Je n’ai pas de superlatif tant la note d’analyse publiée aujourd’hui par France Stratégie est ahurissante.
Dans une note « Comment assurer la résorption des dettes publiques en zone euro ?« , France Stratégie propose tout simplement de remettre en cause le droit de propriété immobilier pour rembourser la dette publique des pays de la zone Euros. 
Je ne comprends pas comment un organisme public peut émettre ce genre de suggestion ! C’est dingue d’absurdité !
La proposition de France Stratégie, qui est tout de même un organisme de réflexion, d’expertise et de concertation, autonome, rattaché au Premier ministre, est effrayante :

« Concomitamment à l’augmentation des dettes publiques, les vingt dernières années ont été marquées par une forte progression du patrimoine des ménages en Europe, en particulier immobilier, avec une distribution très inégale de cet enrichissement.
Ceci ouvre une deuxième voie qui permettrait à un État excessivement endetté de décréter qu’il devient copropriétaire de tous les terrains construits résidentiels à hauteur d’une fraction limitée de leur valeur. Il deviendrait ainsi créditeur d’une somme annuelle, correspondant à la rémunération du droit d’occupation du sol.
Tout propriétaire pourrait différer son paiement, dont le montant cumulé interviendrait alors au moment de la vente ou de la transmission du bien. « 

 
Bref, la solution simple trouvée par France Stratégie pour rembourser la dette publique n’est autre que la spoliation et la remise en cause du droit de propriété !
Du jour au lendemain, l’état deviendra propriétaire d’une partie de votre maison, de votre appartement et vous devriez donc lui verser un loyer, ou alors perdre progressivement la propriété de votre maison ! 
Bien évidemment, cette proposition n’est qu’une des trois propositions faites par France Stratégie. Le deux autres sont :

1-  Les États de la zone euro s’engagent conjointement à soutenir un pays, en cas de conjoncture difficile, pendant que celui-ci procède aux efforts nécessaires pour assainir sa situation budgétaire. Cet effort de solidarité de tous, qui resterait circonscrit et conditionnel aux efforts accomplis par l’État aidé, renforcerait l’adhésion collective à la démarche de redressement des finances publiques et la crédibilité de la trajectoire de réduction de la dette.

2 –  la recherche d’un soutien auprès de la Banque centrale européenne. Celle-ci rachèterait une partie de la dette obligataire des États européens trop endettés et garderait ces titres à son bilan en les transformant en obligations perpétuelles non porteuses d’intérêt. 

3- Un État excessivement endetté pourrait décréter qu’il devient copropriétaire de tous les terrains construits résidentiels à hauteur d’une fraction limitée de leur valeur. Il deviendrait ainsi créditeur d’une somme annuelle, correspondant à la rémunération du droit d’occupation du sol. Tout propriétaire pourrait différer son paiement, dont le montant cumulé interviendrait alors au moment de la vente ou de la transmission du bien.

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

72 commentaires