Comment évaluer le risque de votre portefeuille pour éviter de vendre au pire moment ?

La volatilité est l’indicateur couramment utilisé pour évaluer le risque d’un portefeuille ou d’un fonds.

Cet indicateur doit cependant être manié avec précaution et ne saurait suffire pour évaluer le risque. Il doit a minima être complété par un examen des performances passées et le calcul du Max Drawdown.

La volatilité, utile mais insuffisante

La volatilité d’un fonds ou d’un portefeuille correspond à l’écart-type (sigma) de son rendement (r). L’écart-type est donc une mesure de la dispersion du rendement. Plus il est élevé, plus le rendement s’écartera de son niveau moyen. En effet, 95 % des rendements se trouvent théoriquement dans l’intervalle [r-2xsigma ; r+2xsigma]. Plus l’écart-type sera élevé, plus l’intervalle sera étendu.

Avant de s’intéresser au rendement et à la volatilité d’un fonds ou d’un portefeuille, vous devrez d’abord observer l’évolution du fonds ou du portefeuille sur une durée suffisamment longue. En effet, deux variables de même rendement et de même volatilité peuvent présenter des évolutions significativement différentes.

Ainsi par exemple, un fonds dont le rendement annuel moyen s’élève à 13 % avec un écart type de 16 % devrait avoir 95 % de ses rendements annuels compris entre -19 % (13 % – 2×16 %) et +45 % (13 % + 2×16 %).

En revanche, un fonds dont le rendement annuel ne serait que de 1 % et la volatilité de 3 % aurait 95 % de ses rendements annuels entre -5 % et 7 %.

Plus la volatilité sera importante, plus le profil du fonds ou du portefeuille sera heurté. Plus la dispersion des rendements sera faible, plus le profil sera lissé et plat. À titre d’illustration, 3 portefeuilles ont été construits

  • 100 % MSCI World
  • 50 % MSCI World / 50 % fonds en euros
  • 20 % MSCI World / 80 % fonds en euros

Comme vous pouvez le constater, plus la volatilité est élevée, plus les fluctuations sont prononcées et/ou la tendance forte.

100 % MSCI World – du 1er janvier 2017  au 31 décembre 2021 (5 ans)

50 % MSCI World / 50 % fonds en euros – du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2021 (5 ans)

20 % MSCI World / 80 % fonds en euros – du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2021 (5 ans)

Performances – du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2021

En %

 Rendement cumuléRendement annuel moyenVolatilité (du rendement annuel)
100 % MSCI World86,013,215,5
50 % MSCI World / 50 % fonds en euros43,37,57,8
20 % MSCI World / 80 % fonds en euros20,53,83,1

Couplée au rendement, la volatilité vous renseigne sur le profil d’un fonds ou d’un portefeuille.

  • Plus le rendement est élevé, plus la tendance positive est prononcée. Plus la volatilité est élevée, plus les fluctuations autour de cette tendance sont prononcées.
  • Plus le rendement se rapproche de zéro, plus la tendance est plate. Plus la volatilité est faible, plus les fluctuations autour de la tendance sont atténuées.

Par contre, le seul couple rendement-risque ne vous indique aucunement la dynamique du fonds. À partir des seules données de rendement et de risque, vous n’avez pas d’idée de ce que vous pouvez perdre.

Vous devez être conscient que la volatilité qui vous est communiquée ne correspond absolument pas au montant que vous pouvez perdre. Ce n’en est même pas une approximation. La mesure de la dispersion des rendements ne renseigne aucunement sur les montants que vous pouvez perdre.

Ainsi, ce n’est pas parce que le rendement est théoriquement compris entre -10 % et +10 % qu’il n’est pas possible d’avoir des pertes cumulées supérieures à -10 %. Il suffit juste pour cela qu’il y ait plusieurs rendements négatifs successivement, dont le cumul dépasse -10 %.

Par exemple, si le rendement est successivement de -5 %, -8 % et -4 %, il reste dans l’intervalle défini à chaque période. Par contre, mais les pertes cumulées atteignent -18 % et sont bien inférieures à la borne de -10 %.

La volatilité est un indicateur qui permet d’évaluer un intervalle de rendement à chaque période. C’est un indicateur statique qui porte sur une période. La volatilité ne fournit aucune indication sur les pertes qui peuvent être accumulées sur plusieurs périodes successives.

La volatilité ne fournit aucune indication sur le montant maximum que vous pouvez perdre puisque ce montant est un cumul sur plusieurs périodes.

À quoi sert donc la volatilité ?

La volatilité est une approximation du risque (et encore, uniquement lorsqu’elle est calculée sur une période suffisamment courte pour que la tendance ne l’impacte pas significativement. La volatilité est en effet une dispersion par rapport à la moyenne et non par rapport à la tendance). Plus la volatilité d’un fonds ou d’un portefeuille est élevée, plus il le risque de perte est élevé. C’est tout.

De combien sera cette perte maximale ? La volatilité ne peut le dire.

La volatilité est aussi utile pour calculer des couples rendement-risque et définir la frontière efficiente, mais c’est un autre sujet. Cela signifie quand même que le couple rendement risque ne doit pas être l’alpha et l’omega de la construction d’un portefeuille.

Le Max Drawdown, indicateur indispensable

Afin de se faire une idée des pertes potentielles, le Max Drawdown est un indicateur indispensable.

Qu’est-ce que la Maw Drawdown ? La perte maximale que vous auriez subie si vous aviez acheté au plus haut et vendu au plus bas. Cela vous semble un peu excessif ? C’est pourtant ce que font de nombreux investisseurs débutants.

Bien évidemment, le Max Drawdown doit être calculé sur une période où se produisent des événements extrêmes. L’effondrement temporaire de mars 2020 consécutif à l’apparition de la pandémie de covid 19 constitue à ce titre un moment particulièrement intéressant.

En reprenant les trois portefeuilles précédents, il apparaît que le Max Drawdown est significativement supérieur à la volatilité.

Max Drawdown – du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2021

En %

 Volatilité (du rendement annuel)Max Drawdown
100 % MSCI World15,533,8
50 % MSCI World / 50 % fonds en euros7,818,1
20 % MSCI World / 80 % fonds en euros3,17,5

Encore une fois, il est essentiel de bien comprendre que la volatilité ne correspond pas à la perte maximale que vous pouvez subir. Le Max Drawdown non plus, puisque personne ne connaît l’avenir et que les performances passées ne sauraient présager des performances futures, mais c’est déjà un élément de réponse.

Le Max Drawdown est d’ailleurs d’autant plus pertinent qu’il vous permet de définir une règle simple : assurez-vous que le Max Drawdown de votre portefeuille ne dépasse pas le niveau de perte à partir duquel vous êtes réellement inquiet. Si une perte de -30 % vous empêche de dormir, n’investissez pas dans un ETF MSCI World seul.

Ce discours est difficilement audible dans un contexte où les marchés semblent ne jamais devoir baisser mais vous devez pourtant l’entendre. N’en doutez pas, les marchés corrigeront tôt ou tard. Ce n’est ni bien ni mal, c’est inévitable. Il faut juste s’y préparer. Tranquillement et sans paniquer.

Et maintenant ?

Si vous voulez investir sans craindre un krach boursier : (et c’est mon métier de vous accompagner dans ce travail via mon offre de conseil indépendant en gestion conseillée)

  • Évaluez ou faites évaluer le niveau de perte à partir duquel vous êtes vraiment inquiet.
  • Bâtissez ensuite un portefeuille dont le Max Drawdown (calculé sur une période où se produisent un ou plusieurs krachs) est cohérent avec ce niveau de perte.
  • N’oubliez pas de rééquilibrer régulièrement votre portefeuille pour éviter que son risque s’accroisse au-delà du raisonnable.

Ayez bien conscience, comme nous vous l’expliquions déjà dans cet article « Bourse : Êtes vous capable d’assumer le stress de la volatilité ? » que si le niveau de perte de votre portefeuille dépasse ce que vous pouvez supporter, vous paniquerez et vous vendrez.

Vous n’attendrez pas que les marchés se redressent parce que vous aurez peur que la baisse se poursuive. Vous vendrez au pire moment.

Pensez-y avant d’investir parce qu’une fois que la baisse est enclenchée, il est généralement trop tard.

N’hésitez pas à commenter cet article, afin qu’il puisse être amendé et amélioré. L’évaluation du risque et sa prise en compte sont essentielles pour bien investir et il est important d’essayer de l’expliquer le plus clairement possible.

A suivre.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livres et formations 
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Optimiser sa Succession
Investir dans l'immobilier

23 commentaires

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :