Assurance vie et masse successorale

0
Bonjour,
Je vais poser me semble t-il une question extrêmement basique mais pour laquelle je n’arrive pas à avoir une réponse claire.
Mon père est décédé ; nous sommes 3 enfants; je suis l’unique bénéficiaire d’un contrat d’assurance vie(avec clause bénéficiaire dénommé) qu’il avait souscrit après ses 70 ans (6000 euros); j’ai fait la déclaration aux impôts qui m’ont fourni un certificat de non exigiblité de l’impôt( imprimé n°2738-SD).
Sur sollicitation du notaire, je lui envoyé le document en question.(je me suis senti obligé de le faire car la compagnie d’assurance auprès de laquelle avait été souscrite ce contrat m’a dit qu’elle avait l’obligation de le signaler au notaire). 
On m’a dit qu’on ne pouvait pas invoquer le motif de primes exagérées car elle a été souscrite sur une douzaine d’année avec des montants mensuels modiques par rapport à la retraite de mon père. De plus, le reste de la succession à laquelle vont avoir droit tous les héritiers  va porter sur l’unique vente d’une maison dont la valeur avoisine les 150 000 euros .
Le cabinet notarial me dit que l’assurance vie va figurer sur la déclaration de succession..et je n’arrive pas à avoir une réponse claire  
 Dans quel but ? de la ramener fictivement à la succession pour s’assurer que les autres héritiers ne seront pas lésés par rapport à la réserve héréditaire et de pouvoir calculer la quotité disponible? (pourtant il me semblait que cela n’était même pas nécessaire)
 Fiscalement parlant, j’ai fait la déclaration moi-même, donc je ne suis plus censé payer de droits de succession dessus…..?…Enfin..je me trompe peut-être…..?
Et enfin , cette assurance, d’après ce qui m’a semblé comprendre, n’est pas incorporable à la masse successorale ? car le code L132.12 du code des assurances est clair là dessus ….. »les primes versées après 70 ans font l’objet d’un abattement global de 30500 euros..et ne rentre dans la masse successorale du défunt que l’excédent du montant de ces primes…. »
Merci pour vos renseignements.
posée 15 janvier 2019

Votre réponse