La monnaie, c’est la confiance. C’est alors que dans un monde complexe ou tout est remis en cause, vous êtes de plus en plus nombreux à avoir perdu la confiance dans la monnaie, qu’elle soit Euros, Dollars ou autres, et donc à rechercher à transformer une partie votre argent dans une monnaie ou autre chose dans laquelle la confiance est supérieure. 
 
 

La monnaie, c’est la confiance, un lien social structurant, qui nous relie à autrui.

Michel Aglietta présente la monnaie en ces mots (source : La confiance dans la monnaie est l’alpha et l’oméga de la société :

« La confiance dans la monnaie est l’alpha et l’oméga de la société. Institution fondamentale de la société, la monnaie participe de la souveraineté. Avoir confiance dans la monnaie, c’est avoir confiance dans l’institution qui la légitime, dans le souverain, dans l’ordre social. Elle permet d’accepter le collectif comme supérieur à l’individuel. Cette notion n’a aucun sens dans la théorie économique pure, qui ne reconnaît a contrario que les individus et où le collectif s’identifie au système des prix d’équilibre.

Mais la forme supérieure de la monnaie, qu’on appelle la liquidité, peut être appropriée individuellement, puisque la monnaie est aussi un objet particulier, le cash. C’est là que réside la contradiction qui lui est inhérente. D’un côté, elle appartient au collectif et exprime la loi sociale en permettant aux échanges d’être cohérents. Mais, dans le même temps, les comportements privés, lorsqu’ils se polarisent sur la liquidité, comme ils le font dans les crises financières, perturbent gravement les engagements financiers. La préférence pour la liquidité, lorsqu’elle devient absolue, peut détruire l’ordre monétaire lui-même et donc l’économie.

N’oublions pas qu’à partir de septembre – octobre 2008 le système interbancaire international s’est gelé et l’ensemble de la finance mondiale a été paralysée. Elle a été sauvée exclusivement par les banques centrales, donc par la monnaie, non par une soi-disant capacité des marchés financiers à retrouver spontanément leur équilibre. C’est la monnaie comme collectif qui a rétabli la confiance que la fuite privée dans la liquidité détruisait. L’obsession de chacun pour la liquidité se constate, de façon répétée, dans les périodes de crise parce que la perte de confiance dans la validité des créances et dettes futures exprime une contraction de l’horizon économique. La fuite vers le cash est un comportement individuel parfaitement rationnel devant l’incertitude. Mais il est collectivement destructeur. »

Fuir la monnaie, c’est rechercher la confiance ailleurs

Puisque la monnaie n’est qu’une question de confiance, ne faut il pas voir l’émergence de nouvelles monnaies et notamment la bulle médiatique autour du Bitcoin, comme la recherche d’une monnaie dans laquelle vous aurez une confiance plus forte ?
La valeur de ces « monnaies nouvelles » s’inscrit donc dans un rapport direct avec la perte de confiance des monnaies classique. La valeur du Bitcoin n’est elle pas dépendante de la perte de confiance dans les monnaies classiques ? Quel est l’avenir de ces monnaies lorsque la confiance dans les monnaies classiques  sera restaurée ?
 
En réalité, la monnaie à une double valeur :
 

Une valeur d’échange qui autorise le commerce et l’échange de biens et de services. 

Dans une telle hypothèse, la valeur de la monnaie n’a probablement que peu d’intérêt. Ce qui importe n’est pas tant la valeur de la monnaie, que la valeur d’usage du bien ou service produit. Lorsque votre compétence est de guérir les personnes, votre valeur d’échange est importante et permettra toujours d’obtenir davantage de contrepartie qu’une personne dont la compétence est limitée et commune.
C’est alors que la meilleure monnaie, dans sa valeur d’échange, tient dans la capacité de chacun à créer de la valeur et donc de l’usage. Demain, si l’euro devait disparaître et le Franc revenir, celui qui apportera une valeur supérieure disposera d’une contrepartie monétaire supérieure à chaque fourniture de biens ou services. Un médecin pourra échangera toujours plus de monnaie contre son service et sa compétence rare qu’une femme de ménage, et cela quelque soit la valeur ou le nom de la monnaie.
C’est là le cœur du raisonnement que nous vous tenons depuis des années, lorsque nous vous expliquons que vous devez vous comporter comme entrepreneur de votre patrimoine et oublier sa valeur future pour vous concentrer sur sa capacité à générer une haute valeur d’usage. Nous l’écrivons dans ces quelques articles « Quelle stratégie d’investissement et de placement pour 2017 ? » , « Investir dans les biens tangibles ? Le meilleur investissement face à un monde devenu fou« , et encore « L’épargne est une erreur, débarrassez vous en avant qu’il ne soit trop tard ! »
 
 
 

Une valeur de stockage. La monnaie, c’est aussi une réserve de valeur.

La monnaie, c’est aussi une manière de stocker l’accumulation de valeur. La confiance dans la valeur future est alors fondamentale pour le stockeur de monnaie qu’est l’épargnant. C’est alors que celui qui n’a pas confiance dans la valeur future de la monnaie classique va chercher à fuir la monnaie en allant chercher la confiance ailleurs.
C’est alors que l’on constate :

  • Une recherche forte pour investir la monnaie stockée dans l’économie réelle et notamment l’immobilier. L’immobilier est une solution efficace pour stocker une monnaie. En transformant la monnaie est quantité de travail d’un maçon, vous vous mettez à l’abri de la perte de valeur future de la monnaie (car la valeur de votre immeuble ne dépend pas tant de la valeur de la monnaie mais de la valeur de l’heure de travail du maçon). Attention, tout de même à la valeur spéculative du terrain à bâtir qui repose uniquement sur la spéculation et donc sur la valeur de la monnaie. 
  • Une recherche forte de monnaies alternatives dans lesquelles la confiance sera supérieure. Puisque l’épargnant doute de la valeur future de la monnaie dans laquelle la valeur de son épargne est exprimée, celui ci va rechercher à changer de monnaie de stockage. Il peut s’agir de transformer ses Euros en Dollars, en Franc suisse, Couronne danoise, Bitcoin, Or, … Il s’agit de chercher une autre monnaie dans laquelle la confiance et donc la valeur de stockage à long terme sera supérieure. 

 
 

Quelles sont les perspectives des crypto-monnaies telles que le Bitcoin ?

Pour comprendre les perspectives, il peut être utile de réfléchir à l’utilité de ces dernières : Est une valeur d’échange, une valeur de stockage ou les deux ?
Pourquoi aurions nous davantage confiance dans le Bitcoin par rapport aux autres monnaies ? Le Bitcoin dispose t’il de sa propre confiance ou profite t’il de la moindre confiance dans la monnaie classique ? 
Alors que la technologie blockchain n’est pas encore fiable, la spéculation n’est elle pas maximale ? L’OR n’est il pas une monnaie de stockage de valeur moins aléatoire ? La perte de confiance dans le Bitcoin ne pourrait elle pas être fulgurante ?
Pourquoi faire compliqué avec le Bitcoin alors que l’on peut faire simple avec l’OR ?
 
 

Qu’en pensez vous ? Quel avenir pour le bitcoin et autres nouvelles monnaies ?

 
ps : La meilleur manière pour se protéger contre un éventuel effondrement de la monnaie, c’est de ne plus en avoir… c’est à dire abandonner l’idée de l’épargne pour transformer votre monnaie en investissement capable de générer une haute valeur d’usage, dont la valeur relative vous protégera contre l’évolution de la monnaie.

Leblogpatrimoine.com vous conseille dans la gestion de votre patrimoine
Bilan patrimonial
  • Conseil en gestion de patrimoine INDÉPENDANT
  • Un tarif unique de 89€ TTC, sans surprise
Découvrir le service
Assistance patrimoniale
  • Un abonnement pour un accompagnement patrimonial PREMIUM
  • Un tarif unique de 350€ / mois, sans surprise, sans engagement de durée
Découvrir le service
Livres et formations

3 livres pour vous former et apprendre à gérer votre patrimoine

Découvrir les livres

22 commentaires