Le coronavirus est en train d’arrêter l’économie. Ni plus ; Ni moins. Tous les secteurs d’activité semblent concernés. Nous sommes en train de vivre un effondrement de la demande. Dans un marché, les prix sont fixés par confrontation de l’offre et de la demande.

L’offre, c’est la production, la productivité, la capacité des entreprises à produire ce que les consommateurs veulent acheter ; La demande, c’est le pouvoir d’achat, l’envie de dépenser, la satisfaction d’un besoin rationnel ou irrationnel.

Alors que le début de l’épidémie chinoise était un choc d’offre car l’entreprise « Chine » de production mondiale était à l’arrêt, nous sommes progressivement en train de tomber dans un choc négatif de demande. La demande baisse ; le consommateur arrête de consommer, se replie sur lui-même en attendant que la crise sanitaire passe.

Les entreprises pourront elles survivre à un tel effondrement de la demande ? Les compagnie aérienne vont elles survivre à l’effondrement du tourisme ? En France, pays du tourisme pas excellence, les restaurants Parisien, les vendeurs de souvenirs, les hôtels, les musées peuvent ils tenir 3 mois sans chiffre d’affaires ?

Bref, le coronavirus est, à court terme, une très mauvaise nouvelle. De nombreuses entreprises, déjà fragiles, ne vont pas survivre à cet arrêt brutal de l’économie. Nombreuses sont celles qui ne pourront payer leurs charges fixes et qui vont devoir se résoudre à mettre fin à leur activité.

Seules les entreprises les plus solides pourront faire le dos rond et passer ce mauvais moment. Il faut réussir à tenir 6 mois, 1 an.

Mais est ce là vraiment une catastrophe ? Je n’en suis pas certain. Depuis la grande crise économique de 2008, nous avons renoncé au capitalisme. Nous sommes entrés dans une économie administrée par les banques centrales. Refusant les conséquences de la crise économique, les banques centrales ont injecté des milliards d’euros pour essayer de maintenir en vie des entreprises qui auraient dû disparaitre. Cela s’est fait au prix d’un endettement toujours plus élevé et de taux d’intérêt sans cesse plus bas, jusqu’à devenir négatifs.

Le risque n’était tout simplement plus rémunéré puisque l’économie était sous administration de la monnaie distribuée abondamment par les banques centrales.

Aujourd’hui, les banques centrales sont inefficaces. Baisser les taux d’intérêt, injecter de la liquidité pour fluidifier les échanges ne sera d’aucune utilité face à un effondrement de la demande. Les entreprises n’ont pas besoin de faire des emprunts à un taux d’intérêt faible, elles ont besoin de clients qui achètent leur production.

Bref, le coronavirus pourrait bien nettoyer l’économie de ces entreprises « zombies », de ces entreprises non rentables qui réussissaient à se maintenir en activité grâce à des taux excessivement faibles. Demain, ces entreprises, déjà très endettées, ne pourront survivre à la baisse forte de la demande. C’est la fin des illusions.

Il s’agit là d’une bonne nouvelle à long terme car c’est la résurrection du capitalisme, c’est le retour du risque. Le capitalisme repose sur la création de valeur, mais aussi sur la capacité à détruire les modèles économiques non rentables. C’est la notion de destruction créatrice. Pour créer de la croissance à long terme, il faut accepter de détruire ce qui n’est plus efficace. On doit détruire du capital périmé pour renouveler la croissance.

Depuis 2008, on refuse ce cycle de destruction créatrice. On maintient en activité le capital périmé grâce à des taux toujours plus bas ; Depuis 2008, on a abandonné le capitalisme au profit d’une économie administrée. En refusant la destruction, on a renoncé à l’innovation ; On a empêché aux nouveaux entrepreneurs d’améliorer le marché abandonné par les entreprises non rentables qui ne pouvaient poursuivre leur activité.

Depuis 2008, le pouvoir est entre les mains des financiers au détriment des entrepreneurs.

Depuis 2008, les entreprises « zombies » se sont maintenues au détriment d’entreprises nouvelles au modèle économique renouvelés. La crise du coronavirus devrait révéler la vacuité de ces entreprises, la péremption de leur modèle économique et les limites de la finance. Déjà fragilisées par un modèle économique inadapté et sur-endettées, les faillites pourraient bien être nombreuses si la demande s’arrête.

A court terme, le coup est dur. Le capital va être détruit. Mais c’est une excellente nouvelle à long terme car sans destruction de capital … il n’est pas possible d’espérer en créer davantage à l’avenir.

A court terme des entreprises vont faire faillite, des actionnaires vont voir disparaître la valeur de leurs actions, des créanciers ne seront pas remboursés. Bref, à court terme, du capital va être détruit. Mais à long terme, de nouveaux actionnaires prendront la place de ces entreprises fragiles et vont innover, créer de la valeur nouvelle, proposer un modèle économique améliorer et créer encore plus de capital.

Bienvenue dans le capitalisme. Enfin ! Et ça c’est une bonne nouvelle ! Au revoir économie administrée par les banques centrales et la finance… le pouvoir retourne entre les mains de ceux qui savent créer de la valeur, c’est à dire les entrepreneurs au détriment des financiers.

Le retour du capitalisme, c’est aussi le retour du risque et de l’illiquidité pour vos investissements de long terme. La prise de conscience pourrait être violente pour ceux qui ont oublié que rendement et risque était toujours liés et que la liquidité avait un prix (cf »Réussir son investissement c’est comprendre que la différence entre le prix et la valeur, c’est la liquidité).

Celui qui crois dans la vertu du capitalisme, doit accepter la destruction créatrice. On ne peut croire dans la pérennité d’un capitalisme sans destruction du capital périmé. Depuis 2008, les banques centrales ont renoncé au capitalisme en refusant la destruction du capital périmé. La crise du coronavirus pourrait mettre fin à cette situation.

A suivre …

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 

– La gestion conseillée – Un service de conseil financier indépendant pour vous accompagner dans la gestion financière de votre épargne ou de votre assurance-vie. Comment diversifier votre épargne sur les marchés financiers ? Quelles unités de compte choisir ? Comment prendre du risque pour espérer améliorer le rendement de votre épargne ?

Découvrir notre service de gestion conseillée

 


215 Comments

  1. Là vous avez touché le fond, affligeante perception du capitalisme destructeur qui va se reconstruire sur ses cendres, avec un coronavirus moins dangereux que plusieurs virus précédents, tout ça dans une psychose générale à laquelle vos propos contribuent en faisant craindre le pire (la mort d’emploi en l’occurrence suite aux faillites)… ou alors votre théorie est que les plus riches racheteront tout et cela sera la guerre entre les 99% faibles et les 1% forts… Restez positifs et vous verrez que les grandes entreprises comprendront (enfin) que produire à bas coûts dans un pays (qui ne respectent pas grand chose dans les droits de l’homme et leurs condition de travail en contrôlant tout) ne peut apporter une réponse durable à leur modèle économique… enfin l’avenir nous dira ce qu’il ressortira de cette « crise sanitaire »… espérons que les migrants ne soient pas porteurs du coronavirus, car à mon sens c’est probablement eux (hélas pour eux) qui peuvent faire basculer notre équilibre social, sociétal… un enième révélateur que la terre est bien trop peuplée pour bien gérer les humains, ses ressources, et ça c’est un autre sujet éternel;))

    • J’étais sur le point de réagir au billet de Guillaume mais en lisant un commentaire aux premières lignes bien agressives, je me dit oh combien nous sommes prisonniers de nos convictions, chaudement protégés pour éviter d’être contaminé par les opinions des autres.

      Prenons la société Zoom Video communications. Ils travaillent depuis des années à rendre les videoconférences plus fluides et simples à mettre en oeuvre. Leur action a doublé en 3 semaines. Leur avenir est assuré. Qui osera privilégier des voyages, des hotels quand les SRAS-Cov-2 mutant seront encore plus nombreux ? La vie des entreprises va changer et ce virus va nous y aider.

    • le virus n est peut être pas dangereux, mais il peut être le grain de sable qui enraye gravement une économie mondiale qui ne tient que sur un fil, toujours plus sous tension (la dette surtout)

  2. L’éclatement de la bulle immobilière serait aussi une bonne chose sur le long terme. La réduction de la supply chain mondialisée pourrait encourager à produire et consommer localement.
    Et si on s’autorise un peu de cynisme et se penche sur les stats de mortalité par âge, l’épidémie peut aussi ‘assainir’ la population et permettre de retrouver un poids des retraites et des dépenses de santé plus soutenable pour ceux qui travaillent.
    Bref, le coronavirus sera peut-être la revanche des ‘millenials’ sur les ‘boomers’…

    • L’alcool, les maladies métaboliques (mal bouffe en gros) et la grippe relèguent la maladie Covid-19 au rayon des jouets en paille.

      • Thierry says:

        pas sûr… car en France, on va laisser se propager ce coronavirus, pour « ne pas bloquer le pays », comme dirait la porte parole de ce gouvernement pour sauver quelques points de PIB. ( La Chine a réagit, ) Un expert a dit que 70 % de la population pourrait etre touchée dans les 2 ans qui viennent . Alors, si 40 millions en france sont touchés à terme, et avec 2% de mortalité, ça nous ferait 800 000 morts. Bon, principalement des vieux…. ( En étant cynique, on pourrait dire que c’est bon pour les retraites, mais bon…. ) . Le vrai risque, c’est que toutes les places en réanimation en france seront saturés. En fait, personne ne sait où on va avec cette maladie, c’est tout le problème. Pour l’instant, les responsables essaient de rassurer, on verra bien..

        • Tout à fait d’accord sur la projection sauf qu’entre temps, la dispo de vaccins et moyens de réduire les complications respiratoires + innovations de circonstance devraient contribuer à faire passer ces virus au rang de nos états grippaux.

        • adnstep says:

          Il y aura certainement plus de morts de TPE que de morts d’humains.

        • adnstep says:

          D’accord avec bip59.
          Pas sûr que vos chiffres de mortalité soient justes Thierry.

    • Plus belle la vie says:

      Exact , les boomers pratiquent dors et déjà l exode urbain. Les mutations virologiques , font prendre conscience des dangers pour les prochaines décennies et particulièrement des immeubles collectifs !!

    • Michel2 says:

      Effectivement les caisses de retraites vont (peut-être) se frotter les mains ! Le malheur des uns …..
      Ce gouvernement aurait dû attendre avant de voter le 49.3, la donne risque de changer !

  3. pasquelin says:

    j’ai lu et même imprimé votre avis, ce constat je l’ai fais aussi dans ma tête, et « les cartes du monde et de l’économie  » vont être « rebattues »…
    enfin on va donner une rémunération au « travail », de la production, et de ce fait cela, çà parle aux français…..mais….
    dans un premier temps vu que les banques vont fermer les vannes…(çà commence avec le crédit accordé à moins de 33% d’endettement)
    ces mêmes banques vont elles « protéger ou tendre l’oreille » à leurs copains??
    comment l’Etat va til payer ses fonctionnaires non productifs?
    comment l’Etat va til payer hôpitaux, écoles, universités, Education nationale etc….
    dans un premier temps si çà coince c’est une vraie guerre « économique pour certains pays » pour d’autres çà sera la foire d’empoigne!!!
    tous les pays « sur-vivant » du tourisme??? les pays dépendant de matériel???
    L’Etat va til enlever toutes les charges sur les « productifs »?? pour pouvoir faire repartir la production française UTILE à notre AUTARCIE
    s’en sortiront que les pays pouvant « ne pas être dépendant d’autrui »
    l’Afrique, l’Asie, l’Inde vont revenir au système D, beaucoup devront « réfléchir » à leur retour à l’autarcie tandis qu’ils pensaient jusqu’à maintenant exporter ou importer. le troc et les tontines seront leur « banques »
    en Europe beaucoup de pays à l’est sont tellement habitués à s’en sortir qu’ils continueront
    les deux Amériques commencent déjà depuis Trump ils nous montrent qu’ils ont pas besoin d’autrui…
    voyez mon avis comme un sursaut de conscience  » l’échange mondial a été trop loin dans la dépendance à autrui », nous avons oublié que consommer dépend de celui qui produit….
    pas de production nous serons obligés de nous contenter du nécessaire … comme pendant une guerre, où le sens de la production est uniquement tourner vers de l’inutile (les armes)
    le temps du « non échange » et du « produit local » est venu!!! qui va tirer son épingle du jeu?

  4. Le Mecreant says:

    Il y aura sans aucun doute un avant et un après covid 19. Toutefois il me semble a tout le moins hasardeux, de vouloir déjà dessiner les contours de ce futur nouveau monde, dont personne, et je dit bien personne ne peut encore imaginer ce qu’il sera pour l’unique raison qu’il est encore impossible de distinguer l’équation de base.
    Quand a penser que l’Homme deviendra « bon et sage » c’est sans doute la seule chose dont on peut être certain qu’elle n’arrivera pas. Les exploités le seront toujours, même si c’est différemment et s’il y a relocalisation ce ne sera pas par sagesse, mais parce que c’est pas bon pour les affaires.
    L’homme fonctionne sur le même schema de prédateur depuis 1 million d’années, et il y a peu de chance qu’il change fondamentalement dans les 20 ans qui viennent.
    Pour le reste Ouate ande scie 🙂

    • à mon avis le problème réside sur une infime fraction des humains : ceux qui ont ou souhaitent accédé(r) aux postes clés du pouvoir (les démocraties permettent l avènement de gouvernements plus ou moins voyous, en connivence avec les puissances financières, n ayant pas plus de pratiques respectueuses de l humanité dans laquelle ils ne voient que la source de nourriture de leurs desseins (suprématie par le pouvoir ou l argent, ce qui revient au même désormais)

    • adnstep says:

      Il y a surtout eu un avant et après Trump, un avant et après Brexit… La fin de l’économie mondialisée est inscrite dans ces élections, depuis 3 ans, comme l’élection de Reagan et la victoire de Tatcher sur les mineurs etaient les déclencheurs d’un mouvement qui allait marquer le monde pendant 40 ans. Le covid19 est un nouvel élément à porter au dossier. Si on avait été en phase d’expansion de l’économie mondialisée, les réactions, globalement, auraient été différentes, et, bien sûr, les effets sur l’économie bien différents également.

      Pourtant, l’économie ne va pas se transformer en 15 jours, et nous allons encore vivre de nombreuses années avec le système économique actuel.

      • Le Mecreant says:

        « Pourtant, l’économie ne va pas se transformer en 15 jours, et nous allons encore vivre de nombreuses années avec le système économique actuel. »
        Comme nous le voyons en direct avec le confinement de l’Italie du nord, l’effondrement de la bourse etc…
        Dormez tranquilles braves gens, macron veille !

        • adnstep says:

          Italie du Nord confinée, mais les travailleurs frontaliers continuent d’aller en Suisse 😁.

          Quant à l’effondrement de la bourse, la plupart l’attendaient depuis 2016. Les opérateurs attendaient plutôt un conflit au Moyen-Orient ou le post élections américaines, ce fut le virus.

          Et je ne vois pas comment on pourrait remonter en quelques semaines le tissu industriel qui a disparu en trente ans, surtout que personne ne veut d’une usine à côté de chez soi. Voir Lubrizol.

  5. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Au delà du questionnement posé par le développement du coronavirus, les commentaires montrent bien les profils psychologiques des différents intervenants.

    -Mais comme c’est à Guillaume de donner le la, je dirais que les dépressifs chroniques à tendance suicidaire refoulée sont majoritaires :
    ils souhaitent pour le monde ce qu’ils n’osent s’infliger à eux mêmes !!!

    -les optimistes infatigables et qui ont foi en la capacité de résilience de l’humanité devant les épreuves que « Dieu » lui inflige, tout autant que dans la baisse de vitalité des virus pulmonaires à l’épreuve des chaleurs printanières.

    -Enfin quelques opportunistes sans vergogne, qui flairent les bonnes affaires à venir , prêts à les saisir sur les cendres encore chaudes d’un monde calciné, peut être bien coupable de ses propres excès.

    Je dois avouer, si d’aventure quelque opportunité apparaissait au terme du cycle viral, que je n’hésiterai pas à saisir toute occasion susceptible de redonner un souffle de vie dynamisant à une existence par ailleurs trop rangée.

    • la résilience devant ce que dieu infligerait à l humanité, ça s appelle de la résignation, car cela montre que l on accepte d être impuissant vis à vis de soi même (car nous sommes communautairement responsables de ce qui nous tombe dessus, hormis certains événements naturels bien sûr)

      • adnstep says:

        Ésaïe 41:10
        « Ne crains rien, car Je suis avec toi ; Ne promène pas des regards inquiets, car Je suis ton Dieu ; Je te fortifie, Je viens à ton secours, Je te soutiens de Ma droite triomphante. »

        La Droite du Seigneur, ça vaut bien le punch de Mohamed Ali.

        Pour rester dans la philosophie pugilistique :
         » Ce qui compte, c’est pas la force des coups que tu donnes, c’est le nombre de coups que tu encaisses tout en continuant d’avancer. Ce que t’arrives à endurer tout en marchant la tête haute. »

        Rocky Balboa

      • adnstep says:

        J’accepte d’être impuissant vis à vis de l’opinion majoritaire.

    • Thierry says:

      la chine devait etre plein de pessimistes, car ils ont pris des mesures drastiques contre ce conovavirus, et ils sont en passe de réussir, la contamination régresse énorméméent là-bas. Malheureusement, tous leurs efforts seront vains, car la plupart des autres pays, et la France en tête, va laisser le virus s’étendre pour des mois , et peut-être des années, en attendant un hypothétique médicament qui mettra un an ou 2 à être disponible, si tout va bien.. En Italie, qui compte 20 fois moins de population que en Chine, avec 150 morts, proportinnellement, il y a donc plus de déçès . L’Italie réagit, mais la FRance ne fera rien, alors les efforts Italiens seront vains aussi. Les optimistes ne feront rien, ils préfèrent jouer à pile ou face avec la santé de la population, c’est ce que fera la France, les USA, ect…. Sincèrement, j’aurais préféré un mois de confinement, et etre débarassé de ce virus, comme ont fait les Chinois.. Espérons que les optimistes auront raison, mais là on ne joue pas avec du fric, mais avec la vie, ça fait une sacré différence .

  6. C’est un révélateur de notre système à bout fautes de réformes.Arrêt d’une économie basée sur la surconsommation de produits à l’utilité parfois douteuse et fabriqués à l’autre bout de la planète avec à la clef juste des taxes prélévées par l’Etat,Etat qui a tout fait pour détruire la production locale et le travail ,parfois le sort se charge de mettre un terme à un système qui bien que devenu obsolète était maintenu et conforté .

    • bien d accord, le prédateur destructeur de la nation France, ce sont bien les derniers gouvernants qui n ont pensé qu à enrichir l état à travers LA CONSOMMATION (produite en dehors de non frontières alors que notre gauche cynique prônait la vertu du social dans le monde du travail …)
      56 pourcents de ponction pour chaque transaction ! ! !
      ça ferait rêver les familles au pouvoir dans les potentats moyens orientaux … ! ! !
      NB : chez eux aussi le riche doit donner au pauvre…faut bien la paix sociale…

  7. Merluche says:

    et la grippe espagnole, etait elle dûe à la surconsommation, à la mondialisation effrénée, en 1919 ? et pourtant elle a pris naissance en Chine …et elle a entrainé la fin du monde ? un peu de sobriété dans les réflexions svp…chacun a ses fantasmes ici. Désolé mais ce que je retiens de vrai dans ces échanges, c’est que quoiqu’il arrive, rien ne changera vraiment entre les gens, il y aura toujours les 1% qui dominent les autres

  8. Laurent says:

    Celui qui crois dans la vertu du capitalisme, doit accepter la destruction de notre habitat , la terre

  9. Michel2 says:

    Merci à vous Guillaume Shumpeter, merci à vous Guillaume Gave !
    J’aurais pu écrire cette chronique à votre place, un quasi résumé de ce que dis comme conner… depuis bientôt 10 ans (LoL) … mais en même temps tellement réaliste !

  10. Affligeant de bêtise!
    encore une fois ce blog surfe sur une vague pour faire de l’analyse économique de comptoir.
    Il y a 4 morts en France. Que des gens déjà atteints de pathologies lourdes.
    10.000 chaque année par la grippe saisonnière
    184 morts en vélo l’an dernier
    Mais il faut bien faire de l’audience sur le web. Affligeant d’arrivisme et d’opportunisme bas de gamme!
    Ce n’est pas le covid qui freine l’économie, ce sont les abrutis qui en font des caisses pour un non évènement.
    Croire que détruire l’existant pour créer de la richesse est une bonne chose n’a pas de sens.
    C’est du même niveau que « il faudrait une bonne guerre! »

    • Michel2 says:

      Vous comprendrez que ce ne sont pas les « faits » (nombre de cas et de décès) qui font le buzz mais bien l’incertitude de ce NOUVEAU fléau potentiel, la peur que ….

      C’était la même chose pour la grippe espagnole avec les médias et les réseaux sociaux en moins.

    • sauf que l attaque par le virus n est pas anodine dans les faits !
      comprenez vous ce que être une épidémie qui touche une grande proportion des humains?
      même si 99 pourcents en réchappent ils n en seront pas moins immobilisés 15 jours.
      Donnez nous svp des solutions à l équation économique…

  11. pasquelin says:

    n’oublions pas que ce site, c’est pour parler du concret, cette situation quelle soit anxiogène ou non pour certain, est un fait, la chine même si elle retient les vrais chiffres a pris des dispositions c’est unique dans son histoire…. arrêter sa production, donc arrêter de nous fournir en « pas cher »…toute technologie confondue, car il ne faut pas oublier que même dans le haut de gamme nous est maintenant important pour notre économie afin de baisser le coût de revient, si on devait vendre « tout » français, certes on vendrait « chez nous » mais on n’exporterait rien du tout!!! c’est pour çà que je disais plus haut que ce blocage va nous amener à vivre dans la mesure du possible en autarcie.

  12. Michel2 says:

    Aux optimistes:

    « LES NOTES DE MORY DORÉ

    La santé est plus forte que l’argent

    Nous sommes d’avis qu’il est nécessaire de désacraliser les prévisions car ceux qui les font prennent souvent des postures trop extrêmes et trop sensationnelles.

    Il y a les éternels pessimistes qui cherchent les futurs cygnes noirs. Mais voyons… si ces cygnes noirs sont annoncés et que les catastrophes qui les caractérisent sont anticipées, discutées et analysées, tout le monde sera préparé financièrement et psychologiquement si bien que ces catastrophes ne se produiront jamais. En d’autres termes, le cygne noir, s’il doit arriver, n’est bien évidemment jamais celui qui est annoncé. La crise du coronavirus est là pour nous le prouver.

    Et puis il y a les éternels optimistes qui se reposent sur l’aléa moral que les banques centrales ont installé en tant qu’acheteuses de titres et prêteuses de liquidités en dernier ressort. Aussi malsain que cela paraisse, force est de constater que les marchés financiers ne leur ont pas donné tort ces dernières années.

    Oui mais voilà…

    … Les marchés boursiers ont plongé en considérant que cette fois-ci, l’aléa moral fourni depuis plus de 10 ans par les banquiers centraux ne sert à rien. Le fameux put des banquiers centraux, qui offrait à l’investisseur une assurance certes non explicite mais quasi-inconditionnelle d’impossibilité de baisse des cours de nombreux actifs financiers en-deçà d’un certain niveau, s’est brutalement désactivé.

    Les comportements d’investissement irresponsables et exubérants ne sont plus de mise.

    Certes, les crises financières ont été sans cesse repoussées dans le temps parce que les marchés ont toujours été persuadés que les politiques monétaires sont irréversibles sous peine de mettre en danger le système financier international. Mais ce n’est plus le sujet aujourd’hui.

    En effet, nous ne sommes ni en 2001, ni en 2007-2008 ni en 2011-2012 (pour ne citer que les périodes de stress extrêmes de ces 20 dernières années où il s’agissait de conjurer une crise financière ou bancaire systémique mettant en danger la solvabilité d’une catégorie d’agent économique). Souvenons-nous des crises les plus violentes de ces 20 dernières années, qui avaient en commun des situations d’excès d’endettement se transformant en crises de solvabilité.

    Rappel des crises précédentes…

    1/ On se souvient des cours surévalués et délirants des actions des entreprises télécoms surendettées en 1999-2000, avec l’éclatement de bulle qui a suivi.

    2/ On se souvient aussi des crédits subprime aux ménages US surendettés et mal-endettés en 2004-2006 et des produits structurés adossés à ces crédits « pourris » — avec comme aboutissement une crise sans précédent de la titrisation en 2007 et des effets de contagion impressionnants, illustrés par la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008.

    3/ A partir de fin 2009 et jusque durant l’été 2012, nous avons vécu un autre type de surendettement, celui de certains Etats souverains de la Zone Euro.

    Dans ces différentes configurations, la politique monétaire des banques centrales extraordinairement accommodante a pacifié les marchés financiers (en réalité a repoussé sans cesse dans le futur de nouvelles crises financières), en injectant des liquidités dans le système bancaire et en baissant le coût de cette liquidité :

    – mesures traditionnelles de baisse des taux directeurs ;
    – mesures moins conventionnelles telles que les refinancements à long terme au secteur bancaire (TLTRO de la BCE depuis 2014 par exemple) ou les programmes de rachat d’actifs (QE pour quantitative easing).

    A quoi serviraient aujourd’hui des baisses de taux et injections de liquidités supplémentaires ?

    Les puissantes banques centrales ont beaucoup de pouvoir mais la crise du coronavirus nous rappelle, s’il en était besoin, que la santé est plus forte que l’argent. Ce n’est pas la création monétaire qui va permettre de produire des tests de diagnostics et de trouver des vaccins.

    La planète financière s’est tellement habituée à l’idée selon laquelle le moindre problème pouvait être résolu par l’impression monétaire qu’elle est aujourd’hui sans repères. Même Steven Mnuchin, le puissant secrétaire au Trésor de l’administration Trump semble désemparé lorsqu’il affirme :

    « Les banquiers centraux examineront les options de réponse au coronavirus si possible. »

    Soyons sérieux, les bonnes réponses ne se trouvent pas dans l’utilisation de la politique monétaire et l’abaissement d’un demi-point du taux directeur – mais dans l’utilisation de la politique budgétaire. Nous voyons trois raisons à cela.

    Premièrement, tous ceux qui étudient ou ont étudié l’économie se souviendront du phénomène de la trappe à liquidités. De la liquidité additionnelle distribuée aux banques, investisseurs ou ménages ne sera pas utilisée pour prêter à une économie qui refuse temporairement de consommer, d’investir ou d’exporter.

    En langage plus familier, on ne peut que faire référence au proverbe suivant : « on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif ».

    Deuxièmement, on entend souvent dire que l’aléa moral fourni par les banques centrales et qui consiste à injecter des liquidités pour faire remonter les actifs financiers dits « risqués » (ou pour enrayer leur chute) est positif pour l’économie.

    Ceci créerait des effets de richesse psychologiques permettant d’instaurer un réel climat de confiance généralisée dans l’économie. Ce n’est pas si automatique, car les effets de richesse liés à la hausse des actifs financiers peuvent avoir des conséquences plutôt neutres sur l’économie si la propension à épargner des détenteurs d’actifs est plus forte que la propension à consommer.

    Cela va-t-il suffire ?

    Franchement, dans le contexte de crise actuelle du coronavirus, imagine-t-on que la seule injection de liquidités (comme cela a été quasiment tout le temps le cas depuis 10 ans) suffirait à faire repartir à la hausse les actifs dits « risqués » (actions, obligations corporate…) ?

    Probablement pas car, pour la première fois depuis bien longtemps, les marchés actions, notamment, ne vont plus être « drivés » par la liquidité mais vont se reconnecter au bon sens (dit-on en langage courant) ou aux fondamentaux (en langage d’économiste).

    Avec de la liquidité fournie indirectement par la banque centrale, un investisseur a-t-il vraiment envie d’acheter une obligation corporate d’une compagnie aérienne ? Ou bien avec cette liquidité additionnelle, va-t-il se renforcer en actions Accor ou LVMH (boîtes extraordinaires certes, mais timing détestable) ou en actions Apple (très négativement affecté par le choc d’offre chinois) ?

    Troisièmement, dans cette crise, c’est la politique budgétaire qui doit être privilégiée. Pas la politique budgétaire classique de relance keynésienne par la demande, mais une politique innovante visant à corriger les chocs d’offre, à investir massivement dans la recherche et à faire baisser fortement la fiscalité des entreprises de secteurs en difficultés.

    Les marchés comme les particuliers n’ont que faire de taux plus bas, de liquidités nouvelles ou de pouvoir d’achat supplémentaire.

    Il faut, par exemple, compléter le plan Juncker qui doit mettre en place dans la Zone euro les projets de « green deals » grâce à la constitution de fonds européens d’investissement dans la transition énergétique et les technologies associées.

    Il s’agit de mobiliser les excès d’épargne publics (Allemagne, Pays-Bas) pour réaliser des investissements dans tous les pays de la Zone euro.

    On peut alors imaginer que ces excédents budgétaires en Europe (là où ils existent) soient également mobilisés au service de la recherche médicale soit par une politique budgétaire active, soit par le biais de ces fonds européens d’investissement.

    Ce sera toujours plus utile économiquement, socialement et surtout humainement, que de continuer à recycler les excédents d’épargne de la Zone euro dans le financement des déficits d’autres pays, notamment US : rappelons qu’aujourd’hui, la Zone euro a remplacé la Chine dans le financement des déficits US puisqu’une partie des excédents d’épargne de l’Eurozone est investie dans l’achat de Bons du Trésor US.

    Nous disons déficits au pluriel car mécaniquement, lorsqu’un non-Américain achète un bon du Trésor en $US, il finance tout à la fois le déficit budgétaire américain (titre émis par le Trésor US) et le déficit commercial US (achat de dollars contre sa devise).

    Et si, finalement, les banques centrales prenaient des vacances ou se « mettaient en grève » (un peu de second degré ne fait pas de mal) ? Car ce n’est pas de politiques monétaires expansionnistes dont le monde a besoin aujourd’hui (pour toutes les raisons que nous avons vues plus haut) mais de politiques budgétaires plus expansionnistes et/ou moins restrictives ici ou là. »

    • Merci Michel2 pour cet excellent papier. Tout est dit. Un beau résumé à accrocher sur le mur de la honte des financiers.
      J’ai de plus en plus de mal à m’imaginer boursicoteur, (ou investisseur comme aime à le différencier Guillaume), me gaver de news, surveiller le lait dans la casserole toutes les 30 secondes.

  13. julien bonnetouche says:

    Bonjour Michel,
    Si je chausse vos sabots, il va y avoir un max de fric à se faire en rachetant tes actions « à la casse ».
    Vous me faites signe quand on sera au plus bas ?( c’est toujours intéressant d’avoir un avis extérieur au marché, je veux dire qui n’a pas d’émotions)

    • Michel2 says:

      Commencez par acheter des biotech en rapport avec cette pandémie (j’ose le mot car on y est dans les faits) comme:

      Inovio Pharmaceuticals Inc + 250% en 1 semaine
      Co-Diagnostics Inc +360% en 10 jours,
      Novacyt + 600% en 1 mois (très volatile),
      …..

      Ou des compagnies aériennes ou hôtelières en Put

      • J’ajoute les sociétés de télé réunions (zoom video etc)

      • julien bonnetouche says:

        Oui mais ça a déjà beaucoup monté !

        • Michel2 says:

          La montée est proportionnelle à l’augmentation du nombre de cas au niveau mondial. Et il doit y avoir encore quelques jours, même semaines avant le « pic ». Ne vous fiez pas trop à la Chine qui nous embue !
          Et mettez un stop après avoir acheté sur un repli.
          Aujourd’hui Co-diagnostic a pris 50%

    • Sachant que l’épidémie européenne en est à ses débuts, que les tests rapides sont de plus en plus dispo (plus on teste, plus on trouve), le nombre de contaminés va monter au moins jusqu’à juillet 2020. La panique sera encore plus forte voire (et anticipée sur les places de marché) quand le nombre de décès va certainemet dépasser les 10000 morts. L’été sera chaud.
      Seul espoir : un traitement et un vaccin. Si vérifié alors très très fort rebond !

      • Michel2 says:

        Avec l’espoir que ce virus sera saisonnier, on peut raisonnablement penser que le nombre de cas baissera drastiquement en avril/mai.

        • Thierry says:

          Espérons, pour l’instant ce virus n’a pas l’air de se propager énormément dans l’hémisphère sud ( c’est l’été) . il y a bien des cas en Australie, brésil, ect, mais ça n’a pas l’air trop catastrophique.
          Néanmoins, dans des pays comme l’hémisphère nord et où il fait assez chaud, le virus s’étend à Singapour, dans les émirats ect…. , mais ça a l’air d’aller Ma seule peur, c’est que les services de réa vont rapidement être submergés, ( 10% des cas vont en réanimation) , la mortalité risque d’exploser.

  14. CHRYSALIDE says:

    Imaginez Paris en quarantaine, paralysée, plus aucun échange routier, tout le monde prié de rester chez soi!!!
    j’ose même pas penser que cela soit possible, quand je vois les chinois capable « d’obéir », les français çà sera un immense bazar,
    quoi qu’il se passe dans les semaines, voire les mois à venir, l’économie mondiale sera soit épurée, soit effondrée, et çà sera le malheur des uns qui fera le bonheur des autres.
    quant à ceux qui tousseront je me demande si ils seront pas lynchés sur place et jetés dans la seine!!!
    en tout cas c’est clair, les notaires vont se frotter les mains, et l’Etat n’aura plus besoin de se faire de souci avec les retraites!!!mdr
    nous n’aurons jamais assez de lits en réa, et on sera prié de mourir chez soi, les pompes funèbres seront débordées…. alors comment voyez vous les choses positivement…??? sans compter avec tous les risques sanitaires… ma belle fille infirmière à domicile vient de me dire aujourd’hui qu’un fils d’une des ses patientes en fin de vie n’a pu rentrer dans l’hôpital pour lui dire au revoir « par risque pour les autres hospitalisés »!!!! et on est juste au début de l’épidémie…
    croyez vous vraiment que l’on doit considérer ce virus comme étant juste une grippe???
    si les intervenants médecins , spécialistes, et autres ne voient pas comment « juste soigner » vous pensez vraiment qu’un vaccin voit sous peu le jour.. et vacciner la population mondiale???
    un médoc pour diminuer l’invasion pulmonaire de cette saloperie??
    sachant maintenant qu’on ne sait pas si on est porteur ou non, que l’on est contagieux sans symptômes, qu’un foyer peut se manifester n’importe où, à côté de votre pallier, votre collègue de boulot, un passant dans la rue??un gosse qui tousse et l’école est fermée 14 jours en attendant les tests?? qui manquent déjà!!les médecins généralistes en première ligne sans masques ni gel, on en manque déjà, quand ils ne seront plus dans leur cabinet, l’hôpital qui refuse l’entrée, vous finirez par rester chez vous, et là je doute que vous ayez le courage de boursicoter!!!!!!!!!!!!
    soyons sérieux, ce virus est peut être l’équivalent de la peste au moyen âge, si on doit perdre 50% de notre population mondial, tous les survivants vont devoir repenser l’économie mondiale!!

    • Pessimiste ? Si vous préférez répondre réaliste alors sachez que les mécanismes d’action du Sras-cov-2 sont en train d’être élucidés à grande vitesse. Jamais un tel virus n’aura eu autant de publications ni autant de microscopes à électron sous atmosphère à -270° sur lui.
      – vaccins : pas simple aux dernières nouvelles
      – traitement : peut-être de tres belles confirmations. Entre de la vulgaire Nivaquine, de la Vita C et D en passant par des molécules plus sélectives, on a de bons espoirs de réduire drastiquement le nombre de morts et d’éviter de boucher les lits de réa. News importantes tous les semaines.
      Taxez moi d’optimiste ou d’utopiste. Je pourrai ainsi dormir sur mes 2 oreilles 🙂

    • adnstep says:

      Ah non, tant qu’à mourir, autant mourir riche ! 🤣

    • adnstep says:

      En tout cas, dans ma région, en ce beau dimanche de Lars, les terrasses des restaurants étaient bondées. Les gens ont sans doute décidé de se faire un petit plaisir avant de mourir…

    • adnstep says:

      « Imaginez Paris en quarantaine, paralysée, plus aucun échange routier, tout le monde prié de rester chez soi!!!
      j’ose même pas penser que cela soit possible, quand je vois les chinois capable « d’obéir », les français çà sera un immense bazar, »

      Je trouve qu’au contraire, ça se passe relativement bien.

    • adnstep says:

      « croyez vous vraiment que l’on doit considérer ce virus comme étant juste une grippe??? »
      Oui.

    • adnstep says:

      « vous finirez par rester chez vous, et là je doute que vous ayez le courage de boursicoter!!!!!!!!!!!! »
      Je suis toujours au boulot, et j’attends qu’on soit sortis de la zone de turbulence.

    • adnstep says:

      « soyons sérieux, ce virus est peut être l’équivalent de la peste au moyen âge »

      Ce n’est même pas l’équivalent du choléra en Provence (relisez le hussard sur le toit, de Giono. Il y explique bien mieux que je ne sache le faire les méfaits du confinement. Je me sens comme un hussard en ce moment 😀)

      Ni même l’équivalent de la tuberculose.

  15. adnstep says:

    *Lars : mars.

    Des fois, mon correcteur orthographique, j’ai l’impression qu’il a un virus.

  16. Bultex says:

    Vous êtes d ou exactement KAMIKAZE CITY ? Meme a paris les gens commencent à avoir peur de faire les course , je vous parle pas des restos ou des endroits habituellement bondés. C est vrai que l appareil d etat favorise les intérêts commerciaux, moi je pense qu il aurait fallu suivre l exemple des quarantaines , interdictions d entrees etc… depuis le début à fin de protéger des vies . Des mutations beaucoup plus graves sont nées ailleurs et arriveront certainement

    • adnstep says:

      « Même à Paris ».
      🤣
      Il n’est de bon bec que de Paris, c’est bien connu.
      Si « même » à Paris on a peur, alors…

    • adnstep says:

      Finalement, vous aviez raison, bultex. A partir du moment où à Paris on a eu peur, on a rapidement cédé à la peur à la tête de l’état. On ne peut pas le leur reprocher, mais ce suicide est fascinant à suivre.

  17. CHRYSALIDE says:

    a ceux qui rigolent……………….
    croyez vous vraiment que le gouvernement s’amuse? que les chinois s’amusent? croyez vous vraiment que lorsque des dispositions de confinement ou restriction c’est juste pour faire ch..le monde?? SI CE N ETAIT PAS UN VIRUS VRAIMENT DANGEREUX

    si notre « tête pensante » n’a pas fait comme les chinois c’est parce que nous français on aurait tout de suite viré panique, et çà aurait été pire que le virus, donc pour une fois je pense que les choses ont été menées correctement… mais cela n’empêche pas que nous devons être plus que vigilants, ESSAYER de ne pas l’attraper, et çà c’est pas gagner…
    avis aux gilets jaunes!!!et autres mouvements de foule, il fait froid, même couvert un éternument à côté de vous et que ferez vous??? en cette période un simple rhume et vous serez considéré comme un pestiféré!!voire simplement « éloigné », au pire lynché!!
    je suis d’une nature très optimiste, et pour toute situation je fais face, et même là je ferais face car je suis forte face à l’adversité, mais pour toute personne qui a connu dans sa vie une bronchite sévère qui vire à la pneumonie me comprendra tellement c’est épuisant, alors un très bon antibio et on était rétabli en quelques jours, LA IL FAUT PENSER QUE CA SERA DIFFICILE DE S EN RELEVER AVEC L AIDE DE L HOSPITALISATION ET TOUTE LA PANOPLIE DE LA REA…. si il reste de la place quand vous y arriverez
    et ne me parlez pas de trouver dans peu de temps un antibio qui conviendra ou un vaccin, les chinois et autres dans le monde s’y attèlent depuis deux mois a coup de milliards et ce n’est pas probant, à part le dépistage mais qui arrive avec les symptômes alors que la personne a déjà contaminer sans le savoir et SANS symptôme!!!!!!!!!!!!!!
    alors boursicoter autant que vous voulez pour mourir « riche » comme disait adnstep, cela n’empêchera pas une démographie mondial qui va ralentir, l’économie qui va s’écrouler, et l’échange aérien ou autre repenser, la méfiance de l’étranger exacerbé etc.…
    après ce virus nos comportements à tous vont changer, notre instinct primitif va émerger.
    quoi qu’on fasse sur cette terre la nature reprend toujours ses droits

    • adnstep says:

      Fascinant, votre logique : « si ce n’était pas si dangereux, on ne prendrait pas toutes ces précautions. Donc si le gvt prend toutes ces précautions, c’est parce que c’est très dangereux ».

      Non. Ces précautions sont prises parce qu’il y a doute. On ne sait pas trop, donc on prend un certain nombre de mesures. Mesures issues du plan destiné à combattre le h1n1, d’ailleurs.

      Vivre est risqué. Votre aversion au risque frise l’infini, et votre résilience est quasi nulle.

    • Michel 2 says:

      Les antibiotiques comme vous dites n’ont aucun effet sur les virus !!!

      • Non mais sur les surinfections causés par les virus qui ont affaibli l’organisme,et j’ai lu plus haut que vous disiez que la grippe espagnole venait du Kansas ,oui mais ramenée par des militaires américains qui revenaient de ….Chine.

        • Michel 2 says:

          Oui je l’ai expliqué dans un autre post.
          Quant aux origines de la grippe espagnole, l’origine chinoise post Kansas est une théorie mais on n’en est pas sûr du tout d’autant plus qu’à l’époque il n’y avait pas de géolocalisation (LoL) et que beaucoup de données ont été perdues, mal enregistrées ou encore pas fiables!

    • Michel 2 says:

      Quand aux chinois on se posera longtemps la question de savoir si cette crise virale ne sert pas leurs desseins, je veux dire des dirigeants bien sûr, quand on sait que leur autorité est de plus en plus remise en cause à l’image de Hong Kong ???

  18. Michel2 says:

    En attendant voici ce que « suppose » Marc Fiorentino:

    « LE KRACH PÉTROLIER
    Je n’avais jamais vu ça.
    Le pétrole s’effondre de 30%.
    En une seule journée.
    Avec un pétrole en dessous des 30 $.
    L’OPEP s’était entendue pour réduire drastiquement la production de pétrole pour soutenir les cours.
    Mais la Russie a refusé l’accord.
    L’Arabie Saoudite a donc décidé de baisser brutalement ses prix et d’inonder le marché de pétrole.
    DANS QUEL BUT ?
    L’Arabie Saoudite a un double objectif :
    – obliger la Russie à accepter des nouveaux quotas de production,
    – pousser les entreprises américaines du pétrole de schiste surendettées à la faillite pour éliminer pendant quelques années le concurrence.
    L’Arabie Saoudite parie qu’elle peut supporter l’effondrement des cours mais que ni la Russie, ni les producteurs américains de pétrole de schiste, ne pourront résister.
    MAIS
    Pour ceux qui sont peu exposés aux marchés et qui sont très investis en fonds en euros dans leurs assurances vie, comme une bonne partie de notre communauté, nous entrons dans des zones où on peut commencer à construire, PROGRESSIVEMENT, une position à la hausse.
    UNE PETITE POSITION, car les marchés sont très risqués, mais les niveaux actuels commencent à être intéressants.

    CAR NOUS ANTICIPONS…..l’arrivée de la cavalerie.
    La cavalerie ce sont les banques centrales bien sûr.
    La FED peut baisser ses taux à zéro % le temps que la crise passe.
    Les autres banques centrales vont suivre.
    Mais les gouvernements vont commencer à distribuer de l’argent.
    HELICOPTER MONEY
    On y est.
    On en parle depuis longtemps.
    Mais le coronavirus va servir de déclencheur.
    Les gouvernements vont distribuer de l’argent directement, tout d’abord aux PME et entreprises qui sont directement touchées par la crise du coronavirus, sous forme de baisse ou d’annulation de charges sociales ou de taxes, mais peut-être aussi, plus tard, notamment aux États-Unis aux particuliers avec des baisses d’impôts.
    C’est ça, l’helicopter money. »

    • Le Mecreant says:

      Ben voyons… ok on va distribuer de l’argent a tout va, et après ? on va imprimer des billets de 1000 milliards de reichmarks , pardon d’euro, et il en faudra une brouette pleine pour avoir une brouette de pain? Parce que tout cet argent, il ne faut pas rêver, il ne vaudra même pas le papier sur lequel il est imprimé.

      • Le Mecreant says:

        une baguette et pas une brouette de pain, of course.

      • Michel2 says:

        Probable !
        Mais comme il n’y a pas (plus) d’autres solutions sauf peut-être aux US ou il une toute petite marge pour baisser les taux !

        Que feriez-vous à leur place ?
        Entre laisser l’économie s’effondrer avec toutes les conséquences que chacun imagine ou alors faire de la MMT?
        Il faudrait à mon sens un vrai reset pour repartir sur des bases saines mais aucun politique même la population ignorante de ce qui se passe, n’est prêt à faire cela, se saborder !

        • Le Mecreant says:

          Que faire? Mais il n’y a rien a faire, on ne lutte pas contre un tsunami, on essaye juste de ne pas se noyer. Et après on avise quand l’eau s’est retiré.
          Il suffit d’ailleurs de lire beaucoup de post ici (et ailleurs) pour voir que beaucoup de gens n’ont pas compris, ou ne veulent pas comprendre ce qui est en train de se passer.

        • adnstep says:

          Ce reset, c’est en 2008 qu’il aurait du avoir lieu.

  19. adnstep says:

    Voir le duel de CNews avec Zemmour et Mafesolli, de ce jour.

    Ils y arrivent enfin, les sociologues : « It’s not about economics, idiot »

    Fin de la marxisation des esprits.

  20. Michel2 says:

    Même si l’instant est grave, je n’ai pas pu m’empêcher de relire les commentaires de cet article de JB du 30 avril dernier:

    https://www.leblogpatrimoine.com/bourse/la-theorie-monetaire-moderne-mmt-ouvre-de-nouveaux-horizons-pour-les-marches-financiers.html

  21. adnstep says:

    Attendez, Michel, l’argent n’a pas encore été distribué !

    • Michel2 says:

      Vous n’aviez pas encore entendu Macron !!!

      • adnstep says:

        Je n’ai alors pas compris ce que vous vouliez dire.
        Je pense fermement que de l’argent gratuit va être distribué.
        Je ne suis pas sur du résultat.

        • Michel2 says:

          C’est un peu en demi mesures ce que vient de dire Macron au 20h: ceux qui « souffriront » directement ou indirectement du coronavirus seront intégralement remboursés (avec de l’argent falsifié), quelque soit le coût !

        • Michel2 says:

          Et comme l’économie, la dette souveraine, celle des entreprises, …. sont en situation déplorable, il faut probablement s’attendre à une crise financière et économique d’une ampleur considérable, même quand le coronavirus sera en phase de régression.

          Quand la mèche est allumée, il est très difficile de l’arrêter et ce ne sont pas les discours Macronistes qui y peuvent quoi que ce soit.

  22. Michel2 says:

    Bienvenue à Weimar !

    LES NOTES DE BRUNO BERTEZ

    Fed 2020 : bienvenue à Weimar !

    Eric Rosengren, de la Fed de Boston, fait allusion à de possibles achats d’actifs de style BCE et Bank of Japan (BoJ) :

    « Dans une situation où les taux d’intérêt à court terme et les taux du Trésor à 10 ans approchent de la borne inférieure du zéro, permettre à la Fed d’acheter une gamme d’actifs plus large pourrait être important. »

    Ceci est interdit par la charte de la Fed.

    Ceci a déjà été évoqué par Yellen.

    Ceci plantera le dernier clou dans le cercueil du pseudo-libéralisme qui n’est qu’un capitalisme de copinage, monopolistique, d’Etat et de banque centrale réunis.

    Ceci n’aura aucun autre effet que de tenter de soutenir les cours de bourse des ultra-riches au même titre que le capping des taux à long terme.

    Electrocardiogramme plat !

    Des erreurs colossales

    La Fed se prépare à un effondrement boursier qui n’aura rien à voir avec le virus – celui-ci n’étant qu’une causa proxima – et tout à voir avec ses erreurs antérieures.

    Les erreurs antérieures ont planté le décor. Il ne manque que le déclencheur ; ce ne sera pas encore le virus, il est trop tôt, mais les décisions prises à l’occasion du virus vont grandement accélérer le processus historique.

    L’organisme économique est fragilisé, une masse incroyable de promesses non tenables, cynisme des agents économiques, théories fausses, tout se met en place.

    La Fed veut se donner les moyens d’entrer un peu plus sur la route de l’hyperinflation de type allemand des années 20.

    La Fed a commis l’erreur de laisser se constituer une masse, un stock incroyablement élevé d’actifs financiers et d’actifs quasi-monétaires. Les gens, les détenteurs, sont persuadés que ces actifs sont aussi bons que de la monnaie : on leur a laissé croire qu’ils étaient liquides !

    Mais quand la vraie baisse arrivera, cette croyance disparaîtra. Les gens se rueront vers la sortie ; ils voudront échanger leur actifs monétaires et quasi-monétaires contre de la vraie monnaie de banque centrale. C’est le run version moderne.

    Ce que nous voyons déjà, c’est un run préliminaire ; on vend des actions et on demande de la monnaie sous sa forme la plus sûre – les emprunts d’Etat. Au moindre frémissement, on passera à l’étape suivante : on déversera les emprunts d’Etat, on demandera à les échanger contre de la monnaie banque centrale.

    C’est à ce moment-là que tout se nouera.

    Une pyramide inversée

    La Fed aimerait bien que l’on change la législation afin de lui permettre de faire face à un run !

    La masse exceptionnellement élevée d’actifs financiers et de quasi-monnaie repose sur une pointe étroite, constituée de base money, de monnaie de base.

    Si la pyramide s’écroule, les vendeurs demandent en contrepartie du cash, de la monnaie de base – c’est-à-dire de la monnaie banque centrale. Cela signifie que pour éviter l’effondrement, la banque centrale met le doigt dans l’engrenage dans lequel il ne faut jamais s’aventurer : créer de la monnaie pour soutenir le prix des actifs alors qu’ils sont bullaires.

    Elle se positionne au plus serré dans l’engrenage :

    – soutien des marchés ;
    – création monétaire pour financer ce soutien ;
    – perte de confiance dans la monnaie ;
    – rétention de l’offre et pénuries ;
    – hausse des prix ;
    – perte de confiance accélérée ;
    – création monétaire accélérée…

    C’est le moment, c’est l’engrenage de l’hyperinflation de Weimar.

    Des tombereaux de monnaie

    La pyramide d’Exter repose non pas sur l’or, mais sur la monnaie de banque centrale, sur la base money, puisque quand les couches supérieures s’effondrent, les ventes se font contre de la monnaie de banque centrale.

    Si on entre dans la mécanique terrible de Weimar, il faudra d’abord élargir la base/pointe de la pyramide et créer des tombereaux de monnaie de base. Ce n’est que dans un autre temps de la crise, quand le système va se bloquer, que se posera la question de savoir si l’or peut ou non constituer une basse stable, une base de confiance pour stopper la crise.

    Dans un premier temps, la demande sera une demande de cash.

    L’hyperinflation allemande a été causée de loin ; elle a pour origine le financement non-orthodoxe de la Première Guerre mondiale. Ici, l’équivalent du financement non-orthodoxe de la guerre militaire est le financement non-orthodoxe de la guerre économique contre la déflation/surproduction.

    A force de truquer et de mentir, les élites ne savent même plus ce qu’elles font et pourquoi elles l’ont fait.

    Savez-vous que, dans les années 1920, la banque centrale allemande a refusé jusqu’au bout de croire que c’était sa politique monétaire qui fabriquait la crise ! Elle était persuadée qu’elle ne faisait que suivre les besoins de l’économie.

    C’est exactement ce que pense Powell, qui n’a jamais lu l’Histoire – la vraie, pas celle des manuels de l’establishment.

  23. Bonjour
    Les dirigeants de notre pays face a la crise nous ordonnent le confinement, pour nous montrer qu’ils agissent,cependant ils n’ont pas oublié de nous pénaliser (135€)si nous sommes dehors sans raisons valables.
    Le vaccin n’ayant pas encore été trouvé ils parlent déjà de sa commercialisation.
    Je pense sincèrement que nous sommes dirigés par des gens pour qui le français lambda n’est qu’une pompe a fric.
    Si ils voulaient vraiment être pris au sérieux,le vaccin si tenté qu’il puisse être trouvé devrait être a la charge de l’état ,en attendant ils magerons un peu moins de caviar sur notre dos.
    C’est triste mais j’ai honte d’être français.

  24. dominique meribel says:

    L’OMS (Organisation du Massacre Sanitaire) après avoir exhorté les couillons a laisser grandes ouvertes les portes pour propager l’épidémie, l’OMS pour une fois exorte à faire test, test, test, nous en france on les meilleurs avec radar, radar, radar, tout ceci pour 3000 décès sur les routes. Alors qu’avec le covid si les hopitaux s’écroulent avec 70% de contamination et 20% de cas graves qui ne seront pas traités donc pas mis ni sous oxygène ni sous respirateur, cela fera 70millionsx0.7×0.2=9millions de morts la première année, plus les décès dus à l’arrêt des hopitaux qui ne pourront plus soigner les accidentés, les crises cardiaques, etc….. Le 1% à 3% de décès qui est seriné dans les médias est le taux de mortalité quand on arrive à mettre les cas graves sous oxygène ou sous respirateur, avec 9millions de cas graves tout s’effondrera, tous les cas graves iront direct dans les fours crématoires. Si en plus l’immunité collective ne marche pas avec ce virus parce qu’il évolue où ne génère pas suffisament d’anticorps, c’est probablement 10% de la population qui décèdera ultérieurement chaque année, sans compter tous les invalides respiratoires qui resteront sur le carreau. Tous les systèmes d’analyse des centres de recherche type CNRS, Pasteur, Inserm et labos militaires doivent être mis à contribution pour tester la population. Les usines textiles doivent être réquisitionnées pour fabriquer des masques. On ne doit pas laisser les malades avec toux et fièvre développer une forme grave de pneumonie qui sera très difficile et longue à soigner, ils doivent être mis sous chloroquine, interféron, anti protéase ou autres anti viraux. Les cas de pneumonies graves doivent être mis sous chloroquine, anti-viraux et si nécessaire sur anti arthtritique pour éviter la tempête de cytokines qui détruit les poumons. Si on ne fait rien c’est 9millions de morts la première année. Bien sur depuis le début nos grands charlantans endorment le public avec des chiffres bidouillés sur le nombre de morts.
    AVEC POTENTIELLEMENT 9 MILLIONS DE MORTS SI RIEN N’EST FAIT, C’EN EST FINI POUR LA FRANCE

  25. Jérôme says:

    Je n’en suis pas encore la ,mais tout de même très inquiet pour la suite des événements « les montons de panurge »

  26. julien bonnetouche says:

    BIP 59,
    les cas graves non traités par manque de respirateurs artificiels, risquent fort de ne pas s’en remettre.

  27. Jérôme says:

    Une dernière intervention de ma part si vous le permettez, il est claire que je dispose pas de l’intellect de beaucoup d’entre vous pour débattre des causes ou solutions.
    Mais voudrai quand même attirer l’l’attention sur un effet involontaire et pourtant flagrant du confinement et réduction des transports,c’est l’l’amélioration de la pollution de l’aire et aussi auditive qui seront a prendre en compte si nous voulons vraiment EVOLUER merci

  28. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Pourquoi tant de morts en Italie :

    http://www.slate.fr/story/188844/pourquoi-litalie-est-davantage-touchee-par-le-coronavirus

    Il semble que la vie familiale et communautaire y soit plus rapprochée que dans d’autres pays.

    D’une manière générale les pays du sud ont ce mode de vie. Raison pour laquelle l’Italie et l’ Espagne sont les plus touchées actuellement.

    Mais en France nous avons dans les banlieues le record européen de populations qui ont conservé ce mode de vie communautaire de leurs traditions d’origine, et qui vivent dans une concentration urbaine favorisant la promiscuité.
    Le virus va certainement donc certainement exploser dans ces « banlieues et quartiers »

    Ce n’est pas pour rien que les couvre feu ont été initialisés dans certaines villes du midi et du nord.
    Mais bientôt toutes les banlieues de nos villes seront concernées.
    En plus cela réduit les vols de masques.

  29. chrysalide says:

    bonjour à tous,
    apres le « et quand la chine s’éveillera », on va peut être penser, « et quand l’Afrique se réveillera »..
    nous n ‘en entendons pas parler, au début j’ai pensé que c’était parce qu’ils ne voulaient pas donner de chiffres… mais maintenant après première enquête « il n’y a pas beaucoup de cas »..???
    du coup je me demande si le fait que pratiquement tous les africains sont paludéens et donc sous quinine un grand nombre de fois dans leur vie, il se pourrait qu’ils soient « immunisés »?? nous le saurons surement dans un an ou deux..
    par contre coup tous les pays « supérieurs » seront en ralenti et eux tireront leurs épingles du jeu mondial!!! et qui sait on aura « besoin » d’eux….
    ce qui se prépare avant ou après l’été va dépendre des choix que nos dirigeants font en ce moment…
    peuple français qui n’a pas de pétrole mais des idées, c’est à vous de jouer.

  30. chrysalide says:

    je ne sais pas si j’ai raison, ce que je sais c’est qu’en ce moment en afrique il etudie cette possibilité, de plus pour mon cas personnel, j’ai vécu dans beaucoup de pays chauds sur cette planète et je suis paludéenne depuis l’age de 4 ans, la quinine je connais, et depuis que je suis définitivement en europe, je me tape quand meme quelques crises de temps en temps, et donc je reprend régulièrement de la quinine, il se trouve que ayant un rhume j’ai été à la pharmacie pour avoir une plaque en prévision d’une crise, et le pharmacien m’a dis qu’il ne pouvait s’en procurer « la pharmacie centrale a réquisitionné toute la quinine disponible »… voila la réalité donc par mon cas personnel je ne sais pas si j’aurais un jour ce virus ou que celui ci ne m’atteindra pas, en tout cas si je fais une monter de paludisme je vais faire « sans quinine ».
    de plus il est vrai que la quinine peut être dangereuse quand mal contrôlée (avortive) mais dans le cas du covid19 c’est une des base de soutien du traitement.
    dans mon avis au dessus, je m’inquiète pas du maintenant mais du après, comment se remet doucement la chine?? de çà personne ne parle…comment se remettra l’Italie?? l’Espagne?? et nous???pensez vous que çà aura été « juste une parenthèse » et que tout reviendra à la normale à la rentrée de septembre?? nos marchandises et matière première viendront elle tjs de chine ou .. d’ailleurs??? personne ne parle de l’inde je pense que ceux là aussi sont sous quinine mais quelle sera leur taux de mortalité?? des nouvelles ??, je vous dis que l’Afrique sera peut être notre prochain fournisseur et ???que tout le monde gamberge à toutes les possibilités, car l’Afrique c’est pas la chine question stabilité politique!!! on ne commerce pas « fiabilité politique ni économique » avec l’ensemble de l’Afrique, c’est pas UN pays c’est DES pays, alors chine, inde afrique quel sera le fournisseur de demain?

  31. julien bonnetouche says:

    L’épidémie en Afrique est obligatoirement mal connu pour raisons de sous développement médical.

    Mais deux éléments plaident en faveur d’une moindre gravité qu’en Europe ou aux USA :

    D’abord l’Afrique est un continent où la grande majorité de la population est jeune contrairement à nos veux pays.

    Or nous savons que les jeunes développent des formes asymptomatiques, et pourraient ainsi faire arriver plus rapidement le taux naturel d’immunisation de la population( 60%environ)

    Par ailleurs une grande partie des populations africaines sont rurales, réduisant par là la dissémination du virus;

  32. On reçoit des mails que l’on ne retrouve pas après dans la discussion,
    Donc à Michel 2,
    Oui les antibiotiques ne servent à rien contre les virus,par contre ils sont utiles contre les surinfections bactériennes car l’organisme est affaibli par le virus et attrape plus facilement une infection.
    La grippe espagnole venait du Kansas,certes mais ramenée par des soldats américains de …Chine,déjà.

  33. adnstep says:

    Hier, j’ai désinfecté mon écran de télé.
    Du coup, je n’ai plus BFM ni LCI.

    • Michel 2 says:

      Mort de rire !!!! Elle est très bonne !

      Dans le même esprit:

      « JOURNAL DE CONFINEMENT

      JOUR 1

      Mercredi 18 mars. Premier jour à quatre à la maison. Journée ensoleillée, les enfants ont pu profiter du jardin. Pas encore de nouvelles de la maîtresse, j’imagine qu’il faut le temps de s’organiser. Ce midi, apéritif en famille, jeux l’après-midi ; Mathilde avait fait un gâteau au chocolat pour le goûter. Petit air de vacances !

      JOUR 2

      Jeudi 19 mars. Première tonte de l’année ! J’adore l’odeur de l’herbe coupée. Les arbres sont en bourgeons, les tulipes sortent de terre, les premiers jours de printemps sont toujours agréables !
      Foot avec les enfants qui ont fini par se disputer, comme toujours. La vie s’organise tranquillement.

      JOUR 3

      Vendredi 20 mars. Les premiers devoirs sont tombés pour Mathis : révisions sur les divisions. Surtout rester calme…
      Léa fait des dessins pour papa et maman. Trop mignon.

      JOUR 5

      Dimanche 22 mars. Le jardin est au carré, on dirait Versailles ! Comme quoi il y a toujours du bon à prendre ! Mathilde a les mains dans la farine la moitié du temps : gare aux kilos en trop !
      Léa a épuisé la moitié du stock de pages blanches, c’est moche pour la planète.
      Côté divisions, on rame…

      JOUR 7

      Mercredi 25 mars. Si Mathis me demande encore une fois ce qu’est un dividende, je lui fais manger son cahier !
      Léa a enfoncé toutes les pointes de feutres et chouine à longueur de journée.
      Mathilde s’est lancée dans la confection d’un gâteau roumain à la purée de marrons et aux pruneaux. Est-ce vraiment une bonne idée ? Le temps commence à sembler long.

      JOUR 10

      Samedi 28 mars. Je crois que mon fils est con, j’ai abandonné la division. On a une semaine de retard sur le travail envoyé par la maîtresse. J’ai vomi le gâteau aux marrons.

      JOUR 11

      Dimanche 29 mars. La caisse à outil est nickel, j’ai rangé mes clefs plates par ordre de grandeur, les marteaux par ordre croissant de poids. J’ai trié tout ce qui pouvait se trier dans la maison : clous, vis, boutons, punaises (par couleurs), slips.. Je commence à voir flou.

      JOUR 14

      Mercredi 1er avril. On continue sur le passé simple. La décence m’oblige à me taire. ..

      JOUR 15
      Je rédige une lettre à l’attention du pape pour faire canoniser la maîtresse de mon fils. J’ai envie d’écouter Céline Dion en passant l’aspirateur dans le garage. Je crois que ça va pas le faire.

      JOUR 16

      Vendredi 3 avril. « Les enfants prenâmes le goûter sur la terrasse ». Bon c’est fois-ci c’est clair, Mathis n’aura pas non plus le prix Nobel de littérature… J’ai envie d’épouser sa maîtresse…je crois que je commence à délirer…
      Léa regarde la télé H 24.
      Mathilde a commencé une pièce montée à cinq étages. Je le sens pas trop. J’ai déjà pris cinq kilos…

      JOUR 17

      Samedi 4 avril. Je crois que j’ai chopé un Gilles de la Tourette avec ce putain de passé simple de merde !
      La pièce montée s’est cassé la gueule.
      J’ai des hallucinations, les dessins de ma fille me parlent !

      JOUR 18

      Dimanche 5 avril. Pour la première fois de ma vie, j’ai prié Dieu…

      JOUR 19

      J’ai bouffé la page du livre de conjugaison. Problème réglé…

      JOUR 20

      Passé la journée à chercher le chien, on l’a perdu !

      JOUR 21

      Merde, c’est vrai, on n’a pas de chien ! J’attaque ma cinquième bière de la journée.
      Léa ressemble à un lapin qui aurait attrapé la Myxomatose.

      JOUR 30

      36 mars. Je suis sûr d’avoir vu passer la maîtresse de Mathis dans la pâture derrière chez nous : elle promenait son Bescherelle en laisse.
      Je vais reprendre un ricard …

      JOUR 31

      J’ai les dents qui grattent, je transpire des yeux. Je me rends compte que mon slip est à l’envers. Comme je le porte au-dessus mon pyjama, j’ai l’air encore plus con.

      JOUR 32

      An 3020 après ma belle-mère. Plus de farine dans les magasins, Mathilde est prostrée sur une chaise dans la cuisine, elle fait la conversation au four.
      Mathis essaye de diviser le passé simple. Léa bave devant la télévision. Les stocks de Ricard sont épuisés. Au secours…

      JOUR 40

      37 avril 2028. Oh putain on a remonté le temps ! Il se passe des trucs bizarres… Il y a une dame dans ma cuisine qui pleure en regardant le four, je ne sais pas du tout qui c’est. Et cette petite assise dans le coin qui regarde en ricanant, elle me file je jetons. De toute façon je ne sais plus comment je m’appelle. Je ne sais même plus pourquoi j’écris. C’est la fin…

      JOUR 50

      Il s’est passé quelque chose. Il y a des gens partout, on entend « c’est fini ! », « C’est fini ! », « Plus de confinement ! ». Je ne sais pas ce qu’il se passe. Je sors pour voir. Je m’y reprends à trois fois avant de savoir enfin passer la baie vitrée. Je respire à pleins poumons. Je tombe dans les pommes. Direction les urgences.

      JOUR 60

      Vendredi 15 mai. Reprise du travail depuis une semaine. Mathilde, Mathis et Léa vont bien. La vie a repris son cours normal, si ce n’est que j’ai du cholestérol, du diabète, des troubles de la personnalité (mon double ne parle qu’au passé simple et cherche à diviser tout ce qu’il peut, c’est un peu pénible…) Mais bon nous en sommes sortis vivants ! Rendez-vous demain chez la psy, 15h30… « 

  34. adnstep says:

    Le 26 mars 2020 : « Art. 12-2. – Par dérogation à l’article L. 5121-8 du code de la santé publique, l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile. »

    Comme d’habitude, ça penche du côté ou souffle le vent.

    • prescription uniquement en milieu hospitalier .

      • adnstep says:

        Prescription.
        Alors qu’une semaine avant, prescrire l’hydroxychloroquine, c’était une hérésie !

        Et sinon, pourquoi dites-vous uniquement en milieu hospitalier (« poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile. »)

  35. Poursuite d’un traitement initial pour les pathologies initialement concernées par ce médicament.

     » La spécialité pharmaceutique PLAQUENIL © et les préparations à base d’hydroxychloroquine ne peuvent être dispensées par les pharmacies d’officine que dans le cadre d’une prescription initiale émanant exclusivement de spécialistes en rhumatologie, médecine interne, dermatologie, néphrologie, neurologie ou pédiatrie ou dans le cadre d’un renouvellement de prescription émanant de tout médecin.

    • Michel 2 says:

      Oui mais ça c’était avant ….. l’ Art. 12-2. – Par dérogation à l’article L. 5121-8 du code de la santé publique,

      • il suffit de lire l’intégralité pour avoir la confirmation , qu’il s’agit bien du meme article du dit décret.

        • adnstep says:

          En gros, ça s’appelle un parapluie. On autorise mais, on n’interdit pas, mais…

          Si la chloroquine fonctionne, on pourra dire qu’on avait autorisé, si ça ne fonctionne pas, on pourra dire « on vous l’avait dit ».

          En attendant, la communication est bien vérouillée, on ne parle plus du docteur Raoult.

          Y’a pas a dire, côté com’, on a le meilleur des gouvernements.

  36. julien bonnetouche says:

    Conneries tout ça !

    Tous les jours on a 350 morts les italiens 700. et cela ne tarit pas.

    Le plaquenil n’a que peu d’effets secondaires.
    Et il suffirait qu’il réduise la charge virale de quelques uns pris à temps pour les sauver.

    Alors autant y aller !! on verra bien ensuite..

  37. Michel 2 says:

    Histoire de polytechniciens !

    ___________________________________________________________________
    Eolien. Tarifs garantis, l’argent de la honte? Michel Faure

    Des promoteurs éoliens osent se vanter de continuer à gagner de l’argent grâce aux tarifs de l’électricité qu’ils vendent à EDF à des prix garantis sur 15 ans ( et exorbitants compte tenu des conditions actuelles du marché)

    Voici la remarquable réponse sous forme de  » tribune-lettre » de Michel Faure polytechnicien à la tribune hors-sol de son camarade, florissant promoteur éolien qui a osé écrire dans le journal les échos du 26 mars 2020

    https://www.energieverite.com/post/r%C3%A9ponse-d-un-polytechnicien-%C3%A0-la-tribune-hors-sol-de-son-camarade-florissant-promoteur-%C3%A9olien

    Cher Camarade Barbaro, Patron de la société cotée NEOEN, opérateur d’énergie qui parsème nos campagnes d’éoliennes, le 26 mars, 10ième jour du confinement national, tu t’es fendu d’un entretien dans le journal « Les Echos ».

    Échange de bons procédés sans doute, il s’agit de quelques lignes de publicité rédactionnelle pour ce journal qui doit absolument remplir ces colonnes, en ces temps de sinistrose avec des articles porteurs d’espoir … Si c’est effectivement ce que recherchait le journal, penses-tu sincèrement avoir atteint l’objectif ? Je te cite : « grâce à nos contrats de long terme qui fixent le prix de vente de l’électricité produite dans nos centrales pour 10 ou 15,20 ou 25 ans, on a du chiffre d’affaires qui rentre malgré la crise… ». L’économie mondiale est littéralement à l’arrêt ; chaque mois de confinement provoque une contraction de 3 à 4% des PIB ; tu nous expliques que, quoiqu’il arrive, le chiffre d’affaires de ta société est préservé. Cela laisse rêveur, sur quelle planète es-tu ? Penses–tu vraiment redonner de l’espoir aux lecteurs de ce quotidien ou ton message s’adresse t’il à d’autres cibles ?

    – Tes actionnaires ? Non assurément, trois coups de fil auraient suffi pour couvrir 70% du capital et notamment au camarade Veyrat qui contrôle 50% des titres de NEOEN.

    – Tes salariés ? Oui, bon, le sort des 112 salariés français de ton groupe obligés de rester chez eux est bien triste mais cette centaine de salariés partagent le même sort que des millions d’autres travailleurs salariés, indépendants ou précaires, obligés eux aussi de rester à la maison avec des « bruits d’enfants », pour reprendre le verbatim de ton interview. Mais nul doute que le groupe (36 m€ de résultat net en 2019) pourra dégager quelques moyens pour rendre leur sort plus doux et surtout plus sécurisant que celui de bon nombre de nos concitoyens. Une communication interne (mails ou appels téléphoniques), à la portée de n’importe quelle PME, aurait d’ailleurs pu suffire.

    – Tes banquiers ? Là, ce sera plus dur et je ne suis pas sûr qu’un entrefilet dans une feuille de chou, suffise. Les voilà empêtrés dans des prêts de très long terme ; les dettes nettes de NEOEN se sont envolées de 74% en un an (1,8 milliards d’euros à fin 2019) et représentent maintenant 8,3 années d’EBITDA contre 6,24 années un an auparavant ; dur, dur…

    – Tes clients et néanmoins contribuables ? Dieu merci, à toute chose malheur est bon ! Le Green New Deal d’un coût de 1.000 milliards d’euros, lancé à grands coups de trompettes avec l’aide de la presse, par les technocrates de la Commission Européenne, ne survivra pas à la crise. Aujourd’hui, tu nous vends ta production électrique 80 €/ MWh. Dans le même temps, le prix de marché du MWh – indicateur avancé de l’activité économique- s’est effondré passant de 40 €/MWh (octobre 2019) à 20 €/MWh ; il va rester probablement scotché à ces niveaux. De sorte que la subvention dont bénéficie ton produit – ce produit que le client est obligé d’acheter même s’il n’en a pas besoin – est passée de 40 €/MWh (80 € -40 €) à 60 €/MWh (80 €-20 €) : + 50% en quelques mois ! Penses-tu que la situation puisse perdurer ? Crois-tu sincèrement que cette subvention pour un produit inutile, parce que non- pilotable, sera assurée pour 10, 15, 20, 25 ans, comme tu nous l’expliques dans ton interview ? Les 2 mois de confinement de la population mondiale se traduiront par une contraction de 7 à 8 % du PIB mondial annuel.

    La sortie de crise se traduira par une révision drastique de la politique des États ; ils devront se réveiller de la léthargie mortifère dans laquelle les avaient plongés les écologistes anti-nucléaires, les technocrates inconséquents et les financiers peu scrupuleux. Pour de nombreux ménages, la sortie de crise devra se traduire par un retour aux fondamentaux : se nourrir, se déplacer, se vêtir, pourvoir aux besoins élémentaires des siens ; l’énergie fait effectivement partie des besoins vitaux. Les milliards de subvention accordés à ton secteur d‘activité en pure perte par la communauté nationale exsangue devront être réaffectés et c’est tant mieux. Tu te rappelles la devise de notre École : Pour la Patrie, les Sciences et la Gloire… En cette période de guerre, cette devise aux accents un peu désuets reprend du sens :

    – La Patrie exigera que ses élites consacrent tous leurs efforts à son redressement.

    – Elle demandera que ces élites réfléchissent au mot de Rabelais : Science sans conscience, n’est que ruine de l’âme.

    – Elle réservera enfin sa reconnaissance à ceux qui ont eu le courage de travailler au profit du plus grand nombre et non au service de quelques financiers sans scrupule. Reçois, Cher Camarade, mes meilleures salutations, Michel Faure X 74, Ingénieur des Mines (R) PS : Par arrêté en février 2020, la préfète de Charente vient, hélas, de t’autoriser à ériger un site éolien de 15MW à Courcôme. C’est un projet de 20 millions d’euros de matériels importés ; pour le mener à bien, tu as constitué une société (Eoliennes Courcôme) au capital de 5.000 euros ; 5.000 euros risqués face à 20 m€ investis en matériels importés, cela en dit long sur l’effet de levier financier que tu vas rechercher.

    Et comme d’habitude, tu dois tabler sur un chiffre d’affaires cumulé sur les 20 ans d’une cinquantaine de millions d’euros subventionné à plus de 70%.

    On ne sait pas si les associations de défense de l’environnement arriveront à bloquer ce projet en Cour d’Appel mais le meilleur espoir réside maintenant dans une révision enfin de la politique énergétique qui se fera jour en sortie de crise.

  38. avec un peu de chance le coronavirus s’occupera de tout les riches, les politiciens, et même 90% de la pop mondial, quitte a retourner a l’age de pierre, ce sera toujours plus agréable que ce système, ce dont on avait besoin se produit enfin, on est trop nombreux, on a la solution, on épuise la terre on fait quoi ensuite? on va sur mars? on fuit nos responsabilités pour flinguer une autre planète? certains vont hurler en lisant cela et je le comprend, chacun sont point de vue, pour la première fois depuis long temps la nature est en vacance, nous on ne représente même pas un le millionième d’un grain de sable, la terre était là bien avant, elle sera là bien après, le scorpion empereur marche sur cette terre depuis 400 millions d’année, en 300 000 ans nous sommes déjà au bord du gouffre, on ne la mérite pas cette boule bleu, bonne continuation au coronavirus…

    • adnstep says:

      Là, vous parlez de qui ? Des 50 millions de français qui vieillissent et se reproduisent peu ?

      • les français qui vieillissent et se reproduisent peu ne sont pas moins responsable que les indiens avec leurs 64 gosses, je ne parle pas que de la surpopulation, même si moins de monde = moins de pollution, les français qui jettent 20k tonnes de mégots dans les rue par an, ou 7000 tonne de plomb dans les forêt chaque année par les chasseurs, ceux qui utilisent un véhicule polluant pour aller au marché a 500m parce qu’ils sont trop gras ou trop fainéant pour y aller a pied (hors personnes a mobilité réduite (ne comprend pas les gens « victime » de mal bouffe)) cela représente une majorité de personne, ce qui nous arrive aujourd’hui est peut-être due au réchauffement climatique, un virus en hibernation réveillé par nos soins, peut-être une arme biologique, on ne le saura probablement jamais, dans tout les cas, la nature reprend ses droit, plus ça durera, plus ça sera difficile, mais c’est un mal nécessaire

        • adnstep says:

          Moins nombreux, donc moins responsables.
          Point à la ligne.
          Si vous aimez vous autoflageller, ce n’est pas mon genre.

          • c’est ce genre de comportement qui mènent a la situation dans laquelle nous somme, bon courage pour la suite des événements, vous en aurez peut être besoin.

            • adnstep says:

              Moi, ça va. Et vous ?

              • très bien merci, particulièrement en cette période de « trouble ».

                • adnstep says:

                  « très bien merci »
                  Si ça va bien, alors, pas la peine de nous jouer la scène finale de « Demain, on va tous mourir »

                  • je n’ai donc pas le droit de me distraire en plein confinement? XD

                    • adnstep says:

                      Désolé, gars, le coup du second degré après-coup, ça ne prend pas.

                    • il n’y a pas de seconde degres, ce que je dis est réellement ce que je pense, en aucun cas je pense que c’est la fin du monde même si ça ne me déplairait pas, je suis pas obligé de m’exprimer a ce sujet, mais je le fait car j’adore voir les réactions des gens, ça me distraie, et oui je trouve ça amusant, sur ceux bonne continuation 😉

        • Michel 2 says:

          Ce n’est pas avec une montagne de conjectures que l’on fait avancer le monde. Heureusement qu’il reste des réalistes capables de prendre les choses en mains (je ne parle pas des gouvernants- certains-)

    • Michel 2 says:

      A quoi sert une belle planète, bien écolo, même en vacances, sans homme (donc de conscience) dessus ?

      Par ailleurs, il y aurait des centaines de milliards de planètes potentiellement habitables, ce qui laisse un potentiel de longévité de l’homme gigantissime en supposant que celui-ci passe la barrière de la distance.

      Cf. monde parallèle:
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Univers_parall%C3%A8le

      • d’après vous les formes de vie autre que les humains ne sont pas conscient? celui ci ne passera pas la barrière de la distance avant des centaines d’année, il nous a fallut 30 ans pour savoir comment faire atterrir une fusée plutôt que seulement un module, il faudra des centaines d’année avant d’atteindre une exoplanète, mars est la seule alternative actuellement et pour les 200 ans avenir, a quoi sert l’homme si ce n’est détruire, tous ne sont pas comme ça oui, mais tant que l’argent gouverne, c’est comme ça que nous fonctionnons, nous n’atteindrons jamais une de ses exoplanète a temps, dans 100 ans maximum si le coronavirus n’a pas raison de nous, ce sera l’anarchie, il n’y aura plus de ressource, les guerres civils éclateront, et pourquoi pas une annihilation par nos propre création comme le nucléaire, on est pas voué à perdurer,
        si l’homme était conscient, il protégerait son habitat, ce n’est pas le cas.

        • Michel 2 says:

          Quel fouillis …. de pensées pessimistes et auto destructrices !

          Reprenons sous un autre angle:
          – forme de conscience autre que l’humain:
          Et bien non, je n’en connais aucune autre pour le moment! On parle bien de conscience au sens propre, de son être, de son univers et de ce qu’on sait de son fonctionnement, …. et non pas la conscience de ce qui est bien ou mal. Je doute qu’un chien ou un cheval ait conscience par exemple du fait que la terre tourne autour du soleil sur un axe elliptique avec un angle du plan faisant les saisons, même si ils les subissent et s’en accommodent au même titre que les humains.

          – barrière des distances: l’innovation et la maîtrise des connaissances ont désormais un développement exponentiel (grâce à l’énergie notamment dirait Gencovici) et ce qui a mis 30 ans hier n’en mettra probablement dix fois moins prochainement et ainsi de suite.
          Par ailleurs de nouvelles théories scientifiques émergent ici et là, par exemple celles des mondes parallèles, qui peut-être pourront un jour nous permettre de « voyager » autrement qu’avec un vaisseau spatial dont la limite est de toute façon la vitesse de la lumière (300 000 km/s).
          https://www.huffingtonpost.fr/2014/11/05/mondes-paralleles-mecanique-quantique-chercheurs_n_6100662.html

          – « à quoi sert l’homme si ce n’est détruire, tous ne sont pas comme ça oui, mais tant que l’argent gouverne. »
          Faut-être un écolo psycho rigide, modulé par les images de catastrophisme et les discours subjectifs et/ou idéologiques pour ne voir que destruction partout sur cette terre. Sachez que la moitié de la population mondiale occupe 1 % du territoire de la planète avec 46% en Asie orientale. En France, la moitié de la population vit sur moins de 3 % du territoire seulement. Vous voyez il reste encore du potentiel !
          Je pourrais, si vous prenez le temps de sortir de votre ornière, vous faire voir des millions d’images de sites et d’ha d’une nature très belle ou de sites vierges ou préservés. Vous voyez, il reste la aussi du potentiel si on regarde le verre à moitié vide.
          Et puis à quoi sert l’homme ? Quelle question?
          Je pourrais vous demander de la même manière à quoi sert un serpent, un ours, un arbre, un crapaud, une carotte, un virus, etc..
          L’homme est là, amené subrepticement par une suite d’augmentations de capacités biologiques, d’adaptations et de sélections au fil de la reproduction de son espèce. Après d’où il vient, pourquoi est-il là et où va t-il, relève d’un autre débat métaphysique.

          – quant aux futures ressources, on disait cela au moyen âge et probablement avant aussi quand il n’y avait que quelques millions d’âmes sur cette planète, on l’a redit au milieu du 20 ème siècle quand il y avait 2,6 milliards d’habitants, on le redit aujourd’hui avec 7 milliards, on en reparlera dans 100 ans, etc. On fait fi à chaque fois de l’innovation, donc de la connaissance et l’imagination de l’homme, de la productivité qui en est une conséquence et bien d’autres paramètres qui mettent à bas les théoriciens de fin du monde par la faim. Même s’il est évident que tout a une limite, l’énergie fossile notamment (néanmoins remplaçable par d’autres formes sur le long terme), il reste de beaux jours pour l’humanité mais avec des périodes sombres, cela a toujours été comme cà!

          • merci d’avoir partagé ces informations, mais le réchauffement climatique dans tout ça? la température moyenne augmente chaque année de pas grand chose certes mais elle augmente, ça donnera quoi dans 50 ans? sans parler de la montée des eaux et tout ce qui suit,

            • Michel 2 says:

              Un, sans vouloir refaire le débat TRES largement commenté sur ce blog, le réchauffement n’est pas climatique au sens où ce serait l’homme et ses émissions de CO2 qui en serait responsable, mais fait partie de cycles observés par nos anciens des siècles voire millénaires passés dont ceux du soleil mais pas que et
              deux, les océans ne montent pas ou alors dans une proportion inférieure aux erreurs de mesure ; ‘j’habite près de l’océan, cela fait 60 ans que je le vois régulièrement – voyages scolaires dans mon enfance- et il n’a pas bougé, sauf bien entendu près des plages non protégées où là c’est l’érosion qui a fait son « travail » et pensez que si des îles paraissent menacées par la montée des eaux, c’est probablement plus à cause de l’enfoncement de celles-ci que d’une soit disant montée des eaux. D’ailleurs, il y a d’autres îles qui s’élèvent comme la réunion (activité volcanique et tectonique).

  39. chysalide says:

    moi les politique j’appelle çà des « politichiens » (empreinté aux sénégalais bien conscient de leurs dirigeants)
    quant aux techniciens,, ce sont tous des BARNAC Bon A Rien Nul A Chier (empreinté à un ami bricole tout)

  40. adnstep says:

    Selon une enquête du Point, l’ARS du Nord bloque la mise en place de tests pour le Covid-19 pour une histoire de « problème de norme ». Une situation ubuesque, symbole du poids de l’administration en France, qui semble dicter sa loi même face à la volonté du gouvernement.

    « Le dossier est en cours de traitement ». Selon une enquête du Point, de par sa lenteur d’exécution, l’Agence Régionale de Santé du Nord bloque la mise en place de tests pour le Covid-19 qui pourraient être réalisés par des biologistes, au grand désarroi des élus et des soignants. Comment expliquer cette situation ?

    François Ecalle : Je ne connais pas ce dossier et je ne sais pas comment expliquer cette situation. Plus généralement, je pense qu’il est bien trop tôt pour apprécier la gestion de la crise actuelle par le gouvernement et l’administration. Ils font face à une crise exceptionnelle dans des conditions de travail très difficiles, comme les entreprises et comme dans les autres pays. Il faudra en tirer les leçons plus tard en évitant les critiques faciles qui ne tiendront pas compte des informations disponibles au moment où les décisions ont été prises. Il est toujours facile de dire après coup ce qu’il aurait fallu faire.

    Sous ces réserves et s’agissant de ce problème de blocage de tests du Covid-19, j’observe en lisant dans l’article du Point que l’administration invoque des normes réglementaires à respecter, que les fonctionnaires ou les élus qui prennent des risques en autorisant des produits non conformes aux normes ou qui passent des commandes sans respecter le code des marchés publics peuvent être condamnés pénalement et que c’est peut-être une explication de leur lenteur. La lourdeur excessive des procédures administratives et le manque fréquent de coordination entre les services sont bien sûr également des explications très plausibles.

    Tout le débat que nous avons sur la façon de gérer de manière centrale la répartition de l’épidémie, nous l’avons également avec le cas du professeur Didier Raoult. Il fait la une des réseaux sociaux et des médias nationaux parce que, je pense, sa prise de position et ses choix n’emboitent pas complètement la politique de gestion centralisée qui a été retenue par le pouvoir politique et administratif. En faisant entendre une voix dissonante, il altère le processus de la gestion centralisée. Sa voix amène quelque chose qui ne rentre pas dans le cadre globale de cette politique. Cela ne veut pas dire que son traitement est jugé comme marginal, mais ce sont plutôt ses choix qui altèrent la synchronisation et coordination au niveau national.

    A quel moment l’administration française a-t-elle obtenu suffisant de poids pour, même lors des cas d’urgence, supplanter le politique dans la mise en œuvre des décisions ?

    François Ecalle : Je ne pense pas que l’administration a supplanté le pouvoir politique en France. Au moins pour ce qui concerne celle que je connais le mieux, le ministère des finances, elle a toujours été loyale avec ses ministres et appliqué leurs décisions tout en leur faisant éventuellement savoir qu’elle les désapprouvait. Quand j’étais à Bercy il y a 20 ans, nous défendions le passage de 39 à 35 heures à l’extérieur du ministère tout en écrivant au ministre que ses effets en seraient négatifs pour l’économie française. J’ai toutes les raisons de penser que le comportement des services du ministère n’a pas changé.

    William Geynies : L’administration a beaucoup plus de pouvoir parce que l’état d’urgence sanitaire suppose que l’on a pas le temps de discuter. Le texte de cadrage a été voté et l’administration gère au plus vite l’adaptation de ce texte. De fait, elle a un pouvoir accru, certes de manière temporaire, dans la gestion quotidienne de tous les éléments. Mais ce pouvoir est sous étroite tutelle du pouvoir politique. Il y a moins de débat mais le principe de la démocratie représentative est que l’élu décide. Les arbitrages et les décisions sont prises au ministère de la Santé, à Matignon, à l’Élysée. Le conseil régional ou départemental n’a pas de compétence dans ces domaines là, ni de pouvoir. Contrairement à la Catalogne par exemple qui a son système de santé particulier ou aux régions du Nord de l’Italie qui ont leurs hôpitaux et donc un pouvoir décisionnel sur la politique hospitalière au niveau régional, en France ça n’existe pas. Si l’Agence Régionale de Santé fait remonter une information et qu’elle n’est pas suivie, c’est soit un choix soit un oubli dans le contexte de rapidité d’exécution de ce que l’administration centrale doit faire.

    […] sur des aspects techniques auxquels elle n’est pas préparée et formée. Je ne vois pas comment quelqu’un qui a fait sciences-po ou l’ENA ou polytechnique peut arbitrer les débats de santé que nous avons actuellement où même les experts de ce domaine ne sont pas d’accord sur les protocoles à suivre. Il peut faire le calcul coûts/avantage politiquement, socialement des choix proposés, mais il ne peut entrer dans le débat.

    Les citoyens peuvent-ils avoir le sentiment d’être dirigés par des gens qu’ils n’ont pas élu ?

    François Ecalle : Les citoyens élisent souvent des gens qui leur ont vendu des rêves et à qui leurs administrations doivent expliquer que la réalité est beaucoup plus complexe, notamment parce qu’il faut respecter des règles votées par eux-mêmes ou leurs prédécesseurs. Les élus ont alors une certaine tendance à dire ensuite à leurs électeurs qu’ils ont été empêchés de mettre en œuvre leur programme à cause des obstacles dressés par l’administration (ou par l’Union européenne alors même qu’il s’agit de règles approuvées par la France).

    Pour compléter la phrase de Montesquieu, nous avons les gouvernements et l’administration que nous méritons. Nous voulons payer moins d’impôts mais nous voulons plus de services publics et nous pensons que réduire le nombre de fonctionnaires ne peut qu’aggraver le chômage. Nous voulons des réformes mais nous sommes en total désaccord sur la nature de ces réformes.

    Nous avons donc une fonction publique trop importante mais, en tant que citoyens, nous en sommes responsables et il est inutile de chercher des boucs émissaires dans l’administration, même si j’ai toujours dit qu’elle est trop lourde et qu’il faut réduire les dépenses publiques. Nos injonctions contradictoires conduisent l’administration à ne pas bouger mais elle suivra les Français quand ils se seront mis d’accord sur la voie à suivre. Nous en sommes malheureusement encore très loin.

    William Genieys : Le pouvoir exécutif sera tenu responsable de ce qui se passe. Les gens se remettent pour l’heure à une forme de confiance, mais ils jugeront sur le résultat. Par ailleurs, je vois plutôt l’administration d’une autre manière. On peut discuter de la formule de l’état de guerre alors qu’il n’y a pas de balles dans la rue quand nous sortons, mais si il y a guerre il y a soldats. Parmi eux, bien sûr, les membres du personnel hospitalier, les corps para médicaux etc… Mais l’administration est aussi une forme de soldat ou de cadre, qui sera jugé sur sa responsabilité, mais après. L’administration n’a pas le temps d’écouter les élus locaux qui peut-être demanderont des explications à la sortie de la crise. Dans les procédures qui sont faites, il est certain que l’administration joue un rôle essentiel. Selon l’aboutissement de leur gestion, il y aura des comptes à rendre de la part des soldats de l’administration.

    • Michel 2 says:

       » Il faudra en tirer les leçons plus tard en évitant les critiques faciles qui ne tiendront pas compte des informations disponibles au moment où les décisions ont été prises. Il est toujours facile de dire après coup ce qu’il aurait fallu faire. »

      Celle-là il nous la sorte à chaque fois, le après coup. Sauf que des gens disent avant et personne ne les écoute sérieusement et dans le cas qui nous concerne les sujets ne manquent pas..

  41. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    j’attends avec une jouissance programmée le moment où l’on dira que finalement on peut appliquer les traitement du Pr Raoult parce que les études montrent qu’il apporte des chances supplémentaires aux malades, mais, qu’il faut attendre que les laboratoires fabriquent de la chloroquine parce que » l’administration » n’avait pas encore pondu les directives pour le commander, vu qu’Il fallait attendre le résultat des études pour cela !!!

    • Michel 2 says:

      Si c’est le cas j’espère que des sanctions sévères vont être prononcées et que des démissions vont être sollicitées, tant au niveau médical que politique.

  42. adnstep says:

    Ne vous en faites pas Julien, ce sera bien enrobé de com, et, avec l’aide quelques journalistes, ça passera comme un suppositoire.

  43. julien bonnetouche says:

    le Plaquenil en suppositoires pour ceux qui en ont assez d’avaler des bobards..

    C’est une idée qu’il faut leur soumettre !!

  44. adnstep says:

    C’est comme pour le terroriste qui vient de tuer des Français à Romans-sur-Isère.
    Quand la députée parle de terrorisme, la journaliste de BFM la reprend immédiatement pour dire que le parquet terroriste n’a pas été saisi.

    La voix de son maître.

  45. adnstep says:

    Autre exemple :
    Jusqu’à hier : pas besoin de masques.
    A partir d’hier : c’est bien de porter un masque.

    Quels sont les éléments qui font que Salomon change de discours du jour au lendemain ?

    • Michel 2 says:

      Tiens un truc pour les « sans masques » nouveaux.
      Vous prenez vos anciens masques FFP2 ou chirurgicaux, vous les laissez tremper dans une solution 15/20cl d’eau de javel dans un litre d’eau froide pendant 15 à 30 mn, puis vous les lavez en machine à 30/40°C pendant 15 mn pour éliminer l’odeur de l’eau de javel et vous laissez sécher au soleil (pas de haute température pour ne pas distendre les fibres). Vous les mettez ensuite sur le nez et bouche, ils sont doux et sentent bon la fraîcheur.
      Ce n’est probablement pas l’idéal, enfin tout le monde le dit mais rien n’est sûr mais en tous cas c’est mieux que RIEN !

  46. adnstep says:

    Quelle est la surmortalité due au coronavirus ?
    Peu d’éléments pour le moment, mais Le Monde publie :

    Un premier constat s’impose : celui de la similarité de la courbe globale avec celle des années précédentes. La ligne 2020 reste au niveau de celle de 2019, elle est globalement au-dessous de la mortalité observée sur les mêmes périodes en 2018. Parmi les facteurs d’explication, on peut citer l’épidémie de grippe saisonnière peu virulente durant l’hiver 2019-2020. On constate toutefois une légère hausse dans la dernière semaine de mars.

  47. adnstep says:

    Certains clubs de foot de province annoncent qu’ils se tiennent prêt à accueillir les campagnes de tests de masse qui pourraient être réalisées par les autorités sanitaires dès la sortie du confinement.

    Donc, c’est ainsi que le gouvernement a décidé de sortir du confinement ?

    Il ne reste plus qu’à savoir en combien de temps nous aurons suffisamment de tests, tout au moins pour les régions les moins touchées, donc qui sortiront en premier du confinement.

  48. julien bonnetouche says:

    On en revient toujours au même problème :
    Des masques et des tests.
    En Allemagne 70000tests/ jour en France 10000. on espère 20000 bientôt…

    Mais on l’a souvent évoqué, et cela devrait servir de leçon à tous ceux qui ont cassé l’entreprise France.:

    L’Allemagne est un pays riche, pas nous. Ils ont ce qu’il faut, et plus qu’il n’en faut en temps normal : exemple : 25000 lits de réanimation.

    Est ce que Mélanchon, le PS, la CGT et SUD sortiront un peu plus éclairés de la crise et renonceront à la lutte des classes ? Surement pas !!! il préfèreraient encore attribuer le virus à la colère de Dieu !!

    • adnstep says:

      Julien, la France est un pays riche. Qui dépense énormément pour sa santé.
      Que ces dépenses soient faites à bon escient est un autre problème.

  49. adnstep says:

    Après avoir dénigré, on se résoud à copier :

    A partir du 6 avril, le laboratoire départemental d’analyses des Bouches-du-Rhône (LDA 13) va réaliser des tests de Covid 19 dits « PCR », à destination des soignants. Une première en France pour un laboratoire public, annonce le Département.

    Les équipes du LDA 13 vont réaliser à partir de lundi ces types de dépistages « indispensables pour limiter la propagation du Covid 19 », indique le département des Bouches-du-Rhône dans un communiqué.

    Les prélèvements se font sur rendez-vous et sont réservés aux personnels soignants présentant des signes cliniques évoquant le Covid-19, ainsi qu’aux personnels des Ehpad, des Maisons d’enfants à caractère social (MECS) et des foyers des soins à domicile.

    Situé à Château-Gombert (Marseille, 13ème), le laboratoire départemental d’analyses des Bouches-du-Rhône est le plus grand laboratoire public du sud de la France, seul à disposer d’une activité en biologie médicale.

    Les tests PCR, permettent de dire si un malade est infecté, au moment où on les réalise. Basés sur une analyse génétique, ils nécessitent un prélèvement en introduisant profondément un écouvillon dans le nez du patient. Le résultat tombe en quelques heures.

    Ces tests sont classiquement réalisés par les laboratoires privés, ou à l’IHU Méditerranée Infection de Marseille. Mais c’est la première fois qu’un laboratoire public se donne les moyens de les réaliser. En plus d’être coûteux, la qualité du prélèvement est essentielle dans l’analyse du résultat.

    Jusqu’alors, des agents volontaires du LDA 13 assuraient un pont de transport des échantillons, entre l’hôpital Nord et les laboratoires de l’IHU.

    Désormais, les analyses vont pouvoir être réalisées directement, sur le mode du drive, devant le centre, sans que la personne testée ne sorte de son véhicule.

    200.000 euros pour des réactifs.
    Si les machines de tests étaient déjà en possession du LDA13, le Département a dû trouver des réactifs PCR, éléments révélateurs du Covid 19.

    Une commande de 200.000 euros a été réalisée et d’autres sont en cours, précise Isabelle Martel, directrice du LDA 13. « Ces réactifs sont arrivés en fin de semaine et seront donc disponibles dès lundi ».

    « Le laboratoire a réussi à mobiliser ses quatre plateaux techniques de biologie moléculaire habituellement dévolus à d’autres analyses, à préparer ses deux salles de confinement et à constituer ses équipes de biologistes et de techniciens afin d’assurer une rotation de tests ».

    Les prélèvements arriveront également de deux centres de dépistage à Marseille, dans les 8e et 2e arrondissements. Ils seront acheminés deux fois par jour. Le premier centre a ouvert le lundi 30 mars (8e arr.), le second centre (2e arr.) doit être mis en place lundi.

  50. Lire dans Le Point d’hier le pourquoi du comment sur les tests impossibles chez nous,c’est édifiant et affligeant de bêtise bureaucratique et de mainmise de l’administration médico-sanitaire étatique (ARS) qui veut garder son pouvoir.
    Quant aux masques c’est encore un exemple de mensonge bien intentioné ,spécialité de notre Etat.

    • adnstep says:

      C’est très clair.
      Mais il suffit de suivre les intervenants en faveur de ces mêmes administrations sur les plateaux TV pour voir les éléments de langages qui viennent d’en haut et tout l’art du noyage de poisson.

    • Michel 2 says:

      Théorème de Bayes:

      « Pourquoi on ne teste pas tout le monde aux anticorps du coronavirus ?

      En théorie, des tests sérologiques permettent de savoir qui a déjà été exposé au coronavirus. Pourquoi, alors, ne pas en faire à tout le monde ? Parce qu’on n’a pas assez de tests, bien sûr… mais aussi pour une autre raison, que tous les managers devraient connaître : le théorème de Bayes.

      Supposons qu’on dispose d’un test sérologique fiable à 95% dans les deux sens : 95% des personnes qui ont été exposées au virus testent positives aux anticorps ; 95% de celles qui ne l’ont pas été testent négatives. Intuitivement, ça semble largement suffisant! Mais calculons ensemble. Avec 5% de positifs dans la population, sur 10 000 personnes, il y a 500 positifs. Parmi eux, 475 (95%) sont dûment repérés par le test. Mais la population comprend aussi 9 500 négatifs, dont 5% (475) vont être des « faux positifs ». Résultat : si vous testez positif, il n’y a qu’une chance sur deux que vous le soyez réellement ! »

      • Ce n’est pas si mauvais.
        Avec le premier test, vous avez déjà isolé la plus grande partie de la population. Il vous suffit d’appliquer un autre test à cette population réduite, pour encore améliorer le diagnostic. Et ainsi de suite…

        • Michel 2 says:

          Si vous faites un test de séroposivité vous avez une chance sur deux, dit le théorème de Bayes, d’être réellement positif ou négatif.
          Si vous lancez une pièce en l’air et que vous avez parié face, vous avez une chance sur deux de gagner, autrement dit vous êtes complètement dans la loi du hasard !
          Donc, prévoir dans votre tête que vous êtes négatif (ou positif) a autant de chances d’être vrai que de faire un test !

  51. Julien bonnetouche says:

    Oui certainement si on ne soignait pas le monde entier dans nos hôpitaux, nous aurions peut-être les moyens d’avoir plus de matériel. Mais si globalement nous avions la balance commerciale des allemands tout irait mieux.

  52. Quelles insanités… Savez-vous que sur les réseaux sociaux des gens sont convoqués devant la justice pour trouble à l’ordre public, pour avoir juste tenter d’analyser les chiffres de mortalité du virus… alors vous, bien pire, d’une certaine façon vous faites l’apologie de cette morbidité… honte à vous, et bien contre mes valeurs, je me demande si il ne serait pas « profitable » pour que vous puissiez en faire l’expérience personnelle de ce virus…

    • adnstep says:

      Riri,
      Je ne comprendrai jamais pourquoi des gens perdent leur temps à écrire sur un blog qu’ils ne fréquentent habituellement pas, afin de donner des leçons ou des avertissements qui, vous en conviendrez, n’ont que peu de chance d’aboutir à quoi que ce soit.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez nos conseils pour gérer votre patrimoineInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine