Continuons notre série d’articles de réflexions estivales autour de votre relation à l’argent et aux objectifs que vous recherchez lorsque vous entrez dans une démarche active de gestion de votre patrimoine.
Hier, je vous ai proposé une réflexion collective autour des objectifs que vous cherchiez à atteindre lorsque vous épargnez une partie de votre rémunération mensuelle. Il ressort de cet article et des deux sondages qui y étaient insérés que derrière les objectifs affichés de préparation de la retraite, de volonté d’aider les enfants ou encore de financement d’une éventuelle dépendance, l’épargne répond souvent à un besoin de sécurité déconnecté des besoins réels estimés.
Voici les résultats du sondage à la question « Pourquoi épargnez vous ? »

 
On épargne pour épargner et ainsi se sentir en sécurité ; Une épargne qui devient parfois excessive au risque d’en avoir plus que nécessaire. 
Voici les résultats du sondage « Finalement, avez vous le sentiment d’avoir plus d’épargne que de besoins à satisfaire ? »
 

 
Les résultats de cette seconde question sont vraiment très intéressants car plus de 50% des personnes ont avoué avoir plus d’épargne que nécessaire. Ce désir de sécurité recherché dans l’épargne est vraiment très instructif et explique beaucoup de choses.
Utiliser l’épargne abondante et excessive pour se sentir en sécurité, c’est :

  • Renoncer à investir ce patrimoine dans l’économie réelle ; Car investir dans l’économie est par nature aléatoire et la sécurité recherchée n’est pas immédiate et atteinte avec certitude ;
  • Limiter sa capacité à effectuer des donations au profit de ces enfants ; Lorsque l’on a besoin d’une épargne excessive pour se sentir en sécurité dans sa vie au quotidien, il n’est pas possible de s’en déposséder pour en faire profiter les enfants qui le dépenseront ;
  • Accepter un rendement médiocre car c’est le prix de la liquidité et de la sécurité.

 

La recherche de l’indépendance financière est elle un objectif patrimonial crédible ? Fantasme ou réalité ?

Depuis quelques années et probablement sous l’influence de nombreux blogueurs et autres youtubeurs qui vous promettent de devenir rentier, libre et indépendant grâce à votre patrimoine, l’objectif d’atteinte d’indépendance financière semble devenir un objectif prioritaire pour nombreux épargnants.
Vous seriez en effet de plus en plus nombreux à épargner massivement et investir de manière très importante pendant les premières dizaines d’années de votre vie active pour financer une retraite prématurée ou du moins ne plus avoir besoin de travailler pour vivre.
Il s’agit là d’un objectif très ambitieux, même si le niveau chacun met derrière le mot indépendance financière ce qu’il entend. C’est quoi l’indépendance financière ? Combien faut il de patrimoine pour se considérer libre et indépendant ? Peut on d’ailleurs raisonner en montant de patrimoine ? Ne faut il pas préférer un niveau de revenu pérenne ?
A titre personnel, je crois cet objectif impossible à atteindre de manière raisonnable sauf à accepter une rente tellement faible qu’elle serait trop privative de liberté. En effet, ne plus travailler et vivre de ces rentes c’est aussi renoncer à recevoir une retraite (ou alors elle risque d’être très faible), devoir payer une assurance complémentaire dont le tarif peut être très élevé avec l’avancée dans l’âge et devoir travailler beaucoup plus pour maintenir un train de vie trop faible pour se sentir réellement libre et indépendant.
Bref, j’ai la conviction que la recherche de l’indépendance financière est une sorte de prison dorée, un objectif non atteignable sauf pour les quelques chefs d’entreprise qui auront réussit à faire fortune très jeune et qui pourraient alors espérer vivre plus tranquillement avec les revenus de ce capital pendant 40 ou 50 ans.
C’est un fantasme.
Considérant une espérance de vie à 90 ans, arrêter de travailler à 50 ans et vivre de ces rentes, c’est espérer vivre pendant 40 ans du fruit de son capital tout en finançant sa capacité à générer un revenu pérenne à long terme. Détenir un patrimoine immobilier par exemple, c’est être capable d’y investir régulièrement pour le maintenir en l’état, l’améliorer et donc pérenniser la qualité des revenus à long terme. Sans investissements réguliers, plus de revenus et donc fini le fantasme d’indépendance financière.
Combien d’investisseurs immobiliers aujourd’hui âgés de 65 ans m’explique la difficulté derrière cette vie de rentier que l’on idéalise sur Youtube. A 65 ans, vous êtes fatigués de gérer vos locataires dont la qualité se dégrade du fait de votre incapacité financière à financer les rénovations permanentes de vos immeubles devenus vieillissants. A 65 ans, vous aimeriez prendre votre retraite et arrêter de passer votre temps dans les travaux, mais vous n’avez pas le choix, car vos revenus immobiliers sont vos seuls revenus en l’absence d’une retraite décente ;
Arrêter de travailler très jeune, c’est aussi renoncer à prendre sa retraite.
Rendement et risque sont deux notions liées. Celui qui réalise un investissement à rendement très élevé doit s’attendre à un revenu non pérenne qui nécessitera un investissement personnel ou financier important pour être maintenu en l’état ou augmenté.
De surcroît, le niveau de rente mensuel doit s’ajuster automatiquement au gré de l’évolution du coût de la vie, c’est à dire de l’inflation. Il ne faut surtout pas sous-estimer ce paramètre essentiel.
 

Pour arrêter de travailler à 50 ans et vivre de mes rentes pour les 40 prochaines années, il me faut un capital de :

ps : N’oubliez pas de cliquer sur « Valider mon vote » pour enregistrer votre choix

 

Pour arrêter de travailler à 50 ans et vivre de mes rentes pour les 40 prochaines années, il me faut un revenu mensuel (net d’impôt) pour le couple de :

ps : N’oubliez pas de cliquer sur « Valider mon vote » pour enregistrer votre choix

 
A suivre …

Leblogpatrimoine.com vous conseille dans la gestion de votre patrimoine
Bilan patrimonial
  • Conseil en gestion de patrimoine INDÉPENDANT
  • Un tarif unique de 89€ TTC, sans surprise
Découvrir le service
Assistance patrimoniale
  • Un abonnement pour un accompagnement patrimonial PREMIUM
  • Un tarif unique de 350€ / mois, sans surprise, sans engagement de durée
Découvrir le service
Livres et formations

3 livres pour vous former et apprendre à gérer votre patrimoine

Découvrir les livres

167 commentaires