Assurance vie et gestion de patrimoine

La bataille fait rage entre les experts : Allons nous tout droit vers une inflation généralisée ou au contraire sommes nous en déflation ?

C’est vrai qu’historiquement, l’injection massive de liquidités dans le système économique à tendance à créer de l’inflation, mais faut il encore que les agents économiques (ménages et entreprises) aient confiance pour investir et que la politique de rigueur n’entraîne pas une récession.



Injecter des liquidités pour relancer la croissance est indispensable mais les agents économiques doivent utiliser cet argent pour investir et non seulement pour thésauriser et rembourser leur dette.

Aujourd’hui, bien malheureusement, on constate que l’enchainement des injections de liquidités « Quantative Easing 1 ; 2; 3 »  ne sert plus la croissance et l’activité économique. Les entreprises, les ménages et les états préfèrent rembourser leur dette et épargner plutôt que d’utiliser les liquidités à leur disposition … un peu comme les japonnais depuis la crise des années 1990.

 

 

 

 



 

 

 

Sondage : Inflation ou Déflation ?

[poll id= »10″]

 

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois d’Octobre 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux

 

Quels investissements, quels placements en cas d’inflation ou de déflation ?

De manière très générale, alors que l’inflation nous encourage à investir dans des actifs réels, protecteurs contre la hausse généralisée des prix, la déflation nous oblige à nous écarter de ces investissements pour rester liquide.

Face à une baisse généralisée des prix, il convient de conserver ses liquidités, qui, à défaut de rendement attrayant, permettront d’éviter de perdre son capital. Et surtout, en période déflationniste, il ne faut pas être endetté !! car si la valeur des actifs baissent, la valeur du crédit, lui reste identique.

 

Inflation ou déflation, quels placements ? Quels investissements. Ce qu’il faut faire ou ne pas faire.
INFLATION
DÉFLATION
OU INVESTIR OU NE PAS INVESTIR
Dette (surtout à taux fixe)En période inflationniste, il faut être endetté. C’est l’inflation qui permet de rembourser la dette sans effort. Obligations (attention aux contrats d’assurance vie en €).Pour plus de détail, Cf notre article : Faut il garder votre contrat d’assurance vie malgré la baisse des rendements ?
Actions (croissance économique favorable aux entreprises). Pour plus de détail, cf notre article : L’investissement action pour protéger votre patrimoine contre l’inflation ? – Partie 2- Trésorerie.
Or (or physique : protection du capital mais pas de rendement; Mines d’or : chiffres d’affaire et résultats indexés) et matières premières.
Immobilier / actifs fonciers (protection du capital et des revenus; mais mesures possibles d’encadrement des loyers).Mais prudence néanmoins sur la valeur du foncier. Pour cela, vous pouvez lire nos articles : Protéger son patrimoine contre l’inflation : L’immobilier – Partie 1 – et Le prix des terrains à bâtir, facteur d’ajustement dans la baisse de l’immobilier.
Salaire Rente non indexée, retraite (revalorisation < taux d’inflation)
OU INVESTIR
OU NE PAS INVESTIR
Obligations (surtout à taux fixe). Le taux d’intérêt est toujours préférable au rendement négatif lié à une baisse des prix.
Dette. S’endetter devient onéreux et contrairement à l’inflation, le montant du remboursement devient de plus en plus important. Au gré de la baisse des prix, le montant de la mensualité reste identique.
Trésorerie. La rémunération proposée et garantie par l’établissement bancaire évitera de perdre son capital.
Actions (récession économique défavorable aux entreprises)
Or et matières premières. La récession doit entrainer une baisse de la consommation des matières premières et donc une baisse de leur prix.Cf analyse de Natixis sur le prix du baril qui devrait être actuellement à 60$ : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=66173
immobilier / actifs fonciers. Les loyers ont tendance à baisser, pour maintenir un rendement locatif, les prix doivent s’ajuster à la baisse.Les taux restent bas, mais la demande des potentiels acquéreur est faible.
Salaire, rente non indexée, retraite.
(revalorisation à la baisse improbable)
Être au chômage

Merci à PRIMEVIEW et ARKEON  à la source de cette réflexion…

 

Dans le prolongement de cette analyse, je vous encourage à lire cet article publié par la recherche économique de NATIXIS : Regarder le Japon permet de prévoir les marchés financiers de la zone euro :

L’équilibre économique du Japon depuis la fin des années 1990 a des caractéristiques qui vont être très voisines de celles de la zone euro dans le futur :

  • baisse des salaires, ce qui entraîne désinflation (au Japon, inflation négative), recul de la demande intérieure et de la croissance, profitabilité très élevée et excès d’épargne des entreprises (avec des profits supérieurs aux investissements) ;
  • la faiblesse de la croissance et l’amélioration de la compétitivité avec les baisses de salaires conduisent à des excédents extérieurs structurels ;
  • les agents économiques privés se désendettent, mais en conséquence le déficit public reste à un niveau très élevé, ce qui impose une forte création monétaire avec le financement monétaire des déficits publics.

 

Les effets sur les marchés financiers sont assez naturels :

  • la faiblesse de la croissance nominale et l’importance de la création monétaire font baisser fortement les taux d’intérêt nominaux à toutes maturités, mais la faible croissance nominale est mauvaise pour la valorisation des actions ;
  • le niveau élevé de la profitabilité des entreprises et leur faible prise de risque (désendettement, faible investissement) sont favorables au marché des obligations d’entreprises ;
  • le désendettement est défavorable au marché de l’immobilier ;
  • la présence d’un excédent extérieur chronique conduit à une appréciation du change, sauf lorsque la devise est utilisée par les carry-trades en raison des faibles taux d’intérêt ou s’il y a des crises financières.

 

Il nous semble que regarder la situation du Japon à partir de la fin des années 1990 pour prévoir celle de la zone euro dans le futur a du sens puisque les deux équilibres économiques sont similaires : croissance faible, désinflation, recul des salaires réels, profitabilité très élevée et excès d’épargne des entreprises, excédent extérieur, désendettement du secteur privé, déficit public élevé financé par la création monétaire.

 

L’observation des marchés financiers au Japon permet alors de définir l’allocation d’actifs convenable dans la zone euro :

  • surpondérer les obligations nominales et les obligations d’entreprises ;
  • sous-pondérer les actions et l’immobilier ;
  • prendre en moyenne une position longue sur le change.



Ces autres articles devraient vous intéresser :


9 Comments

  1. Fredy Gosse says:

    question et encas de stagflation on fait quoi?

    • Bonjour,

      La stagflation, c’est de l’inflation sans croissance. Il faut donc éviter d’investir dans les actions. Sinon, cela reste de l’inflation

      • Fredy Gosse says:

        un peu plus compliqué Guillaume ayant vécu cette période j’ai perdu de l’argent aussi dans l’immobilier… quant aux intérêts inférieurs à l’inflation on payait quand même des impôts sur un faux revenu (vieille habitude)

  2. Bonjour,
    Tout d’abord, félicitations pour ce blog, infos claires, concrètes et bons commentaires notamment.

    Un petit commentaire qui vaut ce qu’il vaut: l’inflation n’est plus mesurée comme il y a 20 ans. Plusieurs études US et en Europe donnent une « vraie » inflation à environ 5% depuis des années, ce qui change selon moi beaucoup de choses (j’oublie l’inflation fiscale présente et à venir).
    Bien sûr une maison reste une maison, tout comme un lingot permet théoriquement d’acheter à des moments donnés des biens réels, il me semble que c’est aussi ainsi que l’on mesure l’inflation, pour comparer dans le tempsla valeur des choses.

  3. Fredy Gosse says:

    je rejoins les compliments Guillaume je parle de stagflation car nous l’avons connu en France avec les chocs pétroliers des années7O
    je vous joins un lien qui peut intéresser sur le sujet de l’inflation
    http://www.causes-crise-economique.com/inflation.htm

  4. Les défenseurs de la thèse selon laquelle l’inflation annoncée est sous-estimée par rapport à l’inflation réelle se base en général sur la composition du panier des Indices de prix à la consommation (IPC). Et de la variation de la composition de ce panier.

    Par exemple en mettant en avant une surpondération des produits technologiques dans le panier (dont le prix a surtout déflaté ces dernières année via une production délocalisée à bas coût)

  5. Pour une version alternative sur l’inflation et en rejoignant le commentaire de Julien, veuillez trouver ce rapport disponible sur shadowstats.com (par exemple Grphique page 29): http://www.shadowstats.com/article/no-414-hyperinflation-special-report-2012.pdf

  6. Fredy Gosse says:

    une différence avec le Japon ;traditionnellement le Japon était un pays fortement exportateur …. c’est à dire le contraire de la France

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*