Depuis le 31 Mars 2020, j’ai lancé une nouvelle série d’articles dédiés à l’investissement passif en action sur le PEA. Le challenge est simple, il s’agit d’essayer de mettre en œuvre une stratégie d’investissement passif en action de grande capitalisation.

Le 30 mars 2020, nous vous avons donc proposé la construction d’un portefeuille modèle. Vous pouvez le retrouver dans cet article : « Bourse : Est il possible d’investir et de s’enrichir sans rien connaître en finance ? De la théorie à la pratique« .

Il s’agit de vous proposer une sélection de 17 actions prises parmi les 40 actions du CAC40. Nous avons sélectionné ces actions sans aucune analyse financière, juste en essayant d’appliquer des critères d’exclusion au regard de notre intuition de long terme. Il ne s’agit en aucun cas de spéculer sur l’évolution de la valeur de telle ou telle entreprises dans 3 mois ;

Il s’agit d’investir dans le capital d’entreprise à long terme capable d’adapter leur modèle économique pour toujours être capable de générer toujours plus de bénéfices à l’horizon de 15 ans.

15 ans, c’est la durée prévisible de notre investissement dans le capital de ces entreprises.

Comme nous vous l’expliquions dans l’article :

« Pour construire ce portefeuille, je me suis comporté comme un épargnant débutant, naïf et sans connaissance financière.

J’ai juste fait confiance à mon bon sens. Bref, je n’ai fait aucune étude financière des entreprises, aucune analyse. Je me suis juste demandé si l’entreprise dans laquelle je voulais investir pour les 15 prochaines années pouvais répondre à ces questions  :

Est ce que l’entreprise X sera capable de générer toujours plus de bénéfices après le règlement de la crise ? Est ce qu’elle sera capable de faire évoluer son modèle économique ? Son marché sera t’il toujours porteur dans 20 ans ?

Bien évidemment, ne souhaitant pas prendre le risque d’investir dans le capital d’entreprises trop petites pour ne pas risquer l’absence de liquidité, j’ai construit un portefeuille d’entreprises cotées dans le CAC40, c’est à dire de très grande capitalisation.

Pour construire le portefeuille, j’ai donc regardé la liste des entreprises cotées sur le CAC40 et me suis posé la question : « Est ce que l’entreprise X sera capable de générer toujours plus de bénéfices après le règlement de la crise ? Est ce qu’elle sera capable de faire évoluer son modèle économique ? Son marché sera t’il toujours porteur dans 20 ans ? »

J’ai donc procédé par élimination. J’ai listé les 40 entreprises du CAC40 et j’ai retiré :

– Les entreprises dont je ne comprenais pas le modèle économique ou la capacité à créer de la valeur dans le cycle de production (comme nombre de société de conseil ou d’ingénieur type ATOS ou cap Gemini ou encore vivendi) ;

– Les entreprises dont le modèle économique repose sur un secteur que je crois contesté dans les prochaines années telles que les entreprises de l’automobile ou le pétrole mais aussi l’aviation et la consommation de masse ;

– Les entreprises du luxe car trop exposé à la croissance Chinoise que je crois contestable dans les prochaines années ;

– Toutes les entreprises liées au secteur bancaire et assurance. J’aime pas le modèle économique qui consiste à utiliser la spéculation sur les marchés pour générer des bénéfices ;

 

Comme vous le constatez, une analyse simpliste et basique qui repose sur des compétences que nous possédons tous. Chacun doit être capable de faire son tri en fonction de son expérience et de sa lecture de l’avenir du monde. Il s’agit là de ma vision, elle est par nature fausse et sans intérêt ! Chacun doit réfléchir à ses propres critères de sélection. 

 

Ainsi, tous les mois, je vous proposerai un article rapportant les performances de ce portefeuille d’investissement en actions en direct au sein d’un PEA. Mais ne vous attendez vous à de grandes décisions d’arbitrage ou d’investissement car ce serait contraire à l’objectif de la gestion passive.

NOUS N’ALLONS RIEN FAIRE !

Nous allons simplement nous contenter d’observer l’évolution du portefeuille, toucher les dividendes et les réinvestir sans trop réfléchir. Dans le temps, tant que l’entreprise pourra répondre à ce critère fondamental : « Est ce que l’entreprise X sera capable de générer toujours plus de bénéfices après le règlement de la crise ? Est ce qu’elle sera capable de faire évoluer son modèle économique ? Son marché sera t’il toujours porteur dans 20 ans ?« , il n’y a aucune raison de ne pas conserver l’investissement, et cela quelque soit l’évolution de son cours.

En revanche, si demain, le marché de l’entreprise devait être menacé à long terme, nous pourrions être amené à la retirer du portefeuille au profit d’autres entreprises. C’est d’ailleurs sur l’idée d’un marché menacé à long terme que nous avons exclu : Le pétrole, l’automobile et l’aéronautique et le luxe et la consommation de masse de la sélection.

Il s’agit là d’exclusions basées sur notre intuition !

Chacun doit être capable d’imposer ses propres critères ! Mon intuition est par nature subjective… elle ne vaut rien. Vous devez vous poser la question de l’opportunité de ces critères.

Il s’agit de mettre en application la théorie que nous vous proposons depuis de nombreux mois lorsque nous vous invitons à faire la distinction entre « Investir dans le capital des entreprises » et « spéculer ». Voici les quelques articles dans lesquels je vous présente cette différence fondamentale :

 

Rapport de performance du portefeuille d’investissement de long terme PEA

Depuis le 31/03/2020, date de l’investissement initial, nous n’avons pas fait grand chose.

Vinci a distribué un dividende de 2.26€ par actions (soit 155.94€) que nous avons réinvestis le jour même en achetant 2 actions Vinci. Sans réfléchir.

S’agissant d’un investissement en direct dans un PEA, cette distribution de dividendes ne sera pas imposable. Nous pouvons donc réinvestir la totalité du dividende distribué dans l’investissement de nouveaux titres.

 

 

 

Composition et performance du portefeuille d’investissement de long terme

Libellé Cours Var./1er janv. PER N-1 PER N Div. N Rendemt N-1 Prix de revient Perf. en %
AIR LIQUIDE 119.600 -5.23% 24.223 22.318 2.800 +2.342% 112.600 +6.217%
BOUYGUES 28.430 -24.95% 8.511 13.262 1.700 +6.301% 27.530 +3.269%
DANONE 62.360 -15.62% 16.234 16.665 2.100 +3.360% 57.120 +9.174%
DASSAULT SYSTEMES 137.300 -6.31% 37.219 36.421 0.725 +0.530% 132.900 +3.311%
ENGIE 9.370 -34.93% 8.673 10.238 0.775 0.000% 9.450 -0.847%
ESSILORLUXOTTICA 108.500 -20.10% 23.543 31.498 2.191 +2.124% 99.420 +9.133%
L’OREAL 254.400 -3.64% 31.434 32.746 4.308 +1.747% 246.300 +3.289%
LEGRAND 61.760 -14.98% 17.485 20.541 1.425 +2.431% 57.580 +7.259%
ORANGE 11.250 -14.25% 10.966 10.557 0.700 +6.258% 11.210 +0.357%
SAINT-GOBAIN 23.790 -34.82% 6.504 10.779 1.300 +6.010% 21.450 +10.909%
SANOFI 92.190 +2.87% 15.182 14.435 3.229 +3.464% 80.510 +14.508%
SCHNEIDER ELEC. 85.220 -6.86% 15.071 19.413 2.550 +3.180% 79.220 +7.574%
SODEXO 70.360 -33.40% 12.823 29.476 1.274 +4.308% 59.480 +18.292%
STMICROELECTRONICS 24.300 +1.38% 21.736 32.196 0.203 +0.960% 19.400 +25.258%
TOTAL 32.795 -33.34% 7.985 25.330 2.819 +8.578% 33.570 -2.309%
VEOLIA ENVIRONNEM 19.335 -18.45% 17.481 15.208 0.950 +5.346% 19.730 -2.002%
VINCI 75.080 -24.16% 12.017 17.825 2.555 +4.361% 73.000 +2.849%
VINCI * 75.080 -24.16% 12.017 17.825 2.555 +4.361% 71.880 +4.452%

* Cette seconde ligne Vinci correspond aux deux titres achetés avec les dividendes distribués.

A suivre …

 

ps : Il s’agit d’une expérience et en aucun cas d’un conseil en investissement financier. Cet article n’est en aucun cas un conseil, c’est une expérience pédagogique. 

Je ne suis pas Conseiller en investissement financier (CIF) mais conseil en gestion de patrimoine indépendant.

Mon expertise c’est la capacité à chercher et trouver des stratégies patrimoniales d’enrichissement, de valorisation mais également d’organisation juridique et fiscale qui permettront d’atteindre vos projets de vie.

Il ne faut pas confondre le métier de conseil en gestion de patrimoine avec le métier de conseil en investissement financier qui consiste lui conseiller sur l’achat des produits financiers et autres support d’investissement de manière personnalisé. Je n’ai pas cette compétence. – cf « Conseil en stratégie et optimisation patrimoniale » pour mieux comprendre comment nous travaillons.

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 

– La gestion conseillée – Un service de conseil financier indépendant pour vous accompagner dans la gestion financière de votre épargne ou de votre assurance-vie. Comment diversifier votre épargne sur les marchés financiers ? Quelles unités de compte choisir ? Comment prendre du risque pour espérer améliorer le rendement de votre épargne ?

Découvrir notre service de gestion conseillée

 


120 Comments

  1. « J’ai donc procédé par élimination »

    Il serait intéressant de faire un second portefeuille virtuel avec les 23 actions que vous avez écartées.

  2. Un moment idéal pour commencer …

    • Un bon investissement se fait toujours à l’achat. Lancer un tel challenge, alors que nous expliquions que les cours était manifestement trop élevé depuis 3 ans n’avait aucun sens.

      Aujourd’hui, le moment semble meilleur, même s’il est trop tôt pour en être certain. Seul l’avenir nous le dira; Une baisse future n’est pas à exclure.

      Au delà de la sélection des valeurs, le timing de l’investissement est clef. Nous analysions cette question dans cet article « Investir en bourse : Quel est le bon moment pour acheter les actions ? Quelles stratégies adopter ? » https://www.leblogpatrimoine.com/bourse/investir-en-bourse-quel-est-le-bon-moment-pour-acheter-les-actions-quelles-strategies-adopter.html

      • BigLebovsky says:

        Perso j’ai misé 70% de ce que je voulais mettre juste après le 1er Krach, si ça chute encore de 20% (chute à laquelle je ne crois pas mais bon) je remettrai au pot les 30% qui me restent, l’investissement progressif me semble plus adapté (peut-être à tort) à une période « normale ».
        Au final, je crois Guillaume en votre philosophie d’investir plutôt que spéculer, tout en étant libéré de l’idéologie sous-jacente qui j’espère me permettra de gagner de l’argent sans spéculer.

        • JULIEN says:

          O.K. pour anticiper une nouvelle chute toujours possible de 20 % sur le CAC, mais en considérant le niveau bas atteint le 16 Mars 2020 à 3632,06 Pts ,soit un retour sur les 3000 Pts environ,car il convient d’être précis.
          il est donc indispensable de conserver 40% de liquidités pour parer à toute éventualité car l’incertitude reste grande.

          • BigLebovsky says:

            (pardon, je n’ai pas été clair, je ne parle pas en macro du CA40, je ne suis pas un connaisseur, dans mon esprit c’était une décote de 20% sur les valeurs dans lesquelles j’ai misées, soit secteur du pétrole, banque et assurance, en dehors du Bitcoin qui est à part )

            • JULIEN says:

              O.K.merci, c’est clair.En ce qui me concerne j’ai été témoin de plusieurs Kracks boursiers,et je n’oublie pas l’importance de l’évolution des indices qui est déterminante par rapport à celles des valeurs qui restent dans ces cas extrêmes corrélées d’abord à l’indice.
              Ainsi les valeurs défensives s’écroulent en dernier lorsque les volumes deviennent atones, et le nombre d’opérateurs insignifiant en fin de Krack,d’où l’importance de surveiller les volumes en permanence.
              Les notions fondamentales de résultats et de progression des bénéfices perdent leur signification pour les sociétés de tous les secteurs en cas de chute sévère,et de véritables pépites de la cote peuvent également sombrer.
              -Faut il rappeler le cas d’école très significatif du Krack de 2003 où le CAC avait réalisé un plus bas en séance à 2401,15 Pts le 12 Mars 2003,après avoir signé un plus haut historique…….2ans et demi auparavant le 04 Septembre 2000 à 6944,77 Pts,jamais plus atteint depuis ?
              Les plus belles valeurs avaient été très attaquées mais avaient fortement rebondi par la suite.
              Une réserve conséquente de liquidité est donc nécessaire,car un krack peut toujours en cacher un autre à court terme et à moyen terme . En bourse,rien n’est coulé dans le marbre !
              Bonne chance !

  3. Fleurette says:

    L’AG de Vinci n’ayant pas eu lieu, reportée à cause de la crise sanitaire, le dividende n’a pas été voté, il n’a pas donc été versé comment initialement prévu.
    Sinon votre approche long terme est tout à fait conforme à mon état d’esprit.

  4. chrysalide says:

    bonjour,
    ce que je comprend pas c’est que vous parlez de « long terme », je pensais qu’il ne fallait donc pas vendre avant 15 ans , et là vous parlez de gérer, c’est à dire vendre et acheter au meilleur cours.. a court terme??

    et oui pour votre théorie , il aurait fallu faire un petit portefeuille avec « les écartés »

    • Guillaume FONTENEAU says:

      « et là vous parlez de gérer, c’est à dire vendre et acheter au meilleur cours.. a court terme??  »

      De quelle phrase déduisez vous cela ?

      • chrysalide says:

        pardon mal compris, Vinci vous a donné des dividendes? j’ai pensé que vous aviez vendu et racheté aussitôt apres

  5. Bonjour

    Suivre

  6. A long terme, le cac 40 ne peut que monter, il ne peut jamais descendre ( bien sur, en dehors des crises majeures qui interviennent tous les dix ans ). Car dès que la capitalisation boursière d’une entreprise du cac descend , cette entreprise sortira de l’indice, remplacée automatiquement par la 41 ème entreprise . Ce cac 40, C’est fabuleux, ça donne l’impression qu’on ne peut jamais perdre, et ça permet d’attirer les non initiés, attirés par une augmentation des cours formidable, mais faussée dès le départ. C’est pour cette raison que cet indice ne réflète jamais l’économie réelle. Et les non initiés sont indispensables, pour faire monter les cours… Les inventeurs de cet indice sont donc très forts, et nous, nous sommes tous manipulés. Aujourd’hui, GF, qui prédit que le cours de ces 17 entreprises du cac 40 monteront sur les 15 ans a peu de chances de se tromper, surtout en revendant demain les actions qui baisseraient un peu trop, comme expliqué ci dessus. Guillaume est malin…;)

  7. C est suite a votre premier article que je me suis lance :
    mais j ai fait un peu différemment :
    j ai regarde les plus grosses décotes depuis le 1er janvier, et j ai parie que ca reviendrait au niveau de mi 2019 un jour, plus ou moins lointain
    – Airbus : zone de turbulence actuelle, mais une entreprise européenne peut elle vraiment faire faillite ? surtout vu la situation de Boing qui est pire
    – BNP, Axa : idem, peu de risque de faillite
    – Total : idem, ca remontera avec le cours du pétrole…
    – et Kering, car la chine sera peut être en défaut sur le luxe, mais l Inde arrive

    mais ma vision est plus « speculative » que vous, guillaume. je parie sur une remontée du cours.

    Je comprends moins votre modele d investir sur Engie par exemple : les cours stagnent voire baissent depuis 10 ans. Ou cherchez vous la rentabilité ? dans les versement des dividendes ?
    et pour les entreprises qui ne versent pas de dividendes, les « investisseurs » ne spéculent donc que sur les cours…

    a vous lire

    • Intéressant. Vous avez donc pris l’exact inverse de la philospohie de ma stratégie, c’est intéressant.

      Vous avez parié sur les entreprises solides dont le modèles économie est remis en question en considérant que ce n’est que passager et donc qu’elles vont rapidement retrouver leur capacité à générer beaucoup de bénéfices.

      C’est audacieux, mais potentiellement très rémunérateur si vous avez raison.

      Ce n’est pas ma manière de voir les choses, je préfère investir dans des entreprises dont le modèle économique n’est pas bouleversé et qui auront donc de petits ajustements à réaliser pour s’adapter à l’évolution de la demande.

      La seule chose qui m’intéresse est la capacité de l’entreprise à faire des bénéfices à long terme … le cours n’a pas d’importance, il n’est que le moyen pour acheter ces actions.

      • BigLebovsky says:

        Pas sur que le principe de Sherraf soit l’inverse de votre philosophie (et c’est un ignorant complet de la bourse qui prononce cette phrase).
        On peut se dire qu’en temps de crise des valeurs sont très en-dessous de leur valeur réelle car le marché panique ou la conjoncture est désastreuse (genre les valeurs liées au pétrole puisque l’économie ne tourne pas genre Technipfm); idem pour les banques genre Société Générale que vous n’aimez pas par idéologie); au contraire, des valeurs sont cotées au-dessus de leur valeur réelle du fait de la spéculation.
        Acheter des actions qui sont en-dessous de leur valeur réelle n’est pas de la spéculation, ces stés n’ont rien à ajuster, et le gain sera fort quand elles reprendront leur niveau normal. Non ?

        • Je crois simplement que ce sont là des entreprises qui auront du mal à retrouver le rythme d’activité quelles avaient auparavant. Leur modèle économique peut sembler remis en question … et donc leur capacité à générer des bénéfices également.

          Ce n’est qu’une intuition, chacun doit avoir sa capacité à fixer ses critères.

          • BigLebovsky says:

            Vous avez peut-être raison, mais si les cours du pétrole ou la banque ne recouvrent pas leur rythme normal on sera tous très mal (et pas sur que l’argent ait encore une valeur^^)

          • OK
            mais du coup, comment gagnez vous de l argent?
            sur les dividendes ?
            Sur la montee progressive du cours en fonction des bénéfices générés ?
            Le modele économie peut en effet être remis en question. J appelle au changement de nos pratiques. Mais quand je vois les embouteillages devant la réouverture du un Mac Drive, je me dis que le monde ne changera pas, il est juste en pause forcee.
            Du coup je regarde la courbe d évolution du cours sur 15 ans, en intégrant les crises de 2008 et 2016.
            et je vois ou en est l action.
            Je suis un débutant hein, donc je ne donne pas de méthode.
            Mais la ou je vous suit, c est que j ai un horizon a 10 ans.
            Si ca remonte très vite tant mieux, je prends les bénéfices
            Sinon j attends que le temps fasse son oeuvre…

            • L’objectif est une valorisation tranquille et sereine du capital grâce à la hausse des cours et des dividendes immédiatement réinvestis.

              Je ne cherche pas à faire +25% / an. Si je fais 6% chaque année pendant 15 ans je suis heureux.

              Voici l’évolution de mon vrai PEA depuis 2017 (je n’arrive pas à trouver un graphique plus ancien). Il s’agit de la performance en % du PEA, mais j’augmente les versements régulièrement au gré des opportunités

              pea gf

  8. Pour suivre les débats.
    Sans commenter longuement car je suis un partisan de la gestion active (modérée) ce qui n’est pas le choix d’ici.
    Le portefeuille fera comme l’indice CAC40 et sera gagnant sur le long terme
    néanmoins il y a dedans quelques valeurs cycliques qui rapporteront peu si elle ne sont pas surveillées et vendues à temps, en haut de cycle.

  9. NOTA BENE : Le point d’entrée est déterminant pour tout achat d’action : Attention au grand principe graphique des vagues récurrentes d »Eliott qui peuvent ramener rapidement le CAC sur ses récents plus bas soit environ 3630 PTS !!!

    • Oui, et ce sera une nouvelle occasion d’investir à long terme dans ces belles entreprises.

      Il est d’ailleurs probable que le portefeuille soit négatifs dans les mois qui viennent. Peu importe… le cours au quotidien n’a pas d’importance pour celui qui investit pour les 15 prochaines années.

      • Philippe30 says:

        Je me demande ce que l’on gagne à 15 ans sur des dividendes à 3 – 4 % avec des actions dont la baisse du cours n’est pas importante.

        Il me semble paradoxale de parler d’actions de valeur et de qualité et de dire qu’elles peuvent baisser.

        Total une action que j’aime bien a flirté avec les 51 € il y a plusieurs semaines sinon son régime de croisière est proche de 41 – 42 €

        En Mars la valeur est tombé à 25-28 € , est-ce que l’entreprise a perdu de la valeur ?
        Non

        Donc l’opportunisme permet d’acheter dans des conditions particulières bien sûr.

        Le sens de mon propos est surtout que la recherche de valeur dans une action n’est pas mon premier critère surtout pour des actions à 2-3 %.
        Cette valeur a peu de sens et elle reste tributaire des nombreux aléas boursiers

        C’est mon mode de fonctionnement et je l’avais déjà indiqué sur un précédent article

  10. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    la vie est elle la valeur suprême ?

    C’est la question que se posent les dirigeants de ce monde devant l’ampleur des dégâts qu’ils ont commis avec la mise à l’arrêt de l’économie.

    Dans un premier temps ils ont feint de penser que oui.

    Maintenant le déconfinement économique, semble devenir une priorité dans l’esprit de Macron et des autres.
    L’idée générale sera sans doute : quelque soit le nombre de morts, pourvu que les hôpitaux restent désengorgés ….
    A ce sujet, les autre pays, y compris l’Italie et l’Espagne déconfinent plus vite.

    Une des priorités va aller bientôt aux transports aériens. Il est nécessaire qu’ils reprennent.

    Evidemment, nous ne sommes pas à l’abris d’une rechute, surtout si le déconfinement se passe mal. mais limitée au moins pour les mois à venir.
    3600 je n’y crois pas trop. 4000 peut être si ça va mal.
    N’oublions pas en effet que les ventes à découvert sont interdites, et que la BCE est derrière.

    il est certain qu’il valait mieux acheter en dessous de 4000.
    Mais que ce soit l’aspect graphique actuel, ou les améliorations espérées sur la reprise des activités, nous font espérer une poursuite de la reprise boursière.

    Dans un premier temps il faut franchir les 4630/50 pour aller plus haut. c’est tout à fait possible même cette semaine, puisque nous ne sommes qu’à 100 points à cet instant et que les 4600 ont été touchés hier. Mais il reste quelques résistances…

    Alors nous pourrions voir 4800/5000.

    A plus long terme, il y a vraiment intérêt à ce que l’économie se redresse fermement.

    En effet, l’inondation planétaire de monnaie, nécessite pour que la confiance perdure, une forte reprise et une croissance soutenue.

    les banques centrales et surtout la FED soutiennent presque tout, mais il existe des poches pleines ( ou vides comme on veut) d’inconnues, telles que les produits dérivés dont les montants sont astronomiques et quasi inchiffrables. C’est assez dangereux.

    • @JULIEN BONNETOUCHE

      La bourse ouvre le champ de tous les possibles : Le principal écueil à éviter pour l’investisseur lambda, souvent à contre courant et peu réactif, est de pas se laisser hameçonner par des chiffres par nature instables dont il serait informé souvent trop tard.
      Un CAC à 5000 Pts surréagissant, pourquoi pas ? Mais comme les évènement récents l’ont montré,le raisonnement est valable dans le sens inverse ! il est donc opportun,dans un tel contexte d’incertitude et de volatilité, de bien envisager sa stratégie en privilégiant pour 50 % de son portefeuille un mix de valeurs incontournables concernant des secteurs pérennes, achetées très progressivement pour ne jamais être absent du marché.
      Une partie infime du portefeuille pourra être jouée prudemment en trading,après une étude soigneuse de ranges « réguliers »,existants pour certaines grandes valeurs liquides.Le solde restant devant toujours être conservé sous forme d’espèces pour d’autres achats plus conséquents sur forte réaction baissière avec mise en place d’ ordres programmés.
      Au delà des études chiffrées incontournables de progression de situation des sociétés,même si les ventes à découvert ne sont plus admises,ne jamais perdre de vue que les robots logiciels permettant une automatisation accrue des transactions au niveau mondial, peuvent toujours influer les cours de façon très significative.

    • La vie est-elle une valeur suprême?
      Pour répondre objectivement à cette question fondamentale existentielle, ne faut il pas avoir été confronté sérieusement à la maladie et la mort pour ses amis,ses proches, ou plus concrètement pour soi même ?
      il semble bien que la réponse soit dans la question car l’économie n’est ni plus ni moins que l’expression du VIVANT !

      • BigLebovsky says:

        Oui et autre point: la vie et l’économie semblent liés. Avec un milliard d’êtres humains sous le seuil de pauvreté après le corona, on peut craindre des émeutes et encore plus de morts.
        Fallait-il limiter les morts ou miser sur l’économie pour sauver plus de vies, c’est une question qui semble tabou et sur laquelle je n’ai pas vu de réflexion passer sur le net

        • La réalité humaine n’est pas une dystopie et notre civilisation, somme toute récente ,repose sur le respect de la valeur de la vie considéré comme progrès.
          Faut-il jouer aux apprentis sorciers et remettre en cause cette valeur au nom d’une sacro sainte économie ? Ce serait à n’en pas douter ouvrir une véritable boîte de Pandore facteur de régression sur tous les plans, y compris celui de l’économie,car n’oublions pas « qu’il il n’est de richesses que d’hommes ».
          Les applications relatives aux découvertes scientifiques extraordinaires des 19 ème et 20 ème siècle consacrant le génie humain,et dont nous bénéficions économiquement, ne permettent elles pas d’envisager tous les espoirs ?

          • BigLebovsky says:

            Pas faux sur la boite de pandore; je reste plus réservé sur la notion d’apprentis sorcier (ça me semble être une décision politique plutôt basée sur des statistiques et des probas dans un pays démocratique, bref un risque calculé – j’aimerais trop pas être au gouvernement^^ -). Et encore plus sur la notion de sacro-sainte économie (qui renvoie précisément à la notion de question tabou), moins d’entreprises = moins de salariés = moins de revenus à court terme, pas de revenus à terme. Et là on parle d’un pays riche avec compensation quand on est au chômage, il y a plein de pays riches qui n’ont pas ça (dont les USA), et que dire des pays pauvres (qui constituent les 3/4 de la planète) où il n’y a même pas de retraite ? Tous ces gens qui ont du mal juste à se nourrir sans crise et qui fuient les villes où il n’y a plus rien pour eux (comme en Inde) ?
            Aucune économie dans le monde ne résisterait à un confinement au-delà de Juillet et un milliard d’êtres humains affamés (avec un confinement limité à 2 ou 3 mois) ,ça ne vous évoque pas une dystopie bien réelle ?

            • Tout à fait d’accord,il va de soi que le confinement ne peut qu’être limité dans le temps car cela finirait au plus mal pour tout le monde, et l’économie ne peut en aucun cas être ignorée. Gageons que des décisions réalistes soient prises rapidement avec l’aide de l’I.A.omniprésente et sensée performante!

              • BigLebovsky says:

                (merci Julien, quelle que soit l’issue du débat, la possibilité d’échanger des points de vue sans que cela vire à l’affrontement et au non respect fait du bien)

          • Ne vous apparaît-il pas, à l’aune des réactions face aux épidémies passées, que le remède imposé paraîtra dans quelques années pire que le mal qu’on a prétendu éviter ?

            • Tout dépend du prix de la vie que vous estimez de votre père ou de votre mère âges. A combien l’estimez-vous ? Pour ma part, je suis prêt à perdre bcp, l’argent, ça va et vient..

              • BigLebovsky says:

                Cela pose la question du raisonnement macro ou micro. Si on raisonne au cas pas cas, l’intérêt de quelques-un prime sur tous les autres; si on raisonne à l’échelle du pays voire du monde, on ne parle pas du prix individuel à payer mais du prix que doivent payer des milliers, des millions voire des milliards de personnes. N’est-ce pas le choix de la solidarité vs l’individualisme ? On n’a pas assez de recul, mais oui la question du remède choisi pire que le mal se pose et, sans en avoir la réponse, on aura peut-être la réponse dans quelques mois.

            • Ne faudrait il pas comparer ce qui est comparable ? Notre société mécaniste avec les applications multiples de la physique quantique a considérablement progressé depuis la grippe espagnole de 1918.Elle est mieux armée pour affronter l’épidémie actuelle et tous les espoirs restent permis.

  11. Pixel_br says:

    Les entreprises dont le modèle économique repose sur un secteur que je crois contesté dans les prochaines années telles que les entreprises de l’automobile ou le pétrole

    Mais vous laissez Total ??

    • Oui, peut être une erreur de jugement, mais parfois, il faut intégrer l’hypothèse d’avoir tort. C’est la raison de cette non exclusion, au cas ou.

    • Petite recherche sur Google avec : Total nouvelles énergies
      Pour voir comment Total prend le virage de l’énergie responsable
      Total : Excellent choix et un rendement de 8% avec le dividende.

    • charlotte2 says:

      Pour les entreprises de l’automobile, le virage est certes difficile à négocier, mais le déplacement individuel  » le plus propre possible » est toujours nécessaire et c’est ce que les grandes entreprises de l’automobile sont en train de faire . Je crois en leur avenir .

  12. julien bonnetouche says:

    Bonsoir,

    Julien,
    Lorsque je pose la question « la vie est elle la valeur suprême » ? c’est naturellement sur le plan sociétal, et politique que je me place, pas dans notre rapport individuel à la mort.

    Tout dans l’Histoire et même dans la nature, montre que la réponse est non.
    je ne développe pas ce serait trop hors sujet.

    Au fait les bourses sont allés encore plus vite que je le pensais ce matin.

    Nous sommes ce soir à 4670, donc le seuil que je donnais ce matin est franchi.

    ça va mal très très mal ( parce qu’on a cru que la vie était la valeur suprême…)
    Alors les marchés se disent qu’il y aura une énorme paquet de milliers de milliards distribués, pour tenter de redresser une situation où la vie de centaines de millions de gens et d’électeurs ne tient qu’à un fil, celui que tiennent les marionnettistes qui nous gouvernent.

    • J’avais parfaitement compris votre message, et j’ai voulu présenter le problème sur le plan individuel, étant entendu que dans notre culture occidentale qui n’est en rien comparable avec les cultures asiatiques Confucéennes,la culture de l’individualisme est en soi une véritable religion pour le meilleur mais aussi pour le pire??? C’est à chacun de voir,mais il est difficile de transiger avec certaines valeurs fondamentales qui ne s’accordent guère du célèbre « En même temps »!!!

      Pour ne pas trop sortir du sujet et revenir à nos petits graphiques,je ne pense pas qu’il faille s’émerveiller des 4670 sur le CAC ce soir, et resterait à court terme baissier.
      Seul le franchissement des 5000 points avec de forts volumes permettrait d’oublier les points bas et les gaps récents et nous n’en sommes pas encore là !
      Seul point positif pour le CAC l’approche des élections aux US qui permettra peut-être de changer la donne.

  13. Julien bonnetouche says:

    Julien, Le cac devrait monter à 4800/5000 non pas parce que cela représente son niveau actuel mais parce que techniquement l’ensemble des opérateurs le pense. Aujourd’hui les actions ne devraient rien valoir ou presque puisque l’activité est au point mort. Dans l’état actuel de l’économie la valeur des marchés est seulement représentative de la volonté des états et des banques centrales de les soutenir et des intervenants d’y croire.

    • En d’autres termes : TINA.

    • Entièrement d’accord avec vous sur le fait que le niveau actuel du CAC doit être relativisé.Dans un tel contexte d’incertitude contrariant fortement les intervenants, les réactions deviennent imprévisibles et nous avons quitté pour longtemps le long fleuve tranquille de l’année 2019 ! Le pilotage à vue s’impose donc,ce qui ne doit aucunement signifier être absent des marchés.
      Ne pas oublier enfin qu’il faudra sans doute désormais s’habituer à une forte volatilité, puisque l’abondance des liquidités voulue par les états et les banques centrales bénéficiant des logiciels de l’I.A.les plus performants renforceront ces institutionnels dans leur rôle de véritables maître du jeu.L’analyse graphique, souvent minimisée au profit de l’analyse fondamentale, devrait susciter un regain d’intérêt sa neutralité mathématique étant toujours vérifiée.

      • 1) la volatilité a explosé depuis la crise de 2008

        2) les IA et les algorithmes des hedge et des autres fonds valent bien celles des états et des BC.

        3) « L’analyse graphique, souvent minimisée au profit de l’analyse fondamentale, devrait susciter un regain d’intérêt sa neutralité mathématique étant toujours vérifiée. »

        Je ne comprends pas le concept de neutralité mathématique.

        • -Les graphiques traduisent mathématiquement les mouvements collectifs et récurrents induits par les informations ou autres évènements économiques d’importance.
          -Exemple basique : il existe des valeurs que l’on peut facilement cibler en fonction de leur volatilité moyenne sur une longue période, se traduisant par une marge de fluctuation à peu près »prévisible »,avec lesquelles il est possible de trader avec précaution.

          -De la même façon les mêmes cause produisent souvent les mêmes effets,et un graphique mathématique peut le traduire objectivement.il est donc important d’acquérir un minimum de formation pour ce type d’interprétation.

          -Oui la volatilité a explosé depuis 2008 mais dans ce domaine tout reste relatif, et nous ne sommes peut-être pas au bout de nos surprises!

          -J’avais effectivement oublié de mentionner les hedges funds avec les banques et institutionnels capables de mobiliser les sommes importantes les rendant en quelque sorte véritables maîtres du jeu sur l’échiquier mondial des marchés.

          • « -Les graphiques traduisent mathématiquement les mouvements collectifs et récurrents induits par les informations ou autres évènements économiques d’importance. »

            Je vous conseille la lecture suivante : https://www.babelio.com/livres/Mandelbrot-Fractales-hasard-et-finance/399119

            • Merci pour ce lien excellent et il serait téméraire d’affirmer quoique ce soit puisque par essence » l’avenir n’est écrit nulle part! »
              il n’existe donc aucune martingale à rechercher dans le domaine boursier, et mon intention était simplement de montrer que l’important était de raisonner par soi même le plus objectivement possible, ce que permettent mieux les mathématiques en général.
              Je vous conseille la lecture suivante : « Un café avec Archimède »-« Comprendre les mathématiques pour mieux comprendre le monde », (de Stephan Buijsman)https://www.babelio.com/livres/Buijsman-Un-cafe-avec-Archimede–Comprendre-les-maths-pour/1215818

  14. Vous avez reellement acheté les actions (100k le 31 mars) ou c est du virtuel ?

    • Il s’agit d’un portefeuille virtuel, mais qui repose sur une analyse réelle.

      A titre personnel, mon portefeuille personnel y ressemble beaucoup mais il est plus déséquilibré et contient en plus de petites valeurs

      • Vous devriez le préciser car on ne fait pas du tout les choses lorsque l’on met en jeu son (vrai) argent.

        Par contre ce qui est intéressant c’est que vous pubiiez votre vrai portefeuille car ca c’est du réel et surement formateur.

        Ou en tout cas ses constituants (valeur, rendement annuel, erreurs et succès, etc…).

        PS : internet regorge de conseilleurs virtuels ; ne faites pas pareil ca ne vaut rien

        A vous lire

  15. julien bonnetouche says:

    les mathématiques en matière boursière ont des limites rapidement atteintes.

    leur intérêt principal ( me semble t il) relève de la communauté des intervenants sur le marché, et surtout aujourd’hui des algorithmes qui suivent les analyses techniques….. jusqu’au moment où ils en décident autrement.
    Il en décideront autrement pour des raisons plus psychologiques ou peut être que l’analyse fondamentale reprendra le dessus à un moment ou un autre.

    je reprends l’exemple que j’utilise en ce moment.

    Depuis une semaine ou deux, j’ai écrit ici que si nous dépassons 4630/ 50 sur le CAC, ce qui me semblait probable, nous devrions aller plus haut, ( vers 4800/5000)

    Cette analyse personnelle n’est pas sur le fond évidemment, mais compte uniquement sur l’effet d’entraînement déclenchés par des ordres d’achats de robots ou de suiveurs « à la hausse »

    Une petite boule de neige en somme.

    Mais qui s’arrêtera très vite si mon raisonnement se tient jusqu’au bout : vers 5000 les gens vendront si nous n’avons pas de good news d’importance, et cela pour des raisons basées sur une logique revenue au premier plan.

    Mais méfions nous tout de même : si par exemple le virus fait mine de s’évanouir de lui même à la belle saison, les marchés exploseraient.

    je veux dire que l’analyse fondamentale, qui ici est une analyse de court terme, et guidée par tel ou tel événement est valable dans les deux sens.

    On aurait alors une alternance de comportement boursier, tantôt technique tantôt événementiel.

    • Vous venez de démontrer les limites de l’analyse technique complémentaire de l’analyse fondamentale.
      La recherche du point d’entrée le plus favorable sur les marchés est quasiment toujours vouée à l’échec puisque des statistiques mathématiques concrètes, portant sur 10 ans de séances boursières, montrent que le nombre de séances correspondant au créneau d’entrée le plus favorable en cas de baisse significative est extrêmement limité ! (statistiques portées il y a quelque temps à la connaissance du grand public par un journal financier connu).
      Dans le domaine des statistiques les mathématiques ont toujours fait leurs preuves et permettent d’affiner le jugement.
      Le pilotage à vue des portefeuilles est donc nécessaire dans un contexte d’incertitude et le premier challenge est de pouvoir synthétiser le flot incessant d’informations qui nous parviennent plus ou moins tardivement empêchant en partie une indispensable réactivité.Pour conclure,il serait irréaliste d’être totalement absent des marchés en espérant pouvoir choisir le meilleur moment pour un seul « coup de poker »comme d’aucuns le pensent, car en dépit des apparences,la bourse n’est pas comparable à un casino!

      • Après 33 ans en bourse, et quelques kraches, mon approche est différente :
        – accumuler des liquidités
        – entrer après un krach
        – mettre des stops
        – renforcer en période de baisse avec les div accumulés
        – laisser faire.

        Ça tombe bien, on vient de bénéficier d’un krach.

        Ensuite, chacun ses marottes. Les miennes, c’est Air Liquide, Total et Orange.

        • S’il n’y avait qu’une seule valeur à retenir c’est évidemment AIR LIQUIDE qui a depuis très longtemps fait ses preuves !
          Orange se prête parfaitement au trading car elle évolue en moyenne sur un range régulier.
          Total doit être dans tous les cas conservée comme fond de portefeuille.

          Programmer ses investissements en mettant des Stops et se renforcer à la baisse, (en choisissant bien ses valeurs), est un minimum.

          En revanche je me garderai bien d’affirmer que le krach auquel nous venons d’assister est derrière nous !il est donc primordial de disposer en permanence de liquidités suffisantes pour d’autres creux toujours possibles.
          La situation que nous sommes en train de vivre est inédite et ne s’est jamais produite, il est donc impossible de la modéliser et je me garderai bien de toute certitude!

        • et du coup ca marche ?
          orange, votre modele c est les dividendes ?

          • Orange ne m’intéresse que pour le trading sur les niveaux 11-13,les dividendes ne m’intéressent pas!

            • ah ok
              et donc vous mettez de très grosses sommes quand l action est a 11 pour revendre a 13 et faire + 10% ?
              assez fastidieux et/ou chronophage non ?

              • adnstep says:

                Pas vraiment si votre brocker propose un logiciel de trading qui automatise tout ça.

                Mais forcément plus risqué, à moins de maîtriser réellement le logiciel et de comprendre et maîtriser ses règles. Et les règles du trading !
                Je ne joue pas à ça 😉.

              • JULIEN says:

                @sherraf @adnstep

                Non ,pas question de mettre de très grosses sommes car cette stratégie est risquée.
                Ce qui compte en bourse est « une valorisation sereine et régulière du capital », comme l’indique très bien ci dessus dans un commentaire, GUILLAUME FONTENEAU gestionnaire conseil,auteur de cet intéressant article.
                Le trading peut se concevoir plus facilement en période de baisse de volatilité,(voir le VIX et étudier les volumes), sous réserve de bien étudier les marges de fluctuations devant être régulières concernant des actions sélectionnées avec soin, suite à un nombre significatif de séances boursières.
                Les courbes des graphiques sont à cet égard parlantes et indiquent parfaitement ces marges régulières qui peuvent se mettre en place.
                Ne pas oublier que pour trader efficacement il faut d’abord pouvoir se tester en se débarrassant de ses émotions et en planifiant des pertes potentielles inévitables,car ce sont bien les émotions qui font perdre de l’argent en bourse et non les logiciels !

  16. Julien bonnetouche says:

    Tiens Raoult a donné une interview a BFM diffusée ce soir . Il dit que l’épidémie est selon des modèles connus et qu’elle est bientôt finie et qu’il n’y aura pas de seconde vague ou très peu. Si c’est vrai …. si seulement ce pouvait être vrai !!!!

  17. Bonjour

    Nous voyons bien que en ce qui concerne la disparition pourrait être possible avec « la venue de l’été » Voir ce qui se passe en Amérique du SUD ( certes moins important).
    Toutefois j’ai moi aussi lu un article d’un professeur infectiologue qui disait la même chose Que le docteur RAOULT. Alors vivons dans l’espoir. Le maire de Lyon mr COLLOMB va obliger tous les habitants à porter un masque. Ils sont assez grands pour décider eux-mêmes, mais en se protégeant bien , ( je pense que le virus pourrait avoir du mal à survivre. Maintenant , ce n’est l’avis'( après avoir lu plusieurs articles sur le sujet) que d’un lambda.

    C’était avant mais pour Orange, rappelez vous de la folie des actions à plus de 200 €

    • J’ai fait l’impasse sur les banques et les TMT : » il vaut mieux acheter des sociétés incontournables et pérennes de préférence sous cotées », (Warren Buffet)

      • BigLebovsky says:

        Ben Banques en France = incontournables, pérennes et sous cotées non ?

        • Sherraf says:

          Complètement d accord….

          • JULIEN says:

            Pas tout à fait d’accord….
            Warren Buffet fait allusion a des secteurs VITAUX dont il serait impossible de se passer lorsqu’il parle de sociétés « incontournables »et sous cotées,mais il ajoute cette mise en garde à méditer :
            “Vous devez séparer votre opinion de celle de la foule. Les comportements grégaires conduisent les cerveaux à la paralysie. Je ne pense pas que les investisseurs agissent nécessairement de manière intelligente même si ils sont intelligents. Intelligent ne veut pas dire rationnel. Pour réussir dans l’investissement, il faut savoir se séparer des craintes et des envies des autres, ce qui est pratiquement impossible.”

            • BigLebovsky says:

              Heu dsl mais le crois que je n’ai rien compris à la 2ème partie :o(
              Mais bon si le secteur bancaire n’est pas vital…pas de banques = pas d’entreprises = pas de salariés = … pas de salariés (conso, économie et argent à vau-l’eau). Au demeurant, on peut ou pas le déplorer idéologiquement, mais pas de banque =, pas d’économie =,même pas de bourse, adieu veau vaches cochons et CAC 40

              Maintenant l’immense majorité ignore tout ce qui est depuis longtemps mis en place en France au niveau des banques, je me sens plutôt rasséréné du bulbe rachidien de côté, il me semble que c’est bien se séparer des craintes de la majorité non ? C’est d’ailleurs peut-être pour cela que le secteur est si bas = opportunité au point d’entrée, non ? Quand aux envies des autres, je suis débarrassé des religions et des opinions politiques, donc je peux investir sur ces (bip) de banquiers, c’est cool^^

              • Sherraf says:

                De mon côté je rentre dans BNP et société générale
                Vraiment pas cher en ce moment, et encore Avec BNp je suis déjà en positif
                Comptes consolidés, bonne gestion…..
                Oui ils vont supporter des impayés sur les crédits octroyés
                Mais l état sera la…..
                Je suis un partisan du Bitcoin, mais il est loin le temps où il prendra le pas sur les banques…..

              • JULIEN says:

                Oui,il est vrai qu’avec les banques » incontournables » tout reste possible,y compris l’impensable! Mais, »keep calm and carry on », pour l’instant tout va bien !

                https://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130330trib000756871/ponction-massive-a-chypre-sur-les-comptes-de-plus-de-100.000-euros.html

                • BigLebovsky says:

                  Salut Julien, précisément ce qui est arrivé à Chypre est impossible en France, l’état garantit jusqu’à 100k de retrait, Chypre fait partie des légendes urbaines qui font que les actions su secteur bancaires sont délaissées en ce moment^^
                  Sherraf, je te suis et tu m’as donné envie de rajouter sur la BNP. On verra bien si les néophytes se seront plantés ou pas, je reste très humble, pour moi qui n’y connais rien le point d’entrée et la crédibilité de la progression sont les 2 choses les plus importantes.

                  • BigLebovsky says:

                    @ Sherraf
                    Dans la catégorie valeurs méprisées par les connaisseurs en bourse, il y aura un « halving » le 12 Mai sur le bitcoin, j’ai déjà pris 20% en un mois, je vise les…150% ^^

                  • JULIEN says:

                    La » garantie » par l’état de 100K de retrait reste une notion parfaitement THÉORIQUE,tout comme les 70000€ « garantis » en assurance vie en cas de faillite, car en cas de crise la notion de « garantie »peut être adaptée.
                    Le lien que je vous ai transmis n’a rien de comparable avec les contes de Perrault.Je n’ai évidemment pas pour intention de rajouter du pessimisme, mais d’essayer de faire preuve de réalisme.Chacun étant libre pour ce type de choix qui n’est pas le mien,il est toujours possible de miser sur les banques si l’on admet qu’en cas de crise systémique majeure les havres de paix financiers ne seraient plus un sujet,mais soyons optimistes puisque le pire n’est jamais certain !

                    • BigLebovsky says:

                      Merci Julien, tu as raison de ramener du réalisme sur le risque. Moi qui suis un pessimiste, je mise quand même sur faillite d’une banque = danger de faillite personnelle pour tous les gens qui y ont leur compte et perdent leurs économies = peu probable en France. Mais bon, je peux (encore plus que les autres) me tromper

  18. Orange est :
    – plombée par son très mauvais management
    – plombée par son organisation
    – plombée par la concurrence
    – plombée par sa dette acquise dans les années folles de la bulle internet
    – plombée par la présence de l’état qui l’oblige à verser de gros dividendes (quoique en baisse désormais)
    – plombée par la présence, encore, d’anciens fonctionnaires qui décalent la pyramide des âges et des salaires vers le haut.

    Et avec tous ces points négatifs, elle reste dans un canal 11-14. Je renforce régulièrement quand elle baisse vers les 11.

    A partir de 2023, un certain nombre des points négatifs ci-dessus vont disparaître. Du moins je l’espère. J’espère notamment un départ de Stéphane Richard, qui est aussi médiocre qu’on pouvait l’espérer d’un apparatchik. La masse salariale va automatiquement baisser, avec le départ des derniers fonctionnaires. Avec le départ de Richard, devrait arriver une organisation plus efficace. L’état aura besoin d’argent et devrait finir par vendre une partie de ses actions…

    Bref, on devrait assister à un beau rebond, tant le ressort est rendu.

  19. @adnstep

    Merci pour ces conseils instructifs pour le long terme,en attendant les baisses et rebonds se succèdent sur Orange assez » régulièrement » ce qui permet quelques allers-retour, mais prudence quand même !

  20. Bonjour

    Qui se rappelle de la folie des actions orange à plus de 200€

    • @alain

      Orange était en effet à 200 € il fut un temps ! Merci de rappeler ce petit détail loin d’être un fait isolé qui montre bien les limites du conseil en vigueur de « se renforcer à la baisse avec des rachats programmés »,car certaines pertes rapides et vertigineuses peuvent dans certains cas devenir irréversibles .Ce constat vaut pour les indices quand on pense au Nikkei qui a chuté et stagné durant de nombreuses années.Nous sommes loin d’un potentiel de 10 000 Pts sur le CAC comme le laissait entendre un grand journal financier dans les années 2000,au moment où les TMT « montaient jusqu’au ciel » !

      • adnstep says:

        Orange était à plus de 200 en pleine bulle internet. La valeur est vite redescendue sur sa valeur précédente, moins le poids de la dette accumulée et des dépréciations d’actifs. Elle a doublé de valeur entre 2002 et 2011, et se traîne depuis.

        Vous pourriez aussi rappeler qu’en 2002, Orange (France Telecom) cotait 7 euros, avait un endettement de 80 milliards et n’a du sa survie qu’au plan de recapitalisation de l’état (merci les contribuables 😁).

  21. laurent says:

    Orange est une action daubesque, à part verser des dividendes.
    Elle n’évolue pas.
    Elle est étatisée. Aucune action étatisée n’est performante
    Elle le restera des années car c’est un secteur stratégique, et compte tenu de ce qui s’est passé, je doute que l’état laisse Orange hors contrôle

    • adnstep says:

      « Orange est une action daubesque »

      Là, je ne peux pas vous donner tort.
      On peut même la qualifier de bouse.

      Pour le reste, c’est un pari sur l’avenir. Tant que son cours reste autour des 11-12, je réinvestis le div. Il suffit qu’elle remonte à 15-16 pour que je m’estime satisfait et que je revende.

  22. laurent says:

    Total est une action qui va s’envoler dans 1,5 à 2 ans.
    Depuis 3 ans, il n’y a quasi plus d’investissement dans le monde pétrolier donc choc d’offre à échéance car le temps de l’investissement énergie est un temps long.
    A la sortie de la crise (dans 2 mois, 6 mois, 1 an, etc…), il y aura un énorme besoin de pétrole.
    C’est l’énergie la moins chère. Et comme il y aura 15% de chômeurs, on ne va pas aller vers des énergies plus onéreuses car la préoccupation première sera de bouffer à la fin du mois.
    Le green washing ce sera pour 2030.

  23. Sherraf says:

    Et donc pourquoi ne pas investir massivement dans BNP, Societe generale et Credit Agricole ?
    Ces 3 banques font partie des plus grosses chutes du CAC depuis e 1er Janvier.
    quand on regarde leur courbe sur 10 ans, elles atteignent le point bas « historique »
    Je pense qu elles remonteront a leur haut niveau.
    Cela reste des banques, qui quand elles sont a l origine d une crise, sont quand même renflouées par l état.
    Donc la question pour retrouver leur niveau de 209 est : quand ?
    – très vite, si l activité repart cette été (saisonnalité du virus ?)
    – ou dans 2/3 ans, quand le monde aura repris sa marche normale…
    On parle de valeurs qui ont fait – 50 / – 60 %
    donc X2 en perspective…

    • Laurent says:

      J’ai vu ÇA à 33€. Puis à 16€. Aujourd’hui 7€.
      Si vous voulez jouer avec les banques, allez y …. 😀

  24. La notion de « plus bas »est toute relative en bourse et,les exemples de Penny stocks ne manquent pas!
    La société générale s’est distinguée par une baisse impressionnante lors de la dernière crise financière qui a rincé radicalement beaucoup d’inconditionnels des Banques.
    Pour l’instant,il est loin d’être certain qu’une nouvelle crise financière de grande ampleur ne surviennent pas dans les prochains mois, (C.F. Les banques Italiennes étaient déjà mal en point avant la crise actuelle).Les montagnes Russes concernant le secteur bancaire apparaîtraient de nouveau sur les écrans et pourraient laisser figer bien des acteurs avec une crise systémique !
    Les secteurs de la distribution (incontournable),des labo et biotech,de l’informatique appelée à se développer fortement dans « le monde d’après » semblent bien plus prometteurs !

    • adnstep says:

      Certes,
      Plus bas, parfois, c’est zéro !

      J’ai connu Alcatel à 19, puis à 75, puis à 7, puis à 3, puis à 0.8, puis elle est remontée à 3.

      • Alcatel est remontée à 3 pour finir par disparaître de la cote en laissant place à Nokia qui a aussi fortement plongé en son temps et se traîne depuis des lustres : il vaut mieux fuir ce type de canards boîteux et prendre rapidement ses pertes si l’on a été collé,car l’histoire de la bourse nous montre que les actionnaires prennent bien des risques et servent parfois à éponger certaines surprises connues trop tard, comme pour le cas d’école « Eurotunnel » rebaptisé Getlink le 20 Nov 2017.

    • Sherraf says:

      Quand je regarde les courbes sur 10 ana, Carrefour et Danone, ca fait pas rêver je trouve….

  25. Sherraf says:

    Certes
    Mais 2008 c était une crise des banques
    Et elles ont survécues
    Et elles ont performees
    La, les banques aident la reprise
    Les fondamentaux sont pas mal, ont sort de 2019.
    Peut on vraiment croire qu elles peuvent faire faillite ?

    • Hier, j’ai acheté du BNP et la semaine dernière renforcé ma ligne Total 😉

      Comme quoi, il n’y a que les imbéciles … Ces deux activité (banques et pétroles) sont indispensables dans nos sociétés, il est probablement dogmatique de ne pas vouloir y investir.

      • JULIEN says:

        @Guillaume FONTENEAU

        L’oracle n’existe pas en bourse et comme d’habitude l’on ne reste toujours que l’imbécile de l’autre car les prévisions restent aléatoires…
        -Pour miser sur Total en FOND de portefeuille,d’accord avec vous à 100%, car le pétrole est VITAL et n’est pas prêt de disparaître.(Pour anecdote,Warren Buffet continue de miser sur le pétrole).
        -Pour les banques,il serait absurde de les déclarer inutiles, mais je ne pense pas qu’elles puissent être prioritaires pour un investissement de court-moyen terme en raison des tensions actuelles sur le secteur financier.
        Libre à vous de considérer que ce secteur puisse rapidement rebondir. ce que je ne pense pas.
        En ce qui me concerne mon choix prioritaire pour le court-moyen terme va vers le secteur pharmaceutique et les biotechs, (en dépit de l’importante hausse récente), tout en restant prudent, car de nombreux facteurs économiques plaident pour une prochaine baisse plus conséquente des indices.
        Un peu de trading sur Total semble possible, si les rebonds réguliers auxquels nous assistons se maintiennent,mais rien n’est moins sûr.
        Bonne réussite !

      • Sherraf says:

        Mais oui !!!!
        mes 3 grosses positions sont
        Airbus
        Total
        BNP
        grosses decotes, qui dans une optique de moyen terme (et non de trading) sont suffisamment solides pour ne pas péricliter, et ne feront que prendre de la valeur.
        Pour les Biotech et les Labos pharmaceutiques, ils sont déjà très chers.
        les Biotech sont très volatiles, j ai investi sur Ose immuno (bon choix) et Novacyt. Pour l instant c est dans le vert, mais quid dans 1 an (cf AB sciences ou DBV techno)
        après en valeurs de fond, j ai du Kering (pas cher en ce moment, et assise solide) et Air liquide
        Korian pour l avenir et la Silver économie
        Axa car pas cher et assurance lapsus insane en Europe.

        Danone / Carrefour pour le cote utile ? j y crois beaucoup moins….

        Et toujours du Bitcoin 🙂

        • JULIEN says:

          Danone et Carrefour sont tributaires de la consommation qui risque de rester encore longtemps atone,mais je ne pense pas pour autant qu’il faille complètement les délaisser,notamment Carrefour le géant Français, leader Européen et numéro deux mondial de la grande distribution, qui avait réalisé un bon début d’année en surprenant le marché et retrouvé la faveur des investisseurs.
          Évidemment l’une des meilleures, Air Liquide est à privilégier, tout en surveillant le niveau des indices qui,s’ils devaient s’effondrer,ne manqueraient pas in fine d’entraîner dans leurs chutes les plus belles valeurs de la cote.
          Pour ce qui est de l’investissement sur le Bitcoin, système très aléatoire reposant exclusivement sur l’offre et la demande et non sur une éventuelles progression réelle des bénéfices de sociétés,les jeux de hasard me semblent plus profitables car les teneurs de marchés n’existant pas il n’est pas interdit de croire à sa propre chance.

          • « Pour ce qui est de l’investissement sur le Bitcoin, système très aléatoire reposant exclusivement sur l’offre et la demande et non sur une éventuelles progression réelle des bénéfices de sociétés,les jeux de hasard me semblent plus profitables car les teneurs de marchés n’existant pas il n’est pas interdit de croire à sa propre chance »

            Parfait. Rien à redire.

            • JULIEN says:

              @Guillaume FONTENEAU

              « Je ne cherche pas à faire +25% / an. Si je fais 6% chaque année pendant 15 ans je suis heureux. »
              Votre devise est excellente car veiller d’abord à la régularité dans la progression des portefeuilles est bien la manière la plus sûre de gagner de l’argent en bourse.
              Les relevés de comptes sur plusieurs années sont implacables et sont souvent négatifs lorsque l’on considère la bourse comme un Casino !
              Merci pour vos précieux conseils.

  26. il est évidemment impensable que les grandes banques puissent faire faillite.En revanche il est fort possible que les actionnaires puissent être rincés en cas de crise systémique d’une certaine façon.

  27. Sherraf says:

    Dans ce cas : une solution miracle : investir dans un ETF CAC 40 au sein du PEA
    Ça reviendra forcément un jour à 6000…
    😀😀

    • Laurent says:

      Les ETF sont critiques. Mais plus j’avance, plus je me dis que c’est un bon moyen de ne pas subir la déconfiture d’une star de la cote qui devient obsolète 2 ans plus tard ….

      Je sais que Guillaume n’est pas fan. Mais le temps parle pour les ETF

      • Sherraf says:

        honnêtement, je suis plutôt souvent d avis avec guillaume
        mais quand on fait le comparateur des performances des actions une par une avec boursorama, comparée au CAC 40 sur 10 ans, il faut bien les choisir pour avoir une performance supérieure……

        Ça donne envie d appliquer la stratégie de Gary Antonacci …..

        • Les ETF ou trackers peuvent donner du 9 % /An avec 1 minute par mois : Tout sauf chronophage !

          • Sherraf says:

            le rendement annoncé moyen est même plus de l ordre de 15%…

          • BigLebovsky says:

            je n’ y connais rien en bourse (il y a 24h je ne savais mm pas ce qu’était un tracker) mais cela renvoie au profil d’investisseur que l’on veut se donner, non ?
            – tracker = moins chronophage, moins de risque, moins de gain/perte
            – 1 ou 2 valeurs dans un secteur = + de temps, + risqué, + de gain/perte
            ?

    • Vous évoquez un retour du CAC « forcément un jour à 6000 »,or rien n’est moins sûr ! (Ne pas oublier l’exemple du Nikkei resté au tapis durant de nombreuses années).
      il est pour l’instant prématuré d’imaginer un retour à la situation antérieure car les crises se suivent mais ne se ressemblent pas.N’oublions pas que celle que nous vivons est particulière, et cette fin de cycle s’annonce dans un contexte de tensions géopolitiques,environnementales et démographiques inédites.

      • Sherraf says:

        Pire que 2006-2008?
        avec certains pays de la zone euro quasiment en banqueroute ?
        avec un système bancaire un genou a terre ?
        une recession ?
        des fondamentaux pourris ?
        une révolte societale contre le sauvetage des banques, elles même a l origine de cette crise ?

        Apres je parle en toute humilité, et en espérant surtout ne pas me tromper, ce que je ne sais pas.
        Mais je n ai pas le recul et l âge nécessaire pour analyser sur du plus long terme.

        Mais cette crise soudaine et massive est surtout due au confinement, fait extraordinaire dans l histoire moderne.
        Le deconfinement arrivera, les files d attente aux Mac Drive se reformeront, les gens recommenceront leur cycle de consommation.
        Vont ils arrêter d acheter des T Shirts pas chers, être plus écolos, plus responsables ?

        Je ne sais pas
        Mais je parie sur des fondamentaux plus solides, et une sortie de crise, et un CAC a 5000 (+10%) voire 5500 (+20%) dans les deux ans…

        • Les fins de cycles ont toujours laissé la place à des rebonds de l’économie.Vous pariez sur une reprise dans les deux ans :

          Nous allons être très vite fixés puisque les bourses et les indices anticipent toujours les situations.

          Souhaitons que le chômage actuel galopant puisse être jugulé et que la crise de la demande, dans un cadre de récession, avec comme conséquences toujours possibles de l’inflation ou de la déflation, soit rapidement un mauvais souvenir.

    • JULIEN says:

      Compte tenu de l’ampleur de la crise jamais égalée qui s’annonce,le CAC peut aussi stagner de longues années avant de revenir à 6000 Pts.( voir pour exemple l’historique de l’évolution de l’indice NIKKEI resté longtemps au tapis).
      Or ne pas oublier que dans ce cas,le temps qui passe peut jouer contre les investisseurs surtout si les dividendes se raréfient !

  28. adnstep says:

    Un élément que je ne sais pas analyser, c’est l’interdiction de la vad et ce qui va se passer quand elle sera à nouveau autorisée.

    • Tarquin says:

      L’interdiction de vente à découvert est un acte politique pour faire bonne figure dans les médias. Professionnels et même particuliers peuvent continuer à vendre à découvert les actions Françaises en vendant de l’Euro Stoxx (Marché des Futures) qui contient majoritairement des actions Françaises. Ceux qui faisaient du gros volume sur les VAD peuvent continuer de le faire par cet artifice, on peut anticiper que la levée de l’interdiction changera peu de chose.
      Un vendeur à découvert est un futur acheteur puisqu’il devra racheter ses titres à l’échéance.

      • adnstep says:

        Donc same as usual, juste de la com.

      • Laurent says:

        Je confirme
        Il est possible de faire de la vente à découvert malgré la propagande officielle relayée dans la pravda

        • Rajoutez tout de même que pour la VAD il vaut mieux maîtriser parfaitement le sujet et ne pas courir après les marchés, car le report des pertes cumulées,les taxes fiscales et les frais multiples sont bien réels et grèvent sensiblement les plus values. Le temps du Règlement mensuel est décidément bien loin !.L’enveloppe fiscale que constitue le PEA abordé dans cet excellent article permet plus de sérénité.

  29. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    La vente à découvert est quand même à l’origine des dégringolades boursières nettement plus rapides que les hausses.
    la baisse est génératrice d’angoisse et pousse les gens à suivre les vendeurs à découvert par effet d’entrainement.
    Alors que pour les hausses, les acheteurs sont moins pressés.

    j’ai malgré tout l’impression que son interdiction sur le CAC en limite les effets sur l’euro stock.

    Quant aux perspectives :

    Les 5000 sur le CAC on peut y parvenir d’ici un mois ou deux mois.
    Les banques centrales décideront !!

    Mais il n’est pas certain que cela tienne, tans les incertitudes sont grandes.

    Si l’épidémie s’arrête d’elle même cela tiendra.

  30. O.K. Je suis en phase avec votre analyse,en rajoutant que l’évolution de notre CAC n’est pas à séparer de celle du DOW ayant récemment atteint des niveaux exceptionnels.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez nos conseils pour gérer votre patrimoineInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine