’entrer en bas de cycle, mais on ne peut jamais avoir de certitude à l’avance.
        Les conseils de prudence peuvent très bien, au même titre qu’un conseil trop « dynamique », se révéler mauvais.
        Sur 2015, les UC actions faisaient +30% (sinon plus) malgré la crise de l’été, ce qui ne les a pas empêché de performer en 2016 et sur ce début 2017 … Dans cette optique, le manque à gagner d’une sortie des marchés fin 2015 ou même au T1 (comme vous le conseilliez) est conséquent.

        Et dans le cas des Fourgous, que proposez vous d’autre au client du banquier ? Rester sur un monosupport en deçà de 1% du FE ? L’inflation le grignote …

        Je rejoins M. Segoura, le titre est légèrement racoleur, et rien n’est dit sur certaines pratiques vraiment honteuses, notamment la suppression « silencieuse » des contrats à taux garantis via le transfert Fourgous.

        A part se faire peur, le lecteur lambda ne gagnera rien avec cet article. Désolé…

        Mon petit conseil pour un investisseur qui se trouve dans la situation décrite par l’article :
        – vérifiez si votre contrat monosupport est bien sans avantage particulier (taux garantis, conditions tarifaires), ce qui est souvent le cas en banque
        – voyez si le multisupport de la banque propose un meilleur taux de Fond Euros. C’est très souvent l’argument du banquier, l’écart peut être tout à fait significatif.

        Dans ce cas, faites le transfert Fourgous, et pour la part UC qui vous est imposée, soit optez pour un fonds garanti (UC à formule diverses, voir les possibilités propres à chaque établissement), soit une UC classique que vous arbitrerez vers le fonds euros (l’arbitrage peut être gratuit, ou dans le pire des cas ne reviendra pas à grand chose car ne concernant que 20% du contrat).
        Vous disposerez toujours d’une garantie sur votre capital, mais votre taux de rendement sera meilleur (et votre banquier heureux pendant 5minutes^^).

    • Quels sont vos conseils actuellement ?

      • SEGOURA FREDERIC says:

        Mon conseil : n’écoutez pas les conseils à l’emporte pièce d’une presse grand public qui fait du sensationnel avec des titres et des raccourcis trop rapide, sans véritable analyse profonde.

        • et concrètement ? Quelle est votre analyse ? Faut il conserver son fonds euros ? diversifier malgré des marchés en haut de cycle ? préférer d’autres actifs ?

          Je crois utile que chacun présente sa vision. Cet article n’est que mon opinion.. il mérite critique !

  3. dupont says:

    en règle générale, n’écoutez jamais votre banquier car :
    – il n’est pas banquier mais employé d’une banque,
    – il vend ce que sa hiérarchie lui demande de vendre,
    – il n’est responsable de rien ou presque…

    • Gilles.DR315 says:

      Heureusement il y a quand même des banquiers honnêtes. Généralement, ils sont en postes depuis longtemps sur leur agence, et ne veulent pas bouger.

      • Mais la très grande majorité des banquiers sont honnêtes et compétents. Ils sont seulement broyés par un système qui les oblige à mal conseiller leur client pour satisfaire les exigences de PNB de leur hiérarchie !!

  4. Gilles.DR315 says:

    J’ai reçu le courrier ce matin de la part de CARDIF ! mdr
    Je connais trop bien leur ruse. Puisque je suis un ancien banquier ! lol

  5. Doomay says:

    Bonjour
    J’ai été démarché il y a quelques mois par un conseiller de générali afin de diversifier mon assurance vie . Leurs arguments sont toujours les mêmes baisse de rendement du fond euro
    Après quelques échanges avec cette personne elle n’a pas voulut entendre mon principal argument pour ne pas investir sur ce qu’elle me proposait.
    Au final elle m’a tout simplement raccroché au nez.
    Et oui effectivement il finiront par dégoûter leurs clients, ce qui est déjà mon cas

  6. laurent says:

    Bonjour,

    Precision,
    Suite à la modification du Code Général des Impôts (2013 LFR de memoire), la référence à l’’amendement Fourgous est obsolète : dorénavant, on parle plus généralement de transférer des anciens contrats en euros en contrats multisupports. Cette modification ne change en rien les règles telles que nous les connaissons.

    Hormis, que la mention de 20% est remplacé par part significative..de plus, rien n’empeche aujourd’hui de mettre en place une option de lissage d’investissement des capitaux.. )en considerant que les marchés financiers sont hauts.) sur une année par exemple….

    La modification du CGI (juillet 2014) resultée de la mise en place des contrats vie generation et euro croissance (là aussi de memoire) et des transformation contrats.

    Cordialement,

    • Merci ! J’était passé à côté … « de plus, rien n’empeche aujourd’hui de mettre en place une option de lissage d’investissement des capitaux.. )en considerant que les marchés financiers sont hauts.) sur une année par exemple…. » C’est une très bonne idée pour lisser le prix de revient.

      Je crois qu’un lissage très long est préférable actuellement (36 mois minimum). L’investissement devant être accéléré lors de la survenance d’une baisse forte qui ne manquera pas d’arriver pendant cette période 😉

      • SEGOURA FREDERIC says:

        Une baisse forte qui ne manquera pas d’arriver sur les 36 prochains mois ?

        Ah bon ? Vous êtes sérieux ? Vous pensez que le Brésil peut faire une forte baisse sur les 36 prochains mois ? A moins que vous parliez du pétrole ? Des technologiques ? De quoi parlez-vous ? En quoi sommes-nous limités à des marchés qui vont forcément baisser ? Rien ne va monter pendant les 36 prochains mois ? On doit donc investir dans des fonds bear qui vont monter, donc.

        Nous sommes dans un blog de Gala ? Ou bien Femmes Actuelles ?

        • L’article semble assez clair sur ce point en citant le CAC40 on peut imaginer que ce sont les marchés européens dont il parle.
          Beaucoup d’établissement laissent peu de choix sur les UC.
          il est clair que l’on peut avoir des UC d’autres marchés ou décoréllés de la bourse mais les conseillers ne sont pas forcément formé pour

  7. Un banquier says:

    « Croyez vous vraiment qu’il faille investir sur les marchés financiers lorsque la bourse vient de dépasser son plus haut historique ! »
    C’est sur que si les fonds éligibles proposés sont basés sur le CAC40 c’est une mauvaise idée d’y aller. Mais c’est loin d’être le cas et j’appuie le propos de Frédéric

    • Quel marché vous apparaît comme porteur ?

      • Un banquier says:

        Des exemples parmi tant d’autres :
        il y a de la marge sur le pétrole ;
        l’attentisme que vous décrivez dans un article aujourd’hui sur l’immobilier peut également être une porte d’entrée ;
        il y aura des vagues avec le Brexit que la gestion flexible saura exploiter ;
        la dégradation de la Chine par Moody’s va également provoquer des opportunités sur les taux ;
        etc etc.
        Je persiste : si les fonds du Fourgous se contentent d’investir en actions €Z, ce n’est pas le moment, mais en ratissant plus large il existe **toujours** des opportunités, le talent des gérants fait le reste.

  8. Pour le coup il faut reconnaître que l’article est un peu faible, alors que généralement les articles sont de (très) bonne qualités.

    Oui les marchés sont haut, et alors? Amazon et alphabet battent des records chaque mois, pour ne citer que les plus connus.
    Dire que c’est parce que le plus haut est atteint qu’il faut vendre c’est bien trop simpliste.

    Pour ma part je dirai qu’il faut être vigilant, mais que hormis un pétage de plomb de Trump ou Poutine il y a des perspectives boursières convenables pour l’investisseur lambda, et des perspectives exceptionnelles pour chaque entrepreneur de son portefeuille boursier.

    D’une manière générale l’économie va mieux et continue de s’améliorer.
    Certains secteurs et certaines sociétés se portent merveilleusement bien avec des perspectives florissantes.
    D’autres sont à éviter.
    Tout comme les zones géographiques.

    Évidemment une crise comme 2008 n’est pas impossible, mais pas certaine non plus. Ce n’est pas parce que l’on est au plus haut que cela va arriver.

    Finalement la bourse c’est de l’immobilier en plus complet 😉

    • il n’empêche que vous prenez plus de risques a investir maintenant qu’en 2011, et je pense aussi qu’il vaut mieux perdre deux années de hausse mais eviter une forte baisse

  9. « N’écoutez pas votre banquier !… »

    Le titre aurait pu s’arrêter là 🙂

  10. LCR Jérémy says:

    À ma connaissance, les SCPI ne sont pas éligibles à un transfert fourgous de par leur nature. Je ne sais pas si l’auteur faisait référence au transfert fourgous ou bien à des alternatives de diversification … ? Et pour votre information Même si je suis CGP je ne fais pas rentrer mes clients sur des fonds basés sur le CAC actuellement..

    • Oui, vous avez raison pour les SCPI, je suis de votre avis.

      Néanmoins, au regard des quelques retours d’expérience, je crois que les réseaux commerciaux usent abondamment de ce transfert Fourgous pour vendre des OPCI.

    • Un banquier says:

      Rien n’empêche de voir le Fourgous comme une action de diversification efficace avec un peu de hauteur de vue, et ne pas se contenter de 20% en FCP actions FR ou €Z pour faire plaisir à une boutique. Dans ce cadre là, les SCPI ont tout leur intérêt, plutôt que de sortir du mono support le montant qui leur est alloué.

  11. A partir du moment ou le commercial a fait valider par le client qui lui a reformulé que effectivement « le fonds euro ne lui rapporterait plus rien et pire représentait un risque de rendement négatifs », c’est la porte ouverte (au delà des 20% en actions) à une diversification massive: obligataire, fonds structurés (voire les daubes récemment sorties par le réseau AOBD pour ne pas le citer), OPCI… peu importe le profil. Les conseillers ont la main lourde afin de satisfaire aux demandes de leurs N+1-2 ou 3. Il n’est ainsi pas rare de retrouver avec des papy mamy qui se sont fait charger leurs CAV avec du 80% d’UC… Les conséquences? Tout le monde s’en fout. Personne ne sera là pour les assumer.

  12. le problème des conseillers banquiers et en assurance c’est qu’ils n’ont aucune compétence en allocation d’actifs et que les mandats de gestion ont des perf pourris.

    Fourgouser un contrat est opportun mais encore faut il savoir comment investir le capital et faire un suivi de qualité dans la durée.

    Il y a des pros capables de le faire mais c’est une minorité

  13. Le niveau du CAC ou des cours d’une valeur ne sont pas au plus haut ni au plus bas para rpport au cotisations passées. mais par rapport aux indicateurs financiers de la société. Vous vous focalisez sur l’historique des cotisations c’est un analyse très limité. Une valeur est mieux mesuré avec les Price earnings ( rapport prix/ bénéfice par action), book value, parmi autres…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*