Un article rédigé par Arnaud SYLVAIN conseiller en investissement financier indépendant qui vous propose un service de gestion conseillée.

Le mois dernier, dans cet article « Assurance-vie, PER : La stratégie 40% MSCI World / 60% fonds euros pour une allocation efficiente. », nous avons vu qu’un portefeuille composé d’un ETF Monde et d’un fonds en euros pouvait être efficient jusqu’à un rendement de 4 % par an.

Au-delà, il existe des portefeuilles qui procurent le même rendement pour un risque moindre ou un rendement supérieur pour le même risque.

Avertissement : Cet article ne constitue pas une recommandation d’investissement. 
Par ailleurs, la frontière efficiente est une approche théorique qui reste fragile et les hypothèses de rendement et de risque attendus sur lesquelles elle repose sont régulièrement actualisées. Il convient donc d’être prudent dans l’utilisation des résultats qui seront présentés dans cet article.

ETF Monde et fonds en euros : efficient jusqu’à 4 % par an

Les investisseurs à la recherche d’un rendement supérieur à 4 % auront donc tout intérêt à ajouter un fonds à ce portefeuille pour conserver un portefeuille efficient.

Un ETF Pays émergents pour approcher 5 % ?

L’ETF Monde retenu réplique l’indice MSCI World, qui ne couvre que les pays développés (23 actuellement). Il paraît donc naturel de se tourner vers un ETF Pays émergents (ETF Emerging Markets ou ETF EM), afin que les deux ETF couvrent des zones différentes. Considérer des périmètres qui ne se recouvrent pas est un des moyens d’accroître la diversification du portefeuille.

Les trois fonds à partir duquel le portefeuille efficient sera construit sont donc :

  • Un fonds en euros
  • Un ETF Monde
  • Un ETF Pays émergents

Les évolutions de ces trois fonds du 1er mai 2007 au 31 janvier 2022 sont présentées ci-dessous. Pour des raisons de disponibilité des fonds, la période retenue diffère des deux précédents articles (du 1er décembre 2006 au 30 novembre 2021).

La combinaison de ces trois fonds permet d’obtenir un portefeuille efficient dont le rendement s’élève à 4,9 % pour un niveau de risque de 9 %. Je n’ai pas réussi à obtenir un rendement supérieur situé sur la frontière efficiente.

Ce portefeuille est composé de 45 % de fonds en euros, de 35 % d’ETF Monde et de 20 % d’ETF Pays émergents.

D’autres portefeuilles situés sur la frontière efficiente mais d’un rendement inférieur ont pu être obtenus. Ils sont présentés ci-dessous :

En %

Fonds en euros55%50%
ETF Monde35%35%
ETF Pays émergents10%15%
Rendement4,2%4,6%
Risque7,18,1

Le gain apporté par l’ETF Pays émergents est donc relativement limité puisque le rendement attendu passe de 3,87 % avec deux fonds à 4,89 % avec trois fonds (+1,02 %).

Cela peut s’expliquer par une corrélation relativement forte entre l’ETF Monde et l’ETF Pays émergents. Ainsi sur la période courant du 1er mai 2007 au 31 janvier 2022, cette corrélation est de 0,80.

La diversification apportée par l’introduction d’un troisième fonds semble donc faible.

Pour s’en assurer, ce portefeuille avec trois fonds a été simulé sur la période du 1er mai 2007 au 31 janvier 2022 en retenant les hypothèses habituelles, inspirées du défi 6 % :

  • Investissement initial de 4 000 euros
  • Versements trimestriels de 500 euros

L’investissement initial et les versements trimestriels sont répartis selon l’allocation de référence :

  • 45 % fonds en euros
  • 35 % ETF Monde
  • 20 % ETF Pays émergents

L’ETF Monde retenu est un ETF distribuant mais dans la simulation, les dividendes sont immédiatement réinvestis. L’ETF Pays émergents est quant à lui un ETF capitalisant. Aucun réinvestissement « manuel » n’est nécessaire.

Les performances sur les 15 dernières années sont relativement proches des performances attendues puisque le rendement annuel moyen s’établit à 5,05% et la volatilité à 9,57 %. Est-ce pour autant satisfaisant ?

Non.

Sur la même période, le portefeuille 40/60 obtient des performances quasiment identiques.

Même si ces deux portefeuilles ne sont pas construits de manière identique (le portefeuille 40/60 débute le 1er décembre 2006), les performances sont trop proches pour être remises en cause.

Par conséquent, sur les 15 dernières années, l’ajout d’un ETF Pays émergents au couple ETF Monde- fonds en euros n’apporte aucun gain en termes de performances. Pire, il dégrade la volatilité.

Que faut-il conclure de ces résultats ?

Que la diversification n’est efficace qu’à condition que les fonds ne soient pas trop corrélés entre eux. Ainsi, la forte corrélation entre l’ETF Monde et L’ETF Pays émergents conduit à une diversification qui n’en est pas une.

Bien entendu, si la corrélation entre ces deux ETF devait se réduire à l’avenir, alors cette diversification aurait du sens. Mai sur les 15 dernières années, elle n’en a pas.

Et maintenant ?

Pourquoi ne pas essayer de trouver un portefeuille composé d’un fonds en euros et de deux ETF qui ne soient pas trop corrélés et qui permette d’obtenir un rendement supérieur à 5 % ?

Le S&P500 et L’Euro Stoxx 50 ?

Pourquoi pas… Sauf si vous avez une autre combinaison à proposer pour un prochain article.

Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livres & formations 
Investir dans l'immobilier
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Optimiser sa Succession
Epargne et placement 
Plan Epargne Retraite (PER)
SCPI
Groupement forestier & viticole
Assurance-vie
Immobilier locatif 
Assurance emprunteur
Crédit immobilier
Expert-comptable Location meublée et SCI

33 commentaires

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :