Enfin la preuve de la Supercherie ultime qu’est le Bitcoin ?

 

Joyeux noël 😉




32 Comments

  1. Nabila se débrouille je crois très bien dans ses affaires. Par contre, fallait-il respecter un Madoff ou un conseiller en placements rémunéré par de rétrocommissions ?
    En ces temps incertains, rien ne m’étonne même si les conseils de Nabila pour défendre le Bitcoin ont de quoi surprendre ou amuser.

    • La question n’est pas d’être moqueur… mais simplement de comprendre que le Bitcoin n’est plus un sujet d’expert mais que tout le monde à maintenant un avis sur la qualité ou non de cet investissement. Au delà des considérations de LT sur la blockchain ou la nécessité d’une nouvelle organisation monétaire mondiale, le bitcoin est devenu un outil spéculatif incontrôlable … Rien de plus !

      et son récent caractère « grand public » doit faire craindre le pire !

  2. Merci pour ce moment Guillaume!!!

  3. Excellent!

  4. Et si Nabilla avait raison 🙂
    Après tout elle a été plus douée que nous tous réunis pour se constituer un patrimoine et une notoriété en un temps record 😅

    Merci pour ce moment de rigolade

  5. Je me croyais vacciné contre la stupidité humaine!!!
    Et bien non.
    C’est tout bonnement sidérant.
    Mais bon, quand je vois une fabrique de boissons du nom de « Long Island Iced Tea Corp » en changer du jour au lendemain pour devenir « Long Blockchain Corp », sans changer d’activité bien sûr, et gagner plus de 200 % en une journée…. Ou quand je lis que des gens, qui n’ont jamais risqué le moindre centime, vident leur livret A pour acheter du Bitcoin… Alors je me dis que la planète est mûre pour une RAZ générale.

  6. OlivierSPb says:

    Je serais curieux de savoir combien un tel individu doté d’un QI de protozoaire peut gagner d’argent en débitant de telles fadaises qu’elle ne comprend même pas!

  7. Elle est bête et ne comprend rien…
    Mais a constitué bien plus de patrimoine que nous tous en deux ou trois ans.

    Elle a sans doute compris bien mieux que beaucoup comment fonctionnait le showbiz.

    Son avis technique n’a donc aucun interet, mais son avis en termes de tendance a une vraie signification. Parce que selon les « experts », le bitcoin est une grande arnaque.
    Mais ceux qui ont fait x10 en 1 an en pensent-ils autant ?
    Parce qu’en attendant, ceux qui en ont pris il y a 2 ans sont désormais riches.
    En ce qui me concerne, je suis à +80% en 3 mois et ai déjà récupéré mon capital initial.

  8. Oui je partage l’analyse du commentaire de Miqueline

    Personnellement je vois le bitcoin comme un produit spéculatif qui fonctionne en plus de manière prévisible avec prise de bénéfices massifs à chaque franchissement de seuil symbolique en dollars.

    Je prends position à chaque consolidation et je recupere ma mise pour ne laisser que les plus values libres de s’envoler ou de se crasher… ou alors j’en prendrais un peu de temps en temps si besoin

    En tous cas c’est plus facile et plus rentable que la bourse classique…

  9. Et puis fondamentalement, cette monnaie correspond à un besoin impérieux de liberté. D’un arbitre qui n’est pris en otage par aucun gouvernement, ou aucune grande banque.

    La loi de l’offre et de la demande. Ni plus ni moins. Pas de planche à billets, pas de manipulation de taux.

    Et puis au fond, le sous-jacent du Bitcoin n’a ni plus ni moins de valeur que les monnaies nationales qui ne sont plus adossées à rien. Seule compte la confiance que les gens ont dans leur monnaie. Comme le bitcoin.

  10. Sauf que 4 personnes se partagent 25% des bitcoins et que valider un block de transactions coûtent de plus plus d’énergie. Donc l’avenir du bitcoin sent le sapin.
    Maintenant, le temps que le corbillard rejointe me cimetière, il a de quoi s’amuser.

  11. Sauf que 4 personnes se partagent 25% des bitcoins et que valider un block de transactions coûtent de plus plus d’énergie. Donc l’avenir du bitcoin sent le sapin.
    Maintenant, le temps que le corbillard rejointe me cimetière, il a de quoi s’amuser.

    En attendant aussi Nabilla à touché 20k pour son SnapShat. Pas mal Nabilla

  12. Comment peut-on croire que le bitcoin et les autres « crypto… » soient des monnaies avec une telle volatilité ? Je répète que la monnaie répond à trois critères : unité d’échange, unité de mesure et unité de réserve. Comparez avec ce que vous offrent ces « crypto.. » en dehors de leur volatilité vertigineuse. De plus le bitcoin sera statutairement émis à 21 millions d’unités au maximum (réfléchissez au moyen d’échange d’un PIB mondial 2016 : 77 328 milliards de dollars) et rémunère plutôt les plateformes distributrices et la puissance de calcul des ordinateurs mis à contribution dans la blockchain (mineurs) que les détenteurs de ce concept numérique (c’est la seule définition que j’ai trouvé intéressante pour le bitcoin). Si ce concept numérique devait s’imposer comme une monnaie dans le futur, le chemin à parcourir sera long et les obstacles créés par les gouvernements endettés nombreux (sans oublier les banques centrales et de dépôts). Pour l’instant nous sommes devant un concept sans contre partie très spéculatifs, avis aux amateurs et bonne chance.

  13. J’avais oublié:
    Cours à la création en 2009 : 0,00071 €, cours au 16-12-2017 : 16.624 € soit 2.341.408.350 % en 8 ans.

  14. Ce n’est pas tant le bitcoin qui est intéressant que les cryptomonnaies.

    Les problèmes structurels du bitcoin vont progressivement se régler avec l’apparition d’autres crypto comme le BitcoinCash qui permet plus de transactions, moins de puissance de calcul etc…

    Le Bitcoin est juste la 1ère version.
    Les autres suivront et corrigeront leurs erreurs.
    ALors oui, ça se fera au prix de … mais c’est ainsi qu’on avance.

    Et puis en parlant de volatilité, on parle du mark de l’entre deux guerres ? C’était pourtant bien une monnaie, non ? Et il en existe tant comme cela, aujourd’hui encore.

    • Qui paiera les erreurs à votre avis ?
      Pour le mark de l’entre deux guerres, vous auriez oublié les causes (République de Weimar) qui ont provoquées une hyperinflation (1921-1924) mesurée par la monnaie (unité de mesure) Ce n’était pas de la volatilité juste la mesure de la montée fulgurante des prix sur la période.
      Je n’ai pas noté une telle hyperinflation et dans quel pays que ce soit actuellement justifiant la hausse du bitcoin ! Et vous ?
      Qu’entendez-vous par « Et il en existe tant comme cela, aujourd’hui encore. »?

      • Mais si pourtant. La cause de l’hyperinflation, c’est seulement la loi de l’offre et la demande. Preuve que le BTC répond à une attente.
        C’est un produit mixte certes, mais ça a toute sa place dans une stratégie de placement.

  15. Accepter une monnaie comme l’or est le résultat d’un consensus au fil des nouvelles estimant que l’or avait des propriétés uniques et en quantité limitée. Cela reposait sur une croyance. Un mineur aurait bien pu trouver un filon gigantesque. Côté pollution, l’or extrait des mines a consommé combien de mercure neurotoxique ?
    Croyances quand tu nous tiens et bonne année 2018

  16. OlivierSPb says:

    Certains vont m’accuser d’arrogance et de condescendance, mais tant pis.
    Ceux qui pensent que le BTC peut devenir une monnaie universelle sont des ânes qui n’ont pas compris ce qu’est la blockchain et qui n’ont pas remarqué que l’ADN du BitCoin comporte un gêne d’autodestruction.
    Le BTC n’est pas une monnaie universelle et ne peut le devenir pour des raisons intrinsèques à son architecture.

  17. OlivierSPb says:

    En réponse à Pierre, j’adore me faire de nouveaux copains! Je supplie Zuckerberg de faire un dislike sur FaceBook pour enfin figurer dans le livre des records!

    Selon la suggestion de Pierre, je vais vous faire une courte démonstration implacable.

    En prémisse, je vais vous faire un petit discours liminaire qui va encore augmenter le nombre de mes copains !

    Le monde est divisé en 2 : ceux qui ont un QI de paramécie et dont l’avenir se résume à tamponner des formulaires à la Sécu et qui constituent l’écrasante majorité, et ceux qui ont un QI supérieur.
    Parmi ceux qui ont été dotés par mère Nature de cellules grises, il y a encore deux catégories, ceux qui décident de s’en servir ou, encore là une immense majorité, ceux qui préfèrent ne pas s’en servir et bêler avec le consensus.
    Einstein qui n’était pas politiquement correct, considérait que ces individus avaient été dotés d’un cerveau par erreur alors qu’une moelle épinière leur suffirait.
    La canaille régicide qui peuple la France considère au nom de la démocratie que si la majorité pense quelque chose, elle a raison. Raisonnement qui avait été poussé à son paroxysme par Emmanuelli en 1982 quand il avait déclaré à l’hémicycle : « Vous avez juridiquement tort car vous êtes politiquement minoritaire » ! Après les « Vu à la télé », les « C’est marqué dans les journaux », « on l’a dit à la Radio », maintenant le consensus est censé avoir toujours raison. Mais le consensus n’a t’il pas été pendant longtemps que la terre était plate, que la Terre était au centre de l’univers et n’est-il pas aujourd’hui que les épinards sont riches en fer ? Bref le consensus porte sur au moins autant de fadaises et d’âneries que de choses vraies.

    Et ceux qui oublient de raisonner et qui rejoignent le consensus sans autre formalité oublient un trait du génie français qui fait de nos chercheurs des gens recherchés dans le monde : le doute systématique.

    En plus je me méfie du consensus. Issu des rangs de la meilleure école de commerce d’Europe (Ma modestie naturelle m’empêche de la citer, pff j’en rosis !), j’ai eu la chance de suivre une formation en marketing sur la rumeur et le consensus. En matière de marketing, la rumeur est un outil miraculeux qui ne coûte pas cher et est mille fois plus couteuse à éteindre qu’à mettre en marche, et qui en fait ne s’éteindra jamais. Souvenez-vous tu « il n’y a pas de fumée sans feu » ! Combien de vous croyez que l’aspartame est cancérigène alors qu’il s’agit d’une rumeur propagée par l’industrie sucrière, et qu’au contraire le sucre sans être cancérigène contribue à la croissance d’une tumeur en cours de formation !
    Le consensus est plus difficile à établir mais hautement plus rémunérateur. Je m’en suis d’ailleurs servi quand j’étais jeune fondé de pouvoir d’une charge d’agent de change pour faire monter la mayonnaise sur des titres, manipulations à l’époque parfaitement légales mais qui conduisent aujourd’hui en prison sans passer par la case Départ.

    Ce sont de vieilles méthodes qui ont en fait attendues le Dr Goebbels pour s’institutionnaliser, et ce que j’ai appris par rapport à ce que je vois aujourd’hui était certes rudimentaire mais déjà permettait beaucoup.

    Ceux qui s’intéressent au sujet peuvent relire le livre de Vladimir Volkoff « Le montage », qui décrit d’une façon extrêmement précise sous couvert d’un roman d’espionnage palpitant les méthodes de manipulation d’opinion utilisée par le KGB en Europe au début des années 80.
    Toutes les méthodes de manipulation que j’avais apprises sur les bancs de l’école (Utilisation d’agents d’influence,…) étaient chirurgicalement décrites.

    Aujourd’hui les médias sociaux Facebook, Twitter et autres sont des médias qui permettent d’accélérer et d’amplifier ces phénomènes me rendent encore plus méfiant.

    Donc que nous dit le consensus ? Le BTC et surtout la blockchain sont absolument révolutionnaires !

    Et le consensus est totalement puissant sur la blockchain qu’il est hors de question de le remettre en cause : la blockchain est REVOLUTIONNAIRE.

    Mais ne pouvant que convenir de mon ignorance en la matière et fort de mon doute systématique j’ai décidé de me faire ma propre opinion net tout d’abord de comprendre ce qu’était la blockchain, ce dont je n’avais pas la moindre idée.
    Mais j’ai remarqué une corrélation totale entre la capacité à avouer son ignorance et le QI. Les gens intelligents n’auront aucun mal à vous dire qu’ils ne savent pas ou ne comprennent pas, alors qu’avouer son ignorance est impossible pour un imbécile qui a peur du ridicule, le jargon est l’ultime cache-misère de l’ignorance et de la bêtise.
    J’ai interrogé mon panel personnel d’experts, tous au moins Bac+7, failli lancer un concours pour toute personne pouvant expliquer la blockchain en termes clairs figurant au dictionnaire en moins d’un quart d’heure, sans résultat.
    J’ai donc fait de nombreuses recherches sur Internet, retrouvé le white paper original de la blockchain et consulté quand je l’estimais nécessaire le yellow paper.

    Après avoir fait le constat que 99,9% d’entre vous ne sait pas ce qu’était la blockchain, une écrasante majorité d’entre vous croyant que c’était une base de données décentralisée, je livre aux masses laborieuses mes conclusions:

    Concept intéressant puisqu’a priori, elle permet de finaliser une transaction en transportant tous les paramètres et l’historique des transactions dans un « block », l’algorithme est très complexe et nécessite de nombreux calculs pour la création d’un block et sa validation par les « peers » en réseau. Donc par définition c’est lent, grosso modo la blockchain, de par sa conception, a un temps d’exécution minimal de 10 minutes vu la puissance des ordinateurs actuels. La limite haute théorique de la blockchain du BTC est de 7 transactions par seconde pour l’ensemble mondial des transactions sur la blockchain du BTC mais la limite pratique semble inférieure à 4. L’engorgement actuel est réel puisque les utilisateurs actuels se plaignent de temps d’exécution variant de plusieurs dizaines de minutes à plusieurs heures. C’est un problème bien connu et totalement public. Il suffit de consulter Wikipédia : https://en.wikipedia.org/wiki/Bitcoin_scalability_problem ! Mais tout le monde s’en contrefiche et fait comme s’il n’existait pas.
    Toutes les blockchains actuelles souffrent du même problème, la seconde crypto-monnaie l’Ethereum semblant avoir une limite théorique plus élevée à 20 transactions par seconde. Il n’y a pas de solution de « scalabilité » de la blockchain BTC, par exemple. La seule solution c’est de tout jeter et de repartir sur des bases techniques différentes.

    La blockchain n’est pas une base de données décentralisée sur laquelle on pourrait faire un Query mais un système de données distribuées décentralisées où chaque utilisateur détient les données le concernant dans ce que l’on appelle une « wallet ».
    Le fait que cette wallet soit stockée on-line, dans le cloud ou ailleurs, ou off-line (Sur une clé USB que l’on ne branche que si on en a besoin) ne porte pas atteinte à l’intégrité du système de données.

    Une des grandes innovations de la blockchain est que l’utilisateur ne peut illégitimement modifier un block sans que celui-ci soit rejeté par les pairs car la blockchain inclut les éléments nécessaires à l’auto-certification des données vérifiable par tout intervenant sans intervention et validation par un tiers certificateur s’appuyant sur une base de données centrale.

    Pour prendre un exemple, je peux justifier de mon solde bancaire par sa certification par la base de données centralisée de ma banque ou par une blockchain qui comprendrait l’historique intégral certifié de mes transactions depuis l’ouverture du compte, auquel cas n’importe quel intervenant peut recalculer mon solde bancaire sans avoir à interroger ma banque.

    L’absence d’authentification des données par un tiers certificateur est un des paramètres idéologiques de la blockchain, qui a une forte inspiration anarcho-libertaire.

    Le corollaire est l’alourdissement important du processus à chaque transaction, rendant la blockchain de plus en plus lourde et de plus en plus coûteuse en termes de temps de calcul au fil du temps.
    Cet alourdissement génétique rend la blockchain dans son état actuel inutilisable pour des applications pratiques à grande échelle.

    Un des autres aspects remarquables de la blockchain est la possibilité de « mining », c’est-à-dire de création sui generis de nouveaux blocks d’une façon autocontrôlée par l’algorithme. Il n’y a donc pas de possibilité de « planche à billets », et le « mining » s’apparente plus à l’or car plus on veut extraire d’or plus le coût d’extraction augmente, de même plus on mine de BTC , plus son coût d’extraction augmente.
    L’augmentation du coût d’extraction du Bitcoin provient de l’augmentation du coût du calcul et d’un corollaire pas très écologique de la consommation d’électricité en sus des investissements informatiques nécessaires. Il y a des « fermes » de mining qui comportent 25 000 ordinateurs et dont la consommation énergétique est colossale.
    La consommation énergétique est loin d’être un facteur anecdotique. Certains estiment que la consommation totale actuelle du mining représente 30 tWh/an, soit plus que la consommation énergétique de l’Irlande, et ce en pure perte ! Que font les écolos ?
    Les données contenues dans la blockchain sont anonymes mais elles sont publiques. Ainsi pour les wallets connectées, tous les paramètres les concernant y compris l’historique des transactions sont publics mais le propriétaire reste anonyme.
    La blockchain est donc inadaptée au transfert d’informations sensibles en soi, seul l’anonymat est préservé.
    Mais elle peut contenir aussi de nombreuses fonctionnalités intéressantes comme celle du « moindre privilège » : par exemple, je peux en fonction de ma date de naissance émettre un certificat comme quoi j’ai plus de 18 ans pour acheter de l’alcool on-line anonymement sans dévoiler ma date de naissance puisque le magasin n’en a pas besoin.

    Elle est donc totalement inadaptée à la gestion de données. Je ne peux que le répéter ce n’est pas une base de données décentralisée, elle permet seulement ce qui est déjà beaucoup de s’affranchir d’une base de donnée centralisée pour l’authentification et la certification des données.

    Dans l’état actuel, même si la blockchain contient des idées intéressantes comme celle d’un système auto-régulé indépendant de tout pouvoir central (A fortes connotations idéologiques), la blockchain n’est susceptible aujourd’hui d’aucune application pratique à grande échelle.
    Le MIT a un labo qui travaille le sujet et réfléchit à une blockchain du futur qui la rendrait utilisable, mais ne voit rien venir dans un futur immédiat (< 5 ans).

    Le concept est particulièrement innovant, les enthousiastes le qualifiant de révolutionnaire, mais n’est pas près de révolutionner notre vie. Ce n’est qu’un concept introductif de nouvelles technologies à développer depuis une page blanche.

    En ce qui concerne le BitCoin, le créateur de la blockchain et du Bitcoin étant resté anonyme, ses motivations restent obscures.

    Pour moi, c’est sans doute un exercice de style promu par le concepteur de la blockchain pour démontrer de facto la véracité de sa théorie.

    Le BTC renferme l’essentiel des caractéristiques de la blockchain :

    – Anonymat.
    – Interopérabilité.
    – Inviolabilité (Les piratages concernent les wallets et non la blockchain).
    – Possibilité de mining sous réserve d’un plafond maximum de 21 millions de Bitcoins. Une fois ce plafond atteint la blockchain s’arrête.
    – Autorégulation (Absence d’une banque centrale régulatrice).
    – Auto-authentification et certification en peer-to-peer sans l’intervention d’une base de données centrale.
    – Interchangeabilité.

    Il lui manque certaines caractéristiques mineures : moindre privilège, granularité…

    Mais tous les éléments essentiels sont là pour démontrer par le Bitcoin que les théories de la blockchain sont réalistes, car rien ne vaut la preuve expérimentale.

    Certaines caractéristiques dont l’anonymat total ont fait que le BTC a été adopté par le Dark Web pour les transactions illégales (Drogue, armes,…).
    Il s’en est suivi une Bitcoinmania qui n’avait sans doute pas été prévu par le concepteur.

    Le concepteur du BTC a introduit dans l’ADN du BTC un gène auto-destructeur.

    La complexification croissante des calculs au fur et à mesure de l’utilisation du BTC ralentit nécessairement l’exécution des transactions et augmente les coûts de transaction. Il faut aujourd’hui consommer 215 kWh pour confirmer une seule transaction en BTC, soit même avec une énergie bon marché un coût d’environ $10-25. Et ce coût croit d’une façon non proportionnelle mais exponentielle avec l’augmentation des transactions. De même pour les délais de confirmation.

    Le BTC s’arrêtera de lui-même le jour où en raison de la lenteur et du coût des transactions il deviendra inutilisable et ce bien avant d’avoir atteint l’asymptote des 21 millions.

    Cet alourdissement exponentiel du système n’est pas nécessaire à la blockchain et a été introduit à mon avis comme gêne d’autodestruction.

    Pour ces raisons, il est évident que le BTC ne sera jamais un moyen de paiement universel et ne peut servir que de moyen de paiement ponctuel et encore pendant une période limitée.

    CQFD.
    Ps : Je pense que GF peut créer un prix du blogueur le plus détesté.
    PPS : Ainsi que dit précédemment , cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’argent à se faire dans une optique spéculative, et si GF le souhaite, je veux bien lui faire un billet sur les Altcoins et les ICO.
    PPPs : Devinette : Qui est-ce qui aussi con et inutile que Nabilla ? Qui est-ce qui encore plus con et inutile que Nabilla ?

    • Merci pour cette belle analyse. J’accepte votre proposition et attend avec attention votre billet que je publierai en une et non seulement caché dans un commentaire 😉

      Vous pourrez me le faire parvenir par mail à l’adresse contact@guillaumefonteneau.fr

      Merci d’avance !

    • Tout ça pour essayer d’expliquer que contrairement à la masse des autres, votre esprit est supérieur.
      Il n’était pas nécessaire de vous donner tant de mal…

      J’ai lu en diagonal parce que votre introduction m’a gonflée. J’ai donc supposé que le reste ne valait pas mieux.

      Bitcoin Bitcoin Bitcoin.
      Si vous suiviez la véritable actualité du Bitcoin au lieu de vous gargariser dans le miroir, vous sauriez qu’il y a déjà des alternatives au Bitcoin qui corrigent les erreurs évoquées, et notamment ce gène dont vous parlez.

      Pour le reste, je vous laisse avec vous même, vous semblez très bien vous entendre.

    • Olivier Spb J’ai vraiment apprécié votre post pour la partie philosophique du début, merci pour votre franchise aussi.

    • Merci pour ces explications et cette analyse, rédigée avec des mots compréhensibles par le commun des mortels.

  18. Nabilla et le bitcoin ?

    « non mais à l’eau kwa « ???!??

  19. Même si je ne suis pas aussi expert que Nabila, loin s’en faut, voici ma modeste contribution :
    http://maenglas.com/index.php/2018/01/16/bitcoin-digital-gold-or-trap-bitcoin-or-ou-piege-digital/

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*