Depuis quelques jours la valeur du bitcoin s’envole sans que l’on sache vraiment pourquoi. Le bitcoin cote 7239€, le 14/05/2019, au moment ou je rédige ces lignes alors qu’il était valorisé 2814€ au 16 décembre 2018. Le bitcoin grimpe de 38% sur les 5 derniers jours.

Autant vous le dire tout de suite, je ne sais pas expliquer cette hausse, mais je vais tout de même essayer de prendre de la hauteur afin de comprendre cette évolution récent dont le timing m’apparaît particulièrement intéressant.

 

 

Le bitcoin semble réagir rythme de la destruction de la monnaie par les banques centrales. Le bitcoin deviendrait il une valeur refuge face à la folie des politiques monétaires destructrices de la valeur de la monnaie ?

En décembre 2018, nous étions tous certains que la politique monétaire des banques centrales deviendrait plus restrictive. Après les années de laxisme monétaire, 2019 devait être l’année d’une politique monétaire moins accommodante, une année pendant laquelle les banques centrales essaieraient de redonner de la valeur à la monnaie en réduisant la liquidité mondiale.

Je ne sais pas si corrélation vaut causalité, mais c’est au terme d’une année 2018 délicate, animée par le renforcement de l’idée qu’une politique monétaire moins accommodante était nécessaire que le #bitcoin a atteint son plus bas niveau.

Depuis Février 2019, cette certitude d’une politique monétaire nécessairement moins accommodante s’efface au gré des nouvelles positions des banques centrales. Aujourd’hui, les certitudes d’hier ne sont plus d’actualité, et nous sommes tous certains que l’expérience monétaire des taux négatifs pourrait se prolonger pour de nombreuses années encore (Cela doit d’ailleurs nous amener à un peu d’humilité sur nos certitudes). 

Corrélation, ne vaut peut être pas causalité, mais c’est justement depuis Mars 2019, et le renforcement progressif de l’idée qu’une politique monétaire durablement accommodante devrait s’imposer, que le cours du #bitcoin retrouve le chemin de la hausse. 

 



Faut il y voir un lien de causalité entre politique monétaire et valorisation du bitcoin ?

Ce timing m’apparaît particulièrement intéressant. Il pourrait permettre de confirmer le statut de valeur refuge du bitcoin dont la valeur ne pourrait être affecté négativement par les politiques monétaires des banques centrales.

La confirmation de ce lien pourrait être le signe que le bitcoin est véritablement en train devenir un actif sur lequel il faudra compter dans les années à venir. Plus qu’un outil de spéculation, le bitcoin confirmerait alors sa capacité à devenir une véritable monnaie transnationale.

Je crois qu’il est maintenant urgent de relire cet article que nous vous proposions en Novembre 2017 : #Bitcoin : Les utopies d’aujourd’hui ne sont elles pas les réalités de demain ? 

Extrait :

« Depuis quelques jours, les débats autour du bitcoin se multiplient et nous assistons à un combat idéologique entre :

    • Les intellectuels et les donneurs de leçons (dont je fais partie) qui vous expliquent, avec l’arrogance de celui qui sait tout mieux que tout le monde, que l’explosion des prix du bitcoin n’est qu’une bulle spéculative qui explosera et ruinera les pigeons qui se sont laissés tenter par l’argent facile.
    • L’ »homme de la rue » qui voit dans le bitcoin, le moyen de s’échapper de cette société dans laquelle il ne trouve plus de sens. Une sorte de début de révolution et de construction d’un nouveau monde dans lequel le pouvoir actuel serait remis en cause.

Et si l’homme de la rue avait raison ! Et si nous étions en train de construire les fondations d’une nouvelle norme sociétale. Bien évidemment, tout cela paraît totalement absurde pour le sachant du monde d’aujourd’hui et donc tous les médias mainstream… mais peut être que cette nouvelle norme sociétale paraîtra comme totalement normale dans 40 ans. Les utopies d’aujourd’hui ne sont elles pas les réalités de demain ?

Le bitcoin n’est il pas la suite logique de la construction de la nouvelle civilisation vers laquelle nous semblons nous diriger progressivement ?

Le bitcoin n’est il pas la première étape vers autre chose que l’on ne peut pas imaginer aujourd’hui ? Pour reprendre le raisonnement de Yuval Noah Harari, ne sommes nous pas en train de construire une nouvelle fiction collective telle que sont la démocratie, l’argent, la religion, … ? C’est la question à laquelle nous devons répondre… et malheureusement à laquelle nous n’avons aucune réponse.

Le bitcoin analysé avec nos référentiels actuels révèle l’absurdité du modèle … mais analysé dans la perspective de la construction d’un nouveau référentiels peut s’avérer totalement cohérent.« 

 

Je relis aujourd’hui ce texte rédigé en novembre 2017 et le trouve d’une actualité incroyable dans le contexte actuel des giletsjaunes et autres mouvements sociaux qui traversent le monde.

A suivre …

 

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.
 

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques


22 Comments

  1. Jonathan Kaminski says:

    Oui et non. Le BTC comme les autres crypto est plutot, tout du moins pour linstant, utilise comme un « hedge » de volatilite -par les grands fonds speculatifs et certains investisseurs institutionnels- contre le climat actuel de risque qui s’est retourne a la baisse depuis les annonces faites par Trump et la Chine la semaine derniere. Aussi favorise par de bonnes nouvelles de Microsoft et du lancement dun fonds futures en juillet. Et par la faible rentabilite des actifs obligataires, ainsi qu’a une moindre attractivite de l’or. Il y a forcement l’effet des politiques monetaires accomodantes qui peut aider les cryptos mais cest un facteur secondaire je pense pour l’instant. On est plus sur un actif dont l’usage est encore a demontrer (et qui structurellement se materialisera dans le temps) bien que la technologie ait une vraie valeur reconnue (la fameuse blockchain), et qui reste decorrelee des actions et obligations, donc un bon « hedge » potentiel.

  2. Bonjour Guillaume,

    Ravi de voir que votre avis vis-à-vis du Bitcoin évolue. En effet, on pourrait penser qu’il y ait une certaine corrélation entre les évènements macro-économiques anxiogènes et une montée du Bitcoin (lors du vote Brexit, bitcoin avait réagit à la hausse, lors de l’élection de Trump, bitcoin avait réagit à la hausse).

    Chez Coinhouse nous publions très souvent de la recherche pour justifier et expliquer ces mouvements, tels que ce suite d’article qui peut vous intéresser !

    https://insights.coinhouse.com/fr/bitcoin-theorie-quantitative-monnaie/

    • Je ne sais pas si je change d’avis, mais je suis certain d’une chose. Nous vivons dans un monde en pleine mutation et celui qui est fermé au changement passera par la porte.

      Je crois avoir toujours fait part de cette double lecture : Arnaque absolue pour celui qui a confiance dans le système monétaire actuel VS utopie du révolutionnaire qui espère construire un monde nouveau.

      • Brian O'Hagan says:

        Il y a 2 lectures selon moi :

        – L’alternative au système monétaire actuel

        – La révolution technologique : c’est la première fois que l’on arrive à s’échanger de la propriété numérique. Je ne parle pas d’information (musique email etc) mais bien de valeur numérique, sans passer par un tiers de confiance.

  3. Antoine says:

    Merci Guillaume pour votre article.

    Quelques points qui pourraient expliquer la hausse:
    – Il n’y a jamais eu autant d’argent en circulation et les investisseurs ne savent plus où investir vu le haut niveau des marchés et de l’immobilier. Donc ils allouent tous une partie (même infime) de leur patrimoine en bitcoin. Même si c’est 0,01% de leur patrimoine, tout le monde veut pouvoir dire j’en avais. Et les fonds et institutionnels investissent aussi.
    – Il n’y a que 17 millions de bitcoins en circulation (4 ont déjà été perdus). Cela ne fait pas beaucoup vu que le bitcoin est une crypto mondiale. Donc à chaque fois de la pub est faite autour du bitcoin, il y a de la demande à l’achat et le cours remonte.
    – Petit à petit, les cryptos arrivent à s’intégrer dans la cadre réglementaire des pays. Cela se fait beaucoup plus lentement que les promoteurs des cryptos le pensaient mais cela se fait quand même.
    – Il devient de plus en plus facile d’en acheter alors que c’était compliqué initialement (si ce n’est pas en direct, c’est via les CFD comme REVOLUT).
    – C’est devenu effectivement une monnaie et d’échange dans certains pays et dans certains secteurs. Etant en France et ayant été habitués à une monnaie stable et forte, c’est un phénomène que nous avons du mal à appréhender mais il est pourtant réel à l’échelle mondiale.

    Après il faut se souvenir que:
    – Il n’y a pas d’actifs sous-jacents pour les cryptos (les utility et security tokens, c’est autre chose) donc c’est lié à une croissance immatérielle et demain une nouvelle crypto pourrait prendre le marché et s’imposer (google coin ? alibaba ? amazon coin ?).
    – Les états peuvent décider demain de mettre fin au cryptocurrencies non régulées.
    – Il y a encore trop d’opacité et de technicité pour que cela devienne vraiment mainstream (pas un mois sans qu’il y ait une annonce d’une société qui a perdu des millions en bitcoins ou qui s’est faite hacker et on ne parle même pas de problématiques AML). Cela fait vraiment amateur parfois par rapport aux montants en jeu.

    Mais l’évolution du bitcoin et des cryptos en général sera intéressante à suivre.

  4. Michel 2 says:

    Suivre le débat

  5. Et surtout ou en acheter ?

  6. julien bonnetouche says:

    Le Bitcoin est tout de même hautement spéculatif. il a atteint 18000€ avant de redescendre à 4000€.
    Mais pourquoi vaudrait il plus 4000 que 7000 comme en ce moment plutôt que 20000 ?

    Personne ne sait sinon que le stock est limité.

    C’est un peu comme l’or ou l’argent aux époques où l’on s’en servait de monnaie.
    (Mais l’or ou l’argent, pouvait servir à la joaillerie, l’orfèvrerie.)

    Mais nous avons vu récemment qu’une monnaie ne doit pas être trop rare si l’on veut qu’elle serve à autre chose que la thésaurisation. (elle doit également servir aux échanges qui eux vont toujours croissant)
    Si l’on admet que le Bitcoin a de l’avenir en temps que monnaie d’échange, il faudrait alors en faire davantage pour s’adapter à la demande.

    Cela est impossible parait il.

    Sinon son rôle ne peut que rester marginal, uniquement comme valeur spéculative, ou refuge.
    Mais concernant l’aspect valeur refuge, on est en droit de se poser des questions : pourquoi ?

  7. C’était fait pour, Bitcoin a été conçu comme de l’or numérique.
    La vraie question est peut être plutôt à quel moment il sera interdit par les autorités, car de tous temps des dirigeants ont éliminé ou carrément assassiné ceux qui menaçaient leur droit de seigneuriage, leur privilège de battre monnaie et de l’imposer à leur peuple.

    • julien bonnetouche says:

      d’accord là dessus !!
      Pour le moment le bitcoin est marginal, donc il ne risque rien.
      Mais ce que je veux dire, c’est qu’il ne repose sur rien.
      les monnaies jusqu’ici sont basées sur les économies des pays qui les émettent. Chaque billet de banque représentent une petite partie de la globalité du pays.
      Le bitcoin non.
      Le bitcoin est en fait une tentative de sortir des monnaies traditionnelles un peu comme l’envisage de le faire la théorie monétaire moderne, c’est à dire indépendante d’un support matériel défini et admis par tous.
      D’ailleurs le bitcoin est côté en dollar ou en euro ; il n’est rien par lui même. lorsque vous achetez quelque chose en bitcoin, c’est l’équivalent de sa valeur en euro ou en dollar que vous donnez.
      Pour que les choses changent vraiment, il faudrait que le bitcoin devienne la monnaie de référence et non le dollar …..

  8. Ange LERUAS says:

    Questions simple pour se faire une idée de cette  »monnaie »

    Le bitcoin est-il utiliser pour faire circuler des biens des des service?

    Quel est le volume de bit coin échangé pour faire passer sa valeur en quelques jours de 5000 à 8000 ?

    Ecart 3000E donc pour 17 millions de bitcoins plus value 51milliards d’EURO que se passerait-il si l’ensemble des détenteurs voulaient profiter de cette plus valu?

    si c’est une monnaie: qui garantie l’échange du bitcoin en euro ( 136 milliards à 8000E et 306 milliard à 18 000E ?

    Merci pour vos réponses.
    A combien se monte les commissions d’échanges?

    • Michel 2 says:

      Peut-être une des réponses:

      [Le bitcoin grimpe, au tour des altcoins ?
      Par Florian Darras

      Cher Cryptos Trader,

      Ça gronde sur les marchés boursiers à la suite notamment de la remise en cause d’une partie des accords commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis.

      Pendant que les Bourses mondiales subissent les cahots des tweets du président américain, les cryptomonnaies de leur côté, regagnent la faveur des investisseurs, après un long hiver de torpeur.

      Si le rebond semble à première vue plus technique qu’autre chose, ce nouvel épisode de guerre commerciale pourrait y être lié.

      C’est du moins une thèse rapportée par un journaliste de Forbes, qui dévoile que les investisseurs chinois pour se couvrir contre la chute du Yuan se réfugieraient notamment sur les monnaies virtuelles.

      Bien que les plateformes d’échanges soient interdites dans l’Empire du Milieu depuis 2017, près de 20 % du volume total d’échanges de crypto émanerait de la Chine.

      Pour la première fois en l’espace de six mois, la capitalisation totale de ce jeune marché est repassée au-dessus des 200 Mds$. Elle frôle même actuellement les 230 Mds$ après un plus haut récent à 263 Mds$.

      Le bitcoin (BTC) qui domine largement les autres capitalisations en est le premier bénéficiaire et surperforme largement les marchés boursiers depuis le début d’année.

      Le bitcoin est sorti de sa torpeur début avril et s’est apprécié de plus de 100% depuis lors.
      Source : https://twitter.com/CNBCFastMoney

      L’indice de dominance de la première crypto est même allée jusqu’à dépasser succinctement les 60 % dans la journée de mardi. Cette même journée, son cours a atteint un plus haut sur l’année 2019, au-dessus des 8 250 $. Depuis, le cours consolide légèrement au-dessus de la zone des 7 300 $, suite à d’inévitables prises de gains.

      On peut le dire, le bitcoin donne toujours le « la » au marché et les altcoins (cryptomonnaies autres que le bitcoin) qui progressaient plus timidement en ce début de semaine, semblent désormais se réveiller plus franchement.

      En témoigne d’ailleurs l’indice de dominance du BTC précédemment évoqué qui régresse légèrement vers le support des 50% (actuellement 56%).]

  9. Jonathan Kaminski says:

    Le BTC vient deja de retomber a 6000 USD juste parce que certains traders ont pris leurs profits… Ca manque un peu de profondeur dans la liquidite ce marche. On ne sait tjrs pas bien clairement ce qui a provoque lacceleration haussiere les deux dernieres semaines par ailleurs…

  10. Ange LERUAS says:

    Dois-je donc considéré que Bitcoin n’est pas une monnaie marchande mais bien un action boursière qui dans l’économie passive du patrimoine ( dans sa partie
    immatérielle) joue du yo-yo et les boursicoteur au grès des vents se plument et se remplument mutuellement en se séparant de monnaie marchande qui devient monnaie marchande chez l’autre ce qui fait que globalement le niveau d’épargne reste identique hors mis la ponction des commissions des opérateurs qui  » rendent service » et à ce titre font acte d’économie active .

    Comme vous le savez le boursicotage reste à la merci des acquéreurs qui espèrent ne pas se faire pigeonner (perdre ses plûmes).

    En économie entre deux transactions les valeurs ne sont que latentes et l’acte d’économie, passive ou active, n’existe qu’au temps T de la transaction où la monnaie ( Epargne) change main en parallèle du changement de main d’un patrimoine pour l’économie passive ou de main d’une production pour l’économie active.

    • julien bonnetouche says:

      je dirais que ce n’est pas un monnaie marchande , en tous cas à l’heure actuelle.

      Ce n’est pas non plus une action, car une action repose sur la valeur d’une entreprise.

      Le bitcoin c’est un truc de spéculateurs !!!

      Si vous êtes joueur pourquoi pas, mais considérez que c’est du casino.

    • Michel 2 says:

      Pour le moment c’est plutôt (pour celles des crypto qui ne sont pas une arnaque) un machin de spéculation mais peut devenir rapidement une monnaie d’échange. Il suffit pour cela que les acteurs prennent CONFIANCE en ce truc !
      Et que faut-il pour cela ?
      – des règles sûrement,
      – ne plus afficher des détournements ou pertes à répétition sur les médias,
      – une volatilité modérée,
      – …..

  11. Ange LERUAS says:

    D’accord le bitcoin est l’affaire de spéculation ou de casino en tout cas pas une monnaie.

    Comme les actions le bitcoin fait partie de la case:économie passive, groupant tout le patrimoine de chacun et qui se compose aussi bien d’immobilier et de mobilier y compris les actions, parts sociales, papier, objet, dette, créance … pouvant être monnayé sans transformation, cas du Bitcoin.
    Dans ce cas quel que soit le patrimoine la valeur de ce dernier est latente, virtuelle et ne prendra sa valeur que quand un acquéreur demandera que ce patrimoine change de main en parallèle d’un changement de monnaie en sens inverse. Donc le Bitcoin n’est pas monnaie

    La Monnaie quant à elle n’est pas un patrimoine, ni un bien ni un service et fait partie de case Épargne en attente de devenir une monnaie d’échange pour acquérir
    * un patrimoine de l’économie passive.
    * ou alors un bien ou un service issue le l’économie active : la production de bien et de service qui devient consommation. Quand cette production est devenue consommation, il n’est pas obligatoire que sa consommation la fasse disparaisse elle peut devenir un patrimoine à vie ou sur une periode seulement. Dans ce cas nous n’avons plus à faire à une production mais bien un patrimoine ou sa valeur va dépendre d’éventuels acquéreur.

    Ceci dit ce n’est que pour mieux rationaliser l’Économie en disant quelle à trois composantes
    * L’Économie passive (patrimoine mobilier immobilier)
    * L’Économie active (celle de la production de biens et de services, matériels ou ludiques, en ces choses agréables et utile à la vie)
    * L’Épargne qui est une masse de monnaie en attente de faire passer d’une main à l’autre, un bien dans l’économie passive ou un bien ou service dans l’économie active, alors que la monnaie change de main dans cette Épargne et laissant ainsi la masse d’épargne inchangée.

    Le fait de changement de main de la monnaie mettant en jeux une somme identique, on doit comprendre que la valeur des biens ou des services ne sont pas en mesure de créer une crise des finances il n’existe donc pas de crise à cause financière. Mais uniquement un crise de circulation de monnaie, la monnaie disponible restant constante. Toute crise ne peut exister que si ceux qui détiennent la monnaie ont de la réticence à acquérir un bien ou un service de l’Économie active. L’absence de circulation de monnaie pour l’Économie patrimoniale est sans effet c’est le statu quo.

    Il ne pourra pas avoir de crise de du Bitcoin comme il ne peu exister de crise boursière, puisque cela n’est du qu’au fait d’absence de pigeons spéculateurs qui entraîne une stagnation de la monnaie dans l’Épargne.

    Quant à la crise des subprime, ce n’est que l’absence de transfert de monnaie vers ceux qui continuellement veulent consommer plus qu’ils ne produisent ce qui affecte l’Économie active et donc la récession de la production et une récession de circulation de monnaie. La cause est-elle financière ou comportementale : vouloir consommer sans cesse plus que permis ?

    Les hommes étant dépendant de leurs croyances: Alors quand des oiseaux de mauvaises augures annoncent la crise financière, la crise boursière, ils sombrent dans la psychose et vont alors économiser, ne plus faire circuler la monnaie à cause de cette psychose. Cette absence de circulation de monnaie arrête la circulation des productions puis la production, c’est la crise. La cause est-elle financière ou comportementale : sombrer dans la psychose par ignorance ?

    Cette psychose provoquant ce ralentissement de la circulation de la monnaie est productrice de la crise qui elle-même fait croître cette psychose et la crise s’amplifie par ignorance que la monnaie, dans nos porte-monnaie, s’y trouve parce qu’elle est une rétribution d’un temps d’activité ou une attribution pour une temps d’inactivité et que ces rétributions et attributions sont des avances des entreprises de productions qui les distribuent avant la vente de la production dans l’espoir que cette avance soit remboursée par la vente, la psychose interdisant la vente : les entreprises sont en crise financière parce que les possédants de monnaie ignorent que cette monnaie doit obligatoirement être utilisé pour consommer cette production qui est à la basse de la possession de leur monnaie. L’ignorance masque la réalité et fait grimper les idéologies qui s’en prennent à la finance.

    Nous venons de parler de la crise de 2008 dont il fallait pour en sortir rétablir la circulation de monnaie exsangue avec autre circulation qui atténue les effets de cette crise. C’est ce qui a été fait mais pas compris toujours par ignorance et par croyance aux idéologies.

    Si le pessimisme est capable de freiner la circulation de la monnaie, l’optimisme peut la relancer c’est ce qui permet alors de voir baisser le chômage non par des mesures mais par l’espoir d’avenir, c’est l’effet du macronisme mais attention cela ne peut durer. L’optimisme ne pourra persévérer que si la masse comprend ce que l’économie est dans la réalité et cela, pour l’instant, ce n’est pas demain le veille.

    Il faudrait pour cela que l’élite soit capable de porter cette réalité économique qui part du principe que la production des uns devient la consommation des autres puis aprés que cette consommation devenue nationale (production nationale -moins- exportation -plus-importation) va se partager à 100 % de deux façons distinctes et non simultané comme la construction du prix des choses le laisse entendre :
    *partage à 100 % de la consommation nationale entre actif et inactifs.
    * partage à 100 % de la consommation nationale entre trois usage : familial, mutuel, collectif à la fois par les actifs et les inactifs.

    Ceux que doit aussi retenir l’élite capable de changer les choses c’est de savoir différencier les deux fonctions possibles des valeurs ou de la monnaie :
    * la fonction circulation des productions dans une ou entre nation.
    * la fonction partage des consommations spécifique à une seule nation souveraine.

    En dehors des erreurs comportementales dues à l’ignorance, il y a une seule et unique erreur structurelle qui est cause de nos soucis nationaux : c’est la technique de construction du prix des choses, à l’heure actuelle, qui ignore la dualité de nos partage de la consommation nationale ou de la dualité de fonction des valeurs ou de la monnaie.

    Ange LERUAS 18 mai 2019

Répondre à Brian O'Hagan Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.