Assurance vie et gestion de patrimoine

Depuis le début du mois d’Avril, nous vous alertons sur une baisse importante du marché immobilier et notamment des demandes de crédits immobiliers. Ces alertes basées sur nos statistiques internes et la fréquentation thématique du site, se sont confirmées par les statistiques officielles quelques semaines/mois plus tard.

 



Dès Juin, Crédit Logement confirmait une baisse de 22.50% de la demande de crédit immobilier sur le mois.

Dans cet article « L’inquiétante baisse de 22.5% du nombre des crédits immobiliers octroyés en Juin 2017. » , Crédit Logement décrivait un marché immobilier bien loin de l’euphorie que les médias et autres lobbys voulaient nous laisser croire : «  Le rythme d’évolution en glissement annuel de l’activité (hors rachats de créances) mesurée en niveau trimestriel glissant est en juin très éloigné de celui d’un marché en expansion : avec – 11.6 % pour la production et – 22.5 % pour le nombre de prêts ». 

Pourtant, à pareille époque, tout le petit monde, dont le chiffre d’affaires est dépendant de la bonne santé du marché immobilier, essayait de vous laisser croire que le marché immobilier était en surchauffe. Ce n’était que « bullshit » et « fakenews » à portée commerciale: Faire état d’un marché immobilier contrasté n’est favorable à l’écosystème. 

Le marché du crédit immobilier (hors renégociation de crédit) s’inscrit en net recul dès Avril 2017… mais l’euphorie du premier trimestre cache ce marché dégradé à partir du second quadrimestre. En effet, à fin Août 2017, le nombre de prêt accordé sur la période Septembre 2016- Août 2017 était encore en hausse de 7.10% par rapport à la période Septembre 2015- Août 2016 alors que le nombre de dossier de demande de crédit immobilier continuait de fortement baisser de -12.70% sur la période Juin à Août 2017 par rapport à la période Juin à Août 2016.

 

 

En septembre 2017, les investisseurs hésitent et attendent la loi de finance pour 2018 et la loi logement avant de se lancer.

Une année électorale n’est jamais une bonne année pour l’immobilier. 2017 ne fera pas exception.

En effet, après un premier trimestre très favorable à l’immobilier (peut être porté par la certitude de l’élection d’un François FILLON dont le programme était favorable à l’investisseur immobilier), le second quadrimestre et la perspective grandissante de l’élection d’Emmanuel MACRON, dont le programme est manifestement anti-immobilier, marquera l’effondrement du marché.

Jusqu’à fin septembre 2017, les demandes de crédit immobilier sont toujours en très net retraits. Les demandes de crédit immobilier ne semblent pas vouloir rebondir après une traditionnelle période estivale ou rien ne se passe.



Une récente étude publiée par la banque de France, confirme cette baisse de la demande des crédits à l’habitat depuis Avril … avec même une accélération en Septembre. Il s’agit d’un sondage auprès des banques. A la question : « Demande de crédits des ménages est elle en hausse, en baisse ou stable ? ».

La réponse est :

  • En baisse pour 44% des banques interrogées en septembre 2017, contre 21% en Août 2017 et 16% en Juillet 2017 ;
  • Stable pour 56% des banques interrogées en septembre 2017, contre 79% en Août 2017 et 84% en Juillet 2017

 

 

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois d’Octobre 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux

Nous étions nombreux à nous interroger sur les raisons de ce marché atone : Taux immobiliers trop élevés ? Fantasme sur la hausse réelle des taux depuis le début 2017 ? Trop forte hausse des prix immobilier ? Aucune raison objective ne semblait pouvoir expliquer cette baisse du marché immobilier entre Avril et septembre 2017.

 

Les taux de crédit immobilier semblent s’inscrire en hausse, mais ce n’est pas la très modeste hausse de 0.30% depuis Janvier 2017 qui peut expliquer un tel effondrement du marché (cf »tendance des meilleurs taux de crédit immobilier actuels« ). Cette hausse des taux immobilier est d’ailleurs un point qui pourrait marquer les prochains mois (cf »Meilleur taux immobilier – Octobre 2017 : Des taux de crédit très bas mais la hausse se profile ! »).

La hausse des prix immobilier est plutôt forte depuis la fin de l’année 2016. Pour autant, le pouvoir d’achat immobilier est toujours au plus haut et l’opportunité d’investir dans l’immobilier ne doit pas être bouleversé par une modeste hausse des prix (cf »Le pouvoir d’achat immobilier au plus haut depuis 10 ans grâce à la baisse des taux de crédit immobilier »).

Attention, il faut distinguer la bulle du marché immobilier Parisien avec le marché nettement plus sain en province. (cf »Pourquoi c’est vraiment le bon moment d’investir dans l’immobilier pour l’investisseur habile »).

 

 

Depuis début octobre 2017, les demandes de crédit immobilier semblent repartir à la hausse…

Selon nos statistiques internes et autres indicateurs anticipés, la demande de crédit immobilier semble repartir à la hausse. Les demandes ont augmenté dans les quelques jours qui ont suivis la publication du projet de loi de finance pour 2018 et de la prochaine grande réforme du logement. 

Faut il y voir la levée des incertitudes autour d’un gouvernement qui ne serait finalement pas anti-immobilier ? 

Tout cela mérite encore d’être confirmé par les statistiques dans les prochaines semaines, mais nombreux d’entre vous semblent vouloir revenir sur le marché de l’investissement immobilier.

A suivre.



Ces autres articles devraient vous intéresser :


10 Comments

  1. Les taux restent bas et cela devrait durer jusqu’à la fin 2017. Profitez en car les banques risquent de couper le robinet aux investisseurs début 2018 pour se concentrer sur les dossier les plus rentables

    • Indépendant says:

      Et pourquoi diable, les banques « couperaient-elles le robinet » alors qu’elles ont besoin de faire du chiffre pour compenser le mini « spread » sur les taux d’intérêt ??
      Voulez-vous précipiter leur faillite ?

      • parce qu’un investisseur est moins intéressant qu’un particulier qui achète sa résidence principale.

        L’investisseur va négocier, demander des conditions particulières et au prochain round il peut partir voir ailleurs.

        Le particulier est plus fidèle et fera traire par la banque pendant 20 ans pour la majorité…

  2. Et les banques y trouvent un moyen de fidéliser et recruter les clients

  3. Tant d’articles s’entrechoquent et se succèdent sur ce blog, avec des vents contradictoires et à intervalles trop rapprochés…

    Pour y voir clair , il faut prendre du recul et c’est le TEMPS qui le permet.

    Même si l’alimentation en articles permet un bon référencement, je suggère à Guillaume, dont on connaît le talent pour nous donner des articles de fond « charpentés », d’écrire à bon escient, soit sur des phases de stabilisation législative.

    Il est bon de supputer sur les changements à venir mais à trop s’agiter, on ne touche plus rien.
    Je crains à défaut que vous ne noyiez et perdiez des lecteurs… fidèles et constants contributeurs.

    Ceci n’est que mon avis

    • Sven, oui, vous avez raison, il y a beaucoup d’articles, peut être trop. Je n’ai pas l’impression de vous proposer tout et son contraire, j’essaie au juste de construire au fur et à mesure une pensée logique et construite. J’ai une certitude : Plus je travaille sur le sujet, moins j’ai de certitudes.

      Dans le monde complexe dans lequel nous vivons, j’aime semer, jour après jour, le balisage qui nous permet à tous de comprendre le monde dans lequel nous évoluons.

      Oui, il est important de faire des synthèses et j’essaie de vous les proposer régulièrement… mais il est tout aussi important d’expliquer le cheminement intellectuel afin que chacun se construise sa propre conclusion car dans ce métier chacun détient une vérité.

      N’êtes vous pas d’accord ?

      ps : Pourriez vous préciser votre pensée sur le sujet « Tant d’articles s’entrechoquent et se succèdent sur ce blog, avec des vents contradictoires et à intervalles trop rapprochés… » avec des exemples concret ? Cela m’aidera à comprendre et m’ajuster pour tenir compte de cette remarque.

  4. D’accord avec Sven et j’ajoute que l’auteur tend à écrire tout et son contraire pour avoir, quel que soit le scénario, l’heur de dire, voyez je vous l’avais bien dit. Ainsi l’opportunité immo versus la bulle, ainsi le risque versus ne pas investir c’est déjà investir etc.
    Cela n’enlève rien à la qualité de ce blog et à l’estime que je porte à son auteur

  5. wanapatri says:

    Je suis bien d’ accord avec Swen.
    Plus que de reprendre en détail les articles « contradictoires », et d’argumenter quantitativement et objectivement, c’est du subjectif.

    Pléthore d’ articles « médiatiques », très à chaud vis à vis de l’ actualité ( qui n’est faite que de beaucoup d’ annonces) donne un sentiment de bruit peu propice à se poser.
    Par contre, cela peut attirer des lecteurs et de potentiels clics sur les publicités, ce qui est bon pour les finances du blog, mais pas forcément pour conserver la fidélité des anciens lecteurs, qui vont se lasser.
    Bien que n’ étant pas un des plus assidus, je suis tous les jours ou presque, et je suis lassé. Il m’ arrive fréquemment de ne plus cliquer sur les messages reçus dans mon courrielleur, ne cédant plus à l’ attraction de titres bien pensés, qui incitent à venir ici, car au final, je reste sur ma faim, et les apports du site en tant que veille se diluent.

    •  » ne cédant plus à l’ attraction de titres bien pensés, qui incitent à venir ici, car au final, je reste sur ma faim, et les apports du site en tant que veille se diluent. »

      Merci de cette critique qui doit me permettre d’ajuster mon travail. « je reste sur ma faim ». Quel type d’information souhaitez vous voir dvper ? Il n’y a t’il pas assez d’approfondissement ?

      « les apports du site en tant que veille se diluent » .. est il possible de faire de la veille sans faire de la quantité et malheureusement, parfois de la non qualité ? Veiller, n’est pas toujours analyser… mais simplement faire suivre un info non ?

      Sincèrement, j’ai besoin de ces retours pour améliorer le contenu.

      • wanapatri says:

        Bonjour Guillaume…

        Je ne sais si ce serait possible techniquement, mas une séparation entre alertes pour articles de fond ‘ rappels, synthèses et approfondissement) et alertes de veille qui est je vous l’ accorde quantitative et pas toujours qualitative, serait bienvenue.

        Perdre les lecteurs à haute valeur ajoutée ( en terme de commentaires) serait dommage…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*