Éternelle question. Est ce le bon moment pour acheter des actions ? Les cours de bourse ne sont ils pas trop élevés ? Et surtout que penser des risques considérables auxquels nos sociétés seront confrontés dans les prochaines années ? Et cela sans évoquer l’effondrement qui suivra inévitablement le réchauffement climatique (il ne reste que 3 ans selon le dernier rapport du GIEC… tic tac tic tac …sic!)

En réalité, je ne sais pas. Je n’ai même aucune idée de l’évolution future des cours de bourse. Est ce que le CAC40 atteindra 10 000 points en 2025 ou au contraire allons nous vers un effondrement à 3500 points. AUCUNE IDÉE.

Personne n’en sait rien. Il faut l’accepter et ceux qui affirment le contraire sont, soit des menteurs, soit des pratiquants des arts divinatoires. C’est comme ça et ça a toujours été ainsi.

Lorsque l’on prend un peu de recul, on s’aperçoit qu’il y a toujours une bonne raison pour ne pas investir. Il est vain d’espérer le moment parfait, c’est à dire cette période pendant laquelle les risques n’existent pas, pendant laquelle chacun pourra raisonnablement croire dans la perspective d’une économie dynamique, sans frein ou obstacle, et d’un quotidien rempli d’amour et d’eau fraîche.

Le risque est permanent. Souvenez vous :

  • 1987 : Krach boursier en Octobre 1987 ; Le Dow Jones perd 22,8 p. 100 en une seule journée, entraînant dans son sillage l’ensemble des grandes Bourses mondiales ;
  • 1989 : Bulle spéculative Japonaise.
  • 1990/1991 : Guerre du golfe ;
  • 1992 : Crise du système monétaire européen (SME) à l’occasion du référendum français sur le traité de Maastricht
  • 1994 : Krach obligataire ;
  • 1996/2000 : Crise économique et financière asiatique.
  • 1998 : Défaut de la Russie.
  • 2000/2003 : Bulle boursière de l’économie de l’internet.
  • 2001 : Attentat du world trade center.
  • 2006/2008 : Crise des subprimes ;
  • 2010/2014 : Crise de la zone Euro – La zone euro va t’elle survivre ?
  • 2020 : Covid-19 ;
  • 2022 : Guerre en Russie.

Bref, les risques sont permanents. Le monde sans risque n’existe pas. Pourtant, sur cette même période (1987-2022) de 35 ans, l’investissement en actions a été particulièrement rentable pour l’investisseur paresseux (cf. « Découvrez l’investissement des paresseux (Lazy investment) pour épargner dans votre PER ou Assurance-vie. »)

Voici le graphique de l’évolution du CAC40 dividendes réinvestis depuis 1987 :

Sur les 35 dernières années, malgré une succession incroyable de crises qui pouvaient faire craindre le pire, le CAC40 dividendes réinvestis est passé de 1000 points à 19201 points, soit 8.81% par an pendant 35 ans.

L’investisseur paresseux qui aurait investi 100 000€ en 1987 serait aujourd’hui à la tête d’un patrimoine de 1 920 000€. Sans rien faire, sans gérer, sans prendre aucune décision, simplement en restant investi sur l’indice CAC40 dividendes réinvestis.

Pas mal du tout.

Mais alors, comment savoir si c’est le bon moment pour investir ?

En théorie, celui qui aurait beaucoup de temps devant lui (> 25 ans) doit pouvoir investir sans se soucier de savoir s’il s’agit du bon moment ou non. Le temps long permettra d’absorber l’erreur qui aurait consisté à investir au pire moment.

En deux mots : Le meilleur moment pour investir, c’était il y a 20 ans ; Le second meilleur moment pour investir, c’est maintenant.

Ainsi, une première réponse théorique pourrait être « C’est toujours le bon moment ».

Pourtant, il pourrait s’agir d’une erreur d’appréciation pratique. En pratique je crois que l’on peut essayer d’optimiser la période d’investissement en retenant ces quelques idées :

  • Qu’il faut toujours être investi (lorsque l’on détient déjà un portefeuille) et investir en permanence (pour celui qui souhaite continuer à investir) ;
  • Qu’il faut éviter d’investir massivement au pire moment, c’est à dire lorsque les cours sont au plus haut. ==> Lorsque les cours sont élevés, il faut impérativement investir progressivement en répartissant le capital que vous souhaitez investir sur le marché en tranche que vous investirez tranquillement pendant 2, 3 ou même 5 ans si les cours sont vraiment haut (plus le cours est jugé élevé, plus l’investissement progressif devra être réalisé sur un temps long) ;
  • Qu’il faut être opportuniste est investir massivement après de fortes baisses ==> Lors que les cours de bourse sont faibles (c’est à dire après une baisse, il faut investir massivement afin de réduire la durée d’investissement progressif initialement prévue.

Mais, comment investir aujourd’hui avec la Guerre en Ukraine, la hausse des taux, les élections ?

Pour répondre à cette question, rien ne vaut l’expertise d’hiboo.expert (et profitez d’un mois d’abonnement gratuit)

Hier soir, l’équipe hiboo.expert nous a proposé un live, normalement dédié aux abonnés mais exceptionnellement ouvert à nous tous pour mieux démontrer leur valeur ajoutée :

A suivre.

Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livres & formations 
Investir dans l'immobilier
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Optimiser sa Succession
Epargne & placements 
Assurance-vie
Plan Epargne Retraite (PER)
SCPI
Groupement forestier & viticole
Immobilier locatif 
Chasseur en investissement immobilier locatif
Crédit immobilier
Assurance emprunteur
Expert-comptable Location meublée et SCI

14 commentaires

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :