Les derniers chiffres du crédit immobilier viennent d’être rendu public par l’observatoire du crédit logement et par la banque de France. On global, on assiste à une baisse des taux de crédit immobilier sur toute les durées… mais surtout, et c’est le phénomène le plus spectaculaire, à une augmentation importante des crédits immobiliers souscrits sur une durée supérieure ou égale à 25 ans. 

Oui, les taux des crédits sont aujourd’hui excessivement faibles. Ce n’est pas une nouveauté, et surtout ils ne devraient pas augmenter avant longtemps (cf »Meilleurs taux de crédit immobilier en Mai 2019 : Les taux d’intérêt peuvent ils encore baisser ? »).

Les derniers résultats de notre comparateur de crédit immobilier ressortent régulièrement à 1% pour un crédit sur 20 ans, même si la moyenne pondérée est plus proche de 1.35% selon les derniers chiffres de crédit logement.

 

 

En avril 2019, 42.4% des crédits immobiliers à l’accession sont d’une durée supérieure ou égale à 25 ans.

La durée moyenne des crédits immobiliers s’allonge mois après mois ! Le nombre des crédits d’une durée supérieure ou égale à 25 ans augmente de manière considérable. 42.4% des emprunteurs pour l’achat de leur résidence principales empruntaient sur un durée supérieure ou égale à 25 ans.

Le mois dernier, cette proportion des prêts d’une durée supérieure à 25 ans était de 41% et surtout, en 2014, elle n’était que de 15% ! Nous sommes en train d’assister à une déformation importante de la structure des crédit immobilier. Les emprunteurs acceptent d’emprunteur sur des durées de plus en plus longues. Il y a 5 ans, la norme était l’emprunt sur 20 ans ! Aujourd’hui, la norme c’est 25 ans !

 

 

Comme nous vous l’expliquions déjà dans cet article « Crédit immobilier : Est il raisonnable d’emprunter sur 25 ans ou plus ? », l’augmentation des crédits d’une durée supérieure à 25 ans est un soutien fort au marché immobilier : Emprunter sur une durée plus longue, c’est augmenter sa capacité d’emprunt et cela pérennise les niveaux de prix actuels et pourrait même permettre de nouvelles hausses des prix de l’immobilier dans les prochains mois (cf »Les taux de crédit immobilier au plus bas à l’origine d’une nouvelle bulle immobilière ? ».

Comprendre ce phénomène prévisible sur le marché immobilier est très simple : A mensualité de remboursement équivalente, emprunter sur 25 ans (au lieu de 20 ans) permet d’augmenter sa capacité d’emprunter de 18% ! Les taux de crédit immobilier sont tellement faibles qu’augmenter la durée des crédits ne représente plus un surcoût insurmontable;

  • 1 – Capacité d’emprunt sur 20 ans : Avec 1000€ / mois  sur 20 ans, il est possible d’emprunter 217 000€.
  • 2- Capacité d’emprunt sur 25 ans : Avec 1000€ / mois sur 25 ans, il est possible d’emprunter 257 000€.

Les candidats à l’investissement immobilier peuvent ainsi acheter plus grand, plus beau, plus adapté, plus confortable pour un coût relativement faible. Sur 25 ans, il ne paieront que 42 000€ d’intérêt. 

Cet allongement des durées modifie le marché immobilier ! Les candidats à l’investissement immobilier se tournent en priorité vers des biens qualitatifs et de standing élevé auparavant réservés aux acquéreurs qui avaient des moyens financiers supérieurs.

 

Bref, tous les indicateurs sont au vert pour le marché immobilier ! Mais malheureusement pour ceux qui n’arrivent pas à franchir le pas … cela pourrait se traduire par une augmentation des prix à l’avenir dans les régions les plus dynamiques (cf »Immobilier : Ces villes à la démographie et l’emploi favorables à l’investissement immobilier.« )

Les prix sont le fruit de la confrontation de l’offre et de la demande. L’augmentation de la demande dans un marché ou l’offre est limitée conduit inévitablement à une hausse des prix.

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. Comme nous vous l’expliquons dans cet article « Comment rendre la gestion de patrimoine accessible à tous ? », l’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée de 30 à 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Réserver un rendez vous d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de conseil patrimonial


10 Comments

  1. Saccard says:

    Et bien, très bonne nouvelle !
    Guillaume nous à dressé les fondamentaux techniques qui devraient effectivement conduire à une hausse des prix.
    Pour ma part ( mais mon avis n’est pas objectif ), j’adhère à ce scénario.

    J’attends à présent avec intérêt ( et je le dis sans ironie ) les arguments techniques à opposer à ce scénario.
    Épargnez nous SVP la fin du monde, l’apocalypse, et la troisième guerre mondiale…

    • Bonne nouvelle pour quoi ?

    • Punhker says:

      Fin de cycle aux USA d ici 18 mois maximum.
      Couple à un ralentissement économique en zone euro. Les taux ne remonteront pas certes mais la perte de confiance pourra limiter le nombre de transaction et fragmenter la demande entre biens considérés comme « prime » qui ne baisseront pas et le reste.

  2. encore un coup des russes reptiliens…

    oups pardon

  3. adnstep says:

    La durée des crédits s’allonge, mais quel est le profil des emprunteurs ? Il me semble avoir lu par ailleurs qu’on n’avait jamais vu autant de jeunes primo accédants. D’autre part, ces crédits sont-ils reconductibles sur un autre bien en cas de vente ? Sont-ce des crédits pour un logement principal ou pour investir ? Et dans quoi ? Location directe ? Résidence de services ?…

  4. Badtimes says:

    Guillaume,
    Avons nous une idées du nombre de prêts ?
    Vous nous disiez il n’y a pas très longtemps que depuis 2017 leur nombre baissait régulièrement. Qu’en est il? Ce serait un indicateur sur le niveau futur des prix je pense.

    • adnstep says:

      Sur le site de l’observatoire du crédit logement, j’ai au mois d’avril :
      En trimestre glissant
      Montant de Production + 24,5 %
      Nombre de prêts + 16,8 %

      En année glissante
      Montant de Production + 12,8 %
      Nombre de prêts + 4,8%

      Durée moyenne : 227 mois (18,9 ans)

      Sur le site de la BdF :
      Encours des crédits immo en mars : 1022 Md€
      Taux de croissance annuel : 6%
      Crédits à l’habitat produits en mars : 18.5 Md€ dont 15.3 hors renégociation

      Sur le site seloger :
      « Pour le 11e mois consécutif, [les taux] sont même inférieurs au rythme de l’inflation, confirmant une situation inédite depuis 1974, s’établissant à 1,35 % en moyenne. »

      La durée moyenne de crédit s’est élevée à 227 mois, contre 228 mois en mars.

      Sur franceinfo :
      Le décryptage éco. Des taux immobiliers toujours plus bas.
      « C’est le moment de négocier un crédit immobilier. Les taux pulvérisent tous les records à la baisse. » (Bon, le jour où je verrai un journal ou un site de media dire : ce n’est pas le moment d’acheter, je vous jure que je descends les Champs Élysées à poil avec un gilet jaune).

      « Sachant que pour les clients privilégiés, qui ont de bons revenus et des garanties, les décotes pratiquées par les banques peuvent aller très loin, avec des taux inférieurs à 1% pour des prêts sur 20 ans.

      Ces taux bas sont possibles parce qu’il y a beaucoup d’épargne sur les comptes français en ce moment. Lorsqu’elles accordent des prêts immobiliers, les banques françaises financent l’emprunt – environ aux deux tiers – grâce à l’épargne de l’ensemble de leurs clients. Or, les volumes d’épargne du Livret A et du livret de développement social et solidaire n’ont jamais été aussi hauts. En plus, la rémunération de l’épargne est particulièrement faible. Le taux du Livret A est aujourd’hui de 0,75%, c’est à dire plus de deux fois moins que l’inflation. Du coup, ça ne coûte presque rien aux banques. »

    • Guillaume fonteneau says:

      Oui, c’est reparti a la hausse… Mais étonnamment, la banque de France ne publie plus l’indicateur avancé que je suivais. Les volumes augmentent donc en ce début 2019 grâce a u’ effet de base favorable car les volumes étaient faibles début 2018

Répondre à adnstep Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.