2019, aura été une année euphorique pour l’investissement immobilier locatif ! Une année comparable aux années excessives qu’étaient les années 2004/2006, années pendant lesquelles nous avions collectivement la certitude que les prix de l’immobilier ne pouvaient qu’augmenter et surtout que la fortune était assurée à n’importe qui investissait dans l’immobilier.

En 2019, c’est l’année de la récidive ; L’euphorie collective sur l’investissement immobilier a encore frappé. A nouveau, nous sommes collectivement persuadés que l’investissement immobilier locatif est source d’un fortune assurée. Cette euphorie d’investissement accompagne la chute des taux de crédit immobilier : Les taux de crédit immobilier baissent ; les rendement de l’épargne s’effondrent … et nous focalisons toujours notre attention sur les performances passées de l’immobilier locatif pour croire dans un effet de levier automatique et facile (cf » Immobilier : Si les taux négatifs annoncent déflation et décroissance, s’endetter pour investir est suicidaire !« ).

Résultat, les encours de crédit immobilier locatif explosent et tous cherchez à investir ! Investir dans l’immobilier locatif ! Profiter des taux excessivement bas pour s’enrichir facilement est devenu une obsession collective. Résultat ;  les prix montent, mais surtout, nombre d’investisseurs oublient les fondamentaux de l’investissement, perdent la raison pour profiter de cette occasion qu’ils estiment rare et exceptionnelle d’enrichissement sans effort.

L’immobilier locatif, un investissement qui répond parfaitement aux espérances de fortune sans travail parfaitement vendue par les as du marketing internet et autres vendeurs de formations qui vont font miroiter la martingale d’une fortune facile, sans effort.

Bref, un investissement qui répond parfaitement à une société qui vit à crédit, déconnectée du bon sens. Tout, tout de suite, sans effort ! Des excès typiques que seules les bulles spéculatives et les moments d’euphorie collectives peuvent expliquer.

Cette euphorie est pourtant l’ennemi du candidat à l’investissement qui doit lutter contre lui même et réfréner son enthousiasme ! L’euphorie d’un marché ne peut être permanent. Les bulles ne sont jamais durables, elles finissent toutes par éclater. Ce sera le cas pour l’immobilier locatif assurément.

Pour le moment, les « dégats » générés par les excès ne semblent pas insurmontables. Les prix augmentent rapidement, mais restent raisonnables au regard du niveau des taux d’intérêt ; L’endettement des ménages est élevé, mais sous contrôle grâce à des banques qui savent maitriser les risques ; et surtout, la part de l’immobilier locatif pur est limité dans le marché immobilier global.

Néanmoins, quelques actifs immobilier pourraient subir pleinement les conséquences d’un retournement de tendance inévitable demain ou après demain. Il s’agit des biens immobilier dont à usage locatif exclusif, c’est à dire les biens immobiliers qui pourront difficilement être revendu comme résidence principale de l’acquéreur. Il pourrait s’agir :

  • Des immeubles composés de multitudes d’appartement de petite surface dont les prix ont aujourd’hui fortement augmenté grâce à un marché dynamique mais dont l’illiquidité se révèlera lorsque l’euphorie retombera ;
  • Des immeubles qui ont subit de forte transformation pour s’adapter à un marché « nouveau » tel que la colocation ou autre coliving qui apparraissent de plus en plus comme des stratégies dont les fondements sont très fragiles car la valeur d’usage faible (tout comme le co-working d’ailleurs) ;

 

En 2020, retour à la réalité ! Les candidats à l’investissement immobilier locatif pourraient avoir plus de mal à se financer à crédit.

L’euphorie de l’immobilier locatif repose principalement sur le laxisme des banques qui acceptent de prêter massivement et avec des conditions parfois légères. Aujourd’hui, -+ 34% des crédits immobiliers locatifs sont accordés alors que le taux d’endettement de l’emprunteur dépassé 35% ! 

Pour limiter les risques de « dérapages » et mettre fin à cette tendance, la haut conseil à la stabilité financière recommande (exige?!) que les banques freinent leur activité d’octroi de crédit immobilier, et notamment pour l’immobilier locatif. le HCSF recommande aux banques, après avoir pris en compte les caractéristiques du projet et du ménage emprunteur, de se conformer aux bonnes pratiques établies, à savoir :

  • Un taux d’effort à l’octroi maximal de 33% du revenu net de l’emprunteur ; une durée de crédit qui n’excède pas 25 ans.
  • Jusqu’à 15% de la production pourrait s’écarter du strict respect de ces critères dont les trois-quarts réservés exclusivement aux primo-accédants et aux acquéreurs de leur résidence principale, dans la limite d’un endettement inférieur à sept années de revenus.

Pour être exhaustif dans l’analyse, le HCSF donne avec précision la définition des termes employés dans cette recommandation :

  • «Revenus annuels», au sens de la Recommandation, correspond au revenu net avant impôt de l’emprunteur, ou du foyer fiscal (ou à la somme des revenus nets avant impôt des co-emprunteurs le cas échéant) calculé comme le revenu net imposable tel que défini à l’art. 156 –156 (bis) du Code général des impôts majoré des abattements forfaitaires pris en compte et minoré des revenus exceptionnels non récurrents ;

 

  • «Charges annuelles d’emprunt», la somme des différents montants totaux, tels que définis au 9° de l’article L.311-1 du Code de la consommation, dus par l’emprunteur (ou les co-emprunteurs, le cas échéant) au titre du crédit immobilier et des différents emprunts en cours, pour une année donnée : cela comprend le total des intérêts et des remboursements de capital sur une période d’un an tel que préconisé par la recommandation CERS/2016/12;

 

  • «Taux d’effort» (= taux d’endettement), le ratio comprenant au numérateur les charges annuelles d’emprunt associées à l’endettement total de l’emprunteur (ou des co-emprunteurs, le cas échéant)  et au dénominateur les revenus annuels ;

 

Ces définitions ne laissent plus de place à l’interprétation ! Le calcul du taux d’endettement est maintenant clarifié ! Il ne sera plus possible d’utiliser le calcul de l’endettement résiduel (ou solde net) comme souvent mis en avant par certaines banques.

Il ne s’agit pas d’une simple recommandation, mais d’une exigence qui devra faire l’objet d’un compte rendu dit « reporting » régulier. Le HCSF de préciser : « Si cette recommandation n’était pas suffisamment suivie d’effet, le HCSF pourra ultérieurement recourir aux pouvoirs qui lui sont conférés par le 5° de l’article L-631-2-1 du code monétaire et financier, ou le 4°ter du même article incluant la possibilité de demander aux banques davantage de capital à raison des nouveaux crédits non conformes aux bonnes pratiques établies […]

Le Haut Conseil souhaite également attirer l’attention des établissements de crédit sur l’importance d’une tarification du crédit immobilier qui ne fragilise pas  le modèle français de financement de l’habitat, ce qui implique une couverture appropriée des coûts et risques.

Afin de suivre les pratiques des établissements dans ce domaine, le Haut Conseil demande à l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) de mettre en place un reporting détaillé dans les délais les plus brefs et d’engager en conséquence un travail avec les établissements.

L’effet attendu de ces mesures est de préserver des pratiques saines, à même d’assurer la résilience du modèle français de financement de l’habitat et de sécuriser l’accession à la propriété. »

 

Bref, l’activité de crédit immobilier locatif pourrait bien être remise en cause en 2020 ! et c’est tout une stratégie d’investissement dans l’immobilier qui pourrait être bouleversée.

Demain, l’investissement immobilier locatif sera réservé à ceux d’entre vous qui, soit on déjà remboursé leur crédit résidence principale, soit qui ont de hauts revenus.

Mais, est ce incohérent de revenir à ces fondamentaux ? Je ne crois pas.

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 

– La gestion conseillée – Un service de conseil financier indépendant pour vous accompagner dans la gestion financière de votre épargne ou de votre assurance-vie. Comment diversifier votre épargne sur les marchés financiers ? Quelles unités de compte choisir ? Comment prendre du risque pour espérer améliorer le rendement de votre épargne ?

Découvrir notre service de gestion conseillée

 


142 Comments

  1. Guillaume,
    C’est un reproche que j’aime vous faire régulièrement, et il me semble que le moment est de nouveau propice.
    J’ai l’impression que vous passez votre vie à dire « attention ne faites pas ça, attention fausse bonne idée ». Vous critiquez absolument tout, de l’assurance vie à l’immobilier locatif en passant par les SCPI.

    Vous dites que ce blog est « la vitrine de votre société de gestion en patrimoine » , mais je me demande si cette posture (excessivement ? ) prudente voire pessimiste permet bien une gestion efficace du patrimoine.
    C’est sûr qu’en ne faisant rien, en attendant, on ne risque pas de se retrouver ruiné. Il vaut sûrement mieux ça que de céder aux chants des sirènes des « as du marketing » comme vous les appelez. Vous n’êtes pas là pour faire rêver, et je le comprends bien, mais au bout d’un moment il faut quand même agir.

    • Je rejoins totalement Clément. Le but est d’avertir des risques potentiels et de laisser l’investisseur assumer ses choix en toute connaissance de cause.
      Les lois fiscales ou pas evoluant tellement au gré des saisons qu’il est difficile de planifier sereinement son investissement. Quant aux politiques bancaires, même combat.

    • Gilles.DR315 says:

      Les dernières lignes de son post laisse justement présager le contraire. La critique concerne la mesure fraîchement mise en place par la haute autorité qui reste une aberration dans le conseil patrimonial.
      A croire que dans la « haute sphère bien pensante » de nos élites, rien ne va dans le bon sens pour l’ensemble des sujets sociétaux (retraite, éducation, formation, emploi….)

      Même si le ton est à la prudence voir au pessimisme, il y a effectivement de quoi être prudent tant pour le consommateur que pour le professionnel averti.
      Ça fait 20 ans que je fais ce métier, et j’en ai vu de la « merde » commercialisé aux clients (Défiscalisation, retraite, OPCVM…), ou l’on promet « la gloire et les étoiles » dans un fort contexte concurrentiel ou la recherche du tout gratuit reste de mise pour le consommateur.

    • Clément,
      Vous êtes aveugle, à moins que vous soyez sourd !
      Vous ne comprenez pas ce qui se passe, ces choses que vous appelez négatives, sont pourtant bien réelles pour la plupart, ces banques centrales qui distribuent de la « daube » gratuitement à tous les acteurs de marché, croyez-vous réellement que cela peut durer sans conséquences graves comme cela a toujours été le cas dans l’histoire quand la planche à billets s’est emballée?
      Vous devriez sentir que ces actions de l’Etat via le HCSF pour ne citer que cet exemple, sont des tentatives de dernier recours (inutiles car trop tard) pour « essayer » de réparer 10 années de dégâts, voire plus.

      Je pense que Guillaume a entièrement raison d’alerter ses lecteurs sur la gravité de la situation et de les inviter à se protéger sauf quand il écrit:
      « L’endettement des ménages est élevé, mais sous contrôle grâce à des banques qui savent maîtriser les risques »
      Je pense que rien n’est sous contrôle et que la plupart des actions des élites se font dans la précipitation, à brève, très brève échéance; y a qu’a voir la loi Sapin II, par exemple.

      • Je pense que je suis ni aveugle ni sourd. Je ne me crois pas non plus dans un monde tout rose et sans risque.
        Bien sûr que la situation mondiale actuelle est délicate et qu’il va y avoir des conséquences. Mais nous vivons dans ce monde et nous devons faire avec, et je dis simplement qu’à répéter continuellement « ne faites pas ci, ne faites pas ça, ne faites rien » , et bien c’est sûr que l’enrichissement sera limité (s’il y a enrichissement).

        Tout investissement comporte des risques, il n’y a pas d’eldorado magique avec des rendements à 10% sans risque, c’est bien de le rappeler, mais on ne peut pas rester éternellement dans la posture de l’observateur attentiste surprudent.

        • Tout investissement comporte des risques, bien sûr, tout le monde au moins sur ce blog, sait cela.
          Seulement aujourd’hui la donne est différente, ce n’est pas que le risque qui est en cause, c’est la « pente descendante » que prennent l’économie et la finance et l’absence de solutions efficaces, courageuses et pérennes qui fait soucis pour les investisseurs.
          Avant de vouloir gagner plus d’argent, il faut, à mon sens, s’atteler à ne pas trop en perdre.

          • Bon et bien dans ce cas, autant fermer ce blog et reconvertir tous les CGP. Mettons sagement notre argent sur nos livrets bancaires et fonds euros au rendement proche de l’inflation, ça nous permettra d’éviter de trop perdre 🙂

            • Entièrement d’accord avec Clément. Évidemment qu’il faut « travailler » son projet immobilier en amont et ne pas faire n’importe quoi pour arriver à un résultat positif. Mais c’est le lot de tout investissement, voire de toute activité, non?

            • Faites ça, moi en revanche, je vais acheter des actions.

              • Soleil38 says:

                Avec un CAC à 6000, moi je m’abstiens…

                • Michel 2 says:

                  Hé ben moi, je suis Damien pour partie en choisissant bien les valeurs et je reste cash autant que possible en attendant des jours meilleurs.
                  Et si, à un moment et une conjoncture donnés, le vent tourne, j’achète « une bonne affaire » immobilière.

                  • Pour 2020 : mcsi Emerging markets, mcsi small caps et en PEA : Air liquide, Thalès, Orange.

                    • @adnstep
                      Intéressant ! C’ est vrai que les small caps ont été plutôt délaissées. Qu’ est ce qui pourrait provoquer un retour en grâce ?
                      Pour Orange, l’ action n’ a d’intérêt que pour son dividende. Pour le reste elle me.semble condamnée à osciller entre 13 et 15€. Secteur ultra concurrebtiel, investissements colossaux. Pas d’ intérêt pour les actionnaires et employés…

                    • Michel 2 says:

                      Air Liquide Ok, Schneider aussi.
                      En revanche Thalès ou Orange, à éviter a dit le Grand Charles G. trop de proximité (de connivence) avec l’Etat

                  • Soleil38 says:

                    Faites donc: je suis loin d’être assez initié pour trouver des valeurs intéressantes, même si je ne doute pas qu’elles existent. Je privilégie toujours l’immo car c’est un domaine que je maîtrise bien mieux…

  2. Bonjour, avec ce discours effectivement les petits resteront petits et l’argent ira encore aux plus fortunés… Laissons la chance à ceux qui ont peu de moyens d’investir aussi !!! Cela restera un accélérateur immobilier et économique…

    • Justement ceux qui ont peu de moyens ne peuvent pas investir parce-que les taux sont bas mais les prix sont hauts!
      C’est un risque trop grand pour eux d’aller sur du locatif.

    • Ceux qui ont peu de moyens et les dents longues doivent plutôt créer leur entreprise que d’investir dans l’immobilier. C’est plus rentable, avec des plus-value beaucoup plus élevées et nettement moins risqué !

      • Sauf qu’il faut généralement un minimum d’argent disponible pour lancer son entreprise car rares sont ceux qui en vivent dès les premiers mois. Or « ceux qui ont peu de moyens » ont par définition peu de chances d’avoir un matelas de réserve…

        • Faux. Il vous faut plus de hargne quand vous n’avez pas d’argent, sinon il vous faut un bon business plan.
          Le mythe d’avoir un matelas de sécurité a vécu.

        • Si vous avez un bon business plan, vous lèverez des fonds auprès de capitaux risqueurs, d’amis, de banque… non seulement pour acheter vos machines, vos locaux, faire votre pub… mais aussi vous verser un salaire les premières années…
          Un vieux de PWC me disait : de l’argent, il y en a ; de bons projets, beaucoup moins. Si tu montes un bon projet, tu trouveras le budget… Ce n’est pas le budget qui doit dicter ton projet, mais ton projet qui doit dicter ton budget…
          J’ai assez vu des jeunes sans le sou, tout juste diplômé de modestes écoles d’ingénieur…réussir à lever plusieurs centaines de milliers d’euros et se retrouver quelques années plus tard à la tête de florissantes PME-PMI… L’argent qu’ils y avaient investi provenait uniquement d’emprunt !

          • Il est pas prévu une egalite devant les prix du m2 non plus ? Ceux qui payent moins de 2500€ du m2 remboursent les autres?

      • Je ne sais pas si c’est moins risqué mais s’ils ont le talent nécessaire, ils feront fortune et en plus permettront à d’autres personnes de gagner de l’argent.

        • « S’ils ont le talent nécessaire », certes. Mais quelle proportion de jeunes entrepreneurs ont la vision, la lucidité, la ténacité et les capacités de travail et intellectuelles suffisantes pour monter un projet cohérent et le porter? Combien vont se planter pour un qui tirera son épingle du jeu?
          Le taux de réussite est sans doute plus élevé chez certaines catégories socio-professionnelles, mais même les « modestes écoles d’ingénieur » ne sont pas accessibles à tout le monde. Le mythe du jeune kinenveu a vécu, lui aussi. Il demeure l’exception, pas la règle.

          • Le talent n’est pas donné à tout le monde. C’est une évidence. Je n’ai pas dit qu’entreprendre était fait pour tous.
            Mais un entrepreneur qui réussi, c’est un effet de synergie sans commune mesure.
            Quand on pense que les gauchistes sont contre les patrons c’est à n’y rien comprendre.

          • Il faut peut-être distinguer les entrepreneurs en situation de rente de situation en raison d’une demande extrêmement élevée ou d’obligations légales : médecins, notaires ; et ceux qui doivent étudier un marché avant de s’implanter et qui ont un risque beaucoup plus important de se planter.

            Je n’ai rien contre les notaires et les médecins, ils créent aussi beaucoup d’emplois et en cas d’absence de rentabilité (oui ça arrive) ils sont obligés de fermer. Je dis simplement que ces deux professions parmi d’autres peuvent se passer de marketing pour se faire connaître, ce qui est le problème numéro un de la plupart des entrepreneurs.

  3. je suis entièrement d’accord avec le commentaire sur les marchands de rêve qui pullulent sur Internet avec des rêves d’argent facile.
    En revanche un invest dont les fondamentaux sont bons ( localisation, adaptation au marché, …) passera à travers la tempête. Il y a également des nouvelles évolutions de fond. La colocation me parait en être. Après il faut éviter des villes où l’offre pourrait rapidement saturer le marché.

    • charlotte2 says:

      Totalement d’accord avec Loobie, à chacun de se faire son calcul et de réfléchir avant d’acheter : je pense que le poids en terme d’influence des marchands de rèves est largement aussi influant que les articles de Guillaume, qui d’ailleurs ici ne fait que nous prévenir d’in changement de cap au niveau des futures possibilité d’emprunts .

  4. Bonjour

    Suivre le débat

  5. L’immo est marché local.
    Quand les gens comprendront ça on aura fait un grand pas et ça arrêtera de parler de bulle à tout va.

    • Les taux d’emprunts immobilier au ras des pâquerettes, des prix qui ont augmenté exponentiellement depuis 22 ans et j’en passe et ….., ce n’est pas du local cela, même si d’une région/ ville à une autre il peut y avoir des distorsions importantes.
      Mais maintenant si vous pensez que Paris, par exemple n’est pas dans une bulle, personne ne peut rien pour vous ! 🙂 🙂

      • Il y aurait 3 acheteurs pour un vendeur sur Paris en ce moment. Quelle pourrait être leur motivation à plus de 10000€ du mètre?
        Plus value ? Ca devient risqué de se projeter…
        Rendement? Pas la bonne ville!
        Pas d’autres alternatives? si tel est la cas, la tendance risque de se poursuivre…

        • Que voulez-vous dire précisément ? Etes-vous dans le camp des acheteurs ou des vendeurs ?

        • Ni l’ un ni l’autre. J’ai deja des biens donc ils se valorisent. Mais d’ un autre côté je ne peux plus développer mon patrimoine sur Paris…
          Lille ou Marseille ? Les autres villes sont déjà chères aussi.

    • Riche&Célèbre says:

      Je suis d’accord. Il y a des endroits, et ils sont nombreux, où l’immobilier n’est pas en bulle, et où les acheteurs savent encore distinguer entre biens médiocres et logements rationnels.

  6. julien bonnetouche says:

    Ahhhh….Michel, encore une fois, vous ne voyez qu’un des aspects du problème :

    Il y a une dimension affective dans la propriété immobilière, et encore plus pour les RP. Les gens aiment leur « Maison », et bien souvent ils en surestiment le prix.

    Quant à être propriétaire à Paris, c’est un peu comme posséder un objet d’art, quelque chose que tout le monde n’a pas et dont beaucoup rêvent, jusque très loin à l’étranger.

    Paris est une ville mythique, c’est la ville de » l’Amour » pouvez vous entendre à l’autre bout de la planète, dans la bouche de gens qui n’y ont jamais encore mis les pieds mais qui espèrent le faire un jour.
    Il y trouvent du charme.

    Des chinois achètent en France, , ainsi que des australiens ou peut être même des papous… Demandez leur si ils veulent acheter à Angoulême, à Limoges ou même à Nantes ?
    Non il ne veulent que Paris. ( d’ailleurs le reste ils ne connaissent pas)

    Posez vous donc la même question à propos des sacs Vuitton ou Hermès.
    Y a t il bulle sur ces sacs au prétexte que franchement, 10000€ voire 20000€ pour un sac quelle qu’en soit la matière c’est nettement surpayé ? (Le sac à 10000€ valait 10000Francs il y a 20 ans)

    la réponse est devant les magasins qui les vendent en regardant la queue ininterrompue depuis bientôt 40 ans ….Exactement comme pour les appartements parisiens.

    Mais je sais que d’après vous tout va s’effondrer….sauf que si il y a 40 ans ou seulement 20 ans ou même 10 ans au sommet des prix de l’époque, vous aviez acheté à Paris vous auriez surement fais une meilleure plus-value qu’ailleurs.

    Alors demain, on verra !!!

    • Un objet d’art à Paris !!!! Certes mais de vulgaires copies, dont les naïfs propriétaires ne savent pas que cela en est! Ils ne vont pas tarder à s’en rendre compte et quand le sac Vuiton aura perdu 70% ou 80 % de sa valeur, faute d’acheteurs, la queue se sera réduite à peau de chagrin.

      Rappelez-vous Détroit, la ville de toutes les grandeurs, la ville de l’automobile, majestueuse, indestructible, des salaires élevés, de superbes maisons affichant la réussite, la richesse des uns et des autres et ….. tout à coup pshitt, plus que la mousse et la plus grosse catastrophe immobilière de tous les temps.

      Tiens Julien, vous faites dans l’affectif maintenant, vous n’ignorez pas que l’émotion est votre principal adversaire d’investisseur !

      Personnellement, je vous suggère plutôt analyse et rationalité comme le dit si bien ce Monsieur.
      http://www.investimmoclub.com/infographie-7-erreurs-couteuses-investisseur-immo-debutant/

      • https://youtu.be/1IRtRnV92AM michel le luxe a les moyens de se payer les plus grandes stars en tant qu ambassadeurs , et les millenials s y identifiant sont toujours plus nombreux dans tous les pays du monde . Elise lucet avait essayé de montrer les dessous peu reluisant du secteur ci-dessus mais l info n a pas fait de vague . Bon au moins ce sont des entreprises françaises qui ont le monopole mondial et en plus sont aidées par la très grande faiblesse de l euro , c est toujours ça. Et au moins cela ne dérange personne comme l immobilier ou la fin de cycle haussier qui arrive sera salutaire pour le renouveau économique qui s en suivra

  7. Vous connaissez  » Birkin » pas mal pour un papi , néanmoins sachez que plus de la moitié des clients du luxe sont chinois ( donc sujet à un changement d humeur du regime) aussi voilà les bénéficiaires des taux bas , du QE et de l euro bradé aux étrangers. Chaque vérité et bonne a dire mais quand on arrive au bout , on est au bout . Le citoyen local a besoin de retrouver sa place et n a pas besoin des discours des banquiers originaire de sodome . C est la fin , pour vous en tout cas

  8. julien bonnetouche says:

    Bultex,

    la cécité intellectuelle qui vous caractérise, pour cause de gauchisme aggravé, ne vous permet malheureusement pas de ressentir avec objectivité les grandes transformations du monde, et surtout d’en saisir les opportunités.

    Toutes les formes de socialisme mériteraient d’entrer au muséum d’Histoire Naturelle au titre d’espèce en voie de disparition, dont seuls quelques dinosaures persistent dans les rangs de la CGT.

    Les riches seront encore plus riches, c’est, non pas la nouvelle donne, mais l’éternelle donne, et l’État social qui a été le notre depuis la guerre vit ses dernières années à force d’avoir trop tiré dessus.( ce n’est pas pour rien que l’on veut réformer les retraites pour mieux les baisser par nécessité)

    Mais c’est votre aveuglement, hélas partagé par bon nombre de nos concitoyens, qui nous a empêché de nous mettre au diapason du monde. Et de fait il y a longtemps que nous ne sommes plus qu’un point sur la carte du monde économique.

    Et si ce sont les chinois qui achètent des sacs avec les billets de 200€ et 500€ plein les poches ( je les ai vus) c’est tout simplement que le français moyen est devenu pauvre par sa faute et sa propre bêtise, alors que eux c’est le contraire.

    Ainsi va le monde.

  9. Oui les chinois achètent plus de produits de luxe depuis que l euro est bradé avec le communiste draghi qui a dévalué , baisse les taux , lancé le QE dans le but de baisser l euro et spolié les épargnants. Vous faites partie de cette caste qui répugne vous avez mangé votre pain blanc en premier , et comme Alzeimer vous guette vous pensez peut-être avoir la science infuse mais bon si vous n etes pas capable de voir que le changement arrive , n allez pas vous plaindre bientôt il ne fallait pas spéculer sur les habitations et surtout a paris . Vous n etes que le mouton d un autre monde qui vit ces dernières heures

  10. Pour aller plus loin concernant l achat de marque de luxe , le vrai client paiera de manière dématérialisée CB etc… tandis les paiements en cash font l objet de blanchiment, les commerçants, importateurs et restaurateurs étrangers ont trouvé la meilleure façon de faire de l evasion fiscale avec des petites mains et dont le produit exporté sera revendu beaucoup plus cher sur le marché d expedition . Cela vous en bouche un coin julien , la cecite c est pour ceux qui n ouvre pas les yeux !

    • Tiens guillaume un peu de grains à moudre avec une analyse rétrospective de Mr Carlos Ghosn qui a représenté l industrie tricolore !!!

  11. Sur ce la messe est dite , pour 2020 à bas la spéculation immobilière, prospérité à la bourse et à tous les autres secteurs , gloire et richesse à tous les compatriotes , meilleurs vœux, bonne année et bonne santé !

  12. julien bonnetouche says:

    Michel,
    Je dois faire quelques efforts pour répondre à votre argumentaire un peu faible et décousu :

    -je vous remercie pour les conseils, mais je ne pense pas être vraiment débutant en matière d’immobilier parisien.

    – Detroit est difficilement comparable à Paris. Je crois même que la comparaison est incongrue.

    – Et chaque année il « nait » 30 millions de chinois de plus qui justement veulent un (ou plusieurs) sacs, où seule compte la marque, et rien d’autre.

    • Grandeur et décadence, voilà ce que je voulais vous faire sentir en prenant comme exemple Détroit.
      En fait si vous prenez le temps de lire l’histoire de cette ville et la comparez à Paris vous y retrouverez d’étranges similitudes, certes, chacune dans des domaines spécifiques mais avec de la hauteur, pas si différentes en terme de croissance.
      Et puis un jour un (gros). grain de sable s’insère dans cette formidable machine à croissance, ce fut la crise de l’auto pour Détroit et ce sera autre chose pour Paris.

      Il y a 10 ans, juste dans l »après crise, peu de monde de Chine ou d’ailleurs se précipitaient à Détroit pour aller choisir le dernier modèle de sac… heuh de voiture rutilante de Ford ou GM !!!

      • Soleil38 says:

        Comparer Paris à Detroit, qui n’a jamais eu d’autre « intérêt » que l’industrie auto, il fallait oser…
        Michel, vous sous-entendez que Paris n’est donc qu’une ville où on vend des sacs à main hors de prix, c’est bien ça? La tour Eiffel, le tourisme, la centralisation (administrative, économique, financière, etc.), ça vous dit quelque chose?
        Vous seriez crédible si vous parliez du déclin de certaines villes de province, même importantes. Les régions minières ou ne reposant que sur sur une industrie (pour rester dans l’auto, on peut citer Montbéliard, par exemple) sont/ont été en effet vulnérables. Mais, le jour où Paris connaîtra la même descente aux enfers que Detroit, c’est que le reste de la France ne sera qu’un vaste champ de ruines depuis longtemps…

        • Michel 2 says:

          Merci de me prendre pour un débile !

          Vous n’avez semble t-il pas compris le sens de ma comparaison.
          Le sens n’était pas de comparer l’économie/ l’industrie des 2 villes que sont Paris et Détroit qui sont effectivement très différentes (les sacs Vuiton c’était reprendre sur un ton un peu ironique ces objets de luxe cités par Julien qui symbolisent entre autres Paris) mais
          de montrer qu’une ville, serais-ce t-elle capitale, dans le plus haut de sa gloire et sa croissance peut basculer en un rien de temps face à un événement politique, financier, géopolitique ou autre.
          Un exemple, les finances de la ville de Paris, fortement détériorés, pourraient amener les autorités à la mettre sous tutelle, avec comme conséquence une hausse exponentielle de la fiscalité. Ce pourrait être aussi un Franxit ou une sortie de l’Euro, un Beyrout jaune, une crise migratoire ou religieuse, que sais-je encore ?

          • Soleil38 says:

            Ce n’est donc pas moi qui ne ne comprends pas votre comparaison, mais vous qui persistez dans votre thèse dystopique (« une ville peut basculer en un rien de temps », c’est bien de vous, non?).
            Encore une fois, si ça arrive à Paris, que sera-t-il advenu de Lille, Lyon, Marseille ou Bordeaux? Et je ne parle même pas de Besançon, Bourges, Avignon, Le Mans ou Amiens…
            Ce que vous faites semblant de ne pas comprendre, c’est que Paris est en quelque sorte « too big to fail ». C’est le coeur névralgique de la France et il ne peut pas lui arriver grand-chose. Le reste du pays s’écroulera bien avant Paris, vous le savez aussi bien que moi.
            De son côté, Detroit ne représentait « que » l’automobile. Le gouvernement américain a arbitré et décidé qu’il ne valait pas le coup de tout faire pour sauver cette ville. Mais pensez-vous vraiment que la France laisserait tomber Paris?
            Par ailleurs, la hausse de la fiscalité dans la capitale est un vieux serpent de mer. La disparition de la TH va forcément provoquer, à court ou moyen terme, une remise à plat de la TF. Est-ce que, pour autant, les Parisiens vont tous finir SDF et Hidalgo brûlée sur un bûcher? Croyez-vous sérieusement à une « mise sous tutelle » de la ville? Quant à vos autres propositions, je pense que tout le monde saura juger de leur pertinence…
            Bref, je répète que, si Paris finit comme Detroit, 99% des Français auront déjà quitté la France (s’ils sont encore vivants). Évidemment, tout peut arriver et une comète peut même frapper notre capitale de plein fouet la semaine prochaine. Mais j’avoue que je ne mettrais pas une pièce dessus…

            • Michel 2 says:

              Ce n’est pas à Lyon (même si) que les gilets jaunes ou les grévistes ont fait le plus de dégâts, symbole de la capitale oblige!
              De même les finances de Bdx ou Amiens avec seulement 80 000€ de dette, ne se portent pas si mal, me semble t-il.
              Quant au too big, to fail, c’est une question des politiques, il peuvent « lâcher », comme ils l’on fait avec Léman et je suis inquiet pour Deutche Bank, …

              • Soleil38 says:

                Vous avez le droit d’y croire, mais je suis intimement persuadé que, Paris étant Paris, il ne peut rien lui arriver de grave avant que la France entière soit en grand danger. Les Gilets jaunes ont certes causé des dégâts et de lourdes pertes pour les commerçants, mais cela reste un épiphénomène sans conséquences pour la ville. Le tourisme repart d’ailleurs de plus belle… Et, encore une fois, l’endettement de la ville ne sera jamais un problème majeur. Un tour de passe-passe financiaro-politico-fiscal (c’est malheureux mais c’est comme ça) et tout sera réglé… Pour rependre votre exemple, ce sera moins facile à Amiens qui, si la gestion de la ville devient problématique, aura bien moins de branches auxquelles se raccrocher…

                • Michel 2 says:

                  Vous me faites marrer avec votre tour de passe-passe Mélenchoniste !
                  Non la finance, ce n’est pas de la magie. Les dettes, ou on les rembourse, ou on fait faillite et là, il y a pléthore de perdants qui, en général, ne reviennent pas de si tôt.
                  Normalement un bon investisseur patient et intelligent profite du creux pour investir à bon marché.
                  C’est mon conseil, si vous de l’immo à Paris qui plus est ne rapporte 3 fois rien, vendez tant qu’il est temps et rachetez dans le creux de la vague.

                  J’ai pris précédemment l’exemple d’Angoulême ou la mise sous tutelle de la ville suite au piratage de JM Boucheron dans les années 80, coûte encore un max à ses habitants, notamment sous forme de TF.
                  Cela a fait fuir ou délocaliser bon nombre d’entreprises et donc de personnes en recherche/ continuité d’emploi, le marché immobilier a été longtemps amorphe après cet épisode, même s’il a un tantinet repris avec l’arrivée du TGV.

                  • Idem à Toulon après les malversations de la gestion FN des années 90.
                    Mais pour preuve que Paris est robuste elle n’ a pas été pénalisée par la gestion des années Chirac puis des Soces.
                    Que peut-il lui arriver ?
                    Paris est magique !
                    J’ y ai investi et J’ ai du mal à me projeter ailleurs…quite à attendre un creux de marché.

                    • Soleil38 says:

                      Merci, Loobie!
                      Là encore, Michel, vous comparez des choux et des carottes. Angoulême n’est pas Paris, tout comme Detroit n’est pas Paris. Ne soyez pas naïf, vous savez pertinemment que, dans le monde politique, les ennemis d’hier sont les amis de demain (et vice versa). Angoulême ne se serait peut-être pas relevée d’une vague de dizaines de milliers de Gilets jaunes, mais Paris vacille à peine, même après un an de manifs. L’immo continue de coûter encore plus cher.
                      Vous pouvez continuer à croire que notre capitale a des pieds d’argile, mais arrêtez de penser qu’elle n’a pas des soutiens de poids pour lui filer un coup de main, en cas (improbable) de cataclysme qui, je le répète, enverra le reste de la France au fond du trou avant Paris n’ait commencé à glisser…

                    • Michel 2 says:

                      Chirac c’était de la malversation, ce n’était pas la faillite du fait d’une dette incontrôlée et incontrôlable de la socialisterie, bien plus grave !

                    • N’exagérons rien non plus. Paris n’est pas magique, elle est juste la capitale d’un état hypercentralisé, sixième puissance économique mondiale, ce qui lui permet de compter 35% des postes les plus rémunérateurs du pays, la quasi totalité des sièges sociaux d’entreprises de poids, la quasi totalité des hauts fonctionnaires, malgré les tentatives de décentralisation… Ça donne quelques avantages, y compris en termes d’immobilier, même si des zozos du genre Brossat voudraient transformer tous les logements de Paris en logement sociaux.
                      Il y a tout de même des endroits que j’évitais soigneusement, une saleté en nette progression, idem pour la délinquance, … Mais ce n’est pas ça qui fera baisser les prix, tant que, comme vous le disiez, il y a trois acheteurs pour un vendeur.
                      Vous les connaissez.

  13. Bonjour,

    Je me permets de réagir en essayant de remettre en perspective l’article quelque peu déprimé de Guillaume /// vive les fêtes !

    1) Sur la guéguerre de qui sont les grands gagnants de la mondialisation, évidemment ce sont les chinois.

    Ne pas oublier que le capitalisme en caricaturant vise à optimiser la motivation intrinsèque des individus de création de richesse en les mettant en conditions à avancer (par la peur, par l’énergie/la richesse et en évitant les entraves des règles de gestion ou droit).

    A l’inverse notre modèle démocratique « social-libéral » est beaucoup trop structuré surtout par le biais de la dépense publique (les anciens hauts fonctionnaires bâtisseurs devenus régisseurs qui se sont multipliés entre eux)… pour lui permettre d’être dynamique et agile dans un système d’opportunités.

    Donc un système sans doute trop réglementé et ne permettant pas à chacun de s’investir facilement et surtout d’en tirer avantage en restant localisé sur le territoire.

    Les chinois ont pris le meilleur de chaque système par leur système protectionniste-dirigiste, ils régulent leurs marchés externes et internes et ils forcent chacun à se surpasser (sans parler de la destruction de leur écosystème ou des principes de moralité (ne pas voler/tricher)–> passé outre).

    Donc au bout de 30 ans d’effort ils ont gagné le jeu c’était écrit. La richesse crée et accumulée est chez eux maintenant et y restera (donc oui ils pourront acheter des sacs LVMH par milliers ainsi que des appartements sur Paris en faisant augmenter les prix.

    L’europe, quand à elle est sur un trend type japon des 90′ = stagflation, vieillissement population…en bout de course et la politique monétaire de la BCE n’en est que sa caricature.

    L’amérique se recentre aussi sur elle même, et remplace ses banques d’affaires par des mastodontes de la gestion d’actif qui sont encore plus risqués que ces dites Banques liées aux subprimes.

    Et le pire maintenant c’est que les vrais défenseurs du libre échange seront les chinois pleins aux as et pour longtemps en plus !

    2) Je reviens dans notre petit monde lié à comment je fais si je suis un pékin lambda (pas issu d’une lignée ayant un capital culturel et financier important) pour arriver à m’en sortir indépendamment de tout employeur ?

    Ben y a l’effet levier évidemment qui va peut être se rigidifier mais qui restera toujours actif sur l’immobilier.

    Par contre les zones rouges sur lesquelles il faut garder un oeil se multiplient :

    Augmentation du taux de logements vacants ville par ville (on doit arriver à 10% nationalement attention), le marché est local sur l’immobilier donc faire gaffe, inversion du trend.

    Augmentation du nombre de personnes ayant tendance à liquider leurs actifs plutôt qu’à les construire (les papy boomers des années 60′ arrivent aux taquets sur le marché de la revente). Là aussi inversion du trend.

    Stagflation économique donc, la croissance à 1% au taquet ne permettra pas d’absorber tout le marché de l’emploi.

    Fiscalement l’état français a la main trop facile sur l’immobilier justement parce qu’il est fixé au sol !!! c’est lui le pire/

    Après les zones plus ensoleillées on va dire :

    L’optimisation de la surface justement par les coloc de vieux ou de jeunes, airbnb… cela a dopé la renta donc le prix aussi du marché.

    En synthèse pour ma part, clairement faut faire gaffe sur 2020, les nuages sont là, je pense même attendre T4 pour refaire une opération histoire de savoir si le correctif de 15% des prix (hors paris) attendu se réalisera.

    • Enfin un post sensé et centré patrimoine ! Vous avez pas un blog?
      La liquidation de l’immo par les boomer a déjà démarré non? On en voit pas trop les effets. Est-ce que ca changera la donne sur les zones tendues ie Paris et grandes métropoles?
      Passez tous un exellent réveillon et à l’année prochaine!

    • « Et le pire maintenant c’est que les vrais défenseurs du libre échange seront les chinois pleins aux as et pour longtemps en plus ! »

      Banques surendettés, 1/4 déclarées à risque par l’état Chinois.
      Endettement de l’état.
      Endettement des régions.
      Endettement des entreprises a 160%.
      Endettement des ménages à 99%.

      Plans de relance déjà consommés.

      A part dévaluer le yuan encore et encore, il ne leur reste pas grande option.

      Chinois pleins aux as disiez-vous ?

      • Michel 2 says:

        Hé oui, des Chintoks plein aux as …. d’argent virtuel !
        En même temps, les Amerlocs, les Japs, les Ritals, etc. et les Franchies ne sont guère mieux lotis.

  14. julien bonnetouche says:

    Merci à Exta pour sa réflexion sensée (enfin)

    Quelques mots pour développer un peu :

    La France qui était le centre du monde il y a encore 100 ou 150 ans, ce n’est pas si loin, est aujourd’hui reléguée loin dans le classement y compris sur le plan culturel.

    Et les 50 % de français qui soutiennent les grèves des cheminots, font en fait grève par procuration, car ils ne comprennent pas le déclassement qui leur arrive.

    On leur avait expliqué que la France était le pays le plus merveilleux au monde, et ils se réveillent avec la gueule de bois, constatant la rapidité de leur décadence.
    Alors il accusent le Gouvernement, et en même temps ils attendent que l’Etat résolve leur problème.
    En fait ils n’ont rien compris à la mondialisation, qui n’est pas uniquement économique, mais aussi culturelle, avec des enjeux de société différents de ce qu’on leur avait expliqué à l’école.

    On ne leur avait pas dit non plus que ceux qui avaient l’argent détenaient le pouvoir.
    Maintenant ce sont surtout des étrangers chinois et américains.
    ils n’ont même pas conscience du rapport de force, qui concernant par exemple, les seuls américains va bien au delà de la proportionnalité des populations.
    il y a 5/6 fois plus de population aux USA qu’en France, mais surement 20 fois plus de richesse.
    et encore davantage d’influence culturelle.

    Et même devant l’évidence, on trouve encore des « orienteurs d’opinion » pour le nier, et affirmer qu’il y a beaucoup de pauvreté aux Etats Unis.

    La tentation du repli sur soi est forte.

    Elle se traduit notamment par l’achat d’immobilier dans des trous perdus, alors qu’à l’évidence ils feraient mieux d’acheter les actions de sociétés multinationales, surtout américaines.

    Pourtant, à l’évidence aussi, le seul endroit où il est raisonnable d’investir dans de l’Immobilier en France, c’est à Paris tout simplement parce que c’est une « ville monde » et le sera de plus en plus, comme Londres New York…..)

    Et le modèle social que soi disant le monde entier nous envie !!
    c’est d’abord un handicap, maintenant une grande partie de la population dans une médiocrité juste suffisante pour l’inhiber, l’empêcher de réagir sainement, et de se remettre en question.

    Tout cela Macron le sait c’est certain, mais il ne nous le dira pas ce soir ..

    • Pour côtoyer depuis quelques mois dans mon boulot des ingénieurs cégétistes et grévistes, et néanmoins très bons collaborateurs, bosseurs, ne comptant pas leurs heures, etc. j’ai une vision différente de tout ce théâtre.

      Le peuple sent confusément qu’il est en train de se faire entu… Il ne sait pas précisément comment, mais la retraite à points, chère à Piketty, et l’âge pivot sont deux indices importants.

      Ce n’est pas une histoire de déclassement, mais une histoire de contrat social. Travailler pour l’état plutôt que pour une entreprise privée, c’était travailler pour le bien commun plutôt que pour des intérêts privés. Il y a une dimension « romantique » là-dedans, du Victor Hugo et du Zola, état d’esprit renforcé par les nombreux scandales economico-etatiques, depuis les avions renifleurs jusqu’à Alstom donné à GE. Travailler pour l’état c’était aussi renoncer aux heures sup payées, renoncer aux CE des grandes entreprises, aux mutuelles à moitié payées par la boîte, aux salaires 30% plus élevés, en échange d’une retraite peut-être plus favorable (et en fait c’est déjà faux à niveau de formation équivalent).

      Le vrai objet du courroux, c’est le milieu des Delevoye, Minc, Cirelli, Attali et consorts, tous issus des mêmes écoles, godoyant de cabinet ministériel en entreprise d’état, au gré des pantouflages, accumulant retraites, jetons, prébendes, avantages indus, et prétendant encore donner des leçons de probité et de saine gestion à tout le monde. Avec en plus une arrogance de milieu abjecte, celle de la jeunesse dorée de quelques villes connues, celle des quarantenaires qu’on voit se répandre sur les plateaux de télé actuellement à la rescousse de leur gourou, avec un « wording » des « éléments de langage » appris par cœur et répétés ad nauseam. Monter une partie des Français contre l’autre est la seule porte de sortie du gouvernement, et ça marchera. Mais à long terme, personne n’y gagnera.

    • Michel 2 says:

      Paris! Vous confondez Façade et Réalité/ pragmatisme économique ou autrement dit la vie surfaite et la vie réelle.

      Quant à la pauvreté aux USA, c’est, contrairement à ce que vous laissez imaginer, un réel fléau, qui plus est truqué par des calculs avantageux pour l’image que veulent afficher les dirigeants. C’est quand même l’ONU qui le dit.

      https://blogs.mediapart.fr/f-u/blog/151217/l-onu-examine-l-extreme-pauvrete-aux-etats-unis

      Extraits:
      « Le constat est accablant. L’un des pays les plus riches de la planète compte officiellement 41 millions de personnes sous le seuil de pauvreté. Il faudrait évidemment ajouter à ce chiffre plusieurs autres millions étant donné l’arbitraire statistique du seuil de pauvreté. Ceux qui sont légèrement au-dessus du seuil ne sont pas statistiquement considérés « pauvres », mais ils le sont tout autant. Ce qui choque également, c’est qu’un nombre non négligeable de ces personnes vivant dans la pauvreté font partie de cette nouvelle catégorie des « working poors », ou « travailleurs pauvres », dont les rangs ont augmenté ces dernières années. (Les travailleurs pauvres sont des personnes qui sont employés, ou activement à la recherche d’un emploi, 27 semaines ou plus par an, mais dont les revenus tombent sous le seuil de pauvreté ). »

      « Mais ce que le rapporteur spécial vient examiner ici, c’est la pauvreté extrême. La pauvreté dont on ne parle jamais et que l’on a du mal à imaginer, la pauvreté qui est loin de notre esprit lorsque l’on évoque les États-Unis et, par exemple, des élections spéciales en Alabama, ou une soi-disant « réforme » fiscale qui est en pratique un transfert d’argent des plus modestes vers les plus riches.
      L’ONU, par l’intermédiaire de Mr. Alston, s’intéresse ici aux plus pauvres. En particulier, comme il le déclarait avant son voyage, il tient à « se concentrer sur la manière dont la pauvreté affecte les droits civils et politiques des personnes vivant aux États-Unis, étant donné l’emphase constante de ce pays sur l’importance qu’il attache à ces droits dans sa politique étrangère, et étant donné qu’il a ratifié le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ». La pauvreté extrême n’est que la partie la plus choquante de cet iceberg, soit dit en passant. Les sources abondent montrant à quel point les droits civiques et politiques de millions de personnes sont bafoués : meurtres de jeunes noirs par la police, arrestations de personnes immigrantes, privation et déchéance du droit électoral, incarcération abusive, etc. »

      • Les USA, quel Enfer !🤣🤣🤣
        Michel, tout de même, l’ONU ! Non, mais allô quoi 😉.

        Cherchez un peu, vous devriez trouver les mêmes textes directement issus du komintern, du temps des heures de Gloire.

        « Je quitte le pays de l’espoir, et retourne dans les terres du désespoir. […] C’est une torture de revenir au capitalisme. Quand vous avez vu le bolchévisme sur place, il ne peut y avoir aucun doute que le capitalisme est condamné.

        (Annonce faite lors d’un dîner d’adieu à Moscou en 1949)

        Georges Bernard Shaw (1856-1950)

        • Michel 2 says:

          Je ne vois pas trop ce que le komintern vient faire la-dedans !

          Je ne sais si les 41 millions d’individus sont effectivement sous le seuil de pauvreté aux US mais on ne parle pas que des chômeurs, où certains journaux probablement peu sérieux avancent un chiffre de 100 millions, mais bien de tous ceux qui sont en dessous d’un seuil de revenus.
          Ce qui semble sûr en revanche, c’est que bon nombre de retraités américains et ce d’autant plus depuis la dernière crise de 2008/2009, ont été obligés de reprendre le travail, souvent des petits boulots mal payé, à des âges dépassant 70 voire 80 ans, juste pour être un peu moins pauvres, mais pauvres quand même.

          • Vous citez Alston. Renseignez-vous un peu sur le personnage. Plus proche de Merluchon que d’un libéral, le monsieur.

  15. Sur le papier la formule est belle , mais en réalité être juge et partie ne laisse que peut de doutes . Paris est aimée sur le plan touristique c est vrai mais pour être lucide les investisseurs asiatiques se tournent plutôt vers d autres destinations malgré l euro très bon marché au taux de change actuelle . Ceci pour la simple et bonne raison qu ils entrevoient avec la plus grande clairvoyance de ce qui se passe en france , la révolution culturelle arrive et a grand pas , donc les vendeurs de rêves et de légende peuvent se rendormir, la fête est finie . D autant plus que les taux bas seront compensées un jour ou l autre par de la taxation non delocalisable , le revers de la médaille est très proche , pour paris c est la nationalisation de la taxe foncière et l indexation sur la valeur qui va faire très très mal puisque actuellement sous-évalué au plancher mais à mettre en comparaison avec des propriétaires qui paient 2000E pour un bien estimé à 150KE . Il n y aura plus d echapatoires SCI , LMP et j en passe . PARIS c est bien mais pas a ce prix là pour ceux qui sont clairvoyants . Le retour aux fondamentaux est proche .

    • Cette façon de voir Paris me semble bien plus clairvoyante que celle de Julien, mais ce n’est l’avis que d’un pauvre péquin qui ne connait pas bien Paris.

      La « taxation non délocalisable » comme vous dites est d’autant plus crédible que Paris est au bord de la faillite Hidalgoienne !
      Le bilan de l’après élections de mars prochain sera probablement très chaud, notamment si Madame est écartée.

      https://www.contrepoints.org/2019/08/16/351524-hidalgo-a-ruine-paris

      Extraits pour les chinois en manque de sacs Vuiton à 10 k€ 🙂 🙂

      « La lutte contre les nuisibles (notamment les rats) ne semble guère porter ses fruits : les riverains des parcs inondent internet de vidéos pas toujours amusantes où des groupes de rongeurs s’égaillent joyeusement à la recherche de nourriture ; sur la promenade Barbès-Chapelle-Stalingrad, les rats grouillent…. »

      « C’est là que les travaux de l’IFRAP éclairent la situation : il apparaît que pour la seule année 2018, les dépenses de la Ville atteignent la coquette somme de 9,4 milliards d’euros, dont 7,8 milliards de dépenses de fonctionnement (en hausse de 35 % depuis 2010). Or, les plus importants coûts de fonctionnement sont les charges du personnel ce qui est logique puisqu’en l’espace de 20 ans, le nombre d’agents employés par la ville est passé de 40 300 à 52 000, pendant que la population, elle, diminue depuis le début des années 2010, permettant à Paris de compter un agent pour 43 habitants. Par comparaison, Rome n’en compte qu’un pour 95 et Londres un pour 107. À ce constat effarant s’ajoute celui des primes, avantages et indemnités qui ont augmenté de 7 % entre 2007 et 2015. »……………………..

      • Et oui mais si la gauche est passée à Paris c’ est que les habitants en avaient marre des ripoux de la municipalité précédente. Électeurs fantômes, employés fictifs, appartements friends&family. Au moins de ce côté là ils sont cleans.
        Les parisiens jugeront en Mars!

        • Michel 2 says:

          En termes de ripoux, tous dans le même panier, gauche, droite, centre, exgtrêmes, ….

          • Un peu facile la vieille rangaine du tous pourri quand ça vous arrange…
            Ça serait bien d’étayer un peu pour maintenir un certain niveau sur ce forum.
            L’ Ifrap n’ a pas chiffré le coût des malversations financières des précédentes mandatures ?

            • Michel 2 says:

              OUVREZ les yeux, la planète entière (ou quasi) est gangrenée par la corruption, les abus de pouvoirs ou de biens.
              Liban, Argentine, Algérie, Venezuela, Iran, Russie, Chili, etc. etc sont en révolte plus ou moins violente et s’en prennent à leurs politiques qui s’en sont mis plein les fouilles!
              La France joue plus subtil, certes, mais les scandales [ceux DECOUVERTS mais il y a tous les autres] sont pléthore et si vous y ajoutez les actions d’influence, une très grande majorité des élites est effectivement touchée de gauche comme de droite ou d’ailleurs.

              Ce sondage en dit long sur la situation:

              « Ethique flageolante. Oui, estiment 37% des sondés, pots-de-vin et abus de pouvoir sont monnaie courante parmi les policiers. Idem chez les douaniers (33%) et dans les services judiciaires (29%). Impitoyables, ils sont plus de 70% à juger gangrenées les institutions nationales, régionales et locales. Les élus nationaux? Tous pourris, ou presque (70%). Les responsables régionaux s’en tirent un peu mieux (53%).  »

              C’est édifiant tout de même !

            • Yann le rouge qui se vote une augmentation des aides dont il bénéficie pour son appart parisien sur la butte Montmartre, c’est normal ? Tandis qu’il s’achète un petit appartement à Calvi avec ce qu’il évite de payer à Paris ?

              Déjà, moi, un coco qui vit dans l’un des quartiers verdoyants les plus riches et « bobo » de la capitale où le mètre carré tourne entre 12 et 15.000 euros, entre galeries d’art, bistros et restaurants branchés qu’il fréquente assidûment et dont il vante souvent les mérites sur facebook, ça me défrise la moustache.

              Pour la « mixité sociale » dont il souhaite ardemment l’expérience pour les autres, les méchants riches du 6eme ou du 16eme, il lui faut quitter son havre de paix et descendre à la Goutte d’Or retrouver cette ambiance « populaire » (traduction en novlangue de choses que l’on ne peut pas dire) dont la rue Dejean est un exemple emblématique.

              N’oublions pas que le grand-père de Ian Brossat était un espion du KGB, et que ses parents militaient à la LCR, forcément ça laisse des traces…

        • Lol. Pour trafiquer en France, mieux vaut être de gauche, on bénéficie de la mansuétude de pas mal de juges : on attend par exemple toujours la mise en examen de Guérini. Ou, dans un autre domaine, on attend toujours que la justice se penche sur le marché dont a bénéficié la femme de Ferrand, quand il était à la tête de la mutuelle de Bretagne.

          Non, la gauche est passée à Paris par basculement sociétal, les classes moyennes votant à droite étant de moins en moins nombreuses, remplacées peu à peu par les bobos, qui votent à gauche par honte du fric gagné par leurs parents.

          • Par honte du fric ou par rejet de ripoux depassé par les changements sociétaux ?
            En 2000 Delanoë assumait publiquement son homosexualite coupant l’herbe sous le pied de ses detracteurs. Pendant ce temps là Panafieu se positionnait contre le PACS…Y suffisait pas de faire du roller pour compenser.😁

            • Vous êtes sans doute dans le vrai, mais ça ne dure qu’un temps, la cohésion des minorités. Au bout d’un moment, les intérêts divergent. Chacun finit par retrouver ses vieux réflexes de classe.

              • C’ est sûr mais de l’ autre côté les majoritaires se divisent et se neutralisent en baronnies !
                C’est ce qui fait qu’ Hidalgo va probablement l’ emporter à Paris non par adhésion mais par défaut en profitant justement des divisions !
                Spiderman va retourner danser le jerk en Essone , son rival se recaser chez Blackrock et Dati aura sa mairie du 7ème. .

  16. @Bultex,
    Comment vous intégrez la densité de population spécifique à Paris qui justifie en partie le niveau de la TF ? Et la présence des sièges sociaux et touristes qui sont autant de sources de revenus pour la ville ?
    Une ville qui ne dispose pas de ces revenus n’ a que la TF pour son budget d’ où les écarts.

  17. @ pour une situation juste et équitable le projet et justement d integrer une égalité nationale devant la TF . D ailleurs on l appelera certainement différemment, mais le surplus généré financera les lacunes de la TH et peut-être plus . Ceci explique cela pour une égalité devant cette taxe , mais si on investit à paris pour sa retraite il vaut mieux avoir le barème pour calculer la décote.

    • Je ne bois pas en quoi nationaliser la taxe foncière la rendra juste et équitable.

      Elle la rendra plus chère. Peut-être est-ce le sens de juste et équitable pour vous ?

  18. il y a donc la une très forte marge de manœuvre , et si l on compare à des villes de standing comme NewYork comme l on aime le faire ici , ( property TAX )actuellement le parisien paye des cacahuètes , d ou la bulle actuelle couplé aux taux bas . Comme les chinois regardent sur le très long terme avec par exemple la route de la soie , il est inquiétant de voir le français avec sa courte vue et sa prise inconsciente sur la pierre parisienne

    • Vous savez, taxe foncière ou pas, de toute façon, vous n’aurez pas les moyens d’acheter à Paris. Car si le Français à la courte vue est obligé de vendre, il vendra à un étranger à la courte vue, pas à vous qui avez la vue longue.

      • Si vous avez du mal à comprendre que la taxe foncière est une variable d ajustement , la classe moyenne en province qui paie jusqu’à a 1000% plus cher ( par rapport à la valeur)pour moins de service l a déjà très bien compris . Je dis juste que ceci arrivera sur la table plus tôt qu on ne le croit , c est une évidence pour les finances publiques. En plus ceci correspond à notre devise nationale pour l anecdote !!! Le duplex que j occupe actuellement dans ma fonction me convient parfaitement et je ne cherche certainement pas à acheter en fin de cycle , c est pourquoi mon point de vue est d une indépendance totale par rapport aux vendeurs de rêves ici présent !!

        • Bof, vous ne démontrez rien.
          Des variables d’ajustement, il y en a pléthore, dire que la TF va augmenter pour compenser la TH, c’est enfoncer des portes ouvertes, ça a, d’ailleurs, déjà commencé par des augmentations de la base imposable (valeur cadastrale), dans quelques départements.

          Le taux d’imposition, lui, reste voté par les collectivités locales, les communes essentiellement, et ça ne va pas changer d’ici deux ans, le temps d’élaboration d’une telle loi, et son vote à la veille des élections 2022, étant fortement improbable.

          Simplement pour le fun, je pourrais ajouter qu’une évolution pourrait être de prendre en compte la pollution dans la valeur cadastrale. Et comme chacun sait, c’est dans les grandes villes qu’on a le plus de pollution. Dès lors, la valeur cadastrale ne peut y être que moins élevée qu’à la campagne.

          • Le système des impôts sur la propriété va être refondu totalement , en province il baissera aussi la ou c est sur évalué. Mais bon après, chacun aime voir midi à sa porte .

            • Lol.
              En « province », comme vous dites, elle augmente, elle ne baisse pas. Demandez à l’UNPI ce qu’elle en pense, par exemple.

              En 10 ans, la TF a augmenté de 35% sur le territoire, Paris enregistre la plus forte hausse avec +81% en 10 ans. En tête du classement, on retrouve également Nantes qui affiche +55% depuis 2008, Nice et Saint-Denis avec +52% et Clermont-Ferrand avec + 43%.

              Quant à la réforme de la taxe foncière, elle ne sera effective qu’à partir de 2026, selon le projet de budget 2020 et ses effets seront très progressifs. Et d’ici là, bien de l’eau aura coulé sous les ponts.

    • Et donc grâce à la property taxe les prix sont bien moins élevés à New York qu’à Paris, surtout en bordure de Central Park.

  19. Badtimes says:

    Super on est en 2020 et on va donc savoir en « live » ce qu’il va se passer sur le marché immobilier!
    Si les gens n ´achètent plus les prix vont baisser, mais dans les zones tendues il faudra bien qu’ils se logent, donc les investisseurs pourront louer et leur rentabilité s’améliorera automatiquement.
    Où est donc le problème ? Dans les zones non porteuses: avec toutes les cartes et les statistiques dont on dispose aujourd’hui ( fournies également régulièrement ici par Guillaume) celui qui investit dans les déserts économiques n’aura que s’en prendre qu’à lui même s’il n’arrive plus à rembourser son prêt.
    Pour Paris, n’en déplaise à Michel je suis sur la même ligne que Julien: j’ai vécu à Londres puis à Paris et les capitales seront toujours différentes du reste du territoire par leur niveau d’attractivité. Et même s’il y a des soubressauts sur les prix à certaines périodes le trend restera toujours haussier ou stable dans le pire des cas
    Mais attendons le 31 décembre 2020 pour déterminer les gagnants et les perdants, d’ici là bonne et heureuse années à tous les lecteurs de ce blog et à son auteur.

    • Michel 2 says:

      Verrons bien !!!
      Dans l’attente, Bonne et Heureuse Année à tous les débatteurs, investisseurs et contributeurs de ce blog et merci à Guillaume de savoir maintenir des sujets d’actualité et non consensuels, ceux qui animent le plus les débats.

      Amitiés à tous.

    • Bultex a la solution : il faut une égalité nationale. Donc reporter dans les zones économiques défavorisées tous les emplois des riches parisiens. Pour ça, c’est simple, il suffit de taxer les entreprises jusqu’à ce qu’elles quittent Paris. En plus ça libérera des bureaux qu’on pourra transformer, au choix, en logements ou en parcelles agricoles partagées et solidaires. Pour les récalcitrants, on les enverra au goulag, en Seine-Saint-Denis.

    • « Super on est en 2020 et on va donc savoir en « live » ce qu’il va se passer sur le marché immobilier! »

      Pas grand chose de neuf.

      Les prix vont continuer à augmenter en zones tendues, par manque d’offre ou parce que les coûts de construction du neuf augmentent, et ça va continuer à baisser ailleurs.

      Le nb de transactions va légèrement baisser dans le neuf, puisque le nb de permis accordés a diminué, et dans l’ancien, pour cause de légère restriction du crédit et des cadeaux fiscaux (En 2020, la fin du PTZ en zones B2 et C va impacter le budget des acquéreurs modestes). Dit en language banquier : les conditions de financement resteront excellentes mais ne suffiront plus à compenser l’augmentation des prix.

      Ces derniers ne baisseront qu’en cas de hausse des taux, laquelle reste bien improbable au moins pour les douze mois qui viennent.

      Bref, atterrissage en douceur, jusqu’à fin 2021, qui devrait voir la fin de quelques aides à la pierre, ce qui ne manquerait pas d’avoir un impact négatif sur les ventes.

      • Michel 2 says:

        Super, on est en 2020, le Donald vient de déclarer la guerre à l’Iran après avoir humilié ce peuple avec ce blocus autoritaire(et justifié ???), juste pour asseoir son pouvoir et en corollaire sa réélection.
        Le détroit d’Ormuz et plus globalement le moyen orient vont s’enflammer, le pétrole va s’envoler pour les autres notamment, les US étant désormais indépendants sur ce créneau, les bombes et attentats vont se multiplier sur l’Irak et plus précisément sur les intérêts des occidentaux avec la question essentielle: est-ce que les Iraniens vont éviter d’attaquer de front les amerloques ? ,
        la bourse et la croissance mondiale vont chuter précipitamment. Les peuples Iraniens et Irakiens, après s’être fait la guerre, vont se rapprocher et s’unir contre les satans occidentaux et là l’imagination de chacun écrit la suite de l’histoire …..

  20. Bonne année à tous !
    On parle beaucoup des chinois en vainqueur de la mondialisation achetant à tout va immo et sac Vuitton.
    Hier soir j’étais sur les champs. Très peu de Français. Que des touristes et un max d’ Indiens. Beaucoup plus que les chinois.
    Ce sont peut etre eux d’ ailleurs qui tireront les marrons du feu de l’ affrontement US Chine.
    Bref la demande pour l’ immo parisien n’ est pas prête de se tarir…

    • « Que des touristes et un max d’ Indiens. »
      C’étaient pas plutôt les pakis vendeurs de tour Eiffel ? 😃

      • Et non ! Ils ne vendaient pas des roses non plus ! Comme quoi le monde change. Ça vous en bouche un coin hein!

        • « Il faut que tout change pour que rien ne change » (Le guépard).

          L’Inde était le « pays » le plus riche et puissant dans sa zone d’influence au XVIIe siècle, avant l’essor de l’Occident.

          Attention, en parlant de changement, vous donnez du grain à moudre à ceux qui voient l’immobilier à Paris mordre la poussière.

          PS : vos « indiens » étaient peut-être des anglais en goguette à Paris ? Ils aiment bien ça, nos amis britanniques, comme se marier dans le sud de l’Italie ou à Malte, où aller se bourrer en Espagne.

          PS2 : il n’y a pas grand chose qui me bouche un coin, à part quelques capacités de l’être humain, comme la naïveté insondable dans certains domaines, la capacité d’oubli, la propension à prendre ses désirs pour la réalité, et autres petites choses qui font qu’on se marre tout de même bien année après année sur cette bonne vieille Terre ou chaque génération croit qu’elle a été précédée par un ramassis d’imbéciles.

          PS3 : j’apprécie les clichés et le second degré, il faudra vous y faire.

          PS4 : vous avez raison, les pakis vendent des roses. Les Tour Eiffel, c’est chasse gardée des Sénégalais.

          • J’ y ai pensé mais avec les grèves ça doit être plus facile d’ arriver en France de New Dehli par avion que depuis Londres en Eurostar vu les grèves.
            Pour l’ immo à Paris ça va faire une clientèle de plus après ricains, européens, chinois, russes…
            Et ils acheterons des roses aux petits blancs réduits à la misère après la casse sociale du Macron.

            • Je ne vois guère de petit blanc réduit à la misère à Paris. La misère blanche, c’est plutôt dans les campagnes, et encore, il s’agit plutôt de pauvreté, qu’il ne faut pas confondre avec la misère.

              • C’est un cliché cher ami pour illustrer la bascule opérée par la mondialisation.
                Ceci dit avec la paupérisation et la précarisation que vont generer les lois Macron on va voir de plus en plus de gens obligés de cumuler les petits boulots, ce qui parlent anglais pourront faire visiter Paris en pedalant dans les rickshaw. Les asiatiques ne seront pas dépaysés !

                • Là, je suis d’accord avec vous. On voit d’ailleurs déjà des rickshaw à Paris, du côté du pont Alexandre III par exemple. Mais ce sont des étudiants qui les montent, pas des retraités, et derrière les rickshaw il y a une start-up qui croit avoir trouvé un bon créneau.

                  Je ne crois pas que la mondialisation ait opéré une bascule. La classe ouvrière de quelques pays occidentaux à forte protection sociale a payé cher le transfert de production dans les PVD et en Europe de l’ouest, en plus, a subi la guerre économique menée par l’Allemagne aux autres pays de l’UE. Mais je ne vois pas de bascule. Même en France, pays le moins compétitif qui soit, le chômage finit par baisser, c’est dire !

                  Qu’il y ait des millionnaires en Chine ou en Inde n’implique pas qu’il y en ait moins en Europe. A vrai dire, la richesse a augmenté partout, et l’extrême pauvreté a reculé partout.

                  Que Venise où Paris soient envahis de Chinois et d’Indiens à la place des Américains et des Allemands demande juste un peu d’adaptation, mais ne change pas fondamentalement les choses.

      • Crise et opportunités says:

        Profil type de la péripatéticienne parisienne qui va connaître le scénario des années 90 avec en plus de ce qu on sait déjà , le choc pétrolier qui arrive . C est peut être bien pour ça que les agences sont vides et harcèlent la clientèle avec des ristournes !!!

  21. julien bonnetouche says:

    Bonjour et Bonne Année à tous,

    Ceux qui pensent que le prix du m2 parisien va s’ajuster mécaniquement et proportionnellement en fonction d’une possible augmentation de la taxe foncière en remplacement de la TH (d’abord il faudra voir combien), ne peuvent être que fonctionnaires à la Mairie de Paris ou au ministère des finances.
    En effet il n’y a plus guère que dans ces endroits là que l’on trouve des gens au prisme suffisamment étroit pour croire que tout est affaire de cuisine fiscale dirigiste.

  22. Bonne année says:

    Bonne touche/ bultx Encore un peu d animation svp . Bonne année

  23. Riche&Célèbre says:

    Bulle ta vie ! Bonne année à tous.

  24. Enchères inversées says:

    Donc les taux bas sont un cadeau déguisé à l état et aux collectivités ( plus de transactions) puis aux vendeurs . En y regardant à deux fois , foncer tête la première et garantissez la rente future de l état !! Où faites marcher vos neurones individuellement et sans le conditionnement psychologique traditionnel et médiatique à grands renforts hebdomadaires !!!

    • Michel 2 says:

      « Où faites marcher vos neurones individuellement et sans le conditionnement psychologique traditionnel et médiatique à grands renforts hebdomadaires !!! »

      Soyez un peu plus précis !
      Comment les faites vous marcher vos connexions neuronales, vous ?

  25. Julien bonnetouche says:

    Mais non michel les iraniens vont en rester là. Ce qu’il y a de bien avec les nouvelles armes, c’est que l’on peut viser directement les QG et les généraux au lieu de faire s’entretuer les soldats. Je pense que cela change l’état d’esprit des « chefs » c’est peut-être aussi dissuasif que l’arme nucléaire.👁

    • Michel 2 says:

      Les Iraniens peut-être ?
      Mais le Hezbollah et les Ayatollahs, certainement pas qu’ils vont en rester là!
      Même si la raison du plus fort est sans doute (au début) la meilleure, il n’est de pire des vengeance que celle liée à l’humiliation.

      Et là les dirigeants iraniens viennent de subir la deuxième humiliation, l’attaque et la mort de son principal influenceur / va t »en guerre après celle du blocus vécu du pays injustement.
      Ces gens sont près à subir des pertes importantes mais ne renoncerons pas à se venger, même si cette vengeance n’en demeure que symbolique vu de l’occident.
      Ils ont ce « devoir » envers leur peuple, pour la partie fanatisée à minima.

      • « il n’est de pire des vengeance que celle liée à l’humiliation. »

        L’humiliation de la prise d’otage de 52 américains à l’ambassade de Téhéran de 1979 à 1981 ?

        L’humiliation des attentats perpétrés sur le sol Français, la Rue de Rennes, en 1986, ou l’attentat déjoué à temps en 2018 à Villepinte ?

        Les humiliations continues des pays démocratiques occidentaux obligés de laisser agir les mollahs sous peine de voir ces attentats se multiplier sur leur territoire ?

        https://cf2r.org/actualite/le-soutien-de-l-iran-au-terrorisme-international/

  26. Et puis en Iran même, au sein du pouvoir, beaucoup se réjouissent de l’élimination d’un concurrent pour être calife à la place du calife.

  27. julien bonnetouche says:

    Michel,
    les dirigeants des tous ces pays ne sont certainement pas plus « croyants » que vous ou moi.
    Ils utilisent la crédulité et le fanatisme de leurs populations pour parvenir à leur fins politiques et de pouvoir.
    Mais une chose est sure tous ces »orientaux  » ne comprennent qu’une chose : la force.
    C’est pourquoi Trump a cent fois raison de les bombarder  » sélectivement ». c’est ce qu’il y a de mieux pour les calmer !!!

    • Michel 2 says:

      Sur le premier point on est complètement d’accord et je suis même à vrai dire surpris que vous pensiez cela tellement l’idée de la domination religieuse est encrée dans les esprits même chez les occidentaux.

      Sur la deuxième assertion, je ne suis pas convaincu, au moins dans la première phase belliqueuse, que la force de Trump et autres suffise à les « calmer » mais au contraire, je pense que cela les remotive pour à la fois ressouder le peuple (qui semble en avoir bien besoin) et envoyer de la chair à canon, le peuple devient ainsi martyr et cela « choque » la communauté internationale et mine l’image occidentale, l’Amérique en premier. (perte sur la guerre du front mais gain sur celle de l’image).

      • Badtimes says:

        Michel, souvenez vous quand les US ont bombardé Kadhafi chez lui dans les années 80, ça l’avait calmé !!!

        • Michel 2 says:

          Khadafi, sauf erreur n’était pas un « fou de dieu » ! seulement un mégalo.

          • Badtimes says:

            Qu’il soit de Dieu ou tout seul ça ne change rien il reste fou…….ce qui changera sera de savoir si il y en a un plus fou que l’autre au point d’appuyer sur le bouton marqué : WAR

      • Je crois que les mollahs se sont mis dans la panade tous seuls. Le très anti américain Trudeau va devoir faire profil bas et mettre ses pas dans ceux de Trump.

    • Ça dépend de quels orientaux vous parlez, Afghanistan, Vietnam, Corée ça n’ a pas trop réussi aux occidentaux…

  28. Pour les deux premiers : la Corée du Sud a été sauvée, et fait désormais partie du monde civilisé. La Corée du Nord est hors jeu.

    Le Vietnam fut plus meurtrier pour les Américains, quoique leurs pertes furent moindres que celles des adversaires dans un rapport de 1 à 10. Le 30 avril 1975, le camp soviétique prend Saigon et gagne la guerre du Vietnam. Néanmoins, ce fut une victoire de courte durée pour les soviétiques. 1979-1989 : guerre en Afghanistan. 1989-1991 : chute de l’empire soviétique.

    Reste l’Afghanistan. L’objectif affiché, éliminer Ben Laden, a été atteint. Le reste est plus complexe. Les Américains, russes et chinois se fichent bien de savoir qui gouverne en Afghanistan, que ce soient les tadjiks « vainqueurs » des Russes ou les talibans pachtounes, tant qu’ils peuvent contrôler la zone. Au demeurant, les talibans sont plus nationalistes qu’ils ne sont islamistes, contrairement à l’idée qu’on s’en fait, et si leur vision du monde reste marquée par le patriarcat et la ruralité, ils n’hésitent pas à jouer le jeu de l’éducation de tous, y compris les filles. Qui restent mariées de gré ou de force avant 18 ans pour 1/3 d’entre elles, il ne faut pas non plus exagérer 🙄

  29. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Sous le vocable « orientaux », j’évoquais ce qui fut la sphère de prédilection des peintres orientalistes du 19eme siècle.

    C’est une zone qui va du proche orient à l’Afrique du nord. En gros ce sont les arabes + les iraniens, et auxquels on peut rajouter les turcs.

    Le dénominateur commun de ces régimes politiques, est la prééminence d’un islam plutôt radical, dans le cadre d’une gouvernance dictatoriale, seule solution efficace pour contrôler plus ou moins les luttes tribales.

    Car Tribus et sectes religieuses obscurantistes ( wahhabites, sunnites, chiites, salafistes… en fait il y en a des dizaines) tissent la trame sociale de ces régions.

    Par exemple en Algérie, vous avez régulièrement chaque année et depuis des décennies, des affrontements meurtriers entre mozabites arabes de Ghardaia, et les berbères de la villes voisine distante de quelques Kms.

    Pour ces population, l’affrontement héréditaire et la violence sont une forme de dialogue social naturel, évidemment incompréhensible pour nos esprits occidentaux.

    C’est pourquoi le plus pertinent est de leur expliquer les choses dans une langue qu’ils comprennent relativement bien.

    Une bombe au milieu de camp militaire en est donc bien plus efficace qu’un discours de raison !!!

  30. Je ferai exception des Turcs quand même. Régime nationaliste historiquement laïque ( même s’il s’est islamisé récemment) ayant accordé le droit de vote aux femmes dès les années 20 ( du 20ème siècle).
    Mais sinon que pensez-vous des prévisions 2020?
    Bourse/Immo : poursuite de la hausse ou baisse/stabilité/krach?
    Le petit accrochage US/IRAN de début d’année n’a pas eu trop d’impact sur les marchés.

  31. julien bonnetouche says:

    Loobie,

    Les turc ont été laïques pendant un temps, avec Ataturk, mais c’est une parenthèse de l’Histoire.
    On voit que les traditions du sultanat reprennent vite le dessus. (Et l’islam également)
    Là aussi vous avez des guerres permanentes avec les kurdes.

    J’ai développé longuement il y a quelques jours mon point de vue sur la bourse en 2020 dans l’article de Guillaume :

    https://www.leblogpatrimoine.com/bourse/quel-niveau-pour-le-cac40-au-31-12-2020-quel-scenario-pour-la-bourse-en-2020.html

  32. Il y a d’ailleurs un pari en cours, loobie, avec champagne pour le vainqueur.

    Certains joueurs compulsifs se sont même laissé aller à parler de restau.

    Je vous conseille également l’excellent billet de Maxime Godon sur les CLN : https://www.leblogpatrimoine.com/assurance-vie/le-credit-linked-note-cln-une-alternative-a-lassurance-vie-en-fonds-euros.html#comment-690176

  33. Que pensez-vous de cette nouvelle règle qu’on impose aux propriétaires bailleurs ?

    Paris, le 14 janvier 2020

    Séquestration du dépôt de garantie : c’est non !

    La mission confiée par le Premier Ministre au député Mickael NOGAL avait pour ambition de développer des rapports équilibrés et conformes à l’intérêt général du parc locatif privé. L’objectif est totalement manqué ! Dommage pour les relations locatives.

    La confiscation du dépôt de garantie versé par le locataire à un « tiers de confiance » ne figure d’ailleurs pas dans la lettre de mission du Premier Ministre, qui recherchait à ce qu’ « un nouvel élan dans la mise sur le marché de logements locatifs privés rassure les bailleurs privés ».

    Dans la revue 25 Millions de Propriétaires, une enquête menée fin 2019 auprès d’un échantillon de 15 000 propriétaires bailleurs dégageait une opposition claire de 95%. Les propriétaires sont très attachés au dépôt de garantie dans la gestion locative. Ecoutons-les et laissons-leur la liberté de choix.

    Au-delà de la confiscation du dépôt de garantie qui pose de nombreux problèmes juridiques et financiers, l’objectif de ce projet est bien de forcer les bailleurs particuliers à faire gérer leurs logements par un administrateur de biens. De facto, les propriétaires se verront contraints de souscrire une nouvelle assurance obligatoire prévue par le « mandat de gestion unique » au coût inconnu. C’est inacceptable !

    Christophe Demerson
    Président de l’UNPI

    Pensez-vous que cela puisse avoir une influence sur le marché de la location ?

    • S’il n’y avait que ça! ….s’ils continuent ils devront tout simplement nationaliser (au prix du marché bien sûr) comme ça ils s’en occuperont et verront ce que c’est que de gérer des locataires. A ce moment là je deviendrai locataire moi même…pour me venger😜😜

    • Il faudrait éditer l’article en entier pour comprendre la démarche du député Nogal.

      https://www.capital.fr/immobilier/immobilier-les-mesures-chocs-dune-loi-qui-veut-securiser-les-bailleurs-et-les-locataires-1359589

      Il y a dans cette réflexion, me semble t-il, quelques bonnes choses qui vont dans la bonne direction, notamment celles qui hantent les bailleurs: les impayés, la dégradation et la vacance locative.

      • Pourquoi obliger les bailleurs à passer par un tiers. Pourquoi tout simplement ne pas faciliter la vie des bailleurs ? Bon, tant qu’il y aura des candidats, ils auraient bien tort de se priver de presser le citron

        • Il semblerait que le problème ne se pose pas comme cela.
          Vous aurez le choix de gérer seul mais les problèmes d’impayés, dégradations, etc. demeureront comme aujourd’hui ou « d’acheter » votre sécurité,
          Tout comme vous vous assurez ou pas sur les accidents de la vie.

          C’est un état d’esprit et quand vous avez subi dégâts ou impayés une fois sans pouvoir vous débarrassez de votre locataire avant un an au moins, vous n’hésitez plus.

  34. Mais il y a toujours des candidats :
    « En 2019, plus d’un achat sur 4 (27,2%) est dédié à l’investissement locatif au sein de notre réseau. C’est du jamais vu ! », clame fièrement Laurent Vimont, le président de Century 21. A Paris, c’est un acheteur sur trois qui souhaite devenir propriétaire pour louer dans la foulée, d’après les données du réseau. « L’encadrement des loyers n’a eu aucun impact. Dans une ville où l’on construit moins de 400 logements par an, ils savent qu’in fine, ils repartiront avec une plus-value extrêmement importante. »

    Un contexte propice à l’investissement locatif

    L’ensemble des professionnels partagent cette euphorie, qu’il s’agisse de L’Adresse ou encore d’Orpi : « Ce sont les taux d’intérêt qui font venir les investisseurs », analyse Christine Fumagalli, patronne du réseau Orpi. « Les légères remontées constatées en fin d’année vont probablement se poursuivre en 2020, mais elles n’auront aucun impact sur cette clientèle. Prenez une ville étudiante comme Lille. En achetant un 25 m², un investisseur avec un prêt sans apport à 1% sur 20 ans paie des mensualités de remboursement de 330 €. Or, il peut dans cette ville fixer le montant de son loyer à 430 €. Il gagne ainsi 100 €, tout en se constituant un patrimoine et sans mobiliser son épargne personnelle. »

    C’est qu’en cette période de remise en question des modalités de départ à la retraite, l’immobilier rassure les Français qui souhaitent s’éviter des dépenses liées au logement pour leurs vieux jours. De plus, comme l’assure Jean Marc Torrollion, président de la Fédération nationale des agents immobiliers, « la pierre demeure, plus que jamais le meilleur investissement. Même dans les villes où les prix montent en flèche, les rendements locatifs demeurent attractifs avec des taux d’autant plus appréciables que, si l’on considère les placements préférés des Français, le livret A affiche un taux de rendement de 0,75% et les fonds en euros des contrats d’assurance vie affichaient 1,83% en 2018, chiffre qui devrait s’inscrire en baisse en 2019 ».

    Nouvelle catégorie d’acheteurs

    La situation profite tout particulièrement à une nouvelle catégorie d’acheteurs : les locataires situés en zone tendue. « Ce sont des trentenaires qui ne peuvent pas devenir propriétaire de leur bien dans des villes comme Paris ou Lyon car le prix d’achat y est trop élevé. Plutôt que de s’éloigner, ils préfèrent se tourner vers un investissement stratégique », observe Brice Cardi, président du réseau l’Adresse. Comprenez une petite surface, dans une ville où les prix sont encore bas, mais où le marché locatif est des plus dynamiques, comme Angers. « D’autres visent des communes qui seront bientôt traversées par le Grand Paris Express comme Vitry-sur-Seine, où les prix sont encore inférieurs à 4500 €/m². Nous voyons même des clients à la recherche de grandes surfaces pour faire de la colocation. Ils ont déjà vécu en coloc’ et en ont gardé un bon souvenir voire y vivent toujours. »

    L’idéal pour ces acheteurs est encore de se tourner… vers le neuf, notamment à travers la location meublée non professionnelle (LMNP) en résidences services. « Les résidences étudiantes ont le vent en poupe chez cette catégorie d’investisseurs. Les prix sont inférieurs à 100 000 €, ce qui les arrange. Car en investissant, non seulement ils doivent payer leurs mensualités de remboursement, mais aussi leur loyer », indique Paul Lassalle, directeur commercial France Bouygues immobilier patrimoine. La chasse au meilleur placement est ouverte !

    PS : non, ce n’est pas un publi-reportage, c’est un vrai article de mieux vivre votre argent 😁

  35. julien bonnetouche says:

    La maladie bien connue des gouvernants français et le la France :

    Vouloir s’occuper de la vie des gens jusque dans les moindres détails !!

    Je m’étonne qu’aucun politique n’ait eu l’idée de gérer ce qu’il se passe dans les chambres à coucher !!
    Il y a pourtant là aussi , des tas de choses qui ne satisfont pas toujours tout le monde !!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez nos conseils pour gérer votre patrimoineInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine