Un nouvel article publié par notre lecteur Henri F. autour de la théorie de l’effondrement et surtout des solutions pour y faire face.

Finance résiliente et transitionnelle

Bonjour à tout.te.s, et merci pour vos commentaires nourris à mon précédent billet (Comment réorganiser son patrimoine face à l’effondrement financier à venir ? Du 7 janvier 2019).

Les discussions ont porté un peu sur l’aspect financier et la résilience de l’habitat, et surtout sur le degré de pertinence de la perspective de l’effondrement, le survivalisme guerrier et les capacités d’adaptation et d’innovation des humains. Je vous en remercie tou.te.s.

Tous conseils pour mieux gérer votre patrimoine dans nos livres et guides pratiques :

– « Investir dans l’immobilier » pour réussir votre investissement immobilier ;

– « Succession » pour optimiser votre succession et réduire les droits de succession ;

– « Assurance vie et gestion de patrimoine » pour utiliser toute la puissance patrimoniale de l’assurance-vie.

Mon besoin étant toujours d’approfondir l’aspect financier, du fait que j’ai adopté l’hypothèse de l’effondrement, ma demande est que vous m’aidiez à explorer cet aspect financier, même si vous ne croyez pas en cette hypothèse (et que vous n’en adopteriez donc pas les conclusions financières). Je ne cherche à convaincre personne, juste à faire un « remue-méninge » !

Et à vrai dire, pour un CGP, il me semble que la question est intéressante : que proposer à un client qui voudrait se prémunir de l’effondrement et favoriser la transition tout en s’assurant des revenus complémentaires ?

Je vais donc reproposer un éclairage du sujet, repréciser les deux objectifs financiers et proposer des orientations et modalités financières concrètes, sur lesquelles j’attends vos amendements !

 

Catastrophe ou Métamorphose ?

Comme je l’ai dit, j’ai la conviction (ainsi qu’un certain nombre de gens, y compris parmi les lecteurs de ce blog) que le monde se meurt : dérèglement climatique, raréfaction des ressources naturelles, destruction des écosystèmes et rythme effarant d’extinction des espèces vivantes. D’ici 2050, 50 % des espèces vivantes pourraient avoir disparues !

D’après un grand nombre de spécialistes, le climat de notre planète serait complexe et sensible : une faible augmentation de la température mondiale moyenne suffirait à provoquer d’importants changements et de nombreux effets secondaires dangereux (sécheresses, canicules, cyclones, incendies géants, famines, épidémies, morbidité, dégradation des sols, montée du niveau des mers, tempêtes, exils et migrations, émeutes, conflits armés, pollutions, accidents nucléaires, etc.).



 

Chaque augmentation risque d’être pire que la précédente, à cause des phénomènes d’emballement et des seuils de rupture qui font que le réchauffement ne serait pas un phénomène linéaire, mais une courbe qui peut basculer dans l’exponentiel. Vers 2040, il est presque certain que la plupart des habitant-es de la Terre auront perdu leur habitat naturel. Y compris nous, les européens, qui seront peut-être obligés de migrer vers la Suède, la Norvège ou la Sibérie …

C’est ma conviction, mais elle n’est pas partagée par tou.te.s, et je peux le comprendre. Cette vision, qu’on peut aisément qualifier de catastrophiste, pessimiste et défaitiste, n’est pas porteuse d’avenir si on l’adopte brute, sous le coup de l’émotion, et ne peut qu’attiser les peurs, les dépressions et les démarches de renfermement sur soi (survivalisme) pour se protéger.

Si on refuse cette vision (ou qu’on la déconsidère), parce qu’on est persuadé que le pire n’est pas certains et que c’est une erreur d’appréciation, on continue alors le business as usual, par exemple le financement des énergies carbonées et extractivistes, ce qui risque d’amplifier le phénomène, et de maintenir les énormes inégalités du système néolibéral productiviste et consumériste mondial.

Si on accepte cette vision, mais qu’on pense qu’on peut encore arrêter le dérèglement, on tente alors d’améliorer les choses du mieux possible, par exemple en effectuant des financements durables et/ou climatiques, ou en finançant des innovations apparemment positives. Mais ceci à l’inconvénient d’éviter de prendre des mesures globales efficaces et donc drastiques.

 

Or, je considère que l’humanité n’est pas face à une grosse perturbation, type guerre mondiale, invasion hostile ou changement de paradigme sociétal (tel que les bascules sociétés tribales vers grandes civilisations agraires, puis vers royautés, puis vers républiques, etc.). Nous sommes au contraire faces à une destruction globale très rapide de notre lieu de vie, sans avoir véritablement d’autre endroit où aller, car tous les peuples sont concernés, sur terre comme en mer. Ce n’est pas un problème entre nous, c’est un problème contre nous tous.

En ce sens, les seuls précédents que je vois sont les extinctions massives des espèces vivantes provoquées par des changements climatiques (déluges et inondations, ou désertifications et océans appauvris et acides) ou biologiques (libération de méthane bactérien), se déroulant sur de longues périodes et donc prévisibles – par différence avec les extinctions soudaines provoquées par des événements ponctuels imprévisibles (météorites, volcans et tsunamis, explosion de rayonnement solaire, invasion hostile, etc.).

Mais à ces époques, l’humanité n’existait pas, ou aurait été au stade cueillette-pêche-chasse, sans technologies extractivistes, chimiques et électriques, ni fragiles réseaux de distributions (transports, eau, pétrole, gaz, information), ni infrastructure complexes et vulnérables (centres urbains, hôpitaux, usines, ports, centrales nucléaires, arsenaux nucléaires, chimiques et bactériologiques, etc.). L’humanité dans son ensemble pourrait donc avoir la triste opportunité de subir pour la première fois une extinction et un effondrement civilisationnel global et massif. C’est sans doute pour cela qu’il est difficile de l’envisager et de s’y préparer.

Certes, les extinctions et effondrement font partie de l’histoire de la Terre, et les catastrophes et guerres font partie de l’histoire de l’humanité. Et de plus, l’humain a démontré une forte capacité d’adaptation. Mais chaque catastrophe est une tragédie, chaque tragédie fait souffrir, c’est éprouvant à vivre et, quand on ne meurt pas, ça laisse de longues séquelles invalidantes physiquement et psychiquement.

Donc, personnellement, je souhaiterais bien éviter cela pour moi, mes proches, mes enfants, mes petits-enfants, et tous les êtres humains, ainsi que tous les autres peuples sensibles (animaux et végétaux). Je souhaite également éviter cette tragédie par respect pour tous les efforts continuels accomplis par nos prédécesseurs – hommes et femmes – pour faire progresser les choses et améliorer nos conditions de vies.

Le but est d’éviter de souffrir, sans chercher à se recroqueviller dans un bunker. Il importe donc de se métamorphoser. C’est-à-dire de remettre en cause ses croyances, ses attitudes, ses envies, ses espoirs et développer de nouvelles visions et de nouveaux comportements, tous ensemble, de façon massive. Comme c’est difficile à faire, on traîne, mais l’urgence va certainement nous mobiliser plus tôt que prévu .. (cf »Théorie de l’effondrement : « Le système actuel de représentation démocratique opère un rétrécissement de la pensée » – Entretien avec Corinne Morel Darleux« )

 

Mon autre conviction est qu’on ne peut être efficacement résilient sur le long terme que si on agit de façon solidaire et coopérative. Et donc la démarche transitionnelle doit aussi être solidaire et participative. En effet, l’entraide est aussi un très efficace mécanisme de survie et d’adaptation.

En d’autres termes, la démarche que je vous propose est peut-être assimilable à celle du « pari de Pascal » : on n’a aucune certitude si ça va s’effondrer ou pas, mais si on croit – vu les indicateurs alarmants – que ça peut s’effondrer, alors on se prépare pour être résilient (résister à l’effondrement) ainsi que pour être transitionnel (faciliter le passage d’un état à un autre). Cette option a l’avantage – même s’il n’y a pas d’effondrement – d’être très positive, car la double démarche résiliente et transitionnelle favorise le bien-être pour tou.te.s, y compris en conditions hostiles. Et il n’est pas trop tard pour bien faire …

 

 

Objectifs financiers

Donc, dans la mesure où nous sommes encore en mesure de prévoir les choses, et de nous adapter, je vous propose de continuer à réfléchir à ce qui pourrait être réorganisé dans le domaine financier et patrimonial pour atteindre le double objectif suivant :

1 – être résilient, afin de pouvoir disposer de revenus le plus longtemps possible à travers les probables crises, crash, pénuries et troubles à venir ;

2 – être transitionnel, afin de concourir à la limitation de la perturbation environnementale et à la préparation des nouvelles conditions d’existence (plus frugales et solidaires).

Vous noterez que, contrairement à ma première proposition, il ne s’agit pas seulement de résilience, mais il s’agit aussi, voire surtout, de ce qui peut favoriser la transition, par réorientation du fléchage des investissements (et de l’épargne) vers moins de productivisme et de consumérisme orienté profit. Protéger ses liquidités et capitaux ne suffit pas, il importe aussi de contribuer au maximum à la transition écologique, économique et sociale.

Comme le disait Guillaume, dans son billet du 25 août 2017 : « Préparer votre patrimoine à la révolution « écologique » et « développement durable » qui s’impose » : 

« Il est fondamental d’investir, non pas pour s’enrichir et valoriser toujours plus votre patrimoine, mais pour maintenir votre cadre de vie de demain ou après demain ! »

 

 

Modalités pratiques (à affiner)

Les orientations financières et patrimoniales que j’entrevois, et que j’ai amendées en fonction de vos remarques, sont donc dans cet esprit :

 

Essentiellement investir (par différence avec épargner) dans :

1- L’IMMOBILIER TRANSITIONNEL

  • plutôt l’immobilier de rapport résidentiel (respectueux des normes énergétiques garantes d’un confort optimal et d’une consommation énergétique limitée)
  • plutôt en acquisition de maison écolo finie, qu’en construction neuve (pour éviter les 2 ans de délai au moins)
  • essentiellement, en plus de la résidence principale, sous la forme de location meublée (LMNP/LMP et bail mobilité), afin que ce soit une activité économique active, adaptée aux mutations sociétales à venir (précarités, mobilités, colocation, transgénérationnel, migrations, etc.)
  • peut-être du PINEL en rénovation ?
  • plutôt en province, voire en zone rurale (pour pouvoir avoir accès à l’eau et à une surface cultivable) – donc pas en centre ville (à cause de la fragilité des réseaux de distribution, des conditions climatiques et de la pollution de l’air)
  • plutôt dans des habitats groupés qu’isolés (pour pouvoir faire jouer la solidarité)
  • éventuellement, et en direct, dans des SCPI de rendement (diversifiées, spécialisées hors bureaux ou investissant à l’étranger)

 

2- LES ENTREPRISES TRANSITIONNELLES

  • aucune entreprise extractiviste ou ne cherchant pas sérieusement à décarboner son activité
  • les énergies renouvelables et le stockage de l’électricité
  • l’efficacité énergétique (tertiaire et industrielle)
  • l’agriculture durable (donc plutôt végétale), dans une exploitation en bio (ou reconversion)
  • les forêts durables (pour la qualité des sols, de l’eau et de l’air) et l’agroforesterie
  • la dépollution et le recyclage
  • la mobilité électrique n’est pas envisagée car, pour l’instant, les batteries aux terres rares font partie du monde extractiviste

 

Ces investissements seraient faits :

  • en visant 2 à 3 points de rendement (net de frais) au dessus de l’inflation (c’est-à-dire pas de perte, mais pas de gains à deux chiffres basés sur la spéculation et l’évasion fiscale)
  • en évitant la bourse (y compris les produits structurés et les produits indiciels) et les positions spéculatives
  • peut-être en investissant dans des foncières cotées ?
  • peut-être en conservant (de préférence en titres vifs, voire au nominatif) des valeurs cotées dans la construction, le BTP et les transports, et quelques autres valeurs bien ciblées au regard de la transition ?
  • peut-être en investissant dans des PME de micro-promotion résidentielle (ou marchand de bien) ne faisant pas appel au crédit ?
  • en évitant aussi les marchés de taux (afin de ne pas devoir rembourser même si la banque ou l’état fait faillite)
  • en évitant le crédit bancaire et l’endettement (donc renoncer à l’effet de levier du crédit)
  • en ne cherchant pas la plus-value à terme (actions, titres participatifs) mais en cherchant le revenu régulier (obligations, minibons, rentes, royalties)
  • plutôt en dette privée (crowdlending)
  • plutôt en direct, en évitant les produits internes aux banques ou aux assureurs
  • peut-être conserver en assurance-vie des fonds euros immobiliers ?
  • dans le cadre de clubs d’investisseurs (type Cigales ou club deals), des GFA/GFF, ou d’associations d’épargnants (afin de ne pas rester seul, ni être en dépendance des analystes financiers, des gestionnaires d’actifs ou des places de marchés)
  • peut-être dans un cadre juridique collectif au sein d’une famille ou de proches en confiance (type société civile patrimoniale, à prédominance immobilière) ?
  • en liens avec des blogs comme celui-ci ! (toujours pour favoriser l’intelligence collective)
  • en maintenant une forte diversification (thématique, géographique, forme d’investissement, duration des obligations privées, etc.), voire hétérogénéité, voire multidevises ?
  • en privilégiant les investissements solidaires et coopératifs (notamment dans l’économie sociale et solidaire)

 

En complément :

  • disposer, chez soi (et/ou dans une institution financière faiblement systémique type La Nef), de liquidités en espèces, en pièces d’or et d’argent, voire en monnaie locale (si elle ne fond pas trop vite), afin de pouvoir financer sa subsistance si les comptes bancaires et assurances devenaient à accès restreint ou étaient bloqués
  • accepter de perdre de l’argent en opérant cette transformation (mieux vaut, à mon avis, perdre un peu en prévention que perdre quasi tout en situation)
  • concernant les investissements locatifs au plus fort de la crise, si les locataires deviennent insolvables, au moins des humains seront logés (par différence avec un « emprunt Russe » qui s’évanouit en pure perte) ; et donc, sans doute, prévoir ces investissements locatifs plus ou moins proches de chez soi pour pouvoir aller percevoir les loyers en trocs ?
  • veiller quand-même à l’optimisation juridique (partage familial, transmission) et fiscale
  • investir dans la résilience de nos habitats (isolation thermique, auto-production d’énergie, sécurisation de la ressource en eau potable et en bois de chauffage, sécurisation alimentaire, solidarité locale) et peut-être aussi sa sécurité physique collective (car les pillards ont existé de tous temps)
  • investir à plusieurs dans la résilience locale : https://sosmaires.org/
  • compléter sa compréhension :
    http://www.collapsologie.fr/
    http://adrastia.org/
    https://www.institutmomentum.org/
  • développer ses compétences en intelligence émotionnelle et relationnelle (expression des émotions, écoute empathique, résolution de conflits sans perdants, etc.), afin d’éviter la violence en cas de difficultés sociales
  • dans tous les cas, rester les pieds sur terre, la tête froide et le cœur ouvert …

 

Bien à vous tou.te.s
Henri F

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.
 

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques


74 Comments

  1. Fredy Gosse says:

    A hypothèse fausse conclusions erronées .En cette période de vœux je vais juste recommander à l auteur de s abonner. ou de lire régulièrement contrepoints
    C est moins anxiogène que la fin du monde de l auteur qui en sauveur du monde le detruirait

    • L’auteur donne effectivement son point de vue, mais sous l’angle de l’hypothèse en effet…

      Une hypothèse est une proposition ou une explication que l’on se contente d’énoncer sans prendre position sur son caractère véridique, c’est-à-dire sans l’affirmer ou la nier. Il s’agit donc d’une simple supposition, appartenant au domaine du possible ou du probable. Une fois énoncée, une hypothèse peut être étudiée, confrontée, utilisée, discutée, etc…

      Ce qui m’effraie le plus, c’est l’absence de débat que suscite ce post…
      En quoi, selon-vous, cette hypothèse serait erronée?
      En quoi, toujours selon vous, l’auteur contribuerait à « détruire le monde »?

    • Jamais vu autant d’âneries autant condensées sur la première partie de cet article !

      Oui, de simples conjectures sans AUCUNE preuve !
      Allez la prochaine fois écrire vos articles sur Radio Ecolo-bobos, vous y trouverez de bons paroissiens, prions pour eux, amen !

      Par exemple:
      « rythme effarant d’extinction des espèces vivantes. D’ici 2050, 50 % des espèces vivantes pourraient avoir disparues ! »

      http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/05/19/lextinction-des-especes-serait-moins-rapide-que-prevu/

      Et puis sachez que maintenant que n’importe quel génome vivant peut être décodé en quelques minutes et « retricoter » par les nouvelles techniques CRISPR, aucune espèce ne peut plus potentiellement et si l’homme s’en donne les moyens, disparaître.
      Il sera même possible d’en créer de nouvelles à volonté ou presque.

      Idem pour les océans qui, disait-on dans les années 1960/70, devaient monter de plus d’un mètre en 2000. En 2018, ils n’ont pas bougé d’un iota (sauf à admettre que l’on est susceptible de mesurer une hausse de quelques mm ou cm sur un océan dont les vagues font quelquefois plusieurs mètres et les marées entre 10 et 20 m)

  2. C est de pire en pire ce blog. 2 paragraphes lus de trop.

  3. Je ne vois pas pourquoi certains commentateurs ici refusent de croire/comprendre/voir/constater la vérité écologique……. Dès que les choses vont à l’encontre de l’argent-roi, personne ne veut y croire. Je crois que le réveil sera douloureux. .. . .
    On a plus haut A.BARRAU qui explique clairement plusieurs choses très intéressantes à ce sujet, mais manifestement « il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir »….

    • Sauf que O. Barrau est un parfait orateur (même en jupe), il est connu pour ça, mais dans ce cas précis n’apporte aucune preuve.

  4. Délirons , délirons ….. il en sortira peut être quelque chose .

  5. Ecriture inclusive, bye! désinscription…

  6. …….
    Une compilation, mais rien de bien neuf, même si les applications pratiques sont encore dispersées.
    Beaucoup de « peut être » (ok on n’est sûr de rien)
    Les videos des figures emblématiques….

    Voilà

  7. Adrien michel says:

    Profitons de la bétise des ecolos qui depuis toujours ont peur que le ciel leur tombe sur la tête et ont mis en place un programme d’éoliennes totalement inutiles mais lourdement subventionnées
    Achetez un terrain bien exposé au vent
    Installez 5 eoliennes (financées par des subventions) qui vous rapporteront 60 000 € par an (12 000 € par éolienne)
    La vie est belle

  8. Quelle sévérité! Je trouve au contraire que ce post pause pertinemment (malheureusement) des questions fondamentales et totalement en phase avec non pas l’époque, mais le micro moment que nous vivons. Car, terrifiant paradoxe, autant l’évolution de notre monde techno-industriel semble s’accélérer de façon exponentielle et parait nous propulser vers l’infiniment grand, autant le temps qu’il nous reste avant d’aboutir à ce futur proche inédit et chaotique que nous promettent nombre de scientifiques ne cesse de rétrécir pour n’être plus selon eux que l’affaire d’une petite poignée d’années. Difficile de réagir en si peu de temps dans un monde aussi « giganticide ».
    Certaines des propositions/interrogations exposées par l’auteur de ce post paraissent pertinentes ,celles pour schématiser relatives à la survie en milieu rural, toutes les autres qui consiste à rechercher la sauvegarde du cheptel financier seront à mon avis vaines et non avenues si notre monde s’enfonce le moment venu dans une généralisation des scénarios de type Syrien ou Venezuelien.

  9. Fredy Gosse says:

    Je ne partage pas votre pessimisme
    Si on arrête l apocalypse verte digne de la bible on peut être optimiste oui la terre sur la base de ses connaissances actuelles
    A au minimum 150
    Années de réserves d énergie et si les progrès permettent de pomper sur les anciens champs qui continent à minima 30pour cent de pétrole alors c’est beaucoup plus
    .D ici la (pensez au progrès depuis 1870)
    Je n ai aucun doute que le génie humain y satisfera.
    Je suis absolument optimiste de ce côté là malheureusement les lobbies verts au cœur de notre haute administration ont convaincu le Président à moins qu il ne fut choisi pour cela de torpiller notre industrie nucléaire notre automobile et d interdire la recherche pétrolière et gazière sur les millions de kilomètres carrés de notre zone économique
    C est aberrant
    Le President va nous obliger au profit de quelques uns de payer notre énergie plus chère (futurs GJ) en subventionnant de diverses façons les happys fews profitant de l’apocalypse annonce
    Pire les mêmes catégories moyennes sont orientées tous les jours à acheter des produits bio supposés meilleurs (jamais prouve) mais qui sont beaucoup p’us chers .Les grandes surfaces appuient forcément il
    Manque de marchandises donc la guerre sur les prix c est pas demain
    Conclusion sont visés lesFuturs GJ qui verront encore leur pouvoir d achat baisser sans compter les bouchers charcutiers volaillers qui eux vont être mis sur la paille par u e poignée d extrémistes pro Gaia
    Monsieur le Président il y’a des solutions pour la France il’faut Juste faire l inverse de ce sur vous faites et doncvirer tout ce qui verdoit autour de vous
    Mission impossible n est ce pas donc on est foutu

    • Entièrement d’accord avec vous. Il faut toujours que l’on nous fasse peur, peut être pour mieux nous assouvir, nous ponctionner et nous garder sous controle.
      Je crois à l’innovation qui tout au long du développement humain l’a toujours fait progresser, plus ou moins rapidement, mais depuis un ou deux siècle cela s’est considérablement accéléré.

      • D’accord avec vous également. Je vous conseille, au passage, la lecture de « Homo Sapiens » et « Homo Deus »: très inspirant, optimiste… mélange de toutes les sciences humaines ou pas.

    • Du grand n’importe quoi votre commentaire……. Vous voulez pomper encore plus de pétrole ?? Vous n’avez pas compris qu’il fallait largement REDUIRE notre consommation d’énergie globalement ? L’écologie n’est pas une science de bobos , c(‘est un sujet incontournable qui nous concerne tous. Je ne comprends pas comment on peut dénigrer une réalité concrète et démontrée. Certainement l’impossibilité de vous remettre en question et de changer votre petit confort.

      • Si c’est « DÉMONTRÉ », faites état des preuves, cela m’intéresse au plus haut niveau!

      • Fredy Gosse says:

        Ouiiiiiiiiiii le pétrole et le gaz sont encore l avenir de l homme …y a ceux qui ont compris ;Israël se frotte les mains grâce aux extraordinaires réservoirs trouvés en Méditerranée le pays s assure la paix en fournissant du gaz aux jordaniens et à l Egypte,.Celle ci a trouvé encore plus énorme réservoir et coopère avec les israéliens pour la mise en œuvre du coup indépendance strategique à terme vis à vis du Golfe
        Et puis y’a nous : Noble

        energy me semble t’il
        la société qui a découvert les immenses champs méditerranéens sus visés pensaient qu au large de Marseille il’pourrait y avoir autant de gaz .Oui mais nous on est intelligent on a dit non.Nous on a le Jeanne d arc écologique le sauveur de la planète qui munit de son principe de précaution a dit niet .il est vrai que les ministères sont pourris de. Ses partisans et je ne parle pas des valets de la presse payés à répandre jours et nuits les récits apocalyptiques sur les conséquences de l’exploitation pétrolière et gazière en France ou dans les DOM TOM.Vos vous rendez compte on polluerait les nappes phréatiques (si si elles sont en général vers 300m alors que les champs vers 2000 ou 4000 du coup nous on achète du gaz liquéfié aux usa (Total y participe) USA devenu grâce au schiste premier production
        Mondial ou alors en Norvège ou en Russsie ou en Algérie
        S il y avait une médaille de la bêtise humaine nous serions sur d avoir la médaille d or
        Alors refusant de me joindre au troupeau bêlant oui je suis pour l exploitation du pétrole et du gaz jusqu a ce que l homme trouvé mieux et moins cher

    • Je vous reconnais bien là cher Fredy et bien entendu adhère à vos propos.
      En fait vous m’avez économisé l’effort d’écrire la même chose ou à peu près 🙂 🙂

  10. « produits bio supposés meilleurs (jamais prouve)  »
    Là Freddy vous poussez
    On dira que l’inverse (bouffe chimico industrielle) a bien prouvé ses ravages……

    Entre une salade engraissée ax boues noires et celle faite dans votre jardin ou chez un cultivateur bio, y a pas photo et on vous fera une analyse sanguine et tissulaire dans quelques années….

    • Fredy Gosse says:

      A partir de quelques exceptions vous généralisez et vous profitez de l arme fatale du principe de Précaution et pourtant jamais les habitants de la terre n’ont jamais été aussi peu pauvres (même si c’est choquant de le le dire dans des pays qui gaspillent )
      Nous avons eu dans le passé la Peste noire qui tua un pourcentage invraisemblable de gens par ignorance médicale nous avons eu le communisme parti d’un recit radieux et qui se termina partout en misères effroyables disparition des libertés et une hécatombe humaine dépassant les 100 millions d infmdividus nous avons le racisme d État qui tua a peine moins que le communisme avec la stature du commandeur suprême
      Der Führer ist immer recht
      Et bien je pense que l idéeologie verte refusant toute opposition et ayant détermine un nombre acceptable d habitants pour la planète est infiniment plus dangereuse que toutes celles qui nous ont precede
      Survivront les pays qui sauront y résister
      Souriez rigolez j ai la chance d être assez vieux ( faut bien avoir une petite compensation) pour ne pas
      a avoir à
      en subir à priori
      Les effets à long terme quoique ….à lire certains jeunes écervelés soleil vert est bien possible
      Les jeunesses communistes, nazies ou de Mao ont montré leurs énergies à défaut de démontrer leurs intelligences

      • je ne vous ai rien dit de tout cela……

      • Vous mélangez tout, c’est hallucinant….. Si vous avez un certain âge et que vous vous foutez de l’avenir de vos gosses, c’est votre problème. L’épuisement des ressources naturelles, la pollution tous azimut, la démographie galopante, le bétonnage des champs , la disparition des espèces vivantes etc, ne semblent pas vous toucher. Mais on n’a qu’ une seule planète. quand on aura tout pollué, consommé tout le pétrole, toutes les terres rares, bétonné tous les champs et que les viles se rejoindront , on mangera quoi ? Des billets de banque ??

  11. et je suis progressiste hein vous le savez…. mais discriminant

  12. Fredy Gosse says:

    progressiste HUMM j’aime pas ce mot toujours employé par la nomenklatura
    au fait Bonne lecture
    https://www.contrepoints.org/2019/01/16/334605-usa-le-new-deal-vert-cheval-de-troie-du-socialisme

  13. Adrien michel says:

    Auparavant l’Eglise dominait la société grâce à la peur de l’enfer. Elle vendait même des indulgences ( taxe carbone de l’époque) Quand Vatican 2 a émis des doutes sur l’enfer la pratique religieuse s’est effondrée.
    Les lobbies ècolos et les politiques ont compris qu’avec la peur du dèréglement climatique ( soi disant d’origine anthropique) responsable de tous les malheurs de l’humanité on pouvait manipuler et taxer le bon peuple.
    Tant que ça dure ….

    • Fredy Gosse says:

      oui mais avec les GJ ça va être difficile car toutes ces mesures vertes. se traduiront par des hausses de tarifs, de prix et d’impôts qu’ls n’auront pas les moyens d’ assumer financièrement
      l’heure de vérité arrive un pays aussi endetté aussi fiscalisé , peut il continuer à charger la barque en disant comme le précédent président c’est gratuit c’est l’Etat qui paie.
      faut il que nos con. citoyens soient nuls pour ne pas comprendre qu’on les prend pour des boeufs

      • Il y a quelque chose qui m’échappe dans la première phrase de votre commentaire mais vous allez me l’expliquer cher ami!

        Il s’agit du rapport entre les GJ et les mesures vertes. Il me semble qu’il n’y ai pas de rapport direct. Les Gj demandent avant tout plus de pouvoir d’achat, donc moins de taxes (pour eux) dont celles sur le carburant (première cause de la mobilisation), vivre dignement de leur travail, au moins pour ceux qui en ont un, plus de liberté et la prise en compte de la « parole » des citoyens dans les décisions politiques.
        Certains GJ ne s’opposent pas, il est vrai, à la transition énergétique, mais pas plus que la moyenne des Français manipulés.
        Bon si vous pensez que pour satisfaire leurs demandes (plus d’argent), cela nécessite plus d’impôts et taxes, ce qui est du domaine du très possible, quelle est la relation avec « les mesures vertes » ?

        • Fredy Gosse says:

          ben si bien au contraire
          les GJ au départ c’est le refus d’accepter les augmentations fiscales annoncées sur la carburant par l’équipe Macron plus les 80 km/H
          si le programme actuel vert est développé qui sera en première ligne pour en subir les conséquences ?si l’électricité double de prix qui pourra supporter la hausse ?le bourgeois du 16eme ou le mec qui habite Trifouilly l s oies à 60 kms d’une grande ville ?qui a une baraque complètement obsolète qui fuit de partout?va t il pouvoir être aux normes vertes? Macron dit on va vous aider mais c’est pas possible ils n’ont pas le début du commencement d’une piècette pour améliorer la baraque .. et Macron vu le nombre de maisons concernés n’a pas l’argent non plus même en triplant les impôts des français/un Etat fauché ne peut pas grand chose sauf à raisonner comme les extrémistes verts type Balto

          • Et bien justement le mouvement des GJ a le mérite d’avoir mis un terme à ces nouvelles taxes ou augmentation de celles-ci. Espérons que ce ne sera pas provisoire, je vois mal, même dans 6 mois un gouvernement Macron ou autres s’aventurer sur la mise en place d’une nouvelle taxe, entendu applicable à tous.

            Bon maintenant vous dites, que ce seront les classes moyennes ou aisées qui vont payer. En fait rien de nouveau sous le soleil, cela a toujours été le cas.
            Il s’agit maintenant à ces derniers de faire leur opposition en faisant à leur tour leur propre révolution car la limite haute est atteinte et les gouvernants savent bien désormais que plus d’impôts ou taxes se traduiront forcément vers une fuite sous des cieux plus cléments ou encore plus important vers une baisse drastique des investissements et donc tout droit direct vers une récession.
            Il ne reste donc plus qu’une solution: des économies et des réformes de structure ! Puisse le Grand Débat en arriver là ! 🙂

  14. Fredy Gosse says:

    pour auteur de l’article j’ai trouve que le texte ci dessous le concerne au premier chef
    https://www.contrepoints.org/2018/10/10/327288-lhysterie-climatique-continue

  15. Achetons des Napoléons, 2 fusils de chasse et bcp de cartouches

  16. bonsoir

    suivre le débat

  17. Bonsoir à tous,

    Je suis étonné de certains avis bien « extrêmes » évoqués en commentaire.

    A mon humble avis, l’ensemble du « champs des possibles » doit être considéré. Chacun se doit ensuite de pondérer les différentes variables selon ses convictions, connaissances et compétences pour apporter son conseil. Mais exclure purement et simplement des possibilités (raisonnables bien sûr) me semble être une erreur.

    Nier que toutes les « sphères » sont en transition au quotidien (!) m’apparaît comme aberrant. Évitons d’apprécier l’opportunité exclusive d’une rentabilité simplement par les années qui s’offrent encore un temps à elle.

    Ai-je tord en estimant (toujours au regard d’un « juste milieu ») que les mentalités évoluent, les aspects sociaux et collectifs gagnent en profondeur, la recherche de rendement (c’est bien ici le sujet) passe au 4e plan ? Pour simple exemple : si – un jour – les questions de notoriété, d’images et de notions mercantiles ont initié un courant « greenwashing » comme réponse proportionnelle aux considérations de l’opinion publique, aujourd’hui elle se doivent d’aller bien plus loin qu’un logo peint en vert. Certes, bon gré mal gré, mais nous touchons ici au sujet de la manipulation de masse, des médias, de l’éducation etc.; certainement à moderniser.

    Alors n’est-ce pas à nous professionnels, parmi d’autres, d’accompagner – avec nos clients – ces changements ? Être force de propositions et de convictions ? Pour nos générations futures justement.

    Bien sûr, certaines industries, secteurs, activités etc. ont encore de belles années de « rendement » à venir. Et alors ? N’avons-nous pas compris maintenant que certains possibles sont sans issue ? Alors, traçons ou prenons la tangente. Pas à pas, progressivement, restons lucides bien entendu. Et, les « extrêmes » (telles que définies aujourd’hui) sont/seront données, naturellement, sans suite et échoueront comme toujours. Pour le reste, quoiqu’il en soit, si l’entêtement guide certains à tirer partie de la dernière « moelle », c’est par la force des changements qu’il faudra s’adapter.

    C’est à travers des intérêts communs qu’un cercle – dorénavant/de nos jours – « vicieux » doit aujourd’hui, progressivement, trouver ses courbes « vertueuses ». Chaque chose en son temps.

    Vous l’aurez compris, l’optimisme est de rigueur mais, bien entendu, évitons d’être naïfs et/ou aveugles.

    Patrimonialement.

    PS: Voici l’information récente qui m’a décidé à partager mon opinion suite à sa lecture et les commentaires ici :
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/01/15/un-fonds-d-investissement-ethique-pour-booster-l-ecole-en-afrique_5409453_3212.html#xtor=AL-32280270

    Bien à vous.

    • Fredy Gosse says:

      bonne lecture excessive
      https://www.contrepoints.org/2019/01/15/334730-lettre-aux-francais-chiche-monsieur-le-president
      je vais la copier et l’envoyer au cahier de doléance ça sert à rien mais si personne ne bouge nos technocrates diront vous voyez le Peuple est avec nous….connard. de Peuple qui in fine paiera l’addition et la misère qui ira avec

      Remarque qu’il y ait un chevalier de l’apocalypse en mission évangéliste sur ce blog prouve qu’il a une certaine audience et donc qu’il faut contrer tous les mécréants mal pensant
      Guillaume n’en faites pas trop quand même

  18. Adrien michel says:

    Il est amusant de voir que, l’année 2018 où les gérants et les CGP ont obtenu une performance négative , ceux ci nous disent que leur métier ce n’est pas d’obtenir un couple rendement/risque maximum mais de sauver la planète !!!!!!

  19. Fredy Gosse says:

    Oui et alors ?
    En quoi ce projet sera plus efficace que les millards engloutis pour rien
    La culture africaine tribale et le socialisme importe sont les 2 causes de la misère Africaineet ensuite faudrait savoir quels programmes seront aidés ça de leurs choix peuvent dépendre toutes sortes de manipulation .
    Les choses ne sont jamais simples mais la culture environnante explique l extrême orient et l Afrique

    • « La culture africaine tribale et le socialisme importe …. » Et la religion « sont les 3 causes de la misère Africaine »

      • Fredy Gosse says:

        Pas faux mais ça fait partie aussi de la culture en général car l Afrique a bouffé toutes les idées croyances occidentales et en fait iun salmigondis africain qui aboutit aux résultats pitoyables que nous voyons

  20. Franchement, j’étais souvent attiré par les remarques et propos de ce site, mais là, depuis quelques temps ce dernier dérape complétement , l’auteur ferait il parti du GIEC ??????

    JE ME DESABONNE !!!!!!!!

  21. Fredy Gosse says:

    voila ce qui nous attend si les chevaliers de l’apocalypse prennent le pouvoir
    https://www.usinenouvelle.com/editorial/quelle-economie-pour-l-ecologie-integrale-de-delphine-batho.N793144

    qui sont les barbares;…

  22. Merci pour cet article, qui permet de confronter nos reflexions patrimoniales aux perspectives environnementales.
    Merci de ne pas avoir cantonné ce blog à l’avidité de court terme,
    Je n’ai pas du tout l’intention de me désabonner ! 🙂

    • Tout à fait d’accord. Et je crois qu’il faut saluer la perspicacité de l’auteur de ce post, tout comme le courage du créateur de ce site, qui n’hésitent pas à déplacer l’objet initial de ce blog pour, visiblement animés d’une vision panoramique ce qui n’est pas le cas de tous à en lire certains commentaires, le resituer plus largement dans un contexte sociétale, civilisationnel qui a de quoi inquiéter.
      Qu’ils sachent qu’ils ne sont pas seuls à s’interroger en ce sens.

  23. Que ce post sollicite autant d’émotions signifie qu’il existe de vraies interrogations, inexistantes il y a seulement 20 ans. Aux sceptiques qui demandent des preuves, on peut répondre que le réchauffement climatique et la pollution sont constatées de plusieurs manières. De nombreuses petites rivières du sud de la France qui contenaient beaucoup de poissons, sont devenues des pistes de VTT dix mois par an. Des ilots qui proposaient de beaux espaces pour camper, sont devenus impraticables du fait de la montée du Pacifique. La mer méditerrannée se vide de ses poissons. Des torrents de montagne alimentés par les glaciers, ne coulent presque plus l’été. Et vous voudriez nier l’évidence???

    • Vous devez être cher Monsieur un grand scientifique quand vous faites de « constatations », une évidence donc quelque chose d’indiscutable. Mais vous n’apportez, bien entendu, aucun preuve tout comme vos congénères, parce que il n’y en a pas de preuves, de vraies preuves.

      D’abords vous mélanger pollutions et réchauffement climatique, cela vous aide bien dans votre pamphlet en utilisant l’amalgame car effectivement certaines pollutions sont prouvées. Mais quel rapport, pouvez-vous me l’expliquer, entre une pollution et le réchauffement climatique ???

      Ensuite:
      – « les rivières du sud de la France … »
      Vous devez être jeune, car si vous aviez vécu dans les années 70, 80, … et de surcroît dans les campagnes du sud, vous auriez pu voir tous ces nouveaux (et autorisations suivi de programmes) systèmes d’irrigation s’installer, qui effectivement ont mis à sec nos rivières et permis ainsi d’augmenter de façon drastique les rendements des céréales, mais et autres cultures maraîchères, ceci au détriments des poissons et autres espèces de ces zones humides.
      Du réchauffement climatique ? Que néni !

      – « Des ilots qui proposaient de beaux espaces pour camper, sont devenus impraticables du fait de la montée du Pacifique »
      – l’océan pacifique, tout comme l’atlantique n’ont aucunement monté, ne vous fiez pas aux images de catastrophisme, judicieusement choisies par les Al Gore, Hulot et autre Arthus Bertrand. Si quelques îles ont l’impression d’une montée des eaux, ceci est dû à l’un ou l’autre ou les deux ensemble des phénomènes suivants: l’érosion et/ou la tectonique des plaques qui font que ces iles « s’enfoncent », mais allez explique cela aux habitants des Iles Carteret ! Tout le reste n’est que spéculations, mouvement naturel des océans et biais de mesure (aller mesurer une hausse de 5 cm de l’océan à Royan avec des vagues et des marées pouvant aller à 15m de différence !)

      – » La mer méditerrannée se vide de ses poissons. »
      Surpêche et pollution.

      – « Des torrents de montagne alimentés par les glaciers, ne coulent presque plus l’été. »
      Phénomènes naturel en montagne. C’est principalement la neige qui alimente ces torrents lors de la débâcle printanière et comme chacun sait l’enneigement d’une montagne est et à toujours été fluctuant.
      https://www.limnology-journal.org/articles/limn/pdf/1974/02/limn1974102p173.pdf

  24. Adrien michel says:

    Je croyais trouver dans ce blog des conseils en matiére patrimoniale.
    Depuis quelque temps celui-ci dérape vers des sujets societaux qui n’ont plus rien à voir avec le patrimoine, voire vers des analyses socialo-collectivistes.
    Merci de m’indiquer d’autres blogs plus professionnels . Contrepoints est un bon exemple.

  25. Fredy Gosse says:

    ce texte un parmi des milliers d’autres disponibles sur la toile et très modéré pourrait il au moins mettre un doute sur vos certitudes
    https://www.climato-realistes.fr/transition-ecologique-chimere-remy-prudhomme/

    le climat (qui n’est pas la météo ) ce ne sont pas les mêmes échelles de grandeur a TOUJOURS CHANGE au cours des milliards d’années de notre planète ; l’escroquerie consiste à dire c’est la faute de l’homme ……il devait y avoir donc des extra terrestres à ces époques pour avoir autant chamboulé notre terre.
    l’importance du soleil ,la tectonique d es plaques provoquant des catastrophes de cendres ,des tsunamis d’une violence incroyable ( voir la Grèce et ses iles ;les baléares, l’indonesie etc etc ), les océans et courants ( je rappelle cher monsieur que l’on nous expliquait dans les années 70 que la France en l »an 2000 serait aussi froide que l scanda par modification ou arrêt du gulf Stream) j’oubliais les chutes d’asteroïdes
    je vous signale que ce sont les mêmes qui nous promettent aujourd’hui de rôtir en enfer et que la seule façon d’arrêter tout cela c’est de TAXER et de financer de solutions bien plus couteuses que celles existantes ,voyant même en la baisse du pouvoir d’achat l’avenir du monde…..si vous croyez cela je vous souhaite bien du plaisir …les famines en europe ça existait encore au 19eme siécle

    il y a des gens intéressés à tout cela tous ,ceux qui vivent de la commande publique par nos impôts.Si vous en faites partie je comprends .Si ce n est pas le cas alors vous faites partie des manipulés nécessaires à faire accepter ces mensonges pour qu’ils deviennent un paradigme totalement indiscutable/vos petits oiseaux menacés et vos cours d’eau semblent bien vous mettre dans cette catégorie..
    REFLECHIR Par ses propres moyens il fait le vouloir et s’en donner les moyens Avec Internet ça a n’a jamais été aussi facile

    • « Climat Environnement & Énergie
      Le site des Climato-Réalistes »
      On devrait plutôt l’intituler : Le site des Climato-sceptiques : Vincent Courtillot, François Gervais pour les plus connus …..
      Par ailleurs c’est étrange ce site a désactivé la fonction commentaire sur tous ses post.

      No comment.

      • Vous faites l’histoire à l’envers vous !
        Le site des sceptiques est devenu climato -réalistes justement parce que leurs affirmations, pour la plupart, reposent sur des faits scientifiques et cela devait se ressentir dans le nom apporté à cette association.

        • Association de bénévoles rappelles-je !

          • Pourriez vous arrêter avec vos commentaires sur le réchauffement climatique. ce n’est pas le sujet !

            • Ah bon ! Ça ne fait pas partie du sujet !

              C’est quand même bien vous qui avez écrit en début de votre article, je cite:
              « Comme je l’ai dit, j’ai la conviction (ainsi qu’un certain nombre de gens, y compris parmi les lecteurs de ce blog) que le monde se meurt : dérèglement climatique, raréfaction des ressources naturelles, destruction des écosystèmes et rythme effarant d’extinction des espèces vivantes.  »

              Donc si comme vous semblez le penser, l’effondrement financier est ou sera la ou une conséquence du RC, alors on en parle !
              et d’autant plus que c’est un sujet d’une importance capitale pour nos enfants et leurs futures fiscalité.
              De surcroît, cela intéresse fortement vos lecteurs vu le nombre de réponses et controverses. N’est-ce pas Fredy ?

            • Fredy Gosse says:

              mais si toute la politique publique sous tend qu il faut une transition écologique drivée par l’Etat ,cette politique a des effets immédiats sur la valeur de nos biens et sur la compétitivité du pays qui conduit à la misère du plus grand nombre
              je suis étonné de votre réflexion Guillaume.nous ne vivons pas hors sol mais dans un pays qui est totalement dépendant d es orientations gouvernementales.
              Si le President continue son histoire de lutter contre le réchauffement climatique et faire la chasse au CO2 alors que le pays est en ruine fiscalement et budgétaire ment ;il peut faire toutes les reunions du monde le résultat est connu d’avance..c’est foutu
              Il est brillant il l’a montré mais il aurait une stature de chef d’Etat s’il disait stop à la transition écologique que messieurs les américains Russe chinois ,indiens comment les premiers
              Alors guillaume nous allons mourir de cette politique stupide démarrée Avec Sarkozy et son Grenelle de l’environnement ……….si vous pensez qu’il faut cesser d’en parler alors que c’est le coeur du sujet je vais finir par croire que vous appartenez vous aussi au clergé vert
              je sais personnellement depuis NKM que je suis un connard ( bonjour l’ouverture d’ esprit) le connard va continuer à s’exprimer tant qu’il pourra le faire sinon on entendra les grands prêtres nous dire nous avons consulté et tous les français sont avec notre politique

  26. Fredy Gosse says:

    Remarquez vous pouvez répondre ici 🤗

  27. Henri F,
    merci pour votre initiative. Je trouve justement très intéressant qu’un blog qui parle d’argent le fasse sans se cantonner à une simple approche technique en l’abordant aussi sous un angle existentiel et prospectif, ouvert et sans conformisme.

    Le sujet n’est pas de savoir qui a raison entre les autruches et les colibris mais de demander « si jamais… quelles stratégies ? »

    Il est difficile de changer de paradigme. Il faut remettre en cause des décennies d’éducation (de conditionnement à l’obéissance, par les doctrines, les croyances… pour stimuler et maintenir la consommation, l’ordre, la dépendance…). Il faut donc potentiellement remettre en cause ses propres acquis, privilèges et croyances. Rebattre les cartes comporte un risque lorsqu’on a une bonne main au départ (résistance au changement). C’est une opportunité lorsqu’on a une mauvaise main (pour le changement – révolution). Lorsqu’on est potentiellement tous perdant c’est juste un non choix (résilience ou transition).

    Affaire de croyance (et de connaissances). En tout cas il faut choisir : la pilule bleue ou la pilule rouge ?
    Voir ou ne pas voir ? Agir ou ne pas agir ? Consommer en conscience (suppose effort et information) ou en aveugle ? Uniquement le gain pour devenir riche au cimetière, ou un engagement, faire sa part de colibri ?

    Seulement pour ceux qui sont ouverts d’esprit, et pour information, l’initiative du mouvement des Colibris pour une transition positive via les Oasis : https://www.colibris-lemouvement.org/projets/projet-oasis
    Pas un article de gens qui parent. Non, des gens qui font.

    Concernant les propositions de l’article, je suis plus à l’aise avec un mixe (effectivement) des deux postures :

    – Posture passive / résilience : investir dans le concret et les besoins élémentaires (pierre, terre, solidarité et connaissances) pour protéger nos arrières et qui, même si finalement le crash est évité (ou un délire), correspondent à ce que bon nombre d’entre nous recherchons lorsque nous partons en vacances ou en retraite (beaucoup d’activités primitives sont devenus des hobbys… Mais tous les hobbys ne seront pas utiles en cas de faillite civile ou écologique) ; RP, LMNP courte durée… diversification géographique (loterie ?) ou concentration (hameau rural = tout ou rien = coopération ok si zone non toxique), je n’ai pas encore fais le tour de la question, mais qui peut le faire ?

    – Posture active / transition : investir en éco-responsables pour réorienter les flux financiers, tant qu’ils sont efficients, dans des modes de production et de consommation non destructifs* pour éviter / limiter la casse, et au-delà réinjecter du « bon sens primitif » dans nos modes de vie (revoir nos modes de penser la société et la nature, le rôle de l’innovation, des ingénieurs, des marketeurs, des politiques… de l’éducation en général ; moins de compétition, plus de coopération…) ;
    (*) ordinateur, internet… destructifs mais utile à la prise de conscience et à l’impulsion de la transition (inutile d’attendre cela des média traditionnels) ; j’enfreint donc déjà la règle avec ce commentaire, mais je compense par ailleurs.

    En tout cas opter pour ces deux postures ne peuvent faire de mal qu’à des personnes non préparées et/ou mal intentionnées (profitant de la situation actuelle par exemple) : elles impliquent un choix raisonné de consommation (et de vie) et non un arrêt de la consommation. C’est un engagement de faiseurs. Non seulement il convient de ne plus entretenir l’aberration de l’obsolescence programmée et du raclement des fonds de tiroir de nos ressources non renouvelables, mais il faut par nos choix de consommation et d’investissement programmer l’obsolescence ce qui nuit à l’environnement et à notre avenir. L’article va dans ce sens en alimentant la réflexion. Je le trouve utile et pertinent. Merci.

  28. Super !
    Merci pour ce billet ! Je vais aller lire le
    précédent. Ainsi que les liens.
    Il épouse complètement mes préoccupations et mes envies d investissement.
    Absolument passionnant.

    Une question, l auteur parle des migrations d européens vers la Scandinavie. Du fait du réchauffement climatique ou du changement de population ?

    • Fredy Gosse says:

      Bonne question …

    • Migration d’Européens vers la Scandinavie ???

      Donc dans un premier temps les Africains migreraient en Europe et les Européens en Scandinavie, puis dans un deuxième temps ces Afro Européens migreraient aussi vers la Scandinavie. Donc à terme l’Afrique et l’Europe, tous en Scandinavie !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
      Vous voyez bien que cela n’a aucun sens !
      Idem pour les Mexicains et les Américains qui se retrouveraient tous en Alaska !!!

  29. Pourquoi les afro européens monteraient ils en Scandinavie ?
    Le climat leur conviendra ici et ils seront à leur aise.

    ET dans votre exemple sur les mexicains et les americains, que faites vous des amérindiens ?
    Ah Ah un élément de réponse quand à ma question peut être… (lol)

    • Vous avez compris que je raisonne dans l’absolu donc dans l’absurde !
      Si le réchauffement climatique devait s’accélérer comme nous le disent à longueur de journée les religieux convaincus du phénomène, les Africains bien qu’habitués à la chaleur ne supporteront plus cette nouvelle hausse et les déserts qui se formeront avec. Aussi ils iront vers des cieux plus cléments vers l’Europe, Europe qui en même temps se sera réchauffée elle aussi et donc bon nombre de citoyens fuiront vers le nord.
      Puis si ce réchauffement devait continuer en 2100 ou 2200, …., ces Africains ne supporteront plus à leur tour le climat européen et se retrouveront en Scandinavie qui sera devenue la terre d’exil de la planète.
      Quant aux Amérindiens, tous comme les populations du sud de l’Asie, ils devraient suivre, ce n’est pas une question de pays ou de populations (le Mexique était un exemple) mais de zones géographiques.
      Tout cela n’a aucun sens sinon c’est la fin du monde !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.