France stratégie vient de publier un note sous le titre « Ou réduire le poids de la dépense publique » au terme de laquelle les rédacteurs concluent que la solution pour réduire le poids de la dépense publique « suppose d’élargir les économies aux prestations sociales en espèces (y compris retraites) et à l’accueil et à l’aide aux personnes, tout en envisageant une baisse modérée des dépenses de santé, une augmentation du poids des dépenses d’éducation et de défense et une augmentation du poids de l’investissement public au profit de la transition écologique et énergétique ».

A en croire ce rapport de France Stratégie, la réduction du poids de la dépense publique ne passera pas en priorité par la baisse du train de vie de l’état et autres dépenses de fonctionnement. En effet, selon France Stratégie, « La comparaison montre donc que les frais généraux des administrations sont en France proches de ceux des autres pays, mais elle suggère aussi qu’il subsiste une marge de manœuvre, aussi bien du côté des administrations « centrales » (État et organismes de sécurité sociale) que des collectivités locales, pour réduire ces dépenses de fonctionnement (0.4 points de PIB) »

C’est la baisse des pensions retraites (et notamment des pensions réversion) et des prestations sociales qui permettra, en volume, de véritablement baisser le poids de la dépense publique. Il n’y a pas d’autres solutions aussi efficaces.

En plein lancement du grand débat nationale et à la veille d’une grande réforme des retraites, ce rapport annonce la nature de la pensée dominante.

« Investir dans l’immobilier » Découvrez la nouvelle version enrichie de notre bestseller ! Investir dans l’immobilier, LE livre qu’il faut avoir lu avant d’investir dans l’immobilier !
 
375 pages de conseils, de stratégies, d’analyses juridiques, économiques et fiscales pour vous aider à investir de manière rentable dans l’immobilier !
 

Découvrir le livre et les avis des lecteurs

La récente polémique autour de la baisse de la pension réversion dans le cadre de la prochaine réforme des retraites s’inscrit pleinement dans cette vision que le gouvernement semble vouloir imposer (cf »Réforme des retraites : Des pensions de réversion revues à la baisse pour les futurs veufs ou veuves« ).

Cette analyse est d’autant plus importante que France Stratégie est un organisme d’expertise et d’analyse prospective placé auprès du Premier ministre. France Stratégie « formule des recommandations au pouvoir exécutif, organise des débats, pilote des exercices de concertation et contribue à l’évaluation ex post des politiques publiques ».

Pour en arriver à cette conclusion, France Stratégie s’est contentée d’analyser la structure de la dépense publique des principaux pays européens, puis de la comparer avec la structure de la dépense publique de la France, afin de proposer un retour à la moyenne des différents postes de dépense de la France.

Voici le graphique de synthèse sur lequel porte l’analyse :

 

La baisse des retraites, le véritable objectif de la grande réforme des retraites annoncée pour 2019 ?

Après la lecture de cette analyse et devant l’évidence mise en avant par ce rapport de France Stratégie, faut il craindre la prochaine réforme des retraites ? Le haut commissaire chargé de la réforme des retraites

Derrière l’objectif louable d’un système plus juste et équitable grâce à la création d’un système commun pour tous, n’y a t’il pas surtout l’objectif de réduire la dépense publique liée aux retraites ? C’est le scénario que nous développions déjà dans cet article « Pourquoi une grande réforme de la retraite par répartition ? Quels sont les véritables objectifs ? ». Il semble se confirmer.

Si l’inflation devait perdurer, on imagine aisément quelques années encore de non indexation afin de réduire les retraites sans (trop) de bruit. En l’absence d’inflation, cela pourrait être plus difficile de le faire discrètement.





Posez vos questions et obtenez nos réponses

150 Comments

  1. Et les 80a 100 milliards qui echappent au fisc francais , pas un mot !!! On prefere s attaquer aux retraites et s attaquer aux services publics. Honte a vous !

    • Parce que l’evasion fiscale est specifique à la France ? en Italie ou en Espagne, il n’y en a pas ???? parce que les GAFA paient leurs impôts ailleurs ???? il faut arrêter de croire que c’est propre à la France et que nos gouvernements ne font rien. Demandez a LFI comment ils s’y prendrait, sorti de mettre le dossier sur la table comme ils disent, il n’en sortirait rien à moins de faire péter l’Europe et de s’isoler.
      On aurait tout gagné ! le problème est Européen et les changements se font à l’UNANIMITE.

      • Patrick D says:

        Il y a de l’évasion fiscale dans tous les pays. Mais la France étant un enfer fiscal avec le plus fort taux de taxation au monde, pour les pays démocratiques, quitter la France n’est plus faire de l’évasion mais de la survie fiscale.
        Pour exemple, les français partent vivre en Espagne pour échapper à l’impôt ; jamais un espagnol viendrait en France pour les mêmes raisons.

        Il serait donc peut-être temps de casser cette taxation dans ce pays avant que toutes les personnes qui ont un peu d’argent ou des usines l’aient quitté.
        Ce n’est pas difficile de trouver mieux : il suffit de passer la frontière.

    • Tout à fait d’accord avec vous. Et la surpression de l isf, de la flax tax…. Bref on voit bien pour qui vous prêchez.

  2. Pour amorcer , 1ére economie sur l’indemnistation du chomage . Le directeur de pole emploi a precisé que sur les sdossiers controlés , 12% n’avaient pas cherché d’emploi .
    En fait on est parti a l’envers pour indemniser les demissions , c’est debile !
    2e piste , facturer l’AME aux pays d’ou viennent les ressortissants concernés
    3e piste facturer a l’europe au prorata du budget de chaque etat membre la part qu’il doit supporter de nos forces armées engagées
    4e piste revenir sur la reforme des collectivités ou la reduction du nombre de region devait diminuer drastiquement le cout , et plus globalement supprimer tous les fonctionnaires employés dans une collectivité travaillant sur une mission transferée ( a l’agglo , au depart , a la regionetc )
    5e piste , mais comment faire sur les enormes depassements des grands projet ( exemple le Grand Paris , on est deja presque au triple , qui faire payer a part les cochons de citoyens …
    on doit pouvoir trouver d’autres pistes

    • Tartampion says:

      une seule piste :
      assez de paroles sur la fraude et la tricherie généralisée (connues de tous),
      et une action véritable pour s y atteler (COURAGEUSEMENT)
      le pb c est que le premier acte d un agent de la fonction publique est de ne pas égratigner la branche sur laquelle il se retrouve perché!!!

      • Hé puis tant qu’on y est:
        – suppression de la mafia,
        – un policier derrière chaque citoyen,
        – un traçage de toutes les communications téléphoniques et transactions financières,
        – une ligne Maginot à chaque frontière,
        – des radars tous les km sur chaque route de France,
        – etc…
        Si c’était facile, depuis le temps qu’on en parle, ce serait facile.

    • Jean a de très bonnes idées. J’en proposerais quatre autres :
      1) Supprimer l’IFI et modifier substantiellement l’IRPP pour y englober les taxes sociales (CSG, CRDS ..) tout en revenant soit à 12 ou 14 tranches ou utiliser une courbe du type y=arctang(x) avec une asymptote à 2/3 ou 3/4 du revenu imposable. Le revenu imposable étant la somme de tous les revenus (salaire, foncier, intérêts des capitaux placés, actions « gratuites » dividendes) avec déduction de tout ou partie (voire plafond annuel) des capitaux placés dans des entreprises françaises non délocalisables et dans des obligations de l’état français permettant de « renationaliser » la dette, rémunérées au taux du marché plus une prime (par ex 0,5%).
      2) Moduler la TVA sur la base de 7 taux (2,5% – 5% – 7,5% – 10% – 15% – 20% et 25% et créer une taxe « pollution » sur les véhicules les + polluants, les systèmes de chauffage émettant du carbone. Supprimer toutes les taxes dont le recouvrement est plus élevé que le produit.
      3) supprimer le plafond du prélèvement des cotisations des retraites (8x le plafond SS) tant pour la retraite de base que pour les complémentaires. N’avoir qu’une seule et unique caisse maladie (CNAM) et nationaliser les mutuelles santé pour les fondre en une seule et unique caisse.
      4) Faire réaliser un Audit par des organismes indépendants de chaque strate du millefeuille administratif pour en améliorer l’éfficacité et la productivité ce qui grâce au numérique devrait, à priori, supprimer les doublons et ainsi réduire les effectifs.
      D’autres pistes : n’hésitez pas.
      Cordialement.

      • J’utiliserais plutôt la fonction tangente hyperbolique 🙂 !
        Quant à la TVA, l’Europe n’autorise que 4 taux me semble t-il.

        Autre piste mutualiser les caisses de retraite et l’Unedic

      • Tartampion says:

        un projet de loi vient de sortir pour un audit
        mais le projet ne sera pas forcément adopté
        et si oui, il sera réduit à une portion congrue et inefficiente
        (seule compte la com du projet et d’une loi bidonnée, pas l’efficacité, surtout pas)

    • Pour ce qui est des relations avec les pays étrangers, et africains en particulier, la France doit clarifier sa situation. Les italiens ont peut-être levé des lièvres durant leurs interventions télévisées.

      • Damien me fait penser à l’UE où il est plus intéressant d’aller se planquer au Portugal (pas d’IRPP pendant 10 ans) ou en Italie du Sud où il propose un IRPP fixe de 7%. L’évasion en territoire accueillant fait ainsi baisser la consommation française.
        Il doit bien y avoir encore de nombreuses pistes à explorer pour mettre le déficit à zéro et redonner espoir à tous les français.

    • Tiens donc un discours bien RN!!!!

      • Si cette remarque digne d’un bon âne avec de belles œillères concerne ma remarque sur l’euro, apprenez cher Monsieur que chacun d’entre nous peux avoir une position sur un sujet majeur sans être un adepte des théories et engagements politiques du RN qui, d’ailleurs me semble t-il sur ce cas précis a abandonné le principe de sortie de l’Euro.
        Pour vous en convaincre, prenez le temps d’écouter ce discours d’un Monsieur qui est tout sauf un ami du RN.
        https://www.youtube.com/watch?v=0GiaJQDIIwc

    • Bien sûr en contradiction totale critique les gens au chômage et virer les fonctionnaires donc vous rajoutez du monde a pôle emploi et les avantages de nos politiques qui n’exercent plus ….. combien cela coûte ?? On voit bien qu’il est guidé par Matignon et il prend combien pour cette analyse que n’importe quel bachelier peut faire ouvrez bien vos yeux ils sont forts en com

  3. Merci beaucoup.. par contre les retraites des députés et autres membres du gouvernement, qui cotisent quelques années, et touchent des retraites royales, on n’y touche pas bien sûr, il vaut mieux taper sur les sans-dents, normal..

    • Tartampion says:

      en monarchie la cour peut tout se permettre en matière de dépenses, car le peuple n est pas riche mais qu est ce ce qu ils sont nombreux …
      le pb c est qu en France la cour est devenu pléthorique et les payeurs de moins en moins nombreux !
      nostalgie …

  4. Bien sur que si , c’est une 6e piste , il faut simplement le meme systeme de retraite pour tous .
    7e piste Toutes sommes percues doivent étre imposables , car le RFR est l’outil d’évaluation qui sert pour beaucoup de sujets en France . Ca ne veut pas dire augmenter les impots , il faut réajuster
    ( il y aura des gagants et des perdants )
    Mais la je sors du cadre car ca touche aux recettes et pas a la depense publique

  5. Tout à fait d accord avec vous. Qu on remette à plat la retraite des députés, sénateurs, hauts fonctionnaires, les presidents, vices presidents de toutes les collectivités territoriales , prefets,
    ..avant de toucher aux petites retraites.
    Et à tous les postes en faveur qui ne sont là que par privilège et inutiles à notre pays. Les amis de mes amis comme on dit…..après on pourra en reparler

  6. N’exagérons pas , tous ne sont pas inutiles , et je puis vous dire que certains députés siegeant dans des commissions sont de vrais experts et travaillent beaucoup , mais ……ce sont une toute petite minorité . Les commissions sont techniques . Mais l’expert ne doit pas trahir les aspirations qui s’expriment majoritairement au niveau du pays mais voir comment les traduire entre le souhaitable et le possible .

    • Patrick D says:

      J’ai eu 2 fois des réunions avec des parlementaires siègant dans la commission « logement ». Donc logiquement des spécialistes. Ils n’étaient au courant de RIEN. Quand j’ai expliqué la réalité du terrain et ce que vivent vraiment les propriétaires – bailleurs, d’abord je me suis fait engueuler, puis j’ai eu droit à un long silence surpris et à la fin ils prenaient des notes !
      Et ce sont ces gens qui font les lois censées nous sauver …

      • Idem au Sénat, ou j’ai participé à des commissions.

        Je fus aussi atterré, surtout quand une ex-ministre m’expliquait gentiment qu’elle n’avait pas « imaginé » que les professionnels détourneraient ainsi sa loi afin de spolier les épargnants.
        Depuis, aucune tentative législative de remise en cause du processus.
        Le lobbying a de beaux jours.

        Incurie, indifférence, cynisme…??? en tout cas, l’amateurisme est largement répandu.
        Comme si l’application effective in concreto les dépassait ou ne les intéressait pas.

        Les magistrats eux mêmes,sous couvert , ne disent pas autre chose : l’assemblée = des machines à pondre des lois, quitte à les empiler et qu’elles se contredisent ou ayant des applications pratiques totalement délirantes et iniques.

        # jean, pas inutiles certes pour certains anciens professionnels dans leurs matières, mais RIEN ne justifie de telles rémunérations, car … ILS NE SONT PAS RESPONSABLES SUR LEURS DENIERS PERSONNELS (contrairement à feu les anciens trésoriers payeurs généraux)

        Ceci doit être tout le temps souligné

  7. « ….la réduction du poids de la dépense publique ne passera pas en priorité par la baisse du train de vie de l’état et autres dépenses de fonctionnement »
    Voilà un organisme chargé de « conseiller » les dirigeants et qui démarre son analyse / recommandation par une fin de non recevoir (baisse du train de vie de l’Etat et dépenses de fonctionnement) sur CE QUI DEVRAIT ÊTRE LA PRIORITÉ, probablement par esprit de conservation.
    Comment peut-on accorder du crédit à de telles imbécilités quand on sait que les dépenses publiques de la France, rapportées au PIB sont les plus élevées de l’OCDE avec 57%.

    • Tartampion says:

      +1
      bureau d étude lié au premier ministre …

    • Merci Michel de relever ce joli biais. France Stratégie (financé par nos sous) via le budget de fonctionnement de l’Etat (à priori) a sous sa coupe plein de « Haut » machin bidule chose expertes dans plein de domaines pour y payer des relais de communication, copains et autres jobs en remerciements de bons et loyaux services à nos frais. Reveillez-moi si ce florilèges de conseils, petits fours et comités décidaient de leur propre suppression, disparition voire simplement du remplacement des commandes de champagnes par du mousseux.
      Extrait de leur site web:
      « …
      France Stratégie anime un réseau de sept organismes publics à compétences sectorielles:
      Conseil d’analyse économique réalise, en toute indépendance, des analyses économiques pour le gouvernement et les rend publiques. Il est composé d’économistes universitaires et de chercheurs reconnus.

      Le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) produit études, recherches, bases de données et analyses sur les grands enjeux de l’économie mondiale. Il organise des conférences et colloques sur des questions liées à l’économie internationale.

      Conseil d’orientation pour l’emploi est un lieu permanent de débat entre les principaux acteurs du marché du travail. Il a pour objectif d’établir des diagnostics partagés et de formuler des propositions de réforme.

      Conseil d’orientation des retraites est un lieu permanent d’études et de concertation entre les principaux acteurs du champ des retraites. Il suit l’évolution des régimes et fait des propositions pour assurer leur solidité financière et leur fonctionnement solidaire.

      Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM) est une instance de réflexion et de propositions qui contribue, depuis 2003, à une meilleure connaissance des enjeux, du fonctionnement et des évolutions envisageables des politiques d’assurance maladie.

      Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) installé en décembre 2016, ses missions : animer le débat public et apporter aux pouvoirs publics une expertise prospective et transversale sur les questions liées à la famille et à l’enfance, à l’avancée en âge, à l’adaptation de la société au vieillissement et à la bientraitance, dans une approche intergénérationnelle.

      Haut conseil du financement de la protection sociale Créé en 2012, Le HCFi-PS est chargé d’établir un état des lieux du système de financement de la protection sociale et de formuler des propositions d’évolution. Il peut, en outre, être saisi de toute question par le Premier ministre, le ministre chargé de la sécurité sociale ou le ministre chargé de l’économie.
      … »

      Mais à quoi sert le bidule miroir « Conseil Economique Social et Environnemental » ?
      Mais à quoi servent les missions d’expertise du Sénat, des députés, des « économistes universitaires » de tous poils ?

      • A quoi ça sert ? A pomper l’argent du contribuable représenté par le Français de moyene classe.
        France Stratégie, c’est le GIEC de l’économie. On commence d’abord par préserver sa place, le reste est secondaire.

        • Tartampion says:

          Le pouvoir central a besoin de tous plein d’avis avant de décider, quitte à rémunérer plusieurs commissions répondant aux mêmes études (au diable ce que ça peut coûter…!) ;
          ensuite il va jusqu’à créer des organismes chapeau (ou intermédiaires) pour contrôler les institutions en place (régions, départements, métropoles, etc);
          non seulement « on » multiplie les étages, mais il faut savoir que chaque institution passe beaucoup de temps à sauver ses prérogatives contre toutes les autres…

  8. Le train de vie de nos députés, sénateurs ou autres élus est peut être pharaonique, mais c’est une goutte d’eau dans le budget de l’état. Faut être nul en calcul pour ne pas le comprendre…ça ne veut pas dire que ça doit rester en l’état, mais ça ne changera rien . Le problème ne se résoud pas aussi facilement. Il faut revoir le rôle de l’état, réorganiser avec les nouvelles technologies, responsabiliser les citoyens pour qu’ils cessent de croire que l’état fait tout ….pas facile et pas instantané

    • Tartampion says:

      le problème, c est la valeur de l exemple.
      si la tête de l Etat pratique et/ou montre des tares impardonnables (mettre la main impunément sur l argent public par exemple), il ne faut pas s étonner des conséquences désastreuses : mauvais esprit d abord, tricheries ensuite, colère de la part des citoyens honnêtes ainsi lésés, sentiment d injustice d une majorité, révoltes, etc …

    • Patrick D says:

      Mais dans la réforme, il est prévu d’annuler tous les régimes spéciaux avec la même prise en compte des montants cotisés pour tout le monde. Donc les régimes spéciaux des élus devraient disparaitre, non ?

      • Tartampion says:

        faut pas rêver
        la fameuse règle de la branche à ne pas scier
        et pensez vous que Macron mettra un coup de pied dans le panier ?…
        la « famille » c’est sacré, et faut pas se la mettre à dos…!!!

  9. j’ai du mal à comprendre que l’on douche axu pensions de reversion des citoyens et que du coté du sénat, ils se permettent de se voter une loi pour une pension de reversion de 80%. D’autre part, nos députés qui n’auront plus à subir les augmentation de la CSG à venir par un décret voté récemment à l’assemblé. Egalement, les hauts fonctionnaires du ministère des finances qui se donnent des primes hors la loi dénoncé par la cour des comptes mais non sanctionné. Ou est la démocratie?

    • Bien vu miss Biscotte. Et la démocratie ? Et ben … celle avec des gens qui s’auto payent en espérant trouver comment bien payer des tas de gens pour espérer être scotchés au pouvoir comme Benalla au dos de Macron ? Elle est autour de nous mais regardez bien derrière vous.

      • Vous avez du mal à comprendre ?

        parce que vous êtes bien formatée Biscotte.

        Dieu merci, cela n’empêche pas l’indignation souveraine et légitime.
        On la voit toujours enfler, internet a permis cela et ce n’est pas une fake news !!
        A la poubelle les think tanks payés par nous, les triplons de bidules pour les copains, les triplettes d’échelon territoriaux de br….leurs

  10. Si je comprends bien et si ces pistes se confirment, l’investisseur immobilier averti évitera d’investir dans des biens destinés aux personnes bénéficiant de prestations sociales (vieillesse, handicap, ressources provenant pour l’essentiel de prestations sociales…) ou devra tenir compte de la baisse de leur pouvoir d’achat dans son projet…

    Le poste logement représentant une part importante du budget des plus modestes, ne seront-ils pas tentés de cohabiter à plusieurs générations ou en collocation dans un grand logement adapté à ce mode de vie ?

  11. L’évasion fiscale des très grandes entreprises en France, c’est toujours 80 milliards d’euros par an.

    2019, l’appauvrissement de la plupart d’entre nous est engagé alors que nous devons faire face à l’effondrement qui vient… Pouvons-nous nous passer des 80 milliards dont les fraudeurs nous privent ?
    dans le même temps ils faut baisser les retraites, les prestations sociales et fermer les hopitaux !
    je ne crois plus dans les politiques !

    • Non 100 milliards estimés d’après le syndicat de la Finance publique (et qui le finance ?).
      Mais sur ces 100 milliards (estimés à la louche), 5% seraient des sommes non déclarées de comptes à l’étranger de 3500 riches déloyaux. Le reste serait de l’usage des droits existants et de la sous estimation des biens par toutes les familles qui payent l’impôt sur le revenu ? Donc des gens modestes ? C’est paaaas biienn. Non pas bien.
      Et puis comme on n’a pas les détails du calcul estimatif effectué par ce brillant syndicat (car autrement cela serait un pas vers la science), tous les canards y compris le Figaro et BFM ont repris l’annonce de septembre dernier.

      • Ah j’oubliais le FISC récupère 10 milliards/an en contrôles de sociétés et 6 milliards par an sur pièce pour les ménages. Je suis vraiment preneur de savoir comment passe-t-on de 16 à 100 milliards. Faudrait selon ce ratio multiplier par 6 le nombre de contrôleurs et cela serait rentable 🙂

    • Répéter 1000 fois les chiffres bidons des pseudo économistes d’extrême gauche n’en fait pas une vérité.

      Mesurer une quantité qui n’existe pas devrait laisser tt le monde perplexe.

  12. Tartampion says:

    Cet article est une immense intox à partir du moment où elle ne fait pas mention des financements obtenus (par les prélèvements obligatoires, droits, taxes et impots).
    Comment peut on prétendre baisser le versement des retraites sans savoir si elles sont financées par les cotisations ?idem pour la santé, etc
    si la part des retraites est forte c est que la population vieillit, ce n est pas parce que l Etat est genereux…
    Encore un gigantesque enfumage émanant de l Executif qui ne sert qu à préserver un .système administratif préempteur et inefficace.

  13. HOCHEDEZ francis says:

    Liberté EGALITE fraternité
    Que nos gouvernants montrent l’exemple. Le peuple suivra

  14. On peut baisser les retraites et les prestations sociales, mais alors, ça ne changera rien au problèmes de connait la France; Car tous ces retraités et tous ces RMistes et autres allocataires consommeront moins, ( par exemple, on donne des primes de rentrée scolaire, plus pour aider le commerce que pour autre chose), du coup les entreprises auront moins de revenus, payeront donc moins d’impôts et de cotisations sociales, ce qui entrainera une hausse du chomage, l’etat ne sera pas plus riche et le problème ne fera que s’accroitre. C’est le serpent qui se mord la queue.

    • A cela s’ajoutera
      1) une hausse des coûts de justice et de services sociaux :
      – pour les procédures de surendettement et d’expulsion des locataires qui ne pourront plus payer
      – délits « alimentaires »
      2) une hausse des dépenses sociales avec la prise en charge d’un nombre croissant d’enfants dont la famille sera en prison pour des délits alimentaires
      3) une baisse des impôts payés par les propriétaires bailleurs, en raison des loyers impayés…

      Bref, certaines « petites économies » risquent de devenir de « grosses dépenses »…

    • A vous entendre, on se demande comment font les autres pays qui ont des dépenses sociales parfois inférieures de 20% aux nôtres ?

      • Je veux bien qu »on baisse les retraites de 50%, je ne crois pas que la france ira mieux ensuite. Je suis parti à Honfleur hors vacances scolaires, je n’ai vu que des retraités au resto. Pas sur qu’ils puissent continuer à consommer pareil avec une retraite amputée de 50%. Ce qui veut dire ENORMES difficultés pour tous ces restos et commerces. Vous croyez vraiment que ça irait mieux ?

    • Tartampion says:

      votre théorie est aussi fumeuse que celle des politiques qui il y a quelques temps clamaient qu en augmentant les salaires de la fonction publique on allait faire mieux ronfler l économie de la France …!
      le pb réside uniquement dans une saine gestion de l argent qu il soit public ou pas

    • La prime de rentrée scolaire est financée par l’impôt. Celui qui le paye va donc consommer moins. Ou plutôt, va épargner, voire investir moins.

  15. C’est pourtant simple. Puisque les français ne veulent ni d’un allongement de la durée de cotisation ni d’une baisse des pensions, il suffit d’augmenter les cotisations des 1,7 actifs par retraité (contre 4 en 1960).

    • Tout à fait d’accord. Et pour que tous les travailleurs puissent cotiser deux fois plus pour la retraite de leurs aînés, il suffit de doubler le salaire de tous ceux qui gagnent moins de 50000€ nets par an. Ceux qui gagnent 50001€ n’ont qu’à aller voir leur député.

  16. Le monde de demain says:

    Ce rapport est orienté pour justifier une diminution des retraites alors que le poste est à l’équilibre.
    Pas un mot en revanche sur les milliards octroyées aux entreprises sous forme de CICE, CIR, … sans aucun retour pertinent ( et mesuré) sur l’emploi. Les dividendes eux continuent à monter!
    Les réformes à venir des retraites et santé vont juste servir à transférer de la richesse des systèmes sociaux de redistribution vers la finance.

    • Patrick D says:

      Vous voulez taxer encore plus les entreprises alors qu’elles payent plus en France que n’importe ou ailleurs ? Et votre patron, il paye l’ISF s’il est remis en place ? Et s’il quitte ce pays de fous avec son entreprise pour aller en Inde, vous le suivrez ? Et quand vous serez au chômage que vous ne toucherez pas parce qu’il n’y aura plus de riches en France pour vous le payez, vous serez moins malheureux ?
      C’est vrai qu’à ce moment, vous serez aussi riche que tous les autres français puisqu’il n’y aura plus que des pauvres !

      • @LeMondeDeDemain, Patrick exagère bien entendu et n’arrive pas à se mettre à la place d’un pauvre. Excusez le. Sommes encore nombreux en France à avoir un cerveau primaire, conservateur, voulant être récompensés de nos efforts et souhaitant s’investir dans une affaire risquée à condition d’en récupérer (peut-être) les fruits.

        • Certes Patrick D exagère mais pourtant le raisonnement est bien réel, n’en déplaise aux bobos socialos écolos !

          • Tartampion says:

            il faudrait établir une distinction entre les entreprises : les PME par exemple et les grands groupes
            les premières sont plutôt contributives,
            et les dernières jouent essentiellement sur la finance et la spéculation (et bien évidemment, qui récolte le fruit de ces larges générosités étatiques ?…)

            • N’en avez vous pas assez de créer des seuils ?
              Exemple de dérive des seuils: une TPE de 11 salariés a 10 fois plus de délégués (protégés) du personnel en % qu’une entreprise de plus 1000 personnes. Sommes égaux devant la loi ?
              Pointer les grands groupes du doigt revient à pointer les riches et leur réclamer de payer plus d’ISF.
              Est-ce bien ce que l’on souhaite ?

              • Tartampion says:

                mathématiquement il est évident qu un seul délégué sur 10 salarié ça fait déjà 10 pc
                pour 10000 salariés en faut il 1000 ??

                • En fait il y a 2 délégués (1 qui est censé bosser et l’autre suppléant au cas où). Donc 2 personnes protégées pour 11 salariés. Non mais 2 tels salariés à partir de 250 employés,…

        • Le monde de demain says:

          Enlevez vos oeillères et lisez bien mon post! Je ne parle pas de taxer plus mais de supprimer les milliards de subvention accordées par l’ état aux entreprises sans aucune contrepartie. Mieux vaut le donner directement aux citoyens pour stimuler l’ auto entrepreunariat. Les entreprises delocaliseront de toute façon là où elles pourront faire le plus de profit.

          • Tartampion says:

            fallait pas élire un financier mondialiste !
            et Valls (cice) n a fait qu une opération panique sans en étudier le fond (a long terme)
            Marron surfe sur des fondations qui ne tiennent pas.

          • Faites comme au Vénézuela et tout ira mieux. Extrait de B. Bonner:

            « Venezuela : la fin d’un « rêve »

            Le Venezuela est l’illustration de tout ce qui ne marche pas mais qui est si populaire.

            « Des soldats se révoltent… »

            « Des millions de personnes au bord de la famine »…

            « Le plus gros exode de masse de l’histoire des Amériques »…

            Quel magnifique spectacle ! Juste devant nos yeux… une expérience en direct et en temps réel. Toutes les illusions… les prétentions… les sottises… les escroqueries…

            … Révélées aux yeux de tous. A présent, étalé devant nous comme un dealer de drogue à la morgue, se trouve un Grand Rêve si complètement démoli qu’il est impossible d’en douter : c’était une arnaque dès le départ.

            Ceci dit, quand on met une marmite sur le feu, elle finit par bouillir. Et Caracas est en ébullition depuis mercredi.

            Cette semaine, défiant directement la présidence de Nicolás Maduro, Juan Guaidó, président de l’Assemblée nationale vénézuélienne, s’est auto-proclamé président légitime du pays.

            Des malandrins au gouvernement

            Le gouvernement est toujours une manière pour quelques-uns d’exploiter la masse. Cependant, ces quelques-uns ne sont pas toujours les mêmes.

            Le contexte : Hugo Chávez a remporté le vote populaire en 1998. Le Venezuela était alors un pays riche, soutenu par ce qui semblait être un flot inextinguible de revenus pétroliers.

            M. Chávez combinait certains des pires traits d’Alexandria Ocasio-Cortez (AOC) et Donald J. Trump (DJT). C’était un « homme fort », un je-sais-tout qui affirmait représenter le petit peuple. Il entretenait également toutes les illusions populaires : les déficits ne comptent pas… les autorités doivent apporter éducation et soins de santé gratuits… et l’on peut « stimuler » l’économie et « sortir de la dette par la croissance » en dépensant de l’argent qu’on n’a pas.

            M. Chávez avait réalisé qu’il y avait bien plus d’électeurs pauvres que d’électeurs riches.

            Il a proposé, comme Mme Ocasio-Cortez, divers larcins du genre socialiste, destinés à consolider son soutien parmi les masses. Parmi ces programmes : saisies de terres, contrôles des prix et nationalisation de secteurs majeurs.

            Ces programmes ont eu un succès retentissant. Sa cote de popularité a grimpé à 80%. Inévitablement, certains sont devenus jaloux de son pouvoir… d’autres en ont eu peur… et quelques-uns ont réalisé que ses politiques détruiraient le pays.

            Ils se sont soulevés contre Chávez en 2002. Mais la révolte n’a pas duré longtemps et Chávez a bien vite repris les commandes du pays. En 2006, il a remporté un troisième mandat avec une substantielle majorité et a continué à renforcer son pouvoir jusqu’à sa mort, en 2013.

            A partir de là, Nicholás Maduro, un allié de Chávez, a pris le contrôle et a continué dans la même direction que son prédécesseur, vouée à l’échec.

            A l’époque, le pétrole s’échangeait encore à plus de 100 $ le baril… mais aucune somme d’argent n’est si énorme qu’on ne peut pas la gaspiller ou la voler.

            L’argent facile provenant des revenus pétroliers a attiré les rêveurs et comploteurs habituels. Ensuite, lorsque le prix du baril est passé sous les 50 $ en 2015, l’argent facile n’était plus si facile… et le pays a changé de cap pour foncer droit dans le mur.

            Les refuges familiers de l’emprunt et de la planche à billets

            Les zombies abandonneraient-ils leur riche butin ? Les compères rendraient-ils leur bien mal acquis ? Le gouvernement vénézuélien réduirait-il les dépenses pour protéger le bolivar ?

            Bien sûr que non. Ce n’est pas ainsi que ça fonctionne… ni à Caracas, ni à Washington.

            Les gens aux commandes ont préféré avoir recours au refuge familier des canailles — l’emprunt… et la planche à billets.

            La dette gouvernementale a grimpé, passant de 25% du PIB en 2009 à une estimation de 160% du PIB en 2018 (à titre de comparaison, le ratio dette/PIB du gouvernement US est de 105%).

            L’inflation s’est aggravée. Le bolivar, comme le dollar, est de l’argent factice (il n’est pas adossé à l’or). Cette année, le taux d’inflation devrait atteindre 1,3 millions de pourcents. C’est à ce niveau-là que les gens arrêtent de compter et commencent à faire leurs valises.

            C’est exactement ce que font nombre d’entre eux. Ils prennent le large… et se rendent aux frontières comme ils le peuvent.

            Heureusement pour eux, leurs voisins n’ont pas érigé de murs pour les empêcher d’entrer, si bien qu’ils fuient vers la Colombie, le Brésil ou la Guyane… et font de leur mieux pour survivre.

            Un désastre financier typique

            Oui, c’est un désastre financier plutôt typique… causé par les promesses et illusions habituelles… et imposé par les flics et criminels habituels.

            A présent, il semble atteindre une sorte de dénouement… une apogée… où les dirigeants qui ont saigné à blanc le pays doivent désormais passer à autre chose… et permettre à une nouvelle série de dirigeants de faire leur travail.

            Un article de Reuters paru mercredi :

            « Les manifestants ont envahi les avenues de l’est de Caracas, scandant : ‘Maduro dehors’ et ‘Guaidó, Presidente’ tout en agitant des drapeaux nationaux. La police a tiré des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants dans plusieurs zones, après qu’un rassemblement mardi soir aurait fait quatre morts.

            Guaidó, âgé de 35 ans, a galvanisé l’opposition avec une campagne où il déclarait que Maduro était un usurpateur après les élections de l’an dernier, largement considérées comme frauduleuses, et a promis une transition vers un nouveau gouvernement dans un pays qui subit un effondrement économique hyper-inflationniste.

            ‘Je jure d’assumer tous les pouvoirs de la présidence afin d’assurer la fin de l’usurpation [par Nicholás Maduro]’, a déclaré Guaidó, récemment élu à la tête du Congrès, devant une foule exubérante ».

            Presque immédiatement, les Etats-Unis se sont rangés du côté du nouveau gouvernement. M. Trump a déclaré qu’il reconnaîtrait M. Guaidó comme président légitime. Son vice-président, Mike Pence, a fait la remarquable affirmation que les Vénézuéliens finançaient la caravane de réfugiés en route vers la frontière américaine…

            Apportant une contribution gratuite et comique, le sénateur Rick Scott, de Floride, a déclaré que le Venezuela devrait être nommé Etat terroriste et que son président, Nicholás Maduro, « est clairement un terroriste ».

            Démocratie consensuelle

            Ce qui rend la démocratie consensuelle — tout juste — acceptable, c’est le côté consensuel, pas la démocratie.

            Même le crétin le plus ignorant et le plus incompétent peut se faire élire, comme cela a souvent été prouvé et largement illustré. On ne peut pas tromper tout le monde tout le temps, notait Abraham Lincoln. Au fil du temps, les politiques les plus absurdes tendent à être découvertes… et rejetées.

            Evidemment, cela pousse les aspirants-dirigeants ambitieux à se débarrasser de la partie « consensuelle » des institutions dès que possible. C’est ce qu’Hitler a fait en 1933. Chávez s’est lancé dans une série de réformes constitutionnelles peu après son élection.

            En 2010, les conséquences des nationalisations, contrôles de prix et déficits commençaient à s’accumuler. Mais à ce moment-là, le besoin de consensus avait disparu. Chávez et son successeur, Maduro, pouvaient faire à peu près tout ce qu’ils voulaient… jusqu’à un certain point.

            Ce point a peut-être été atteint hier. « 

        • Patrick D says:

          @ Philippe
          C’est vrai que j’exagère mais à peine et les réflexions de certains finissent par m’énerver. Je ne devrai pas, cela ne sert à rien.
          En même temps, on a l’impression que sans s’énerver, rien ne changera en France. D’ailleurs beaucoup laissent tomber et préfèrent partir.

          • Oui, mais votre énervement à votre niveau, comme tant de millions d’autres, ne changera pas grand chose à l’affaire !
            Mais si nous étions en démocratie directe, cela aurait fort probablement un autre impact, n’est-ce pas ? 🙂 🙂

            • Patrick D says:

              Effectivement.

              • Tartampion says:

                sur 10 lignes de programme des candidats (helas tous les candidats font pareil) nul ne peut être d accord a 10 sur 10
                c est la raison pour laquelle chaque candidat nous place des peaux de banane sur lesquelles nul ne peut agir…
                logique politico politicienne sans rapport avec notre 5eme Rep qui préconise les referendums

    • Le CICE est une petite compensation au différentiel d’imposition des entré dans les pays comparables.

      D’accord avec vous, supprimons le CICE et alignons les charges supportées par les entreprises sur les niveaux Allemands ou italiens, par exemple.

  17. Jacques ASCHBACHER says:

    On pourra rappeler utilement que depuis 2014 les retraites ont été figées, que pour 2019 la hausse est symbolique. De fait par rapport à l’évolution de l’inflation depuis 2014 de 3,5 % (chiffres officiels INSEE) les retraites ont baissé d’autant.

  18. @ pedro
    On supprime des agents à tout va au fisc.
    Et on demande de lutter contre la fraude ?
    Les français crachent sur les fonctionnaires
    Les nantis ,les privilégiés
    Vous en voulez moins vous en avez moins.
    En contre parti on vous sort un site internet ou un 0810 tous les 4 matins.

    Un fonctionnaire qui rêve de quitter la France !

    • Tartampion says:

      personne ne crache sur les agents publics opérationnels
      le pb, ce sont les administratifs pléthoriques mal organisés et inefficaces qui sucent le sang de tout ceux qui contribuent utilement (à la richesse, aux services, à la protection, l’enseignement, etc)

      • Concrétement c’est qui  » les administratifs pléthoriques mal organisés et inefficaces » ? Combien sont-il ? Dans quels ministères ou administrations ? Quel est le cout pour l’Etat de ces fonctionnaires  » administratifs pléthoriques mal organisés et inefficaces ». Car il faut être concret et précis, et ne pas toujours répéter les discussions entendues au café du commerce. 😉

        • Je vais vous donner un exemple très concret d' »effectifs administratifs pléthoriques mal organisés et inefficaces ».

          Mon épouse, enseignante, a saisi il y a quelques années l’opportunité de travailler 2 ans à l’inspection académique du département, en remplacement d’un conseiller pédagogique en arrêt maladie de longue durée (arrêt parfaitement justifié par ailleurs: maladie franchement grave).

          Elle est sortie de ces 2 années d’immersion dans le petit monde de ce petit ‘politburo départemental de l’Education Nationale’… effondrée. Je précise que mon épouse vote franchement à gauche. ‘Dégraisser le mammouth’ est totalement à l’opposée de ses convictions.

          Les statistiques officielles du Ministère révèlent que 20% des enseignants français (titulaires d’un CAPES ou de l’agreg) ne sont pas en classe, devant les élèves. La moyenne des pays européens est de 8-10%. Mais que font’ils donc ? Mon épouse me l’a longuement décrit: les bureaux de l’IA (Inspection Académique) sont littéralement remplis d’enseignant très affairés, qui font… personne ne sait très bien quoi, en fait. En 2 ans, mon épouse n’a pas réussit à comprendre quels étaient les objectifs concrets de la plupart de ses collègues à l’IA. Ils produisent beaucoup de powerpoints, il travaillent sur des ‘projets pédagogiques’ qui n’iront jamais plus loin que le bureau l’inspecteur d’académie, ils font de interprétations des textes officiels que personne ne lira jamais, ils assistent à beaucoup de réunions de coordination avec les départements voisins de l’académie… Entendons-nous bien: pour l’immense majorité, ils bossent vraiment. C’est bien ça le pire: ils sont réellement très affairés, remplissent des tonnes de documents, se déplacent beaucoup (parfois à leurs frais même !)… mais objectivement, pour une utilité totalement marginale: pour l »immense majorité, leur boulot.. ne sert rigoureusement à RIEN. C’est juste de la bureaucratie qui s’auto-justifie. Je l’affirme: cela ne sert A RIEN dans l »éducation des enfants. C’est de la paperasse inutile. Et cela représente 20% des enseignants français ! Il faut également avouer que la plupart des titulaires de ces postes ne changeraient pour rien au monde d’affectation: aller faire classe à 30 gamins (et se tarter leurs parents) pour le même salaire, c’est autrement plus fatigant. C’est humain. Mon épouse est partie au bout des 2 ans pour rejoindre sa classe, alors même qu’on lui avait proposé de la titulariser à ce poste, effarée par la vacuité et l’absurdité de toute cette agitation technocratique et vaine… ses anciens collègues n’ont pour la plupart pas compris pourquoi elle revenait en classe. Je suis bien entendu conscient que toute organisation humaine a besoin d’un minimum de fonction supports transversales pour fonctionner, mais là, 20%… c’est HORS NORMES. Et c’est surtout un colossal gâchis de compétences et d’argent public. En ramenant ce taux à la moyenne européenne, soit 10% – c’est à dire en demande à ces profs de faire seulement ce pour quoi ils sont payés: enseigner devant les élèves (et oui, je suis conscient que ce n’est pas drôle tous les jours, mais ils l’ont choisit en connaissance de cause) -, on pourrait, sans hausse de coût, diminuer de 10% le nombre d’élèves par classe !

          Autre anecdote: c’est moi qui fait la déclaration d’impôts de mon foyer, et depuis des années je peste sur le fait qu’il manque, presque chaque année, un voire deux bulletins de salaire de mon épouse, distribués dans leur casier avec 2 à 3 mois de retard. Je n’ai jamais compris comment cela pouvait arriver aussi régulièrement. J’en ai eu l’explication. Figurez-vous que les bulletins de salaires papier sont transmis par courrier par l’inspection académique à chaque département, et que ce sont des secrétaires départementales qui les mettent individuellement dans des enveloppes… à la main ! Il est évident qu’elles se trompent régulièrement, en oublient certains, se trompent d’enveloppe… C’est parfaitement humain: dans mon domaine (logiciel critique pour l’aéronautique), on sait qu’un ingénieur très qualifié et concentré fait une erreur sur 200 lignes de code. C’est évidemment inacceptable d’un point de vue sécurité humaine, donc on utilise de la génération automatique de code avec un compilateur qui garantie moins d’une erreur pour un million de lignes de code. Donc ces braves secrétaires continuent avec application à mettre leur bulletins dans leurs petites enveloppes, à la main, artisanalement pourrait-on, dire… ce qui, outre les erreurs, doit être d’un coût aberrant par feuille de paie. Dans ce domaine, la plus-value humaine est donc non seulement nulle, mais même clairement négative: il suffirait juste que l’éducation nationale investisse dans un système d’édition et d’expédition automatique des fiches de paie, ça coûterait 10 fois moins et il y aurait 1000 fois moins d’erreurs (personnellement, salarié d’une entreprise privée, cela fait des années que je reçois même mes bulletins de paie sur un coffre-fort numérique accessible sur internet: jamais de retard ni même d’erreur, coût par fiche dérisoire).

          Je me dis que ces archaïsme, multipliés par les dizaines de corps de la fonction publique (cf le fiasco du logiciel Louvoie de paiement des soldes de l’armée) et par les millions de salariés du publics, coûtent aux contribuable des dizaines de milliards d’euros chaque année dépensés en pire perte…

          Voilà, c’était du concret garanti 100% exact. Le but n’est pas de « casser » du fonctionnaire, mais juste de montrer qu’à un certain point, la volonté farouche et obtuse de refuser toute amélioration de la productivité finit par plomber tout un pays.

          • Dans le même esprit, l’entreprise d’énergie ancienne Epic, dont on nommait autrefois les agents « assimilés fonctionnaires » et où je travaillais, passait « au moins » 30% du temps des non productifs à se donner du travail les uns aux autres, donc 20 à 25% d’inutiles, fruit du cloisonnement des tâches.

        • Tartampion says:

          la liste est vraiment trop longue et les distorsions organisationnelles sont trop nombreuses et par définition trop complexes (volontairement)
          il suffit d avoir côtoyé l évolution d’esprits jeunes orientés fonction publique par rapport à celui d’autres orientés secteur privé, et cela pendant 40 ans.
          Sauf heureuses exceptions, j ai pu constater très rapidement, mais très sûrement, la fracture qui s’installe immanquablement quand votre employeur est adossé à l argent public dans un cas, et adossé aux résultats d une entreprise dans l’ autre.
          Par ailleurs, il est extrêmement facile de se procurer de multiples études ou ouvrages qui décrivent toutes les dérives de toutes nos administrations (et Bercy en premier)
          La mécanique comportementale des fonctionnaires et hauts fonctionnaires (j exclus les opérationnels laborieux et autres véritables responsables qui arrivent à supporter cette forme d esprit si particulière) est toujours identique et explique systématiquement les mêmes distorsions ou dérives.

  19. Je ne parlais pas des députés qui ont une fonction et un travail à accomplir mais de postes données en faveur et donc rémunérés sans vraiment servir la nation .Il y en a plus qu’on ne pense à ce jour. Exemple : des préfets sans affectation territoriale et donc sans mission réelle. En attendant, ils sont bien rémunérés

    • Tartampion says:

      et savez vous qu il existe dans toutes administrations des voies de garage où les rémunérations et avantages sont maintenus en « échange » de services nuls, bidon et probablement toxiques au final : car après un certain âge certains fonctionnaires deviennent encombrants mais ils disposent d un contrat a vie…
      alors salariés du secteur privé qui se retrouvent exclus de l emploi a la cinquantaine, vous pouvez pleurer sur votre sort et accepter bien gentiment le RMI en attendant une retraite indexée sur les 25 meilleures annéesannees…!
      le fonctionnaire lui , 6 mois avant la retraite se verra attribuer une rémunération supérieure (changement de grade) pour rehausser sa retraite…!
      sans commentaire !…

      • Sauf erreur de ma part et excepté quelques cas, le changement de grade juste avant la retraite, c’est terminé depuis plusieurs années maintenant.

    • Tartampion says:

      beaucoup de députés s’avèrent forts desoeuvres en toute impunité.
      des fonctionnaires placés dans des voies de garage ou organisations bidon, vous pouvez en trouver par dizaines de milliers : vous pouvez être assurés de leur parfaite discrétion…!

  20. Bonsoir

    à Miss TIP

    C’est tout à fait ça; Une de nos locataires est partie parce qu’elle ne touche plus l’APL.

    Là j’ai des personnes âgées qui se présentent: c’est certain qu’il faut qu’ils aient une très bonne retraite. De plus pour tous nos locataires nous exigeons une caution physique. Dernièrement un de nos appartements a été anormalement détérioré. Le locataire (50 ans)qui qui s’était mis à boire est devenu était insolvable ( c’était un restaurateur)!!. Sa mère de 72 ans qui s’était portée caution a remboursé* les dégâts( nous sommes quand même perdants.
    * Non sans difficulté, mais c’était ça ou l’huissier.
    C’est simple: à prendre ou à laisser: un caution physique sinon on préfère ne pas louer.

    Voilà ou on en est aujourd’hui !

    • Bien sûr.. Merci beaucoup, donc quand on est retraité, on n’a pas le droit de se loger; tant mieux pour vous, car je suppose que vous avez un patrimoine immobilier conséquent, moi non, donc pas de garant, pas de logement, selon vos propos…Je ne vous souhaite pas un jour d’être dans cette situation, sinon il vous faudra trouver un endroit où il y a un pont, pour vous y abriter. Tout le monde n’a pas la chance d’être propriétaire, et d’avoir des logements à louer.

      • Patrick D says:

        C’est vrai : tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir le courage et la volonté d’investir dans l’immobilier. Ceux qui n’ont pas tout perdu se retrouve avec un patrimoine. Bien sur, cela fait des envieux.
        N’oubliez pas qu’on ne devient pas riche par erreur, ni pauvre par hasard. Le contraire n’est pas toujours vrai.
        Mais certains ont eu la poisse toute leur vie et pour eux je compatis.
        Alors j’ai un conseil pour ces derniers : si vous cherchez un logement correct sans avoir les revenus qui vont avec et sans garant (la folie a ses limites contrairement à cet autre trait de caractère dont parlais Einstein), quittez la France. Partez au Québec par exemple : vous trouverez un logement de suite (mais pas de trêve hivernale malgré des hivers à -20° ; vous ne payez plus = vous êtes virée en 3 mois).
        En France nous avons la trêve hivernale, les loyers impayés sur 2 à 3 ans, la législation pro-locataires, la taxation de l’immobilier la plus forte au monde, etc..
        Alors oui, quand un bailleur privé prend un locataire, il est obligé de prendre de méga garanties avec. C’est la loi qui l’oblige à faire cela.
        Vous trouvez cela dé…lasse ? Moi aussi. Mais moi je suis un sal…d de propriétaire, donc tout le monde se fiche de ce que je dis.
        Par contre vous, vous êtes une locataire, donc une française que l’état va écouter. Alors je vous propose d’arrêter de vous en prendre aux bailleurs, ils ne font pas les lois, et d’exiger que les lois en vigueur au Québec s’appliquent en France et vous aurez comme là-bas un logement sans problème.

  21. et on ne parle pas non plus des petits fonctionnaires qui, à mon avis, subissent comme beaucoup les décisions de l’état

    • Tartampion says:

      ils n’ont qu’à se retourner contre leurs supérieurs !…
      mais ils ne le font pas car ils sont justement achetés par ceux là

    • Tartampion says:

      pas de petits et grands.
      des utiles et des inutiles.
      des facilement emplaçables et des difficilement remplacables

  22. Bonsoir

    « Liberté EGALITE fraternité
    Que nos gouvernants montrent l’exemple. Le peuple suivra »

  23. Comparaison n’est pas raison !
    L’organisation du financement des retraites par répartition est un choix politique.
    On nous prélève des charges pour que les actifs payent par solidarité les aînés inactifs qui ont eux mêmes en leur temps financé les retraites des arrières aînés
    D’autres pays ont choisi d’autres systèmes de la pure capitalisation à un mix capitalisation / répartition
    Boissons Les prélèvements et laissons à chacun de choisir le montant de sa pension de retraite.
    Notre dispositif est 100% solidaire mais un peu deresponsabilosant puisque le taux de prélèvement est décidé par des technocrates et une pension est servie sans que chacun de nous soit sur que les prélèvements effectués sont redistribués au mieux
    Poir led salaries inspirons nous du système suisse qui est à plusieurs étages et adaptés à ce que chacun décidé de consacrer à sa future retraite

    • Les derniers financent les premiers donc?
      On appelle ça de la cavalerie ou encore une pyramide de Ponzi quand les nouveaux actifs voient leur nombre diminuer tandis que le nombre de retraités augmente.

      • Tartampion says:

        sauf que dans un cas on peut équilibrer les comptes et pas dans l autre !
        dans ponzi le bilan est négatif en permanence

        • Oui on peut équilibrer les comptes sur le papier. Pour dans 11 ans.
          Dans la réalité, il va falloir prélever plus sur les actifs ce qui est susceptible d’engendrer une dépression, et là ce ne sera pas la peine de songer à avoir une pension de retraite.

          • Tartampion says:

            il faut moins de chômeurs donc créer des conditions d emploi favorables pour dégager des cotisations.
            ensuite éviter de financer à fonds perdus des actions non compensables à terme (hormis prises en charges assurancielles et autres actions régaliennes)
            revoir aussi le travail des seniors (retraite progressive et travail degressif)
            etc

  24. Mais en france pays a mi chemin entre socialisme et communisme , si on fait de la capi , on paiera quand meme une retraite a ceux qui n ony rien economisé ! Comme dans les ehpad , celui qui n a rien ne paie rien et celui qui a reussi a faire des economies ou une maison paie jusqu a il n ait plus rien ! ….en fait il faut ou rien n avoir ou etre tres riche !

    • Et voilà … relisons nos classiques: « Ne prenez pas d’argent aux riches, un riche fait vivre des centaines de pauvres, les pauvres n’ont plus rien, prenez à ceux qui travaillent. Plus on leur en prend, plus ils travaillent ».:)

      • « Plus on leur en prend, plus ils travaillent ».:) »
        En fait, ce n’est pas la réalité d’aujourd’hui qui est plutôt: plus on leur prend et moins ils ont envie de travailler OU ils ont envie d’aller voir ailleurs !

        • Si effectivement ce sentiment de vouloir tout plaquer ou de laisser tomber s’empare de certains cela reste à la marge. Regardons autour de nous: les taxes, cotisations, contributions, prélèvements, impôts ont augmenté à coups de petites lois ou décrets bien placés sous le sternum au fil des années. Combien de salariés entre 2 et 4 fois le SMIC manifestent ? 1% tout au plus et 0,1% portent le gilet fluo. Donc 99% préfèrent repartir au boulot en espérant une augmentation, un débauchage, un appel d’un chasseur de têtes ou simplement continuer pour se donner une raison d’exister.
          Pressez, pressez, ya encore du jus.

          • Je pensais plutôt aux entrepreneurs et commerçants, notamment les petits artisans qui sont pressés jusqu’à la moelle et qui ont marre de travailler plus, pourquoi ? pour le donner aux impôts et à l’URSSAF !
            C’est un discours que j’entends très fréquemment dans ce milieu.

            • Tout à fait d’accord. idem chez les toubibs. J’évoquais les salariés. Commerçants et artisans sont à moins de 1 million contre 20 millions de salariés du privé (approx…)

    • Tartampion says:

      a t on un accès aux ephad sans payer ??!!

  25. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    On a l’impression que les gilets jaunes se sont réunis sur ce Blog !!
    ça devait bien les discussions sur les ronds points….

    Tout simplement :

    On va réduire progressivement les retraites et les prestations sociales, parce que c’est ce qui coûte le plus cher ( en %) au budget de l’État, ce sont les seules choses compressibles, et qui sont plus élevées que nos voisins et concurrents.

    Tous le reste c’est de la pipe….comme il dit.

    • La gabegie de l’Etat avec les salaires indécents de ses hauts fonctionnaires et élus ou encore les dépenses somptueuses de l’Elysée, même si cela ne représente que peu dans le budget étatique – mais ont valeur d’exemple comme cela a été dit précédemment- , c’est de la pipe pour vous ?

    • Cher Monsieur Bonjour,

      J’ai 70 ans et je voudrai apporter quelques corrections à votre commentaire :
      Les retraites et les prestations sociales sont certes ce qui coûte le plus cher au budget de l’État sauf que ces « dépenses » sont financées par les cotisations sociales.
      Ce qui induit que les comparaisons avec nos voisins et concurrents sont fausses. En effet en Allemagne il n’y a pas de régimes complémentaires obligatoires et que le SMIC récemment introduit en 2015 au taux de 8,50 € de l’heure donc inférieur au SMIC français 9,61 € de l’heure sauf que certains affirment que le SMIC allemand est supérieur au SMIC français. Il faut donc y regarder de plus près et l’on découvre qu’en Allemagne le l’horaire de travail est de 40h00 / semaine au lieu de 35 chez nous. De plus Cette valeur s’entend brute il faut donc en déduire les cotisations salariales soit en 2015 19,3% en Allemagne et 16,75 % en France (Nota les cotisations salariales en France ont diminués depuis le 1er octobre 2018 suppression de la cotisation salariale chômage mais augmentation de la CSG). Enfin le SMIC n’est pas obligatoire en Allemagne pour toutes les professions (« petits » boulots, temps partiels dans certains commerces etc..) donc les comparaisons que font les Ministres et autres élus ainsi que la presse sont pour la plupart péremptoires et superfétatoires.
      Il nous faut donc à nous citoyens ne jamais prendre pour « argent comptant » ce que l’on lit et/ou entend mais prendre le temps de vérifier.
      Enfin comment dire qu’il s’agit de dépenses de l’État alors qu’il s’agit de systèmes assurantiels à gestion paritaire (patronat, syndicats) certes avec la garantie de l’État.

      • Cher Madame,
        Vous oubliez de dire qu’en Allemagne le taux de chômage est d’environ 5% de la population active, soit moitié moins qu’en France.
        Avec un taux à ce niveau, on considère qu’un pays est en plein emploi et, vu la démographie de ce pays, il manque même des employés pour faire fonctionner correctement l’économie du pays.
        De ce raisonnement on peut en déduire, je sais que cela va probablement faire bondir certains, que le chômeur Allemand est un chômeur « professionnel ». Autrement dit un chômeur qui voudrait vraiment trouver du travail et s’en donnerait les moyens y arriverait dans la majorité des cas.
        Quant au système de retraite Allemand, à la limite peu importe le montage, il est plus favorable que celui de la France. Ne vous en déplaise, c’est peut-être vous qui croyez tout ce que vous racontent les politiques et médias qui y sont connivents.
        https://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20141016triba13de49c4/la-france-a-un-systeme-de-retraites-moins-bon-que-l-allemagne-et-le-royaume-uni.html

        Vous comparez ensuite ensuite le SMIC horaire brut de l’Allemagne et celui de la France. Je suis donc votre conseil de vérifier au préalable.
        Ce qui est plus intéressant c’est le SMIC net soit:
        – France: 10 € brut / heure – 24% (y c mutuelle) = 7.60 € net
        – Allemagne: 9,19 € brut- 19.38% = 7,41 € net
        Voyez-vous la différence est minime et même si on en croit les échos, le SMIC Allemand est supérieur à celui de la France, extrait:
        « Lors du mois de janvier, les smicards ont perçu, en moyenne, 1.473 euros bruts en Allemagne contre 1.458 euros bruts en France, d’après les données d’Eurostat. »

        Par ailleurs il est intéressant de connaitre le nombre de smicards dans l’un et l’autre pays. Très difficile à trouver de façon sûre, mais il semble que les taux soient à peu près équivalents, donc plus de Smicards en Allemagne qu’en France puisqu’il y a moins de chômeurs et une plus forte concentration en Allemagne de l’est pour des raisons historiques que chacun connaît.

        Vous dites ensuite: « Enfin comment dire qu’il s’agit de dépenses de l’État alors qu’il s’agit de systèmes assurantiels à gestion paritaire (patronat, syndicats) certes avec la garantie de l’État. ».
        On se fout de savoir qui gère dans notre débat, ce sont des dépenses publiques, donc de l’argent produit par le secteur privé (puis prélevé sur celui-ci par le biais des impôts et taxes) et de la dette, assujetti à de l’argent falsifié !

        • BONGAS François says:

          Bonjour Michel
          Je suis François BONGAS retraité âgé de 70 ans. Il est vrai que comme
          n’apparaît que mon patronyme cela prête à confusion.
          Si vous désirez une discussion plus approfondie vous pouvez, dans un premier temps, me joindre via mon courriel francois.bongas@orange.fr
          Il se peut, en effet, que j’ai commis quelques erreurs Je suis disposé à en discuter.
          Votre dernier paragraphe relatif aux dépenses publiques m’interroge car oui l’État français considère les retraites (base et complémentaires) comme une dépense publique, ce qui à mon avis fausse la comparaison de France stratégie avec, qui plus est la moyenne de 11 pays (oui mais lesquels ?) le tableau en entête de ce débat non seulement ne les cite pas mais n’apparait pas non plus sur le site de France stratégie.
          Bien sur c’est le SMIC net qui est significatif. Mais quid des 35h00 françaises vs les 40h00 allemandes ce qui permet aux ÉCHOS une comparaison faussée. C’est pourquoi je ne m’y fie pas ni à la Tribune dont j’ai consulté, grâce à vous, et qui selon moi ne démontre rien mais se contente d’affirmer pour aller dans le sens de la dora.
          Si vous m’écrivez je ne serai pas en mesure de vous répondre avant le début de la semaine prochaine.
          Cordialement,
          François BONGAS
          PS : j’espère que vous seul me contacterez.

          • Merci pour votre réponse Cher François.
            En fait je suis dans la même situation que vous à quelques années près, mais cela n’a pas trop d’importance dans le débat, à part peut-être un peu plus de « vécu » et de sagesse que des commentateurs plus jeunes, même si « la valeur …… « .
            En fait cela ne me gêne pas de dialoguer sur ce blog, d’une part cela fait le buzz pour Guillaume qui se donne beaucoup de mal pour proposer des articles et pour maintenir le dialogue et la confrontation entre les différentes idées, un autre (grand) débat en quelques sorte. Je note cependant votre adresse e-mail si vous souhaitez échanger sur des sujets plus particuliers.
            C’est vrai et vous avez raison que comparer les dépenses publiques de différents états qui ne « comptent » par pareil n’est pas chose aisée. En tous cas, une chose est sure, c’est que nous ne sommes pas en bas de la liste sur la tableau des « dépenseurs » publics.
            Quant aux fameuses 35h françaises, c’est devenu plus un mythe qu’une réalité. En effet si vous comptez en heures de travail annualisées, vous constatez que les Français travaillent en fait plus que les Allemands et de nombreux pays de l’OCDE, sans parler de la productivité Française qui est une des meilleures.

            https://www.lepoint.fr/emploi/temps-de-travail-en-europe-les-vrais-chiffres-11-05-2017-2126545_30.php

    • Tartampion says:

      n importe quoi !
      ce qui coûte cher, c est là où il y a des dépenses non compensées (par des cotisations ou des services reels)

      • Tartampion says:

        Je répondais à l affirmation quelques posts ci-dessus, qui indiquait qu il fallait compresser les plus gros postes, ce qui est une ineptie, et c est justement le piège qui nous est tendu par une étude complètement orientée (strictement non objective car volontairement incomplete)

  26. Retraites et prestations sociales ne font pas partie du même registre.
    Il y a un aspect contractuel pour les retraites.
    Elles ont pu influencer un choix ou une modification de carrière pour certains.

    • Tartampion says:

      il y a plusieurs registres :
      les postes sur un principe de caisse (on tente d’équilibrer cotisations et indeminites)
      les postes assurentiels (l etat aide les handicapés et autres imponderables)
      les postes régaliens (services a rendre par l etat)
      etc
      faire un amalgame est une hérésie intellectuelle

  27. Certes , mais au lieu de regarder ailleurs , occupons nous de.nous : comment reduire la depense publique ?

  28. Tartampion says:

    mais sur le registre « comment augmenter les recettes correspondantes  » :
    Comment éviter ces gigantesques injustices ou fraudes fiscales qui permettraient d équilibrer les comptes et éviter cette énorme pression fiscale sur les plus contributifs?
    il s agit de volonté politique et non de moyens (bien évidemment la puissance publique va nous dire qu il faut dépenser plus avec des fonctionnaires chargés du contrôle des fraudes, mais ce n est qu une imposture de plus)

  29. Je veux bien qu »on baisse les retraites de 50%, je ne crois pas que la france ira mieux ensuite. Je suis parti à Honfleur hors vacances scolaires, je n’ai vu que des retraités au resto. Pas sur qu’ils puissent continuer à consommer pareil avec une retraite amputée de 50%. Ce qui veut dire ENORMES difficultés pour tous ces restos et commerces. Vous croyez vraiment que ça irait mieux ?

  30. Bonsoir

    « Plus on leur en prend, plus ils travaillent »

    C’est un peu ce que je faisais mais tout a une fin!

  31. Bonsoir

    « Comme dans les ehpad , celui qui n a rien ne paie rien et celui qui a réussi a faire des économies ou une maison paie jusqu’ a il n ait plus rien ! ….en fait il faut ou rien n avoir ou être très riche !

    c’est tout à fait ça.

  32. julien bonnetouche says:

    C’est la faute à qui ?

    Parce que la première question que nous devons nous poser est :

    Sommes nous responsables de nous mêmes , de ce qu’on fait de notre vie, et de ce qui nous arrive ?
    la politique française en matière d’économie, n’est pas nouvelle, loin de là !!

    Je m’en souviens très bien, 50 ans en arrière, c’était la même chose. en moins pire si je peux dire, mais le chemin des augmentations d’ impôts et des baisses de prestations était déjà tracé.

    Donc, absolument tout le monde a pu s’en rendre compte aussi.

    Les retraites baissent ! était ce prévisible ? oui bien sûr.

    Sommes nous obligés de nous sentir pris en charge par la collectivité ? non évidemment !

    Et telles que les choses se présentent, bien que le président ait tout à fait conscience du problème, je ne risque pas grand chose à prédire que ce n’est pas près de s’arranger.

    En effet son grand pari c’est de miser sur l’éducation et la formation, c’est bien, mais il faudra 20 ans !! et encore si l’on parvient à éduquer des foules disparates que n’ont rien à voir avec les « apprenants » des années 60 ou même 70.

    Alors je vous le dis, si vous êtes encore jeunes, prenez vous en charge vous même et pour toute votre vie, et surtout ne comptez sur personne et surtout pas sur l’État !!

    Et cela commence par vos revenus : faites travailler vos méninges pour trouver comment gagner un max sans payer trop d’impôts ! parce que vous en aurez besoin.

  33. Tout a fait ok

  34. Tartampion says:

    bon raisonnement
    bonne vision
    sauf que pas trop payer d impôts me semble utopique
    et c est là que l on voit la différence entre les générations
    ce que vous avez pu espérer pendant votre parcours ce n est pas ce que nos jeunes peuvent attendre
    je suis d accord que ce sont bien les meilleurs battants qui arriveront à surnager,
    le problème c est que trop de nos compatriotes seront laissés sur le bord de la route car notre pays nous a mis dans une position intenable
    et les responsables de cette situation sont certes multiples : nos politiques clientelistes qui ont vendu un assistanat maintenant insoutenable, nos fonctionnaires européens qui ont prôné une économie mondialiste et ouverte à tous vents à notre détriment, nos fonctionnaires inorganises et inefficaces (l un et l autre mutuellement se renforcent irrémédiablement depuis 40 ans), nos citoyens qui se sont laissés acheter par la course à la sécurité de la fonction publique et les autres par l attrait des avantages sociaux (qui maintenant découragent du travail, comme si les politiciens le voulaient in fine…)

  35. Patrick D says:

    Voila le coût du travail en France par un patron :
    Quand je donne 100 € bruts à un employé, je paye réellement avec les charges 150 €. Le salarié va percevoir réellement 70 €. Puis il va payer sur le revenu à environ 30 %, soit 21€ d’impôt. Il lui restera 49 € à ce moment de pouvoir d’achat qui va être soumis à la TVA à 20 % . Au final son pouvoir d’achat sera de 39 € sur les 150 € que j’aurai payer.
    L’état aura récupéré 111 € !!
    Voila ce qui tue notre économie et nous empêche d’inverser durablement la courbe du chômage.

  36. Si les journalistes n etaient pas des boeufs c est ce qu ils devraient expliquer !

  37. Tartampion says:

    @patrick d
    je n ai pas strictement les mêmes chiffres mais sur le principe, vous avez précisément mis le doigt sur le problème du travail, de l emploi et de la compétitivité, donc du déclin de notre économie et de la crise sociale qui en découle…,
    rien que ça, mais les journalistes ne sont pas des gestionnaires d entreprise
    on ne peut pas attendre grand chose en matière de raisonnement mathématique, seulement des approximations par rapport à des sources externes qu ils ont du mal a évaluer
    pour la question de faire du papier, ou du buzz, maintenant c est pareil, ils se défendent mieux et pour cause, la finalité ce n est pas la vérité c est d aller dans le sens du porte feuille (tabou généralisé qui révèle une parfaite hypocrisie doublée d un asservissement à la puissance publique, gage de maintien dans un paradigme conservateur des avantages acquis..)

  38. Tartampion says:

    lorsque la majorité des salariés de notre pauvre pays auront compris que le premier bénéficiaire de leur travail, ce ne sont pas les salariés eux mêmes, ce ne sont pas les patrons, c est l ensemble des impôts taxes droits prélèvements obligatoires et j en oublie…
    c est à dire que ce pactole (le fameux gâteau tant convoité) est confié à un aréopage d agents que nous imaginons sérieux, compétents et bien intentionnés…! nous irions même jusqu à penser (en bons bisounours…, et nous le sommes !) que chaque citoyen peut être correctement informé de la bonne gestion de ces centaines de milliards d euros (et qui donneraient le vertige à plus d’un…!)
    Est il utile de développer??

  39. Non le.beneficiaire du pactole n est pas l etat mais tous les bénéficiaires de l etat.providence par exemple 12% de chômeurs au dernier controle qui n ont pas recherché d emploi ! Etc etc il serait temps de revenir a la rigueur!

    • De la rigueur sur les chômeurs, il y en a plus aujourd’hui dans les contrôles, mais quand vous connaissez, et c’est une réalité malheureuse, l’inconsistance, l’incompétence et l’inefficacité de cette structure appelée Pôle Emploi, il y a vraiment de sérieuses questions à se poser et il serait temps de donner ce rôle au privé avec un cahier des charges précis.

  40. Oui pole emploi n eqt pas tres efficace pour trouvzr des job mais confie deja ce boulot en partie a des boîtes prives dont c est le metier et ce depuis longtemps

  41. Tartampion says:

    @jean
    vous vous inscrivez totalement dans l intox des tenants du pouvoir (et du pactole !)
    un bisounours qui accuse d autres bisounours (les bénéficiaires de l assistanat généré en haut lieu) sans vous poser la question première de savoir si les conditions d emploi en France sont favorables; ainsi que les conditions d entreprendre également.
    sans chercher à comprendre les bons résultats d autres nations contre le chômage.
    vous sentez vous capable de créer une entreprise basée sur des prestation de services où vos employés vous coûtent 2 a 3 fois leur salaire net (avec ou sans IR) cad qui ne seront pas satisfaits du rapport entre l effort produit et ce qu ils en retirent au final, d une part,
    et ensuite quand vos clients ne seront pas preneurs de votre offre de prix au vu d une concurrence forcément plus compétitive.
    si vous pensez trouver des salariés athlètes de la performance tout en étant de parfaits ascètes,
    alors je vous recommande de vous lancer, non pas au nom de la France, mais dans l intérêt de tous les services administratifs qui vont prétendre gérer la fameuse redistribution, comme si un euro ponctionné était entièrement reversé…

  42. julien bonnetouche says:

    @ tartempion et aussi à ceux qui pensent franco-français,

    Nous étions il y a 150ans avec l’Angleterre la première puissance du monde.
    Aujourd’hui nous sommes devenus une puissance secondaire, et demain nous serons un nain politico-économique.

    Les jeunes et les générations futures qui ne prennent pas conscience de cela sont voués à la paupérisation.

    Si ils veulent rester au niveau de ce que l’histoire de notre pays pourrait leur faire espérer, ils doivent se mondialiser, c’est à dire penser en d’autres langues et cultures que la notre, et surtout en anglais..

    Ils doivent pouvoir aller travailler dans d’autres pays sans difficultés ni dans frein, de façon à rester dans le coup des nouvelles technologies. et éventuellement de trouver des idées à exploiter.

    Ils doivent aussi pouvoir choisir le pays qui leur convient sur le plan fiscal, de manière à ne pas être lessivé.

    Bref ils doivent envisager dès le départ une autre vie que celle de leurs parents.

    Ils doivent se dire que leur pays ce n’est pas la France mais le monde, même si à un moment ou un autre ils peuvent souhaiter revenir vivre ici.

    • Tartampion says:

      @jb
      Je comprends mieux vos messages précédents maintenant.
      triste constat pour la France qui deviendra ainsi une lointaine province du village mondial.
      toute la question d une mondialisation en marche.
      le constater c est déjà faire preuve de réalisme, mais faut il souscrire a cette « désertification » de notre nation
      ça semblerait être le choix de notre président.
      bientôt toute la France (hormis le  » dessus du panier » ) seront des  » gilets jaunes » devant une gouvernance mondiale (chinoise?) qui ne conviendra à personne au final (il est trop tôt…)
      je ne suis pas favorable à cette fuite de responsabilité.

    • « Aujourd’hui nous sommes devenus une puissance secondaire, et demain nous serons un nain politico-économique ».

      Oui, mais pourquoi ????
      Avant de solutionner un problème ou tout au moins d’essayer, il faut tout d’abords le comprendre, comprendre son origine, sans idéologie en faisant preuve de réalisme, voire d’autocritique !
      Alors quelle est votre analyse sur cette origine, Mr Julien Yaca ! 🙂 🙂

    • Bof, discours gnangnan qui oublie un peu vite que des pays bien moins peuplés que le nôtre (Suisse, Norvège, …) s’en tirent très bien. Ce qui compte : l’unité, la cohérence, économique, mais aussi culturelle. Ce qui n’est pas la caractéristique principale des pays noyés sous le discours mondialiste-multiculturaliste…

  43. Alors que j’essaye d’investir quelques minutes post-prandiales du dimanche dans le granddebat.fr je lis 7,5% des suisses en dessous de leurs seuils de pauvreté (en gros moins de 2000 Frs pour une personne) et 15 à 20% en France. Conclusion évident pour un énarque, syndicaliste ou politicien : Notre modèle social est à renforcer avec célérité vers plus de dépenses sociales, augmenter les prélèvements afin d’en donner une partie aux plus démunis … !

    • Tartampion says:

      @philippe
      humoristique ou puéril ?
      dans le deuxième cas vous devriez internet nventer la dictature du Père Noël!

  44. « Ils doivent se dire que leur pays ce n’est pas la France mais le monde, même si à un moment ou un autre ils peuvent souhaiter revenir vivre ici. »
    Ce n’est pas franco-français, Juju, , l’adjectif est un tantinet méprisant et marqué au sceau de la vue basse et des idées limitées.

    Et c’est bien là l’insigne douleur pour beaucoup….. car avoir le plus beau pays du monde (oui) et se dire que cela suffira pour les vacances (pour l’instant)……est un lot de consolation bien minable.

    La mondialisation des cerveaux et talents, oui, je l’ai anticipée et vécue bien avant le grand trend que l’on nous serine, mais l’ouverture au monde peut très bien se faire de son tas de fumier natal (« comme des gerfauts , etc….. »), croyez-moi, si le cadre national s’y prêtait.

    Quitter son pays à cause d’un parasitisme de nomenklatura monstrueux bien ancien, qui enfin apparaît maintenant parce que l’intérieur du sandwich social est durement touché, quitter son pays à cause de cinglés idéologiques (Venezuela, Cambodge..) qui rejoignent les premiers cités ne se fait pas de gaieté de coeur, bref se déraciner est toujours douloureux, car l’on est rattrapé par ce que l’on n’imagine pas, comme le vécut si mal Stefan Zweig.

    Sauf à être nomade dans l’âme ou par conversion (merci Attali), le plus souvent c’est la nécessité qui fait partir, pour gagner sa vie ou la couler sous des cieux plus cléments.

    Le corollaire pas toujours obligé de la mondialisation est la mobilité géographique inter-nations, curieusement parfois plus répandue que l’inter-régions.
    Le pendant du retour de balancier de la démondialisation sera , augmenté d’un pétrole plus restreint et affecté prioritairement à d’autres fonctions que de brûler du kérosène en l’air, la coagulation de la mobilité.
    Les précédents fâcheux entre la Canada, la Chine les USA en rétorsion à des arrestations réciproques laissent aussi augurer du … « pas terrible », selon les régions du monde où on aura malheur ou bonheur de se trouver pour affaires ou voyages, les extensions à des quidams pas vraiment « Huawei » pouvant toujours être possibles…… il y a tant de baptisés « espions » paraît-il……

    Bref, bien qu’ardent thuriféraire de la mobilité, de l’internationalisation nécessaire du patrimoine, de l’ouverture au monde, je ne peux que regretter ce nomadisme contraint pour beaucoup, rejoignant d’une certaine manière le commentaire précédent en pensant qu’une modification des fondamentaux sociétaux et politiques de la France est …hypothétique
    ….Léviathan tout entier à sa proie attaché……

    Comme signerait un brillant polémiste : « ce pays est foutu »

  45. bonsoir

    « @ tartempion et aussi à ceux qui pensent franco-français »
    C’est tout simplement méprisant. Macron a méprisé les français: ce n’était pas des franco français mais comment dire  » des gaulois illettré »,résultat : ils sont dans la rue.————–> est- un bien est-ce un mal ? à chacun d’en juger!

  46. julien bonnetouche says:

    A (presque) tous qui voient dans mes propos des quasi-insultes aux français,

    Le monde a changé tellement rapidement que nous n’avons pas eu le temps de nous en rendre compte.
    Et pourtant » les gaulois illettrés » et même beaucoup de ceux qui ne le sont pas refusent d’ouvrir grand les yeux afin de regarder la réalité en face.

    Les paysans chinois voient leur niveau de vie augmenter pendant que les « français moyens » voient le leur diminuer malgré des subventions au delà des possibilités du pays.

    Tout cela tend à terme vers une égalisation des niveau de vie sur le plan mondial.

    Il en sera donc pour la société monde ce qu’était jusque là la société nation :
    comme d’habitude, il y aura les nantis, les puissants, les loqueteux, et les faibles.

    Sauf évidemment que la partie se jouera sur l’échiquier de l’ensemble de la planète, avec, ce que nous constatons déjà, une marge de manœuvre des gouvernements nationaux de plus en plus réduite.

    Tout cela est peut être extrêmement regrettable mais il faut que nos enfants (pour nous c’est trop tard) fassent avec les cartes maintenant rebattues qui leur sont proposées, faute de quoi ils seront « largués »

    Et je dirais qu’ils doivent de dépêcher !!

    • @Julien,

      Vous avez probablement raison sur le long terme, peut-être même sur le très long terme.
      Cela nous fait une belle jambe pour le moment avec tous nos problèmes et nos incertitudes sur le court et moyen terme!
      Alors puisque c’est le sujet, faut-il les baisser ces « put…. » de retraites et prestations sociales, DEMAIN, pour réduire la dépense publique d’après demain OU PAS?

      • Mis à part la ribambelle d’économistes et de syndicalistes dogmatiques axiomisés à l’argent tombant toujours du ciel, des riches ou au pire des emprunts, reculer l’âge de la prise de sa retraite relève du bon sens. Certes il faudra tenir compte des conducteurs de TGV à vapeur avec toute la fatigue et l’épuisement que procurent des pelletés de charbon jetées tel la bête humaine ou plus sérieusement de ces ouvriers de chantiers qui ont usé définitivement leurs articulations à l’aide de marteaux piqueurs par un temps glacé et pluie fine aux aurores.
        Cela ne suffira certainement pas et il faudra des tas d’économies et condamner des tas de robinets à fric tellement les joints ont été rongés par des rats opportunistes.

  47. julien bonnetouche says:

    Bonjour Michel 2,

    Deux choses :

    – je ne crois pas que l’évolution que nous subissons soit de long terme.
    Je veux dire qu’elle durera dans le temps, mais que son évolution est très rapide.

    Vous qui êtes plutôt « matheux » vous devez vous rendre compte que l’évolution technologique, qui est le support du nouveau monde est de type, au minimum géométrique, et peut être exponentiel.
    Nous subissons plus ou moins la loi de Moore.

    Et les pays « neufs » sur le plan technologique comme la Chine, l’Inde, l’Asie globalement, mais aussi les USA, n’ont pas les mêmes freins que notre « vieux pays » dans ce domaine. Ce qui signifie pour eux une adaptation beaucoup plus simple, d’autant plus que tous ou presque parlent la langue de l’innovation, c’est à dire l’anglais, le bilinguisme étant la règle générale dans le monde.

    Il y a donc un danger vital pour nous, à ne pas nous adapter avec la même célérité que le reste du monde, qui par ailleurs représente plusieurs milliards d’individus.

    – Pour répondre à votre question sur l’immédiateté des réponses à faire :

    Oui ce qui est frappant, ce sont les revendications des gilets jaunes, qui ne portent que sur le présent, et rien sur le futur :

    Taxes, pouvoir d’achat, 80Km/H…

    On voit bien le décalage quand Macron répond : formation !!

    Alors certainement, il faut faire rapidement des économies, de manière à donner de l’oxygène et de la compétitivité aux entreprises dans le but de produire plus.

    Augmenter l’age de la retraite, baisser progressivement les retraites, réduire les prestations sociales globalement sont indispensable pour se mettre à niveau.

    • Bonjour Julien,
      Je comprends bien votre point de vue.
      Vous dites:
      « vous devez vous rendre compte que l’évolution technologique, qui est le support du nouveau monde est de type, au minimum géométrique, et peut être exponentiel. Nous subissons plus ou moins la loi de Moore. »
      Ce que je me rends compte – en ce moment, cad depuis 5 à 10 ans – c’est qu’il y a effectivement une forte évolution technologique, venu principalement des 2 grands US et Chine, et en même temps une stagnation, voire une régression en Europe et EN FRANCE, sur le plan sociétal et celui de la liberté avec une tendance à l’appauvrissement de la moyenne des individus qui composent cette société.
      Mais je crois que cela n’est qu’un passage, comme historiquement il y en a eu des dizaines ou des centaines, et que nous le surmonterons. C’est pour cela que je voyais votre analyse précédente sur du plus long terme en espérant que « ce passage » ne passe pas par une étape catastrophique avant de renaître.

  48. julien bonnetouche says:

    Michel 2

    En somme nous voyons la même chose, sauf que vous êtes plus optimiste que moi !!

    En effet vous considérez la décroissance française comme cyclique et moi je la vois linéaire.

    L’Histoire est certes une référence, mais là, je crois bien que le tournant est beaucoup plus raide que par le passé.

    la violence dont font preuve certains gilets jaune, toujours soutenus par la moitié de la population est de mon point de vue la partie émergée d’un iceberg à l’intérieur duquel les gens se sentent prisonniers :
    ils se rendent compte qu’ il n’y a aucune issue possible pour eux au problème d’adaptation au nouveau monde.

    Alors ils se cantonnent à des demandes de nature immédiate, et soutiennent la violence sans y participer, tout en espérant ainsi éloigner un peu le mur qu’ils voient grossir à l’horizon.

  49. « … la partie émergée d’un iceberg à l’intérieur duquel les gens se sentent prisonniers ».

    Vous avez raison, il n’y a pas de solutions dans le repère (au sens mathématique) où notre pays évolue aujourd’huis. Il faudra donc passer par un « chaos », pour admettre et pouvoir faire changer ce paradigme et ensuite repartir sur un nouveau, lesté des erreurs du passé et prenant en compte les enjeux du futur, la mondialisation en étant une composante essentielle.

  50. Petite bombinette dans le Grand Débat: Chantal Jouanno lâche le morceau via Mediapart et l’arroseur arrosé et certains vont rire jaune https://drive.google.com/file/d/1pDRSS25sl203BPA0JIMNnlOtaAwMJCqb/view

    • Patrick D says:

      Très intéressant cet article. Merci.

    • Décidément c’est amateur sur amateur. Quelle déception de voir ces gens comploter !

      • Pas si vite, ce pouvoir politique doit être réellement grisant pour en arriver là et compte tenu de la pression des différents sujets arrivant en continu sur le bureau recouvert de la fine fleur de peau de vache dorée à l’or fin, pour tenir, faut devoir jongler, utiliser des tas de bananes. Du Satanas et Diabolo en quelques sortes.
        Pas certain d’avoir envie d’être à leur place.
        Le mieux c’est d’être élu, faire un mandat et surtout ne pas gagner les prochaines élections. Ensuite t’es payé sans stress jusqu’à la fin de tes jours.

        • En tous cas, outre la rémunération à 16000 € mensuel, coup de chapeau à Chantal Jouannao qui a su ne pas se laisser embringué et enfermé dans ce panier de crabes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.