Depuis le 17 novembre 2018, première journée de manifestation des #giletsjaunes, la France est en grève. C’est inimaginable. Cela fait maintenant plus d’un an que l’effondrement a commencé, et chaque jour, nous nous enfonçons un peu plus.

Hier, une journée classique de manifestation dans une démocratie d’un pays développé, c’est terminée avec des images insoutenables.

  • Des combats de rue entre des manifestants qui revendiquent un droit d’exprimer un mécontentement et un gouvernement qui refuse le dialogue et envoi sa police réprimer ce droit de manifester ;

ou

  • Des combats de rue entre des manifestants qui utilisent la violence contre les forces de l’ordre pour remettre en cause un gouvernement démocratiquement élu.

(c’est à vous de choisir la phrase qui répondra le mieux à votre sentiment du moment … mais la conclusion est la même)

 

La situation est grave et inquiétante. Ce qui ce passe depuis 15 mois en France n’est pas digne d’une grande démocratie. Nous sommes au bord d’une rupture qu’il convient d’anticiper. Jour après jour, mois après mois, nous nous enfonçons… Il est illusoire de croire qu’il nous allons pouvoir nous en sortir sans heurt.

Ça craque de partout !  Il faut être aveugle pour ne pas voir que nous vivons un moment grave. La situation est en train de dégénérer et nous allons bientôt le payer.

En démocratie, il ne semble pas possible de gouverner constamment contre la population. Deux options sont alors envisageables :

  • Soit nous abandonnons la démocratie et nous enfonçons dans un régime autoritaire, seul capable de continuer à maintenir l’ordre face à une population qui refuse l’impérium libéral en marche ;
  • Soit, la démocratie reprend le pouvoir et le ressentiment accumulé impose une révolution sociétale sur le sens de nos valeurs.

Dans les deux cas, nous allons le payer. Protégés de cette agitation, nous les gagnants des 30 dernières années, nous avec nos questions existentielles autour de stratégies pour nous enrichir toujours plus, nous nous rendons pas compte de la désespérance de la société.

Nous sommes les gagnants d’un modèle économique et social qui s’effondre. Nous serons les boucs émissaires d’une société qui ne veut plus de ce système.

Cela ne fait aucun doute et nous devons nous y préparer. Dans le meilleur des cas, on parle de spoliation par l’impôt. Les gagnants du système qui est remis en cause vont devoir payer le ressentiment des perdants, si ces derniers réussissent à prendre le pouvoir et imposent une nouvelle norme sociétale.

A suivre…

ps : L’étrange défaite d’Emmanuel MACRON ne cesse de se confirmer comme nous l’écrivons depuis le début de la crise des gilets jaunes : #giletsjaunes : L’étrange défaite d’Emmanuel MACRON et De « l’étrange défaite » à la « grande transformation » d’Emmanuel MACRON ?

Voici l’extrait des premières pages du livre d’Emmanuel MACRON, alors candidat à l’élection présidentielle. Tout y est pourtant ; L’analyse était parfaite :

 

« Affronter la réalité du monde nous fera retrouver l’espérance.

D’aucuns pensent que notre pays est en déclin, que le pire est à venir, que notre civilisation s’efface. Que le repli ou la guerre civile constituent notre seul horizon. Pour se protéger des grandes transformations du monde, nous devrions remonter dans le temps et appliquer les recettes du siècle dernier.

D’autres imaginent que la France peut continuer de descendre en pente douce. Que le jeu de l’alternance politique suffira à nous faire respirer. Après la gauche, la droite. Les mêmes visages et les mêmes hommes, depuis tant d’années.

Je suis convaincu que les uns comme les autres ont tort. Ce sont leurs modèles, leurs recettes qui ont simplement échoué. La pays, lui, dans son ensemble, n’a pas échoué. Il le sait confusément, il le sent. De là naît ce « divorce » entre le peuple et ses gouvernants.

Je suis convaincu que notre pays à la force, le ressort, l’envie d’avancer. Il a l’histoire et le peuple pour le faire.

Nous sommes entrés dans une nouvelle ère. La mondialisation, le numérique, les inégalités croissantes, le péril climatique, les conflits géopolitiques et le terrorisme, l’effritement de l’Europe, la crise démocratique des sociétés occidentales, le doute qui s’installe au cœur de notre société : ce sont les symptômes d’un monde en plein bouleversement.

À cette grande transformation nous ne pouvons répondre avec les mêmes hommes, les mêmes idées. En imaginant que revenir en arrière serait possible. En pensant simplement réparer ou ajuster nos organisations et notre «modèle », comme certains aiment à l’appeler, alors que personne, et au fond pas même nous, ne désire plus s’en inspirer.

Nous ne pouvons pas non plus demander aux Français de faire des efforts sans fin en leur promettant la sortie d’une crise qui n’en est pas une. De cette attitude indéfiniment reprise depuis trente ans par nos dirigeants viennent la lassitude, l’incrédulité et même le dégoût.

Nous devons regarder ensemble la vérité en face, débattre des grandes transformations à l’œuvre. Où nous devons aller et par quels chemins. Le temps que ce voyage prendra. Car tout cela ne se fera pas en un jour.

Les Français sont plus conscients des nouvelles exigences du temps que leurs dirigeants. Ils sont moins conformistes, moins attachés à ces idées toutes faites qui assurent le confort intellectuel d’une vie politique.Nous devons tous sortir de nos habitudes. L’État, les responsables politiques, les hauts fonctionnaires, les dirigeants économiques, les syndicats, les corps intermédiaires. C’est notre responsabilité et ce serait une faute que de nous dérober ou même de nous accommoder du statu quo.

Nous nous sommes habitués à un monde qui nous inquiète. Qu’au fond nous ne voulons pas nommer ni regarder en face. Alors on se plaint, on râle. Des drames arrivent. Du désespoir aussi. La peur s’installe. On en joue. On veut le changement, mais sans vraiment le vouloir.

Si nous voulons avancer, faire réussir notre pays et construire une prospérité du XXIe siècle dans le droit fil de notre Histoire, il nous faut agir. Car la solution est en nous. Elle ne dépend pas d’une liste de propositions qui ne se feront pas. Elle ne saurait émerger de la construction de compromis bancals. Elle se fera grâce à des solutions différentes qui supposent une révolution démocratique profonde. Elle prendra du temps. Elle ne dépend que d’une chose : notre unité, notre courage, notre volonté commune.

C’est cette révolution démocratique à laquelle je crois. Celle par laquelle, en France et en Europe, nous conduirons ensemble notre propre révolution plutôt que de la subir.

C’est cette révolution démocratique que j’ai entrepris de dessiner dans les pages qui suivent. On n’y trouvera pas de programme, et aucune de ces mille propositions qui font ressembler notre vie politique à un catalogue d’espoirs déçus. Mais plutôt une vision, un récit, une volonté. Car les Français, eux, ont une volonté, souvent négligée par leurs gouvernants. C’est cette volonté que je veux servir. Car je n’ai pas d’autre désir que d’être utile à mon pays. C’est pourquoi j’ai décidé de me porter candidat à l’élection du président de la République française.Je mesure l’exigence de la charge. Je sais la gravité de notre époque. Mais aucun autre choix ne me paraît plus honorable, parce qu’il est à l’unisson de celui que vous voulez faire, celui d’une France à rebâtir, retrouvant dans cette action notre énergie et notre fierté. Celui d’une France entreprenante et ambitieuse.

Je suis intimement convaincu que le XXIe siècle, dans lequel enfin nous entrons, est aussi plein de promesses, de changements qui peuvent nous rendre plus heureux.C’est cela que je vous propose.Ce sera notre combat pour la France et je n’en connais pas de plus beau ».

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! Le cercle patrimonial – L’accompagnement et le suivi patrimonial PREMIUM (limité à 50 personnes) – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale, un accompagnement dans le temps et des avantages exclusifs – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir le cercle patrimonial


194 Comments

  1. Bonjour Guillaume,
    Bel article représentant une réalité bien sombre.
    Attention aux fautes d’orthographe 🙂

  2. Christophe says:

    Bonjour Guillaume,
    Les paroles et les écrits n’engagent que ceux qui les entendent ou les lisent il me semble.

  3. Bonjour, cette réalité bien sombre va bientôt tous vous péter à la figure et se sera bien fait, gavez vous gavez vous et surtout ne distribué rien à votre prochain, quand vous voyez la nouvelle donne au niveau du chômage il y a de quoi tout faire valser. Soit disant pour remettre les gens au travail mais c’est l’effet inverse qui va se passer. Ma fille qui trime comme intérimaire enchaîne les missions entrecoupées de mois de chômage, bientôt les indemnités prendront en compte ce non travail non voulu et non désirés, sa solution puisque elle aura beaucoup moins au chômage sera de se mettre au RSA, les départements s’attendent à un afflux énorme de demandeurs. Elle est belle sa réforme, tout l’effet inverse ! Et c’est ainsi pour plein de choses…. Les enseignants qui n’en peuvent plus, croyez moi j’ai testé ce métier, il est impossible et très dur, élèves difficiles et surtout hiérarchie aveugle et sourde, vraiment ce n’est pas un métier de faignant, 10h par jour comme conseillé patrimonial, c’est bysance à côté de ce métier de profs très mal payé. Continuez de les traiter de nantis… C’est vous qui creusé l’ecart entre la population, le peuple, et l’autre population de plus en plus riche qui ne veut rien donné mais tout prendre. Il ne restera plus rien pour nos enfants et là la France tombera.
    Le gouvernement a la botte des TPMG, que donne à la France un grand patron du Luxe ? Des miettes, et toujours dans l’optimisation fiscale…

    Si rien ne change, si vous ne changez pas alors tout changera mais peut-être pas dans la bonne voie…

    A bon entendeur, salut !

    • Bonjour Navel,
      Ne vous méprenez pas, j’adhère totalement à vos propos.
      Ca va LEUR exploser à la tronche, et ils l’auront bien cherché..

    • Deux remarques à vous faire :
      La première, vous ne pouvez pas reprocher à des gens de travailler.
      La seconde remarque, beaucoup de CGP sur ce blog sont des entrepreneurs qui ont réussi. Mais vous ne voyez pas le nombre d’échecs qu’il peut y avoir derrière.

      Sinon pour ce qui est du métier de feignants quand vous parlez du CGP, celui qui fait réellement le métier passe facilement 15 heures par jour à travailler ses dossiers, faire son administratif, recevoir ou aller voir ses clients ou des prospects. Soit autant de temps à bosser que certains profs. Ce n’est pas la faute des CGP s’il y a des personnes en intérim. Je sais ce que c’est j’ai été en intérim et j’ai aussi fait des boulots pénibles pendant mes études.
      Ce que vous ne comprenez pas, c’est que vous écoutez des gens, très à gauche, qui ne cherchent que la révolution permanente et qui ont souhaité qu’on arrive au stade où il devient de plus en plus difficile de trouver un travail qui paye décemment. Il y a des solutions, les français en voudront-ils?
      En attendant, les meilleurs votent avec leurs pieds et partent.
      La redistribution a déjà lieu, au niveau le plus élevé et ça ne suffit pas.
      Connaissez vous le proverbe qui dit « donnez du poisson à un homme et il mangera un jour, apprenez lui à pêcher et il mangera toute sa vie »?
      On en est exactement là. La redistribution et la lutte gauchiste contre les inégalités (les pauvres restent pauvres mais les riches sont moins riches) ne marchent pas.
      Nous vivons dans une société de la malveillance voulue par certaines personnes qui font passer leurs ambitions politiques pour des combats sociaux. La lutte des classes n’existe pas, un ouvrier n’est pas en lutte avec son patron ou avec le patron d’un autre ouvrier.
      On vous a pourri la tête avec des croyances farfelues tout en prenant bien soin de ridiculiser la croyance en une transcendance.
      Quand on n’est plus croyant, on finit par croire en tout!
      Enfin l’effet démultiplicateur des médias. Les manifestants c’est 500000 personnes dans toute la France, soit moins de 0,.. % de la population.
      Ils se battent pourquoi? Pour maintenir des régimes de retraite qui à eux seuls ont conduit au projet de réforme.
      Quand à vos fables de révolution, c’est dans l’action qu’on sait réellement qui est qui. C’est mon grand-père qui a fait la guerre qui me le disait souvent. Tout le monde est très fort jusqu’à ce que le camarade à 1 mètre tombe par terre d’un tir en pleine tête.

    • « Qui ne veut rien donner mais tout prendre » : on paye tous des impôts et il me semble que ceux ci servent à rétablir l’équilibre des inégalités de départ de manière la plus généreuse de tous les pays occidentaux, le taux de pauvreté dans notre pays est l’un des plus bas de tous les pays, par contre nous sommes le peuple qui se plaint le plus de sa condition! Étonnant non?
      Mais faite la révolution et redistribuez tout à tout le monde en donnant à tous la même chose et vous verrez dans quelques temps le résultat! Je ne dis pas que tout va bien mais de temps en temps il faudrait expatrier une partie de ceux qui se plaignent dans un autre pays autour de la France ça ferait du bien à tout le monde.
      Je suis vieux et j’ai travailler dur mais c’est vrai que je n’ai pas réussi à devenir BERNARD Arnaud, on ne naît pas tous égaux car il n’est pas sûr que si j’avais eu le même background que lui j’aurais réussi aussi bien.
      La seule chose qui a changé dans le mauvais sens je l’admet c’est la hiérarchie des valeurs dans les rémunérations mais j’entends que l’on massacre Carlos Ghosn pour sa rémunération exorbitante mais que l’on n’entend rien sur celle d’Mbappe qui est équivalente!
      Qui devrait être le mieux payé des deux? Je vous laisse choisir.

    • Bonjour Navel,

      Vous êtes dans le cliché et vous vous positionnez comme une victime incapable d’agir.

      Vous échouez donc c’est la faute des autres ?

      Je vous encourage à modifier votre façon de penser, battez-vous et reprenez le contrôle de votre vie et de votre avenir.

      Vous vous complaisez à être une victime d’un système pour mieux vous plaindre ensuite, toute cette énergie dépensée, quel dommage.

      « Gavez-vous » A qui vous adressez vous lorsque vous dîtes cela ? Prendre sa vie en main ne consiste pas à se gaver. C’est encore un énorme cliché que vous faites.

      Prendre sa vie en main c’est entreprendre. Etre à la fois acteur de sa vie professionnelle et personnelle. Pour ceux qui n’y parviennent pas il existe ce que l’on appelle communément : « Le système ».

      Si ça pète ça sera vous la victime ! Pas ceux qui se gavent, ils se gaveront encore plus. Et pas ceux qui entreprennent car ils continueront d’entreprendre, différemment peut être, mais ils sauront rebondir pour s’adapter.

      Vous qui avez choisi d’appartenir à la machine à perdre, vous manifesterez bêtement pour critiquer le prochain président.

      Vous parliez des profs, je les respecte, ma femme est prof et elle manifeste. Mais elle fait parti de la machine à perdre et se complaît la dedans. Elle est à 80% et se plaint de ne pas gagner assez. Je lui ai poser la question : »Pourquoi tu ne repasserais pas à 100% ? » C’est ce qu’elle vient d’ailleurs de demander pour l’année prochaine. C’est bête mais elle vient de gagner 250€ par mois en plus. Il lui en aura fallut du temps pour comprendre.

      Quelle tristesse de savoir enseigner à des enfants et de se contenter d’être un simple prof de collège. Quel manque d’ambition … Il y a des gens qui n’ont pas les moyens intellectuels d’entreprendre, mais des BAC + 5 …

      Des gens manifestent pour défendre un système qui ne tiendra pas sur le long terme. Je crois sincèrement que le meilleur moyen pour vous de tout perdre c’est de persister dans votre bêtise.

    • Charité bien ordonnée commence par soi-même. Donc avant de donner aux autres, je donnerai aux miens.

      Quand à l’antienne sur les enseignants, que dire… Ils ont constitué le gros des troupes de ceux qui ont mené à la situation actuelle. Ça leur retombe dessus. C’est mérité.

  4. Encore des grandes phrases de Macron pour ne rien dire. Il passe son temps à déconstruire la nation et après il se plaint que les Francais soient dans la rue. Seul le sentiment d’appartenir à une nation avec ses us et coutumes pourra redresser la France et permettre des sacrifices. Mais lorsque l’on voit les villes devenir des enclaves étrangères et les bidonvilles s’étendre et que nos gouvernants ne font rien , pire ils l’entretiennent alors nous partons tout droit vers une guerre civile .

    • C’est aussi mon analyse. Pas d’histoire commune, pas de cohérence, pas de liant, pas d’avenir. Plus d’histoire ni de géographie enseignées à l’école, ou en tout cas plus de roman national, …

      Le déconstructivisme de Bourdieu et consorts, le relativisme absolu, … auront fait des dégâts, mais en même temps précipitent leur système dans le Chaos final. Bon débarras.

  5. Le Mecreant says:

    Une réalité bien sombre? Je ne crois pas, non, ce qui serait bien sombre ce serait de continuer ainsi.
    Si le grain ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. disent les écritures.

    Oui nous vivons une révolution, qu’il serait illusoire de ne la voir que française. C’est tout un monde issu de l’après WW2 qui se meurt. Ici cela risque de secouer plus qu’ailleurs certes, mais les secousses ne sont que de l’ampleur des résistances.
    Notre risque est de vouloir se cramponner à cet ancien monde, beaucoup s’y ruineront. Etre investisseur, c’est être visionnaire, c’est anticiper. Et c’est aussi un risque, qu’il faut savoir limiter.
    Il faut l’accepter, c’est la vie.
    Je crois que nous sommes a l’aube d’une époque formidable, mais en attendant tous aux abris.

    • Merci le mécréant. Je partage totalement !

    • Bonjour Le Mécréant … c’est aussi ma vision !

    • Je ne crois pas que le « monde actuel » date de 1945. Après 45, il y eut les 30 glorieuses.
      Notre « monde », notre système plutôt, est plutôt le fruit de mai 68 et de la crise du pétrole.

      On est en effet en train de sortir des deux : les crises dans le golfe ne font plus exploser le prix du barril, et ce qui était célébré jusque dans les années 89 est condamné désormais (voir appel des 69 par exemple).

    • Le Mecreant says:

      Il ne faut pas oublier que « les actionnaires » c’est nous, les investisseurs et que si ça ne rapporte pas, ben on investira ailleurs.
      Alors un peu de pudeur, regardons les choses comme elles sont, et ne nous tirons pas une balle dans le pied.
      Que celui qu’i n’a pas un compte titre (ou un PEA ou une EV en unité de compte me jette la premiere pierre) 😉

    • Gilles, vous sombrez dans la facilité là.

      Tout le monde peut être actionnaire, vous et moi. Prenez vous en main.

      Vous et moi achetons un iPhone 1000 EUR, c’est un passif, une dépense, un caprice même car 99% des utilisateurs n’utilisent pas 10% de son potentiel.

      Achetez une action Apple, et s’il se vend bien vous toucherez une récompense pour avoir contribué à son développement.

      Ah pardon Apple c’est le mal !

      Alors investissez dans une biotech et si ça fonctionne vous sauverez des vies
      Alors investissez dans le développement durable et si la planète va mieux vous aurez la fierté d’avoir mis votre pierre à l’édifice.

      Ces sociétés n’existeraient pas sans investisseurs, c’est simple à comprendre non ?
      Non ? Tous les produits que vous achetez n’existeraient pas sans investisseurs.

      Si un jour vous êtes frappé d’une maladie que seul un unique médicament peut soigner sinon c’est la mort assuré, dites vous au moment ou vous aurez l’injection, que c’est grâce à un conn@ard d’actionnaire que vous allez vivre. Peut être qu’à ce moment là vous refuserez le médicament.

      Alors plutôt que de porter le discours de Mélanchon (qui est millionnaire) soyez un investisseur dans les domaines qui vous touchent le plus (et vous ne serez même pas millionnaire !). Parfois la crapule n’est pas la ou on le pense.

      Élevez vous Gilles , merci

      • Gilles.DR315 says:

        mon coup de gueule est plus au niveau de l’hypocrisie des grandes société. j’ai été écarté de mon ancienne boite qui faisait des milliards de bénéfices, qui ferment des agences à tout va et qui pleurniche quand un employé demande une simple augmentation de salaire sans réévaluation depuis 7 ans.

        Ainsi va le monde. perso je comprends certaines revendications de ceux qui sont dans la rue. Oui, çà craque de partout sur le plan social.

        • C’est une opportunité d’être viré d’un système esclavagiste, ça vous ouvre les yeux. Gagner 10 000 € par mois et d’acheter une Porsche ne sert absolument à rien et ne rend heureux personne, oui 1 semaine toit au plus.

          Quittez le système et entreprendre, c’est aussi réaliser ce qui est important ou non.

          Celui qui entreprend comprend les choses, les autres sont des moutons qui pleurnichent.

        • Je vous rejoins sur ce point. Les cadres « moyens » font aussi partie des victimes de la mondialisation, coincés entre les exigences croissantes du top management, l’obligation de s’adapter sans cesse à la fois à un environnement changeant, ce qui est légitime, mais aussi au dernier truc à la mode vendu par une société de conseil, et l’inertie d’une masse d’employés dont on sait très bien qu’on ne leur fera pas faire ce qu’ils n’ont pas envie de faire, qu’elles qu’en soient les raisons.

      • Si un jour je dois bénéficier de votre injection miracle, j espère seulement que notre système de santé public me le permettra.

      • Heu, j’ai un PEA, mais je ne vais pas aller mettre 1000 boules dans un iphone. Mon Xiaomi à 230€ fait aussi bien.

    • Et bien devenez actionnaire…

    • Encore fallait-il prendre le risque d’être actionnaire, de subir une baisse importante en 2018 et de conserver malgré tout.

  6. Bonjour Le Mécréant … c’est aussi ma vision !

  7. Eh bien oui ca craque de partout, le petit Macron n’arrive même plus a faire passer quelques réformettes bien superficielles qui effleurent a peine le système n »est pas Margaret thatcher qui veut
    La faute a qui mais a tous les démagogues qui affirment qu’on peut raser gratis demain qu »on peut laisser filer la dette les deficits distribuer toujours plus il n y a qu a « ,faire payer les riches »cad les classes moyennes les riches eux sont deja partis et ne reviendront plus
    Vive la France

    • On peut vouloir réformer les régimes de retraite, mais pas en l’enfant aux gens sur les objectifs réels, et pas en faisant passer la com politique avant le contenu. Comment voulez-vous que les Français adhérent à cette réforme quand celui qui l’a préparée est rattrapé par la patrouille, quand personne ne sait qu’elles vont être les règles au bout de deux ans de soit disant dialogue, quand le calculateur officiel de retraite ne calcule rien, quand les ministres eux-mêmes ne savent pas ce qui va se passer, quand les règles changent au dernier moment, …

      A croire que le but de la réforme, c’est juste de montrer « qu’il en a », comme une mauvaise imitation de Thatcher, qui, elle, en avait vraiment.

  8. MEUNIER Alain says:

    Il faudrait peut être arrêter les propos un peu marxisant correspondant à ce que certains journalistes appellent le marxisme culturel qui a noyauté la société française depuis des lustres .
    Ne pas oublier que nous sommes champions du monde des impôts , de la dépense publique ( plus de 50% du PIB ) etc..et que sur cette base nous sommes champions de la redistribution .
    Champions aussi du chômage dans les pays développés ; où est l’erreur ?
    OK très bien mais résultat : un peuple qui devient un enfant gaté , qui ne veut plus travailler ( je parle en moyenne evidemment ) .
    On représente 15% des dépenses sociales mondiales .
    Alors que faire : ponctionner encore et encore ; l’impôt tue l’impôt ( cf l’hystérie fiscale du président Hollande : punir la réussite ; vieille idéologie socialiste ; égalitarisme par le bas bien entendu ; tous égaux mais dans la pauvreté )
    Question des professeurs : OK ils travaillent beaucoup et dans de mauvaises conditions de sécurité . A qui la faute ? Si ils s’étaient rebellés il y a des décennies au lieu d’accepter le laxisme généralisé imposé par leurs syndicats gauchistes à mort ( lire Claude Allègre ) ils n’en seraient pas là ;
    Si les professeurs se font taper dessus , c’est en grande partie de leur faute ; pourquoi ne sont t’ils pas dans la rue pour une grève légitime concernant la sécurité ?
    Refuser de bosser si ils se font malmener pas les élèves et leurs parents .
    Je connais des professeurs qui n’osent plus mettre des mauvaises notes !( faut pas de faire crever les pneus )
    Pour ma génération , c’est un non sens .
    Au lieu de demander toujours plus de moyens en personnel alors qu’il y a pléthore …
    50000 enseignants sont des permanents syndicaux qui n’on jamais vu un élève .
    Normal ?
    En fait il y a en France une crise énorme de l’autorité qui date de plusieurs décennies , autorité savamment sapée par les professionnels de la lutte des classes .
    Quand je pense que l’on entend dire sans rire que le problème en France : c’est la violence policière , je me dis que le ver est dans le fruit et que le fruit arrive au total pourrissement .
    Il y a une cinquantaine de policiers qui se suicident pas an en France .
    Spécificité française comme les 50000 voitures brulées par an depuis des décennies dans l’indifférence générale .
    Résultat : faut mieux aller entreprendre ailleurs , ce que les jeunes français un peu « couillus  » font en prétextant qu’ils partent pour des raisons diverses et variées ….

    Donc l’anarchie a triomphé et nous sommes tous fautifs par consentement mollasson .

    • Concernant le chômage en France, voici un article que vous devriez lire : Le « vrai » taux de chômage est il plus faible en France qu’aux États-Unis ? Serions-nous en plein-emploi ?

      https://www.leblogpatrimoine.com/bourse/le-vrai-taux-de-chomage-est-il-plus-faible-en-france-quaux-etats-unis-serions-nous-en-plein-emploi.html

      • MEUNIER Alain says:

        OK
        article intéressant qui montre que tous ces sujets sont tellement imbriqués et complexes que l’on ne sait plus quels sont les paramètres à prendre en compte

    • OUI mais il y a aussi 50 professeurs qui se suicident par an !

      • MEUNIER Alain says:

        Oui mais mêmes causes , mêmes effets .
        Les profs en prennent plein la figure ( certains prennent même des coups de couteau ) et la hiérarchie pratique le déni .
        Surtout pas de vague ( sinon ma promo de proviseur sera compromise ) et pas de stigmatisation .
        A la fin devant toutes ces injustices dues à une forte lacheté de systême , policiers et profs en difficulté se suicident .
        La solution de l’état est brillante : on leur donne une aide psychologique .

      • Quand les maîtres faisaient régner la discipline dans leurs classes de 59 élèves, ils ne se suicidaient pas. Qui a mis fin à cette situation ?

        • Oui mais mes les claques pétaient et les brosses à craies fusaient parfois dans la classe. Souvenirs d’un prof de maths qui malgré tout m’a fait aimé cette discipline !

    • Largement en accord avec vos propos Alain, sauf peut-être sur la violence policière que vous sous-estimez me semble t-il. En effet ce n’est pas parce que des policiers ou gendarmes se suicident que cela enlève l’ardeur à la violence pour d’autres, notamment lors de manifestations, je dirais même le contraire, c’est parce que des collègues se donnent la mort que cela peut amener certains (je dis bien certains seulement) de cette corporation à redoubler de violence juste en une sorte de « vengeance » de ces suicides,

      Quant à l’éducation et les enseignants, le gros problème de cette profession, est, comme vous l’avez si bien dit, c’est l’autorité perdue et qui sera très difficile à retrouver tant de lois imbéciles ont été promulguées sur ce sujet, faisant la part belle aux fauteurs de troubles.

  9. Source : Patrick Artus, Janvier 2018 : https://www.research.natixis.com/Site/en/publication/2BVhjJ1_-02IfBJVg35gUA%3D%3D?from=website

    Les inégalités primaires de revenu (avant politiques redistributives) sont élevées en France, autant qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni. Ceci vient du niveau élevé du chômage en France, de la faible employabilité des peu qualifiés, des compétences faibles de la population active, et pas du poids dans le revenu national des individus à revenu élevé (comme c’est le cas aux États-Unis).

    Face à ces inégalités primaires de revenu fortes en France, des politiques redistributives puissantes ont été mises en place (en particulier un niveau très élevé de transferts sociaux). En conséquence, les inégalités de revenu après redistribution sont faibles en France, beaucoup plus faibles qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni.

    Mais le financement des politiques redistributives nécessite une pression fiscale forte en France, qui crée des distorsions défavorables (par exemple les destructions d’emplois dues au niveau très élevé des cotisations sociales des entreprises) ; ces distorsions accroissent le chômage des peu qualifiés augmentant encore le niveau des inégalités primaires de revenu.

    Il y a donc cercle vicieux puisque la lutte contre les inégalités primaires de revenu par les politiques redistributives aggrave ces inégalités.

    Il n’y a alors que deux choix favorables :

    – lutter contre les inégalités primaires (avant redistribution) de revenu, par la formation, l’amélioration du système éducatif ;

    – financer les politiques redistributives par des impôts qui ne créent pas de distorsions et de chômage (de ce point de vue, une taxation de l’ensemble des revenus est préférable à une taxation des salaires).

    • Quand vous dites pression fiscale forte en France, je suis un peu étonné…un de mes petits cousins bosse en Allemagne et me dit payer plus d’impôts sur le revenu que lorsqu’il était en France à salaire identique. Quand je regarde les barèmes de l’IR en Italie, en Grèce…ils sont beaucoup plus progressifs rapidement que chez nous.
      Ce qui pénalise la France, c’est le prix de l’immobilier, qui est malgré les taux d’intérêt, très élevé pour les jeunes notamment, et ça continue de grimper en favorisant les anciens. C’est aussi la désertification et la centralisation, qui accentuent le déclassement.
      Mais pour la fiscalité, j’aimerais avoir votre avis. Certes l’Italie n’a que très peu d’impôts sur les successions mais ce ne sont pas ceux dont vous parlez j’imagine

      • La « pression fiscale », ce n’est (de loin) pas que l’impôt sur le revenu (qui est effectivement plus élevé dans pas de payys qu’en France). Il y a par exemple les prélévements sociaux (sur les revenus du travail, et les autres). Avant le Prélévement à la source, l’I.R. était l’impôt le plus perçu par les français (et il l’est sans doute encore), mais la TVA et la CSG représentent depuis longtemps des montants plus élevés.

        • attention dans les autres pays, les prélèvements sociaux sont plus faibles mais les protections moindres et il faut adherer à des assurances privées. La TVA y en a partout. C’est la CSG effectivement qui fait la difference mais a taux plein elle tape que les revenus financiers ou immobiliers

          • « attention dans les autres pays, les prélèvements sociaux sont plus faibles mais les protections moindres »
            Pas toujours… voire pas du tout, il faut comparer finement et on découvre que les Français ont une prestation sociale de très faible rapport qualité/coût.

    • Jean Daniel says:

      « lutter contre les inégalités primaires (avant redistribution) de revenu, par la formation, l’amélioration du système éducatif ; »

      C’est sans doute une des plus importantes lacunes de la politique française depuis trois décennies, la faillite du système éducatif liée à un idéologie prônant tous azimuts, y compris et surtout à l’EN, une politique égalitariste qui se pensait progressiste et juste mais qui fit des ravages .

      Il y a déjà un bail que Pierre Bourdieu en faisait le constat en s’interrogeant sur la panne de « l’ascenseur social ». :

      « La reproduction des inégalités sociales par l’école vient de la mise en oeuvre d’un égalitarisme formel, à savoir que l’école traite comme « égaux en droits » des individus « inégaux en fait » c’est-à-dire inégalement préparés par leur culture familiale à assimiler un message pédagogique. »

      • Vous êtes au coeur de la tactique politicienne de la gauche.
        Pour accéder au pouvoir démocratique et s’y maintenir,
        il faut prôner le triomphe du médiocre sur le valeureux.
        Et pour gagner une élection, il faut flatter les plus nombreux…
        Tout le reste n’est que manipulation : on n est pas prêts de sortir de ce paradigme politico délétère, quand on entend notre président désireux de préserver l « état providence ».
        A mon avis, c est la même manipulation que celle basée sur la  » dictature du prolétariat », …à peine modernisée.
        Le mur de Berlin est tombé, le communisme avec, mais la route sera longue pour sortir du formatage à l’assistanat institutionnalisé.

      • charlotte2 says:

        Totalement d’accord avec Jean Daniel

      • Vous citez Bourdieu, mais Bourdieu est le problème. La solution pour éviter la reproduction des inégalités sociales étant de supprimer l’héritage culturel et pédagogique des uns pour les ramener au niveau des autres. Tous égaux dans la médiocrité.

        Nous sommes passés de la méritocratie à la médiocratie.

      • @Jan Daniel
        En accord et en corollaire à la phrase de Pierre Bourdieu :
        Nous sommes au cœur de la tactique politicienne de la gauche française.
        Pour accéder au pouvoir démocratique et s’y maintenir
        nos gouvernements ont prôné le triomphe du médiocre sur le valeureux.
        Et pour gagner une élection il faut séduire les plus nombreux…
        Tout le reste n’est que manipulation : on n est pas prêts de sortir de ce paradigme politico deletere, quand on entend notre président désireux de préserver l « état providence ».
        A mon avis, c est la même manipulation que celle basée sur la  » dictature du prolétariat », à peine modernisée.
        Le mur de Berlin est tombé, le communisme avec, mais la route sera longue pour sortir du formatage à l’assistanat institutionnalisé.

    • La France qui s’enorgueillit d etre le pays le plus redistributif du monde celui qui lutte le plus contre les inégalités
      Et pourtant celui dont les sondages nous disent que les habitants sont parmi les plus pessimistes du monde et dont le taux de suicide est un des plus élevés
      Étonnant non?

      • La redistribution pallie les inégalités, elle ne les corrige pas
        https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/la-redistribution-pallie-les-inegalites-elle-ne-les-corrige-pas-1161783#utm_source=le%3Alec0f&utm_medium=click&utm_campaign=share-links_twitter

        La France est championne de la pauvreté avant redistribution. Une fois les transferts effectués, le taux de pauvreté tombe à un peu plus de 14 %. Preuve de l’efficacité de la politique de redistribution. Mais cette politique, écrit Pierre Cahuc, ne traite pas les inégalités de manière structurelle, elle ne fait que les compenser.

        Depuis plusieurs décennies, les pays de l’OCDE connaissent une forte montée des inégalités des revenus avant taxes et transferts. Elle est pour l’essentiel la conséquence du progrès technique et de la globalisation, qui ont, par ailleurs, accru considérablement les niveaux de vie moyens.

        Des ouvrages récents d’économistes français réputés, comme Thomas Piketty , Emmanuel Saez et Gabriel Zucman , recommandent de s’appuyer sur la fiscalité pour réduire ces inégalités. Il s’agit d’ accroître la redistribution en taxant les patrimoines et les hauts (surtout les très hauts) revenus . Pour être opérationnelles, de telles mesures supposent de pouvoir améliorer considérablement la coordination internationale afin de limiter la concurrence et l’évasion fiscales. La fiscalité est sans aucun doute un levier essentiel pour combattre l’explosion des inégalités et on ne peut que se féliciter de voir des travaux s’appuyant sur d’impressionnantes bases de données alimenter des débats où l’idéologie joue le plus souvent un rôle de premier plan.

        On peut se demander si ces recommandations sont véritablement adaptées à la situation française. En effet, parmi les 30 pays de l’OCDE pour lesquelles les données sont disponibles, la France est le pays où le taux de pauvreté avant impôts et transferts (mesuré par la proportion de personnes dont le revenu primaire est inférieur à 60 % du revenu médian) est le plus élevé. Il atteint 41 % en 2016. Il est de 10 points plus élevé qu’aux Etats-Unis ! Mais la France est aussi le pays qui réduit le plus le taux de pauvreté grâce à la fiscalité , puisqu’il tombe à 14,3 % après impôts et transferts, soit une chute de 27,2 points. Malgré cet effort en matière de redistribution, d’autres pays font mieux que la France en termes de pauvreté. C’est au Danemark que le taux de pauvreté après redistribution est le plus faible. Il est égal à 12,6 % ; mais les impôts et les transferts y jouent un rôle bien moins important, puisqu’ils ne réduisent l’écart avec le taux de pauvreté des revenus primaires que de 14,3 points, soit à peine plus que la moitié que chez nous.
        Des dysfonctionnements bien identifiés

        Ainsi, le problème essentiel de la France est d’être la « championne » de la pauvreté avant redistribution des revenus. Cette situation résulte de la conjonction de plusieurs dysfonctionnements bien identifiés : un marché du travail qui exclut de l’emploi les personnes les moins productives ; un système éducatif qui reproduit voire accroît les inégalités sociales ; une formation professionnelle particulièrement inefficace ; une grande difficulté à évaluer et éliminer un ensemble de dispositifs coûteux qui ont tendance à enfermer des publics dans la précarité plutôt qu’à leur mettre le pied à l’étrier.

        La redistribution, malgré son ampleur considérable en France, ne fait que pallier ces dysfonctionnements, elle ne les corrige pas. Seules des réformes structurelles, maintes fois évoquées, de notre marché du travail et de nos systèmes de formation et d’éducation sont susceptibles d’éradiquer les racines profondes des inégalités dont souffrent les plus démunis d’entre nous.

        •  » recommandent de s’appuyer sur la fiscalité pour réduire ces inégalités. Il s’agit d’ accroître la redistribution en taxant les patrimoines et les hauts (surtout les très hauts) revenus .  »

          C’est ça, continuons de faire ce qui ne marche pas depuis 40 ans et on est sûr que notre situation va s’améliorer !!!

        • « La redistribution, malgré son ampleur considérable en France, ne fait que pallier ces dysfonctionnements, »
          Pas d’accord! la redistribution est aussi créatrice de ces dysfonctionnements, elle détourne de la création de richesses et d’emplois des fonds qui ainsi auraient pu permettre de diminuer la pauvreté, au lieu de simplement la soulager avec un système social qui fuit de toute part: sur 100 euros collectés pour le social et la redistribution combien en prestations et combien pour engraisser les administrations?

    • « … des impôts qui ne créent pas de distorsions … ». Je vous sens encore emprunt d’idéologisme. Quand l’état prélève plus à ceux qui gagnent plus (tranches de l’IR), quelque part vous encouragez à rester en bas des tranches. Avec une TVA à 20%, les moins riches contribuent plus en taxes que les plus riches en proportion de leur patrimoine.

      Un état qui saurait réagir rapidement aux distortions serait le bien venu dans nos années cahotiques. Pour l’instant le privé est plus rapide, parfois plus excessif mais évite le poids et le conservatisme étatique de s’ancrer aux dépends des citoyens.

  10. Illustration Navel et Carole expriment leur réalité .il
    Faut prendre plus aux nantis pour régler le probleme français . Les autres pensent que ce sont les entrepreneurs qui régleront le problème et donc qu il faut favoriser les entreprises .Eternel débat communisme nouvelle version contre Thatcherisme .Et puis il
    y a les bonnes âmes du juste milieu ,La greve hallucinante que nous vivons en est l illustration. Ensuite spectacle qui n’existe pas ailleurs et ne serait pas admis: une minorité confisque la rue, empêche les non grévistes de travailler mystifie et ou tolère la casse d emeutiers professionnels sans que les organisateurs ne soient responsables financièrement de cette casse . Le droit de grève est devenu le droit de faire la révolution et de venir au lendemain de toute élection
    le moyen d empêcher l application d u programme du vainqueur.Pourquoi aller voter ?Finalement comme disait Churchill le meilleur argument des anti démocrates est celui de dire : il
    Suffit d entrer dans un pub et d écouter la teneur des propos de comptoir

  11. La France étonne le monde ! les étrangers nous regardent et ne comprennent pas. La France championne de la redistribution, un des pays au monde où les inégalités après redistribution sont les plus limitées, c’est le pays qui veut renverser la table. Il suffit de sortir de France, et pas pour aller se faire bronzer la pilule, mais d’aller au contact des gens dans les autres pays, pour nous mêmes nous étonner de nos avantages. Alors pourquoi ?
    pourquoi une éducation nationale gratuite (ou presque) qui ne joue plus son rôle d’ascenseur social, et en qui beaucoup de citoyens ne croient plus, et notamment les gilets jaunes ? comment peut on tolérer que 150000 jeunes sortent du système sans formation ? comment peut on accepter un tel abaissement du niveau des études secondaires ? j’insiste sur l’éducation car pour moi, c’est la clé. L’économie est mondialisée (trop sans doute, mais les Français courent chez Ikea, Decathlon, MacDo….parce qu’ils y trouvent leur compte), et il faut bien l’accepter. Au delà de barrières douanières indispensables (oui Trump a raison), il faut se dire que c’est notre intelligence, notre expertise, nos compétences qui nous protègeront. Et pour ça, il faut que chacun regarde devant sa porte: pourquoi en suis je là ? il y a des accidents de la vie, mais il y a beaucoup de situations provoquées par une désinvolture inconsciente, trop de légèreté….
    l’état ne peut pas tout, il ne faut pas tout attendre de lui en ce qui concerne nos situations individuelles. Par contre, il doit intelligemment réfléchir sur les inflexions nécessaires à notre modèle…et là je reconnais que c’est pour le moins confus

    • Tout à fait d’accord avec vous Ernest
      chacun devrait méditer sur votre texte afin de voir certaines choses et trouver des solutions dans le calme. La violence ne résout rien et est plus facile que de trouver de vraies bonnes solutions qui exigent des remises en cause, ce qui est toujours douloureux.
      Peu de pays ont un amortisseur social comme la France, une éducation et une santé presque gratuite et c’est vrai qu’on se rend mieux compte de ses avantages quand on est à l’extérieur. C’est bien de le rappeler aussi….
      Amicalement
      Antonio

    • L’Etat ne peut pas tout certes, mais allez dire cela aux générations biberonnées a l’allocation familiale, le RMI, RSA, « pensions » de chômage, etc. , vous vous ferez vite insulter !

    • Decathlon est français.

  12. Merci Guillaume pour cet article.

    Je partage largement vos vues.

    Mais je ne sais pas trop quoi faire.

    L’offre politique est – pour le moment – inintéressante.

    • je suis comme vous.il y a 2 problèmes
      1/ il n’ y a pas d’offre politique de Droite libérale nonobstant toutes les accusations portées contre le libéralisme . accusations stupides vu les impots et et la redistribution française
      2/mais plus grave, comme je l’ai souligné, dans mon texte précédent ,une minorité active peut empêcher sans conséquences juridiques et ou financières le fonctionnement normal de la démocratie . il suffit que 3 braillards descendent dans la rue, casse tout en disant nous sommes le Peuple et c est terminé ….le gouvernement celui ci ou un’ autre n’a plus de légitimité car s’attaquer aux marcheurs pétitionnaires casseurs seraient une atteinte au droit grève constitutionnel . Nous n’échapperons pas à la redéfinition (et par voie constitutionnelle) du droit grève . il faut mettre les Français devant leurs errances de rationalité . Jean Daniel a raison l’éducation et la culture doivent être à la base de la reconstruction de notre société MAIS …. l’Education nationale laissée aux communiste par De Gaulle en 1945 a prêche pour l anti capitalisme . On en voit le résultats aujourd’hui .L anti colonialisme primaire et viscéral calqué sur les. décisions du Komintern de l’ entre 2 guerres a été également largement partagé. Du coup l’Education nationale a prôné le rejet d l’assimilation des populations Africaine et Maghrébines. Ils en paient maintenant, les premiers, le prix mais nous payons aussi les classes , de 12 élèves puisque’ à la maison ne on parle pas Français et que de plus on rejette le modèle Français au nom de la culture et de la religion du pays d’origine… enfin et ce n ‘est pas la dernière catastrophe en cours . Les enseignants manipulateurs ou manipulés se sont lancés à fond dans l’écologie avec le formatage des cervelles .. Et oui si le Grand Soir peut encore difficilement être invoqué ,vu les catastrophes mondiales passées ou en cours; il faut sauver l’Etat omniprésent qui ,lui ,sait diriger et indiquer le bon cap ,il faut pouvoir être dans le camp du bien. … et là une nouvelle–religion étatique. s’est bâtie en pleine extension il faut sauver Gaia des méchants humains qu il faudra si nécessaire rééduquer et pour beaucoup éliminés pour sauver la planète/Donc mr Jean Daniel a raison le problème est bien culturel….sauf que la culture dominante nous emmène droit à la négation du réel et à la catastrophe Vaste problème.

      • Le Mecreant says:

        Le fonctionnement normal de la democratie… vous parlez de quel pays? parce que la france c’est tout ce qu’on veut, sauf une démocratie, et de toute manière la réalité du pouvoir, pour autant qu’on puisse considérer que le systeme français soit encore une démocratie, n’est pas dans nos institution mais dans le « machin » de bruxelles comme le disait De Gaulle. Et les dirigeants du « machin » comprendre les commissaires européens ne sont en aucun cas issus d’un processus démocratique.

        • Ce que votre message indique est souvent un argument invoqué par certains. Mais il ne tient pas bien longtemps.

          Si un parti politique en France proposait de quitter l’U.E., et, avec ce programme, gagnait les élections, et appliquait son programme, hé bien ce que vous appelez le  »machin » n’aurait plus beaucoup d’influence. Et n’allez pas dire que c’est impossible : le Brexit a démontré que c’était possible… (Seul souci : les parti avec un tel programme recueille des scores épsilonesques aux élections en France. C’est aussi ça la démocratie : accepetr le résultat des élections même quand il vous déplait.)

          Par ailleurs, ce que les commissaires européens (qui sont proposés par… les gouvernements démocratiques de chacun des Etats de l’UE, et acceptés ensuite par le parlement européen élu démocratiquement) défendent / promeuvent / appliquent, ce n’est rien d’autre que les traités (que la France a ratifié) et les orientations choisies par le Conseil européen (qui réuni les chefs d’états et de gouvernement … démocratiquement élus dans les divers pays).

        • « Démocratie représentative »: nos élus votent pour nous. En 1789 sans les moyens de communication d’aujourd’hui, je veux bien l’accepter mais de nos jours ? Devons nous continuer à nous plaindre des décisions des représentants et en rester à contempler l’arrivée d’une catastrophe ?

  13. Jean Daniel says:

    Rien de nouveau au fond !

    La remise en cause de la démocratie parlementaire taxée, souvent à juste titre, d’élitisme et/ou de favoritisme socio/économiques fait partie de la vie politique, voire est source de la vie politique et de ses luttes intestines qui s’exacerbent magistralement dans les périodes de mutation technologique influant sur les conditions d’existence des sociétés avec des perspectives délicates à maîtriser.
    Dire qu’une mutation technologique et sociétale est avérée depuis ½ siècle est un euphémisme… on pourrait parler de révolution à l’instar de l’industrielle de la fin du XIXe siècle.

    Pour des raisons historiques et/ou culturelles certaines nations éprouvent des difficultés récurrentes à l’heure de traverser ces époques de changement parfois radical… la France, c’est remarquable, est de celles-là. Dans un contexte de globalisation son allergie aux mutations et son immobilisme risque bien de la précipiter en effet dans un repli inquiétant, ce ne sera pas la première fois, où sous prétexte « d’ordre nouveau » on instaure l’Ordre (avec un O majuscule) en congédiant toute nouveauté, tout progrès.

    En effet le problème est que la démocratie représentative n’est pas exempte des défauts qu’on lui reproche. C’est un système qui est bien loin d’être parfait et porte en lui-même les germes de sa contestation mais, pour paraphraser Churchill, a priori en dehors d’une poétique utopie, il n’y en a pas vraiment de meilleur… et qu’il soit de gauche ou qu’il soit de droite quand le radicalisme s’arme du populisme pour déboulonner cette imparfaite démocratie l’histoire nous enseigne qu’il débouche sur des catastrophes.
    Patience…

    • Vous remarquerez que les grands démocrates européens n’ont eu de cesse de traiter Boris Johnson de populiste.

      Lui, pourtant, n’a pas changé de discours une fois vainqueur, et a refusé ce qu’ont fait bon nombre de députés Tories et LibDem : trahir leurs électeurs et empêcher le Brexit.

      Le Royaume-Uni étant une démocratie, ce petit monde d’élus a finit par accepter de se représenter à nouveau devant le peuple.

      Contrairement à ce que pensaient les grands penseurs des médias, le camp du Brexit fut de nouveau vainqueur.

      Qui est populiste ? Qui est démocrate ?

      « Si être populiste, c’est respecter la volonté des électeurs, alors je suis populiste » -Giuseppe Conte.

  14. Macron dégage !
    La proposition de loi déposée ce jour au parlement est une provocation. Quelques cacahuètes données et lire entre les lignes :
    « la pension de retraite des profs sera au même niveau que les pensions des autres fonctionnaires »…. sauf que les autres fonctionnaires auront leur pension qui va baisser.
    Ils prennent vraiment les gens pour des cons.

    Au moins Fillon avait l’honnêteté de dire que la retraite par point permettait de baisser les pensions de retraite.

  15. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    je constate que l’ensemble des commentaires ci dessus ont un point commun :

    le système politique français mis en place après 1945 touche à sa fin.

    l’État social redistributif ainsi que l’immigration non contrôlée ont pourri l’âme et le génie français qui avaient placé notre pays au centre du monde d’hier.

    La France renaitra sans doute un jour, mais comme d’habitude dans la douleur.

    Car la réforme n’est pas dans nos coutumes.

    Comment cela pourrait il se passer ?

    Dans un premier temps je verrais assez bien le Rassemblement national gagner les présidentielles de 2022 ou au plus tard 2027, malgré une incompétence notoire en matière économique, parce qu’une majorité d’électeurs n’en a plus rien à foutre ! (les PRF)

    S’en suivrait une certaine gabegie financière, économique et sociale, ainsi qu’une remise à plat des condition d’immigration.

    Les conditions seraient alors favorables à une reconstruction sur les bases mieux adaptées au monde du 21eme siècle.

    • Les pays qui s’en Sortent le mieux actuellement sont ceux qui contrôlent leurs frontières

    • MEUNIER Alain says:

      Je trouve votre analyse excellente à mon point de vue évidemment .
      Les partis politiques traditionnels ayant montré leur incapacité , mélange d’aveuglement , lâcheté , idéologie ( n’oublions pas les fameuses formules de nos soi disant intellectuels comme Sartre en son temps : du genre « vaut mieux avoir tort avec Staline que raison avec Raymond Aron …. ) , les français , incultes en économie , risquent d’élire M Le Pen par « dégagisme  » , « provocation  » « désespoir » , etc..;en 2022 ou 2027 ;
      ce qui peut se comprendre vu les méfaits du politiquement correct pratiqué à forte dose par les médias et les politiciens ( idem pour l’élection de Trump en son temps dans un autre contexte où les « minables  » étaient stigmatisés ) ; ne pas oublier qu’aux dernières régionales deux régions ont fait 45% pour le RN au premier tour …
      et après le président RN : grosse pagaille , les pseudo républicains ( = ceux s’asseyant sue le suffrage universel )dans la rue , bloquant toute la vie économique pendant des mois
      plusieurs élections législatives ou autres en série ….
      Chaos salutaire ou non ?
      Espérons que ce chaos sera salutaire et permettra aux gens de regretter le passé pas si mal que cela ou non salutaire , et ??
      Bref : je crois en votre analyse .On passera par une période RN, qui n’a évidemment aucune vision économique ( mais les gens s’en foutent ) pour purger ou non la déprime nationale !!
      Un pays comme dit Sylvain Tesson qui est un paradis où les gens se croient en enfer .
      Où en sera le CAC 40 ?
      99% des français s’en foutent ; pas nous , mais la chasse aux « zézés  » est bien entamée .
      L’euthanasie des classes moyennes supérieures est en route .
      Les vrais riches se sont taillés depuis longtemps avec l’ISF ( ou impôt négatif !!)

      • À l’époque , Sarkozy avait tout pour réussir s’il avait eu le courage de passer son karcher au lieu de pactiser avec le Qatar et de mettre des gauchistes dans son gouvernement! Soit il a sauvé nos économies de la crise de 2008 mais il a fait perdre toute crédibilité de la droite à vouloir réformer l’invasion migratoire . Bilan cette droite molle est à l’agonie et ne renaîtra pas de ci tôt. Les centristes sont partis chez Macron et une partie de la Vraie droite chez Marine et les autres errent .
        On ne peut reconstruire une France forte si on laisse toute la misère du monde venir profiter de notre système social , lequel par tant de bonté va s’écrouler car on ne peut indéfiniment ponctionner toujours les mêmes . Les plus riches sont partis et la classe moyenne n’en peut plus. Le RN ne peut pas faire pire que ce que Macron fait actuellement. Le RN aura au moins le mérite d’appliquer la loi en matière d’immigration et de sécurité ce qui est le socle pour reconstruire l’économie. Tous les milliards qui sont déversés pour l’immigration et les pays d’Afrique , on n’en parle jamais mais ils seraient plus utiles pour redresser notre pays.

      • Comme je l’ai dit à Julien plusieurs fois, M. Lepen, ne passera pas en 2022, tant que les élections présidentielles et législatives reposeront sur un système à 2 tours, en tous cas pas en 2022.
        Mais si ce système devait changer et être transformé en proportionnel ou semi proportionnel, là le danger guette !!

    • A peu près d’accord avec vous, sauf sur le point économique. A priori, le RN a retenu l’échec des maires FN. Les villes RN semblent être plutôt bien gérées. Il faut dire que c’est plus facile d’équilibrer un budget quand on ne pratique pas le copinage (faute de copains) et le clientélisme.

      Et même au niveau européen, la page Juncker Merkel Tusk est tournée. Von der Machin et AKK semblent plus enclines à s’entendre avec MLP. Sur le plan économique aussi. D’ici qu’on se retrouve avec les trois Harpies, Aello, Ocypète et Podarge ! Bon, je vais me faire traiter de vieux machiste réac facho mâle blanc. Alors disons les 4 fantastiques, avec Christine.

    • C’est vrai qu’en atteignant le rez-de chaussée (voire le sous-sol), la probailité de grimper est plus forte.
      Pour rejoindre un des commentaires: éducation, éducation, éducation. Après on en tirera les fruits. Quant aux 150000 exclus, le déterminisme lié aux origines y est significatif. Tout le monde se pose la même question et c’est ainsi que Marine and co. avance après des années d’obscurantisme, d’idéologisme et maintenant de refuser le débat sur ce problème de fond.

  16. La faute aux élus qui depuis 40 ans qui ont tout fait pour maintenir leur rente d’élus en retardant sans cesse les réformes par lâcheté crasse,idéologie,clientélisme avec des électeurs complices et/ou passifs ,les mots efforts et travail étant complètement dévalorisés,les français se complaisant dans le bisounoursisme .
    On a jamais autant parlé du CNR ,ce programme était peut-être adapté (et encore tellement imprégné de communisme) en 1945 qui a jété les bases de notre organisation ,nous sommes en ……………2020!!!!!!!!!!!!

    • Il me semble que les bases de la retraite par répartition ont été jetées des 41 par Pétain et Laval.

      Comme la fête des mères.

  17. A force que certains , syndicalistes et politiciens d’opposition droite ou gauche , martelent et font croire que la condition des francais est la plus mauvaise de la planéte , les francais , la masse populaire , a accepté cette idée seduisante . Toujours moins d’effort et davantage de distributions sociales . Faut dire aussi que la pedagogie des gouvernants est nulle , faut dire aussi que la culture economique de ce pays est nulle de haut en bas et que l’on passe son temps a s’envoyer a la figure des  » y »a qu’a , faut qu’on  » sans jamais mettre de chiffres derriere , sans benchmarker . Je pourrais avoir le meme discours sur les questions sociétales ou les minorités en tous genres ( je ne cherchais pas le jeu de mot ) veulent imposer leur modes a la société , ou l’academis francaise passe son temps a dissequer le sexe des anges . Oui Guillaume , ca craque , en fait ca a commencé a craquer depuis un moment . Pourtant notre pays est un beau pays , tout le monde peut s’y faire une place a condition de redresser les manches , on ne laisse tomber personne meme si on pourrait toujours faire plus . Si ce n’était le cas , pourquoi autant d’hommes et de femmes cherchent accueil en France ?? alors il est vrai que notre president n’en appelle pas a l’effort , aux valeurs et au travail , il n’a pas le courage de renvoyer a 10 m le moustachu et son chef Lebrun ( oui si bien Lebrun le chef ) qui prefere detruire la SNCF que voir mourir la CGT apres un 1er echec sur le statut des cheminots . Mais notre president n’a jamais commandé meme pas a une equipe de 3 ou 4 personnes , tout comme ceux qui ont precedé , il manque d’autorité dans ce pays , mais pour cela ou y a t’il un chef charismatique ??? il n’y en a pas et je crains l’avenir a cause de cela .

    • Je ne veux défendre personne et ne pas prendre parti dans cette réforme des retraites MAIS quand UN PRESIDENT DIT avant son élection : « JE NE TOUCHERAI PAS A L’ÂGE DE DEPART A LA RETRAITE », il n’y TOUCHE PAS !!!

      • attention dans les autres pays, les prélèvements sociaux sont plus faibles mais les protections moindres et il faut adherer à des assurances privées. La TVA y en a partout. C’est la CSG effectivement qui fait la difference mais a taux plein elle tape que les revenus financiers ou immobiliers

        • En France on paye une mutuelle.
          En plus de la CSG et CRDS.
          Pourtant :
          – de moins en moins de médicaments sont remboursés.
          – chaque boîte, même remboursée, coûte 59 cts, à concurrence de 50€/ an.
          – un certain nombre d’actes et de services ne sont plus remboursés si vous ne bénéficiez pas de la CMU et de l’AME…

          Certains veulent nous faire leur avec la fin du merveilleux système français universel.

          Ce système est déjà mort. Les classes moyennes ont déjà cessé d’en bénéficier.

      • Quand un candidat dit je ne toucherai pas à l’âge de la retraite de 62 ans… il ne devrait pas être élu ! Sans parler de celui qui s’est fait élire en le baissant à 60 ans, et en proposant les 35 heures. La France ne récolte que ce qu’elle mérite…

    • L’objectif de Macron n’est certes pas de sauver quoi que ce soit, mais d’être réélu.

      Il a pensé à un moment que confier le boulot à Delevoye pouvait lui apporter les votes des CFDT compatibles, et en même temps, de la gauche capitaliste (cœur à gauche, portefeuille à droite), et en même temps de la droite sociétalement à gauche (genre catho tiers-mondiste). Il semblerait que les IA utilisées par ses cabinets de benchmark aient été mal programmées ce coup-ci.

      Quand à l’Académie française, la consultation de leur site n’est parfois pas dénuée d’intérêt. Mais le site de projet Voltaire peut servir aussi.

  18. Ca craque de partout alors que l’on dépense de plus en plus ,record actuel 56% du PIB et personne n’est content!! Ceux qui en profitent en veulent toujours plus (De Closets 1982) et ceux qui financent en ont mare!!!!!!Dans un article sur Ghosn je lisais que le Japon dépense 39% de son PIB,est_on soigné pour 17% de mieux chez nous?éduqués (oui éduqués chez nous et pas instruits…) pour 17% de mieux?jai comme un GROS doute!Quant à la justice japonnaise je ne lui trouve pas que des défauts quand on voit la nôtre….

  19. en ont marre!!!! pardon

  20. UnLorrain says:

    La SS et comment s’en sortir : Lane Georges ce Monsieur exceptionnel vient de décédé, il ne fut – sera – jamais écouter . La SS fut,est,sera une pompe aspirante a immigrés, s’ensuivit une mosaïque de communautarisme sur le territoire voilà poindre l’épilogue des  » 70 désastreuses  » vu par Lane et cet autre libéral extrêmement érudit qu’est Monsieur Malliarakis Jean-Gilles.

  21. Si on aborde l’immigration(merci Chirac et le regroupement familial) alors là………

    • Décrété en 1976, suspendu par Barre dès 1977. Autorisé par le Conseil d’État en 1978. Merci le Conseil d’État.

  22. « En démocratie, il ne semble pas possible de gouverner constamment contre la population. Deux options sont alors envisageables :

    – Soit nous abandonnons la démocratie et nous enfonçons dans un régime autoritaire, seul capable de continuer à maintenir l’ordre face à une population qui refuse l’impérium libéral en marche ;
    – Soit, la démocratie reprend le pouvoir et le ressentiment accumulé impose une révolution sociétale sur le sens de nos valeurs. »

    Soit, troisième solution, nous instituons UNE REELLE démocratie, basée sur la liberté de choix de chacun, LA DÉMOCRATIE DIRECTE ou SEMI DIRECTE et non pas une pseudo démocratie qu’on nous vend aujourd’hui !

    Ne croyez vous pas que si la réforme des retraites était passée par un référendum populaire, il y a longtemps que le problème (et les grèves) serait réglé.

    • Quels sont les élus en place à vouloir une démocratie directe ou semi-directe ?
      Tout à fait d’accord, pour la France d’après guerre, cela sera un véritable renouveau politique pouvant dans son sillage permettre de changer la donne sur pleins de sujets et de rentes installées/vérouillées.

      • En tous cas, l’idée de la démocratie directe considérée comme farfelue et inapplicable pour la France pendant des décennies entières, semble de plus en plus faire son chemin (Michel Houellebecq, gilets jaunes entre autres, …) et j’espère / me persuade que le sujet sera prépondérant aux prochaines élections et suivantes.

  23. La démocratie ce n’est pas non plus la chienlit qu’on nous sert depuis 40 ans ,il ne s’agit pas de gouverner constamment contre la population mais celle ci vote de moins en moins et jusqu’à preuve du contraire c’est le gouvernement élu malgré tout qui gouverne pas le premier gueulard moustachu qui veut faire sa loi!
    Quant au référendum le français jamais content malgré 56% de PIB redistribué répond toujours à côté ou pour s’opposer au gouvernement en place.
    Demandez si il fait beau ou si il pleut alors qu’il fait beau les gens répondront qu’il pleut !!!!!!!!!

    • Vous vous contredisez à chaque phrase:
      Exemple, vous dites la population vote de moins en moins et vous trouvez normal que le gouvernement gouverne d’autorité !
      Si la population vote de moins en moins, le gouvernement a d’autant moins de légitimité puisqu’il est élu avec un seul fragment du peuple (pour Macron seulement 24% de 78% soit 18,7% au premier tour, le deuxième étant un vote anti LePen)

      Quant au référendum, comment savez-vous que le Français vote « à coté », alors qu’il n’y en a justement pas de référendum !

      Et puis il fait beau, il pleut ……???

      • Les gens ne votent pas ou plus mais se plaignent quand même,la base c’est le vote !
        Après on gagne,on perd mais on vote!
        Et le gouvernement gouverne…pourquoi d’autorité ?c’est son rôle ,dès qu’on fait quelque chose dans ce pays on parle d’autorité,encore un relent de post soixante huitard .
        Quand un gros moustachu gueulard bloque sans légitimité un pays(soit disant soutenu par 60% de français) ce n’est pas de l’autorité?Mais illégitime….
        Autorité,travail,responsabilité tous ces mots bannis en France!

        • Il y a d’autres moyens de faire de la politique et de gouverner autrement que par l’autorité, il y a malheureusement encore bien trop de pays à agir comme ceci et ce n’est pas ceux qui prospèrent le plus.
          La liberté est un élément essentiel de la prospérité et du progrès, ne l’oublions jamais !

          Voter (en France) pour une gouvernance autoritaire voire totalitaire, très peu pour moi et pour beaucoup de Français aussi me semble t-il.
          Y a qu’à voir la limitation à 80km/h passé d’autorité par un Mr « j’assume » ou plus récemment la réforme des retraites ou le traité de Lisbonne, etc., etc.

  24. La France est championne de la redistribution, malheureusement la redistribution n’est pas que aide aux plus démunis, c’est souvent une aide à la passivité et à l’assistance par l’état: pas très bon pour la croissance et la compétitivité du pays…
    La France est championne des prélèvements fiscaux et sociaux, donc championne des services publics, donc bonnet d’âne du libéralisme, pas très bon non plus pour la croissance et la compétitivité du pays…
    Les Français ont pour idéal l’état providence et sa pléthore de services publics sans concevoir qu’un service public c’est avant tout un monopole d’état soumis aux seules exigences des syndicats sans les contraintes du marché concurrentiel, un idéal qui fait le pire choix, celui de mettre son argent dans un système terriblement sous productif.
    La synthèse des revendications des gilets jaunes, en majorité des salariés du privé et des artisans est: « plus de services public et moins d’impôts »; la synthèse des revendications contre la réforme des retraites est « on ne touche pas à un système en faillite latente, nos enfants et petits enfants se débrouilleront »
    Oui la France s’effondre, détruite par par son inculture du travail, de l’entreprise et du risque.

    • Alors que l’Irlande qui prélève exactement 2 fois moins que la France est devenu un pays notoirement plus agréable à vivre et éduquer ses enfants, elle est constamment présentée en France comme un paradis fiscal déloyal, certains voulant même la voir mettre sur liste noire! ne marche t’on pas sur la tête?

      • @François, avec un peu d’entrainement, écrivez enfer fiscal français au lieu de parler de paradis fiscaux…. 🙂

        • Il est en effet infernal et désespérant qu’une majorité de Français continuent de plébisciter les services publics. Cette confiance dans les monopoles d’état et leur gestion par le duo fonctionnaires-syndicats est délirante.

  25. julien bonnetouche says:

    Nous en avons déjà parlé.
    Il s’agit des élections présidentielles 2022.
    Sauf imprévu, nous aurons Le Pen / Macron au 2eme tour;

    Or le dernier sondage paru dans la presse datant d’il y a environ 6 mois, donnait 45/55% au 2eme tour
    il n’y a donc plus un gros chemin à faire pour avoir du 50/50, et il reste un peu plus de 2 ans pour cela, avec des conflits sociaux qui semblent se durcir.

    Or nous voyons 2 choses :
    -A 45% on peut dire que le plafond de verre du FN a sauté.
    -Que ce soit pour les gilets jaunes, ou pour les retraites, chaque fois une majorité de français est contre Macron ou soutient le mouvement, alors que dans ma logique personnelle, je trouve que Macron applique une politique allant vers plutôt vers un redressement du pays.

    Et d’ailleurs le consensus des experts va dans le sens d’une amélioration économique, alors que les français ressentent le contraire et voient même l’avenir plutôt noir, d’après le dernier sondage Odoxa de cette semaine.

    Naturellement cela ne signifie pas que Marine Le Pen sera élue, mais seulement que ses chances augmentent chaque jour.
    Ce ne sera pas Marion Maréchal qui se présentera. Mais si c’était le cas, alors je ne mettrais pas un euro sur les chances de Macron.

    Tout cela me parait traduire la volonté des électeurs l’aller petit à petit vers une fracture avec le système actuel.

    • En fait les électeurs (la majorité qui ne comprend rien à l’économie et à la finance) se fout si Macron redresse ou pas, c’est le ressenti et seulement le ressenti qui compte le jour j. Voilà encore une dérive de la démocratie représentative, le type qui a de l’audace et le sens de la com ou de la propagande est mieux élu (préféré) que celui qui a connaissances, intelligence et compétences.

      Je pense que malgré tout si la droite traditionnelle ficelle un bon projet pour 2022 avec un homme ou une femme charismatique, Macron a des soucis à se faire.

    • Je pense qu’ils remplaceront Macron par Baroin. Et ils toutes ses chances.

      • Oui, mais est-ce qu’il veut y aller le Barouineur ?

        • Après les déboires de Macron s’il échoue dans cette réforme et inéluctablement les suivantes, à part les démagos arrivistes style Mitterrand, qui voudra y aller ??

          • La réforme a déjà échoué. Toute l’action du gvt est dans la com et le marketing. Faire croire plutôt que faire.

            Les syndicats « réformistes » ce matin, donnaient déjà les pistes pour équilibrer le régime : suppression des exonérations sur les plan retraites des zézés.

          • La droite traditionnelle a une revanche à prendre.

            En ce moment, on ne l’entend pas, je suis convaincu qu’elle est en train de construire (probablement pour 2022) un projet innovant qui va en surprendre plus d’un.

  26. https://www.lelibrepenseur.org/bientot-un-proces-pour-le-roi-de-loffshore/ pendant ce temps les pauvres merdes de sodome en profitent

  27. La guerre est aussi intérieure

  28. 5 ans de taules en 2017 et il recommence ,

  29. Pour ceux qui ne savaient pas d ou vient le système bancaire corrompu .

  30. Ce qui est aberrant c’est que les actionnaires soient de plus en plus rémunérés, gavés au détriment d’une absence de hausse des salaires et des retraites !!!

    Que des actionnaires soient à ce point gavés qu’une maison de retraite minable, plus que minable coûte à son pensionnaire 2500 euros/mois !!!

    C’est le résultat d’un capitalisme ABUSIF, HORS LA MORALE alors qu’en soit le capitalisme serait une bonne chose à condition qu’il soit encadré, tout simplement à hauteur d’Homme !!!

    C’est le résultat d’une Europe qui me déçoit foncièrement !!!!

    • Le Mecreant says:

      la pensée unique fait des ravages… surtout quand on y ajoute la méconnaissance de l’économie d’ailleurs voulue par ceux qui nous gouvernent.
      NON une entreprise n’a pas a être éthique, le but d’une entreprise c’est de faire des bénéfices (le plus possible) et strictement rien d’autre. Les employés sont des moyens d’atteindre cet objectif, et pour cela ils reçoivent un salaire. La morale n’a rien a voir la dedans. et il serait grand temps de revenir a ces principes de base.
      Il en est exactement de même pour les personnes, dont le but ne doit pas être de faire plaisir au patron ou au collègue, mais de se faire payer le plus possible pour le travail qu’il font. La encore il n’y a pas a mettre de sentiment la dedans. Ensuite, mais ensuite seulement, quand on a été payé, chacun (actionnaire ou salarié) doit avoir une éthique dans l’utilisation de ce qu’il a gagné, mais c’est un autre sujet.

      • Votre « pensée » est choquante et méprisante, bien à l’image de ces machinistes bien sûrs de leur personne ! NON, une entreprise doit être éthique pour que capital et travail soient équilibrés !!!
        C’est ce déséquilibre qui va créer un jour la perte du capitalisme s’il continue sur cette mauvaise voie !!! L’extrémisme politique et son populisme ne sont pas très loin. en France …

        • Non, je suis complètement en phase avec Le Mécréant, l’éthique tel que vous en parlez n’est pas le sujet de l’entreprise, L’entreprise doit respecter la loi et si celle-ci impose des cadres éthiques, l’entreprise doit les respecter. Après la répartition entre les salariés et actionnaires, c’est l’affaire du conseil d’administration et donc de son PDG.
          Si des employés sont mécontents de leur salaire, rien ne les empêche d’aller voir ailleurs ou de faire autre chose par exemple monter sa propre entreprise comme le font des dizaines de milliers de personnes chaque année.
          Il est à noter également que globalement, hors secteurs fortement concurrencés, mieux une entreprise paye et « chouchoutent » ses employés, mieux elle motive et mieux elle se porte.

          Capital travail équilibré, c’est du socialisme / communisme et chacun sait ici ce que ça donne à terme!

          • Mais en y insérant de l’intéressement ( ou même pour être grossier des fonds de pensions) tout le monde serait réconcilié. Sauf la CGT qui perdrait ses soutiens!!!

            • La CGT est pour les fonds de pension. A condition qu’elle puisse les gérer. Ce qui d’ailleurs est le cas des syndicats, dans les pays où il y a des fonds de pension (les syndicats sont cogestionnaires).

              Quand à l’intéressement, on a déjà le PERP. Souvent dans de grosses entreprises, ex monopoles publics, avec encore une population ancienne fortement syndiquée et politisée. Mais, c’est amusant, les employés ont beau suivre quotidiennement le cours de leurs actions, ils n’en restent pas moins très militants. Ça doit être dur de vivre avec la moitié du cerveau qui pense le contraire de l’autre moitié. Enfin, l’abondement de l’entreprise, la décote des actions sur le cours, ça aide tout de même à surmonter les déchirements idéologiques.

          • L’équilibre, du communisme ? Je ne voyais pas la brutalité du communisme sous cet angle !

        • Lol. Le capitalisme, c’est la Vie. Comme la Vie, il se reproduit de multiples manières et finit par rejaillir comme le feu d’un ancien volcan
          qu’on croyait trop vieux…

        • En quoi est-ce choquant et méprisant de ne pas penser comme vous ?

        • «Dans un système de libre entreprise et propriété privée, un dirigeant d’entreprise est l’employé des propriétaires de l’entreprise. Il est directement responsable devant ses employeurs. Cette responsabilité est de mener l’entreprise en accord avec leurs désirs, qui en général doivent être de gagner autant d’argent que possible tout en se conformant aux règles de base de la société, à la fois celles représentées par la loi et celles représentées par la coutume éthique.»

          Milton Friedman.

    • Allez jusqu’au bout de votre logique : créez une maison de retraite (ou une autre entreprise), et faites la fonctionner, en demandant aux « pensionnaires » un prix que vous considérerez comme légitime. En plus de votre temps, investissez-y vos économies (ça vous permettra de relativiser la  »gavage » des actionnaires) et au besoin empruntez aux banques (en gageant votre maison et tous vos avoirs, voire votre avenir).
      Vous reviendrez dans la réalité et découvrirez sans doute que vous vous trompiez sur quelques aspects.

    • Voilà une super idée, allez y lancez vous, créez une maison de retraite ! C’est ça entreprendre. Et peut être que vous pourrez vous gaver même, bien qu’à mon avis vous sous estimiez largement son coût réel.

    • Pascalou, vous n’avez pas compris que les actionnaires sont rémunérés après, bien après le versement des salaires et les ponctions sociales (URSAFF etc) qui sont de loin la première dépense des entreprises.

      Éventuellement, vous pourriez dire que cet argent versé aux actionnaires manque aux investissements. Mais les entreprises versent des dividendes parce que l’horizon actuel ne les laisse pas envisager d’investissement rentable. Elle rendent donc leur argent à ceux qui le lui ont prêté, les actionnaires.

      Et puis, il faut bien que l’état, premier actionnaire du CAC40, boucle ses fins de mois !

      • julien bonnetouche says:

        Et puis les dividendes ne servent pas qu’à payer de gros cigares aux actionnaires.
        ils servent aussi à être réinvestis dans des entreprises !!!

        • Bah fumer un cigare, c’est bon pour l’entreprise qui les fabrique, pour le médecin qui va vous soigner dans quelques années et pour le pressing qui va enlever l’odeur sur les vêtements.

          PS : je ne fume pas.

    • Les actionnaires sont gavés de dividendes ??? vous connaissez le rendement moyen des dividendes? à peine 3%, sur les quels il faut enlever les taxations qui sont en France les plus élevées, vous appelez ça du gavage?

      • Ce qui choque Pascalou en bon CGTiste (je suppose) c’est à la fois le nombre d’actions que possède les GROS actionnaires et qui donc même avec 3% de rendement, fait beaucoup d’argent au final et aussi la croissance du rendement des sociétés fleurissantes, celles dont tous les journaux parlent (donc de la propagande) oubliant de fait la multitude autres entreprises qui soit ne payent rien ou dont les dividendes stagnent voire baissent.

    • Merci de nous rappeler la vieille rengaine marxiste. Un bémol tout de même : en 2018, la rémunération des salariés s’est élevée à 58,9% de la valeur ajoutée, contre 58,6% en 2017, 58,2% en 2016 et 56,1% en 2007. On ne peut pas dire que ces chiffres constituent une condamnation sans appel du mauvais traitement réservé au salariat dans notre pays.

  31. Cecile Chupin says:

    Merci Guillaume,
    Je partage votre espoir et suis persuadée qu’il y aura de belles avancées du peuple français dans les années qui viennent.
    La crise actuelle appelle un changement societal profond à tous les niveaux, il y faudra du temps mais la jeunesse y pousse.
    Bien à vous

    • Guillaume says:

      Merci, je suis heureux de vous savoir toujours une lectrice fidèle.

      sachez qu’avec @lemecreant vous êtes voisins 😉

      Oui, la jeunesse est la réponse ! Ils nous obligent à construire selon de nouvelles normes …

  32. Dindonsauvage says:

    Bonjour,
    Alors oui on va doit dans le mur et c’est bien fait pour nous. Le français est un idéaliste rêveur qui pense pouvoir bénéficier de tout sans contribuer à rien.
    Quand je regarde mon domaine de compétence en l’occurrence la santé c’est assez marrant de se rendre compte que tout le monde pense qu’il faut plus de places d’hospitalisations, et plus de personnel, qui lui-même pense devoir être payé deux à trois fois plus, alors que dans tous les systèmes de santé développé il y a un tiers de nos lits dans les hôpitaux, des ides qui font le boulot des médecins généralistes, radiologues, urgentistes, gériatres. Quand tu essayes de dire qu’il n’est plus viable d’avoir un hôpital dans une ville de 4000 hab car ses habitant jadis 30 000 sur le bassin, de sont plus que 10 000 et bien là il y a les maires parfois élus par 300 personnes qui expliquent que c’est impossible. Hors il n’y a pas d’infirmières pour venir, pas de docteur pour venir. Mais c’est bien de s’être battu pour perpétuer des organisations que tous les pays développés ont abandonné… donc on a trois fois plus d’infirmières, aides-soignantes et médecins dans un hôpital avec trois fois plus de lits qu’ailleurs qui paye trois fois moins qu’ailleurs… est-on mieux soigné ? non ! a-t-on plus d’accès aux soins ? pas vraiment.

    • Une question, dindon sauvage, au professionnel que vous êtes : y a-t-il eu dans les années 90 la volonté politique de tuer la médecine libérale pour détourner le flux de clients vers l’hôpital déjà en grosses difficultés économiques.

    • Merci infiniment pour ce témoignage sur cet exemple de faillite causée par la démagogie.

  33. Macron est le dernier avatar d’un système socialiste en profonde décomposition, converti malgré lui au capitalisme, pratiquant la connivence et l’entre-soi.

    Néanmoins, la France reste un pays puissant, malgré son état cacochyme et le décalage temporel de ses élites autoproclamées, qui ont généralement trente ans de retard sur l’évolution du Monde. Les anglo-saxons donnant généralement la direction à suivre.

    Aucune idée de la façon dont ça va se terminer, mais ceux qui croient en une révolution rouge se plantent. Leur temps est passé.

  34. Diviser pour mieux régner, voilà le retour de flammes d un euro dévalué à l extreme .

  35. La compétition pour l evasion fiscale a mis le pays à terre , dernier exemple en date Nadav bensoussan

    • Non Bensoussan c est de la fraude fiscale pas de l évasion qui n existerait pas si tous les pays avaient la même fiscalité ….cela supposerait que la France soit le modèle économisons social du Monde ..on va crever de ce genre de croyance

      • « cela supposerait que la France soit le modèle économisons social du Monde »

        Plutôt l’Irlande, si vous voulez bien…

  36. suivre

  37. C’est pourtant pas difficile pour relancer croissance et économie, , suffit de faire comme les USA, relancer le déficit public ( + de 2 000 milliards de dollars en 3 ans et l’arrivée de Trump), autoriser la recherche et pompage pétrole et gaz de shiste ( il y en a un peu partout, et maintenant les USA produisent plus de pétrole que l’Arabie Saoudite), autoriser des mines à ciel ouvert pour récolter les terres rares ( il y en a partout aussi, contrairement à ce que certains croient) et le projet de montagne d’or de Guyane, , c’est à dire se foutre de l’environnement, et pour finir remettre des droits de douane avec les pays avec qui on a un déficit commercial, ect.. et le tour est joué. Bref, finalement, pour sauver la France, suffit d’être cynique, c’est pas compliqué… 😉 .

    • Ben si c’est si facile, pourquoi ne pas le faire ?

      En passant, la mine d’or en Guyane, ne vous en faites pas, elle est bien exploitée. Par tous les garimpeiros qui traversent la frontière clandestinement et se fichent comme d’une guigne de l’environnement. Avec votre raisonnement, vous aurez à la fois la « catastrophe écologique » et rien pour les Français. Super, votre système.

      Pour sauver la France, il faut être réaliste et ne pas tomber dans 40 ans d’écologisme après avoir subi 40 ans de socialisme. Mais je doute que les Français soient réalistes. Ce qui n’est pas un problème en soi. L’écologisme, c’est très rentable pour les capitalistes. Il suffit juste de se pincer un peu le nez quand on investit dedans.

  38. Ou réaliste et pas religieux

  39. Sauf que la relance 2000 milliards ça c’est ecolo

  40. @Pascalou,

    Les dividendes:

    Le principe général qui préside au choix de versement d’un dividende est est celui de « l’allocation optimale du capital ».

    Pour expliquer cette notion, il faut d’abord comprendre que l’achat d’une action de société (même cotée en bourse), tout comme la création d’entreprise, correspond à un « investissement », autrement dit, il s’agit de « gagner de l’argent ». C’est la motivation principale (et logique) des créateurs d’entreprise ou des investisseurs. Si ce n’était pas le cas, pourquoi investir ?

    Cet objectif posé, les dirigeants d’entreprise ont pour objectif de maximiser, d’optimiser l’investissement des actionnaires en leur faisant « gagner de l’argent ».
    Pour ce faire, la société investit l’argent des actionnaires dans des projets qui lui permettent de générer des revenus à plus ou moins long terme et ainsi augmenter ses bénéfices.. En général, la société a le choix entre plusieurs projets. Elle choisira alors les projets avec les meilleures perspectives de gains: c’est ce qu’on appelle « allouer le capital » de manière optimale. Une société investira ainsi plutôt dans des projets/investissements qui ont une perspective de profitabilité (ou de rendement) de 20% par an plutôt que 3%.

    Mais, dans certains cas, la société n’a pas forcément de projets d’investissement avec une rentabilité prévisionnelle intéressante. Dans ce cas, distribuer un dividende peut tout à fait être une allocation optimale du capital, s’il n’existe pas de projets d’investissement plus rentable que le rendement de l’action. Il est plus optimal de verser un dividende de 5% à ses actionnaires plutôt que dans des projets qui rapportent 2 à 3%.
    C’est pour cette raison que la plupart de sociétés qui versent des rendements élevés, sont des sociétés qui opèrent dans des secteurs « matures » (sans perspective de croissance forte à court/ moyen terme comme les télécoms (la société ATT aux USA en est un bon exemple), la construction (exemple Bouygues), l’immobilier (ce qu’on appelle les sociétés foncières), etc.

    Inversement, en général, les sociétés en forte croissance, préfèrent conserver leur argent pour investir dans des projets qui vont significativement augmenter leurs bénéfices à court/ moyen terme. C’est le cas, en particulier, des valeurs « technologiques » telles que Google, Facebook, Amazon, etc.) qui ne versent pas (pour l’instant) de dividende à leurs actionnaires.
    Le fait que la société Apple ((on peut citer aussi l’exemple de Microsoft) verse, depuis 2012, des dividendes alors qu’elle ne l’a pas fait auparavant, est le signe que la société est passé de valeur de « croissance » à valeur « mature » . Certains actionnaires y ont vu, d’ailleurs, un signe négatif et ont vendu leurs actions.

    Pour certains investisseurs, le versement du dividende est la preuve de l’inefficacité de la direction de l’entreprise ou un mauvais choix. Car pour beaucoup d’investisseurs, le choix de verser un dividende est un aveu d’impuissance du management face à l »incapacité de trouver des projets à forte rentabilité. Il s’agit aussi, dans tous les cas, d’une amputation potentiellement pénalisante de ses ressources financières.
    Ainsi, aux entreprises qui paient des dividendes, ces investisseurs préfèrent celles qui réinvestissent le produit de leurs activité à des rendements supérieurs.

    Selon ces investisseurs, l’exemple de Sanofi illustre bien leur vision: l’entreprise investit son capital dans des opérations de croissance pour un rendement typiquement supérieur ou égal à 20%

    @Pascalou,

    Les dividendes:

    Le principe général qui préside au choix de versement d’un dividende est est celui de « l’allocation optimale du capital ».

    Pour expliquer cette notion, il faut d’abord comprendre que l’achat d’une action de société (même cotée en bourse), tout comme la création d’entreprise, correspond à un « investissement », autrement dit, il s’agit de « gagner de l’argent ». C’est la motivation principale (et logique) des créateurs d’entreprise ou des investisseurs. Si ce n’était pas le cas, pourquoi investir ?

    Cet objectif posé, les dirigeants d’entreprise ont pour objectif de maximiser, d’optimiser l’investissement des actionnaires en leur faisant « gagner de l’argent ».
    Pour ce faire, la société investit l’argent des actionnaires dans des projets qui lui permettent de générer des revenus à plus ou moins long terme et ainsi augmenter ses bénéfices.. En général, la société a le choix entre plusieurs projets. Elle choisira alors les projets avec les meilleures perspectives de gains: c’est ce qu’on appelle « allouer le capital » de manière optimale. Une société investira ainsi plutôt dans des projets/investissements qui ont une perspective de profitabilité ( ou de rendement) de 20% par an plutôt que 3%.

    Mais, dans certains cas, la société n’a pas forcément de projets d’investissement avec une rentabilité prévisionnelle intéressante. Dans ce cas, distribuer un dividende peut tout à fait être une allocation optimale du capital, s’il n’existe pass de projets d’investissement plus rentable que le rendement de l’action. Il est plus optimal de verser un dividende de 5% à ses actionnaires plutôt que dans des projets qui rapportent 2 à 3%.
    C’est pour cette raison que la plupart de sociétés qui versent des rendements élevés sont des sociétés qui opèrent dans des secteurs « matures » (sans perspective de croissance forte à court/ moyen terme comme les télécoms (la société ATT aux USA en est un bon exemple), la construction (exemple Bouygues), l’immobilier (ce qu’on appelle les sociétés foncières), etc.

    Inversement, en général, les sociétés en forte croissance, préfèrent conserver leur argent pour investir dans des projets qui vont significativement augmenter leurs bénéfices à court/ moyen terme. C’est le cas, en particulier, des valeurs « technologiques » telles que Google, Facebook, Amazon, etc.) qui ne versent pas (pour l’instant) de dividende à leurs actionnaires.
    Le fait que la société Apple ((on peut citer aussi lexemple de Microsoft) ferse, depuis 2012, des dividendes alors qu’elle ne l’a pas fait auparavant, est le signe que la société est passé de valeur de « croissance » à valeur « mature » . Certains actionnaires y ont vu, d’ailleurs, un signe négatif et ont vendu leurs actions.

    Pour certains investisseurs, le versement du dividende est la preuve de l’inefficacité de la direction de l’entreprise ou un mauvais choix. Car pour beaucoup d’investisseurs, le choix de verser un dividende est un aveu d’impuissance du management face à l »incapacité de trouver des projets à forte rentabilité. Il s’agit aussi, dans tous les cas, d’une amputation potentiellement pénalisante de ses ressources financières.
    Ainsi, aux entreprises qui paient des dividendes, ces investisseurs préfèrent celles qui réinvestissent le produit de leurs activité à des rendements supérieurs.

    Selon ces investisseurs, l’exemple de Sanofi illustre bien leur vision: l’entreprise investit son capital dans des opérations de croissance pour un rendement typiquement supérieur ou égal à 20% par an, son action est restée longtemps sous-valorisée, et pourtant le management paie (un trop généreux) dividende !
    A leurs yeux, il s’agit d’un « arbitrage vers l’inefficace », d’une mauvaise « allocation de capital ». Même si la performance boursière de Sanofi est supérieure au CAC 40 sur le long terme, selon eux, rien ne dit que la société n’aurait pas fait mieux en réinvestissant le produit de ses bénéfices plutôt que de le verser aux actionnaires sous forme de dividendes.

    En résumé pourquoi les entreprises versent ou pas des dividendes aux actionnaires, c’est tout simplement parce qu’elles le décident , décision de la direction et des actionnaires en assemblée générale en prenant en compte les arguments développés ci-dessus auxquels il faut ajouter le « couperet fiscal », les dividendes, donc l’impôt sont délivrés à date fixe alors que l’actionnaire pourrait « choisir » l’année de son imposition s’il préférait l’impôt sur la plus-value en cédant ses actions.

  41. L’avantage dans tout ça c’est que les gens se projettent sur l’avenir et en profitent pour faire les soldes dans la pierre malgré des taux au plancher qui ne pourront que remonter sur le long terme , tout comme les taxes assimilées .

  42. Moi non plus. En tout cas pas en 2020.
    Sans doute une stagnation, un ralentissement de la hausse, mais pas la baisse. Ce qui n’empêchera pas les prix de baisser ponctuellement, dans quelques rues ou quelques quartiers.

  43. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    A propos des dividendes ;

    La distribution de dividendes dépend en général des besoins de l’entreprise en financements.

    Lorsque l’entreprise est en phase de croissance pour obtenir plus de parts de marché, elle doit investir. soit elle emprunte, soit elle réinvestit les bénéfices ( ou les deux) et ne distribue pas de dividendes.
    Les actionnaires doivent alors patienter et faire confiance aux bons choix des dirigeants. et espérer une augmentation de la valeur de la société.

    Les dividendes viennent en général lorsque l’entreprise est mature, c’est à dire qu’elle est devenue par exemple en position de leadership, que l’on ne peut plus plus lui prendre de parts de marché, ou plus simplement qu’il y a peu d’innovation à attendre dans ce domaine d’activité.
    il faut alors plus compter sur les dividendes que sur la hausse des cours de bourse.

    A propos des prix à Paris, vous connaissez mon opinion.

    Pour qu’ils baissent il faudrait une véritable catastrophe.

    Mais cela est toujours possible, tant au niveau mondial comme Michel l’évoque souvent, ou même au niveau purement français comme je le dis plus haut à propos d’un potentiel changement radical de politique.

    • Bonjour Julien,

      On ne va refaire le débat de l’immobilier à Paris pour la ième fois.
      Je suis néanmoins surpris que de plus en plus de personnes sur ce blog se rangent à l’idée que ça va « casser » à l’image de l’article de Guillaume.
      Si comme il nous l’explique ça « craque de partout » en France, j’ai du mal à imaginer que l’immobilier fusse t-il parisien et « marché à part », résiste à la tendance !
      Cdlt

  44. Revenu des cocotiers de l ile Maurice, il a du en voir des camarades devant sa porte en habitant le 11 eme .

  45. julien bonnetouche says:

    Michel,

    Guillaume ne nous explique rien du tout. Il fait une article polémique pour avoir un max de commentaires. et ça marche !!

    Mais bon… j’ ai raison et vous avez tort. comme d’hab.{e:}

    Bultex, qui vous a dit que j’habitais dans le 11eme ? Il y a mieux !
    Mais quand on voit le souk que vous et vos petits camarade faites de ce pays, cela donne envie de retourner à Maurice.
    D’ailleurs j’y resterai plus longtemps la prochaine fois.
    Rassurez vous ils ont internet là bas, et je verrai tout ce que vous dites. Ha !Ha!Ha!

  46. Le 11e, ce repaires de bobos ?
    Je ne vois pas JB habiter ce capharnaüm.

  47. Pourquoi Paris est différente, Michel : 😉

    Je suis Brésilien, j’ai de l’or
    Et j’arrive de Rio de Janeire
    Plus riche aujourd’hui que naguère
    Paris je te reviens encore!
    Deux fois je suis venu déjà
    J’avais de l’or dans ma valise
    Des diamants à ma chemise
    Combien a duré tout cela ?
    Combien a duré tout cela ?

    Le temps d’avoir 200 amis
    Et d’aimer 4 ou 5 maitresses
    Six mois de galantes ivresses
    Et plus rien, non Paris Paris
    En six mois tu m’as tout raflé
    Et puis vers ma jeune Amérique
    Tu m’as pauvre mélancolique
    Délicatement emballé
    Mais je brûlais de revenir
    Et là bas sous mon ciel sauvage
    Je me répétais avec rage
    Une autre fortune ou mourir
    Je ne suis pas mort j’ai gagné
    Tant bien que mal Des sommes folles
    Et je viens pour que tu me voles

    Tout ce que là bas j’ai volé
    Tout ce que là bas j’ai volé
    Tout ce que là bas j’ai volé

    Oooh
    Je suis brésilien, j’ai de l’or
    Et j’arrive de Rio de Janeire
    Plus riche aujourd’hui que naguère
    Paris je te reviens encore!

    Je suis brésilien, j’ai de l’or
    Et j’arrive de Rio de Janeire
    Paris, Paris, Paris, Paris
    Je te reviens encore !

    Houra, Houra, Houra
    Je viens de débarquer
    Mettez vos beaux cheveux cocottes
    Houra, Houra, Houra
    J’apporte a vos quenottes
    Toute une fortune à croquer
    Le pigeon vient, plumez, plumez
    Prenez mes dollars, mes banknotes
    Ma montre, mon chapeau, mes bottes
    Mais dites moi que vous m’aimez

    A moi les jeux et les rires
    Et les danses cavalières
    A moi les nuits de Paris
    Qu’on me mène au bal d’Asnières

    Sachez le bien seulement
    Car c’est là ma nature
    J’en prendrai pour mon argent
    Je vous le jure

    J’en prendrai pour mon argent
    J’en prendrai pour mon argent
    Venez, venez
    Venez, venez !

    (L’air du Brésilien, La vie parisienne, Offenbach)

  48. Pourquoi cela craque : peut être parce que personne ne comprend la logique des réformes qui s’empilent et se contredisent et que plus personne n’a confiance en la parole d’un gouvernement (celui là comme les autres).

    Derniers exemples en date
    Le gouvernement supprime la TH que personne ne réclamait : coût actuel 10 Mds et 18 Mds en 2023.
    Il réforme ensuite les retraites car il va manquer 12 Mds pour qu’elles soient en équilibre.

    Le gouvernement veut supprimer des régimes spéciaux et il va créer des régimes spécifiques.
    Le gouvernement suspend la mise en oeuvre de l’âge pivot et le remplace par un âge d’équilibre

    Comment faire croire aux gens qu’avec un numérateur identique (budget consacré aux retraites) et un dénominateur en hausse (nombre de retraités) , le quotient (la pension) sera identique voire plus élevé ?

    On appelle progrès le fait d’avoir une retraite à 85% du smic pour une carrière complète en 2025 alors que cela devrait être effectif depuis 2008.
    On appelle progrès le fait d’accorder 5% au premier enfant alors qu’on supprime 8 trimestres soit 10% (8*1.25 % de malus par trimestre manquant)
    On appelle progrès le fait de calculer sa retraite sur toute sa carrière au lieu de 25 ans sachant qu’une carrière sans trous sera presque impossible.

    Dans quelle entreprise, le directeur part en congés pendant 15 jours alors que les salariés bloquent l’outil de travail ?

    Le projet de réforme des retraites n’est pas chiffré, aucune simulation fiable n’est disponible (le backtest semble inconnu), les « aménagements » ne sont pas valorisés : comment un tel amateurisme est-il possible après 2 ans de négociation ?

    Les peurs se cachent très souvent dans la colère.

    • Elle est bien bonne !
      Pension de retraite minimale en 2020 pour carrière pleine = 1000€

      Pension de retraite minimale en 2025 pour carrière complète = 85% du Smic = 1007€

      De qui se moque t-on ?

  49. La France est un paradis dans lequel les français se croient en enfer.
    Regardez autour de nous, il n’y a aucun autre pays au monde qui chouchoute autant ses concitoyens en aides diverses et en service public.
    Où ailleurs dans le monde on reçoit autant d’aides quand on est pauvre ?
    Où ailleurs dans le monde on reçoit autant de soins sans débourser des sommes énormes ?
    Où ailleurs dans le monde on bénéficie d’un système de transports aussi développé (je ne parle pas de ponctualité, mais de développement du réseau) ?
    Où ailleurs dans le monde on bénéficie d’autant d’activités gratuites ?
    Où ailleurs dans le monde on bénéficie d’une scolarité presque gratuite jusqu’à BAC+10 ?
    Où ailleurs dans le monde on est indemnisés autant quand on est au chômage ?
    Où ailleurs dans le monde on reçoit autant d’aides à la création d’entreprises ?

    Alors oui pour toutes ces choses il faut payer le prix à un moment ou à un autre à travers les impôts. Ou alors accepter d’avoir moins si on veut payer moins d’impôts.

    Les français sont des enfants gâtés, trop habitués à être biberonnés par l’Etat, à consommer, sans être reconnaissants en retour. On a été habitués à tout attendre de l’Etat et du Président sauveur qui est sensé résoudre tous nos problèmes.

    Il faut un changement de mentalité française et d’éducation. On ne peut plus continuer comme ça à critiquer toujours plus, à se plaindre, à voir tout en noir, à être l’un des peuples les plus pessimistes au monde alors qu’on vit dans l’un des pays les plus riches au monde!

    « Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais ce que VOUS pouvez faire pour votre pays », disait Kennedy. On a une chance incroyable de vivre en France. Il faut arrêter de tout attendre de l’Etat et prendre sa vie en mains et avancer.

    • Ou ailleurs dans le monde, le social, la redistribution et la ponction fiscale PLOMBENT le plus l’économie et le progrès ?

      • Je suis d’accord avec vous, personnellement je trouve qu’il y a trop d’Etat en France. On est le pays le plus socialiste du monde. Or notre service public, même s’il est très développé, manque cruellement d’efficacité, d’où la dette qui se creuse et les impôts qui augmentent.

        J’espérais qu’avec le Grand Débat on ait une vraie réforme de l’Etat avec des services publics réorganisés et plus efficaces, mais il n’en est rien ressorti de concret à part des dépenses publiques supplémentaires pour contenter les gilets jaunes. Aucune réforme de l’Etat à l’horizon.

        On entend toujours cette phrase « on manque de moyens, il nous faut plus de moyens », or on en a déjà énormément, il faut plutôt optimiser les process de l’Etat, faire un grand ménage, dégraisser la bureaucratie, les redondances, puis prioriser les moyens vers là où c’est vital et les réduire là où on n’a pas besoin.

  50. Nulle part Michel2, et GY, vous trouverez la réponse à vos questions « Où ailleurs » dans ces classements comparants prélèvements et IDH (Indice de Développement Humain) cela devrait écorner votre enthousiasme pour le modèle Français.
    % du PIB en prélèvements IDH, Indice développement humain
    France 48% 0,901 34eme
    Irlande 24% 0,938 11eme
    Suisse 28% 0,944 9 eme
    Canada 32% 0,926 19 eme
    Etats Unis 27% 0,924 20 eme
    Royaume Uni 35% 0,922 21 eme

    Il est infernal et désespérant qu’une majorité de Français continuent de plébisciter les services publics. Cette confiance dans les monopoles d’état et leur gestion par le duo fonctionnaires-syndicats est délirante.
    Les Français ont pour idéal l’état providence et sa pléthore de services publics sans concevoir qu’un service public c’est avant tout un monopole d’état soumis aux seules exigences des syndicats sans les contraintes du marché concurrentiel, un idéal qui fait le pire choix, celui de mettre son argent dans un système terriblement sous productif.

    Alors que l’Irlande qui prélève exactement 2 fois moins que la France est devenu un pays notoirement plus agréable à vivre et éduquer ses enfants, elle est constamment présentée en France comme un paradis fiscal déloyal, certains voulant même la voir mettre sur liste noire! ne marche t’on pas sur la tête?

    • Lire: France 48% de prélèvements impôts, taxes et cotisations, IDH = 0,901 = 34eme mondial. IDH prend en compte la majorité des aspects de la vie dans un pays, éducation, santé , justice, niveau de vie, coût de la vie, droits de l’homme, etc…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.