Depuis quelques mois, nous vous expliquons que la vie des marchés financiers n’est qu’une suite de cycle haussier, puis de cycle baissier, puis de cycle haussier … Le tout construisant une tendance de long terme que l’on dit favorable à l’investisseur grâce à des rendements attrayants.

C’est ainsi tout naturellement que nous vous expliquons, binairement, qu’après la hausse des marchés financiers, la baisse doit intervenir. Il ne s’agit d’être pessimiste, alarmiste… mais simplement réaliste : Après la hausse, la baisse. CQFD. Rien de plus.

Nos outils pour réussir votre investissement immobilier (locatif, location meublée ou résidence principale)

  • Notre nouveau livre « Investir dans l’immobilier«  (déjà plus de 1000 exemplaires vendus) pour y découvrir nos stratégies et conseils pour investir. Une lecture indispensable pour apprendre comment investir, sélectionner le meilleur bien immobilier, choisir le régime fiscal adapté, …

 

 


Malheureusement, personne n’est jamais capable de savoir à l’avance quel sera le prétexte utilisé par la collectivité des acteurs de marché pour engager la baisse des cours. C’est une analyse que nous vous avons proposée dans cet article « Le système recherche le prétexte qui permettra de purger les excès et repartir sur de bonnes bases ? ».

Personne ne peut déterminer à l’avance quel sera le fait générateur de la prochaine crise boursière … mais elle viendra, c’est inévitable et consubstantielle aux marchés financiers. En octobre 2017, nous écrivions déjà : « Rien ne sert de prédire la prochaine crise. Elle n’arrivera pas tant que nous l’attendrons« .

Une crise ne peut jamais venir de là ou on l’attend, sinon, ce n’est pas une crise.

Ainsi, pour le moment tout va bien, l’économie va bien, on nous annonce une croissance robuste, une révolution intelligence artificielle et data qui devrait permettre de profondément reconstruire la société… Pourtant, pourtant, rien ne va ! Nous sommes tristes, nous nous ennuyons… La confiance ne revient pas. Mais où est l’euphorie et l’enthousiasme qui devrait aller de pair avec une tel renouveau économique ? Le poids des excès du passé sont ils trop lourds à gérer pour emporter l’insouscience des peuples ? 

 

« Cambridge analytica » et le scandale de l’utilisation des données personnelles collectées par l’ensemble des start-up qui annoncent révolutionner leur secteur n’est il pas le cygne noir qui va lancer un mouvement de baisse des marchés ?

Il est encore trop tôt pour savoir ce qu’il en sortira mais une certitude, il y aura un avant et un après « Cambridge analytica ». L’empire des Googles, Amazon, Facebook et Tesla ne va t’il pas s’effondrer lorsque nous nous rendrons compte de la fragilité de leur modèle économiques ?

« Cambridge analytica » n’est il pas le scandale qui permettra une prise de conscience collective ? Quelles sont les potentiels de valorisation de ces entreprises lorsqu’elles ne pourront plus exploiter vos données personnelles ?

Quelle sera la valeur de Tesla, lorsqu’elle ne pourra plus poursuivre ses levées de fonds faute de confiance aveugle des investisseurs dans cette nouvelle économie tant prometteuse ?

 

Le scandale « Cambridge analytica » remet en cause tous les modèles économiques des entreprises qui se sont constuites autour de l’exploitation des datas !



 

Un monde n’est il pas en train de s’effondrer comme nous vous le présentions dans cet article « Stratégie d’investissement : 2018, Éclatement de la bulle des start-up et retour aux fondamentaux « développement durable ». » 

Extrait :

« Nous vivons une magnifique bulle du capital investissement et de l’innovation qui trouve sa source dans l’abondance de liquidité et dans une politique monétaire particulièrement accommodante.

2018, c’est le dixième anniversaire de la grande crise de 2008 sans laquelle nous ne serions peut être pas dans l’euphorie de l’innovation que nous vivons et qui s’accélère depuis quelques années. La crise de 2008 et sa tentative de  résolution, c’est surtout une politique monétaire particulièrement accommodante qui conduit à une abondance de liquidité dont personne ne sait quoi faire !

L’argent gratuit et la recherche de rendement dans un monde à taux zéro est à l’origine de l’innovation à laquelle nous assistons depuis quelques années : La révolution de la voiture électrique serait elle à ce niveau là, si Tesla n’avait pas réussi à lever les milliards pour investit et construire l’impossible ?

Bref, la politique monétaire accommodante et l’excès de liquidité qui en découle sont à l’origine de l’accélération de l’innovation et de toutes ces tentatives de start-up pour révolutionner les modèles économiques d’entreprises rentières.

 

Ne nous y trompons pas. Une bulle finie toujours par exploser.

En 2007, Sarkozy voulait une France de propriétaire à la veille de l’éclatement de la bulle immobilière… en 2017, Macron voulait une startup nation à la veille de l’éclatement de la bulle de l’innovation et du capital investissement.

L’année 2018 pourrait être l’année symbole de la fin des politiques monétaires accommodantes à l’extrême. L’année 2018 pourrait donc bien être l’année de la fin de l’abondance du capital et donc du financement rapide et facile de l’innovation et des startups. »

Ces autres articles devraient vous intéresser :


4 Comments

  1. bernadote says:

    « Cambridge analytica » et le scandale de l’utilisation des données personnelles collectées par l’ensemble des start-up qui annoncent révolutionner leur secteur n’est il pas le cygne noir qui va lancer un mouvement de baisse des marchés ?

    Cygne noir ? peut-être, mais surtout cela signe la preuve que « le client de ces sociétés (Facebook dans l’exemple cité) est un produit.
    On peut étendre le phénomène à toutes les sociétés qui collectent de l’information sur les comportements de leurs clients.
    En France un autre scandale est entrain de « buller » , c’est celui du Linky d’ Enedys. La trame d’information qui est transmise par ce compteur « intelligent » permettra au fournisseur d’analyser vos comportements, d’autant plus que ces compteurs sont capables de dialoguer entre eux sur un même nœud. Big brother est entrain de s’immiscer insidieusement dans notre intimité.
    Bientôt vous vous verrez proposer des tarifs discriminant en fonction de vos habitudes de consommation, et de discriminant ils deviendront contraignants.
    Si la prise de conscience est là, alors oui la bulle éclatera, car autant je suis favorable à l’ I.A. dans les domaines où elle apparaît comme un facilitateur de vie, autant je dresse des barricades quand elle veut me dicter ce que je dois faire.

  2. « « Cambridge analytica » et le scandale de l’utilisation des données personnelles collectées par l’ensemble des start-up qui annoncent révolutionner leur secteur n’est il pas le cygne noir qui va lancer un mouvement de baisse des marchés ? »
    Je ne sais pas ce que cela prédit, mais un chose est sûre, et bien du présent celle-là, c’est que tous ces grands groupes du bigdata et de l’internet sont pilotés par des bandits, prêts à vendre père et mère pour accentuer leur pouvoir hégémonique sur le dos d’un peuple docile et « irréactif »

  3. MAUMONT Pierre says:

    Derrière la fébrilité des marchés, la découverte de la supercherie de la nouvelle économie: derrière le rêve, la recette éternelle: l’arnaque et le vol!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*