A l’occasion de la conférence nationale des territoires, le président Emmanuel MACRON a confirmé la nécessité de revoir en profondeur la politique du logement et notamment les dispositifs fiscaux tels que la loi PINEL.

 

« Les politiques qui consistent à inciter la construction de logements partout sur le territoire avec des outils fiscaux extrêmement chers ne fonctionnent plus !  » selon Emmanuel MACRON

Cette phrase en guise de titre est très forte. Elle a été prononcée par le président Emmanuel MACRON pour introduire son propos concernant l’indispensable réforme profonde de la politique du logement en France.


Et de poursuivre « l’état Français est l’un de ceux qui dépensent le plus en matière de logement, cependant, comme bien souvent, nous avons une politique de subvention de la demande et non une politique d’offre. Nous dépensons 2 points de PIB sur les politiques du logement pour [au final] accompagner l’augmentation des prix de l’immobilier ». 

Nous retrouvons là, les propositions de la cours des comptes dont nous vous faisions la synthèse dans cet article « La cour des comptes critique la politique du logement et les dispositifs fiscaux (PINEL, TVA réduit, APL…)« .

 

Enfin, le président MACRON confirme l’idée selon laquelle il convient de concentrer les efforts de construction et donc les dispositifs fiscaux d’incitation à l’investissement immobilier aux 2 ou 3 zones métropolitaines en France dans lesquelles il existe une véritable tension locative. Il s’agit :

  • De Paris et la région parisienne via le Grand Paris, pour lequel Emmanuel MACRON a d’ailleurs annoncé une révision pour être davantage en accord avec ses objectifs de déconcentration du pouvoir ; A propos de la question du grand Paris, je vous suggère de relire notre article « [débat] Faut-il parier sur le grand Paris pour votre prochain investissement immobilier ? » ;
  • Lyon et la frontière suisse ;
  • Et la métropole Aix – Marseille. 

 

 

Emmanuel MACRON déterminé à faire baisser fortement le prix de l’immobilier, dans les 2 ou 3 ans, dans ces trois métropoles grâce à un choc d’offre !

Selon les propos d’Emmanuel MACRON, il faut concentrer la création forte de logements nouveaux sur ces trois seules métropoles. Demain, la loi PINEL 2018 pourrait être profondément rénové pour ne s’appliquer qu’à ces zones tendues ? (cf »La loi PINEL supprimée en 2018 ! Quelles solutions pour en profiter avant le 31/12/2017 ?« ).


 

Cette forte création de logements nouveaux dans ces zones, accompagnée de tout un ensemble de mesures administratives (réduction des recours, mobilisation du foncier public sans plus value, …), doivent permettre de « baisser fortement le coût du logement dans ces territoires »

 

 

Extrait du discours d’Emmanuel MACRON sur son projet de réforme de la politique du logement.

 

 

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois de Juin 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

A suivre…

Ces autres articles devraient vous intéresser :


10 Comments

  1. Il dit ce que tous les gens sensés et vrais investisseurs immobiliers disent.

    Maintenant à savoir si les intermédiaires, (il n’en parle pas, mais les lobbies sont « en marche ») vont se laisser faire.

    Quant à la baisse dans les zones bien localisées, je demande à voir.
    J’ai quand même décidé d’alléger le bilan 🙂

  2. Des contradictions quand même, et des imprécisions:

    -Moins d’Etat là, plus ici?

    -Dégager le foncier qui appartient à l’Etat ou aux mairies, et si c’est bien ces dernières, comment les forcer à vendre -alors qu’il serait beaucoup plus opportun alors de les forcer à louer, avec des baux emphytéotiques, puisque le but est bien de faire baisser les prix de l’immobilier?

    -En quoi la région Aix-Marseille aurait besoin d’un coup de pouce, elle qui ne brille ni par sa démographie ni par son économie?

    -Rien sur les normes et moultes autres facteurs qui pèsent aussi dans la formation des prix, qui font passer un m2 de 1000€ à 2000 HT -selon sa qualité, certes, mais fini (hors terrain et aménagement), à entre 3000 et 5000€ HT, terrain et aménagements inclus, dans les grandes villes indiquées?

    -Pour loger qui? Des gens avec ou des gens sans…travail? Donc, et si, avant toute chose, on s’occupait d’économie, que d’économie, et rien que d’économie, Monsieur Macron?

    De belles annonces, en vérité, à moins qu’elles ne participent qu’au brouillard à entretenir pour passer les lois véritables en douce… et conduire par leur truchement à rendre impossibles les tâches annoncées.

  3. Reste à voir si pour une fois il est possible de sortir des discours et se confronter à la réalité.

    Je vois une limite évidente à cette stratégie.
    Si l’objectif est de faire baisser fortement le prix de l’immobilier dans les zones tendues, qui aura intérêt à investir dans ces zones ?
    Avec la certitude d’une moins value et de difficultés supplémentaires avec les locataires qui va bien pouvoir se laisser tenter par un investissement de défiscalisation qui est déjà une option plus que médiocre pour développer son patrimoine ?

    Du coup le relais sera pris probablement par le logement social, avec d’autres conséquences que l’on a déjà observées par ailleurs dans les cités !

  4. L’idée est sûrement bonne, mais je doute que les communes et métropoles lâchent leurs terrains et leurs biens à bas prix sans chercher à faire de plus-values, surtout lorsque ces derniers sont sur-expertisés par la brigade domaniale de la DGFIP… et il n’est pas opportun que ce foncier soit loué, tant cela coûte cher au contribuable !

  5. – taxation à 100% des plus values des terrains et des biens déjà construits !
    – prise en compte uniquement des travaux de restauration pour une réévaluation du prix de l’ancien
    – révision du plan cadastral de 1970 pour l’évaluation des biens et refonte de la base de taxe immobiliere.
    – supprimer toutes les prérogatives des maires sur les terrains constructibles pour favoriser le neuf toutes catégories
    – suppression dans toutes les défiscalisations toutes détournées augmentant les prix et contre productives
    – utilisation des banques d’état comme interface/garantie des investiseurs

    là seulement le salaire des jeunes permettra à terme l’accès à l’immobilier ramené à sa juste valeur
    ça ne coutera rien à l’état.
    d’autres pays l’ont fait.

  6. Pas l’Angleterre en tous cas… vu les prix à Londres …

  7. le prix des logements neufs est trop cher. les promoteurs se gavent avec le pinel et autres fiscalettes.
    C’est du détournement d’argent public

    • C’est exactement ma position.

      Difficile d’estimer la part relative des subventions d’État entre intermédiaires et propriétaires.

  8. Alors peut être que l’on va assister à un raz-de-marée de projets de cessions du patrimoine immobilier sur le site officiel du gouvernement 🙂
    https://www.economie.gouv.fr/cessions

  9. Sachez que les maires sont aussi à la manoeuvre dans les lotissements pour intégrer un surcout des terrains/maisons afin de faire payer aux nouveaux arrivants l’accroissement des services communaux nécessaires. C’est une façon de minimiser voir annuler les augmentations d’impots et de se faire réélire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*