Le Grand Paris est LE chantier qui devrait animer l’urbanisme de la capitale pour les 25 prochaines années : Il s’agit de l’un des plus grands chantiers urbains du monde qui vise notamment la construction d’une ligne de métro de plus de 200 kilomètres, et la création de 68 gares. Bref, le chantier du siècle (et pour un budget du siècle).

Ainsi, de spécialiste du marché immobilier annoncent d’ores et déjà les « incroyables » opportunités d’investissement immobilier pour ceux qui deviendraient propriétaires d’un logement, aujourd’hui, loin de tout, mais qui demain se retrouvera à proximité d’une gare qui facilitera l’accès au centre de Paris ou à toute l’île de France.

Selon tous, les prix de l’immobilier dans les villes concernées par le Grand Paris doit augmenter ! C’est une certitude.

 

Pourtant, il apparaît prudent de modérer cet enthousiasme face à une réalité qui pourrait être moins favorable. Le Grand Paris n’est il pas un projet anachronique qui ne répond pas du tout aux enjeux sociétaux ? A titre personnel, Je n’arrive pas à comprendre l’intérêt d’investir dans l’immobilier dans le Grand Paris.

Le premier argument est un argument temporel. Acheter aujourd’hui un bien immobilier mal placer pour espérer un emplacement privilégier dans 25 ans n’est pas raisonnable surtout lorsque le prix d’achat intègre déjà une majoration au regard du « potentiel marketing » du Grand Paris. Dans 25 ans, votre bien immobilier bénéficiera peut-être d’un emplacement privilégié … mais peut être pas, et surtout, votre bien immobilier sera dégradé par le temps. Pour le coup, l’immobilier dans le grand Paris est un très grand pari (et donc avec un très grand risque).

Néanmoins, cet argument lié au temps d’accomplissement de l’évolution urbaine n’est pas l’argument le plus important. L’argument essentiel qui m’empêche de croire dans le potentiel du grand Paris est un argument démographique : Le solde migratoire de l’île de France est négatif ! Cela signifie tout simplement qu’il y a plus de départ de l’ile de France que d’arrivée. Paris et plus globalement l’île de France n’attire pas les habitants ! Ils y arrivent jeunes … et cherchent à en partir à la première occasion (mutation ou démission lors de l’arrivée du premier enfant) ou la dernière occasion (départ à la retraite).

En revanche, la population continue d’augmenter en ile de France grâce au solde naturel, c’est à dire d’une population jeune qui fait des enfants – Baisse de la population à PARIS, Périurbanisation, Mouvement migratoire vers le Sud et l’Ouest de la France ! -Extrait :

A Paris ou la population baisse de 40 000 habitants entre 2010 et 2015 (-0.40% par année sur la période), mais surtout dont le solde migratoire négatif de 1%par année sur cette même période. C’est le solde naturel excédentaire qui permet de limiter la baisse de la population à 0.40% par année.

Ainsi, le solde migratoire négatif signifie qu’il y a plus d’habitants qui partent de Paris que d’habitants qui viennent habiter à Paris. Néanmoins, puisqu’il y a davantage de naissance que de décès, la population continue d’augmenter. L’INSEE explique cet excédent naturel par la jeunesse de la population.

Au global, toute l’île de France est touchée par un solde migratoire négatif. C’est l’excédent naturel qui permet à la région d’afficher une augmentation de sa population identique au rythme en France métropolitaine. En Ile de France ce mouvement entre 2010 et 2015 et le même qu’entre 1990 et 2010. A Paris, le solde migratoire négatif s’accélère entre 2010 et 2015 (-1%) par rapport à 1990 / 2010 (-0.40%)

 

Investir dans l’immobilier dans une région dans laquelle le solde migratoire est négatif ne me semble pas être une bonne idée. Le pari du Grand Paris pourrait bien être perdant.

De surcroît, nous vivons un moment particulier de remise en cause de la mondialisation et donc du pouvoir central de ces métropoles mondialisées. Comme nous vous le présentions dans cet article «  Quelle stratégie d’investissement immobilier pour 2019 ? Vers le renouveau des villes moyennes ? », le métropolisation de la société est peut-être un mythe qui ne résistera peut être pas à l’épreuve

Il est aujourd’hui facile de capter un changement dans l’air du temps. Les attentes et des besoins des citoyens changent, comme le montre régulièrement les signes de baisse de la consommation (cf « La décroissance est-elle devant nous ? La déconsommation remet en cause le moteur de nos économies »). La vie à la campagne redevient à la mode. Le mode de vie urbain et sa consommation superfétatoire attire de moins en moins les foules ; Les familles veulent retrouver leur racine.

Ce mouvement incontestable pourrait être à l’origine d’une accélération du désintérêt des populations pour vivre dans le Grand Paris. Le mouvement est rapide et personne n’en connaît encore l’aboutissement.

Le développement rapide du télétravail qui accompagne ce besoin exprimé par les citoyens la recherche de sens.

Pourquoi imposer une vie peu agréable à toute la famille alors que le chef de famille ou la cheffe de famille dont l’emploi nécessite une présence physique à Paris peut réaliser une partie de son travail en télétravail. Passer deux à trois jours par semaine ou même par mois à proximité du siège de l’entreprise et le reste de la semaine avec sa famille à moins de 2 heures de TGV n’est il pas source d’une qualité de vie supérieure pour toute la famille ?

 

Bref, je n’arrive pas à comprendre l’intérêt d’investir dans l’immobilier dans le grand Paris.

 

Ps : J’écris cet article en direct du TGV Niort – Paris dans lequel j’ai un accès internet stable et performant. Départ ce matin, 7h45, arrivée à Paris pour 9h34 afin de participer à l’émission intégrale placement sur BFM Business. – En début d’après midi j’ai un rendez vous client dans un bureau que je loue pour 2 heures avant de reprendre le train en milieu d’après midi afin d’aller chercher les enfants à l’école à 17h30 ; Demain, je travaillerai de ma campagne grâce à mon accès internet en fibre …

Dans 15 jours, je prends mes quartiers d’été à la mer pour les vacances scolaires, et vous ne verrez aucun changement. Les enfants seront à la plage et moi, je continuerai de travailler.

Voilà, pourquoi j’ai écrit cet article ce matin. Bonne vacances.

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


53 Comments

  1. Hurluberlu says:

    Très bonne analyse. Je suis aussi un peu sceptique face à cet engouement pour ce gros (trop gros) projet…

    P.S : quelques fautes au fil de l’article. Certainement à cause du correcteur automatique…

  2. Paris perd des habitants mais pas autant que la campagne !
    J’avais une maison proche Normandie, j’ai mis 12 ans à la vendre. Terrain immense, belle maison à rénover: 70 000 euros !
    A la campagne, il n’y a pas autant de commerces, il faut faire plus de 10 km pour les courses hebdomadaires, les routes anciennes et sinueuses, peu de spectacles.
    Ava’tage: le silence, l’immobilier pas cher. Mais c’est loin de tout. Il faut être en bonne santé.
    Désolée mais je n’échangerai pas contre ma qualité de vie dans le grand Paris. Je fais tout à pied, je peux sortir à n’importe quelle heure et j’ai plein de beaux parcs autour de moi ! J’ai 20 boulangeries autour de ma maison…

    • Hurluberlu says:

      Les grandes gagnantes sont donc les villes moyennes ?
      Suffisamment de commodités, des espaces verts et une plus faible densité de population…

  3. https://www.nouvelobs.com/societe/20171227.OBS9826/40-000-habitants-de-moins-en-5-ans-pourquoi-les-parisiens-fuient-paris.html

    Voila l analyse par ceux qui on fait l étude inssee et ça n a riens avoir avec votre analyse …

    La perte d’habitant c est le manque de logement, quand les logements augmentes la population augmente c’est aussi simple que ça

  4. Patrick D says:

    Effectivement, la question de l’intérêt d’investir dans le grand Paris se pose sérieusement.
    Surtout si l’on rajoute les contraintes annexes : loyers bloqués au minimum, obligations des bailleurs, rentabilité minimale ou négative sur Paris, et peut-être bientôt le permis à louer ..

  5. C’est amusant de lire votre vision provincialo-stéréotypée de Paris. Comme si la vie à Paris et autour n’avait aucun intérêt. Vous devriez pourtant comprendre que les prix immobiliers sont un très bon marqueur d’un intérêt de Paris et de sa région; les prix sont un reflet. Ils intègrent toutes les fonctions que vous n’aurez que difficilement ailleurs : offre de services (publics et privés), de distraction, transport sans voiture (et quel coût évité !), d’accès à des produits de bien meilleure qualité, d’échanges humains avec des gens plus ambitieux, plus talentueux (car oui nous sommes un pays jacobin et les gens « montent » à Paris), plus ouverts d’esprit (oh mon dieu, être gay en province !), des vies de quartiers animés (ouch les centres-villes en province !), jusque tard le soir, une vie moins normée par les règles, les gens, les horaires, accéder à n’importe laquelle des plages que vous évoquez, campagnes, villes dans le monde, sans prendre la voiture, sans passer d’abord par Paris, puisque vous y êtes… Ce ‘tout possible’ c’est le prix de Paris. Vous devriez habiter Paris, pour faire tomber vos stéréotypes. Et sa banlieue, qui regorge de lieux d’habitation très agréables, pour comprendre que vos schémas sont simplistes. Gentille et agréable province / Sombre et désagréable Paris.

    • Hurluberlu says:

      On sent le coup de gueule 🙂
      Tout n’est pas noir…mais tout n’est pas blanc non plus…
      Paris est une belle ville. Sa banlieue l’est aussi. La question c’est juste de savoir si tout cet engouement sur le Grand Paris est justifié. Et pour le coup je crois qu’on est tous assez sceptiques…

    • C’est amusant de lire votre vision stéréotypée de la province (au fait, c’est quoi la province ? Le centre ville de Lyon, Bordeaux ou Marseille, les villages de la creuse, les stations de montagne où se retrouvent les parigots l’hiver ?…) mais aussi de Paris !

      En tant que proche banlieusard travaillant à Paris et utilisant ses jambes ou le tram pour aller au boulot, je souscris à quelques uns des avantages que vous citez (vie animée, densité commerciale, architecture remarquable, … mais pour le reste :

      – transport sans voiture : oui, pour Paris et la proche banlieue, et pour autant que vous n’ayez pas à faire de transversale entre banlieues, ou à traverser Paris (essayez la ligne 13 à 18h et vous m’en direz des nouvelles). Bon, faut juste s’armer style Mad Max pour éviter de mourir écrasé par Trottinette Man (yeux fermés, mais à fond) ou Mademoiselle Bicyclette (j’ai sonné donc j’ai la priorité)

      – distractions ; oui, pléthore, imbattable. Mais cher. 11€ le panaché en terrasse dans le 7ème, ça me reste un peu en travers de la gorge. Et pour les « attractions » (musées, tour eiffel, expos, bars, guinguettes (habitués de Rosa Bonheur 🙂 ) , cinés… quoi que vous fassiez, il faut bien prendre en compte le fait que les Parisiens ont eu, est-ce ballot, la même idée que vous, et que vous ferez donc des queues interminables… sauf à cumuler les Pass, Sésames, et autres coupe-files, à condition de pouvoir y consacrer un budget conséquent. En fait, je crois que le Parisien aime faire la queue avec ses semblables. C’est pourquoi, tous les étés, ils se concertent et partent tous au même endroit au m^me moment, envahissant les lointaines provinces jusque là très tranquilles. Ah, Paris au mois d’Août, quel bonheur ! https://www.youtube.com/watch?v=J_oyoporOHY

      – accès à des produits de bien meilleure qualité : là, je ne vois pas. Le MacDo a la même qualité partout.

      – échanges humains avec des gens plus ambitieux, plus talentueux : ah ? Arnaud et Pinault sont Parisiens ? Les Mulliez vivent à Paris ? Vous voulez sans doute parler de la côterie des artistes subventionnés, plutôt ? N’oubliez tout de même pas qu’ils ont tous leur maison dans le Lubéron, hein, pour échapper à Paris.
      Artistes plasticiens, chanteurs, acteurs ? Non, les talentueux sont à Londres, Los Angelès ou New-York. Paris, c’est juste la province, dans l’art…

      Oui, centralisme oblige, à Paris, il y a les sièges des banques, des grandes industries, des sociétés du tertiaire, des sociétés étrangères, des grands organismes qui représentent les sciences, la législation, les milieux politiques, les media, etc… Mais, sans les richesses et la culture véhiculées et produites par la « Province » – l’Aéronautique, la Chimie, la Pêche, l’Élevage, l’Industrie Automobile, le Design, l’Électronique, l’Informatique, les Recherches Spatiales, l’Industrie Nucléaire, etc…, que serait une capitale s’il n’y avait qu’elle, pour assurer la sérénité et le bien-vivre de sa société ? C’est la question que devraient se poser, en toute modestie, celles et ceux qui n’ont qu’un mot à la bouche : « Paris »…

      – « plus ouverts d’esprit (oh mon dieu, être gay en province !) » ok, pas très ouvert d’esprit, notre parisien. No comment. Surtout que l’esprit gay friendly d’Aubervilliers,Trappes ou Porte de la Chapelle, on cherche encore. L’horizon de notre ami FM ne doivent pas dépasser les quartiers centraux de Paris (le XIIème ? mais c’est out, coco !).

      – une vie moins normée par les règles : je crois bien que Paris doit battre le record d’interdictions municipales en France, non ? Pas sur que dans les petits villages de France il y ait autant d’interdits. Dernière interdiction en date : les trottinettes sur les trottoirs.
      Par contre, c’est vrai qu’on peut y faire du bruit (https://www.atlantico.fr/decryptage/3328742/pollution-sonore–mais-pourquoi-paris-est-elle-l-une-des-metropoles-les-plus-bruyantes-au-monde-et-ne-croyez-pas-que-ca-releve-juste-de-l-inconfort-c-est-dramatique-pour-la-sante-fanny-mietlicki)

      Et je ne vous parle pas de la saleté et des rats, ou de la délinquance qui explose (https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/la-delinquance-explose-a-paris-anne-hidalgo-demande-davantage-de-policiers_3499573.html)

      Bref, il n’est de bon bec que de Paris… ou pas.

      Allez, une dernière sur la route de la province : https://www.persee.fr/doc/pop_0032-4663_1992_num_47_3_3862

      Et la vrai dernière, celle qui tue (ultima necat 🙂 ) : http://bit.ly/2Ys7I94

  6. Bonjour,

    J’ai pour ma part fait ce paris, 6 studios autour d’une prochaine gare du Grand Paris Express.

    En essayant de rester objectif, la question centrale d’un investissement n’est t’il pas le potentiel de croissance supposé ?

    Nous expliquer avec des arguments certes respectables pour certains d’entre eux qu’il ne faut pas surfer sur cette vague me paraît pour le peu osé sur un forum à vocation investissement…

    Disons qu’en ce qui me concerne, j’investis sur le Grand Paris Express parce que je n’ai rien trouvé de mieux.

    Premier achat en 2013, dernier en 2019.
    Alors oui, ce n’est pas la flambée des prix pour le moment, mais le total de l’actif reste stable.

    Je ne sais si les prix monteront, en revanche je pense me protéger de la baisse.
    À suivre…

    • Je n’ai pas été aussi confiant que vous. Pour le moment, les prix montent (les notaires viennent de publier leurs chiffres du 1er trimestre, confirmant une nouvelle belle hausse dans toute la région). Mais j’estime qu’autour des gares les plus éloignées, la hausse a déjà été faite. Peut-être y aura-t-il réellement une hausse autour des gares de Fort d’Issy-Vanves-Clamart ou Villejuif, … Je parie plus sur le phénomène de diffusion depuis le centre vers la périphérie. Et le rattrapage des villes de proche banlieue qui n’ont pas encore bénéficié de la hausse, si tant est qu’elles soient « habitables ».

    • PS : Saccard, comme pseudo, fallait oser 🙂 ! A quand une nouvelle curée ?

  7. Sylvain Cottereau says:

    On s’excite pas un peu pour rien là?? Passer de 2.27 million à 2.23 million en 5 ans, c’est franchement pas grand chose comme baisse. C’est pas comme si on avait perdu 10%. -2% par an, là je veux bien. Mais -0,4% il y a pas de quoi s’inquiéter. Juste de quoi faire baisser la tension locative et les prix de l’immobilier temporairement, pour que de nouveaux habitants reviennent s’y installer.

    Par ailleurs, le Grand Paris va rapprocher certaines populations vers les gares. Les prix de l’immobilier vont donc monter autour des gares, et baisser ailleurs là où la voiture est indispensable. Donc même si en moyenne la région perd en habitant, localement certaines villes vont devenir plus attractives grâce à ce projet. C’est mon avis.

  8. A ce stade de déliquescence du système financier et bientot monétaire, on ne parle plus de rendement, on parle de valeurs refuges. L’immobilier parisien et par extension le grand paris est vu , à tort ou à raison, comme de l’or, qui plus est achetable a credit.

    • Credit qu’on ne remboursera peut être meme pas, que vaudra 1€ dans 20 ans…?

    • Je peut admettre ce raisonnement pour Paris…mais pour le grand Paris, je serai moins affirmatif …

      • C’est peut etre le moment de se faire une raison, plus rien n’a de « valeur », le système ne sait pas valoriser des actifs a taux négatifs, les prix sont en apesanteur, ça bulle de partout, et les refuges plus que d’autres. Mais ça ne durera pas l’éternité, ca continuera en exponentielle jusqu’à une forme de krach systémique final monétaire ou autre, puis on dira la main sur le coeur plus jamais ça et on recommencera sur des bases saines…. comme après chaque catastrophe depuis la nuit des temps.
        Je crois humblement qu’on a passé le point de non retour depuis 2008 et la manière dont les BC ont empêché le truc de se purger.

  9. « Les prix de l’immobilier vont donc monter autour des gares, ».
    Justement, tout le monde ne le pense pas.

  10. Barbara Macé says:

    Cette analyse est beaucoup trop personnelle pour être exacte, c est ce que vous souhaitez sûrement et je suis d accord avec vous sur ce point , mais vu le nombre de ventes en augmentation sur 2017, 2018 et 2019 nous sommes vraiment très loin de la.migration , après les gens s ecartent un peu pour avoir une maison et un terrain et les habitudes de consommation changent mais quand le pôle est à Paris, les gens ne souhaitent pas dépasser une heure max et c est encore dans la région parisienne.

    • Vous rendez vous compte de ce que vous écrivez « les gens ne souhaitent pas dépasser une heure max et c est encore dans la région parisienne. ».

      Je réside sur la côte atlantique, et je suis à 1h45 de montparnasse 😉

      Il ne faut pas oublier que les villes se sont toujours développés du fait de leur proximité de canaux de communication (fleuve, port maritime, voie romaine, …).
      Aujourd’hui, ces voies de communication ne sont plus uniquement physique, elle sont numériques. Il suffit de l’ADSL pour être immédiatement à proximité de n’importe quelle zone du pays.

      • Barbara Macé says:

        Lorsque je parle d une heure max, c est en métro et rer, ou, ter , le TGV coûte trop cher au quotidien pour les gens , après Rennes est à 1h17 si vous souhaitez aller dans ce sens, et Angers 1h32 mais ce n’est pas le même budget..ils préféreront aller à rambouillet par exemple. L autre point qui n est plus d actualite c est la notion de chef de famille , sans vouloir me faire féministe, je vois tous les jours en vente de maisons , les deux qui travaillent autant l un que l autre. Il faut forcément que l un des deux fassent des concessions pour acter votre modèle de vie, et ça n est plus dans les mœurs apriori…

        • C’est justement parce que les deux travaillent que la mobilité forcée ou pas augmente. Si Monsieur et Madame travaillent tous les deux à Tours ou Bordeaux et que l’un des deux est muté à Paris, il y a très peu de chances qu’ils quittent Tours pour aller en région parisienne (je ne parle même pas de Paris !).

          L’inverse peut-être vrai aussi. Difficile de quitter Paris, à moins d’accepter perdre un salaire sur deux pendant un certain temps.

          Bref, je crois qu’on peut rencontrer tous les cas de figure, et que globalement tout ça s’équilibre (0.4% de perte pour une ville de plus de 2 millions d’habitants, ça fait tout juste 8 000 habitants. Pas négligeable, certes, mais acceptable)

  11. Tours et Orléans sont à une heure de Paris. Tous les matins, les trains sont bourrés de gens travaillant à Paris ou banlieue.
    Certains font les aller retour tous les jours.

    Idem depuis Aix ou Bordeaux, en 2 ou 3 heures de TGV. Mais dans ce cas, soit ils louent un studio proche de Paris, soit c’est l’entreprise qui les loge en appart’hotel,…

  12. Barbara Macé says:

    La encore, vous prenez un modèle familial de chef de famille qui laissent tout le monde en province, ça ne passe plus trop pour l immigrante parisienne qui a laissé sa province pour aller chercher du travail et ette mieux payée, je ne parle même pas de « la parisienne » qui ne connait en général même pas Orléans ou tours…

    • Au contraire, ça se fait de plus en plus. Vous seriez surprise de voir le nombre de Parisiens dans le TGV Marseille-Aix-Avignon-Paris le lundi matin.

      Idem le dimanche, mais là, ce sont les familles qui vont voir Papi et Mamie dans les Alpilles.

      L’inverse étant vrai aussi, on a donc un mouvement circulaire de gens qui remplacent d’autre par opportunité.

      Et oui, il y a la Parisienne ou le Parisien pour qui Montreuil c’est déjà l’Oural, et la province une sorte de jungle mal connue et peuplée de tribus sauvages qu’on peut à peine civiliser.

      Idem côté Bordeaux, ou Niort. Je l’ai pris plus d’une fois à 5h14 pour arriver à Paris à 8h31 et commencer mes réunions à 9h00. Je me souviens des hordes de costard cravate des assurances de Niort rejoignant Paris en deux heures.

      • 1h45 depuis l’année dernière pour le plus rapide. Le matin, à 8h30 vous êtes à Montparnasse pour un départ à 6h30.

        Nombre d’habitant du grand paris doivent faire ce temps de transport tous les jours….

  13. Au contraire, ça se fait de plus en plus. Vous seriez surprise de voir le nombre de Parisiens dans le TGV Marseille-Aix-Avignon-Paris le lundi matin.

    Idem le dimanche, mais là, ce sont les familles qui vont voir Papi et Mamie dans les Alpilles.

    Idem côté Bordeaux, ou Niort. Je l’ai pris plus d’une fois à 5h14 pour arriver à Paris à 8h31 et commencer mes réunions à 9h00. Je me souviens des hordes de costard cravate des assurances de Niort rejoignant Paris en deux heures.

    L’inverse étant vrai aussi, on a donc un mouvement circulaire de gens qui remplacent d’autres par opportunité.

    Et oui, il y a la Parisienne ou le Parisien pour qui Montreuil c’est déjà l’Oural, et la province une sorte de jungle mal connue et peuplée de tribus sauvages qu’on peut à peine civiliser.

    Le spleen du Parisien le Dimanche dans le Perche est bien connu.

  14. Le vrai pb de Paris, c’est surtout qu’il n’y a plus de place.

    Avec une densité de 21 067 hab/km2, c’est déjà la 6eme ou 7eme ville la plus dense au monde. Et en surface, Paris, c’est tout petit.

    Trouver du foncier est difficile, construire en hauteur aussi (et ça coûte cher).

    Imaginons que l’un des futurs candidats aux élections municipales décide de recouvrir entièrement le périphérique pour y construire entre autres des logements.

    La surface du périph est de 1 000 000 de M2, soit 1 km2. Si on garde la même densité parisienne, ça permettrait juste d’accueillir 21 000 habitants de plus. Pas grand chose, donc.

    • Faire sauter le perip, muraille encerclant stupidement la ville, et libéraliser l’urbanisme tout autour pour la laisser respirer (comme elle l’a toujours fait depuis l’ile de la cité de lutece qui était d’ailleurs carrément encerclée par la seine).
      Pourquoi refuser de faire des gratte ciels, pourquoi laisser les permis de construire a des maires qui par clientélisme électoral ne veulent pas construire …
      Bref laisser l’offre répondre a la demande tout naturellement c’est si inconcevable que ça ?

      • Alors ne tenez pas le meme raisonnement qu’un parisi aurait pu tenir il y a 2000 ans voyant sa petite ile sur la seine déborder d’habitants en se disant lutece est surpeuplée !

      • Beaucoup de villes autour de Paris ont des densités équivalentes à celles de Paris.

        Construire en hauteur ? Oui mais où ? Y-a-t-il du foncier de libre ? Il me semble qu’à part les espaces verts, il n’y a guère que l’ancienne zone de la SNCF, dans le nord-est de Paris, qui soit exploitable.

        Et puis les gratte-ciels, ok, mais connaissez-vous les normes, en France, qui font exploser les charges dans les habitations en hauteur ?

        • Si on ne regarde que les obstacles c’est sur qu’on ne fera jamais rien

          • « Si on ne regarde que les obstacles c’est sur qu’on ne fera jamais rien »

            Oh, « on » à déjà fait : les villes nouvelles, dans les années 60.

            Et sinon, que voulez-vous détruire pour y construire un immeuble d’habitation de très grande hauteur ? Dans quel quartier ?

            Bientôt va sortir de terre la tour diamant, dans le XVe. Je la trouve sympa, mais je fais sans doute partie de la minorité des gens. Les oppositions ont été fortes.

            Et puis, c’est une tour de bureaux, avec un hôtel, des boutiques, et des logements sociaux imposés par la mairie. Aucun logement du parc privé là-dedans.

            Si vous voulez voir des tours, allez du côté de Beaugrenelle, dans le XVe : une vingtaine de tours construites pour la plupart dans les années 70, atteignant chacune près de 100 mètres de hauteur et situées au-dessus d’une dalle.

            Programme novateur datant des années 1970 mêlant hôtels, logements, bureaux, commerces. Mais dès 74 le projet est critiqué. En 1980, une consultation pour une tour de logements est relancée… mais aucun promoteur ne souhaite s’y engager. Et c’est finalement une tour de bureaux qui voit le jour, Cristal, en 1990, tandis que les derniers équipements et activités s’achèvent.

            A compter des années 1990, de nombreux dysfonctionnements sont apparus et un constat peu amène est dressé en 2002 :

            – la dalle est isolée de son environnement ;
            – le centre commercial Beaugrenelle n’a plus le brillant des débuts ; les enseignes les plus attractives sont parties, laissant la place à des commerces vacants ou à des baux précaires ;
            -enfin, l’ouvrage a vieilli : il connaît de nombreux désordres (structures, étanchéité, éclairage, accès).

            D’importants travaux de rénovation du centre Beaugrenelle sont menés dans les années 2010, pour essayer de lui donner un nouveau souffle. Mais ça à du mal à prendre. Déjà, depuis 2014, quelques boutiques ont fermé. Marks & Spencer est revenu, puis est reparti. Le coin reste bien moins vivant et fréquenté que la rue du Commerce, toujours dans le XVe.

            Bref, construire des tours, c’est une chose. Inventer la vie qui va avec, c’est un autre problème, et même Le Corbusier s’y est un peu cassé les dents.

  15. Je pense que c’est en faisant attention aux gens qui habitent déjà un quartier et en tenant compte aussi de leur souhaits qu’on peut éviter une contestation qui ne manquera pas tant l’image des tours est mauvaise chez les Français.

    Si vous croyez facile de « construire l’avenir » en faisant table rase du passé, et sans tenir compte des échecs déjà constatés, vous allez droit dans le mur. Regardez un peu ce qui s’est passé partout où on a construit des tours à la va vite pour accompagner le baby boom. Échec total. Castro, Ricardo Boffil, etc. : urbanisme et architecture de l’avenir en banlieue : échec. Les gens ne s’y sentent pas bien. Pourtant, c’est sympa, le Palacio d’Abraxas à Noisy-le-Grand. On y a même tourné Hunger Games.

    A plus grande échelle, regardez les tentatives de Niemeyer à Brasilia, ou du Corbusier à Chandigarh (https://www.latribune.fr/regions/smart-cities/inde-le-reve-evapore-de-chandigarh-463575.html). Encore des échecs.

    Pas facile d’imaginer la ville de l’avenir qui plaira à ses habitants.

    J’aime les tours. Les penthouses au dernier étage d’une tour avec vue sur Central Park, ça plaît à presque tout le monde, hein. Mais les tours, c’est aussi le symbole de l’échec de l’urbanisation des années 60 quand certains voulaient raser le cœur de Paris et les quartiers insalubres : http://plateauhassard.blogspot.com/2013/12/la-renovation-de-belleville.html?m=1

  16. julien bonnetouche says:

    Finalement, il y a qui préfèrent l’habitat urbain, d’autres l’habitat rural.
    chacun ses goûts !!

  17. PARIS 105 km2 et 2 220 000 habitants – métropole 814 km2 et 7 000 000 habitants
    De la Porte de la Chapelle à la Porte d’Orléans = 9 km et 1 heure de transports en commun
    De la Porte d’Auteuil à la Porte de Bagnolet = 12.4 km et 1 heure de transports en commun

    RENNES, 50 km2 et 218 000 habitants – métropole 705 km2 et 445 000 habitants
    De J.F. Kennedy à la Poterie = 8.6 km et entre 8 et 16 minutes de métro ligne A
    Et bientôt de St Jacques à Cesson = 13,4 km et 21 minutes de métro ligne B

    Le grand Paris: je n’y crois pas, compte tenu des délais de transports

    Autant aller habiter en Bretagne, plus de verdure, plus de confort, plus de bien-être, la proximité de la mer, des villes propres et plus de 5000 festivals et activités culturelles l’été de quoi faire pâlir d’envie les parisiens! Sans compter les activités tout au long de l’année avec tarifs très compétitifs voir la gratuité ! Des gens accueillants, souriants, efficaces, fiables et ouverts d’esprit

    Pour information les provinces n’existent plus, on parle de régions depuis la révolution, mais à Paris personne ne le sait, ça situe tout de suite le niveau !
    J’ai vécu à Paris, ma mère y est née, et pour rien au monde je n’y habiterais à nouveau. Cette ville est devenu étouffante, sale, les gens sont majoritairement prétentieux et désagréables et tout est compliqué, sans compter que les salaires ne sont plus mirobolants.
    Il vaut mieux investir en Bretagne

  18. « Huit cadres franciliens sur dix (82%) envisagent de quitter l’Île-de-France et plus de la moitié d’entre eux aimeraient s’installer de préférence à Bordeaux, selon une étude de Cadremploi publiée jeudi.  »

    Un cadre francilien sur deux (52%) se dit « insatisfait » de sa situation actuelle en termes de lieu de travail et de résidence, d’après cette enquête réalisée auprès d' »un échantillon représentatif » de cette population, indique Cadremploi.

    Les cadres qui souhaitent déménager estiment que la vie en province leur permettra de « subir moins de stress au quotidien » (72% de ces personnes interrogées), « préserver leur vie personnelle » (65%), « diminuer leurs charges » (64%), s’offrir « plus de loisirs » (49%) et réduire leur temps de trajet jusqu’au travail (47%).

    Toutefois, seulement 29% des cadres franciliens envisageant un départ en province ont « véritablement entrepris des démarches en ce sens », souligne Cadremploi: 26% « recherchent activement un poste » ailleurs et « passent des entretiens », tandis que 3% ont demandé une mutation à leur employeur.

    Derrière Bordeaux, qui séduit 54% des cadres d’Île-de-France, les villes qui les attirent le plus sont Nantes (48%), Lyon (34%), Aix-Marseille (28%), devant Toulouse et Rennes ex æquo (27%).

    Cette enquête a été menée en juillet via un questionnaire auto-administré en ligne, auquel ont répondu 1.302 personnes, a précisé Cadremploi.

    https://www.boursorama.com/bourse/actualites/huit-cadres-franciliens-sur-dix-envisageraient-de-partir-en-province-selon-une-etude-0fa7f0a18e391b9366825d8e19b6404d

  19. julien bonnetouche says:

    les gens imaginent une herbe plus verte ailleurs puis au dernier moment, ils y réfléchissent à deux fois :
    Il faut tenir compte de l’avis de sa femme, des parents de sa femme, de ses enfants ….
    Trouver du travail pour le couple..à salaire constant.
    Pas toujours simple tout cela.

  20. Un chinois en france says:

    Les têtes pensantes de ce blog défendaient soit disant la liberté d’expression mais supprime les commentaires d’informations les mieux fournis , c’est devenu n’importe quoi !!

    • Effectivement, je vous censure pour une raison simple : Vous n’êtes pas honnête dans votre démarche.

      Vous commentez les articles. Parfait. Mais vous déposez toujours les mêmes commentaires, sous différent pseudo afin de faire croire que de nombreuses personnes sont d’accord avec vous alors que vous êtes tout seul.

      Votre thématique : Essayer de faire monter la mayonnaise autour d’une bulle immobilière. Vous procédez toujours de la même manière pour tromper les autres lecteurs :

      – 1 – Vous déposez un commentaire expliquant que les prix de l’immobilier vont s’effondrer ; Parfois, vous mettez un lien vers un site ;
      – 2- Vous répondez à votre propre commentaire avec un autre pseudo pour faire croire qu’un autre lecteur est d’accord avec vous ;
      – 3- … et vous continuez de la sorte afin de faire croire qu’une émulation se réalise autour de votre idée. Malheureusement, vous êtes tout seul.

      Ces pratiques n’ont aucun intérêt et détruisent l’intérêt même des commentaires.

      Bien à vous,

      Guillaume

      • Un chinois en france says:

        Au faîtes j’oubliais on peut avoir quelques exemples et des preuves à l’appui de ce que vous avancer ?

  21. Un chinois en france says:

    Je suis la depuis très longtemps , c’est même moi qui vous ai apporté une très grande partie des visiteurs je vous l’assure . Vous faîtes erreur je ne suis pas tout seul , ce que j’ai apporté ici du sensationnel comme personne !

  22. Un chinois en france says:

    Aussi si vous le permettez je ferai un article sur la diversion d’adresse IP prochainement .
    Vous êtes certainement bien équipé pour la surveillance , mais apparemment pas suffisamment
    Cordialement

  23. julien bonnetouche says:

    Bon, moi je suis unique !! et je ne fais pas de « chinoiseries  » !!

    Quand on y pense ; pauvre Trump !!

    • Un chinois en france says:

      Le fanfaron tu en a découvert des choses avec moi hein !! t’inquiète le meilleur est à venir !

  24. julien bonnetouche says:

    Écoute chinois ,

    je ne te prends pas à parti, car je suis comme toi, je m’amuse sur ce blog.

    Mais si Guillaume à des choses à te reprocher, c’est sans doute qu’il a ses raisons.

    Par contre si tu as des informations intéressantes à dire je suis toujours preneur !!

  25. Capital vient de publier les augmentations des prix de l’immo en région parisienne, en ciblant son article sur les villes accueillant des gares du grand Paris. Hélas, aucun point de comparaison avec des villes n’accueillant pas de gare, et les augmentations affichées ne sont pas forcément dûes à la présence de gares. Ainsi, pour Vanves, la gare est en fait située tout au sud de la ville, et impactera surtout Clamart. Vanves est déjà desservie par la ligne 13 du métro, quelques lignes de bus, et à 7 min à pied des grands boulevards. Les prix augmentent à Vanves parce que c’est le marché de report des jeunes du 15e ou d’Issy-les-Moulineaux qui n’ont pas les moyens d’y devenir propriétaire, pas parce qu’il va y avoir une gare du grand Paris.

    https://www.capital.fr/immobilier/immobilier-voici-les-prix-autour-de-63-gares-du-supermetro-du-grand-paris-1349325#nlref=9be4b7aff77eaab5db900218c49e4367&utm_campaign=20190906&utm_medium=email&utm_source=nl-cap-hebdo

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.