Les plus-values de cessions à titre onéreux de valeurs mobilières (actions, obligations…)
et de droits sociaux réalisées par les particuliers résidant fiscalement en France sont
soumises à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux en tant que revenus du
patrimoine.
Les gains nets réalisés lors de la cession de valeurs mobilières et droits sociaux sont
imposables à l’impôt sur le revenu au taux forfaitaire de 18 % et aux prélèvements
sociaux au taux global de 12,1 %, dès lors que le montant annuel des cessions
imposables excède, par foyer fiscal, 25 730 euros en 2009.

Ce seuil d’exonération a régulièrement été augmenté dans les dernières lois de
finances : le seuil a été successivement porté de 7 650 euros en 2002, à 15 000 euros en
2003, à 20 000 euros en 2007, à 25 000 euros en 2008.
Il est, depuis 2008, indexé sur la limite supérieure de la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu de l’année précédente. Ces revalorisations ont eu pour conséquence mécanique une contraction progressive de l’assiette des prélèvements sociaux, sans prise en compte de leur effet négatif sur les recettes de la sécurité sociale.
Le prélèvement social doit être universel. Le projet de loi de financement de la sécurité
sociale prévoit donc d’assujettir aux prélèvements sociaux les plus-values réalisées au premier euro de cession. En revanche, le régime fiscal au titre de l’impôt sur le revenu reste inchangé. De même les règles de report des moins-values sur dix ans continuent de s’appliquer pour l’impôt sur le revenu comme pour les prélèvements sociaux.
Cette mesure ne sera pas rétroactive. Elle s’appliquera à partir des cessions réalisées au
1er janvier 2010.
Elle devrait générer 113 millions d’euros de recettes aux organismes sociaux à compter de 2011.

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.
 

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques



Posez vos questions et obtenez nos réponses

One Comment

  1. ROLAND GARNIER says:

    Concernant la taxation des plus-values aux prélèvements sociaux des ass vie, j’ai eu quelques éclaircissements grâce aux éditos de GUILLAUME et à l’info de FREDDY GOSS (la tribune Christine Lejoux 28/10/2013).
    J’ai hélas besoin de confirmation pour être certaine d’avoir intégré ces « foutues » nvlles mesures.
    Prenons un ex : imaginons ce jour le rachat total ou partiel d’un contrat d’ass vie « multi-support » souscrit après 97. Depuis le début du contrat des taux de prélèvements sociaux étaient en vigueur mais non prélevés chaque année ceci jusqu’en 2010. Depuis 2011 des prélèvements ont été pratiqués (12.3%, 13.5% et 15.5%) mais là chaque année.
    Si je comprends bien les plus-values seront ou sont maintenant soumises à un réajustement au taux de 15.5%
    Le contribuable devra régler un complément aux taux antérieurement pratiqués pour arriver à celui de 15.5%, ou autrement dit : la nouveauté c’est la différence à régler entre les anciens taux et celui de 15.5% – bien entendu entre 97 et 2010 taux plein de 15.5% puisque rien n’avait été réglé –
    Depuis quand cette mesure est-elle applicable ? 26/09/13 ? Tout en sachant qu’il ne faut pas confondre avec celle concernant les contrats multi support souscrit avant 97.
    Merci d’avance d’avance pour vos réponses

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.