« 32 milliards d’euros de baisses d’impôts déjà sur la table pour le quinquennat », c’est le titre d’un article publié par Les Echos ce matin en préparation de la conférence de presse du président Macron sur les annonces conclusives du Grand débat.

Le Journal Les Echos prépare donc le terrain et détaille ces 32 milliards de baisse d’impôt d’ores et déjà planifiées par le gouvernement sur le quinquennat. On y apprend notamment que la pression fiscale est d’ores et déjà en baisse de 16.2 milliards d’euros, dont 11 milliards au profit des ménages entre la suppression de l’ISF (3.5 milliards d’euros), l’adoption de la flat-tax sur les revenus du capital (1.5 milliards d’euros), la suppression de la taxe d’habitation (7 milliards d’euros) et la suppression des charges sociales sur les heures supplémentaires (3 milliards d’euros).

D’ici la fin du quinquennat, ce sont encore 13 milliards d’euros de baisses de recettes fiscales qui devraient être effectives grâce à la suppression définitive de la taxe d’habitation pour tous.

Et tout ça, sans compter la revalorisation de la prime d’activité pour 2.5 milliards d’euros …

Bref, c’est la fête ! Les impôts baissent, la redistribution augmente et il y a fort à parier que le gouvernement va s’en féliciter dans les tous prochains jours. C’est formidable cette baisse d’impôt dans un pays qui ne cesse de se plaindre d’en payer trop. Quelle formidable réponse au mouvement social des #giletsjaunes. 

Malheureusement, il me semble prudent de modérer notre enthousiasme ! Annoncer des baisses d’impôt est naturellement une bonne nouvelle, mais elle serait encore meilleure si le gouvernement expliquait comment ces baisses d’impôt vont être financées !?

Avant de se réjouir du formidable gain de pouvoir d’achat résultant de cette nouvelle générosité, ne serait il pas prudent de s’enquérir du mode de financement ? Qui va payer ces 32 milliards d’euros qui manqueront au budget de l’état? 

La semaine dernière l’OFCE nous expliquait qu’en 2019, la hausse du pouvoir d’achat des ménages serait historique grâce à la politique redistributive d’Emmanuel MACRON ! Plus de 850€ par ménage en 2019 ! Mais, comment est il possible d’avancer de tels chiffres qui font la une de tous les journaux, sans chercher à savoir qui va payer ?

Ne faut il pas être prudent et attendre de savoir quels impôts devront augmenter pour financer ces déficits ? L’argent n’est pas gratuit ! A la fin, il y a bien quelqu’un qui va payer ? Est ce que l’IFI va augmenter, la taxe foncière, l’impôt sur le revenu, les droits de succession ?

S’il s’agit de réduire la dépense de l’état, à quoi faut t’il s’attendre ? A une baisse des retraites, une baisse des prestations sociales, la suppression de postes de fonctionnaires, un allongement de la durée de la vie active, une baisse des aides au logement, …

S’il s’agit d’augmenter la dette publique, ne faut il pas craindre des hausses d’impôts à l’avenir ? La dette d’aujourd’hui n’est elle pas l’impôt de demain ?

 

Machiavel sort de ce corps…

Le gouvernement n’a pas le choix, les #giletsjaunes et leurs exigences de baisse d’impôts obligent le gouvernement à trouver le moyen de financer ces dépenses ! Il n’est pas possible de financer ces dépenses par une augmentation d’impôt massive ;

Le gouvernement est au pied du mur, il faut trouver des moyens pour financer cette générosité. Le gouvernement est donc dans l’obligation de s’engager dans une augmentation du temps de travail (suppression d’un jour férié, suppression de RTT, allongement de la durée de la vie active) ou dans la réduction des prestations sociales ou du service public.

Bref, les exigences de baisses d’impôts des #giletsjaunes obligent le gouvernement à accélérer sa politique qui vise à favoriser le marché libéré de ses freins protectionnistes. Dans la logique d’un tout marché auto-régulateur, c’est à dire ans la logique libérale, les prestations sociales, le temps de travail, la retraite sont des mécanismes, une forme de protectionnisme, qui va à l’encontre du marché auto-régulateur.

La réduction de ces facteurs de protection est un pas supplémentaire vers le marché auto-régulateur, à l’origine d’une société prospère. Les inégalités et le sentiment de paupérisation d’une partie de la société sont malheureusement des effets de bord incontournables qu’il faut accepter. C’est le prix de la prospérité libérale, même s’il faut l’imposer de manière autoritaire.

Merci les #giletsjaunes 😉

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


26 Comments

  1. Ce sont les banques centrales qui paient.
    En effet, maintenant l’argent est gratuit (0,3% sur 10 ans pour l’OAT) et illimité la banque centrale achetant toutes les obligations d’état.

    Alors on emprunte a fond et on ne remboursera jamais puisque la dette finira par être a 0% une fois qu’elle aura été complètement refinancée.

  2. En Février aux US, les baisses d’impots se sont traduit par l’augmentation des rentrées fiscales et la baisse du déficit, Merci LAFFER. CQFDhttps://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Les-baisses-d-impots-augmentent-bien-les-recettes-fiscales

  3. Je reste très méfiant sur ces baisses. Pour moi, aux vues des pseudo annonces, je n’aurai pas de baisse d’impots. Pour la taxe d’habitation, va faloir regarder au niveau des communautés de communes. Ça risque d’etre explosif !

    • Sachant que le revenu moyen est de 2238 €/mois, nous allons peu ou prou guillotiner tous ceux qui ont l’audace d’avoir la tête au dessus de cette moyenne … rien que d’habituel depuis 50 ans …et alors…???!!! BRAVO MACRON !!!!!!!!
      De plus l’endettement de la France est à la baisse depuis deux ans : on ne peut pas avoir que les mauvais héritages de 50 ans de mensonges politiques …!!! donc tant mieux..!!!
      Enfin avec des taux négatifs , la BCE a prouvé qu’elle était en maîtrise d’effacer des dettes publiques , ….TANT PIS POUR CEUX QUI SERONT SORTIS DE L’UNION EUROPEENNE !!!!!!

  4. https://lvsl.fr/la-politique-doit-servir-les-interets-des-99-entretien-avec-francois-boulo

    « L’urgence actuellement est de rétablir l’ISF, mais en faisant une exonération à 100 % pour les sommes qui s’investissent dans le capital des PME. Puis on relève le seuil de l’imposition à deux millions d’euros pour épargner les « petits riches » qui ont hérité d’un patrimoine immobilier, qui n’ont pas forcément de gros revenus mais qui sont imposés en raison de l’inflation des prix de l’immobilier.

    Il faut en revanche imposer les ultra-riches qui ont un patrimoine composé essentiellement de valeurs mobilières (épargne et actions). Cependant, on les exonère dès que ce patrimoine est investi dans l’économie. On conditionne cette exonération à son action dans l’économie réelle. Là, depuis la suppression de l’ISF, ils sont exonérés alors même qu’ils n’investissent pas dans l’économie, et peuvent donc librement spéculer sur les marchés financiers.

    Par ailleurs, en 2019, le CICE coûte pas moins de 40 milliards d’euros dont 20 milliards destinés aux grandes entreprises. Il faut réserver ce dispositif aux PME afin que celles-ci dégagent d’une part des marges, et d’autre part soient en capacité de supporter des augmentations de salaires. Il faut aussi supprimer la flat tax qui bénéficie en très large partie aux actionnaires du CAC 40. Au total, cela permettrait d’injecter environ 30 milliards d’euros dans l’économie réelle, qui à ce jour ne sert que la spéculation financière. Ce sont des mesures d’urgence, qui ne sont pas suffisantes mais qui auraient le mérite de remettre à plat certains choix économiques et surtout fiscaux. »

    • D’accord avec vous en théorie, mais c’est déjà fait avec la réforme ISF vers IFI. Sûr qu’on souhaiterait faire mieux, mais en pratique bon courage pour distinguer ce qui relève de la « spéculation sur les marchés financiers » par oppositiion à « l’investissement dans l’économie ».

      • Sachant que le revenu moyen est de 2238 €/mois, nous allons peu ou prou guillotiner tous ceux qui ont l’audace d’avoir la tête au dessus de cette moyenne … rien que d’habituel depuis 50 ans …et alors…???!!! BRAVO MACRON !!!!!!!!
        De plus l’endettement de la France est à la baisse depuis deux ans : on ne peut pas avoir que les mauvais héritages de 50 ans de mensonges politiques …!!! donc tant mieux..!!!
        Enfin avec des taux négatifs , la BCE a prouvé qu’elle était en maîtrise d’effacer des dettes publiques , ….TANT PIS POUR CEUX QUI SERONT SORTIS DE L’UNION EUROPEENNE !!!!!!

  5. « Les inégalités et le sentiment de paupérisation d’une partie de la société sont malheureusement des effets de bord incontournables qu’il faut accepter. »

    Si tu l’acceptes c’est que tu n’es pas concerné Guillaume.

    • N’avez vous pas remarqué le second degré et l’ironie de la seconde partie de l’article qui commence par Machiavel sort de ce corps… 😉

      J’essaie de comprendre, de me mettre dans la peau d’Emmanuel MACRON qui impose de manière autoritaire ce dogme du marché auto-régulateur et qui doit donc travailler à réduire les protectionnismes

  6. le mecreant says:

    Macron a « annoncé » des baisses et on sait ce que valent ses promesses, en revanche il a déjà lourdement augmenté les prélèvements de plus du double des promesses de baisses, (CSG taxe sur le pétroles etc etc… ) aujourd’hui il veut rétablir la corvée, faire travailler plus en étant payer moins et la liste n’est pas limitatives de toutes ses augmentations cachées.
    Ce n’est pas une surprise, il l’avait annoncé dans sa campagne, mais bien sur les gens n’entendent que ce qu’ils ont envie d’entendre. Je n’ai donc aucune inquietude sur la manière dont il va reprendre 2 fois d’une main ce qu’il a donné de l’autre.

    • « Je n’ai donc aucune inquietude sur la manière dont il va reprendre 2 fois d’une main ce qu’il a donné de l’autre. »
      J’ai plus d’inquiétude sur la manière dont il va physiquement s’en sortir……

  7. Michel 2 says:

    Il y a deux questions à se poser:
    – comment font les autres pays qui ont des taux d’imposition nettement moins élevé que la France ?
    – pourquoi, irait-on « refourguer » des solutions du passé qui n’ont pas marché:
    * était-on mieux, vivait-on mieux du temps de l’ISF ?
    * en terme d’impôts, déshabiller Paul pour habiller Pierre, ne font (à part quelques privilégiés) que de la frustration et du mécontentement.

    La seule solution c’est, dans un pays qui a la plus haute dépense publique au monde, bien évidemment la baisse drastique de celle-ci. Les élus qui ont fait preuve d’une imagination inouïe pour taxer et imposer plus, doivent maintenant mettre cette imagination à la botte de la baisse de la DP.

  8. Merci les #giletsjaunes ?

    Oh oui…. Un grand merci! L’histoire retiendra que la France s’est soulevé contre une forme de dictature mediatico-politico-financière qui sévit à la surface de notre planète et particulièrement en France.

    Il en faudrait beaucoup beaucoup plus pour vraiment changer les choses. Mais au moins l’honneur de notre pays est sauf. La France est un pays de résistants, pas de gaulois réfractaires.

    En attendant, notre pays va profiter des quelques (grosses) miettes. C’est toujours ça de pris en attendant que la facture arrive.

  9. Je pense que beaucoup de gens n’ont rien à faire dans le mouvement des gilets jaunes!
    Ils devraient suivre des cours pour savoir gérer leur budget au lieu de vivre au dessus de leurs moyens … Mais plus personne n’accepte la frustration il faut tout tout de suite et de préférence mieux que le voisin. Notre société devait aider les plus pauvres et pour les autres (c’est à dire ce qui ne sont pas malades, handicapés ou accidentés de la vie) les mettre enfin au travail! Quand on a un cerveau et de la santé on doit se prendre en charge et bosser … Je travaille dans le nettoyage industriel il manque de bras et surtout de personnel courageux!
    La faiblesse n’a jamais fait progresser un pays.

    • Michel 2 says:

      Au moins, ça c’est dit !
      Mais je ne vois pas trop le rapport avec les gilets jaunes ??

    • Au contraire, les gilets jaunes se battent pour vivre décemment de leur salaire (ça concerne beaucoup gens!). Ils veulent être fiers de leur travail, autonomes financièrement et ne pas dépendre d’allocations. La réponse du gouvernement a été de dire qu’on peut pas les augmenter car ils coûtent déjà trop cher (en gros, ils ne valent rien); par contre, on va leur donner une allocation supplémentaire (Revenu d’activité) car le maître est bon. Il faut augmenter les salaires, baisser les allocations et remettre de la justice sociale.

      Est-il normal par exemple que certaines années, un cadre français dans la fleur de l’age gagnent plus en net avec ses placements (je précise sans rien faire) qu’avec son salaire (en bossant 50h par semaine et en étant dispo pour sa boite 7/7)?

      • « Est ce normal….. » ben oui ! et heureusement qu’il y a encore des gens pour investir dans l’économie de leur pays et ainsi participer à la création de richesse et d’emplois malgré les tous les risques que cela comporte.

        Je ne vois pas ce qu’il y a de choquant, il prend des risques et paie de l’impôt s’il fait de PV, certaines années ce cadre peut perdre aussi 30% de son capital.

        D’autres investissent dans leur résidence principale à Paris et revendent en faisant d’énormes profits net d’impôt en ne prenant aucun risque , et la ça ne choque personne. Cherchez l’erreur…

        • Vous mettez le doigt sur la vraie question sans vouloir la regarder… La notion de risque.

          Le problème n’est pas que le capital rapporte (encore heureux qu’on puisse faire fructifier ses économies) mais c’est l’aléa moral introduit par les banques centrales car il n’y a plus de risques. Ce cadre n’a pas perdu 1 euro depuis plus de 10 ans et ce n’est pas un génie de la finance.

          Aujourd’hui, c’est la rente qui paye, pas le travail. Je ne juge pas, c’est comme cela. J’en profite comme tout le monde sur ce forum. Mais on peut comprendre que ceux qui n’ont pas de capital soient mécontents.

          • Le problème du Français en général c’est de regarder dans la gamelle du voisin au lieu de se retrousser les manches!
            C’est par la connaissance et le travail que l’on peut changer sa vie!
            Attendre de l’état, du voisin, de la solidarité nationale la résolution des problèmes n’est pas la solution …
            Ce qui ne remet pas en cause le devoir de solidarité envers les plus faibles, l’impérieuse nécessité de former les jeunes et les déclassés MAIS ne pas faire croire que tout est facile que tout est dû !!!
            Personne n’accepte la frustration car le matérialisme est de rigueur … Je comprends la révolte quand l’essentiel n’est pas à portée de mains (1 toit/1 logement/ 2 repas par jour) MAIS beaucoup de gilets jaunes réclament bien plus c’est à dire de la consommation de la consommation de la consommation …
            Vivre dans la sobriété n’est pas un problème à condition d’être un être humain bien éduqué bien planté …

      • Augmenter les salaires c’est supprimer de l’emploi.
        Ne pas le comprendre c’est ne pas admettre la mondialisation.
        Placer de l’argent c’est aussi investir dans l’économie si actions obligations d’entreprise …
        Ne pas le comprendre c’est ne rien comprendre au fonctionnement de’une entreprise …
        Les gilets jaunes voient dans le capital le diable …
        C’est de toute évidence ne pas comprendre le rôle du capital dans l’économie.

  10. 32 milliards lâchés sous la pression des gilets des jaunes c’est à dire une infime partie de la population par faiblesse de l’état!
    Ceux qui vont payer les travailleurs d’aujourd’hui et ceux d’hier qui n’étaient pas au 35h !

    • Michel 2 says:

      On peut voir les choses comme vous ou se dire aussi que ce sont 32 Mds qui ont été précédemment (dans les 40 dernières années) ponctionnés sur le dos des Français et que c’est un juste retour des choses même si le compte n’y est pas 🙂 🙂

Répondre à sven Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.