Et voilà c’est reparti : Après la remise en cause de la suppression de la taxe d’habitation pour les 20% les plus aisés ; Après l’idée de la création d’une nouvelle tranche de l’impôt sur le revenu, le gouvernement, sous la plume de notre ministre DARMANIN évoque l’idée de baisser le plafond des niches fiscales.

Baisser le plafond maximum des niches fiscales, c’est une manière indirecte pour augmenter l’impôt sur le revenu de ceux qui bénéficient d’avantages fiscaux importants et donc de ceux dont le revenu est le plus élevé.

 

Une nouvelle fois, derrière les beaux discours, le gouvernement semble chercher comment augmenter les impôts !

On appelle niche fiscale l’ensemble des dispositifs fiscaux qui permettent à un contribuable de baisser le montant de son impôt sur le revenu. Les niches fiscales peuvent être des « réductions d’impôt » ou des « crédits d’impôt ».

Comme nous vous le détaillons dans cet article « Plafonnement des niches fiscales : détail du mécanisme et liste des avantages fiscaux concernés », le plafonnement des niches fiscales consiste à accorder un maximum de 10 000€ de crédits ou réduction d’impôt au titre d’une même année.

Ainsi, au titre d’une même année, un contribuable ne pourra pas bénéficier de crédit d’impôt ou réduction d’impôt pour un montant excédant 10 000€.

Mais attention, il ne s’agit pas seulement de crédits d’impôt ou réduction d’impôt attachés à l’investissement immobilier ou dans le capital des PME, tous les crédits ou réductions d’impôts sont concernés :

  • Aide fiscale accordée au titre des sommes versées pour l’emploi d’un salarié à domicile
  • Réductions d’impôt en faveur de l’investissement locatif intermédiaire (réductions d’impôt « Duflot » et « Pinel » ou « DENORMANDIE »)
  • Crédit d’impôt au titre des frais de garde des jeunes enfants
  • Crédit d’impôt en faveur du développement durable et des économies d’énergie (CIDD) et crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)
  • Réductions d’impôt accordées au titre des souscriptions en numéraire au capital des PME non cotées et des souscriptions de parts de FCPI et de parts de FIP (réduction d’impôt « Madelin ») (1)
  • Réduction d’impôt accordée au titre des investissements forestiers

 

Le Ministre DARMANIN évoque ce matin, dans le journal Les Echos l’idée selon laquelle il pourrait être pertinent de baisser ce plafond des niches fiscales de 10 000€.

Mais pourquoi baisser le montant du plafond des niches fiscales ? La seule réponse qui tienne me semble évidente : Il faut augmenter l’impôt de ceux dont le revenu est le plus élevé.

Je suis stupéfait par une telle doctrine fiscale qui veux qu’il est préférable de baisser l’impôt sur le stock de patrimoine (via l’idée selon laquelle il fallait absolument supprimer l’ISF pour éviter que notre riches propriétaires ne quittent la France) … Mais qu’il est préférable d’augmenter l’imposition de ceux qui gagnent de l’argent grâce à leur travail !



Cette contradiction est incroyable ! On préfère taxer le travail plutôt que le stock de patrimoine ! Attention, il ne s’agit pas d’un jugement qui aurait vocation à justifier le retour de l’ISF, mais simplement de mettre l’accent sur l’absurdité du discours de nos gouvernants qui préfère taxer les travailleurs plutôt que les détenteurs de patrimoine.

Dans le même ordre d’idée, on a préféré baisser l’impôt sur les revenus des détenteurs de capitaux mobiliers et autres actionnaires via l’adoption de la flat tax à 30% (12.8% d’impôt sur le revenu ; 17.20% de prélèvements sociaux) pour ensuite augmenter l’impôt sur le revenu, et notamment de ceux qui tirent leur revenu de leur travail, via la baisse du plafonnement des niches fiscales ?

Mais que se passera t’il le jour ou ces créateurs de valeur se mettront en grève ? (cf« La grève »  ; »Atlas Shrugged » par Ayn RAND). C’est peut être la solution d’ailleurs.

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.
 

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques


78 Comments

  1. irta leslie says:

    Bonjour,
    à la première ligne déjà une coquille!! j’avoue que je me questionne sur la pertinence de la suite

    • Pourquoi coquille ? Macron a finalement décidé qu’il fallait revoir la suppression de la taxe d’habitation.. Donc oui il l’a confirmé tout récemment après avoir qu’il fallait la supprimer pour tous./ une girouette !

    • Parfois, trop souvent, l’empressement de la publication laisse quelques fautes d’orthographe.

  2. Ce pays court à sa perte. La mise en place d’une véritable logique d’assistanat pour ne pas dire carrément une culture de l’assistanat , sans oublier la sacrosainte pensée unique qui définit (sauf pour elle!) le champ de la morale va aboutir à la paupérisation du pays. Ca fait deux ans que j’y pense, Macron m’a donné la validation. Se désendetter, ne surtout pas investir en France, et partir dans quelques années. Il n’y a plus rien à tirer de ce pays communiste qui ne le dit pas.

    • Assurance santé collective
      Retraite collective
      Education collective
      Lutte des classes dans les entreprises
      Pensée unique humano gauchiste dans les médias papier
      Politique centralisée pour se faire réélire

      Continuons à emprunter, augmentons la dette de nos enfants, tournée pour tout le monde, c’est l’Etat qui paye, c’est gratuit.

    • Tout à fait d’accord avec vous…
      Où va-t-on …. que cherche-t-on réellement en fin de compte….
      Assister les gens et faire fuir ce qui crée de la valeur?
      Ou trouver une croissance au pays !!!

      Bref… sans queue ni tête les pistes de recherche

    • Nous faisons le même diagnostic : la France est bel et bien un pays communiste, il suffit de totaliser tous les prélèvements paye par un Francais « riche » tout au long de sa vie pour le constater.

  3. Je ne compte plus autour de moi les expatriations pour fuir cet enfer administratif. mes amis sont malades de ce qu il se passe. Chaque mois on invente une taxe. Mon depart ce sera l an prochain. Et avec soulagement et dépit mêlés.

    • Partir d’accord mais en cas de problèmes de santé : il faudra assumer… et ne pas faire comme ces retraités à l’Ile Maurice au Portugal et ailleurs qui revienne en France voir leur famille et se faire faire un check up au frais de la collectivité dont ils ne font plus parti !

      • Désolé mais lorsque retraité vous residez a l’étranger vous continuez a payer les cotisations maladie et vieillesse, alors pourquoi se priver de soins auxquels vous avez droit ???
        Seules les CGS CRDS ne sont pas payées, et l’impôt suivant que le pays ou vous residez a une convention fiscale avec la France.

    • Mais le pire c’est que tu reviendra bien te faire hospitaliser en France quand tu sera vieux et malade.

      • Pour les résidents fiscaux étrangers, pas de cotisation, pas de soins…
        Comme l’assurance habitation ou automobile!
        Sinon, ne pas oublier son chéquier.

        • Faux, cotisations donc soins, énorme fake news largement diffusée…

          • Sachant qu’une cotisation individuelle ne peut équilibrer les coûts d’un check up et des soins en cas de maladie, c’est donc aussi l’IRPP, la CSG, et la CRDS, qui y contribuent.Donc pas de contribution totale : pas de soins, il faut tout même assumer SON CHOIX sans vouloir le beurre, l’argent du beurre, la fermière, le champ et puis quoi encore ?

            • si l’on suit votre raisonnement on devrait soigner les français en fonction de la quantités d’impôt versée à la collectivité ?
              Il y en a qui seront mieux soignés que d’autres , c’est sur !

              • Le propos concernent tous les exilés fiscaux et non pas les résidents, ni les non-résidents pour cause de travail.

                • Peut être changerez vous d’avis le jour c’est votre médecin qui s’exilera.

                  • Si vous approuvez les JOHNNY, TSONGA, PAGNY GOSHN, etc … je les invite à ASSUMER leur choix : ce qui est de bon sens.
                    Merci de votre sollicitude : ma femme est médecin. mais pour vous.. si VOTRE médecin s’exile…vous serez soigné par un médecin avec un diplôme de la CE ou d’ailleurs…

            • Tiens ! la loi du bon sens !

      • Merci de ne pas tutoyer

      • lol oui et alors ?

        Il y a bien des morts revenant de l’étranger qui se font soigner, alors les vrais français peuvent bien le faire…….!!

  4. « On préfère taxer le travail plutôt que le stock de patrimoine »… N’est ce pas parfaitement logique au contraire!? Nous taxons le travail, à l’instar des plus-values, des dividendes et des intérêts, l’idée étant d’imposer le surplus de revenus dans l’année.
    N’est-il pas extrêmement malsain de laisser persister un ISF, quand bien meme édulcoré réduit à l’immobilier, dont le seul objet est de taxer année après année une épargne qui à soit été déjà taxée au titre de l’impot sur le revenu l’année de sa perception, soit taxée de manière sensible lors d’une succession?

    Ce pays à besoin d’un réforme profonde et réelle du système d’imposition. Les niches fiscales devraient toutes etre supprimées – le capital sera alors naturellement dirigé vers les projets réellement créateurs de valeur et non pour leur simple attractivité fiscale -, le coût du travail (charges sociales et patronales) doit etre immensément réduit afin de permettre à nos entreprises d’etre compétitives tant sur le plan de la production que sur le plan de la rémunération (quand on pense qu’un salarié à qui il reste 1750€ après impôt sur le revenu à réellement couté 3300€ à l’entreprise – soit a peine 53% de la dépense!!!); qu’il faille rectifier par une augmentation de l’impot sur le revenu sur les hauts salaires, mais impôt auquel TOUS les contribuables recvant un revenu devraient participer, meme de manière symbolique au nom de la solidarité nationale ne choquerait personne.

    Pour etre accepté, l’impot doit etre juste, clair et lisible (rajoutons inévitable), mais ce qui pousse à l’exil, ou sinon à la révolte de ceux qui ne peuvent pas partir, c’est le cumul d’un impot injustifié (sommes préalablement taxées à l’ir), opaque et illisible (notre instabilité fiscale) et enfin optionnel (en fonction de la qualité des montages et produits proposés par les conseillers fiscaux et patrimoniaux).

    • Oui tout à fait Jalon !
      J’utilisais souvent le terme de taxe du travail pour parler de la ponction de 50% du coût salarial total. Sauf que ces 50% sont tournés vers les dépenses sociales (retraites santé etc). Faudrait donc utiliser ce terme magnifique de « cotisation ».
      Quant à l’impôt « juste »… vaste débat entre ceux qui traduisent « juste » par un taux de contribution proportionnel avec les revenus et le patrimoine (tranches, seuils, ISF etc) vs ceux qui demandent une contribution en % de ses revenus (taux unique).

      • Je pense que l’impôt n’est pas « juste » par sa mise en oeuvre et ses modalités techniques, proportionnel ou progressif. L’impôt juste est une notion qui doit être considérée dans son ensemble.

        C’est la totalité des impôts qui doivent être « justes » au regard des revenus des contribuables: c’est à dire ni confiscatoires, ce qui désincite le travail et la prise de risques, ni inégalitaire exigeant trop de ceux qui n’ont rien et trop peu de ceux qui gagnent beaucoup…

  5. Abaisser le plafond de 18 à 10 k€ n’est pas scandaleux. C’est juste, efficace et équitable.
    C’est comme l’isf. Pour un patrimoine de 1,3M€, payer 5 k€ d’impôt supplémentaire ne met pas en péril le contribuable.

    On arrête de penser premier de cordée mais plutôt milieu de cordée 🙂

    • Le plafond est actuellement à 10 000€. Le plafond à 18 000€ est limité à seulement quelques produit.

    • On paye l’impôt avec ses revenus et non avec son patrimoine.
      Vous pouvez avoir un appartement à Paris ,aucune épargne et un petit salaire ou une petite retraite ne vous permettant d’acquitter cet impôt.

    • C’est tout à fait scandaleux de payer un impôt sur du capital, fruit d’une épargne préalablement fiscalisée au fil des années.

      Le capital ne doit pas etre taxé simplement parce qu’il existe! Ce sont les fruits du capital qui doivent etre taxés au moment de leur réalisation, quand ils se transforment en revenu!

      Si l’on pousse votre raisonnement jusqu’à l’absurde de la recherche de la justice sociale, si l’on surtaxe ceux dont l’épargne augmente en valeur, on devrait alors rendre de l’impôt (crédit d’impot) à ceux dont le patrimoine recul et aussi à ceux qui n’épargnent rien mais consomment tout… Est ce bien logique?

      • Vous avez raison, il est préférable de plus taxer les revenus afin de réduire à néant la capacité à se constituer un capital 😉

        • Monsieur Fonteneau,
          Vous m’avez bien lu, augmenter l’impôt sur le revenu tout en réduisant le cout du travail…

          On peut aussi réduire l’imposition globale de tous en réduisant le train de l’état, réduction promise par le candidat Macron…qu’il nous tarde qu’il concrétise.

          • mais ne vous trompez pas… baisser le coût du travail passera par la baisse des retraites 😉 cf  » Baisser les retraites est il le véritable objectif de la réforme des retraites ?

            • Il faut etre lucides, la baisse de retraites dites par répartition est inéluctable.
              1. La durée de la retraite moyenne est passée de 5 à 20 années entre 1960 à aujourd’hui.
              2. En 2000 nous avions environ 40 retraités pour 100 actifs, en 2019 nous sommes à 55 retraités et on en prévoit 66 à l’horizon 2040 pour 100 actifs.

              En résumé, 50% de retraités en plus, 4 fois plus longtemps… Que nos gouvernants laissent croire que la retraite par répartition ne va pas baisser de manière significative sans une révolution fiscale et une réduction des gaspillages et une réallocation des budgets de l’état est une simple trahison.

              • Pourtant, nous sommes à l’équilibre et le déficit du système ressemble de plus en plus à une légende urbaine organisée pour accélérer la déconstruction d’un système qui fonctionne finalement pas si mal, même s’il faudra probablement quelques petits aménagement afin de lier davantage « montant des pensions » et « niveau de vie des cotisants ».

                • L’équilibre comptable à été atteint en augmentant les cotisations (CSG passé de 3,4% à 17,2% en 20 ans) et réduisant les préstations:

                  Le taux de remplacement (retraite perçue/ référence salaire de l’actif) a glissé de quasi 60% à environ 38% sur les 20 derniers années).
                  Le COR prévoit de descendre à 33% pour la génération de 1955 à 1965.

                  Diviser le montant de la retraite par deux à cotisations égales, ça ressemble à s’y méprendre à une faillite de notre système ?

    • « Pour un patrimoine de 1,3M€, payer 5 k€ d’impôt supplémentaire ne met pas en péril le contribuable. »
      Quelle vision des choses !!
      Et quand on possède un appartement parisien estimé à 1,3 MF, on peu d’économies en liquidités, que l’on a travaillé toute se vie pour avoir un peu de biens et que l’on touche une retraite mensuelle à 1800 €/ mois, pensez-vous qu’en plus de tout les impôts et taxes, 5 K€ d’ISF ne compte pas !!!
      C’est vrai, on est vieux, il faut vendre, aller en maison de retraite et crever en silence……..

      • Non, il faut vendre, et acheter mieux pour moins cher au Portugal ou dans le sud de l’Italie.

        Fuir l’enfer fiscal français sera malheureusement une obligation.

        • Aller parler d’enfer fiscal aux Pays Bas avec ses 57% de prélèvements sur les salaires annuels sup à 66 000€, et 0 niche fiscale, alors qu’en France il y a plus de 450 niches fiscales pros et persos. La première étant sur votre avis d’imposition : frais professionnels…
          Alors oui, les Pays Bas c’est le paradis fiscal…pour les entreprises

      • Lorsque votre bien s’apprécie à 1,3 M€, vous avez profité de cette manne sans Rien Faire. C’est Tout à fait juste . Et si vous avez achete ce bien il y a 20 ans, vous n’avez plus les mêmes besoins désormais donc pouvez revendre votre bien pot acheter plus petit et avoir les liquidités suffisantes pour vous Faire plaisir à vous Et vos enfants

        • C’est insensé! Tant que vous n’avez pas vendu, vous ne profitez de rien. Si vous avez acheté le bien il y a 20 ans, la valeur marchande de votre bien à évolué du fait de:
          1. L’inflation, qui n’est jamais qu’un impôt déguisé de plus.
          2. La variation de l’offre et le demande, qui génère seule une plus ou moins-value. C’est plus-value (soyons optimiste) sera taxée au moment de la cession.

          Quand vous assenez « sans rien faire » c’est sans prendre le risque de subir une moins-value, sans prendre le risque d’emprunter, sans prendre le risque de faire face aux charges d’entretien de l’immeuble supportées par les seuls propriétaires, sans le risque de la taxe foncière, de la réforme des normes etc… etc… etc… ?

          20 ans plus tard, on a pas les mêmes besoins, on peut aussi avoir une famille qui s’est agrandie. Votre vision de devoir céder à l’âge de la retraite ou l’absence de revenus un bien dans lequel on a tout investi, et abdiquer une partie du patrimoine épargné à l’Etat, tout cela pour se restreindre à « plus petit » pour avoir la joie de subir une taxation de plus est une bonne illustration de ce qui motive nos candidats à l’exil.

  6. Darmanin devrait d’abord s’attarder sur la question fondamentale:
    « Pourquoi autant de niches fiscales ? Comment en est on arrivé dans cette situation ? »

    La réponse est très simple. Depuis 40 ans la France vit à crédit, et les politiques distribuent de l’argent qu’ils n’ont pas. C’est ce qu’on appele du clientélisme. Le politique veut être réélu, il faut faire des cadeaux à la majorité des électeurs. Il faut donc trouver de l’argent, et le plus simple est d’aller faire les poches de ceux qui en ont le plus et qui représentent une part négligeable de l’électorat.

    Donc depuis 40 ans, on augmente sans remord aucun la charge fiscale qui pèse sur les 10%. Seulement on s’est rendu compte que ces 10% ne sont pas tout a fait disposés à se laisser dépouiller continuellement. Et ils se sont défensus avec leurs armes; évasion fiscale, expatriation, réduction drastique des investissement sur le territoire national, …

    Bien évidemment comme le politique est incapable de reconnaitre ses erreurs, alors il corrige « discrètement » en introduisant des « niches fiscales » permettant de flécher l’impôt vers les secteurs les plus « porteurs » pour son éventuelle ré-élection. Ces niches ont aussi l’avantage d’être plus discrètes et font moins « cadeaux aux riches » qu’une suppression ou baisse massive généralisée d’un impôt idiot et contreproductif comme peut l’être l’ISF.

    Et voila 40 ans qu’on accumule des niches et qu’on détruit le principe constitutionnel de « l’égalité devant l’impôt », sous la bénédiction du conseil constitutionnel.

    Entre temps, puisqu’on a toujours besoin d’argent pour financer sa ré-élection et qu’on ne peut plus décemment encore augmenter facialement la valeur de l’impôt pour les 10%, alors on augmente pas les impôts (ca fait partie des promesses), mais on plafonne les niches fiscales. Puis on diminue le plafond. Et bientôt on va conditionner le plafond selon les ressources. Les niches fiscales ne deviendront accessibles qu’à ceux qui n’en ont pas besoin… Mesurez vous le ridicule de la proposition ?

    En 2022 en plus de ces nouvelles mesures de « justice fiscale » nous aurons sans doute le droit à un retour de l’ISF alourdi pour compenser les pertes des 5 années précédentes.

    La suppression de l’ISF ne pouvait fonctionner que dans le cadre d’une loi introduisant une baisse massive des impôts et taxes pour TOUS. Pour la financer, bien évidemment la réduction de la charge du fonctionnement de l’Etat (fonctionnaires etc.) est insuffisante, car trop inertielle. Il aurait donc fallu une baisse massive et instantanée de la redistribution sociale. Dans ce cas on aurait opposé travailleurs et assistés, avec un rapport de force entre les 2 groupes bien plus équilibré que ce à quoi on assiste actuellement etre riches (10%) et non riches (90%). Dans un rapport équilibré, cette mesure aurait pu survivre. Celle de l’ISF ne survivra pas… malheureusement pour la France.

    • Lorsqu’on souhaite réformer la fiscalité, il faut réformer TOUTE le dispositif Et pas des petits bouts par ci et par la. Remise à plat complète. Le probleme étant la complexité de la fiscalité. Un avocat fiscaliste qui connaît 50% du droit fiscal est un bon avocat.
      Alors de la à ce qu’un politique maîtrise toutes les subtilités …..

  7. Adrien michel says:

    Tous les jours nos énarques nous inventent un nouvel impôt dans le pays le plus taxé au monde!!!

    Moi je pars en ITALIE qui vient de créer un systéme de défiscalisation pour les impatriés (façon Portugal) avec en prime le soleil,un patrimoine naturel et culturel de rêve, la cuisine d’exception, …

    Ciao

  8. Je suis consterné par les commentaires et les envies d’exil
    Quand ces messieurs ou ces dames comprendront que les 600 milliards d’€ d’avoirs français à l’étranger, la faiblesse des états à faire contribuer les ultra-riches (personnes et entreprises), sont la cause des prélèvements sur la classe moyenne ?
    PS avec la suppression de l’ISF sur les valeurs mobilières, baisse des dons aux associations : alors la fumeuse théorie du ruissellement…

    • Imaginez que les 600 milliards en question reviennent. Que fera un bon gouvernement ?
      a) augmenter la dépense sociale pour diminuer le fossé entre ultra riches et pauvres ?
      b) augmenter les dépenses en tous genres pour assurer ses sièges aux prochaines élections ?
      c) nationaliser quelques entreprises pour s’assurer une paix avec les syndicats ?
      d) rembourser la dette ?
      e) investir dans des infrastructures ?

      • réponse b/

        A plus petite échelle Jospin avait profité d’une cagnotte qu’il a largement utilisé a dessein de la présidentielle 2002… avec le résultat que l’on sait…

      • Je suis assez étonné de ce type de questionnement, sachant qu’un jour ou l’autre vous ou votre entourage a ou aura profité de ce système affreusement social.
        Vous avez peut être raison ! que les gouvernements demeurent serviles avec les puissants et arrogants avec les plus faibles.
        Et avec votre questionnement, les ultra puissants GAFAM, le 1/4 du CAC 40 ont encore de beaux jours devant eux, et vous, comme moi, nous constituerons éternellement l’assiette de prélèvement.

  9. Jean-Paul says:

    Je ne m’étonne plus de certaines réactions face à l’impôt. J’ai personnellement payé jusqu’à 55.000 euros d’impôts sur le revenu ( ce qui signifie que je gagnais très bien ma vie ) et je m’en portais beaucoup mieux parce qu’il m’en restait beaucoup plus. Les réactions de ce type sont un peu indignes . Si il est vrai que nous possédons un certain talent pour inventer de nouvelles taxes , c’est plutôt vers la réduction de la dépense publique qu’il faut se tourner, ce que ne fait pas suffisamment notre gouvernement.

    Nous vivons dans un pays merveilleux qui reçoit , je le rappelle, des dizaines de millions de visiteurs. Profitons en et arrêtons de gémir

    • Très belle contribution.
      Quelqu’un qui paie 55k€ Ou l’isf n’est pas à plaindre. Certes le montant est important Mais il doit rester largement de quoi vivre.

      Merci pour ce commentaire. Cela change des pleureuses grippes sous qui oublient la qualité de vie en France et qu’ils ont largement bénéficié du système Francais en ne payant que des cacahuètes pour Que leurs enfants aillent à l’école par exemple.

      • Jean Paul says:

        La réussite disait Françoise GIROUD , est le fruit du talent , de la chance et du travail. Je ne suis pas certain de posséder le talent , mais j’ai eu beaucoup de chance et j’ai énormément travaillé.

        Il faut rappeler cette nécessité aux jeunes générations. On ne réussit que par le travail

      • Mes enfants ne vont plus à l’école publique. Ni même en privé sous contrat.
        Pourquoi ?

        Classes hétérogènes à 2 voir 3 niveaux
        Classes surchargées
        Nivellement par le bas généralisé
        Prof incompétents et qui ne ratent jamais une occasion de faire grève
        Classes remplies d’enfants de gitans, cas sociaux ou de wesh wesh (même dans des petites villes/villages!) Qui vont à l’école parce que c’est obligatoire, mais qui n’ont aucune envie d’apprendre, ils sont juste là pour harceler les autres gamins.
        Corps enseignant qui n’a plus aucune autorité et qui a peur des parents. Plus de sanctions. On laisse faire tout et n’importe quoi, au détriment de ceux qui respectent les règles.

        Et tout ceci n’est pas du pipeau, mais du vécu …

    • Un pays qui pourrait être beaucoup plus merveilleux si son économie n’était pas écrasée par le poids de son état. Un pays qui s’enfonce inéluctablement restera t’il longtemps si merveilleux? un pays peut il être qualifie de merveilleux lorsque la majorité de ses citoyens est malheureuse, soit travailleurs ne parvenant pas a boucler le mois, soit assistés contraints à le rester faute d’attrait et de possibilité à trouver un emploi viable.
      Votre satisfaction d’avoir été un gros contribuable peu soucieux du gaspillage fait de votre impôt est peu partagée je crois.

    • Permettez de vous dire que parmi plus de 450 niches fiscales, vous auriez pu diminuer votre impôt…
      Sinon je ne suis pas tout à fait en accord avec vous, tous ces candidats à l’exil sont complètement indignes…de conserver la nationalité française. Si leur choix devait être respectable, il faut en ASSUMER, les conséquences, en acceptant les avantages et les inconvénients.

      • Votre idée fixe contre les exilés vous aveugle, quand on est pas d’accord avec l’évolution de son pays, l’exil est une réponse tout a fait honorable, et souvent cet exil ne peut se faire qu’une fois retraité.
        Et dans bien des cas la France s’est donné les moyens de continuer a ponctionner les exiles.
        Personnellement cette auto-satisfaction française me donne la nausée « qualité de vie en France et qu’ils ont largement bénéficié du système Francais en ne payant que des cacahuètes pour Que leurs enfants aillent à l’école par exemple ».
        Rien n’est gratuit en France, bien au contraire, tous les services publics prétendus gratuits coutent une fortune en France, merci aux syndicats de fonctionnaires, bien empêtrés maintenant que les caisses de l’état sont vides et que le ras le bol fiscal se généralise.
        Voyagez un peu, visitez les nombreux pays qui font mieux que nous en ponctionnant beaucoup moins et arrêtez de croire que nous sommes les meilleurs alors que nous sommes médiocres en tout, et ce de plus en plus.
        Je le répète, pour rester en Europe, voyez l’exemple de l’Irlande:
        2 fois moins de prélèvement qu’en France (24% du PIB au lieu de 48%) avec pour résultat un PIB par habitant de 38500 usd en France contre 53400 usd en Irlande.
        l’IDH, indice de développement humain est de 0,901 en France (24eme) contre 0,938 en Irlande (4eme).
        Cela ne vous questionne pas? vous n’avez pas l’impression de vous faire tondre?

        • Jamais je n’évoque les non résidents, qui, pour leur travail sont hors de France.
          Jamais je ne condamne ou condamnerai l’exil, je demande qu’honorablement, ils en assument les conséquences : c’est du bon sens ? non ?
          Quant aux ponctions sur les éxilés : mon ami Albert B, qui était en désaccord avec l’évolution de notre pays…, et se trouve en Thaïlande, ne s’est jamais plaint des ponctions !
          Voyager : ce n’est pas uniquement regarder les monuments, ou des chiffres abscons; en parlant avec les irlandais de GALWAY, SLIGO, DERRY, oui, ils sont envieux de notre système de santé et d’éducation laïque. Par contre, quand ils ont appris qu’Apple avait un IS de 0.005% au lieu des 12.5% officiels, les privant de 13 milliards € pendant 10 ans, ils se sont dits que leur hôpitaux auraient pu être de meilleur qualité.
          Je ne suis ni aveugle ni angélique, l’absence de réforme depuis 40 ans entrainera le pays et son système à la perte, parce que l’état préfère nous tondre et ne pas tondre ceux qui ne font pas ruisseler des revenus et des patrimoines extra-terrestres.

  10. Bonjour

    Evidemment qu’il ne faut pas se plaindre de payer des impôts. Mais des salaires comme le PDG nissan Renault qui gagne 1000 fois le SMIC. Quelqu’un comme un retraité qui a 1700 fois moins qu’un PDG nissan renault, ne peut pas entendre ça! certes et heureusement il contribue à la redistribution*pour beaucoup plus que la moitié! mais cela ne peut-être entendu par le pékin de base;
    * une trop grande redistribution qui d’ailleurs crée l’inertie, le manque d’initiative etc.

    C’était simplement un constat car personnellement je ne regarde pas ce qu’il y a dans l’assiette de mon voisin ce qui est le défaut de beaucoup de Français

    • Je trouve plus choquant les chanteurs/acteurs/sportifs/… qui gagnent 1700 fois plus que le smic qu’un patron de multinationales…

      Néanmoins, il me semble que sur cette terre, les Hommes n’ont pas besoins d’avoir autant de milliards de patrimoine pour vivre correctement.

  11. Que de commentaires, et de solutions préconisées, que le (s) pouvoir(s) successifs n’écouteront, de toute façon pas……

    Ne vous fatiguez pas, tout est déjà dit et analysé depuis belle lurette, mais le « débat » est un mal français, pour aboutir à….rien, en tout cas bien peu de solutions effectives au plan strictement personnel qui lui seul vaut , au regard des délires collectivistes.

    Du reste, devant cette explosion d’idées lumineuses, faut tenir à ce train là quand on est aux manettes, et on a recours à des expédients coûteux pour ce faire…..

    lol

    https://www.youtube.com/watch?v=EWykj3R4qWE

    • Ah ouai sympa le youtube ! Plus envie de mettre des commentaires sur les impôts et grand débat. Fatiguant.

      • Ah ouai sympa la télé d’extrême droite donneuse de leçons…

        • Vous pouvez aussi le voir sur d’autres sites /blog qui ne vous effaroucheront pas, plutôt comment dit- on déjà, de gauche ou neutral c’est ça ???

          Peu importe le media, vous l’avez sur youtube, chez les ex Ruquier (tiens ça vous ira)
          c’est le fond qui compte.
          Et seulement
          Mais savez-vous ce que encore ce que ce mot signifie ?

  12. Bonjour

    A stef

    « Je trouve plus choquant les chanteurs/acteurs/sportifs/… qui gagnent 1700 fois plus que le smic qu’un patron de multinationales…

    Néanmoins, il me semble que sur cette terre, les Hommes n’ont pas besoins d’avoir autant de milliards de patrimoine pour vivre correctement. »

    Je suis d’accord avec vous . Je n’ai pas pris le temps de tout citer regardons de près ce qui se passe chez les foot balleurs ou entraîneurs de Monaco;
    Du même acabi, même si c’est le quatar qui finance le PSG comment peut -on imaginer des sommes pareilles. Même si beaucoup de ces gains sont redistribués.
    Le plus jeune joueur* serait évalué à 360 millions vers 2022. C’est complètement fou ce n’est plus du sport.
    * tant mieux pour ce jeune joueur: il faut encourager les talents.
    Mais là nous ne sommes plus les pieds sur terre!

  13. Bonsoir

    « C’est comme l’isf. Pour un patrimoine de 1,3M€, payer 5 k€ d’impôt supplémentaire ne met pas en péril le contribuable. »

    je ne suis pas concerné mais on fait quoi des agriculteurs en retraite* de l’île de Ré. Qu’ils vendent sans mépris ont-il la culture financière. Je pense que quelques faucons les guettent et vont s’occuper de leurs affaires.
    * je pense tout le monde connaît le montant de leurs retraite! et je suis pas agriculteur.

    je ne cotise pas pour l’ ISF

    • Le syndrome ISF agriculteurs/ile de Ré s’est calmé, beaucoup de terres constructibles ont été inconstructibles depuis la Xynthia.

    • Ils vendent une partie de leur patrimoine pour ne plus payer d’isf

      • Non ! le foncier inondable étant devenu inconstructible est invendable : les propriétaires qui ont payé l’ISF pendant les années où les terrains étaient très, peut être trop, valorisés sont moroses…

  14. Individualiser l’impôt en le prélevant à la source devrait mener à plus ou moins long termes à faire sauter toutes les niches fiscales qui coûtent très cher à l’état et aux contribuables!

  15. julien bonnetouche says:

    Bof….

    Déjà10000€ de plafonnement de niche fiscales ça ne va pas chercher bien loin.

    Et l’on sait qu’elles sont essentiellement constituées :

    Du travail chez les particulier
    Des aides à la construction locative
    Des travaux d’amélioration des habitations.

    On voit tout de suite que si on les diminue ou les supprime, cela va générer du travail au noir, une réduction de la construction neuve qui n’en a pas besoin, et la faillite d’un certain nombre d’artisans et d’entreprises !!!!

  16. Chaque mandature, le gouvernement nouveau découvre le fil à couper le beurre fiscal et invente l’eau chaude égalitaire : emploi aidés, plus d’emplois aidés, puis emplois djeuns ou moins, niches devenant étables puis trous de souris, pour être rétablies pour « aider » et « stimuler » (en immobilier, ça y va fort), les discours pour « libérer les forces vives du pays puis une fois la libération obtenue (jamais ?) on les parque avec un taser fiscal et une nasse à impôts….etc…..

    Est il besoin de commenter cette mascarade sans cesse renouvelée, fondée sur un mauvais comique de répétition ?

  17. Pourquoi limiter le débat aux niches fiscales, ily auraitsan doute plus à faire dans les réformes des régimes particuliers des journalistes, politiques, …

  18. Ange LERUAS says:

    Débattre de la fiscalité est un puits sans fin. Pourquoi parce que comme tout prélèvements on croit savoir qui doit le payer , en paye trop, ou pas assez. Si on veut comprendre et simplifier les choses, il faut regarder du côté de l’usage de qui est fait de ces prélèvements ; l’usage est unique.

    Il enlève un pouvoir de consommer d’un côté pour en donner un supplémentaire d’un autre.

    En toute logique tout bien ou service produit est le fruit de ceux qui participent à leurs productions. Donc puisque la production des uns devient la consommation des autres avec leurs revenus les peuvent consommer à 100 % la production nationale moins les importations plus les importations si la valeur des choses se limiter aux rétributions des actifs qu’ils soient physiques, intellectuel ou financier.

    Ce qui veut dire que tous ceux qui ne produisent pas encore, ou son en arrêt de production, ou encore ne produisent plus n’auraient pas droit à la consommation.

    Pour qu’ils puissent accéder à la consommation nationale on use d’un artifice : on ajoute au prix des choses (composer des rétributions des actifs) des valeurs correspondantes aux besoins d’attributions ( x appellations fumeuses) qui seront distribuées aux inactifs afin de consommer. Cette opération n’a pour seul usage que de supprimer une consommation aux actifs pour en faire profiter les inactifs, toute autre interprétation est le fruit d’une imagination idéologique.

    Le prix des choses se composant des rétributions des actifs et des attributions aux inactifs la solidarité entre actifs producteurs et inactifs consommateur s’opère et c’est ainsi que les actifs se voient attribuer 54% de la consommation nationale et les inactifs 46% de cette consommation nationale.

    Mais des têtes pensantes ont pensé qu’il serait bon qu’une partie des consommations se fasse mutuellement et au lieu de demander aux actifs à partir de leur rétribution et aux inactifs à partir de leurs attributions de contribuer à cette consommation mutuelle pour qu’une partie de leur consommation se fasse mutuellement : ils ont décidé de majorer le prix des choses pour payer directement ces consommations nationales mutualisées. Résultat, bien que les rétributions des actifs et les attributions des inactifs restent constante, leurs consommations diminuent puisque le prix des choses a augmenté. Mais comme le besoin de consommation mutualisé est de 13% des consommations nationales, l’augmentation du prix des choses étant insuffisant à régler la note: il est demandé aux inactifs et aux actifs de contribuer pour le supplément ce qui réduit le pouvoir d’achat et aussi le pouvoir de consommer, alors que la majoration du prix des choses, ne réduit pas le pouvoir d’achat des actifs et inactifs alors que leur pourvoir de consommation avait baissé.

    Vous voyer la complexité : une méthode (augmentation du prix des choses) c’est rester avec le même pouvoir d’achat mais avoir un pouvoir de consommer en baisse, donc une vérité bancale et l’autre méthode (la contribution des actifs et des inactifs) nous avons le pouvoir d’achat et le pouvoir de consommation qui baisse dans les mêmes proportions, une vérité logique. Voilà pourquoi le pouvoir d’achat est une anomalie laissant croire que l’on consomme autant dans un cas comme dans l’autre avec un même pouvoir d’achat.

    Ce qui est vrai pour nos consommations mutualisées de santé ( 13 % de la consommation nationale) l’est aussi pour toutes nos consommations collectives qui représente 32% de nos consommations nationales qui réduisent donc la consommation directe des actifs et des inactifs.

    Si bien qu’en finalité nos consommations nationales (par l’artifice des prélèvements sur le SEUL prix des choses, soit directement sur ce prix soit indirectement sur les rétributions des actifs et les attributions des inactifs composant le prix des choses) se partage à raison de
    13 % en consommations mutualisées
    32 % en consommations collectives
    29,7 % en consommation directe des actifs
    25,3 % en consommation directe des inactifs.

    La question reste donc de savoir si l’un de ces % doit être modifié : ce qui revient à s’interroger sur qu’elle est la consommation à augmenter ; quelle est la consommation à réduire ?
    Quelle est la part équitable que soit recevoir tous ayants droits à une rétribution pour activité à produire ?
    Quelle est la part équitable que doit recevoir tout ayant droit à une attribution d’inactivité.

    Mais en dehors de ces questions ont ne peut pas empêcher que le progrès de la société ne soit pas captés égalitairement. Alors pour aller à l’encontre de cette certitude, existe dans notre société la SOLIDARITÉ entre les MÉNAGES, par nécessité réelle, puisque certains ménages sont mieux armés que d’autres pour profiter des progrès de la société. Et cela existera toujours à des degrés différents, ce qui nécessite que les ménages les plus aptes à capter ces progrès viennent au secours des ménages moins aptes à le faire, par capacité ou circonstances. Cela s’obtient par une contribution progressive effectuée sur les revenus des ménages les plus aisés et utilisée pour financer les six transferts qui profitent aux ménages handicapés par incapacité ou par circonstance. Aujourd’hui, le transfert des ménages aisés vers les ménages en difficulté est de l’ordre de 6 % de la totalité de la consommation nationale, à transférer à partir des seuls 55 % que représente la consommation familiale. 6 % de cette consommation nationale (11 % de la consommation familiale) sont alors prélevés sur les plus aisés au profit des moins aisés. Faut-il prélever davantage ou modifier la progressivité du prélèvement et de la redistribution à partir du revenu médian des ménages ?

    Notre réalité, tout compte fait, n’est que l’affaire d’une répartition de la consommation nationale. C’est ce que nous venons de traiter, sans jamais parler de fiscalité. Y a-t-il lieu de débattre sur la fiscalité si cette dernière n’est que l’imagination d’une réalité apprise, un préjugé ?
    Non ! Puisque, pour se partager la consommation nationale, les actifs ont leurs rétributions, qui leur accordent 54 % de la consommation nationale, et les inactifs des attributions, qui leur accordent 46 % de la consommation nationale. De plus, avec les contributions de 13 et 32 % sur ces rétributions et ces attributions, sont financées nos consommations mutuelles et nos consommations collectives, tandis que les ménages les plus aisés transfèrent, au travers d’une contribution de transfert, 11 % de leurs consommations familiales, auxquelles ils renoncent, vers les ménages en difficulté.
    Si ces pourcentages sont validés, alors ils ne sont plus des impositions mais, des décisions démocratiques pour que nos solidarités sociétales dans la nation s’exercent avec le plus équité possible autant dans la production pour les autres que dans la consommation des productions des autres.

    PS les niches fiscales consiste à orienté la dépenses de ses rétributions ou ses attributions vers certaines consommations dans des secteurs en souffrance, ou permettre à d’autres (service) de mieux vivres, ou un soutien écologiques, au lieu de vouloir en faire une dépense collective qui réduirait le pouvoir de consommations de tous. Le détournement de consommation touche alors que les volontaire qui en ont les moyens.
    S’ils en trouve un revenu: il sera imposé, et ne sera pour le solde qu’une consommation en remplacement de celle différée initialement au profit de la niche fiscale.

Répondre à Jacques Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.