« La liquidité est une qualité exceptionnelle que l’on trouve sur les marchés quand on n’en a pas besoin, qualité qui tend à disparaître quand on en a besoin »

Aujourd’hui 03 février 2020, les choses sérieuses commencent pour le traitement boursier du Coronavirus. La Chine ré-ouvre ses marchés financiers après la trêve classique du nouvel an chinois et ce sont d’ores et déjà des mesures exceptionnelles qui sont mises en œuvre pour éviter l’effondrement des cours : La banque centrale chinoise injectera lundi 1.200 milliards de yuans (156 milliards d’euros) pour contrer l’impact de l’épidémie ; L’institut d’émission explique que l’intervention vise à maintenir « une liquidité raisonnable et abondante » du système bancaire, ainsi qu’à assurer la stabilité du marché des changes.

Comme nous l’explique cet article des Echos « Pékin vole au secours de son économie menacée d’isolement« , la chine est en quarantaine ! Extrait :

« Les Etats-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Singapour et Israël notamment ont interdit l’entrée sur leur territoire aux étrangers s’étant récemment rendus en Chine. Après la Corée du Nord, la Mongolie, la Russie et le Népal ont à leur tour fermé leurs frontières terrestres avec la Chine. »

[…]

« Des pans entiers de l’économie chinoise sont à l’arrêt et ne devraient pas redémarrer ce lundi comme prévu. Certaines grandes villes, dont Shanghai, ont prolongé les congés jusqu’au 9 février afin de limiter les déplacements et les rassemblements. »

[…]

« La ville de Pékin a demandé aux entreprises de ne pas faire revenir leurs employés avant le 10 février et d’encourager le travail à domicile. China Evergrande, troisième promoteur immobilier du pays, a décidé de prolonger les congés jusqu’au 16 février et de suspendre les travaux de construction sur l’ensemble de ses 1.246 sites jusqu’au 20 février. »

[…]

« Toute la Chine est paralysée par la peur de l’épidémie, perturbant les chaînes logistiques et poussant  certaines multinationales à fermer les portes de leurs enseignes. Apple a annoncé la fermeture de toutes ses boutiques. Walmart et Ikea ont décidé de réduire leurs opérations. Partout, les habitants se terrent chez eux ou sont incités à le faire. Les personnes récemment passées par la ville de Wuhan sont traquées et doivent se mettre en quarantaine durant quatorze jours. Dans la capitale, des postes de contrôle se mettent en place à l’entrée des « hutongs », ces ruelles du vieux Pékin. Les habitants rentrant de congés doivent se faire enregistrer et dire d’où ils viennent. « 

 

Bref, du jour an lendemain, l’un des premiers marchés mondiaux s’est arrêté ! Aussi incroyable que cela puisse paraître pour une « grosse » grippe, les échanges avec la chine semblent être à l’arrêt.

La conséquence est très simple  : Il n’y a plus de liquidité !  La question n’est pas encore d’essayer de calculer les conséquences réelles pour la capacité des entreprises à créer de la richesse à long terme, la question du moment est la fixation du prix dans un marché qui s’est arrêtée du jour au lendemain.

C’est encore une fois, l’expérience en temps réelle de la question de la liquidité. Comme je vous l’expliquais dans cet article « Réussir son investissement c’est comprendre que la différence entre le prix et la valeur, c’est la liquidité« , que la liquidité est une qualité exceptionnelle qui disparaît lorsque le risque apparaît.

Nous y sommes et allons pouvoir tester en temps réel la capacité des ETF (par exemple) à rester liquide dans un marché qui ne l’est plus ! (cf »Faut il se méfier des ETF par simple principe de précaution et suivre son intuition de bon sens ?« )

 

L’effondrement de la liquidité a pour origine un profond déséquilibre entre l’offre (importante) et la demande (faible) et pour conséquence logique une forte baisse des cours. C’est mécanique. Dans un premier temps, il ne s’agit que de la question de la fixation du prix sur le marché ; La valeur fondamentale des entreprises cotées n’est pas remise en cause.

Néanmoins, la mise sous quarantaine de l’économie chinoise n’est pas un simple évènement boursier ; C’est un évènement économique important qui fragilise encore davantage un système portée à bout de bras par les banques centrales et des interventions monétaires et budgétaires déjà très importantes.

Ainsi, après la disparition de la liquidité qui fait baisser les cours de bourse, c’est la question de la transmission à l’économie réelle qui doit être au cœur de nos réflexions.

Est ce qu’un long arrêt des échanges avec la Chine peut avoir des conséquences sur la création de valeur de l’économie ? Le problème n’est pas tant la gravité du coronavirus que des mesures de restriction des échanges qui l’accompagnent ; L’arrêt ou le fort ralentissement des échanges pourrait avoir pour conséquence de fragiliser encore plus une économie fragile et ce n’est pas l’apport de toujours plus de liquidités monétaires qui vont relancer le marché !

Et ce n’est pas l’apport de liquidité monétaire qui va rouvrir les frontières de la Chine.

Pour le moment, nous entrons dans une crise boursière  ; La question qui doit dorénavant nous obséder est question de la transmission à l’économie réelle.

A toute fin utile, un dessin que vous devez toujours garder en mémoire :

 

A suivre …

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 

– La gestion conseillée – Un service de conseil financier indépendant pour vous accompagner dans la gestion financière de votre épargne ou de votre assurance-vie. Comment diversifier votre épargne sur les marchés financiers ? Quelles unités de compte choisir ? Comment prendre du risque pour espérer améliorer le rendement de votre épargne ?

Découvrir notre service de gestion conseillée

 


17 Comments

  1. Vous le dites vous-même Guillaume, le cours de bourse n’est qu’un indice des prix.

  2. On est où dans le dessin ? 🙂

  3. Bonjour Guillaume,

    Une réflexion me vient à la lecture du schéma de la psychologie de l’investisseur dont les biais cognitifs d’investissement ont notamment été mis en évidence par Daniel Kahneman & Amos Tversky…il faudrait créer le schéma permettant d’identifier les bons moments pour investir…mais pour cela il faudrait un modèle permettant d’indiquer les signes avant coureurs d’une remontée après une forte baisse des marchés…savez vous si ce point a déjà fait l’objet d’une étude sérieuse ?

    Pour ma part, voilà plus d’un an que je préconise de sécuriser en ayant à l’idée que tout est artificiellement maintenu comme vous l’écrivez dans votre article et force est de constater que l’année 2019 m’a donné tort mais sans doute est ce un biais cognitif, je préfère un manque à gagner de 8 à 10% qu’une forte baisse liée à un krach majeur que je n’aurais pas su anticiper… !
    Belle journée et bien à vous.

    • Je crois que nous connaissons tous le bon moment pour investir… mais nous l’identifions toujours après coup.

      Il faut investir après la baisse, c’est à dire quand nous avons tous la certitude qu’il ne faut pas y aller 😉

      A titre personnel, j’ai pris la hausse de 2019 sur une partie de mon portefeuille action en suivant l’idée qu’après une baisse de 20% en fin 2018, le moment était moins mauvais qu’après une hausse de 20% 😉

      Coup de chance !

      ps : Je sais acheter … mais je ne sais pas vendre.

      • « Je sais acheter … mais je ne sais pas vendre. » je pense que c’est une bonne maladie, il y là aussi un biais cognitif, les investisseurs résistent mieux à la baisse (laissent filer les moins-value) qu’aux plus-value ( vendent trop tôt).
        Le rapport est de 1/2, du coup on fait 2 fois plus de pertes que de gains.

  4. On parle d’effet papillon.

    Un exemple : China Oil Demand Has Plunged 20% Because of the Virus Lockdown

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-02-02/china-oil-demand-is-said-to-have-plunged-20-on-virus-lockdown

    La demande de pétrole chinois a chuté d’environ trois millions de barils par jour, soit 20% du total, alors que le coronavirus comprime l’économie.

    Conséquence : Le prix du pétrole chute ;

    Conséquence 2 : Les producteurs de pétrole US qui ont besoin d’un pétrole plus cher souffrent ;

    Conséquence 3 : …

  5. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    je ne sais pas qui a fait la courbe « psychologie de l’investisseur », mais il faudrait plutôt l’intituler « courbe de celui qui devrait s’abstenir d’entrer en bourse, car il n’est pas fait pour ça »

    Mais revenons au coronavirus

    les marchés, (qui sont bien plus intelligents que les journalistes) ont compris le problème:

    Le virus n’est pas plus grave qu’un virus grippal habituel, et engendrera beaucoup moins de morts.
    L’épidémie sera écourtée, du fait des mesures (disproportionnées) prises par les États, qui craignent avant toutes choses de se voir reprocher de ne pas en avoir fait assez.

    L’impact économique en rapport avec ces mesures de confinement, reste l’élément déterminant.
    Que voit on ?

    Hors Chine, quasiment rien. si ce n’est une réduction des stocks, et on peut d’ailleurs soupçonner les USA d’être un peu maximalistes sur les mesures de précautions, dans le but d’accroitre la production intérieure au détriment des importations chinoises. (Trump est là derrière les chinois l’ont déjà signalé)

    Mais cela n’est que transitoire, parce qu’en Chine la phase de ralentissement de l’épidémie
    devrait débuter dans la deuxième quinzaine de février. (certains disent qu’après le 9/02 on y verra plus clair)

    Il n’est pas facile d’anticiper précisément le retour à la normale, mais fin mars parait raisonnable.

    Les marchés voient très bien tout cela, et savent qu’après cette « récession » une phase de reprise compensatoire viendra, dont la force sera proportionnelle à la récession qui l’aura précédée.
    Alors pourquoi aller trop bas ?

    C’est pourquoi les marchés ne baissent pas beaucoup actuellement. Ils sont en mode attente, avec toujours le même objectif de support à 5730/5750 et pour certains vers 5650/5700 sur le CAC.

    Pour que l’on descende plus bas, (support 5450) il faudrait une aggravation de la situation , non pas du virus, mais des mesures de précautions. Il faut voir jusqu’où Trump est prêt à aller dans ce sens, sans paraitre ridicule, et sans handicaper sa propre économie.
    On a appris à se méfier du personnage… surtout si cela doit lui donner du poids sur le plan politique intérieure.
    Je n’y crois pas trop malgré tout.

  6. Philippe30 says:

    Il faut d’étudier les courbes de cotations par l’analyse technique , de prendre en compte les evenements en cours , de regarder l’historique des courbes d’une action.

    L’action Total a un cycle relativement régulier de montée et descente entre 43-44 € pour des remontées vers 48-49 € entre temps elle distribue des dividendes , il suffit de se placer au bon moment pas plus compliqué
    Après les mouvements de courbes sont régis par des cycles connus en analyse technique telle la tête – épaule , signifiant une montée une légère remontée au niveau de la première montée puis une chute ensuite , les chandeliers apportent des informations importantes.

    Celui qui veux apprendre peut savoir comment agir

  7. Invasion de criquets en Afrique de l’Est : le Monde tremble.
    Ah, en fait, non.
    Les criquets, de toute façon, c’est bon à l’apéro.

  8. julien bonnetouche says:

    Philippe 30,

    Je rebondis sur votre commentaire, en le complétant pour ceux qui souhaiteraient s’initier à une démarche boursière « prédictive ».

    On peut se servir de l’analyse technique de deux manières :

    Sur le très court terme (dans la journée, voire dans les minutes qui suivent) comme le font les traders. Tout le monde utilise les mêmes abaques, et sauf retournement brutal imprévu, les chances de gagner sont globalement bonnes.Et ce, quel que soit le contexte général.
    Mais c’est réservé aux professionnels, et c’est stressant.

    Sur le long terme ( quelques semaines ou mois) alors impérativement précédée par une réflexion sur l’analyse fondamentale qui va donner le sens su marché pendant une période donnée ( le trend).
    L’analyse graphique donne alors les grands supports et résistances, qui doivent être relus en permanence sous l’éclairage des changements de sens du trend.

    Ceci pour répondre aussi à la remarque de Guillaume :  » je sais quand acheter, et je ne sais pas quand vendre »

    la réponse est celle ci :

    On achète lorsque le trend est haussier comme en ce moment (jamais l’inverse) toujours sur un support important. En ce moment par exemple, c’est 5730/5750 qui est une bon support solide.

    On vendra lorsque le trend deviendra baissier ( jamais avant) ce serait commette l’erreur des amateurs (ceux de la courbe ci dessus) vendre trop tôt. On vend alors sur ce qui apparait comme une résistance.

    Tout cela est bien sur difficile, même les professionnels se trompent.

    Et l’erreur la plus souvent commise est de croire en ses idées. il ne faut avoir ni idée préconçue, ni philosophie, ni état d’esprit positif ou négatif. La seule idée sur laquelle on doit essayer de calquer sa pensée, est celle qu’a le marché.

    Le marché est un individu en soi, avec ses peurs ses fantasmes, ses états d’ivresses et de dépression, mais à la fin il retrouve toujours la voie de la raison.

  9. Rien à voir, mais, tout de même :

    Il s’appelle Paras Shah.
    C’est un des traders stars de Citigroup.
    Dans le secteur des obligations à haut rendement.
    Un des secteurs les plus profitables de la banque.
    Avec un salaire en millions d’euros.

    Il s’est fait virer…pour avoir piqué de la nourriture à la cantine du bureau.
    Ce n’est pas une blague.

    (Marc Florentino).

    Question : faut-il être affamé pour être un bon trader ?

  10. Protegez-vous : hyginène des mains, on ne se touche pas les yeux la bouche les muqueuses avec des mains sales.
    Utiliser les solutions hydroalcoliques et un masque de protection N95.
    Pas de pénurie! Des masques de protection sont disponibles.
    Masque N95 anti-poussière et anti-virus à 13€ : https://amzn.to/2Ta5DOW

Répondre à Damien Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.