La fin de l’année 2019 est sous le signe d’une inévitable hausse des taux d’intérêt des crédits immobilier. Les taux de crédit immobilier ont trop fortement baissés et deviennent nuisibles, tant pour l’économie que pour la pérennité du modèle économique des banques et des courtiers en crédit immobilier.

En septembre 2019, le meilleur taux des barèmes bancaires sur 20 ans était autour de 0.58% ; Trois mois plus tard, ce meilleur taux est à 0.78% ! Cela reste très faible, mais la hausse n’est pas négligeable ! (cf ‘Comparateur personnalisé de meilleur taux de crédit immobilier« ) ; Le mouvement pourrait bien se poursuivre pour 2020.

Ensemble, les acteurs du crédit immobilier agissent ensemble pour que les taux immobilier montent dans les prochains mois. C’est maintenant une question de survie pour leur modèle économique à commencer par les courtiers ; Cela à fait grand bruit au début de la semaine : Les banques ne veulent plus travailler avec les courtiers en crédit immobilier ! Comment réinventer le modèle ?

Hier, dans capital, l’APIC (Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits) confirme la fragilité du modèle économique des courtiers en crédit immobilier et demande que les banques augmentent les taux des crédits immobilier pour pouvoir continuer à rémunérer le courtage.

Les mots du représentant des courtiers en crédit immobilier ne laissent aucun doute : « Une solution évidente et simple serait de relever légèrement leurs taux. Rien ne les oblige à prêt à 0,7% sur 25 ans, comme je peux le voir sur certains cas ! Si les établissements majoraient d’un ou deux points les taux d’intérêts, ils pourraient renforcer leurs marges tout en restant très accessibles pour les emprunteurs. « 

Bref, si même les courtiers en crédit immobilier militent pour une hausse des taux immobiliers … En 2020, nous pourrions assister à une hausse des taux de crédit immobilier tant le niveau atteint aujourd’hui n’est pas tenable à long terme !

Les taux trop bas détruisent l’économie ! Ils ne sont pas tenables à long terme tant ils sont nuisibles (cf »En 2020, un marché immobilier partagé entre une réduction de l’accès au crédit immobilier et recherche d’une valeur refuge ? »)

 

Des courtiers en crédit immobilier qui négocient le taux du crédit immobilier mais pas l’assurance emprunteur !

Mais, la rupture des mandats avec les banques n’est pas là le plus gros problème des courtiers en crédit immobilier.

Avec la faiblesse des taux, le véritable sujet devient la négociation de l’assurance emprunteur et dans une moindre mesure la négociation du taux du crédit immobilier ; Or, vous ne le savez peut être pas, mais la mission d’un courtier en crédit immobilier est de négocier le taux du crédit immobilier et non le tarif de l’assurance emprunteur ! (cf »Négocier le taux de votre crédit immobilier est moins rentable que négocier l’assurance de prêt« ).

L’assurance emprunteur qui devient d’ailleurs de plus en plus problématique pour un grand nombre d’emprunteurs qui se voient refuser leur crédit immobilier (ou attribuer des tarifs d’assurance de prêt exorbitants) à cause parce qu’ils ont plus de 60 ans, une maladie type obésité, diabète, cancer en rémission ou encore Sida (cf »Quelles solutions face à un refus de prêt immobilier à cause de l’assurance emprunteur ?).

 

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier pour décembre 2019

Ce barème est la synthèse des meilleurs taux délivrés par notre comparateur de crédit immobilier, un outil gratuit qui vous permet de comparer les meilleurs taux entre plus de 100 banques : Accéder au comparateur de crédit immobilier

 

Durée du crédit immobilier – Décembre 2019 Taux immobilier « Excellent » Taux immobilier  « Très bon » Taux immobilier « Bon » Taux immobilier « Standard »
7 ans 0.25% 0.50% 0.65% 0.80%
10 ans 0.35% 0.64% 0.75% 0.90%
12 ans 0.40% 0.73% 0.84% 1.05%
15 ans 0.62% 0.82% 0.95% 1.15%
20 ans 0.74% 1.00% 1.15% 1.30%
25 ans 0.85% 1.26% 1.45% 1.53%
30 ans 1.12% 1.45% 1.85% 2.00%

 

Attention, il s’agit là de taux moyen. Pour connaître le taux auquel vous pouvez prétendre en fonction de votre âge, de votre situation professionnelle, de vos revenus, de votre lieu de domicile, vous devez utiliser notre comparateur de crédit immobilier qui vous permettra d’obtenir votre taux de crédit immobilier personnalisé : Obtenir mon taux de crédit immobilier personnalisé et comparer les barèmes des banques

A suivre.

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


22 Comments

  1. Riche&Célèbre says:

    Comme le dit un vieux proverbe bancaire, « ce sont les bas taux qui coulent ».

  2. Bonjour,
    Je me lis vos articles avec beaucoup d’intérêt. Les médias font rêver les clients avec des taux « bas », mais ils oublient de parler de la situation des clients et de la stratégie des banques . Actuellement dans notre région certaines banques ont mis des barrières aux primo accédants sans apport, et refus pratiquement catégorique pour les faibles revenus. (les banques souhaitent des clients « PREMIUM » J’aimerai m’entretenir vous par téléphone pourquoi pas.

  3. bonjour
    il faudrait aussi que le TAEG remonte – et ce sera pour plus tard , car actuellement avec un TAEG de 2,67% les emprunts seniors sont quasiment impossibles

    • Oui, le taux d’usure est un véritable problème, notamment du fait d’une assurance emprunteur trop onéreuse pour certaines populations !

      • C’est la renta des projets qui est déterminante et là même avec des taux bas on a du mal à avoir des projets rentables. Toute la chaîne y compris le fisc doit baisser ses tarifs, sinon plus d’immobilier.

  4. Ne serait-ce pas également que nous sommes à la fin de l’année, que les « conseillers » bancaires ont fait leur chiffre, et qu’ils vont passer la fin de l’année à traiter les dossiers en cours ?

    On verra en janvier si le crédit immobilier reste un produit d’appel pour les banques. Dans ce cas, les taux devraient repartir à la baisse, avec un argument massue supplémentaire : attention, les soldes, c’est bientôt fini, profitez-en maintenant !

  5. C’est le monde à l’envers: les courtiers oeuvrent depuis des décennies pour faire baisser les taux de leurs clients et maintenant ils feraient le contraire !
    Prêt à faire n’importe quoi, quand sa survie est menacée.

    • Un chinois en France sera peut-être mieux qu’un chinois en Chine :

       » Par Arthur Toce et Vanessa Popineau

      Intelligence artificielle (IA), automatisation, impression 3D, 5G, génétique… la course technologique mondiale bat son plein. Et, si bon nombre de pays tentent de suivre son rythme effréné, deux d’entre eux donnent clairement le ton : les Etats-Unis et la Chine.

      Déclarations chocs, tweets revanchards et feuilles de route ambitieuses, ces deux pointures de la surenchère technologique n’ont pas leur pareil pour se faire remarquer. Mais, si la Chine et les Etats-Unis sont souvent au coude-à-coude, il n’est pas rare de voir l’empire du Milieu afficher, sur certains fronts, une petite longueur d’avance. Il faut dire que le pays ne lésine pas sur les moyens.

      Le pays a désormais ses géants du numérique : Alibaba, Tencent et Baidu. Ayant bien profité en leur temps des largesses du gouvernement chinois, ils ont aujourd’hui atteint une taille telle qu’ils commencent, à leur tour, à arroser leurs petites consœurs.

      Mieux encore, ce petit côté « despotique-œil-de-Sauron » du parti unique en place à ce petit je-ne-sais-quoi qui permet à la Chine de se démarquer par des avancées plus rapides – notamment dans des domaines ultra-pointus comme la génomique et la modification du vivant…

      Pourtant, même si tous ces points nous poussent à croire que la Chine sera la superpuissance numéro un de demain, déportant ainsi vers l’Extrême-Orient le centre de gravité économique et technologique mondial, nous en sommes en vérité encore loin.

      D’abord parce que, dans cette course technologique, de nombreuses « haies » sont encore à franchir avant qu’un vainqueur final ne soit désigné. Ensuite, parce qu’on oublie trop souvent que le taux de pauvreté en Chine est encore de 27,2 % et que la croissance effrénée a provoqué de très nombreux dysfonctionnements.

      Une croissance au détriment des ressources

      Si on nous a longtemps vanté l’explosion de la croissance chinoise, ce petit miracle économique est, semblerait-il, en passe de toucher à sa fin. Pour rappel, le taux de croissance chinois tourne actuellement autour des 6 % (6,2 % au T2, 6 % au T3) – niveau d’il y a près de trente ans ! Certains analystes estiment même qu’elle tombera sous ce seuil dès l’année prochaine.

      Croissance comparée de la Chine et du monde de 1991 à 2018. Source : Banque mondiale.

      Les années de forte croissance avaient de nombreux vices cachés. Effets pervers au premier rang desquels on retrouve, bien sûr, une phénoménale pollution atmosphérique.

      C’est de notoriété publique, aujourd’hui, la Chine étouffe, au sens propre comme économique. Comme le résume très bien un papier académique chinois :
      « La croissance a été réalisée au détriment des ressources naturelles et de l’environnement, ce qui a généré des émissions excessives (eaux usées, déchets gazeux, déchets solides et dioxyde de carbone) qui se sont répandues de la région est développée jusqu’à la région ouest non développée. »

      Alors, oui, Pékin semble avoir pris au sérieux l’ampleur du problème. Mais vu la taille du pays, et sa réticence à s’affranchir du très bon marché charbon, le chantier écologique s’annonce aussi compliqué que colossal. Et, dans cette perspective, les vœux pieux sont très loin d’être suffisants. Il faut bien plus que distiller des mesures homéopathiques ici ou là.

      En fait, à ce stade, la Chine devrait déjà être un TITAN de l’écologie. Mais, force est de le reconnaître, on en est encore loin, très très loin… Son programme nucléaire effarant pourrait tout à fait l’aider à dépasser ce problème profond. Pour résumer mon propos, une image du photographe Wu Guoyong. Elle est édifiante tant elle illustre à elle seule tout le paradoxe chinois en matière de mauvaise gestion de la croissance, sans parler du problème écologique.

      Voilà donc un gigantesque cimetière de vélos comme il y en a beaucoup dans le pays. C’est une image forte, un aveu d’échec d’une politique écologique tiédasse qui partait pourtant d’une intention louable.

      La Chine s’est lancée en 2015 dans la folle aventure du vélo en libre-service. 27 millions ont été mis en circulation (rendez-vous compte du nombre), et ils remplissent aujourd’hui des nécropoles de carcasses de deux roues à ciel ouvert…

      Dans une Chine ultra-capitalisée qui a la taille d’un continent, la croissance prime sur les bonnes intentions écologiques, ce qui nous conduit à ce genre d’aberrations.

      L’inextinguible problème de la corruption

      A ce genre de mauvaises gestions, se greffe un sérieux problème de corruption quasi-institutionnalisée. Il est connu. Pékin bataille pour l’enrayer. Mais ce n’est pas gagné…

      Par exemple, fin septembre, le maire de Danzhou a été retrouvé avec près de 1 Md€ en or. Pire comme le dit l’AFP, « Dans la cave secrète de son domicile ne se trouvaient pas moins de 13 tonnes d’or, sous forme de lingots, soit l’équivalent de plusieurs centaines de millions de dollars américains. Les autorités ont également saisi une immense quantité d’argent en cash de différentes devises (dollar, euro et yuan), d’une valeur totale de 268 milliards de yuans, soit 34 milliards d’euros ». Pauvre Balkany à côté, avec sa villa Pamplemousse, il fait petit joueur !

      Comme vous pouvez le constater, en matière de lutte contre la corruption, l’empire du Milieu a encore beaucoup à faire. L’exemple ci-dessus n’est pas un cas isolé, il y en a beaucoup d’autres. Pourtant, depuis son arrivée au pouvoir en 2013, la corruption est l’un des principaux cheveaux de bataille de Xi Jinping. Campagne de moralisation, arrestations de cadres politiques, contrôle renforcé du parti… des mesures ont été prises, des actions menées, mais le pays reste englué dans une sorte de clientélisme économiquement contre-productif.

      Ce phénomène de corruption qui touche les élites est un trait marquant de la culture chinoise par rapport à celle de ses voisins asiatiques. Alors que la culture japonaise ou coréenne font passer le collectif en premier, ce n’est pas le cas en Chine. La culture chinoise est très individualiste. Certaines petites histoires le montrent bien. Par exemple cet article publié par Slate en septembre 2015 :
      « L’histoire sonne comme une légende urbaine : en Chine, les automobilistes qui percutent des piétons vont parfois s’acharner sur eux pour les tuer. Mais non seulement l’histoire est vraie, mais elle est surtout plutôt banale. Aujourd’hui, la vidéosurveillance chinoise croule sous les images de voitures roulant plusieurs fois sur leurs victimes pour les tuer à coup sûr. Il y a même un adage chinois qui résume le phénomène ‘mieux vaut renverser et tuer, que renverser et blesser’. »

      Bref, s’il y a bien eu un miracle économique chinois, il faut bien garder à l’esprit que cette exubérance de croissance comporte une importante part d’ombre. Et, parallèlement, la Chine présente encore aujourd’hui de nombreux retards en matière de développement »

  6. julien bonnetouche says:

    Bref si je comprends bien la teneur de cet article, l’avance technologique de la Chine n’a pas de quoi nous inquiéter !!
    Ils sont sales, corrompus, puent le charbon et crachent par terre… Alors …
    Qu’en penses tu chinois ?

    • C’est la part d’ombre de cet Etat, qui comme vous/nous le savez(ons) « cache son linge sale ».
      Mais à leur avantage, c’est qu’ils viennent de bien bas et c’est toujours mieux quand on monte que quand on stagne ou descend (Europe).
      Je rajouterais aussi qu’ils sont probablement moins puritains que les autres, les occidentaux, vous voyez ce puritanisme qui est un frein à l’innovation notamment dans le domaine des sciences humaines.

      J’ai omis une photo intéressante sur le post précédent qui soutenait l’article.

      https://www.google.fr/search?q=photo+des+velos+chinois+au+rebut&sxsrf=ACYBGNQL2AWD98JFLrKDe4QypCzhR8RZfg:1574962141008&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=iIOEi1motvPiUM%253A%252CulzzFBvLgxXQlM%252C_&vet=1&usg=AI4_-kSleZ_M3ChrFqgNK0ILYSXsxpdmYg&sa=X&ved=2ahUKEwjh7MuXt43mAhVYBWMBHfymDmoQ9QEwAHoECAoQBg#imgrc=iIOEi1motvPiUM:

    • Un chinois en france says:

      C’est peut être bien pour ça que le monde économique français y va à grande courbettes !

    • Pas de quoi s’inquiéter
      Ils puent le charbon, crachent par terre
      Et ostensiblement préparent la guerre
      Pas grave nous n’y sommes préparés

      C’était juste pour la rime !

    • Chine …Suite!

      « Chine : l’hypercroissance est finie
      Par Arthur Toce et Vanessa Popineau

      Comme je vous l’expliquais hier, après trente ans de croissance débridée, la Chine doit aujourd’hui faire face à de nombreux effets pervers. Alors que les espoirs d’une croissance à deux chiffre s’éclipsent peu à peu, la face cachée de cette croissance apparaît de plus en plus clairement.

      Pour autant, si elle se donnait les bons moyens, des axes d’amélioration sont possibles (ou pas). C’est ce que je vous propose de voir aujourd’hui.

      Un gap de développement encore important

      Vous avez sans doute entendu parler des succès de la Chine face au taux de pauvreté. 700 millions de personnes seraient sorties de la pauvreté en 40 ans. Ces chiffres représentent une victoire éclatante pour l’empire du Milieu et la justification principale de sa légitimité pour le Parti communiste chinois.

      Le taux de pauvreté chinois est ainsi passé de 97,5 % en 1978 à 3,1 % en 2017 (derniers chiffres connus). Par comparaison, ce taux est de 16,7 % en France et de 13,5 % aux Etats-Unis… Merveille des chiffres, on découvre donc une Chine moins pauvre que la France ou les Etats-Unis ! Relativisons cependant un peu ce calcul. Il s’agit ici du taux de pauvreté relative, c’est-à-dire calculé en fonction du revenu médian du pays.

      La banque mondiale a fixé trois seuils pour estimer la pauvreté dans le monde :
      • vivre avec moins 1,90 $ par jour est défini comme l’extrême pauvreté partout dans le monde ;
      • la pauvreté est définie comme un revenu inférieur à 3,20 $ dans la tranche basse des pays à revenus moyens ;
      • dans la tranche haute des pays à revenus moyens, la barre est fixée à 5,50 $.
      C’est bien dans ce dernier groupe qu’il faut classer la Chine. Si l’on se base sur ce mode de calcul, c’est encore 27 % de la population chinoise qui vit sous le seuil de pauvreté. A titre de comparaison, la France est à 0,2% et les Etats-Unis à 2 %.

      191129-img1

      Pourcentage de la population chinoise avec des revenus inférieurs à 5,5 $ par jour (seuil de pauvreté). Source : Banque mondiale.

      Un autre indicateur très important pour juger du développement d’un pays, ce sont les disparités de PIB par habitant entre les différentes régions.

      En France, par exemple, un habitant de Mayotte produit environ 13 100 $, contre 69 430 $ pour un Francilien. Il existe plusieurs raisons à ce genre de disparités. Le tissu économique n’est pas le même, etc.

      En Chine, c’est pareil, il y a des disparités régionales. Mais, alors qu’on peut noter un delta maximum de 5 entre Mayotte et l’Ile-de-France, et que le rapport est de 1 pour 2 entre le Mississippi (Etat le plus pauvre des Etats-Unis avec 37 994 $ de richesse produite par habitant) et le Connecticut (Etat le plus riche avec 74 500 $ de richesse produite par habitant), la Chine, elle, affiche un delta de 18 entre Gansu (4 735 $) et Macao (82 300 $). Il existe également d’importantes différences entre Chine rurale et Chine côtière – notamment en raison du niveau d’éducation.

      Cela vous montre l’écart, encore énorme, que la Chine doit combler. Le pays reste bien loin d’une classe moyenne généralisée, même si des progrès réels ont été faits par le pays.

      La Chine n’est plus un pays émergent

      Pour juger du niveau de développement d’un pays, d’autres indicateurs existent. C’est le cas notamment du taux de mortalité infantile. En Chine, ce taux est de 0,4 % en zone côtière et 0,9 % en zone rurale. Les enfants ont donc deux fois plus de chances de mourir s’ils naissent à la campagne.

      En Chine, le système de soin s’étant tout de même amélioré, l’écart entre le taux de mortalité en zone rurale, qui était deux fois plus élevé qu’en zone côtière, s’est réduit. Mais c’était sans compter avec l’aggravation de la pollution atmosphérique qui fauche un million de Chinois chaque année – soit un manque à gagner annuel de 33 Mds€ ! Mais ce n’est pas tout… Regardez la pyramide des âges ci-dessous :

      191129-img2

      A cause de la politique de l’enfant unique, la population chinoise est déjà en train de vieillir. Et pas qu’un peu : elle marche à vitesse grand V dans les pas du Japon ou de l’Allemagne ! Et quel est le principal problème d’un pays vieillissant ? La main-d’œuvre a tendance à se réduire. Ce qui est un problème majeur dans une économie de « production »…

      En fait, ce que j’essaye de vous faire comprendre, c’est que la Chine n’a plus du tout le même profil que celui qu’elle nous a présenté ces trente dernières années. Enterré est le pays émergent à la croissance insolente. Bienvenue dans une économie développée qui rencontre les mêmes problématiques que nous.

      Ce qui est d’ailleurs confirmé par l’indice d’intensité du crédit. Celui-ci mesure le besoin en capital pour la création de croissance. Ce qu’on voit, c’est que, depuis 2008, la Chine a besoin de 2,5 unités de crédit pour créer une unité de PIB. C’est environ deux fois plus que sur la décennie précédente.

      191129-img3

      On comprend donc que, pour produire de la nouvelle croissance, il faudra plus de capital. Exactement comme chez nous.

      La Chine à un tournant

      Est-ce à dire que les trente plus belles années de la Chine sont derrière elle ? Alors, que lui réservent les trente à venir ? Le pays négocie actuellement son passage d’une économie de production à une économie de consommation de pays développé « classique ». Et cela ne va pas être sans mal.

      Pour tout vous dire, voici les deux scénarios qui me semblent les plus probables : soit elle implose sous l’effet de ses tensions internes, soit elle entre dans une longue période de stagnation – au moins jusqu’au prochain cycle…

      Il en existe évidemment un troisième qui éclaire d’un jour nouveau ce que représente la technologie, et particulièrement l’IA, aux yeux des Chinois. Si la Chine parvient à devenir le leader technologique qu’elle voudrait et pourrait être, elle pourrait enclencher un nouveau cycle de croissance, quitte à devenir la société orwellienne à laquelle elle ressemble de plus en plus.

      La Chine est à une nouvelle étape. Les standards y sont plus hauts et, globalement, la marche est plus haute ! L’avenir nous dira si elle parviendra à passer cette marche et repartira pour un cycle de croissance insolente ou si, comme moi quand je rentre du bar, elle finira par se prendre les pieds dans le tapis. »

  7. C est un bon exercice anti alzheimer de s adonner en long et large julien , Michel etc … les jeunes récupèrent la mauvaise gestion des anciens sur énormément de sujets et sont donc obligés de refaire le monde pour reprendre la place qui leur est dû dans cette société complètement perdue. Vive le krach immo

    • Les jeunes,. … les anciens…
      Je dois faire partie des anciens. Je ne me sens aucunement responsable de décisions prises par des gouvernements que pour la plupart je n’ai pas élu. Ces anciens, d’ailleurs, ont récupéré une situation que leur avaient laissée leurs anciens à eux. On peut remonter loin comme ça.

      • [+1]

        Et ces jeunes d’aujourd’hui, que vont-ils laisser à leur enfants et petits enfants ?
        Vu l’état d’esprit de certains, je doute fort que ce soit le paradis !!!!!

  8. Pour en rajouter un peu sur la Chine :

    (LE MORNING ZAPPING par Marc Fiorentino)

    ÉTATS-UNIS 1 – CHINE 0

    Le bras de fer entre les États-Unis et la Chine continue. Comme d’habitude, on attend un accord commercial, une phase 1, qui ne vient pas mais qui doit venir car les deux parties ont intérêt à signer un cessez-le-feu. Mais, mais, on voit clairement, et c’est tout de même une surprise, que les États-Unis se sortent nettement mieux de cet affrontement que la Chine.

    AMERICA FIRST

    Quand Trump a déclenché cet affrontement avec la Chine, les prévisionnistes craignaient un impact majeur sur la croissance américaine. Rappelez-vous, on parlait même de récession.
    Quelques mois plus tard, la donne a changé.

    La croissance américaine reste forte.
    Elle a même été révisée à la hausse à 2.1% au troisième trimestre.
    Le chômage reste à un niveau record de baisse.
    Les échanges internationaux sont évidemment touchés mais comme les États-Unis sont plutôt très mauvais sur les exportations, comme nous, ils souffrent peu, ou même pas du tout.

    ALORS QUE LA CHINE SOUFFRE

    Elle subit de plein fouet le ralentissement du commerce mondial dû en partie à la guerre commerciale.
    Sa croissance ralentit.
    Significativement.
    Et elle est coincée.
    Elle ne peut pas vraiment lancer de grand plan de relance.
    Pour une raison simple.
    Le surendettement.

    LE RAPPORT DE LA BANQUE CENTRALE CHINOISE EST SANS APPEL

    Dans son « Financial Stability Report » qui vient d’être publié, la Banque centrale chinoise considère que 586 des 4400 établissements de crédit du pays sont « high risk ». Elle met aussi en lumière la hausse de l’endettement des particuliers de 93.4% du revenu disponible en 2017 à 99.9% en 2018.
    L’État est endetté.
    Les régions sont endettées.
    Les entreprises sont endettées (niveau record, 165% du PIB).
    Les banques sont endettées.
    Et les ménages sont endettés.

    CE SONT DONC POUR L’INSTANT
    Les États-Unis qui gagnent le match aux points.

    Ce n’est pas un KO.
    Mais la Chine va devoir lutter pour sortir des cordes dans lesquelles les États-Unis l’ont acculée.

    Qui l’eût cru ?

    [Ben, moi, dès que Trump a sifflé la fin de la partie. J’espère maintenant que les Européens vont lui emboîter le pas, mais avec Merkel, c’est pas gagné].

  9. Pour en revenir aux taux, les échos titrait hier soir :

    Crédit immobilier : les taux continuent de baisser et se rapprochent des 1 %
    En novembre, les taux du crédit immobilier aux particuliers sont tombés à 1, 12 %, selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA.
    La durée moyenne des prêts s’est allongée de 31 mois en cinq ans.

  10. elser eric says:

    Bonjour monsieur, madame, désirant obtenir un prêt mon objectif est de renforcer de manière significative la base économique de toutes personnes morales et physiques pratiquantes des Actionnaire et Opérateur financier vivant en France qui s’engage à vous aider financièrement quel que soit votre problème pourvu que vous soyez solvable. J’accorde mes crédits avec un TAEG (Taux annuel effectif Global) de 3 % et ma capacité de financement est comprise entre 5.000€ et 5.000.000€ sur 6 à 20 ans maximum selon la somme prêtée. C’est à vous de voir pour les mensualités, des conditions très simples et sans problème. Pourquoi attendre alors, Écrivez-moi je suis entièrement à votre disposition veuillez me confirmer votre demande en précisant le montant que vous souhaitez emprunter et la durée du remboursement à mon adresse courriel : elserericerwin@gmail.com au plus vite possible afin qu’on puisse vite donner une suite favorable à votre demande et vous satisfait.

    NB : Mes prêts sont bien assurés pour une sécurité maximale juste m’envoyer un mail ou TEL : +33 7 56 95 32 12 puis obtenez votre crédit facilement.

  11. Guillaume, il semblerait que vous soyez maintenant lu au delà de nos frontières, voire même au delà des mers !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.