– Avertissement : le « Défi 6 % » est une initiative pédagogique qui vise à montrer qu’une prise de risque maîtrisée permet d’obtenir un rendement supérieur à celui des placements sans risque. Le défi 6 % ne fournit aucun conseil ou recommandation d’investissement – Le #defi6% est réalisé par Arnaud SYLVAIN, conseiller financier indépendant – Arnaud SYLVAIN vous propose ses services dans le cadre de la « gestion conseillée »

 

Rappel des faits

4 000 euros ont été investis sur un contrat d’assurance vie. L’objectif est de montrer qu’une prise de risque maîtrisée permet d’obtenir un rendement supérieur à celui des placements sans risque.

Le défi 6 % vise une rentabilité annuelle moyenne de 6 % et une volatilité maximale de 10 %.

Pour en savoir plus sur cette initiative, vous pouvez consulter les articles suivants :

Et aussi, le reporting du mois de décembre 2019 : Hausse des marchés actions : et ça continue, encore et encore… Le reporting du #defi6% en décembre 2019 !

 

Vie du contrat d’assurance vie !

4 000 euros ont été versés initialement sur le fonds en euros en juin 2018, puis deux versements trimestriels de 500 euros ont été effectués. Un investissement progressif a été mis en place pour basculer chaque mois et pendant 5 mois 600 euros du fonds en euros vers des unités de compte.

Cet investissement progressif devait permettre de converger progressivement vers l’allocation cible. La baisse des marchés a contrarié cet objectif et plusieurs arbitrages ont été réalisés pour aboutir à fin décembre 2018 à une allocation plus prudente. Alors que l’allocation cible comporte 90 % d’unités de compte et 10 % de fonds en euros, une répartition avec 30 % d’unités de compte et 70 % de fonds en euros a été privilégiée.

En juin 2019, l’orientation prudente du portefeuille a encore été renforcée. Les fonds les plus volatils (actions États-Unis, obligations internationales, fonds flexible) ont été cédés et les sommes réinvesties sur le fonds en euros.

Depuis janvier 2019, des versements mensuels ont été mis en place, pour un montant de 167 euros chaque mois. Ils correspondent aux versements trimestriels de 500 euros par mois prévus initialement.

Depuis juillet 2019, ces versements sont composés à 100 % d’unités de compte, actions comme obligations. Dans une optique de long terme, il s’agit de rapprocher au mieux les versements programmés de l’allocation cible.

 

Versement programmé du 8 janvier 2020

 

Après avoir longtemps hésité, j’ai décidé d’accélérer la convergence vers l’allocation cible. Ce seront désormais 150 euros supplémentaires qui seront basculés chaque mois du fonds en euros vers les unités de compte. Le premier arbitrage a été réalisé le 10 janvier.

Cette décision est motivée par une volatilité du portefeuille qui reste très éloignée de sa cible de 10 % (elle est inférieure à 3 %) et des marchés désespérément haussiers. Cela autorise donc une prise de risque supplémentaire.

Cette décision n’est-elle pas trop tardive ? Au vu de l’évolution des marchés sur les derniers mois, assurément.

Ne faudrait-il pas accélérer encore cette convergence ? Le rythme actuel devrait déjà permettre d’arriver à une répartition 50 % UC/50 % fonds en euros d’ici la fin de l’année, ce qui semble correct.

  • Si les marchés continuent leur progression, cela permettra d’obtenir un rendement significativement supérieur à la cible de 6 %.
  • Si les marchés devaient corriger sérieusement, l’impact sur le portefeuille resterait acceptable. La volatilité devrait pouvoir être maintenue sous le seuil de 10 %.

Cette accélération reste par ailleurs modeste car je souhaite conserver une marge de manœuvre et pouvoir profiter d’une éventuelle correction ponctuelle des marchés actions pour renforcer cette classe d’actifs.

 

Arbitrage du 10 janvier 2020

 

Composition du portefeuille au 15 Janvier 2020

 

Note : L’investissement dans le fonds H2O Multibonds s’effectue depuis le 1er février avec des parts SR et non plus R. Les parts SR suivent une nouvelle tarification qui rend le coût d’accès au fonds plus élevé. Par ailleurs, le fonds M&G OPTIMAL INCOME FUND EUR A H ACC a été remplacé par le fonds M&G (LUX) OPTIMAL INCOME FUND

 

Performances du défi 6%

Les performances globales

Le portefeuille affiche au 15 janvier une plus-value de +3,4 % (+243 euros) depuis sa création mi-2018. Si ce résultat reste loin de l’objectif de rendement annuel de 6 %, il convient néanmoins de remarquer qu’après un second semestre 2018 où le rendement a été négatif (-2,8 %), le portefeuille a progressé de +5,9 % en 2019.

En 2019, la forte hausse des marchés a donc permis de compenser une prudence excessive (la volatilité du portefeuille est inférieure à 3 % alors que la limite est fixée à 10 %) et d’approcher l’objectif de 6 %.

Il est néanmoins clair que si la hausse des marchés devait ralentir, l’objectif de 6 % ne pourrait être atteint sans prise de risque supplémentaire. C’est aussi ce qui justifie l’accélération de la convergence vers la cible et l’arbitrage de 150 euros par mois du fonds en euros vers les unités de compte.

 

  • Les actions progressent vivement en cette fin d’année et se maintiennent à des niveaux historiquement élevés.

 

  • Après avoir fortement progressé pendant l’été, les fonds obligataires marquent le pas depuis mi-septembre. Les obligations d’Etat suivent désormais une tendance légèrement baissière tandis que H2O Multibonds, longtemps moteur de performance, stagne. Aucun arbitrage n’est cependant envisagé car le poids de cette classe d’actifs reste très inférieur à sa cible.

 

  • Si le fonds flexible prudent se stabilise, le fonds flexible accélère depuis fin novembre et affiche une performance de près de 30 % en 2019.

 

 

les performances comparées

Sur les 4 dernières semaines, tous les fonds actions progressent tandis que les obligations pèsent sur le portefeuille.

Classe d’actifs Performance sur les 4 dernières semaines* Moyenne de la catégorie
Obligations Europe

LYXOR EUROMTS ALL-MATURITY INVESTMENT GRADE

-0,72 % -0,55 %
Obligations Monde

H2O MULTIBONDS SR

-1,41 % 0,46 %
Actions France

MONETA MULTI CAPS C

+1,88 % +1,38 %
Actions Europe

TOCQUEVILLE MEGATRENDS

+1,99 % +1,13 %
Actions Europe

LYXOR EURO STOXX 50 (DR) UCITS ETF

+0,88 % +1,08 %
Actions États-Unis

LYXOR DOW JONES INDUSTRIAL AVERAGE D-EUR UCITS ETF

+2,71 % +3,14 %
Actions Pacifique

JPMF PAC EQUITY A

+2,31 % +2,23 %
Actions Émergentes

JPM EMERGING MARKETS EQUITY FUND A ACC EUR

+2,53 % +2,83 %
Flexibles prudents

M&G LUX OPTIMAL INCOME A ACC

+0,05 % +0,67 %
Flexibles

R-CO VALOR F

+2,28 % +1,36 %

* Par rapport à la dernière valorisation fournie par Quantalys au 16 janvier.

 

Contrôles des risques du portefeuille

La volatilité reste inférieure à la limite de 10 % et le rendement sous la cible de 6 %. La décorrélation et la diversification du portefeuille restent satisfaisantes.

 

Perspectives

La volatilité du portefeuille étant très éloignée de sa cible, une prise de risque supplémentaire a été décidée. La convergence vers l’allocation cible est accélérée (modérément).

Cependant, comme les marchés actions atteignent des sommets, une marge de manœuvre est conservée pour pouvoir renforcer le poids des actions en cas de baisse significative des marchés.

Même si les fonds obligataires sont mal orientés, aucun arbitrage n’est prévu. La convergence vers la cible est privilégiée.

Au mois prochain.

 

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial


35 Comments

  1. titre mensonger : 3,4 et 6 c est pas pareil

    • Bonjour Fredy,

      Mensonger, certainement pas. Orienté, assurément.

      La progression est bien de 6 % en 2019.

      3,4 %, c’est depuis le début de l’expérience, fin juin 2018. C’est écrit dans le corps de l’article 😉

  2. Merci pour ce retour d’expérience. Cela montre quand même une chose, c’est beaucoup de bricolage pour pas grand chose et que même pour un spécialiste vous êtes passé a côté d’une année 2019 exceptionnelle.

    A côté de cela j’ai franchement l’impression de faire beaucoup mieux avec une ligne de 15 titres rémunérateurs sur le marché français. Le truc c’est peut être de ne rien faire et réinvestir les dividendes.

    • C’est à la fois dans la chute des marchés et dans la performance moyen/ long terme que l’on juge les meilleurs gestionnaires..

      En effet quand les marchés montent, tous les apprentis dégagent de la performance….mais après c’est une autre histoire !

    • Bonjour Nuloop,

      « Le truc, c’est peut-être de ne rien faire et réinvestir les dividendes ». Vous résumez parfaitement le débat entre gestion active et gestion passive.

      Je reconnais une prudence excessive en 2019 et une volatilité bien trop faible pour profiter pleinement de la hausse des marchés.

      N’oubliez pas néanmoins que l’objectif de l’exercice n’est pas de dégager la performance plus élevée mais d’atteindre 6 % en moyenne avec une volatilité ne dépassant pas 10 %. En ce sens, l’objectif est atteint pour 2019.

      Après, nombreux sont les investisseurs qui ont obtenu plus de 6 % en 2019, même avec une volatilité inférieure à 10 %. Bravo à eux et à moi de m’améliorer. Ce sera l’autre objectif de 2020/

      AS

      • Pour suivre votre raisonnement, vous pourriez aussi vous venter d’une performance de + 20% apres une perte de 50%…. Vous me décevez bcp

  3. On ne va pas contre le marché.

    L’inflexion actuelle modérée apportée au portefeuille me parait de bon aloi.

    Avec la surchauffe actuelle des marchés il faut se préparer à se mettre aux abris.

    Pour cela il est indispensable de se définir de bons critères pour à la fois ne pas anticiper et sortir sans trop de pertes sur les plus hauts.

    En tout cas c’est mon point de vue.

    Beau travail de gestion….. je vous souhaite le meilleur

  4. Bof ça prouve juste que la Bourse est imprévisible Rothschild avec son fonds dans Boursorama vie n a pas fait grand chose .le mec génial c’est celui qui ne perd rien quand ça dégringole ou qui vend tout avant la chute . Je vais vous faire une confidence je suis génial ça m’est arrivé une fois à la veille du crac des technologiques et ou c’est risible j’ai vendu en écoutant une intuition puissante à mon réveil la première pensée impérative fut VENDs maintenant lol . Malheureusement ça ne s’est pas reproduit 😀Depuis je laisse la bourse aux spécialistes qui vendent des conseils

  5. Que d’efforts pour de tels résultats .

  6. Puisque prédire est de plus en plus difficile (perte de repères, mondialisation, trading TRES informatisé, produits dérivés à gogo pour gogos) je constate qu’un fonds Euros bien choisi aurait fait >= 4% avec beaucoup moins de gesticulations.

    Pas simple est un euphémisme. Bonne chance les gars.

  7. Je trouve les commentaires acerbes, agressifs et peu argumentés.
    Le travail fourni ici est de qualité et il s’apprecie sur la durée, pas au bout de 24 mois…
    On peut ne pas être d’accord, débattre, mais gardons un minimum de courtoisie et de respect.

  8. julien bonnetouche says:

    Quelle est la bonne politique d’investissement ?

    L’investissement qui cherche à équilibrer les risques totalement, si l’on pousse ce raisonnement jusqu’au bout, ne va rien rapporter puisque l’on va perdre autant que gagner.

    il est donc nécessaire de faire des choix par anticipation, et si ceux ci sont suffisamment réfléchis, il ne faut par hésiter à pousser ses investissements dans le sens de sa conviction.

    Alors me direz vous, si l’on n’a pas de conviction, que faut il faire ?

    Je répondrai qu’il faut absolument s’en forger une, car c’est la base même, la condition indispensable de toute réussite.

  9. julien bonnetouche says:

    Puisque nous sommes sur le sujet boursier,

    Hier encore je m’interrogeais sur la possibilité d’une petite correction momentanée jusque vers 5750, qui en temps « normal » n’aurait pas manqué de se produire.
    Beaucoup de traders l’attendaient.

    Le passage des 6100 d’une manière tonique ce matin, semble l’éloigner.
    Le prochain objectif sera entre 6150 et 6300 selon les analystes techniques.

    Mais j’aimerais revenir sur ce mot que je viens d’employer naturellement : « normal »

    Je commence à penser que nous ne sommes plus dans un trend normal, mais au début de la formation de la bulle.( une très grosse bulle)

    Un peu comme lors de la formation d’un cyclone : ça chauffe , ça chauffe de plus en plus, puis vient un moment où les vents circulaires autour de la zone centrale prennent de la vitesse.

    il est à peu près acquis que la très forte résistance des 6200/6300 sera franchie.
    ( en référence à mon laïus ci dessus, je dirai que c’est ma conviction)

    il sera très intéressant pour évaluer la suite des événements, de voir de quelle façon elle le sera.

    • C’est amusant comme nous sommes biaisés par nos apprentissages. L’analogie avec le cyclone en est un bon exemple. Quel est le lien en la physique des particules de la formation d’un cyclone et la bourse de Paris ? A part les convictions, je ne vois pas trop de rapport.
      La notion de conviction est très sympa. Le futur étant peu prévisible à notre niveau, en agissant en accord avec nos convictions, au moins on se fait plaisir. Comme au casino en fait.

    • le début d’une exhubérance irrationnelle qui à durée pendant 4 ans en 1996 ? C’est effectivement un scénario à envisager.

  10. NoBullshit says:

    Merci pour cette belle pédagogie.

    Néanmoins vous prenez le mauvais pli du gestionnaire de ce blog en écrivant des titres trompeurs ou polémique pour attirer les clicks.

    OK vous avez fait 6% en 2019 (contre 26% pour le CAC40) mais (il faut lire bcp) la réalité est 3.4% en 18 mois….

    Vous pourriez aussi vous venter d’une performance de + 20% apres une perte de 50%…. Vous me décevez bcp.

    En tout cas, la conclusion est sans appel et merci pour nous l’avoir confirmer

    • Et pour cause, je suis à l’origine du titre.

      Pourquoi comparez vous une gestion diversifiée défensive avec la performance du CAC40 ?

      Le portefeuille ne me semble pas exposer à 100% au risque action.

      Le portefeuille n’affiche t’il pas une performance de 6% en 2019 ?

    • Gilles.DR315 says:

      Vous comparez un portefeuille noté 3/7 en échelle de risque SRRI (70% fonds euros et 30% d’uc), çà n’a strictement rien à voir.

  11. Gilles.DR315 says:

    Sur la composition d’un tel portefeuille au 15 janvier.
    Selon cette même répartition, on a une performance de +22.32% et une volatilité de 2.77% (sur les 60 derniers mois)

    Le 6% annuel ? pas simple.

    • N’est ce pas justement le rôle du conseiller que de réduire le risque du portefeuille lorsqu’il anticipe un marché baissier ?

      Mais cela veut aussi signifier qu’en cas d’anticipation d’un marché haussier, il faut être capable de majorer le risque….

  12. Le marché ne tombera pas avant les élections US. Trump et la FED qu’ila Mis sous tutelle y veilleront.
    La bourse se portera bien tant que les taux seront bas.
    Personne n’osera prendre la responsabilité de monter les taux pour que tout dégringole.
    Et même la géopolitique (cf Iran) n’a plus d’influence

  13. Par contre le jour où ça tombera, les boîtes valorisées avec un PER de 35 vont ramasser …..

    • Scenario qui semble tout à fait plausible. Mais comme beaucoup pensent de la même façon, comment intégrer les biais et comportements humains ?

  14. julien bonnetouche says:

    @BIP 59,

    Pas d’accord, cela n’a rien à voir avec le casino.
    vous n’y connaissez surement pas grand chose pour dire cela.
    D’ailleurs vous pouvez noter ce que je dis, et vérifier ultérieurement, car je ne me trompe pas souvent. Le passé plaide en ma faveur.( oui j’ai des chevilles solides !!)
    Le cyclone est une image qui me semble assez évocatrice de ce qui pourrait bien se tramer cette année : une bulle qui va grossir aussi longtemps que les taux resteront autour de zéro.
    Comme les banques centrales sont d’accord pour ne pas les remonter, on a quasiment tout 2020 pour qu’elle gonfle. c’est à dire vraiment beaucoup de temps.

    • Je reconnais volontiers ne pas être à votre niveau. Mais je suis régulièrement surpris par les déconvenues de « pros », aux performances médiocres expliquées par des « en fait le marché ont anticipé la hausse et il y a eu plus de prises de bénéfices etc ». Mon humble palmarès a été de tester quelques gestionnaires et de constater de beaux écarts entre prédictions et réalisations.
      Certainement que je suis mauvais dans ma sélection de gestionnaires 🙂

  15. Quelques chiffres :
    un investissement fait au plus mauvais moment sur le CAC40 soit le 1er juin 2007 vous rapporte à ce jour quand même 3,53% de rendement annuel
    Démarré le 9 mars 2009, en plein creux après la crise, il rapporte 12,56% de rdt/an
    Le CAC40GR depuis l’origine le 31/12/1987 rapporte 9,16% de rdt/an
    Conclusion on peut tirer un bon profit du placement en actions avec une gestion de bon père de famille sans se prendre la tête.

    http://my.image.free.fr/images/202001/17183453.png

  16. Bernadote says:

    Au vu des résultats affichés, je m’estime très heureux car j’ai réalisé +10,86% sur mon contrat en 2019, avec 44,27% de fonds actions, 9,09% de fonds diversifiés, et 46,64% de Fond Euro , et ce, avant distribution de la PPE . Je suis en mode de gestion libre, donc sans l’appui d’un professionnel.

  17. julien bonnetouche says:

    BIP 93, et tous,

    Vous soulevez un point intéressant, celui des gestionnaires, que l’on pourrait élargir à l’ensemble des commentateurs, soi disant experts, et journalistes.

    l’investisseur (celui qui met réellement son argent dans la bourse) doit de méfier de trois écueils :

    le premier et le plus important, c’est le consensus. Les commentateurs ont la fâcheuse tendance à répéter ce que d’autres disent, pour autant que cela leur paraisse crédible, ou que la source soit « autorisée ». Je veux dire que certaines voix portent plus que d’autres peut être parce qu’elles ont eu raison un jour, et quelles savent délivrer leurs dires avec conviction.
    EX ; tel ou tel gourou américain, ou chez nous des gens comme Patrick Arthus, à la mode en ce moment, mais il n’est pas le seul.

    On doit s’en souvenir en permanence, le consensus a presque toujours tort.

    Le deuxième écueil, ce sont les analystes que je qualifierais « de théoriciens des marchés ». Ce sont des gens toujours très diplômés, souvent enseignants en économie, et qui sortant leur calculettes essayent de projeter l’avenir en le mesurant à l’aune des modèles du passé. ( et lorsque leurs abaques sont prises en défaut, c’est la panique générale : Exemple, aucun n’arrive à comprendre pourquoi nous n’avons plus d’inflation )

    Grave erreur tout ça , le futur est toujours différent du passé.

    Le troisième écueil, c’est de ne pas faire abstraction de sa propre psychologie, de ses propres états d’âmes. Ceci touche autant les particuliers investisseurs que leur gestionnaires, que les commentateurs, bref tout le monde.
    Nous en avons plein sur ce blog, Ils peuvent se reconnaitre facilement, et je n’en citerai qu’un seul, notre ami Michel,( que nous aimons tous beaucoup) et qui cherche absolument sur le WEB tous les articles possibles confortant son idée d’une future apocalypse financière.

    Seule d’idée (jamais formulée), résultante de la communauté des intervenant de marché a de l’intérêt, et c’est celle là qu’il faut essayer de deviner.

    Enfin il faut rajouter un dernier élément que je me suis juré de prendre en compte dorénavant :
    réagir très vite, au moment où se produira le prochain événement de marché,( politique, guerrier ….) remettant en cause le scénario du moment.
    C’est le plus difficile, car il faut beaucoup de lucidité, pour accorder le » bon coefficient d’importance réelle » à l’événement, lequel est lui aussi toujours nouveau dans le paysage historique.
    Il faudra autant de vigilance que de détachement.

    EXEMPLE

    Le dernier événement d’importance c’est le déclenchement de la guerre commerciale de Trump en Mars 2018.
    Je n’y ai pas attaché suffisamment d’importance.
    Parce que je n’avais pas donné assez d’importance à la volonté du personnage. Je n’ai donc pas cru qu’il pousserait les choses aussi loin et surtout aussi longtemps.
    Mais l’erreur de base c’est de na pas avoir vraiment cerné la psychologie du personnage, ni l’avance technologique chinoise dans un premier temps.

    Ce n’est pas la seule : quand ça ne va pas, les chances que les choses empirent sont grandes.
    Rien ne laissait prévoir que le FED en novembre 2018 remonterait les taux.( c’est ce qui a déclenché le décembre noir)

    Les marchés, ont amplifié le malaise de la guerre commerciale en transformant le petit orage que représentaient les taux en véritable typhon.

    Lorsque l’ambiance générale n’est pas bonne il vaut mieux se tenir à l’écart.

    A contrario, dès les 8 janvier 2019, quand J Powell est revenu sur les hausses de taux, et en sachant que le début de la campagne présidentielle US commencerait en novembre 2019, on pouvait avoir la certitude que l’année 2019 serait bonne.

  18. gilbert G says:

    J’ajouterais un quatrième écueil si vous êtes trés actif en bourse
    avoir des frais réduits de la part de votre intermédiaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.