Nous poursuivons notre analyse des programmes pour les prochaines élections présidentielles 2017 et profitons de la publication du livre « révolution » par Emmanuel MACRON pour essayer de comprendre le sens de son programme et de sa stratégie concernant l’immobilier.

 

Ce livre n’est pas une accumulation de proposition diverses et variées, mais un livre « projet » qui décrit la vision d’Emmanuel MACRON concernant l’avenir de la France.


Je vous propose de vous livrer quelques citations qui pourraient vous aider à comprendre l’esprit dans lequel il construit son projet concernant l’immobilier :

 

« Est il logique de ne pas réformer les 18 milliards d’euros d’aides personnalisées au logement (APL) alors qu’elles bénéficient moins aux attributaires qu’à leurs propriétaires et alimentent l’inflation des prix de l’immobilier.  »

 

 

« Alors mettons la lumière sur toutes les réussites Françaises, qu’elles soient entrepreneuriales, intellectuelles, sportives ou culturelles. Pour que cet entrepreneuriat réussisse et se développe en France, je souhaite deux choses simples. D’abord, une fiscalité qui récompense la prise de risques, l’enrichissement par le talent, le travail et l’innovation plutôt que la rente et l’investissement immobilier. »

 


 

« La nouvelle écologie que nous devons mettre en place n’est nullement contradictoire avec la nouvelle économie que nous souhaitons promouvoir. Elle est même l’une des ses composantes essentielles. Elle représente une opportunité économique pour les entreprises qui sauront apporter des réponses nouvelles, construire des maisons qui consomment moins d’énergie qu’elles n’en produisent, développer l’agriculture biologique. C’est pour ce faire que des investissements publics ou des accompagnements sont nécessaires. Une opportunité aussi pour notre société parce que ces solutions nous permettront de mieux manger, d’être en meilleure santé, de respirer un air moins pollué… de mieux vivre tout simplement. »

« En matière d’efficacité énergétique, on sait que l’effort principal est d’abaisser les consommations d’énergies des bâtiments en les isolant et en les équipant de moyens de chauffage performants. Les progrès sont en cours : les chaudières à condensation sont devenues la norme, les rendements des pompes à chaleur et des chauffages au bois se sont considérablement accrus tandis que les entreprises du bâtiment œuvrent à rendre plus facile l’isolation des toitures et des façades. »

 

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois de Juin 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux

 

« Dans les métropoles, si nous voulons recréer de la mixité, et répondre aux nouveaux défis, nous devons construire plus de logements. Notre politique du logement est obsolète. Elle a été conçue pour les famille d’hier et beaucoup moins pour les Français d’aujourd’hui. Elle a été pensée dans le cadre d’une société sédentaire avec des équilibres territoriaux et familiaux traditionnels. Or désormais, les Français ne vivent plus de la même façon. Ils doivent déménager beaucoup plus souvent qu’avant, ne serait ce que parcequ’ils doivent changer plus souvent d’emploi. Ainsi, les besoins de logements explosent. Quand un couple divorce, et que les gardes sont partagées, il faut construire non pas un logement avec deux chambres, mais deux logements avec deux chambres.

Ces dernières années, le taux d’effort des ménages pour se loger s’est considérablement accru : le prix des logements anciens a augmenté de 150% en vingt ans, alors que le revenu disponible n’augmentait que de 50%. Ce problème de prix cache principalement un problème de quantité : l’offre est insuffisante pour satisfaire la demande, principalement dans les zones tendues, comme on dit techniquement, c’est à dire notamment l’Ile de France, le Côte d’Azur, et quelques autres grandes métropoles, où se concentre la très grande majorité des situations de précarité par rapport au logement.

Je veux construire plus massivement et beaucoup plus rapidement dans ces zones tendues. Pour cela, nous avons d’abord besoin de cohérence. Nous ne pouvons pas continuer de complexifier encore le droit de l’urbanisme, multiplier les règles techniques et allonger encore la durée des procédures. Il faut cesser de tergiverser. Soit la priorité absolue est de construire plus de logements, soit notre volonté est d’accroître encore et toujours la réglementation. Faire les deux, ensemble, c’est échouer sur les deux plans. Pour ma part, je veux tout faire pour construire là ou nos concitoyens l’attendent.

Ensuite, nous avons besoin d’une détermination sans faille. On ne peut accepter que, pour préserver des équilibres politiques locaux ou des prix de l’immobilier élevés, des élus locaux ne remplissent pas leur mission. La répartition de la construction en Ile de France montre que, dans chaque département, ce sont quatre ou cinq communes qui concentrent l’essentiel des nouveaux chantiers. Or ces communes ont les mêmes caractéristiques globalement que celles ou l’on ne construit pas : Le problème est donc politique. L’Etat doit, dans ces quelques métropoles ou se concentre le problème, mettre en oeuvre des procédures d’exception afin de libérer le foncier accélérer les procédures et permettre rapidement de construire, chaque année, les dizaines de milliers de logements supplémentaires nécessaires.

Cet effort de construction ciblé est la seule manière efficace pour répondre, dans les métropoles, à la demande de logement et faire baisser les prix. Cela permettra de faire baisser les aides publiques massivement octroyées ces dernières années. Car en voulant aider les ménages, sans régler le problème de la construction, nous avons alimenté l’augmentation des prix. »



[…]

« On sait en effet, que faute d’avoir pensé un urbanisme commercial à la bonne échelle, on a laissé se constituer dans leur périphérie [NDLR : des villes moyennes] des centres commerciaux trop important. Le cœur des villes tend donc à se vider de ses commerces. Progressivement, le bâti s’y dégrade, entraînant, à la chaîne, de grandes difficultés. Ces cœurs des villes devraient, au contraire, être le premier lieu du développement économique avec des PME qui alimentent en emplois tout le territoire de la commune. La « ville-centre » est donc à conforter ».

 

A suivre …

Ces autres articles devraient vous intéresser :


17 Comments

  1. Fredy Gosse says:

    Encore un ouin du seigneur qui manie contradictions et contre vérités

  2. Mr Macron fait l’état des leius et dis quelques évidences. Les propositions me paraissent floues et aucune solution précise est donnée. Il faudra qu’il donne de vrais solutions dans son programme de campagne pour commencer à paraitre crédible en « futur président ».
    Quand nous aurons ses « solutions », nous saurons ce qu’il vaudrait comme président.

    • Relisez l’article , c’est une vision qu’il donne, c’est le rôle d’un chef d’état d’être visionnaire après c’est le gouvernement à prendre les mesures pour aller dans ce sens. depuis le temps vous devriez savoir que tous les programmes des présidents ne sont jamais tenus et c’est logique il faut faire plaisir à la majorité des gens pour être élu et les solutions précises ne sont que du vent .

      • D’accord avec vous sur les promesses des présidents qui ne sont pas tenus. Le seul intérêt, c’est de se faire élire.
        Pas d’accord avec vous pour que cela continue : le pays est dans la m… et le prochain président devra avoir le courage de dire ce qu’il pense dans son programme et faire ce qu’il a dis une fois élu … ca va nous changer
        J’aime bien Macron et je le crois honnête. Mais il est encore dans le rêve : un pied dans l’économie et l’autre dans le rêve social. Nous n’avons pas les moyens de prendre un demi président qui appliquera de demi mesures !
        Macron n’a pas encore la stature pour faire le job correctement.

        Si je me trompe, qu’il me le prouve en donnant TRES précisément son programme. Je verrai tout de suite s’il est capable de sauver la France et je pourrai le comparer avec Fillon … et Le Pen.

    • Benidir says:

      Conseil au président.
      Taxer tous les revenus (salaire, foncier, mobilier, etc…) à un taux unique fixe (le même pour les hauts salaires, les grands spéculateurs, etc..), supprimer les déclarations fiscales en taxant à la source (cela supprime toute triche).
      Cette démarche fera rentrer des sommes énorme dans les caisses de l’état qui pourra redistribuer une grande partie à ceux qui ont en besoin pour bien vivre.
      La solidarité sera grande et juste, l’efficacité sera maximale, le gain en personnel et en traitement de dossiers sera énorme.
      Les gens auront envie d’entreprendre et se sentiront libre dans la gestion de leur patrimoine, fiers de réussir et contents de sentir qu’une partie du fruit de leur travail sert pour la solidarité sans se sentir raquettés.

  3. Ce monsieur est un vrai capitaliste pur et dur inféodé au monde de la Finance, avec une étiquette de gauche, comme moi celle de curé ……..

    Avoir des idées, c’est bien, les traduire en proposition et les appliquer c’est mieux.

    Vous savez pourquoi il passe en boucle sur BFMTV? 🙂

  4. Macron écrit : « …. Ces cœurs des villes devraient, au contraire, être le premier lieu du développement économique avec des PME qui alimentent en emplois tout le territoire de la commune. La « ville-centre » est donc à conforter » ».

    En France on ne veut plus de véhicules dans les villes, on les chasse….Comment voulez – vous alors implanter des PME dans les centres-villes si on ne peut même pas livrer les PME ??…..c’est une contradiction totale…..Aucune logique …mais c’est Français….des idées on n’en manque pas ….Il faut rester un peu sérieux.

    • oiseau moqueur says:

      Il m’arrive de voyager en Europe et chez la plupart de nos voisins les centre-villes sont sans voiture et depuis bien longtemps.

      • Fredy Gosse says:

        Exact ;plus le verts sévissent plus c’est ainsi , tous à vélo comme les chinois du temps de MAO.
        je ne vois que cela comme solution sans parkings à l’extérieur et sans moyens de transport publics prêts à absorber le nouveau flux. Sûr, que le type qui habite à 40 Kms de paris appréciera surtout quand il est proche de la retraite …-:) . La ville deParis empêchant de construire en hauteur ,il est vain’ d’espérer faire baisser la répercussion du coût du foncier sur le prix final+la créations surfaces vendues à prix coûtants aux sociétés para publiques ( social)et dont l’ab sence de profits se répercute sur le prix de autres appartements et enfin le normes toujours d plus en plus aberrantes :faut faire du social car se serait une atteinte l’égalité que d’avoir des prestations différentes selon la destination des constructions
        c’est français ,ça ne marche pas mais on ne change pas un système qui perd…
        vous voulez faire comme l’étranger ?chiche faisons comme en Nelle zelande , Suisse mais SVP ne prenons pas le petit bout qui vous arrange

  5. J’aime beaucoup les propositions de Macron sur la flexibilité du travail. Elle permette vraiment une réelle avancée plutôt que de repousser sans cesse et aveuglément la durée de cotisation. En revanche sur l’immobilier, sa vision me semble hasardeuse et dénote d’un certain manque d’expérience.
    Par exemple, concernant les APL, c’est faux de dire que cela ne bénéficie pas aux attributaires mais plutôt aux propriétaires. L’APL permet à des millions de gens de pouvoir se loger à peu de frais dans un logement convenable. Certes l’APL est in fine reversée au propriétaire mais c’est avant tout une aide au locataire !
    Pareil sur la prise de risque qu’il semble ignorer pour les investisseurs immobilier, je suis désolé mais nous prenons aussi des risques. Il n’y a qu’à voir la crise de 2008 pour s’en convaincre. Le risque de vacance locative également liée à l’accroissement dé raisonnée de logements dans certaines métropoles. Attention à ne pas tomber dans la caricature de l’argent facile ! C’est une activité à risque et un métier à part entière.
    J’espère qu’il saura revoir sa copie car il a une vraie carte à jouer pour mai 2017.

  6. ROLAND GARNIER says:

    @Daniel
    MACRON semble dire que les APL ne bénéficie pas aux attributaires mais plutôt aux propriétaires.
    Que faut-il comprendre ? que les APL ne devraient pas être reversés aux bailleurs ?
    Je pratique quelques loyers conventionnés, les APL représentent environ la moitié du loyer
    Faut-il donc comprendre, qu’éventuellement ces APL ne devraient pas être reversés aux bailleur ?
    Je n’aime pas le profil MACRON avec un passé capitaliste mais pour qui l’étiquette de gauche est un tremplin carriériste et électoraliste, tout comme l’ont été cette caste politique issue de 68, dont je ne citerai pas les noms et qui sévissent encore

    • « Je n’aime pas le profil MACRON avec un passé capitaliste »

      Pas seulement le passé.
      Vous savez pourquoi il passait en boucle sur BFMTV?
      Ce qu’on appelle un renvoi d’ascenseur dans le haut monde de la Finance.

      Et moi je n’aime pas Patrick Drahi 🙂

    • L’idée est la suivante : En versant des APL aux locataires, vous augmentez mécaniquement leur solvabilité et donc le loyer théorique auquel, ils pourraient prétendre.

      Imaginez, un monde sans APL, c’est un monde dans lequel la solvabilité des locataires serait dégradé et donc les loyers nécessairement revue à la baisse.

      Néanmoins, la charges fiscales et la dépense pouvant être compensée par des avantages fiscaux autres, notamment pour les propriétaires bailleurs.

      • Calcul à gros coups de louche

        Coût de cette « niche »? 18 milliards d’€
        Nombre de foyers fiscaux en France, allez! 38 millions dont 18 millions sont imposables

        Calcul simple, ça fait en moyenne 1000€ par foyer imposé.

        Budget de l’État 400 milliards avec environ 20% de déficit soit 80 milliards
        L’APL c’est plus de 20% du déficiit

        C’est du lourd!

        • A noter que cette idée de la réforme des APL est également dans le programme de François FILLON; Il souhaite « intégrer les aides aux logements dans un dispositif de prestation sociale unique, modulé en fonction de la situation de chacun »

          « Les aides au logement (APL,ALS,ALF) seront confiées aux collectivités locales qui reprendront leurs compétences en matière sociale. Les aides au logement sont aujourd’hui des aides sociales dont le montant est pour une très large majorité non corrélé avec le montant des loyers.Les bénéficiaires des APL sont les personnes dont les revenus sont les plus modestes. Une intégration des aides au logement dans une prestation unique permettra :
          • De simplifier la distribution des aides pour les bénéficiaires (un seul dossier).
          • De mieux articuler les aides entre elles et d’inciter réellement au retour à l’emploi : une prestation sociale unique permettra de corriger certains effets pervers observés aujourd’hui.

          Il va de soi que cette prestation sociale unique devra être l’occasion de réfléchir au niveau agrégé maximal de ces aides, notamment dans le cadre d’une réflexion sur les mécanismes de désincitation à la reprise d’un emploi, qui avait été à l’origine de la création du RSA. En clair, il faut assumer dès à présent que ce regroupement des minima sociaux doit être le point de départ d’une réduction importante des transferts, inefficaces,coûteux et complexes. »

  7. Fredy Gosse says:

    remarques: ça déplace le problème ,éventuellement ,ça fiscalise le revenus des bénéficiaires et renouveau la machine à complexifier se remet en route et produit comme toujours des effets pervers …..

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*