Plus rien n’arrête la hausse des prix de l’immobilier. Au troisième trimestre 2019, les prix de l’immobilier ont encore augmenté de 1% par rapport au trimestre précédent ; Sur les 12 derniers mois glissants, la hausse des prix se poursuit à +3.20% alors que le nombre de transactions confirme ses sommets à plus d’un million.

Bref, c’est la fête ! Les taux d’intérêt excessivement bas doivent pouvoir expliquer une partie non négligeable de cette hausse (cf »barème des meilleurs taux de crédit immobilier pour décembre 2019« ), mais l’excessive faiblesse des rendements de l’épargne ne peuvent il pas également justifier cet intérêt grandissant des investisseurs ?

Les Français n’aiment pas l’investissement en action, l’épargne, et notamment le fonds euros ne rapporte plus rien … Les épargnants investisseurs n’ont pas d’autres choix que de se diriger vers l’investissement dans l’immobilier ! Ce mouvement est probablement encore limité, mais il pourrait accélérer au gré de la persistance des taux bas et d’une économie en mutation qui cherche à se sortir de la torpeur d’une politique monétaire destructrice (cf »En 2020, un marché immobilier partagé entre une réduction de l’accès au crédit immobilier et recherche d’une valeur refuge ?« ).

 

Évolution des prix de l’immobilier depuis le début de l’année 2019.

Appartement, comme maison, les prix de l’immobilier augmentent fortement depuis le début de l’année 2019, hausse d’autant plus importante que l’inflation est faible.

Notez la très forte augmentation du prix des maisons par rapport aux trois derniers mois alors même que la hausse était contenu aux trimestres précédents. La hausse du prix des appartements continue sur sa lancée ; Sur les 12 derniers mois, la hausse du prix des appartements s’inscrit à +4% alors que la hausse pour les maisons est limitée à +2.50%.

Comment expliquer cet écart ? Le dynamisme du marché dans les grandes métropoles dans lesquelles on trouve la grande majorité des appartements ? Un effet « investissement locatif » qui profite pleinement de l’euphorie du moment ?

 

 

Dans le détail, on observe une très forte augmentation des prix à Paris, mais également dans la petite couronne sur les 12 derniers mois, même si la hausse des prix de l’immobilier des appartements dans la petite couronne s’est stoppée nette sur le 3ième trimestre par rapport au 2nd trimestre.

En ce qui concerne, l’évolution du prix des maisons, la province se distingue fortement alors que la hausse semble vraiment limitée en Ile de France sur les 12 derniers mois. Néanmoins, les choses semblent changer sur le troisième trimestre pour le prix des maisons en Ile de France, et notamment en petite couronne :  Après une baisse de 0.90% au second trimestre 2019, les prix augmentent de +1% au troisième trimestre ; Le marché est il suffisamment représentatif ? La maison en petite couronne n’est peut être le cœur de la demande…

 

 

 

 

 

A suivre … Dans un monde à taux négatif, la hausse des prix de l’immobilier n’est elle pas la véritable inflation ?

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


18 Comments

  1. et sinon dans votre coin, vous qui avez acheté une maison, ca donne quoi ?

    • Riche&Célèbre says:

      Bah, comme partout : les agents immobiliers vous disent que le marché explose à la hausse si vous êtes un acheteur, et que c’est la crise à la baisse si vous êtes vendeur. La routine.

      • Ce qui confirme que cette corporation est inutile surtout lorsqu’on veut vendre un bien sans défaut majeur et au prix du marché. Ceux sont des commercants qui ne prennent aucun risque car ils n’investissent dans rien et ne sont que des intermédiaires trop souvent inutiles

  2. julien bonnetouche says:

    Pas très clair le graphique des variations de prix.

    On tourne toujours du même sujet.
    Avec les taux zéro, les investisseurs se retourne vers des actifs sensés leur rapporter davantage que les obligations, et qui restent en cas de crise grave.

    Il doit y avoir un mélange de gens qui s’endettent pour acheter leur RP ( maison) ou à but locatif.
    Reste à savoir si en province, hors grande ville, le marché locatif est suffisamment demandeur, sans quoi ils risquent d’avoir des mauvaises surprises.

    On doit espérer et supposer que les taux ne remonteront jamais, faute de quoi tout cela s’effondrerait comme un château de cartes.( sauf Paris probablement) car cela semble un peu artificiel.
    Malgré tout , l’immobilier comme pour le reste il vaut mieux connaitre le marché.

    Mais disons qu’il y a un an de répit devant nous, jusqu’à la réélection de Trump.

    • « Mais disons qu’il y a un an de répit devant nous, jusqu’à la réélection de Trump »
      Que voulez vous dire par là ? Je penserais plutôt « jusqu’à l’élection de Warren »
      C’est elle je crois qui peut nous faire changer complètement de paradigme.

  3. Ce qui confirme que cette corporation est inutile surtout lorsqu’on veut vendre un bien sans défaut majeur et au prix du marché. Ceux sont des commercants qui ne prennent aucun risque car ils n’investissent dans rien et ne sont que des intermédiaires trop souvent inutiles

  4. « Au troisième trimestre 2019, les prix de l’immobilier ont encore augmenté de 1% par rapport au trimestre précédent ;  »

    Je n’ai pas vu quelle était la source des infos. Si ce sont les notaires, il s’agit alors des ventes réalisées le trimestre précédent, vu le temps standard de 3 mois entre le compromis et la signature de l’acte de vente. On connaîtra donc les prix du T3 à la fin du T4.

      • Merci.
        Ils affichent bien leurs sources : Sources : Insee, ADSN – BIEN – Notaires du Grand Paris, Notaires de France – Perval.

        En tout cas, je relève :
        * : les indices du deuxième trimestre 2019 relatifs à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ne sont pas publiés ce jeudi 28 novembre.
        Et d’autre part, ces chiffres sont provisoires.
        (p) : provisoire ; (sd) : semi-définitif

        Et donc, s’agissant des chiffres du T3, ils ne pourront être consolidés que lorsque tous les actes auront été signés et versés au conservatoire des hypothèques.

  5. Un chinois en france says:

    Comme dans la pyramide de Ponzi , il faut bien que les derniers dindons de la farce y croient sinon tout ceci n’aurait aucun sens ;

    Par contre et plus tôt qu’on le croit l’indexation de la taxe foncière sur la valeur des biens va rebattre de manière fondamentale les cartes du jeu https://www.lefigaro.fr/impots/taxe-fonciere-ce-que-la-reforme-prevue-en-2026-devrait-changer-20191125 .

    Les spéculateurs parisiens et les dindons vont se retrouver à terre dans la capitale !

  6. J’avoue que pour moi, c’est un complet mystère, cette hausse… En France, (en 2018, INSEE), il y a plus de personnes de + de 60 ans que de jeunes de moins de 20 ans
    ( différence de plus de 1 million), pratiquement 10% de la population Française a plus de 75 ans, ( eh oui, plus de 6 millions de personnes !!! ), qu’il y a bcp plus de personnes dans la catégorie 50 à 60 ans, que dans la catégorie 30 à 40 ans, selon moi, et en toute bonne logique, le prix de l’immobilier devrait baisser. Pourtant, apparemment, ça monte, bizarre, bizarre, il n’y a qu’une seule explication : la baisse des taux. Mais comme celle’ci ne devrait être en toute logique pas s’accentuer ( quoique ces derniers temps, on a des surprises,), je persiste à dire que le prix des logements devrait baisser dans les prochaines années.

    • Vous oubliez le besoin créé par les séparations, l’immigration légale et illégale, et les investissements locatifs.

      Ainsi que les déplacements de population : quand vous avez +200 000 personnes par an en Aquitaine, il faut s’attendre à ce que les prix y soient en hausse.

      Par contre, dans les régions désertées, il n’y a pas l’équivalent à la baisse. Il n’y a tout simplement plus de marché, plus de biens en vente. Globalement, la moyenne augmente donc.

      On peut tenir le même raisonnement entre villes/hypercentre et villages.

      Je souscris tout de même à votre raisonnement, la population est vieillissante, et à un moment des logements vont se libérer. Mais l’inertie est énorme, et il y en a encore pour quelques années, une décennie ou deux, peut-être ?

      Exemple : dans trois petits villages de la côte bleue que je connais, la population a doublé en 25 ans, du début des années 90 à 2015. Par libération du foncier et construction de maisons en lotissements. Et depuis deux ans, la population baisse : les enfants ont grandi et partent faire des études à Marseille, Aix, Montpellier, Toulouse, Paris, Lyon, Lille, …gonflant les chiffres des locations dans ces villes étudiantes. Et les plus anciens disparaissent. Généralement, les hommes en premier.

      Mais il n’y a pas de baisse du prix des logements. D’abord car très peu de biens se libèrent, les mémés préférant rester chez elles qu’aller en maison de retraite, ensuite parce que les enfants reprennent la maison des parents, ensuite aussi parce que l’heliocentrisme n’est pas une vue de l’esprit : les maisons en vente sont parfois (trop souvent, de l’avis de certains), rachetées par des étrangers : parisiens, lyonnais, bretons… Et enfin, parce que grâce à la loi ALUR de Duflot l’écologiste (densification urbaine) les promoteurs rachètent les maisons en vente, la rasent, et peuvent en reconstruire deux à la place.

  7. 3% de hausse brut d’inflation, ça fait à peine plus de 1% net d’inflation. Ce n’est pas incroyable non plus, si ?
    En tout cas c’est à peu près en ligne avec les données de très long terme de l’évolution de l’immobilier.

    https://publications.banque-france.fr/projections-macroeconomiques-juin-2019
    L’inflation totale (IPCH) française, après un pic à 2,1 % en moyenne annuelle en 2018, diminuerait à 1,3 % en 2019, en lien notamment avec des prix de l’énergie moins dynamiques.

    L’inflation totale continuerait ensuite à fluctuer autour de 1,3-1,4 % en 2020 et 2021, essentiellement portée par la dynamique des prix hors énergie et alimentation, alors que la contribution des prix de l’énergie serait pratiquement nulle.

  8. Et ça reste des moyennes. On doit avoir une hausse de 4 à 6% dans les grandes villes de l’ouest, histoire qu’elles rattrapent leur retard, et une baisse ou une stagnation dans beaucoup d’autres endroits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.