Dans une récente intervention, Christophe CASTENER a annoncé que la prochaine grande réforme du gouvernement devrait porter sur la fiscalité des successions.

Voici la phrase précise prononcée par Christophe CASTENER : « L’outil privilégié pour corriger les inégalités de naissance, l’impôt sur les successions, est complexe et n’a pas suivi l’évolution de la société. Il nous semble essentiel d’ouvrir une réflexion en vue de réformer en profondeur la fiscalité sur les successions dans notre pays. »

 

Comment interpréter une telle volonté de réformer les droits de succession ? Faut il comprendre que la prochaine réforme des droits de succession devra davantage corriger les inégalités à la naissance ?

Nous retrouvons ici une grande théorie qui veut que l’impôt doit réduire les inégalités en supprimant ou du moins réduisant l’héritage économique reçu par les citoyens.  L’impôt sur les droits de succession est alors un outils privilégié pour réduire drastiquement la valeur des héritages reçu au profit d’une plus grande redistribution pour tous ! 

En réduisant l’héritage par l’impôt sur les successions, chacun repart de zéro et ne peut donc plus compter sur le travail de ces ascendants pour espérer une vie plus facile.

 

 

Une réforme dans le prolongement du rapport de France Stratégie « Comment réformer la fiscalité des successions ? »

Cette idée d’une augmentation des droits de succession n’est malheureusement pas née de nulle part. Déjà en 2017, une note de France stratégie évoquait le sujet que nous avions synthétisé dans cet article « Une réforme des droits de succession pour détruire les patrimoines et lutter contre les inégalités ? »

Extrait de notre article de 2017 autour de ce rapport de France Stratégie  :

 

Attention, il ne s’agit d’affirmer que les termes du rapport de France Stratégie seront repris par la réforme des droits de succession. Il s’agit simplement d’essayer de comprendre comment « ces gens » réfléchissent.

 

« France stratégie, organisation gouvernementale de réflexion auprès du premier ministre, propose une nouvelle réforme des droits de succession pour lutter contre les inégalités des chances et éviter l’apparition d’une société à deux vitesses, où le patrimoine serait hérité à un âge avancé par une petite partie de la population. 

Cette phrase est la plus importante du rapport car elle exprime de manière très claire la prétention des propositions et l’analyse sous-jacente de l’économiste qui l’a rédigé.

En effet, deux courants de pensée s’affronte autour de la question des droits de succession :

Les premiers considèrent que les droits de succession ont un rôle majeur dans la transmission transgénérationnelle et doivent encourager le transfert de patrimoine au profit d’une génération plus jeune, plus consommatrice dont les projets de vie rendront cette épargne utile pour la croissance. Réformer les droits de succession, c’est encourager la génération précédente qui thésaurise à transférer son patrimoine à une population plus jeune qui saura l’utiliser, et tout cela au profit de la croissance.

 

Les seconds, dont France Stratégie, considèrent l’indécence à détenir un patrimoine supérieur à la moyenne et considèrent les droits de succession comme l’occasion de faire un grand reset sur les inégalités de patrimoine. Selon ces « experts », l’inégalité de patrimoine est néfaste et des droits de succession élevés est l’occasion de réduire le montant des patrimoine pour égaliser par le bas et l’impôt. Ces « experts » dont l’analyse est clairement biaisée par une perception idéologique font le constat de l’échec des droits de succession « à limiter les inégalités de patrimoine ». Et le plus effrayant est que ces experts sont au service du premier ministre et lui chuchotent les réformes à engager. 

 

France stratégie qui fait donc le constat idéologique de inefficacité des droits de succession à limiter les inégalités de patrimoine propose une série de mesure pour utiliser la fiscalité des droits de succession pour détruire les patrimoines élevés.

C’est effrayant d’idéologie ! »

 

A l’époque, France Stratégie envisageait trois mesures :

  • Inciter à la donation et aux legs en conservant le cadre fiscal actuel ; Cette première proposition de bon sens vise à encourager les transferts générationnels via une fiscalité qui baisserait en fonction de l’âge du donataire (celui qui reçoit la donation), mais qui ne convenait pas totalement à France Stratégie « l’inconvénient d’une réforme paramétrique de ce type tient au fait qu’elle ne s’attaque pas à l’inégalité des chances entre héritiers et non-héritiers, ni aux iniquités du système en termes de progressivité. Elle présente néanmoins l’avantage d’être facile à mettre en place. 

 

  • Construire une fiscalité des transmissions centrée sur l’héritier et non sur le légataire ; Dans ce schéma, le taux de taxation sur les transmissions augmenterait en fonction du montant de patrimoine hérité par un individu tout au long de la vie. À chaque nouvel héritage, le montant à payer dépendrait donc des sommes déjà reçues par l’héritier, et non de la somme transmise par le seul défunt, comme c’est le cas aujourd’hui. France Stratégie d’expliquer « il permet de s’assurer qu’un individu recevant beaucoup paie un taux supérieur à celui qui reçoit peu, en limitant les possibilités d’optimisation fiscale. D’autre part, il incite en théorie les détenteurs de patrimoine à transmettre à des individus ayant peu hérité au cours de leur vie ». 

 

  • Financer une dotation en capital pour les jeunes adultes ; La meilleure manière de lutter contre les inégalités et de taxer de manière confiscatoire les patrimoines élevés … et assurer un patrimoine minimum pour ceux qui n’ont pas de patrimoine.




66 Comments

  1. Prendre aux riches pour donner aux pauvres c’est pas la définition du communisme ?

    En fait à quoi ça sert de bosser et de mettre de côté. Autant donner sa démission et tout claquer …..

    • C’est effrayant l’idéologie, très effrayant et tellement peu efficace, y a qu’à voir le communisme.
      Enfin, il faut être Français pour raisonner comme cela; les communistes ont mis des décennies pour se débarrasser de cette idéologie, et les Français constatant les énormes dégâts causés, voudraient y revenir !
      Comme dit bibi, à quoi ça sert de travailler après 40/45 ans si on plus rien à donner à ses enfants au delà cette période de la vie !
      Y a qu’a mettre tout le monde fonctionnaire après cet âge ! Pourquoi un entrepreneur irait-il prendre des risques s’il n’a rien à gagner pour ses enfants, c’est quand même pour eux qu’une majorité de Français se casse le cu. , merde alors !

    • Très rationnellement, c’est ce que vous devriez faire, et que nous devrions faire.

  2. Il faudrait plutôt « réformer en profondeur » (abolir?) France Stratégie …

  3. Encore des inventions pour faire fuir ceux qui ont du capital !
    Nous entrons dans un monde où il ne sert plus à rien de gagner de l’argent !

  4. Le nivellement par le bas en voila une belle théorie progressiste!
    C’est l’équivalent d’une destruction de richesse par une guerre: on a connu ça souvent en France, donc autant l’institutionnaliser.
    Ce sont qui les c..s qui payons ces gens pour réfléchir? On va bientôt se mettre en grève ou au vert s’ils continuent dans cette direction.
    Le mieux serait plutôt de mener une politique d’éducation et de formation qui permette à chacun d’accumuler du capital et de le transférer à leurs descendants qui le feraient encore plus fructifier: au moins la France continuerait à s’enrichir et a croitre.

  5. Les seniors ,  » les vieux schnocks  » de vraiment faire du lobbying comme dernièrement les assureurs……… au lieu de voter pour des députés .

  6. erreur
    les vieux schnocks DEVRAIENT faire ..

  7. Nos biens pensants ont des raisonnements bien simplistes qui sont de nature a décourager les postures vertueuses. L épargnant moyen ne serait plus « épargnant » et n intégrerait plus la notion de transmission de patrimoine. Il ne prendrait plus de risque des lors qu’il aurait suffisamment pour sa propre existence. A quoi bon !
    Au contraire :
    Réduisons déjà les excès du quotidien avec des salaires qui dépassent l’entendement. Encourageons les donations précoces.
    Aidons les moins fortunés a réaliser des projets lucratifs……

    Encore des réflexions hors sol !

  8. Le bien que nous pensons laisser à nos enfants correspond pour une grande partie à ce que nous ne leur avons pas donné au cours de notre vie. Excusez-nous d’avoir été des bons gestionnaires. Si les bien-pensants de de France Stratégie parvenaient à leurs fins, nos héritiers subiraient une double peine – ce qui entre parenthèses, est contraire à l’esprit de nos lois- Pour notre part, mon épouse et moi-même avons commencé notre vie sans le moindre capital ni espérance d’héritage. Afin de ne pas être un jour à charge de nos enfants, ni de la Société, nous avons travaillé sans relâche, vécu relativement chichement, acquis quelques biens. Aujourd’hui, des soi-disant penseurs généreux voudraient remettre en cause notre gestion en « bon père de famille » au profit de gens dont la plupart sont des consommateurs inconscients et imprécautionneux, habitués à percevoir une part du « pognon dingue », . Dans ce pays, l’instruction est obligatoire et chacun a la possibilité de s’élever dans l’échelle sociale, mais pour cela, il faut TRAVAILLER – quel horrible mot pour certains !-
    Empêcher nos enfants et petits-enfants de percevoir ce que nous avons prévu pour eux serait assimilé comme une confiscation. Alors, Messieurs de France Stratégie, tout comme vos prédécesseurs pseudo économistes et stratèges, regardez d’abord où vos élucubrations ont conduit le pays, et attaquez-vous d’abord aux économies que pourrait faire l’Etat lui-même. Peut-être un jour deviendriez-vous un tant soit peu crédibles.

    • En tout point d’accord avec vous Gauthier.
      Le mot travail n’a plus de sens pour beaucoup , ils preferent regarder dans la gamelle des autres!
      Il y a beaucoup d’autres mots qui sont oubliés: honneur, respect, culture, nation….

    • Tout vrai Gauthier.
      En fait c’est la fable de la cigale et la fourmi et FS glorifie/avantage les cigales après avoir plumé les fourmis !

  9. OlivierSPb says:

    Les sans-culottes sont de retour!
    Il faut au contraire abolir les droits de succession qui taxent une épargne qui a déjà été lourdement taxée.
    Sinon dans le style nord-coréen j’ai aussi des idées à soumettre à France Stratégie:
    Pour assurer l’égalité des chances des enfants et éviter que certains bénéficient d’un environnement socio-culturel supérieur, enlevons tous les enfants aux familles et faisons les élever dans des pensionnats gouvernementaux sans contact avec les familles.
    Dans le style khmer rouge: confisquons tous les biens et exécutons tous ceux qui savent lire et écrire. Tout le monde sera parfaitement à égalité: tous analphabètes!
    Dans le style nazi: lobotomisons et stérilisons tous les Q1 > 110.
    La foire aux idées est ouverte. Le concours des bonnes idées peut battre son plein!

  10. Jean Claude says:

    Dans ce cas les grandes fortunes qui restaient en France mais pas seulement vont fuir l’enfer fiscal et se refugier comme résident par exemple au Portugal en ne laissant plus rien en France et en faisant le maximum de donations à leurs enfants de leur vivant.
    Non seulement ils ne paieront plus d’IR pendant 10 ans mais en plus ils réduiront de manière considérable les frais de succession

    • le mecreant says:

      Achtung !!!! s’imaginer qu’on régle le problème des droits de successions en allant au portugal (ou ailleurs) est un leurre. et dans certains cas le remède peut être pire que le mal ( droit de succession 90% dans certaines généralités espagnoles pour les héritiers étrangers y compris s’ils sont résidents espagnols) Le règlement des successions internationales est très complexe, et n’oubliez pas un détail, les droits sont taxés dans la mains de l’héritier, pas de défunt. Donc un héritier résident fiscal français se fera ratiboiser y compris pour les biens a l’étranger. A mon sens la planche de salut sera dans des « entreprises » qui elles bénéficierons d’une fiscalité plus douce et de possibilités de transmission bien plus diverses. Sinon reste la dernière méthode: faire un testament ainsi rédigé: etant sain de corps et d’esprit, j’ai tout bouffé de mon vivant !

      • Jean Claude says:

        Je ne vous ai pas précisé l’Espagne qui est un enfer fiscal comme la France.
        En revanche je confirme que le Portugal peut être une solution intéressante pour une succession pour l’instant et moyennant un testament européen pour blinder l affaire.

        • Et à condition que vos héritiers ne soient pas en France en ce qui concerne le Portugal !

          • Jean Claude says:

            De toute façon il est très difficile dans ce pays ou règne l instabilité fiscale de faire quelque prévision que ce soit.
            On apprend ce jour que l’exit tax que Macron avait promis de supprimer serait maintenant remplacée par un dispositif anti abus!!
            Enfin que sera la France dans 10 ans voire 20 ans??
            Au train ou ça va elle aura peut-être explosée en plein vol et la volaille française risque d’être complètement plumee

            • Dans 10 ou 20 ans, il y aura eu un « Reset » et heureusement d’une certaine manière. Cela LES obligera à reconsidérer toutes les conneries qu’ils ont inventées et qu’ils nous imposent depuis 30 ans.
              C’est quand la maison est écroulée que l’on comprend qu’on aurait dû la réparer ou la construire autrement (Cf. pont de Gênes)

  11. Je parlais de cette maladie récemment. Comment s’appelle t-elle déjà? Ah oui l’égalitarisme.
    Ce ne sont donc pas les réseaux qui créent les castes ce sont les droits de succession. Si vous êtes né pauvre et que vous entreprenez et que vous souhaitez laisser cette entreprise à vos enfants alors c’est inacceptable!
    Vous avez pris des risques l’état doit donc tout vous prendre!
    Peut-on rayer le mot Gauche du vocabulaire humain?

  12. Tout ça après avoir fait l’apologie des 1er de cordée, c’est du grand comique, de la politique au jour le jour.
    Vas y grimpe ! « et en même temps » je tire sur la corde quand tu arrives en haut.
    Je trouve ça vraiment pathétique, le message politique se brouille jour après jour .
    Quelle déception pour ceux qui y ont cru.

    • le mecreant says:

      « Quelle déception pour ceux qui y ont cru. » C’est un peu comme avec les conseillers en gestion de patrimoine, (enfin certains) lol !!!!!

  13. Je rejoins GAUTHIER et les autres c’est effrayant ! Je suis allé lire l’article sur francestrategie1727.fr et ça en dit long sur les réelles motivations de notre gouvernement qui cherche de la croissance par tous les moyens, en allant « redistribuer » aux plus jeunes non-eduqués financièrement les moyens d’assouvir leurs envies et donc d’acheter pour acheter.. mais le problème est bien « comment éduquer nos enfants a ne pas tomber dans le piège du crédit et de l’argent facile? »
    Ce problème la ne sera jamais résolu par nos « élites » car cela signifierait accepter de rendre intelligent financièrement la majorité de la population, alors que l’école forme aujourd’hui de parfait futurs petits salariés obéissants et consommateurs, et donc s’ils devenaient intelligents financièrement, ils ne participeraient pas a la fameuse croissance économique de notre beau pays…
    L’imagination des « experts » est sans égal pour tondre les gens qui ont du patrimoine par tous les moyens !

  14. Bonjour,

    Le système égalitarisme doit avoir ces limites. Les français qui maîtriseront les règles sur la fiscalité des successions seront les mieux lotis. Une bonne partie de la population ne s’intéresse pas à la fiscalité de leur pays par manque d’éducation, cela devrait faire partie des programmes scolaires afin de créer des futurs citoyen participatifs, pour une démocratie directe; ainsi les lois pourront-être votés entre autre par référendum, par une population éduquée et responsable. Les effets d’annonce de bienveillance à l’égard d’une partie du peuple au nom de l’égalité, au détriment de la liberté, ne me paraissent pas très fraternelles, à part d’augmenter les frais de succession à la charge des héritiers entre autres les enfants. Ce sont donc les futures générations qui subiront l’impôt au risque encore d’un nouveau conflit intergénérationnel. Il faut donc abolir l’impôt sur les successions pour la simple raison que les descendants devront subvenir de plus en plus aux besoins des ascendants dont les retraites ne suffiront plus à compenser les coups de la vie. Sans oublier le fait que la pension réversion de retraite en majorité des épouses est minorée d’une façon drastique. En conclusion Le rapport de France Stratégie, n’est pas dans l’intérêt des nouvelles générations et devrait plutôt se concentrer sur une loi successorale et la pension de retraite concernant les femmes ayant vécue ou vivant en concubinage avec pour preuve le ou les enfant(s) issue(s) du couple; En effet il y a un risque de discrimination à ce sujet entre les couples concubins avec enfant(s), et les couples mariés avec enfant(s). Dans l’attente enfin d’une vraie politique familiale et non idéologique.

    Le vrai politique, c’est celui qui sait garder son idéal tout en perdant ses illusions
    « John Fitzgerald Kennedy »

    Bonne journée, au plaisir de vous lire

    J.J.L…

  15. En parcourant les commentaires et au risque de m’attirer les foudres des intervenants, je me fait deux réflexions :

    Comme disait l’autre, pour gagner sa vie, il faut travailler, pour s’enrichir va falloir trouver autre chose.

    -Un enfant doit il « hériter » de la pauvreté de ses parents ?

    J’ai comme vous des enfants, et un patrimoine à leur transmettre dont j’ai hérité en grande partie.
    Je pense cependant qu’entamer une réflexion sur ce sujet n’est pas complètement lunaire.
    Toutes proportions gardées, hériter et surtout n’heriter de rien est une maladie de naissance que l’on peut cependant soigner.

    • J’ai également un « petit » patrimoine mais en démarrant de rien ,300 Frs sur mon compte avant mon premier salaire, un pauvre d’autrefois en somme.
      Ce patrimoine je l’ai constitué en travaillant bien sûr mais surtout en me privant et dans une autre mesure en prenant des risques.
      Je ne voudrais pas que toutes ces années de privations soient confisquées pour je ne sais quelle idéologie socialo dirigiste.

      • Je crois Michel que nous devons avoir un parcours très similaire. Mon premier salaire était de 370 francs en Octobre 1961. Mon père m’a dit que je pouvais le garder pour moi. Mais les suivants ont été versés dans la « caisse commune » de la famille. J’ai réalisé que je ne pourrai pas faire une vie aisée avec ce niveau de revenu. J’ai spontanément appris l’anglais tandis que mes copains s’entraînaient au baby-foot ou autres activités ludiques, ce qui m’a permis de m’expatrier en pays africain anglophone durant quelques années. J’ai gravi très vite les échelons mais surtout, j’ai appris des tonnes de choses que je ne connaissais pas et pour lesquelles je n’était pas formé : gestion d’un centre de profit comme on dit aujourd’hui, gestion financière, gestion des hommes, gestion des relations extérieures, etc… Rentré en France, mon expérience de directeur d’agence commerciale a sans doute été l’élément de confiance des recruteurs et non mes diplômes – je ne suis titulaire que d’un BEPC – J’ai plusieurs fois pris des risques dans ma trajectoire, avec des résultats parfois incompréhensibles pour mon entourage. J’ai terminé mon parcours comme directeur commercial d’une filiale d’un grand groupe français.Finalement, j’ai fait une carrière, qui sans être éblouissante, a permis à ma famille de vivre correctement. Je raconte tout cela, non par vanité ou auto-satisfaction quelconque, mais pour montrer que la volonté – et les heures de travail- peut aider.

        Alors, aujourd’hui, je suis effectivement plus à l’aise que certains ; mais suis-je pour autant coupable? Et quand je lis les inepties qui émanent des soi-disant serviteurs énarques de l’Etat, je ne puis que m’insurger.
        Merci de m’avoir lu.

        • Votre simplicité et votre humilité vous honorent cher Gauthier.
          Bien à vous et bonne chance ! Sait-on jamais, un jour, le bon sens reprendra peut-être le dessus sur toutes ces inepties.

    • Hériter de quelquechose donne un avantage économique dans l’imaginaire.
      D’abord, remettons les choses au clair. Quel avantage économique pouvez-vous retirer d’un bien immobilier invendable et situé dans une zone hyper-détendue?
      Aucun puisque vous allez devoir payer un impôt à l’état en vous appauvrissant.
      C’est donc une vue de l’esprit que de penser que successions = automatiquement avantage économique.
      En revanche, faire penser cela permet de justifier par anticipation une véritable spoliation, une expropriation (les héritiers vont renoncer à la succession faisant ainsi une donation à l’Etat, non taxée celle-là) mais sans indemnisation.
      Lorsque l’on pense succession on pense beaucoup à des gens riches alors qu’en réalité les actifs moyens sont autour de 200000€. Quand vous avez acheté un petit appartement il y a plus de 20 ans il y a de fortes probabilité d’atteindre cette somme. Souvent, il n’y a qu’un seul bien dans la succession, fruit du travail de toute une vie, les héritiers n’étant pas bien riches eux-mêmes n’auraient plus les moyens de l’appréhender.
      Macron et ses sbires sont en train d’organiser un vol à l’échelle nationale.

    • Quand vous héritez vous avez déjà fait votre vie : fourchette 50-60 ans.

  16. La pauvreté à cette époque c’etai vraiment de la pauvreté et non comme aujourd’hui avec toutes les aides qui sont distribuées. Les gens pauvres trouvaient toutes sortes de travail pour s’en sortir. Ils faisaient parfois deux ou trois jobs à la fois( travail à l’usine, travail d’un petit paysan et distribution du charbon avec cheval et charrette). Une autre époque qu’il ne faut pas regretter bien sûr mais dont il faudrait prendre exemple au moins pour le travail. C’est une valeur qui tend à disparaître et si l’on continue à plumer ceux qui l’adopte je ne donne pas cher de la France à l’avenir.

    •  » Ils faisaient parfois deux ou trois jobs à la fois( travail à l’usine, travail d’un petit paysan et distribution du charbon avec cheval et charrette). Une autre époque…. »
      Là vous êtes au xix ème siècle, début xxème, c’est effectivement une AUTRE époque ! 🙂

  17. Les injustices sociales, il y en a plein, et elles sont dues à de multiples facteurs.

    Ce que je constate c »est que la disparité des salaires aujourd’hui est infiniment supérieure à ce qu’elle était dans les années 60-70. Et la disparité des salaires entre femmes et hommes reste toujours très importante, d’autant plus quand les femmes se retrouvent seules à élever les enfants, ce qui est de plus en plus fréquent avec les séparations des couples.
    On peut aussi constater que l’argent qu’on donne à l’état au travers des taxes, et impôts en tout genre est très souvent gaspillé, puisque personne n’est responsable de cet argent.

    Que l’épargne familiale sur parfois plusieurs générations, soit confisquée pour être gaspillée par les gouvernants, qui eux, ont des salaires très confortables, des parachutes et des retraites dorées, comment peut on le souhaiter ?

    Gouvernants et hauts fonctionnaires, laissez un peu de liberté aux gens. Arrêtez de vouloir imposer la même solution à tous, la vôtre.
    Incitez les plutot à faire des legs, à décider de la façon de gérer leur argent, le donner, le transmettre, le répartir, plutôt que de mettre tout le monde dans la précarité (sauf vous puisque l’état garantit vos revenus à vie).

    L’égalité, ce serait que les salaires aussi soient tous les mêmes, Ca ferait tout drôle à certains de se retrouver avec 1000 ou 1500 Euros par mois, pour vivre et nourrir leur famille.

    • Je dirais à votre place:
       » … Que l’épargne familiale sur parfois plusieurs générations, soit confisquée pour être gaspillée par les gouvernants, qui eux, ont des salaires très confortables, des parachutes et des retraites dorées, comment peut on le SUPPORTER ?

      « Gouvernants et hauts fonctionnaires, laissez un peu de liberté aux gens… » –> devenez LIBERAUX ,de vrais libéraux

      « Arrêtez de vouloir imposer la même solution à tous, la vôtre » —> instaurez la DÉMOCRATIE DIRECTE

      « L’égalité, ce serait que les salaires aussi soient tous les mêmes… » —> oui mais là on bascule dans le communisme, le pire de tout !

      « …. se retrouver avec 1000 ou 1500 Euros par mois, pour vivre et nourrir leur famille. » —> il faut néanmoins ajouter toutes les aides sociales et autres et enlever les impôts et autres taxes non payées que payent en revanche ceux qui ont 5 ou 600 € de plus et qui au final ont moins que les précédents.

  18. En fait, qui peut dire qu’il hérite de quoique ce soit à sa naissance?
    Quand hérite t-on de manière générale?
    Est-ce une inégalité de naissance quand ceux qui héritent ont déjà fait leur vie et sont déjà à la retraite?
    Macron nous prépare une nouvelle attaque contre les vieux avec l’assentiment idéologique de toute la classe politique de la gauche à la droite.

  19. le mecreant says:

    Quelques reflexions:
    Dans l’imaginaire populaire, hériter, c’est recevoir un patrimoine et en jouir sans rien faire… sauf qu’hériter d’un patrimoine c’est un boulot a part entière, qui nécessite beaucoup de travail, beaucoup de compétences dans de nombreux domaines. Gérer un héritage donne du travail a beaucoup de gens, ce n’est pas recevoir un tas d’or que l’on va consommer.
    Recevoir un héritage, c’est aussi en comprendre l’economie, comment il s’est constitué et pourquoi,
    Recevoir un heritage c’est encore l’adapter au monde present, en anticipant autant que possible le futur, car recevoir un héritage, c’est aussi hériter le devoir de le transmettre, un peu augmenté aux générations suivantes.
    Enfin et ce n’est pas anodin, quand on regarde de près ce qui constitue l’héritage, on comprend que l’héritage n’est pas matériel, il est une conception de la vie. Quand on a compris comment et pourquoi un héritage s’est constitué, on a surtout acquit un « savoir » qui permet, si on est ruiné par bercy, d’aller ailleurs, et de repartir de zéro pour reconstituer un héritage. La réalité de l’héritage ce n’est ni les immeubles ni les millions, c’est le carnet d’adresse et la méthode. Le reste ne dépend que des circonstances favorables ou pas du moment.

  20. Ces réflexions sont celles du DONATEUR pas forcément celles du DONATAIRE sauf exception, sinon comment expliquer la dilapidation de nombreuses fortunes acquises par héritage .
    Et j’ajouterai que c’est une excellente chose sinon la fortune resterait captée au sein d’une même famille , les autres n’auraient aucun espoir .
    Mais ne vous méprenez pas je ne veux pas abolir l’héritage comme Mr CASTANER bien au contraire .
    L’héritage est la résultante de mes sacrifices ( peu de plaisir , beaucoup de travail ) ce qui a fait le bonheur de ma vie .
    Je veux absolument le transmettre à ma progéniture ,elle en fera ce qu’elle voudra ……….

    • Dilapidation = consommation = participation à l’économie également.
      Donc dans tous les cas de figure, favoriser les donations anticipées est un atout pour l’économie.
      Je pense que l’état français est en faillite et que le gouvernement veut repousser l’échéance à 2022.
      Je suis désormais convaincu que la dette représente plus de 100% du PIB.

    • le mecreant says:

      Et c’est la que les études des époux Poinson-Charlot sur les riches, vous expliquerons comment ce sont les enfants des « nouveaux riches » qui bouffent la fortune, et pourquoi les vieilles familles riches, le restent (ou le redeviennent) quelles que soient les vicissitudes de l’histoire.
      D’ailleurs ça ressort tout a fait dans les posts de ce fil. « j’ai gagné et je veux transmettre le fruit de mes efforts, versus, j’ai reçu, et je doit transmettre, si possible en mieux, ce que j’ai reçu. Dans le second cas, on est pas le possesseur de « l’héritage » on en est le serviteur, car lui, il a une existence propre, qui s’est poursuivie au cours des siècles indépendamment de ceux qui en jouissaient. Cette vison n’est pas dépendante du montant de l’héritage, ni même de sa nature, c’est une vision philosophique des choses et c’est très « paysan » Il en est exactement de même si on ne parle pas d’argent mais par exemple d’un savoir faire, il s’est transmis au cours des siecles, et on se doit de passer le relais de cet héritage a quelqu’un, qu’il soit de la famille ou pas, et il est plus important de le passer a quelqu’un qui peut le faire fructifier qu’a quelqu’un a qui on est lié par le sang.
      Ceux qui dilapident leur fortune n’on pas appris ou pas compris cela, ou encore font le choix de tout bouffer, mais dans ce dernier cas, les générations suivantes auront toutes les chances de reconstruire, parce que le véritable héritage est dans l’esprit, le reste n’étant que la manifestation extérieure et tangible de cet esprit.
      Si l’etat français ruine tout le monde, les « petits » ne s’en remettrons pas, les autres partirons en amerique ou ailleurs les mains dans les poches et referons une fortune.

      • Exact, je ne comprends pas pourquoi au nom de l’égalité on sanctionne ceux qui font ce qu’il faut au lieu de mettre les conditions en place pour que les autres y arrivent.

      • Ouais, bof !
        Très idéologique et peu réaliste !
        Sauf dernière assertion.

        • le mecreant says:

          Ce n’est pas parce que ce n’est pas réaliste, que ce n’est pas vrai… et très dérangeant j’en convient.

          • Certes, mais quand vous dites: « …on en est le serviteur (de l’héritage) , car lui, il a une existence propre, qui s’est poursuivie au cours des siècles indépendamment de ceux qui en jouissaient. »
            A part quelques aristocrates ou ex qui ont reçu un château en héritage et ils sont à compter, ou ceux qui ont reçu une entreprise qui les fera/ aidera à vivre (agriculteurs notamment), je ne connais pas beaucoup d’héritiers qui ne profitent pas de ce « don du ciel » !

            • le mecreant says:

              Hériter d’un chateau… je suis pas certain que ça aide a vivre… mais a se ruiner sans aucun doute:-) Pour le reste c’est un fait que si on prend en compte les chiffres de l’insee il n’y en a que 10% dont le patrimoine est supérieur a 534000 euros net. soit le prix d’un appartement parisien. L’héritage moyen étant lui de 32000 euros par personne. Naturellement la vision entre les deux est très différente.

              • Avec 534 000€ vous habiterez dans un deux/trois pièces à Paris, j’espere Que vous n’avez pas une famille nombreuse🤔ceci dit c’est sûrement moins ruineux qu’un château !

                • Mais pour un château, on peut espérer une aide des Monuments Historiques ou de Monsieur BERN, mais sûrement pas pour un deux/trois pièces dans Paris

              • C’est ce que je disais en reprenant votre assertion: certains héritiers sont « asservis » de leur héritage (les châteaux par exemple), ils ne sont pas si nombreux que cela en France voire très minoritaires, et après (aide à vivre) cela dépend de ce qu’ils en font (chambres d’hôtes, réceptions, visites payantes, ….),
                mais la plupart, la majorité donc « profitent de leur héritage.
                C’est quand même plus facile de se loger à Paris avec un capital de 535 000€ qu’avec rien !

  21. Sur plusieurs générations, il s’en trouve une qui « consomme tout ».
    A quoi bon taxer les générations vertueuses alors que dans tous les cas, les compteurs seront remis à zéro par un descendant irrespectueux.
    Nos bien pensants ont la vue courte …trop courte.

    • Macron sait que le pays est en faillite. Les politiciens professionnels se sont tellement enfermés dans leurs idéologies qu’ils ne peuvent plus faire marche arrière. L’idée aurait été de s’inspirer de Trump sur le plan économique, mais s’en inspirer c’est mal donc on fait le contraire.
      La fiscalité est tellement confiscatoire que personne n’a envie de rester en France à part pour se faire soigner les dents…
      Selon ce qui va être décidé, les gens vont se précipiter ou non pour vendre leur immobilier. Un joli krach est envisageable.
      On tient peut-être notre reset. Evidemment les économistes conseils de Macron qui passent leur temps derrière un écran n’envisagent pas cette hypothèse.

  22. Merci à tous pour ces réflexions passionnantes, j’ajoute également que l’héritage est une source de liberté face à l’exigence capitaliste qui veut que le travail, c’est à dire la main d’oeuvre, soit asservie, demandeuse de se mettre à disposition du capital.

    Être héritier, tout comme le propriétaire de sa résidence principale par exemple, c’est être libre de pouvoir choisir son asservissement. Libre de dire non…

  23. On ne plante pas un clou a la première frappe du marteau , ou les promesses n’engagent que………..

  24. Mais les planètes ne restent jamais alignées…………
    Pour l’instant Jupiter à besoin de voix aux prochaines élections….. dont les séniors

    • Ah non alors les séniors, il les irrémédiablement perdus ! Trop tard.

      Tenez un petit message qui circule sur FB:

      « Le calcul de Macron est juste: les retraités la fermeront…

      Bernard HERTZOG
      Maire honoraire de Silly-sur-Nied
      Conseiller général honoraire de Moselle
      Chevalier dans l’ordre national du mérite
      Chevalier dans l’ordre des palmes académiques
      3,rue Grégoire de Tours 57000 Metz
      03 87 64 06 13

      Lettre à son Altesse Macron 1er

      Sire, je voudrais vous féliciter il en a fallu du courage
      Pour décider de ponctionner
      De leurs soi-disant avantages
      Tous ces bienheureux retraités.
      Il est vrai qu’ils sont redoutables
      Et pour tout dire presque enragés
      Avec leurs béquilles, leurs bandages
      Sans parler des chaises percées.

      Il y a même un bon côté
      Peu s’en iront à l’abordage
      Afin d’incendier l’Elysée
      Ou de construire des barrages.
      Et puis ils vont bientôt crever
      Alors pourquoi donc s’en priver ?

      Peut-être vous a-t-il échappé
      Ce que fut leur enfance dorée ?

      La deuxième guerre mondiale
      Avec son lot de privations
      De bombardements, un régal
      Pour qui aime les films d’action.

      Et ensuite ce fut l’école
      Où l’on passa bien peu de temps
      Pas comme certains guignols
      Qui n’en sortent qu’à 27 ans.

      Souvent après c’était l’usine

      Où l’on entrait à 14 ans
      Quarante huit heures par semaine ( et non 35h et des RTT)
      Quinze jours de congés payés…
      Vraiment l’existence rêvée.

      Notre service militaire
      Dites moi où l’avez vous fait ?
      Pour nous, 28 mois d’une guerre
      Trente mille jeunes y sont tombés
      Mais cela n’est pas votre affaire
      Pour le résultat qu’on connaît.
      Alors pourquoi donc se gêner

      Pressurons les tous ces nantis
      Pour pouvoir mieux distribuer
      Aux arrivants de ces pays
      Qui jamais n’auront travaillé
      Ni cotisé, que nenni.
      Pour ce qui est du logement

      Mon Dieu que nous fûmes gâtés
      A six dans l’appartement
      D’à peine soixante mètres carrés
      Sans aucune des commodités
      Qu’on accorde généreusement
      Même aux nouveaux arrivés.

      Sans doute l’histoire de France

      N’est pas votre tasse de thé
      Elle fût traitée en votre absence
      Ou bien vous l’avez oubliée.
      Pas nous !
      Un jour, vous vous en apercevrez…
      Macron, le Saigneur des retraités !
      Appelons désormais Macron, le Saigneur des retraités car c’est vraiment le titre qui lui convient.

      Surtout ne pas se plaindre et critiquer quand on choisit de ne rien faire et ne rien dire !

      ON EN A TOUS RAS LE BOL !

      Alors Diffusons !

      Soyez Acteurs concrètement !

      Internet le moyen de nous défendre !  »

      « 

  25. Clap Clap

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*