Un récent rapport remis au gouvernement dans le cadre de l’amélioration du financement des entreprises propose une nouvelle réforme de l’assurance vie afin de réduire l’intérêt fiscal et patrimonial du fonds euros et encourager les épargnants  à investir à long terme sur les marchés financiers et notamment en actions.

C’est toujours la même rengaine : Le législateur, probablement aidé par le lobby des assureurs, veut se débarrasser du fonds euros et manipuler l’épargnant français pour qu’il spécule sur les marchés financiers avec son argent.

Crédit immobilier : Utilisez nos comparateurs pour réussir votre crédit

Utilisez notre comparateur d’assurance de prêt (GRATUIT) pour estimer le montant des économies que vous allez réaliser grâce à la négociation de votre assurance de prêt : Comparateur d’assurance de prêt
 
Et toujours, notre comparateur de crédit immobilier pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier, sans frais : Comparateur de crédit immobilier.

L’argument régulièrement utilisé par les rédacteurs de ces rapports est toujours le même : Il faut orienter l’abondante épargne des Français vers le financement des entreprises qui manquent cruellement de capitaux propres ! (pour savoir ce que l’on en pense, vous pouvez relire cet article dans lequel j’essaie de vous expliquer que spéculer en unité de compte sur les marchés financiers internationaux n’apporte rien au financement des entreprises Française : M. Macron, la bourse est elle vraiment plus utile que l’immobilier pour la croissance ?)

Pourtant, ces mêmes rédacteurs confiaient dans une récente interview que « En France, on dit beaucoup que les entreprises manquent de fonds propres. En réalité, il n’y a pas vraiment de problème de déficit de fonds propres par rapport aux autres pays européens, il y a plutôt une petite faiblesse. Nous pensons donc qu’il n’y a pas uniquement une question de quantité de fonds propres mais plutôt d’allocation de ces fonds propres vers des entreprises qui en ont besoin. »

Le rapport d’Alice Zagury & Jean-Noël Barrot préconise tout de même la mise en oeuvre de mesures fiscales et patrimoniales visant à réduire l’intérêt de l’épargnant à placer son argent en fonds euros pour l’encourager à placer son épargne dans les unités de compte ou en actions.

Si la raison fondamentale n’est pas la financement des entreprises, il faut peut être regarder la question de la solvabilité des compagnies d’assurance vie et le risque important qui pèse sur ces dernières en cas de remontée trop forte des taux d’intérêt. Bref, l’argument du financement des entreprises cache, à mon humble avis la nécessité de sauver les compagnies d’assurance vie du risque de faillite ! 

 

 

Quelles sont les pistes de réflexion pour la prochaine réforme 2018 de l’assurance vie et détruire le fonds euros.

 

Limiter ou réduire la garantie ou la disponibilité du capital pour forcer les épargnants à investir à long terme.

La première piste est classique et régulièrement mise en avant : Il s’agit de réduire la garantie du capital à tout moment des fonds euros.

La première idée serait, dans le prolongement de l’idée fondatrice du support Euro-croissance de permettre aux assureurs de moduler la garantie du capital de fonds euros en fonction de la durée d’investissement de l’épargne. Il pourrait s’agit de proposer une garantie du capital croissante avec le temps. La garantie du capital ne serait totale qu’au bout de 8 ans.

Pour ce faire, il pourrait être créé une nouvelle génération de fonds euros. Il serait nommé les fonds euros Bonifiés.



 

 

Réserver les avantages fiscaux de l’assurance vie aux contrats qui ne seraient pas investis en fonds euros ?

Conscient de l’échec annoncé d’une telle proposition de placement du fonds euros à garantie du capital progressive, les rédacteurs préconisent de modifier les avantages fiscaux de l’assurance vie. Il pourrait s’agir de revoir les avantages fiscaux tels que le bénéfice de l’abattement de 4600€ ou 9200€ après 8 ans de détention ou même les avantages sur les droits de succession. 

Les rédacteurs proposent « d’examiner l’opportunité de conditionner l’octroi des avantages fiscaux spécifiques aux nouveaux contrats d’assurance-vie au respect de certaines durées de détention ».

Bref, en lisant entre les lignes, on comprend qu’il s’agit de réserver les avantages fiscaux aux contrats d’assurance vie qui ne serait pas investit en fonds euros

 

 

Créer un nouveau placement « retraite » et autoriser son alimentation par un transfert des contrats d’assurance vie existants.

Enfin, les rédacteurs préconisent la création de deux nouveaux placement labellisés « Préparation de la retraite ». Ces placement seraient nommés « compte avenir individuel » et « compte avenir d’entreprise » et ils pourraient être alimentés par transfert de l’argent épargnés sur les contrats d’assurance vie existants, en franchise d’imposition.

Bien évidemment, ces placements dont la disponibilité serait repoussée au moment du départ à la retraite ne comporteraient pas de fonds euros.

En d’autres mots, il s’agit d’utiliser les encours actuels de l’assurance vie pour créer un produit d’épargne retraite par capitalisation. En effet, les rédacteurs du rapport considère, à tort selon mon humble avis, que l’assurance vie n’est pas un placement retraite, mais un support de capitalisation permettant une valorisation de l’épargne à long terme.

 

 

Au final, encore un rapport qui reflète qui n’écoute pas les épargnants !

Les rapports se suivent et vont tous dans le même sens : Il faut décourager les épargnants à placer leur épargne sur des supports sans risque pour les encourager à placer leur argent en bourse.

Est ce qu’un jour, ces énarques hors sol vont comprendre que les épargnants ne sont pas des spéculateurs et que la seule conséquence de cette destruction en règle sera la disparition de l’épargne.

J’en suis convaincu ! Les épargnants préféreront ne plus avoir d’épargne (et donc l’utiliser pour consommer ou investir dans l’immobilier par exemple) plutôt que de l’utiliser massivement pour spéculer en bourse.

Mais au final, c’est peut être le véritable objectif ?

 

Ces autres articles devraient vous intéresser :


39 Comments

  1. le mecreant says:

    Plus ça va plus je me demande quel intérêt peut bien avoir l’assurance vie, surtout que maintenant on voit bien que les engagements de départ n’engagent que ceux qui y croient.

  2. keith kennedy says:

    j’avoue que je suis un peu fatigué de ces énarques qui pour justifier de leurs postes passent leurs temps à tout modifier
    il est toujours évoqué le probleme de la France : la stabilité des lois. une fois encore nous voyons bien que Big Mac n’a pas tout compris.
    à peine fini le budget 2018, on en remet une couche. c’est lassant.
    l’argent n’a toujours pas bonne presse en France malgré tout ce que l’on bien dire.
    je pense que le mal français est très profond: pour exister il faut créer. or au lieu de créer de grandes sociétés on crée des lois ( là on dot être champion du monde)
    je viens d’écouter une émission intéressante sur le 30 ans du CAC 40 : l’age moyen des sociétés est de 105 ans !!!. la plus jeune à 50 ans !!!

  3. AH CETTE ASSURANCE VIE LES EXCITENT TOUS ET CA DEVIENT LASSANT SI ON VEUT
    TROUVER DE L ARGENT POUR INVESTIR DANS LES ENTREPRISES COMMENCONS PAR
    DIMINUER LES TAXES ET SURTOUT LES CHARGES ET PENSONS A METTRE DE L ORDRE DANS LES DEPENSES PUBLIQUE
    L ARGENT INVESTIT EN ASSURANCE VIE A DEJA SUPPORTE L IMPOT ET C EST LE FRUIT D UN
    TRAVAIL D UNE VIE QUANT ON VOIT LA FORTUNE SI FAIBLE DE NOS MINISTRES POUR LA MAJORITE C EST BIEN UN SIGNE DE MAUVAISE GESTION DE LEUR BUDGET
    ARRETONS IL Y A TELLEMENT D AUTRES PROBLEMES EN FRANCE

    • C’est vrai, cela m’étonne :
      Comment ces hommes politiques qui gagnent beaucoup d’argent arrive à ne pas économiser pour avoir une fortune personnelle ?
      Je pense que certains sont les rois de la dissimulation (Tout appartient à Madame ou je paye des travaux dans sa maison) ; D’autres ont un train de vie pharaoniques.
      De toutes façons, ils savent que leur retraite sera très bonne, qu’elle est garantie par l’état (c’est à dire eux-même) et qu’il restera toujours des avantages à côté ou des copains pour se faire recaser dans des postes bidons et bien payés.
      Avec tout cela, comment pourraient-ils comprendre la vraie vie des français ?

  4. La loi de finance vient d’être voté hier entérinant 1,7% de csg supplémentaire que déja ils remettent le couvert, c’est tout simplement affolant.
    Cela devient du harcèlement et on peut s’inquiéter pour la suite quand on voit qu’aucun effort n’est fait pour réduire la dépense.
    Heureusement que « big mac » avait promis la stabilité fiscale.

    • OlivierSPb says:

      Avec les allègement d’impôt comme l’ISF, il faut bien prendre l’argent quelque part car l’État est impécunieux.
      Et il n’est pas évident que compte-tenu des diverses mesures, les prélèvements obligatoires montent.
      A ce genre de petit jeu, alléger par ci pour alourdir par là, il y a forcément des gagnants et des perdants, mais en total cela peut être neutre.

  5. OlivierSPb says:

    Le problème de ce blog est que l’auteur y soutient volontiers une chose et son contraire.
    Après nous avoir expliqué maintes fois que les fonds en Euros étaient la ruine de l’épargnant, il se mue en chevalier blanc de ceux-ci!
    Et toujours cet amalgame entre investissement en Bourse et spéculation! On peut avoir un portefeuille titres long terme sans être un spéculateur et un boursicoteur!
    Non il n’y a pas que l’investissement immobilier pour le long terme!

    • A long terme, oui, je confirme que nous vivons une période complexe pour l’épargnant qui conduit à son appauvrissement régulier à cause des taux d’intérêt négatif. Mais, n’est ce pas un moindre mal ?

      Cela n’empêche qu’il me semble insupportable qu’un gouvernement accélère cet appauvrissement en encourageant les épargnants à spéculer sur les marchés financiers. C’est tout !

      « On peut avoir un portefeuille titres long terme sans être un spéculateur et un boursicoteur! » ==> Mais pas dans un contrat d’assurance vie qui ne peut contenir que des unités de comptes, c’est à dire des produits financiers gérés par des sociétés de gestion ! Et non une détention longue d’actions dans le capital d’entreprise

      • On peut avoir un contrat d’assurance vie en titres vifs , cela s’appelle un « contrat dédié ».

      • OlivierSPb says:

        Si vous considérez que toutes les unité de compte sont des fonds spéculatifs! iI en existe de bien nombreuses gérées à la pépère et avec faible rotation, l’investissement à long terme ce n’est pas que de conserver statiquement les Air Liquide de sa grand-mère! Ce sont des valeurs mobilières donc mobiles, vous les faites bouger tous les jours, vous êtes un spéculateur, de temps en temps vous êtes un investisseur.
        Soyons sérieux votre équation
        Détenteur d’OPCVM (En CT ou AV) = Spéculateur
        confine au grotesque!
        Je vous conseille de ne pas vous intéresser au monde des Hedge Funds! Votre cœur n’y résisterait pas!

        • Le sujet n’est pas tant d’avoir un jugement partisan ou dogmatique sur la spéculation. Ce n’est pas le sujet. Et je n’ai en aucun cas de tels propos. La spéculation est une source de rendement comme les autres.

          Le sujet est simplement de ne pas confondre financement des entreprises et placement en bourse. La bourse ne finance pas les entreprises ! Je n’arrive pas à comprendre le cheminement intellectuel qui fait dire à tous qu’un bon épargnant est un épargnant qui spécule sur la valeur future d’une action ?

          • OlivierSPb says:

            Arrêtez de dire que toute personne qui achète une action est un spéculateur! Vous vous couvrez de ridicule…

            • le mecreant says:

              Bien sur que si, on achete une action dans le but de la revendre a plus ou moins long terme avec un bénéfice, cela s’appelle de la spéculation. L’investissement c’est autre chose, c’est investir dans un bien tangible qui va produire du fruit. En tout état de cause, l’investissement action profite a la sphère financière en aucun cas aux entreprises (hors augmentation de capital. Et de toute manière si « l’etat » vous incite a aller sur le marché action, demandez vous pourquoi, et pourquoi dans le même temps des warren buffet et autre en sortent…

              • OlivierSPb says:

                Soyez sérieux, vos fruits sont squelettiques après impôt, votre rendement sera grotesque si le m² n’augmente pas. C’est un placement stérile; Alors que s’associer au développement d’une entreprise, çà c’est un investissement productif.En 1992 j’ai acheté en LBO une entreprise en m’endettant jusqu’aux narines que j’ai revendu 40 fois ma mise initiale en 2008 (Avant la crise, j’ai signé le 4 août). Entre temps le CA avait été multiplié par 3, les fonds propres par 5 et les effectifs par 2. Et vous appelez cela de la spéculation? Moi pas.

                • le mecreant says:

                  J’ai parlé d’immobilier moi? Mais bon j’ai compris, vous avez tout vu, vous savez tout et vous etes meilleurs que tout le monde. un conseil: faite un blog ou devenez ministre des finances pour le plus grand bien de la France ….

  6. OlivierSPb says:

    Un bon épargnant serait un épargnant qui spécule sur la valeur future du m²?
    Encore une fois quand vous achetez une entreprise ou une partie de cette entreprise (Une action) ou souscrivez à une augmentation de capital ou à une obligation convertible, vous investissez.
    Par contre, vous prônez la spéculation immobilière, car les rendements immobiliers sont tellement minables que vous êtes obligé de spéculer sur une hausse du m² pour sortir un rendement après impôt que ne soit pas ridicule. Il y a une vie pour l’investisseur en dehors de l’immobilier pourri dans un centre-ville d’une ville moyenne perdue au milieu de nulle part! (Un peu de provoc, cela fait du bien!)

    • Encore une fois, la question n’est pas de remettre en cause la spéculation, c’est à dire sur une hausse de la valeur futur d’un actif quel qu’il soit.

      La question, et c’est ce que je remets en cause, est d’instituer cette spéculation comme une norme vertueuse pour la société.

      Spéculer sur une hausse de la valeur de l’immobilier ou sur la valeur future d’une action n’apporte rien ! C’est la même chose.

      • OlivierSPb says:

        C’est totalement différent. Une entreprise crée de la richesse, un appartement non.
        J’achète une entreprise valorisée X fois l’EBITDA ou avec un PER de X, non pas parce que je pense que le X va augmenter et mais que son EBITDA ou son Profit va augmenter. Je m’associe à la prospérité économique de l’entreprise et de l’économie. (Par contre si j’achète parce que je pense que le multiple X est sous-évalué par rapport aux autres valeurs du secteur, je suis plus dans la spéculation).
        Une entreprise c’est un être vivant qui se développe et qui créée de la richesse (Il arrive que comme tout être vivant, elle meurent), votre immobilier c’est un tas de cailloux complètement inerte liés par du ciment
        Je suis en train d’investir avec des associés professionnels dans une entreprise qui devrait si tout se passe bien générer 350 M€ de CA à 3 ans et créer 200 emplois (Pas en France). L’investissement est lourd, plusieurs dizaines de millions d’€, nous espérons nous faire lister sur l’Alternext dans 3-4 ans, je prétend faire un investissement à risque que j’espère très rentable, mais pas spéculer! Ou alors sur mon propre travail! Si nous réussissons ne dites pas que nous ne créons pas de richesse! Alors qu’acheter du m² en centre ville de Brives-la-gaillarde ou de Gdansk, c’est de la spéculation stérile!

        • Arrêtons là cet échange qui n’a pas de sens.

          Bien évidemment, vous avez raison et je n’ai jamais laissé croire qu’investir dans une entreprise n’était pas créateur de valeur pour la société.

          J’affirme cependant qu’acheter des actions sur le marché secondaire dans l’espoir d’une plus-value future n’apporte rien au besoin de financement des entreprises.

        • Je me réveille, pour défendre Guillaume (qui en fait n’en a pas réellement besoin)
          Je viens de relire tous vos propos, donc avec le recul nécessaire.
          Vous mélangez comme beaucoup placements et investissements.

          La Bourse en général, c’est aujourd’hui 80% de transactions électroniques, avec des allers et retours dans la seconde, voire la milliseconde. Vous n’appelez pas ça un investissement et vous avez raison. ça ne sert à rien dans l’Économie Réelle.

          Vous achetez ou participez activement à la Vie d’entreprises, que vous valorisez avec votre matière grise, et à la sueur de votre front. Vous dites créer de la richesse, et ne pas spéculer, vous avez raison.

          Vous dites qu’investir dans l’immobilier est un placement stérile, désolé de vous contredire, vous avez tort. Vous dites qu’investir dans un appartement ne crée pas de richesse, vous avez tort. Car vous n’y connaissez pas grand chose en Immobilier, pris dans le feu d’entrepreneur dynamique. Et vous confondez y placer votre argent et réellement y investir.

          C’est la même chose que vous qui investissez dans les entreprises, alors que d’autres y placent leur épargne.

          Je le dis et redis.
          Toutes ces confusions tiennent à la différence fondamentale entre placer et investir, ce que j’ai essayé, avec quelque succès, de démontrer depuis le début de ma participation à ce forum.

          La différence tient beaucoup plus qu’à la définition respective des mots.

  7. exist il des associations de defense pour ces problemes de placement pour prevoir les retraites et les successions??? car jusqu a présent on conseillait de prévoir au cours de sa vie active des placements pour parfaire sa retraite par des placements immobiliers ou assurances vie
    et aujourdhui on taxe l immobilier et on veut taxer les assurances vie c est la méthode de nos enarques qui ont des vues a tres cours terme et des decisions trop precipite et non reflechi
    simplement on veut avancer vite on a oublie les fables de la fontaine

  8. En gros, il faudrait qu’il n’y ait plus de support en euro pour que le risque soit totalement transféré sur la tête du souscripteur. Mais en plus, il faudrait que les fonds soient totalement indisponibles jusqu’au départ à la retraite avec le remake des Perp et Madelin.
    Après les banquiers qui ne financent plus, les assureurs qui n’assurent plus…
    Bien sûr tout cela sur fond de crise latente en raison des risques de contrepartie qui se multiplient.
    Au moins avec l’immobilier il restera le toit lorsque les marchés s’effondreront…

  9. keith kennedy says:

    Damien
    je suis d’accord avec vous. Pour la majeure partie des Français l’AV était une sorte de fond retraite ( pour ceux qui ne sont pas dans des entreprises avec PERE/PERCO/PEE). effectivement on envoie les français sur des placements à risque pour lequel, ils ne sont pas prêt.
    Je me demande comment notre Banquier National ( alias Big Mac) expliquera à la veuve de Carpentras que ses économies ( sur lesquelles elle a déjà payé moult impôt) ne valent plus grand chose car nos amis assureurs ( est-ce bien le bon mot) se sont mal débrouilles est que cela à perdu 20%.
    n’est pas investisseur, ni spéculateur qui veut.
    l’argent bloqué pendant 20 ans ou plus, sans aucune prime de risque à payer par les assureurs, elle est pas belle la vie.
    je ne suis pas un fan de l’immobilier mais c’est au moins un actif tangible qui à part une guerre devrait survivre à une crise.

  10. Je déplore le fait que, contrairement à certains engagements du nouveau président, nous n’assistions pas vraiment ni à une stabilité fiscale ni à un allègement de la fiscalité, malgré les apparences, car le diable est dans les détails;
    Toutefois, je trouve que la volonté de réorienter l’épargne vers les actions est une bonne chose pour l’économie et qu’il est peut-être temps de sortir de la croyance qu ‘hors l’immobilier il n’est point de salut.
    Certes, la création de nouveaux logements ou la rénovation de l’ancien crée de l’emploi, surtout peu qualifié, mais la France a aussi besoin d’entreprises novatrices et exportatrices. Donc oui à un actionnariat plus vaste et plus « populaire ».

  11. keith kennedy says:

    je pense que nous ne dérapions. la question initiale porte sur une N-ieme modification d’un instrument d’épargne ( France reine du monde).
    nous semblons opposer Immobilier et épargne financière. n’y a t’il pas de place pour les 2?
    la majeure partie des français ( mais pas nos politiques) ont une AV en Euros parce que ils ne veulent pas courir de risque et qu’ils ne vont pas passer leur temps devant un écran
    le nombre d’actionnaire individuel ne cesse de baisser en France : pourquoi?.
    on ne donne pas à boire à un âne qui n’a pas soif ( dicton de l’ancienne économie!!).
    c’est dans la culture du français de ne pas courir de risque, donc le forcer à investir dans l’économie à laquelle la majeure partie ne comprend rien à part la lutte des classes, est-ce vraiment une obligation?
    il y a apparemment 1600 Md€ dans les bas de laine. de combien a besoin l’économie française, de combien de fond propre ont besoin les pseudos nouvelles start up et autres ETI. n’y a t’il pas moyen de mettre quelques 10 Md€ dans l’économie sans stresser tous les possesseurs d’AV.
    ni a t’il pas moyen de faire les choses en douceur sans stresser tous le monde.
    faut’il toujours que dans ce pays la contrainte ( impôt, législation etc..) soit la seule méthode
    c’est vraiment encore une fois un marteau pour tuer une mouche.
    les Français ont eu le siècle des lumières, ils semblent que depuis quelques temps ce soit le siècle de la pénombre.

  12. Alain Labenne says:

    Ah les entreprises manquent de fonds propres !
    Oui, et pourquoi d’après vous ?
    Pour ma part, j’ai ma petite idée :
    1. la concurrence déloyale que leur font les états dans l’accès au financement.
    (si l’état était moins gourmand en emprunts d’état, il resterait plus de disponibilité pour les entreprises, à vous de jouer Mr Le Maire.)
    2. le mauvais traitement qu’elles infligent à leurs actionnaires minoritaires.
    3. l’option faillite qu’elles ont toujours à l’esprit : en cas de faillite, les fournisseurs sont lésés, les actionnaires sont lésés, en toute impunité : ce qui va très bien pour les dirigeants, qui se sont prémunis des conséquences néfastes pour leur pomme en se versant par avance des rémunérations pantagruéliques. –> réformer le droit des faillites pour sanctionner les dirigeants qui se sont enrichis, par la faillite de l’entreprise. ( ou qui ont enrichi quelqu’un de leur entourage susceptible de leur renvoyer l’ascenseur, parce qu’ils sont malins, faut pas croire.)

    • Peut-être aussi que le coût du travail + taxations diverses en France est supérieur à tous les pays voisins. D’où l’obligation de faire faillite pour une société qui a des concurents ailleurs qu’en France.

      • C’est certitude. Modèle de société nous dit-on. Ce qu’on nous dit moins c’est que le montant des pensions de retraite baisse alors que le coût du travail augmente. Ce qui signifie que les cotisations sont versées à perte. N’oubliez pas que le système des retraites est une pyramide de Ponzi ou de Madoff, ça marche très bien quand il y a beaucoup d’actifs et peu de retraités. Dès que le chômage augmente et que notre espérance de vie augmente on commence à être à court de fonds pour payer les têtes grises.
        Stopper les cotisations? Politiquement c’est inacceptable. Donc le surcoût du travail a encore de beaux jours devant lui jusqu’au collapse.

  13. je suis d’accord Guillaume ; le but c’est de ne faire consommer des produits Chinois…….
    après comment la dette d’état va être placée?

  14. Comme le Léviathan se rapproche des pécules d’une vie, les sangs et les esprits s’échauffent, ce qui est normal….. ( par le passé on nous a proposé les DSKage et le Fourgoussage, bientôt on fera plus que proposer, on contraindra, voire plus..)

    Une certitude cependant : la confiance en ces gouvernements successifs est bel et bien ruinée, elle…

    Il faut donc diversifier géographiquement et rester, voire totalement partir.

    No hope, big Mac is your killer

  15. riculier le rendement) says:

    Encourager l’investissement, oui INVESTISSEMENT, en actions qui est l’investissement de long terme par excellence (rendement et volatilité élevés) me paraît une très bonne chose pour les épargnants. Rester 20 ou 30 ans sur du fonds euros qui a désormais tous les attributs de l’investissement de court terme (liquidité, risque et rendement faibles) serait un vrai gâchis. Le fonds euro doit son statut de long terme à une époque révolue où il cumulait tous les avantages avec un rendement élevé. Il faut prendre acte du changement qui semble durable.
    Ce qui m’inquiète à la lecture de l’article, c’est que l’encouragement, quel qu’en soit le motif, se ferait par le bâton et pas par la carotte (ou rêvons un peu, par la pédagogie).

    Au fait, mon investissement le plus spéculatif c’est le fonds euro. Je m’y place de façon tactique lorsque mets entre parenthèses mes investissements de long terme pour de plus ou moins bonnes raisons liées à des anticipations de court terme. Et ça marche moyen en général :(.

  16. Alain Labenne says:

    Eh oh, si c’est si vertueux d’investir en actions, pourquoi les assureurs, qui ont la libre gestion des euros déposés chez eux, ne les investissent pas en actions ?
    « Faites comme je dis, pas comme je fais » ils nous disent,, en gros.

    Revenons à l’origine de l’invention de l’assurance-vie :
    1. les règles de dévolution successorale sont rigides, mais au lieu de les assouplir inventons l’assurance-vie qui permet de désigner un bénéficiaire sans contrainte.
    2. les droits de succession sont confiscatoires, mais au lieu de les rendre supportables, inventons une échappatoire.
    Et cerise sur le gâteau, les compagnies d’assurance vont souscrire aux emprunts d ‘état avec les fonds déposés chez eux.

    D’une pierre, trois coups, pour l’état.

    Et maintenant ils se rendent compte que la voracité de l’état est néfaste au bien du pays.
    Très bien, mieux vaut tard que jamais.
    Mais les solutions proposées évitent toujours de s’attaquer au problème de fond :
    l’obésité de l’état, qui engloutit de plus en plus de ressources tout en étant de plus en plus inefficace.

    • L’assurance-vie permet d’optimiser la transmission. Mais la vraie différence en termes de droits d’enregistrement se fait sur le conseil.

  17. Comme avait le Général De Gaulle : Les Français sont des veaux ! Alors poussons les sans aucun discernement (retraités ,petits épargnants sans aucune connaissance financière ) vers les actions qu’ils ne maîtrisent pas et dont les perspectives de gains avec les futures remontés de taux par les banques centrales sont plus qu’ incertains .
    D’ailleurs j’ai lu dernièrement que la Banque centrale Européenne envisagerait très sérieusement de limiter les retraits en cas de grande difficulté financière ,cinq jours de liquidités pour les dépense courantes .
    Mais ne vous inquiétez pas tout va très bien ,tout est sous contrôle.

  18. didios j’ai lu aussi l’article tout ceci m’inquiète sérieusement ;serait on au prélude d’une nouvelle guerre ?
    Pour ce qui est des UC pour ma part ; je pense que les PEA sont bien plus intéressants opcvm à 0% de frais et pas de gestion des UC, pas de flat taxe
    Le mélange AV 150000 euros fonds euros, ocpi,scpi,fonds euros divers ;PEA CT actions obli,opcvm?

  19. bob ,oui bien sur pour ce qui est des frais sur le long terme le PEA est plus intérressant que l’assurance vie , PEA en ligne of course , malgré que rien ne soit impossible je ne pense pas que l’on soit à l’aube d’une nouvelle guerre mais plutôt sur un retour possible de risque bancaire avec la déréglementation financière souhaité par Trump ainsi que le risque de shadow banking chinois qui de part son rapprochement avec HSBC première banque européenne ne serait plus cantonner uniquement à l’empire du milieu . Si ce n’est pas déjà fait je vous conseille à ce sujet de regarder l’excellent reportage d’ARTE en replay à ce sujet ( les gangsters de la finance ) .

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*